Twitter va renommer et relancer Vine avant de l\'intégrer dans Twitter

Au mois d’Octobre dernier, et à la surprise générale, avait annoncé l’arrêt définitif de Vine, son application de vidéos courtes en boucles.

Vine Camera

Mais, après avoir longtemps discuté avec les créateurs Vine, Twitter annonce, à nouveau à la surprise générale, que finalement, il décide de relancer son application défunte Vine en la renommant “Vine Camera”.

Et ce, dès le mois de Janvier 2017Twitter va la garder. Mais, précisons que Vine Camera existait déjà et était une fonctionnalité qui permettait de faire des montages dans Vine.

Ainsi, après avoir changé de nom, Vine Camera va permettre aux utilisateurs de feue Vine de continuer à faire des vidéos courtes de 6 secondes. Mais, à la différence de Vine, les créateurs ne pourront pas partager leurs vidéos Vines dans Vine Camera.

La seule option de partage qui leur sera proposée dans cette nouvelle application, c’est de partager directement sur Twitter. Sinon, ils n’auront que la deuxième option qui va consister à enregistrer leurs vidéos courtes dans leurs propres mobiles, avant de pouvoir les partager sur les réseaux sociaux de leur choix.

En dehors de ces 2 options, vous ne pourrez rien faire d’autres avec vos vidéos Vines.

Le fichier des vidéos Vines que vous téléchargez à partir du site Vine.co inclura un fichier index.html qui contient les légendes de vos Vines, ainsi que le nombre de Likes, commentaires et partages de vos Vines.

Si vous téléchargez vos Vines depuis l’application Vine, vous recevrez uniquement vos fichiers vidéo enregistrés sur votre appareil-photo, sans légendes ni les informations supplémentaires.

Images via Vine.co

Si vous le faites avec l’application Vine, vous devez sauvegarder ces clips vidéos avant le passage à Vine Camera. Il existe également une option pour recevoir un email avec des liens vers vos Vines si les enregistrer individuellement vous semble pénible.

Vine a aussi décidé d’aider ses créateurs à transférer leurs abonnés vers Twitter.

Les utilisateurs se connectant à leurs comptes Vine verront s’afficher une fenêtre en surimpression (voir image ci-dessus) demandant s’ils voudraient continuer à suivre les créateurs de vidéos populaires sur Twitter. Le site Internet de Vine migrera vers le mode archive en Janvier 2017, mais Twitter n’a pas dit pendant combien de temps il envisage d’y maintenir les vidéos disponibles.

Tout porte à croire, comme il vient de le faire avec Periscope, que Twitter va proposer la création de vidéos courtes directement (et pourquoi pas longues ?) depuis l’application Twitter

Sinon, pourquoi avoir fait cette version (pour ressusciter Vine) pour proposer de partager les vidéos courtes uniquement sur Twitter, et surtout transférer les followers des comptes Vine sur leurs comptes actuels Twitter.

Une occasion en or pour élargir sa base d’utilisateurs : transformer si possible, après avoir supprimé les doublons, les comptes Periscope et Vine en comptes Twitter.

Slack propose désormais l\'appel vidéo de groupe et à 2

Slack vient de déployer un nouveau moyen de communiquer avec les collègues, grâce à l’appel vidéo. Ainsi, désormais, les utilisateurs ne pourront pas uniquement envoyer des messages textuels, mais ils pourront aussi passer des appels vidéos et faire des visiconférences.

Slack propose désormais l\'appel vidéo de groupe et à 2

Que ce soient des appels vidéos en face à face ou de groupe avec jusqu’à 15 personnes.

Mais, il ne s’agira pas seulement de voir le visage de la personne avec laquelle on parle, vous pourrez inclure des emojis via le chat.

Après le lancement des appels vocaux en Juin dernier, on pouvait évidemment soupçonner Slack de vouloir aussi ressembler à Hangouts de et à de .

Toujours est-il qu’on peut se demander, après le partenariat conclu entre Slack et Google, si la fonction d’appel vidéo n’est pas celle de Google Hangouts.

Image via Slackhq.com

Les appels vidéos via Slack sont disponibles depuis les versions Mac et , ainsi que depuis .

L’application mobile n’est pas encore tout à fait au point pour l’appel vidéo. Les utilisateurs mobiles peuvent cependant se joindre à un appel vidéo, mais ils ne peuvent envoyer et recevoir que l’audio.

Cette nouvelle fonctionnalité de Slack sera disponible dans quelques jours. Alors, patience, patience…

Les résultats d\'une étude sur les facteurs du référencement local en 2016

Comme chaque année, Local Guide a réalisé et présenté les résultats de son enquête 2016 sur les critères qui ont aujourd’hui un impact important sur le référencement local.

Le référencement local en 2016

facteurs qui aident ou améliorent la visibilité lors des recherches locales.

Cependant, il est important de retenir, selon SEO Local Guide, que les résultats de cette étude révèlent les corrélations, et non les causalités. L’étude a en effet identifié les caractéristiques des sites qui se classent bien, mais elle ne dit pas que ces caractéristiques sont définitivement des facteurs de classement.

Méthodologie de l’étude sur le SEO local

L’étude a assemblé des données provenant de plus de 100 facteurs différents de classement pour analyser 30.0003.000 recherches locales.

Les facteurs analysés dans l’étude incluent les fiches Google My Business, les facteurs d’ interne du site Web, les facteurs locaux externes (y compris les citations) et les backlinks.

Les outils d’analyse des liens de Majestic et Moz ont été utilisés pour collecter les métriques des liens.

L’étude visait à identifier les facteurs qui sont importants dans le Pack Local à 3 résultats de Google et les résultats de Google Maps pour que les propriétaires d’entreprises puissent avoir des données indiquant où concentrer leurs efforts d’optimisation, dans le but d’améliorer leurs performances de recherche locale.

Les résultats ont prouvé que pour réussir dans la recherche locale, le marketeur doit faire attention aux domaines pas habituellement pris en compte dans la recherche locale, à savoir l’optimisation interne du site Web et les liens.

Variables ordinales et catégorielles

En statistique, on qualifie d\’ordinale une variable qualitative pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu (parfois qualifiée de catégorie ou de modalité) est numérique.

très mauvais) à +2 (excellent), en passant par zéro (indifférent).

Et la variable catégorielle (on dit aussi qualitative) est une variable pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu ne représente pas une quantité. Les différentes valeurs que peuvent prendre cette variable sont appelées les catégories, modalités ou niveaux.

L’étude de SEO Local Guide a donc segmenté les facteurs de classement en variables ordinales et catégorielles. Les variables ordinales sont basées sur des facteurs numériques et les sites ayant des valeurs plus élevées pour ces facteurs obtiendraient un ranking plus élevé.

Les variables catégorielles étaient identifiées par oui ou non pour savoir si une entreprise avait des caractéristiques bien notées. Et si c’était oui, elle obtenait un classement plus élevé.

Le tableau ci-dessous indique les facteurs inclus en tant que variables catégorielles (habituellement un test oui/non) pour divers facteurs de classement, pour classer en fonction du poids apparent.

Image via Seolocalguide.com

Plusieurs de ces facteurs entrent dans le domaine des fondamentaux du SEO ou de ceux de Google My Business qui sont les meilleures pratiques de référencement de base, et sous le contrôle du propriétaire du site.

Par exemple, les facteurs de Google My Businessces facteurs permettent de différencier votre site de ceux qui ne prennent pas en compte ces simples étapes de base.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’il est utile de consacrer un peu de temps pour construire un profil My Business solide.

Les avis locaux sont extrêmement importants

Selon SEO Local Guide, deux des principaux critères de sont les avis locaux et le nombre de consultations de la page My Business (qui serait plus une corrélation qu’un facteur selon l’étude, les pages les mieux classées ayant plus de consultations que les autres).

Les avis locaux sur les pages My Business seraient donc en tête de la liste des facteurs. Les sites avec le plus d’avis, tout comme lors des recherches avec Google Allo, devancent les autres entreprises.

Sans doute que les sites avec des avis de consommateurs obtiennent plus de clics, mais le fait que les sites avec des avis se classent tout en haut est une forte indication que les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles ont des avis, surtout positifs, en grande quantité.

Un autre facteur important de Google My Business, noté par l’étude, est la présence des photos. Ce facteur s’élève à la huitième position, suivi de près par le compte vérifié et les heures d’ouverture de l’établissement.

Une fois de plus, prendre le temps pour construire un profil Google My Business de qualité est considéré comme un signal positif.

Les facteurs organiques traditionnels

Les résultats de l’étude ont confirmé ce que beaucoup de personnes dans le domaine de la recherche locale ont suspecté depuis belle lurette, et surtout depuis le lancement de Google Pigeon. A savoir que Google utilise désormais les mêmes facteurs organiques de son algorithme de classement traditionnel pour les appliquer à la recherche locale.

Les activités qui profitent au référencement organique bénéficient également à la recherche locale.

Les backlinks, en particulier, se sont avérés être un facteur important dans le SEO local, avec diverses métriques qui positionnent les liens dans les 10 meilleurs facteurs de classement sur 15.

Les liens ont longtemps été considérées comme un facteur majeur de classement pour la recherche organique normale. Dorénavant, les entreprises locales doivent faire attention au profil de leurs liens comme dans la recherche régulière.

D’autres facteurs organiques à ne pas ignorer : avoir un site sécurisé via HTTPS, utiliser modérément des mots clés dans les textes d’ancrage, et avoir des mots clés dans le titre sont considérés comme des caractéristiques positives dans le classement local.

De même, avoir un mot clé dans le nom de l’entreprise serait un signal très fort, à condition de ne pas en abuser.

Autre remarque mentionnée par l’étude de SEO Local Guide, c’est que le site mobile-friendly (compatible avec le mobile) est maintenant le troisième plus grand facteur catégoriel.

Au final, l’étude a révélé que les entreprises locales ont besoin d’aller au-delà de la seule page Google My Business et des citations locales.

Et puisque les meilleures pratiques de référencement naturel font partie du classement local des sites, les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles consacrent du temps pour améliorer leurs sites Web si elles veulent rester compétitives dans la recherche locale.

L\'UE veut que Google et Facebook reversent de l\'argent aux éditeurs de news

L\'UE veut que Google et Facebook reversent de l\'argent aux éditeurs de contenus


Et ce, en échange de l’utilisation de leur contenu, selon des règles européennes proposées qui visent à consolider les revenus des entreprises de médias qui s’effondrent.

Selon The Guardian qui rapporte l’information, ces mesures font partie d’une série de réformes que la commission européenne a l’intention de soumettre à la consultation dès ce mois de Septembre 2016.

Elles sont conçues pour renforcer les droits de ceux qui créent et investissent dans le contenu original, des auteurs et musiciens aux maisons de disques, aux créateurs de vidéo et aux éditeurs.

La commission tente, sous la pression croissante des éditeurs européens, de remettre à niveau le marché. En effet, selon l’UE, et bénéficient d’une grosse part de l’argent de la publicité en ligne, alors que les revenus des éditeurs de médias ont chuté malgré leur lectorat en ligne qui est en pleine expansion.

Dans les propositions de ce projet énonçant ses options favorites, la commission européenne déclare :

La viabilité des industries d’édition dans l’Union Européenne peut être en jeu, avec le risque d’autres conséquences négatives sur le pluralisme des médias, du débat démocratique et de la qualité de l’information.

Selon toujours l’UE, les géants du Net “ont une forte position de négociation” qui “rend difficile pour les éditeurs de contenus de négocier avec eux sur un même pied d’égalité”.

C’est pourquoi Bruxelles cherche à donner aux éditeurs de médias le droit exclusif de mettre leur contenu à la disposition du public et de le reproduire sous forme numérique.

En d’autres, cela signifie que la société mère de Google, Alphabet, pourrait faire face à des demandes des éditeurs à payer une redevance pour utiliser des extraits de leurs articles dans des services comme Google Actualités.

La protection, appelée “droits voisins”

éphémère) des news.

On attend maintenant de savoir quelle suite sera donnée à ce projet de la Commission Européenne visant à faire payer les acteurs du Net pour le référencement des contenus des grands médias. Et surtout, quelle pourrait être la riposte de Google et Facebook en la matière, qui contribuent largement à la popularisation gratuite des contenus de ces mêmes grands médias.

Affaire à suivre …

Google rachète LaunchKit pour faciliter la création d\'applications Android ?

vient de racheter la start-up Launchkit, propriétaire d’un outil du même nom, qui permet à tout le monde de créer facilement une application mobile ou .

Google rachète LaunchKit

Lancée il y a à peine deux ans, Launchkit vise donc à faciliter la création d’applications mobiles avec des fonctionnalités de gestion intégrées.

Cette start-up dispose d’une série d’outils dont Screenshot Builer (pour créer des vignettes et images pour l\’App Store et Google Play), App Website Builder (pour créer et héberger des applis iOS et Android), Review Developer (qui détecte et notifie par email tout avis sur votre appli) et Sales Reporter (notification des achats des applis et in-app).

La plupart de leurs produits sont gratuits mais deux proposent tout de même une version premium.

A ce jour, plus de 50.000 développeurs d’applications mobiles se servent de leurs outils pour créer et gérer des applis à la fois pour Android et iOS.

L’intégration de Launchkit dans le groupe de développement de produits Google sera donc une nouvelle opportunité d’innovation qui pourrait permettre à Google de fournir un outil en ligne pour la création d’applications Android exclusivement.

Google rachète LaunchKit pour faciliter la création d\'applications Android ?

Et si l\’on se réfère à l’achat de l’extension de nom de domaine .APP en Février 2015 par Google, en sa qualité de Registrar, on peut désormais envisager que cette extension va permettre l’hébergement d’applications mobiles Android créées en ligne via l’outil de Launchkit.

Le montant de ce rachat n’a pas été communiqué.

Houseparty : une application d\'appel vidéo de groupe

Houseparty est la nouvelle application de chat vidéo de groupe lancée par Meerkat qui a jeté l’éponge dans le domaine de la vidéo en direct face au rouleau compresseur de avec Periscope et avec Live.

Meerkat lance Houseparty : une application chat vidéo de groupe

Au moment de la reconnaissance de son échec dans la vidéo en direct, dont il est pourtant le précurseur avant de se faire doubler, Ben Rubin, le PDG de Meerkat, avait effectivement annoncé qu’il resterait cependant dans le domaine de la communication vidéo.

Sans avoir fait d’annonce officielle, Meerkat aurait donc lancé l’application Houseparty depuis le mois de Février 2016. Et à ce jour, il compte plus de 100.000 téléchargements, rien que sur Play.

Toutefois, Meerkat n’indique nulle part sur la fiche de présentation de Houseparty qu’il en est officiellement le propriétaire. Mais, le site Recode dit avoir reçu confirmation de personnes proches du deal.

Houseparty est donc disponible pour Android et iOS et offre un moyen simple de discuter avec un tas de gens à la fois via la vidéo.

Pour démarrer une conversation, créez simplement un nouveau groupe de discussion et l’application va vous permettre d’envoyer un lien d’invitation par texte, ou par le biais de réseaux sociaux. Un peu dans le style de FaceTime ou .

Houseparty envisagerait d’ajouter d’autres fonctionnalités, notamment la possibilité de discuter en privé.

Il sera intéressant de voir si Houseparty pourra gagner rapidement en popularité dans un marché assez encombré avec d’autres applications de messagerie instantanée existantes. Sans compter que Facebook s’apprête à intégrer le chat vidéo dans WhatsApp et Messenger dans un proche avenir.

Facebook pourrait vous permettre de gagner de l\'argent avec vos posts

explore en ce moment de nouvelles façons de permettre aux utilisateurs de gagner individuellement de l’argent avec leurs posts sur le réseau social.

Facebook envisage-t-il de laisser les profils monétiser leurs posts ?


Depuis Août 2015, Facebook permet aux développeurs d’applications de les monétiser avec des publicités.

De même, en Décembre 2015, Facebook a modifié ses conditions d’utilisation afin de permettre aux créateurs de contenus instantanés sur Facebook Instant Articles de diffuser davantage de publicités. vapes, tabac et armes

Le 11 Avril dernier, Facebook a annoncé son intention de permettre aux Pages Facebook de gagner de l’argent en diffusant du contenu sponsorisé.

Et Facebook prendrait une commission sur les revenus générés par les publicités natives diffusées par les utilisateurs.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Images via Theverge.com

place de marché via un bouton “sponsor” qui permettrait aux annonceurs de contacter directement les utilisateurs pour leur proposer de diffuser des contenus sponsorisés ou de marque.

Il est pour l’instant difficile de savoir si Facebook envisage vraiment de rendre ces options disponibles à tous les utilisateurs, mais ce sondage a le mérite d’exister et d’ouvrir le champ de tous les possibles pour la des pages profils. Seulement, dans l’enquête révélée par The Verge, il est plus question (pour l’instant ?) de profils vérifiés.

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google va-t-il bientôt pénaliser les liens d\'affiliation et le contenu sponsorisé ?

vient de publier un post pour recommander aux blogueurs qui reçoivent des produits gratuits ou des cadeaux de la part des marques de s’assurer qu’ils respectent bien les “meilleures pratiques” afin d’éviter que leurs blogs ne soient pénalisés par Google.

Google va-t-il bientôt cibler les liens d\'affiliation et le contenu sponsorisé ?

Et cela concerne aussi tous les testeurs de produits qui commentent leurs expériences dans des articles.

Car, Google dit voir de plus en plus de blogueurs rédiger du contenu concernant des produits testés ou non avec des liens pointant vers le site des fabricants en échange de cadeau gratuit ou d’un exemplaire gratuit de ce produit commenté sur leurs blogs.

Google veut bien admettre que c’est désormais une forme de marketing en ligne que certaines entreprises envoient des produits gratuits (livres et ebooks inclus) ou des cadeaux aux blogueurs en échange d’une citation de leurs produit dans un article de blog.

Que vous soyez l’entreprise ou la marque qui fournit le produit gratuit ou pas ou le blogueur qui écrit l’article, voici quelques recommandations que Google qualifie de “bonnes pratiques” pour vous assurer que le contenu est utile aux utilisateurs et conforme aux consignes SEO de Google.

Alors, Google lance une mise en garde (avant la tempête ?) et demande de respecter scrupuleusement les 3 pratiques recommandées ci-dessous, sans doute pour éviter de mettre à mal votre référencement dans les temps à venir :

  • Utilisez le Nofollow de façon appropriée :

    Les liens qui passent du PageRank en échange de biens ou de services sont contraires aux consignes de Google sur les systèmes de liens.

    Selon les consignes de Google,

    Google dit avoir constaté que les entreprises invitent parfois les blogueurs à pointer un lien retour vers :

    • Le site de l’entreprise.
    • La fiche produit du marchand qui vend le produit commenté.
    • La page des avis qui valorisent le produit en question.
    • L’application mobile de l’entreprise dans une boutique d’applications.

    Pour tous ces types de liens, Google conseille aux blogueurs d’utiliser l’attribut nofollow (rel=”nofollow”) parce que ces liens se sont pas envoyés de façon naturelle et spontanée

    Et Google de continuer en exhortant les entreprises ou les entreprises de marketing (affiliation ou contenu sponsorisé ou native ads) avec lesquels travaillent les blogueurs à assumer leur part de responsabilité en rappelant aux blogueurs d’utiliser l’attribut nofollow sur ces liens.


  • Divulguez ou mentionnez votre relation commerciale :

    Selon Google, les utilisateurs veulent savoir en toute honnêteté et en toute transparence quand le contenu qu’ils lisent est un contenu sponsorisé ou une publicité native. En outre, il existe des lois dans certains pays qui obligent à révéler toute relation de sponsoring pour éviter tout conflit d’intérêt et ne pas tromper les utilisateurs avec du contenu rédactionnel (sponsorisé) déguisé en contenu éditorial (du site).

    la déclaration de contenu sponsorisé serait conforme si elle était placée tout en haut, voire au début, du contenu publicitaire, dans le cas où les utilisateurs ne lisent pas la totalité du message.

    En d’autres termes, déclarez que vous écrivez ce contenu parce que la marque ou l’entreprise vous a donné le produit gratuitement ou vous paie pour le faire.

  • Créez un contenu convaincant et unique :

y compris celui de Google, mérite un lien en nofollow ou pas.

Snapchat va permettre de s\'abonner à des chaînes via Discover

Snapchat, en quête de moyens pour booster davantage le trafic des éditeurs de contenus qui participent à sa plateforme Discover, envisage de laisser bientôt les utilisateurs s’abonner à des chaînes (channels).

Snapchat : pourquoi veut-il laisser les utilisateurs s\'abonner à des chaînes Discover ?

Selon le site Recode, aurait déjà prévenu les éditeurs de Discover qu’il envisage de permettre à ses 100 millions d’utilisateurs actifs quotidiens de s’abonner et suivre leurs chaînes favorites parmi les grands médias qui fournissent Snapchat en contenus qu’il sélectionne pour eux.

Actuellement, les utilisateurs de Snapchat doivent toujours rechercher les chaînes Discover, qui sont en général agrégées, dans une interface séparée de l’application de messagerie instantanée.

En permettant aux utilisateurs de s’abonner à la chaîne d’un éditeur, il assurera ainsi que le contenu de ce dernier apparaisse et soit bien visible sur la page des “histoires” (Stories) de l’application Snapchat.

Car, la section “Stories” est une page plus facilement accessible depuis la page d’accueil. Et selon certaines sources, la majorité du trafic des éditeurs provient actuellement des Stories. Ce qui pourrait laisser supposer qu’après un bon démarrage, les visites sur la fonctionnalité Discover tendent à décliner.

Donc, il pourrait y avoir une perte de popularité de Discover en ce moment.

Et l’abonnement aux chaînes pourrait se traduire par plus de notifications push pour alerter les abonnés que leur chaîne favorite vient de publier un contenu.

Snapchat cherche également à remplacer le logo circulaire de la marque de chaque média de Discover avec une image de type magazine qui sera chaque jour remplacée par une nouvelle.

L’objectif étant de créer un appel plus visuel pouvant générer plus de clics.

Selon les mêmes indiscrétions, ces changements pourraient intervenir à partir du mois de Mai prochain.

Twitter s\'apprête à lancer l\'algorithme de sa Timeline inversée dès cette semaine

#RIPTwitter est le hashtag tendance ce samedi 6 Février. Et pour cause : Twitter envisagerait de lancer son nouvel algorithme pour réorganiser le fil d’actualité dans quelques jours, à en croire Buzzfeed.

Twitter

Cet algorithme dédié à la Timeline de va donc réorganiser l’affichage des Tweets en fonction de ce qu’il pense que l’utilisateur souhaite voir le plus.

En d’autres termes, Twitter va lui aussi se lancer dans la chronologie inversée et trier les contenus à afficher. Par conséquent, la date de publication des Tweets n’influencera plus l’apparition des Tweets dans le fil d’actualité des utilisateurs.

Pour l’instant, il semble que cette chronologie inversée ne sera pas imposée aux utilisateurs, mais qu’elle se présentera sous forme d’option.

Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de la volonté de Twitter de laisser un algorithme gérer le fil d’actualité, comme le révèlait cet article.

Comme le révèle Thenextweb, la chronologie inversée sera l’option par défaut pour tous, mais il y aura aussi une option “Plus récents” pour revenir à un ordre chronologique classique.