11 Erreurs d\'optimisation Web fréquentes

Pour s’assurer un référencement correct sur , il est quand même important de connaître ne serait-ce que les bases de l’ Web.

11 Erreurs d\'optimisation

Car, il suffit de quelques éléments oubliés ou négligés pour que votre site en souffre lors du classement des sites dans les pages de résultats.

Il est difficile d’être parfait à 100%, mais l’essentiel est de s’approcher au maximum d’un tel score pour espérer avoir une plus grande visibilité sur les moteurs de recherche. Il est donc opportun d’éviter, tant que peut se faire, les erreurs SEO à même d’impacter négativement les performances de votre site.

Pour tenter d’orienter les webmasters vers une meilleure optimisation de leurs contenus Web, SEMrush a réalisé une infographie pour pointer du doigt les 11 erreurs de référencement les plus fréquentes.

Pour ce faire, SEMrush a réalisé une étude en collectant des données sur 100.000 sites Web et 450 millions de pages Web utilisant son outil d’audit pour déterminer finalement ce qui suit, dans l’infographie ci-dessous.

  1. Contenu dupliqué :
  2. Absence de balise ALT et images brisées :
    • 45% des sites analysés n’avaient pas ajouté de balise ALT dans les images intégrées dans leurs pages.
    • 10% avaient des images manquantes qui peuvent être dues au fait que les images ont pu être supprimées du serveur interne ou externe.
  3. Problèmes de balise Title :
    • 35% avaient des balises title dupliquées alors que chaque page se doit d’avoir un titre unique.
    • 4% avaient des balises title trop courtes.
    • 15% avaient des balises title trop longues qui, finalement, sont automatiquement tronquées dans les pages de résultats.
    • 8% n’ont pas (oubli ?) de balises titles sur certaines pages.
  4. Balise Meta Description :
    • 30% des sites analysés avaient des balises meta description dupliquées alors que chaque page se doit d’avoir une balise meta description unique.
    • 25% n’avaient même pas de balise meta description sur certaines pages du site.
  5. Liens internes et sortants brisés :
    • 35% des 100.000 sites analysés par SEMrush avaient des liens hypertextes internes brisés dont 70% renvoyaient un code erreur “400 et plus” (404, par exemple).
    • 25% avaient des liens sortants brisés, sans doute par la faute des sites qui les reçoivent qui ont dû soit désavouer ces liens, soit changer l’URL du contenu.
  6. Ratio texte par rapport au code HTML :
    • 28% des pages Web avaient très peu de texte par rapport à l’ensemble du code source de la page.
  7. Problèmes avec la balise H1 :
    • 20% des sites n’avaient pas de balise H1 (pour distinguer le titre de l’article) dans certaines pages.
    • 20% avaient plus d’une balise H1 alors qu’il ne doit y en avoir qu’une seule pour le titre.
    • 15% avaient des balises titles identiques aux balise H1.
  8. Textes trop courts :
  9. Trop de liens sur une même page :
    • 15% des sites avaient beaucoup de liens sur certaines pages.
  10. Mauvaise déclaration de la langue :
    • 12% des sites analysés présentaient des pages sans aucune déclaration de la langue du site.
  11. Redirection 302 :

Même si ces 11 erreurs d’optimisation peuvent vous sembler anodines, ce sont pourtant des bases SEO qui peuvent à long terme nuire à vos efforts de référencement si vous n’y prenez pas garde.

SEO : D\'où proviennent les chiffres de recherche de Google Keyword Planner ?

Google Keyword Planner ou l’outil de planification des mots clés de est associé à Google AdWords pour créer des campagnes publicitaires ou développer des campagnes existantes sur le Réseau de Recherche.

Google Keyword Planner

Selon Google, le Réseau de Recherche est un groupe de sites Web liés aux recherches, sur lesquels l’on peut diffuser des annonces :

  • Ces sites Web incluent les les partenaires du Réseau de Recherche).
  • Le Réseau de Recherche fait partie du Réseau Google, qui désigne toutes les pages Web et applications pouvant accueillir vos annonces AdWords.

Via Google Keyword Planner, vous pouvez donc

Google

Malgré ces définitions fournies par Google, il régnerait comme une sorte de confusion quant à savoir d’où proviennent les estimations ou volumes de recherche que Google affiche lors de l’utilisation de son outil de planification des mots clés.

Est-ce exclusivement en fonction des recherches purement organiques via ou est-ce que Google prend-il uniquement en compte le nombre de recherches là où des publicités AdWords s’affichent ?

C’est Glenn Gabe, qui répondait à un utilisateur sur qui nous apporte la réponse après avoir lui même posé la question récemment à John Mueller lors d’un Hangout. John Mueller lui aurait alors répondu qu’il ne sait absolument rien de cet outil publicitaire !

Etant donc considéré comme un outil publicitaire associé à la plateforme publicitaire AdWords, ses données statistiques ne concerneraient donc que les recherches qui déclenchent l’affichage d’annonces AdWords.

C’est ce que dit en substance Glenn Gabe dans un premier Tweet (voir ci-dessous) :

Glenn Gabe écrit :

“J’ai eu à poser votre question lors du Hangout des webmasters. Le planificateur de mots clés d’AdWords est basé sur là où les annonces apparaissent. Pas sur les résultats purement organiques.”

Ce qui voudrait dire que les recherches effectuées via les moteurs de recherche intégré personnalisé des éditeurs AdSense et ceux du Réseau de Recherche (voir plus haut), ainsi que les requêtes via Google Search déclenchant l’affichage des AdWords sont les seules prises en compte pour l’estimation des volumes de recherche dans Google Keyword Planner.

Toujours est-il que Glenn Gabe apporte cet autre élément de précision ci-dessous :

En d’autres termes, seul l’outil de Bing Webmaster utilise les données du trafic purement organique pour estimer ses volumes de recherche.

Mise à Jour du 08/07/2016 (14h25) :

En d\’autres termes, l\’équipe en charge du planificateur de mots clés de Google m\’a renseigné sur leurs données : elles incluent toutes les données de recherche.

Donc, les recherches purement organiques qui n\’affichent pas de publicité AdWords en font partie aussi.

Et John Mueller d\’indiquer, entre parenthèses, que son équipe à lui ajoutera cette information dans les pages d\’aide.

Google va-t-il bientôt pénaliser les liens d\'affiliation et le contenu sponsorisé ?

vient de publier un post pour recommander aux blogueurs qui reçoivent des produits gratuits ou des cadeaux de la part des marques de s’assurer qu’ils respectent bien les “meilleures pratiques” afin d’éviter que leurs blogs ne soient pénalisés par Google.

Google va-t-il bientôt cibler les liens d\'affiliation et le contenu sponsorisé ?

Et cela concerne aussi tous les testeurs de produits qui commentent leurs expériences dans des articles.

Car, Google dit voir de plus en plus de blogueurs rédiger du contenu concernant des produits testés ou non avec des liens pointant vers le site des fabricants en échange de cadeau gratuit ou d’un exemplaire gratuit de ce produit commenté sur leurs blogs.

Google veut bien admettre que c’est désormais une forme de marketing en ligne que certaines entreprises envoient des produits gratuits (livres et ebooks inclus) ou des cadeaux aux blogueurs en échange d’une citation de leurs produit dans un article de blog.

Que vous soyez l’entreprise ou la marque qui fournit le produit gratuit ou pas ou le blogueur qui écrit l’article, voici quelques recommandations que Google qualifie de “bonnes pratiques” pour vous assurer que le contenu est utile aux utilisateurs et conforme aux consignes SEO de Google.

Alors, Google lance une mise en garde (avant la tempête ?) et demande de respecter scrupuleusement les 3 pratiques recommandées ci-dessous, sans doute pour éviter de mettre à mal votre référencement dans les temps à venir :

  • Utilisez le Nofollow de façon appropriée :

    Les liens qui passent du PageRank en échange de biens ou de services sont contraires aux consignes de Google sur les systèmes de liens.

    Selon les consignes de Google, , et constitue, de ce fait, une infraction aux Consignes aux webmasters de Google. Sont incluses dans cette catégorie toutes les opérations visant à manipuler les liens dirigeant vers votre site ou les liens contenus dans votre site et redirigeant vers d\’autres pages.

    Google dit avoir constaté que les entreprises invitent parfois les blogueurs à pointer un lien retour vers :

    • Le site de l’entreprise.
    • Les comptes sociaux de l\’entreprise.
    • La fiche produit du marchand qui vend le produit commenté.
    • La page des avis qui valorisent le produit en question.
    • L’application mobile de l’entreprise dans une boutique d’applications.

    Pour tous ces types de liens, Google conseille aux blogueurs d’utiliser l’attribut nofollow (rel=”nofollow”) parce que ces liens se sont pas envoyés de façon naturelle et spontanée. C’est à dire que ces liens n\’existeraient pas si la marque ou l’entreprise n\’avait pas proposé d’offrir un cadeau gratuit ou un service en échange.

    Et Google de continuer en exhortant les entreprises ou les entreprises de marketing (affiliation ou contenu sponsorisé ou native ads) avec lesquels travaillent les blogueurs à assumer leur part de responsabilité en rappelant aux blogueurs d’utiliser l’attribut nofollow sur ces liens.


  • Divulguez ou mentionnez votre relation commerciale :

    Selon Google, les utilisateurs veulent savoir en toute honnêteté et en toute transparence quand le contenu qu’ils lisent est un contenu sponsorisé ou une publicité native. En outre, il existe des lois dans certains pays qui obligent à révéler toute relation de sponsoring pour éviter tout conflit d’intérêt et ne pas tromper les utilisateurs avec du contenu rédactionnel (sponsorisé) déguisé en contenu éditorial (du site).

    Une divulgation ou mention peut apparaître n\’importe où dans l\’article. Cependant, selon Google, la déclaration de contenu sponsorisé serait conforme si elle était placée tout en haut, voire au début, du contenu publicitaire, dans le cas où les utilisateurs ne lisent pas la totalité du message.

    En d’autres termes, déclarez que vous écrivez ce contenu parce que la marque ou l’entreprise vous a donné le produit gratuitement ou vous paie pour le faire.

  • Créez un contenu convaincant et unique :

    Selon Google, les blogs qui réussissent le plus offrent à leurs visiteurs une raison impérieuse d\’y revenir. Si vous êtes un blogueur, vous devez essayer d’être une source d’information vers laquelle on revient régulièrement, vous devez couvrir une niche utile que d’autres cherchent, ou encore vous devez fournir un contenu exclusif que, seul vous, pouvez créer grâce à votre expertise unique ou vos ressources.

Alors, est-ce une nième tentative de diversion ou d\’intimidation sans suite réelle de Google en terme de pénalité ?

Cela ne ferait qu\’entretenir le flou orchestré par Google, parce qu\’aucun éditeur, en dehors de celui qui publie sciemment du contenu sponsorisé ou un lien d\’affiliation, ne va passer son temps à se poser des questions pour savoir si un commentaire dans son contenu sur un produit, y compris celui de Google, mérite un lien en nofollow ou pas.

Que compte à nouveau faire Google avec l\'authorship pour demander ça ?

Vous avez sans doute oublié l’authorship lancé par pour revendiquer la paternité de vos contenus sur le Web en associant votre profil Google+ avec votre site internet.

Google Authorship

En effet, en Août 2014, en plein été, Google a officiellement mis fin à l’AuthorshipGoogle+ pour bénéficier d’un éventuel avantage de l’authorship dans les résultats de recherche de Google se sont sentis abusés.

Mais, depuis quelques mois, des signaux sont envoyés ici et là par les porte-paroles de Google, notamment par Gary Illyes, comme si l’authorship allait renaître de ses cendres et faire bientôt son come-back.

C’est Gary Illyes qui, en Octobre 2015, a recommandé aux propriétaires de sites de laisser le tag de l’authorship sur leurs sites. Ce fut une vraie surprise.

Et, voilà que ce même Gary Illyes, selon une information rapportée par Barry Schwartz, aurait à nouveau déclaré lors de la dernière SMX West : “Si vous avez encore l’authorship sur votre site, je vous recommande de le laisser tel quel”.

Gary Illyes serait au courant qu’une équipe de Google cherche des façons de l’utiliser à nouveau.

Faut-il vraiment croire à un éventuel retour de l’authorship ou est-ce une carotte pour inciter les webmasters à revenir massivement vers Google+ ? L’avenir nous le dira.

Affaire à suivre…

Google Search Console introduit le rapport d\'erreurs des pages AMP

pages Accelerated Mobile Page (AMP), a récemment proposé aux webmasters qui le désiraient de s’inscrire pour participer au test AMP en avant-première.

Google AMP

Il s’agit pour Google d’obtenir des feedbacks sur la qualité des pages légères pour un affichage rapide des contenus sur mobile.

Et pour aider ces webmasters, et plus tard tous ceux qui auront des pages mobiles allégées, Google vient de lancer le rapport d’erreurs des pages dans (Apparence de la recherche -> Accelerated Mobile Pages).

Quitte aux webmasters de corriger les erreurs éventuelles dans leurs pages Accelerated Mobile Page (AMP) afin qu\’elles puissent être largement diffusées aux mobinautes.

Bien évidemment, pour que ce rapport s’affiche pour indiquer vos erreurs ou pour vous notifier qu’il n’existe aucune erreur, vous devez ajouter le code AMP dans le code source de vos pages web actuelles.

Google Search Console introduit le rapport d\'erreurs des pages AMP

En général, Google aura surtout besoin de rel=amphtml de la page web et rel=canonical de la page AMP pour créer son rapport d’erreurs dans la Search Console, si erreurs il y a.

Le rapport AMP montre que les pages AMP ont été correctement indexées ou les erreurs AMP spécifiques rencontrées lorsque Google analyse les pages AMP trouvées sur votre site.

Les erreurs de connectivité, les liens brisés et les autres erreurs n\’apparaissent pas dans le présent rapport. Les pages mobiles avec des erreurs AMP notifiées dans ce rapport n\’apparaîtront pas dans les résultats de recherche Google avec les fonctionnalités spécifiques à AMP.

A savoir l’affichage dans le carrousel des résultats AMP.

Comment utiliser le rapport AMP ?

Si Google constate qu’il existe des pages de l\’AMP sur votre site, il affichera ultérieurement un graphique des pages AMP avec succès ainsi que les pages avec des erreurs AMP spécifiques.

  • Pour voir les erreurs par type : la page de destination du rapport AMP affiche une liste des erreurs AMP par type d\’erreur. Cliquez sur une ligne de type erreur pour voir quelles pages ou URLs ont cette erreur.

A cela s’ajoute la date de détection de chaque erreur afin de mieux repérer quand le problème a pu survenir.

Si vous avez corrigé l’erreur mais que cette erreur est toujours indiquée dans le rapport Accelerated Mobile Page (AMP), n\’oubliez pas que Google explore les pages périodiquement.

Vous pouvez attendre la prochaine visite régulière de Googlebot ou vous pouvez demander une nouvelle analyse rapide via l’outil Explorer comme Google via Console.

Si vous pensez soumettre un fichier Sitemap au format XML avec uniquement des liens AMP, ce ne sera pas nécessaire car il pourrait n’être qu’accessible qu\’à Google. Or, tous les services et plateformes participant au projet AMP devront tous avoir accès à la version AMP (, par exemple, ne connaît probablement pas votre URL Sitemap).

En cas d’erreur signalée dans le rapport AMP et corrigée par vous, Google se fiera à la propriété “lastmod” qui indique la date de la dernière modification de la page pour l’indexer à nouveau si elle dispose du lien alternatif amphtml.

Google entend améliorer et affiner ce rapport d\’erreurs des pages Accelerated Mobile Page au fil du temps.

Google relooke son portail d\'aide SEO pour les webmasters

Lorsque vous irez vous connecter à Google Search Console

Google aide aux webmasters

Il s’agit d’un tout nouveau design qui facilite la découverte de l’information recherchée, ainsi que quelques nouvelles pages de conseils , y compris un calendrier qui répertorie tous les événements SEO de pour les webmasters.

Google déclare dans son post d’annonce “

Voici comment se présente le nouveau portail pour webmasters de Google à partir duquel vous allez, en principe, désormais vous connecter à votre compte .

nouvelle page support

Google relooke son portail pour webmasters pour mieux vous aider
Image via Google

Et si votre question ne figure pas dans la liste de problèmes fréquents pour lesquels Google vous donne des réponses immédiates, vous pouvez accéder à d’autres ressources pour obtenir une aide personnalisée selon les rubriques ci-dessous :

  • Apprenez à utiliser la Search Console pour surveiller vos performances sur la recherche Google et voir si Google peut indexer votre site Web.
  • Aide pour les sites piratés : Si votre site a été piraté, suivez les étapes et consultez des vidéos explicatives pour savoir comment y remédier.
  • Outil de dépannage pour les webmasters :
  • Hangouts et Office Hours :

La page support du site web pour les webmasters de Google vous propose aussi un accès direct aux outils de test de Google, qui sera aussi d’une grande aide à ceux qui prêtent assistance aux autres webmasters ayant des problèmes.

Les outils de test disponibles sont :

  • Test de compatibilité mobile : Vérifiez que les pages de votre site respectent les critères de Google pour les sites mobiles.
  • PageSpeed Insights :

L’onglet “Formation” du menu de navigation donne accès à des guides, des cours en ligne et à des ressources populaires pour apprendre à créer un contenu de qualité pour vos visiteurs. Voici que ce vous y trouverez :

  • Vérifier que votre site est adapté aux mobiles :
  • Améliorer votre présence dans les résultats de recherche avec le SEO :

Pour finir, Google propose dans son nouveau site d’aide aux webmasters, depuis l’onglet “Communication”, un accès à des informations issues de sa communauté, de ses propres actualités et de ses événements.

Le calendrier disponible permet de se tenir informé des prochains événements SEO de Google (hangouts, par exemple).

Google : Que reste-t-il de l\'autorité des liens lors de la migration du site vers le HTTPS ?

encourage depuis un certain temps les propriétaires de sites web à migrer vers l’hébergement sécurisé avec un certificat SSL valide.

Google : Les liens peuvent-ils perdre leur autorité lors d’une migration vers le HTTPS ?

Ainsi, après avoir officiellement déclaré l’hébergement HTTPS comme un critère de référencement, mais avec un tout petit “boost”, Google a créé un label https pour indiquer dans ses pages de résultats quels sites web sont sécurisés.

Et tout récemment, toujours pour rassurer les webmasters et leur donner plus de gages en cas de migration du HTTP vers le HTTPS, Google a annoncé des critères d’indexation du HTTPS par défaut.

Il s’agit ici d’une mesure qui va consister à prioriser l’indexation des pages sécurisées HTTPS par rapport aux pages HTTP normales.

L’une des inquiétudes manifestées par certains webmasters qui l’ont exprimée en commentaires dans un post de John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google, était d’en savoir plus de ce qu’il advenait des backlinks reçus par un ayant migré du HTTP vers le l’hébergement sécurisé HTTPS.

En d’autres termes, est-ce que les liens précédemment obtenus avant la migration HTTPS ne perdaient pas de leur autorité (et donc leur jus et leur trafic) du fait que les pages en question sont désormais en HTTPS ?

Comme le montre la capture d’écran ci-dessous, John Mueller va confirmer qu’il n’y aura aucune perte d’autorité des backlinks lors de la migration du HTTP vers le HTTPS. Plus précisément, voici ce qu’il dit :

C\’est comme avec l’URL avec www et sans-www, vous ne perdez pas les liens qui pointent vers la version alternative, même si vous ne définissez pas de redirection.”

Ainsi, ce n’est pas parce que les pages HTTP ne comptent plus que les liens qu’elles ont reçus sont pour autant perdus et que votre trafic web pourra en être affecté. Ils sont transférés avec tous leurs signaux vers la nouvelle version HTTPS du site.

C’est ce qu’a d’ailleurs à nouveau confirmé Gary Illyes de chez Google dans le Tweet ci-dessous :

Selon Gary Illyes, Google prendra en compte les signaux collectifs des liens entrants à la fois vers la version HTTP et la version tHTTPS d’une même page. En outre, cela se fera automatiquement, donc il n\’y a aucun besoin de s\’inquiéter du défaut de redirections.

La pénalité Google pour l\'affichage d\'interstitiels d\'appli mobile est entrée en vigueur

a officiellement commencé à faire des pages mobiles qui affichent des interstitiels d’installation d’applications mobiles aux utilisateurs, provenant des résultats de la recherche de Google mobile, des contenus non mobile-friendly.

La pénalité Google pour l\'affichage d\'interstitiels d\'appli mobile est entrée en vigueur

Cela signifie que ces pages perdent le bénéfice du label “Site Mobile” et le “boost” associé à leur classement actuel.

Dans son post officiel du 2 Novembre, ci-dessous présenté, Google déclare :

Initialement, cette pénalité devait commencer le 1er Novembre, mais elle commence officiellement le jour suivant. Et, cela ne concerne pas tous les autres interstitiels promouvant autre chose que l’installation de l’application mobile du site visité. Allez savoir pourquoi ?

Toutefois, avec l’annonce de cette mise à jour, cette pénalité sera totalement intégrée dans l’algorithme mobile-friendly de Google. Par conséquent, le 2 Novembre marque aussi le lancement de la seconde version du Mobile-Friendly.

Et voici ce que Google recommande dans son post :

Considérez donc que les sites qui continuent à afficher des interstitiels d’installation d’application mobile ont déjà perdu leur label “Site Mobile” et ont été déclassés.

Il sera maintenant intéressant de voir si ces sites constatent réellement une baisse de trafic et s’ils ont remplacé les interstitiels par des bannières.

Google confirme qu\'il utilisera l\'Authorship si beaucoup de gens l\'implémentent

Ils sont nombreux les marketeurs et autres qui ont appris que , par la voix de son Googler Gary Illyes, recommandait de ne pas définitivement abandonner l’Authorship.

Google confirme qu\'il utilisera l\'Authorship si beaucoup de gens l\'implémentent

En d’autres termes, soit il fallait le remettre dans le code source, soit il fallait continuer à le garder s’il n’avait pas encore été supprimé de votre site.

Il est vrai que jusqu’à maintenant, ça paraît quand même assez curieux cette proposition presqu’indécente de Google, après nous avoir déclaré qu’il ne tenait plus compte de l’Authosrhip et qu’on pouvait le supprimer.

Pour ma part, j’ai donné mon point de vue sur ce retour hypothétique de l’authorship ici.

Mais, voilà que le même Gary Illyes en remet une couche, comme nous le rapporte Barry Schwartz.

Dans le Tweet ci-dessous, c’est Mark Traphagen qui commente l’annonce de Gary Illyes en disant que ce n’est pas une promesse. Mais, c’est juste Gary Illyes qui donne son opinion en disant que cela fait sens de ne pas le supprimer.

Gary Illyes répond donc à ce Tweet en disant (voir ci-dessus) : “”.

C’est alors que Mark Traphagen revient à la charge pour réclamer une réponse plus précise en disant : “Si beaucoup de gens se mettaient à utiliser “rel=author” (le tag de l’authorship

Ce à quoi répond sans détours Gary Illyes (voir ci-dessus) : “Ce serait honnête de dire Oui.

A mon avis, Google sait (en fonction du signal émis) que la grande majorité des webmasters qui avaient mis en place le code HTML “rel=author” ne l’ont toujours pas retiré. Par conséquent, et peut-être qu’il le faisait déjà sans l’annoncer, il pourrait dans les temps à venir s’en servir … à nouveau.

Google PageSpeed Insights détecte les interstitiels de téléchargement d\'applis à supprimer

a récemment publié un post dans lequel il annonçait des changements à venir. Et ce, en ce qui concerne l’expérience utilisateur sur mobile.

Google PageSpeed Insights détecte les interstitiels de téléchargement d\'applis à supprimer

Il s’agit ici, au moment de visiter un contenu sur le web mobile, du fait de se voir proposer par le site mobile visité de télécharger l’application native dudit site. Cet affichage en surimpression obstrue totalement la visibilité du contenu et nécessite que l’utilisateur trouve le moyen de fermer ce pop-up. Ce qui n’est pas souvent facile.

C’est pourquoi Google leur déclarera la “guerre” à compter du 1er Novembre prochain. Car, Google estime qu’un utilisateur partant de ses pages de résultats de recherche devrait être en mesure de voir immédiatement le contenu pour lequel il a cliqué sur le résultat de sa recherche.

Alors, les sites mobiles qui ne les supprimeront pas à compter du 1er Novembre prochain seront dorénavant pénalisés par l’algorithme Mobile-Friendly

Ne sont cependant pas concernés par cette mesure tous les autres interstitiels promouvant un ebook gratuit, l’inscription à une newsletter, l’abonnement à un profil social, voir affichant une publicité autre que Adsense (), etc.

Google PageSpeed Insights pour vérifier

Si vous ne voulez pas que les pages de votre site mobile soient supprimées de l’index de Google (et vous pensez encore qu\’il n\’existe pas d\’index mobile ?), faîtes en sorte de ne plus obstruer la visibilité du contenu avec un interstitiel d’installation d’application native.

Désormais, en utilisant Google PageSpeed Insights, un outil conçu pour aider les webmasters à mieux optimiser les temps de chargement des pages Web desktop et mobile, vous remarquerez quelques ajouts très récents dont le plus important est la notification de la présence ou non d’interstitiel d’installation d’application sur votre site mobile.

Comme prévu par Google, avant la déxindexation des pages mobiles, il considère déjà ce type d’interstitiel comme un problème à résoudre pour une meilleure expérience utilisateur, comme le montre l’exemple ci-dessous :

En cas de détection de la présence d’interstitiel d’installation d’applis, voici ce que vous notifiera :

Les alternatives aux interstitiels d’installation d’application

Voici les actions recommandées par Google :

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}