Voici le Top 10 des logiciels de création de sites CMS

Le logiciel de création de site Web avec un système de gestion de contenu (CMS) est toujours idéal pour faire son site internet et surtout effectuer soi-même ses propres mises à jour régulières, de façon intuitive.

Classement 2018 des meilleurs logiciels de création de site

Car, certains apparaissent très simples en apparence, mais nécessitent parfois quelques notions de base en HTML. Ne serait-ce que pour pouvoir parfois intervenir à l’intérieur du code source.

Il ne faut donc pas hésiter à faire appel à eux, dès lors qu’il s’agit d’un projet professionnel de grande envergure. Leur aide et leurs conseils vous seront toujours précieux, notamment pour réaliser un site web sur mesure pour vous, et qui sera, en plus, bien optimisé dès le départ pour le référencement Web.

Comme dit plus haut, quelques notions du langage de programmation HTML peuvent s’avérer utiles, voire nécessaires, même si créer un site internet en WYSWYG avec un système de gestion de contenu (CMS) intégré dans la back-office est désormais une pratique courante.

Voici donc le Top 10 des meilleurs logiciels CMS gratuits ou payants pour créer un site professionnel

Top 10 des meilleurs logiciels CMS gratuits ou payants pour créer un site professionnel
Classement au 14 Avril 2020 – Source : W3techs.com
  1. WordPress : 35,7% d’usage et 63,1% de part de marché.
  2. Joomla! : 2,4% d’usage et 4,2% de part de marché.
  3. Shopify : 2,2% d’usage et 3,8% de part de marché.
  4. Drupal : 1,6% d’usage et 2,8% de part de marché.
  5. Squarespace : 1,4% d’usage et 2,5% de part de marché.
  6. Wix : 1,3% d’usage et 2,3% de part de marché.
  7. Bitrix : 1% d’usage et 1,7% de part de marché.
  8. Blogger : 0,9% d’usage et 1,7% de part de marché.
  9. Magento : 0,8% d’usage et 1,4% de part de marché.
  10. Opencart : 0,6% d’usage et 1% de part de marché.
  11. Prestashop : 0,5% d’usage et 8,9% de part de marché.

 

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

Après avoir annoncé que beaucoup plus de sites allaient migrer

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

En fait, ce sont 4 précisions qui ont été apportées à l’évolution de ce basculement actuellement en cours:

  1. index mobile-first

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré :

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré
    Images via Searchenginejournal.com
    • Une baisse importante du trafic de votre site via l’ordinateur.

    rapports de la Search Console pour indiquer quand le site a été déplacé vers le nouvel index. De cette façon, les propriétaires de sites seront en mesure de facilement comparer les données avant et après le basculement.

  2. Basculement des sites individuels qui sont “prêts” :

    déplacer des sites individuels qui sont les plus prêts

    Pour comprendre ce que signifie par “prêt”, regardez ce qui fonctionne dans la recherche mobile en ce moment.

    Un site optimisé pour la recherche mobile sera prêt pour l\'index mobile-First.

    Et donc, un site en responsive design et un contenu AMP auront la préférence de Google.

  3. Le balisage sur les sites mobiles est important :

    Google ne fera plus référence au balisage de la version desktop

    le balisage ou l’ajout des balises sur les sites mobiles sera important à l\'avenir

    Il en est de même pour le balisage Schema de données structurées.

    Par exemple, ils peuvent croire que les balises ALT ne sont pas importantes sur mobile parce que vous ne pouvez pas survoler une image avec un curseur comme vous pouviez le faire sur ordinateur.

    devez inclure le même balisage sur les 2 versions pour vous assurer que Google sera en mesure de le voir.

  4. Vous n’êtes pas encore prêts pour le mobile first ?

    un site mobile mobile-friendly prêt.

    Un bon site desktop est mieux qu\'un mauvais site mobile

8 outils gratuits d’aide au référencement sur Google

référencement sur Google.

8 outils gratuits d’aide au référencement de Google

algorithmes de Google. .

Danny Sullivan à la tête de l’équipe du Search. Mais, chaque update est censée nous emmener tout de même un pas de plus vers des résultats de recherche plus pertinents, après tout.

Cependant, il y a encore un peu de secret derrière exactement comment évalue un site Web et détermine en fin de compte quels sites afficher pour les requêtes de recherche.

Ces sont essentiels à votre stratégie de recherche organique, car ils vous permettent de vous concentrer sur les éléments de votre site que Google juge importants.

 

Chrome Lighthouse

Lighthouse est une version \ »Lite\ » (légère) d\’un outil d’audit classique de site. Il fournit actuellement des commentaires sur 10 métriques SEO.

L\’outil de SEO Lighthouse peut également être téléchargé et installé dans Chrome en tant qu’extension, mais reste limité dans sa portée. Toutefois, il fournit un instantané de 10 mesures qui comptent pour Google.

Téléchargez l\’extension ici.

 

Google Test My Site

Cet outil va permettre aux webmasters de “tester la vitesse de leur site sur mobile”.

Test My Site vous montrera combien de visiteurs votre site pourrait perdre en raison de votre temps de chargement lent et comparera ce temps de chargement à celui de vos concurrents dans la même thématique que vous.

Test My site vous propose 2 métriques essentielles pour Google. C\’est un bon outil pour obtenir un instantané rapide de la qualité de la vitesse d\’un site Web.

L\’outil offre également d\’envoyer un rapport complet contenant des suggestions pour accélérer votre page Web spécifique.

Testez ici.

 

PageSpeed Insights

PageSpeed Insights fournit maintenant des informations sur la façon dont une page adhère à un ensemble de meilleures pratiques.

En d’autres termes, l\’outil PageSpeed de Google vous montre à présent à quelle vitesse vos pages se chargent en fonction des données réelles de l\’utilisateur, ce qui est une mesure importante pour la satisfaction des utilisateurs.

Cet outil en ligne fournit un score et offre des conseils spécifiques pour accélérer une page Web. Il vous indique quels scripts et feuilles de style ralentissent votre site, dont les images sont trop grandes, et offre de nombreux autres conseils pour accélérer vos pages Web.

Vérifiez votre vitesse de chargement ici.

 

Safe Browsing Test

L’outil Safe Browsing Test vérifie s\’il y a un Malware sur un site. Cependant, une chose intéressante à propos de cet outil est qu\’il révèle également la dernière date qu\’un site a été testé.

Mais, comme toujours, certains sites sont plus souvent testés que d\’autres.

Vous pouvez vérifier l’état de votre site ici.

 

Google Trends

Google Trends ou Google Tendances fournit des informations sur la popularité des mots clés et segmente également l\’information par période et par zone géographique.

En plus de la recherche organique, Google Trends offrira des données sur les recherches effectuées dans Google News, Google Shopping, Google Images et YouTube.

Google Trends propose donc maintenant plus de données pour montrer ce que les gens dans le monde cherchent le plus sur internet.

Google Tendances est également important pour la recherche concurrentielle. Il vous montre combien de fois les gens effectuent des recherches sur Google avec le nom de la marque d\’un concurrent, par exemple.

La ligne des tendances par période vous montrera à quel point une tendance est stable, si elle monte, baisse ou est statique.

C\’est par ici pour Google Tendances.

 

Google Analytics

Certes, nous connaissons tous la frustration des données de mots clés non fournis (not provided), après que Google Analytics a retiré certaines de nos analyses les plus utiles.

Mais, il y a encore un énorme avantage qui est d\’avoir des données analytiques pour votre site afin d\’analyser le contenu, l\’expérience utilisateur, le succès des campagnes et plus encore.

En fait, si vous n\’utilisez pas Google Analytics dans votre marketing numérique, vous serez en retard sur la concurrence.

Google Analytics reste un outil populaire et en constante évolution. Bien qu\’il y ait une concurrence croissante d\’alternatives telles que Clicky, Open Web Analytics, WebTrends, Omniture et plus encore.

 

Google Adwords Keyword Planner

Google Keyword Planner, le planificateur de mots clés de Google Ads reste la source de facto pour beaucoup de marketeurs quand il s\’agit de vérifier les volumes de mots clés (mais ne pas compter sur lui pour des exacts).

Le nouveau planificateur est beaucoup plus concentré sur le PPC (paiement par clic), et donc pour la recherche de mots clés pour les campagnes Google Ads que le Keyword Tool précédent.

Il existe cependant des alternatives intéressantes à Google Keyword Planner.

 

Google Search Console

Si vous ne devez utiliser qu’un seul outil d’aide au SEO dans cette liste, la Search Console de Google sera celui-ci.

Dans la nouvelle Search Console, les utilisateurs vérifiés dans seront en mesure d\’accéder à la nouvelle performance de la recherche, la couverture de l\’index, l\’état de l\’AMP et les rapports d\’affichage des offres d\’emploi.

De quoi l’utiliser régulièrement pour vérifier les performances de votre site et repérer les problèmes plus rapidement :

  1. Vous y découvrirez aussi si votre site a une pénalité manuelle,
  2. Vous identifierez les problèmes d\’analyse et les liens rompus,
  3. Vous verrez le nombre de pages indexées parmi celles que vous avez soumis à Google,
  4. Vous pourrez tester votre fichier robots. txt ou des .
  5. Et beaucoup plus, le tout gratuitement.

C\’est un coup d\’oeil sur la façon dont Google considère les éléments de votre site.

Pendant que vous y êtes, pensez aussi à utiliser Bing Webmaster Tools.

Il y a aussi beaucoup à gagner avec cet outil gratuit pour checker les performances de votre référencement sur Bing.

Les tout derniers conseils SEO de Google sur l\'index Mobile-First

Google avait annoncé l’année dernière être en train d’expérimenter l’index Mobile-First afin d’utiliser, désormais, les performances de la version mobile du contenu pour le classement de ce contenu tant sur mobile que sur ordinateur.

Les tous derniers conseils SEO de Google sur l\'index Mobile-First

Pour , actuellement, les systèmes d’exploration, d’indexation et de classement de Google regardent exclusivement la version ordinateur (desktop

Le Mobile-First Index signifie alors, d’après Googleen priorité, les utilisateurs du mobile à trouver ce qu’ils cherchent.

Google déclare par la suite :

Les webmasters verront une augmentation significative de l’exploration par le robot “Smartphone Googlebot”, et les extraits dans les résultats, ainsi que le contenu sur les pages de cache Google, seront issus de la version mobile des pages.

Comme Google l’avait dit, les sites qui utilisent le responsive design ou conception adaptable avec le mobile et implémentent correctement la diffusion dynamique (qui inclut tout le contenu desktop et le balisage) .

  1. Assurez-vous que la version mobile du site a également du contenu important, de haute qualité. Cela inclut le texte, les images (avec les attributs alt) et les vidéos dans les formats habituels et indexables.
  2. Les données structurées

    Elles devraient être à la fois sur la version mobile et la version desktop du site. Assurez-vous que les URL dans les sont mises à jour vers la version mobile sur les pages mobiles.

  3. Les métadonnées doivent être présentes sur les 2 versions du site.

  4. l\’interconnexion avec des URL mobiles distinctes (sites m.-dot).

    Pour les sites utilisant des URL mobiles distinctes, conservez les éléments du lien existant rel = “canonical” et link rel = “alterner” entre ces versions.

  5. éléments de link rel = “hreflang”

  6. exploration) potentiellement accru.

    m.example.com.

ce processus a déjà commencé

C’est pourquoi, il pense que faire cela lentement aidera les webmasters à obtenir que leurs sites soient prêts pour les utilisateurs mobiles. Raison pour laquelle, il confirme à nouveau, qu’il ne dispose d’aucun calendrier pour quand tout cela va se terminer.

L\'index Mobile First de Google est en test dans les résultats de recherche

John Mueller de chez vient de confirmer dans un Hangout pour que Google est actuellement en train d’expérimenter son index mobile first en live dans les résultats de recherche mobile.

L\'index Mobile First de Google est en cours de test grandeur nature

Il n’a cependant pas indiqué dans son propos le pourcentage des internautes qui utilisent Mobile et qui voient ces résultats du test en live.

Ce qui voudrait aussi dire que tous les sites ayant une version mobile-friendly sont actuellement susceptibles de s’afficher dans les résultats de recherche mobile des testeurs choisis par Google.

Avec ce test, Google ne cherche uniquement pas à savoir comment l’index mobile first impacte les résultats actuels et influencent le comportement des utilisateurs. Mais, il construit aussi de nouveaux classifieurs en vue des prochains débogages.

D’après Barry Schwartz de Seroundtable, John Mueller a expliqué que ces classifieurs internes sont conçus pour labelliser et différencier les sites Web qui ont une version ordinateur équivalente pour les pages mobiles affichées et ceux qui n’en ont pas.

Ces notifications pourraient alors se faire soit via un article sur le blog officiel de Google, soit via des messages dans la Search Console et d’autres moyens.

Et, une fois de plus, aucune date précise n’a été donnée par John Mueller quant à la généralisation de l’index mobile first côté utilisateurs.

Voici la transcription intégrale du commentaire de John Mueller (vidéo : 15:38) :

C\’est une des choses dont nous devons être sûrs que les changements que nous faisons fonctionnent bien. Nous créons des classifieurs en interne pour nous assurer que les pages mobiles sont en fait équivalentes aux pages desktop et que les sites ne voient aucun effet négatif de ce basculement.

Et ce sont des choses que nous devons expérimenter avec du contenu réel. Nous ne pouvons pas simplement faire des pages et dire que c\’est un peu bien comme une page Web normale. Nous devons vraiment voir ce qui se passe lorsque vous l\’exécutez avec du contenu réel.

À un moment donné, il peut y avoir des aspects [du déploiement de l’index mobile first] qui sont plus visibles, mais comme avec beaucoup d\’expériences de recherche, ce sont des choses que la plupart des gens ne remarquent pas parce que dans un monde idéal, les choses devraient simplement fonctionner pareillement.

Rappelons que l’index mobile first va permettre à Google d’indexer prioritairement la version mobile d’un site et le classement de ce même site sur mobile sera aussi utilisé pour son classement lors des recherches sur ordinateur.

Comment passer d\'une URL mobile séparée à une URL Responsive ?

Le mobile-first de Google, dont on connaît approximativement la période de lancement, préoccupe de plus en plus les propriétaires de sites, contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Google : Comment passer d\'une URL mobile séparée à une URL Responsive

Et, ce que l’on sait à ce jour, c’est que la validation du mobile first se fera au cas par cas, en ce qui concerne .

Avec plus de sites migrant vers la conception Web réactive, et donc en responsive design, pour être mobile-friendlyvia par exemple : m.mondomaine.com), vers des URLs Reponsives.

Ce sujet s’adresse donc à ceux qui ont un site séparé, en plus de leur site desktop. Ce qui entraîne en général la gestion de 2 URLs distinctes pour un même contenu.

Ci-dessous les étapes recommandées par Google :

  • Configurez les Redirections 301 sur les anciennes URLs mobiles séparées pour pointer vers les versions réactives (les nouvelles pages en responsive design).
    Images via Google

    Ces redirections doivent être effectuées sur une base par URL, individuellement, à partir de chaque ancienne URL mobile séparée vers les nouvelles URLs réactives.

    1. Comme une bonne pratique, mettez en place l’attribut canonique (rel = canonical) sur les nouvelles URLs en responsive pointant vers elle-mêmes (attributs canoniques autoréférentiels).

Google rappelle, après ses recommandations, que le passage à un site réactif devrait faciliter la maintenance et les rapports des statistiques de performance.

telles que l\’attribut “hreflang”AMP pour la vitesse, des données structurées pour les fonctionnalités de recherche avancée et plus encore.

Google Fred : Grosse mise à jour de l\'algo de classement de Google ?

Depuis quelques jours, surtout outre-Atlantique, de nombreux SEO se plaignent de voir leurs classements sur chuter, avec donc inévitablement une baisse conséquente du trafic Google.

Google Fred : Grosse mise à jour de l\'algo de classement de Google ?

Le plus marrant dans cette communauté SEO en ébullition dès que Google tousse, c’est de voir que les premières alertes concernant la baisse du trafic Google proviennent des forums de webmasters pratiquant ce qu’on appelle le “balck hat .

C’est à dire ceux qui ont une pratique du référencement totalement en dehors des règles et consignes SEO de Google.

Or, quand on fait du “Black Hat SEO” essentiellement basé sur la pose de liens ici et là, on fait du référencement “One Shot”, et on ne vise donc pas le long terme. On ne peut donc pas s’étonner par la suite d’être pénalisé un jour ou l’autre par Google…

Bref, la communauté Black Hat a donc été la première à constater de nombreux mouvements dans les classements sur Google, grâce à leurs outils SEO qui permettent de suivre ce genre de choses, pratiquement en temps réel.

Selon Barry Schwartz, tous ces webmasters en sont arrivés à la conclusion qu’il y avait de forts signaux d’une grosse mise à jour de l’algorithme de ranking de Google.

Alors qu’on pourrait penser que c’est le rôle dévolu à Google Penguin désormais intégré dans le core de l’algo de Google, cette mise à jour non confirmée officiellement par Google ciblerait la qualité du profil des liens des sites Web.

Il s’agirait donc d’une mise à jour de l’algorithme anti-spam concernant les backlinks. Et s’il ne s’agit pas de Penguin, alors de deux choses l’une :

  • Soit Google préfère revenir à la mise à jour manuelle de Penguin qu’il peut mieux ajuster pour plus d’efficacité.

Dans les deux cas, en pilotage automatique ne produirait pas les effets escomptés. CQFD.

Alors, comme pour masquer tout cela, Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst et porte-parole de Google, sans pour autant confirmer officiellement cette update, la baptise du nom surprenant de “Fred” qu’il dit convenir à toutes les prochaines mises à jour de ce type, sauf indication contraire.

Google Fred serait alors, bizarrement comme Google Penguin, une update de l’algorithme vérifiant la qualité des liens entrants et influant sur le classement du contenu. C’est exactement ce qu\’est supposé faire Google Penguin 4.0 depuis son lancement.

WordPress : 20 Pirates s\'amusent à infecter et supprimer des pages

WordPress qui n’ont pas encore appliqué le récent correctif concernant une vulnérabilité critique.

WordPress : 20 Pirates s\'amusent à infecter et supprimer des pages

Il s’agit d’une affaire tellement sérieuse que a commencé à avertir certains webmasters de blogs , via la Search Console et par email, qu’il a découvert une faille de sécurité sur leurs blogs WordPress, avant de leur conseiller de les mettre à jour.

Alors, de quoi s’agit-il ? Tout est en rapport avec la version 4.7.2 de WordPress récemment lancée.

Informations sur la vulnérabilité de l’API REST

Le 26 janvier dernier, WordPress publié la version 4.7.2 dans laquelle figurait un correctif de sécurité pour une vulnérabilité critique qui permet aux pirates de modifier le contenu sur un site WordPress.

Ils n’avaient pas en ce moment là annoncé l’existence d’un correctif très important afin que les pirates ne soient pas conscients de la vulnérabilité pendant que le mécanisme de mise à jour automatique de WordPress aient mis à à jour les sites vulnérables.

Le correctif de sécurité caché, jusque là, a finalement été révélé le 1er février 2017, soit 6 jours plus tard, une période au cours de laquelle les pirates avait déjà pris connaissance de l’exploit ou faille de sécurité.

À cette période là, un grand nombre de sites Web WordPress avait déjà migré vers la version 4.7.2 (la plus récente).

Et, comme il fallait s’y attendre, à compter du 3 Février, les services de sécurité informatique ont commencé à constater une multiplication des attaques ciblant la vulnérabilité de l’API REST.

Une API compatible RESTGET), placer (PUT), publier (POST) et supprimer (DELETE) des données.

La vulnérabilité, située dans l’API REST de la plateforme, permet donc, selon Computerworld.com, à des attaquants non authentifiés de modifier le contenu de n’importe quel article ou page d’un site WordPress.

La faille a été corrigée dans la version WordPress 4.7.2, sortie le 26 janvier, mais l’équipe de WordPress ne divulgue pas publiquement l’existence de la vulnérabilité avant une semaine plus tard, afin de permettre à un grand nombre d’utilisateurs d’avoir le temps de déployer la mise à jour.

Cependant, même après que la faille soit devenue publique, beaucoup de webmasters n’avaient pas encore décidé d’appliquer le patch. Et il s’en est suivi une vague impressionnante de piratages des sites et blogs WordPress non mis à jour.

Le lundi 6 Février, l’entreprise de sécurité Web dénommée Sucuri a signalé qu’environ 67.000 pages avaient été effacées dans les 4 vagues d’attaques distinctes contre des sites WordPress.

Depuis lors, le nombre de pages supprimées a augmenté de plus 1,5 millions et il y a 20 signatures d’attaques différentes, selon les de Feedjit, l’entreprise derrière le plugin WordPress de sécurité Wordfence.

Le nombre de sites uniques touchés était alors estimé à environ 40.000, en considérant toutefois qu’un site peut avoir plusieurs pages corrompues ou supprimées.

Le Jeudi 9 Février dernier, le PDG de Feedjit a publié un autre post pour dire :

En 48 heures, nous avons constaté plus de 800.000 attaques exploitant cette vulnérabilité spécifique à travers les sites WordPress que nous surveillons.

Bref, l’heure est grave. Vous devez donc comprendre que si WordPress vous propose une version récente, vous devez absolument migrer votre site vers cette nouvelle version.

Car, les pirates profitent justement du temps d’attente de nombreux webmasters, et donc de la mise à jour souvent tardive et non immédiate, pour sévir et compromettre les sites WordPress.

Ce qui est plus facile pour eux, d\’autant plus qu\’ils connaissent déjà la faille de sécurité que permet de corriger chaque nouvelle version de WordPress. Alors, il ne leur reste plus qu\’à chercher les sites non mis à jour.

Alors, si ce n’est pas encore fait, téléchargez la version 4.7.2 de WordPress et mettez à jour votre site ou blog.

Google déteste le bouton Lire la suite pour lire le reste d\'un article

On a connu, il y a encore peu de temps, le phénomène des interstitiels lorsqu’on visite des contenus sur mobile. Et pour dissuader les webmasters et les éloigner de cette pratique, a finalement décidé de déclasser les pages mobiles qui en affichent.

Et comme toujours, ce sont les abus qui finissent par inciter Google à créer des pour freiner les ardeurs des uns et des autres. Aujourd’hui, les projecteurs se braquent sur un phénomène qui commencent à prendre de l’ampleur sur mobile : le clic sur le bouton “Lire la suite”.

on vous présente un bouton labellisé “Lire la suite”.

Vous comprenez alors qu’on vous demande de cliquer sur ce bouton pour déplier la page complète et poursuivre votre lecture de ce même article sur cette même page. C’est abusé, non ?

Sauf que, ce bouton “Lire la suite” n’est jamais placé là de façon anodine. C’est une stratégie pour s’assurer une plus grande visibilité d’une publicité (quelle qu’elle soit) placée juste en dessous du bouton “Lire la suite”.

Selon l’information relayée par Seroundtable, les principaux portes-paroles de Google, que sont Gary Illyes et John Mueller, ont manifesté leur grande désapprobation de cette nouvelle pratique sur mobile.

Non seulement cela constitue une perte de temps pour l’utilisateur, mais c’est aussi une mauvaise expérience utilisateur qui peut être pénalisante.

Toujours est-il, pour répondre à une question sur ce sujet, John Mueller a répondu ce qui suit dans son Tweet :

En d’autres termes :

Ce n’est pas un interstitiel, mais oh combien je déteste ceux-là. Pourquoi pourquoi pourquoi un site veut-il masquer son contenu ?

Et Gary Yllies de rajouter :

Je n’ai jamais compris sa raison d’être. Ça génère plus d’argent ? Ou pourquoi les gens le font-ils ?

Bref, c’est comme cela que ça avait commencé avec les interstitiels. Aujourd’hui, on connaît la suite…

Alors, attention au retour de bâton.

Google supprime l\'opérateur link:votredomaine.com

Google demande aux webmasters et autres référenceurs internet d’arrêter d’utiliser l’opérateur de recherche “link” qui est désormais officiellement “mort”.

Google supprime officiellement l\'opérateur link:votredomaine.com

C’est ce que déclare Searchengineland.com qui aurait reçu officiellement confirmation de la part de , et la suite de cet article vous le démontre aussi.

Continuer à utiliser la commande \ »link:www.VotreNomdeDomaine.com\ » vous affichera au fil du temps () des résultats non pertinents ou approximatifs, pour ne pas dire des résultats erronés.

Pour la petite histoire, vous pouvez utiliser des opérateurs de recherche et des signes de ponctuation pour obtenir des résultats de recherche plus précis. Et, selon Google, les opérateurs de recherche sont, par définition, des termes qui vous permettent d\’affiner vos résultats de recherche.

Mais, en termes de référencement, la commande \ »link:VotreNomdeDomaine.com\ » sur permet d\’afficher comme résultats de recherche toutes les pages Web qui envoient un backlink vers une URL spécifique d’un .

Et certains webmasters ont pris l’habitude de se servir de cette commande pour comparer le nombre de backlinks entre 2 ou plusieurs sites ou pages. Car, comme pour toutes les recherches sur Google, le nombre total de résultats (et donc de backlinks potentiels) est affiché au début de la page de résultats après avoir lancé une requête avec l\’opérateur link.

Déjà au mois de Février 2016, des doutes subsistaient quant à la continuité de cet opérateur \ »link:www.VotreNomdeDomaine.com\ ». Mais, Google avait confirmé que l’opérateur link restait toujours valable sur Google Search.

Mais voilà, John Mueller de chez Google vient de répondre à un webmaster en lui recommandant de ne plus utiliser l’opérateur de recherche link.

Voici ce qu\’affichait auparavant la page d\’aide de Google sur les opérateurs de recherche :

Et voici ce qu\’on trouve aujourd\’hui sur cette même page d\’aide :

Copie d\’écran via Google

Vous constatez sur la deuxième copie d\’écran que l\’opérateur \ »Link\ » a disparu de la liste des opérateurs supportés par Google Search. La commande link n’est donc plus officiellement une option de recherche sur Google Search.

Il va donc falloir se tourner, si ce n\’est fait depuis longtemps, vers des outils SEO tiers ou aller dans votre espace Google Search Console pour avoir une idée sur vos backlinks.