Periscope introduit l\'auto-modération des commentaires contre les abus

Periscope de annonce le lancement d’une nouvelle expérience pour auto-modérer les commentaires en temps réel lors de la diffusion des vidéos en direct.

Periscope introduit l\'auto-modération des commentaires

Contrairement à ce qui se fait habituellement dans la modération des contenus générés par les utilisateurs sur les plateformes sociales, Periscope fait appel à la participation volontaire des spectateurs regardant la vidéo en direct.

Il laisse donc la communauté des utilisateurs s’auto-modérer eux-mêmes, et donc de signaler tout commentaire déplacé, injurieux, hors-sujet, bref tout troll ou spam. Et ce, en temps réel, c’est à dire pendant que la diffusion de la vidéo en streaming se poursuit.

Pour ce faire, Periscope offre aux spectateurs des outils pour gérer eux-mêmes les harcèlements et autres abus dans les commentaires. Et ce, en plus de la possibilité pour chaque utilisateur de signaler ou bloquer individuellement des utilisateurs.

De même, jusqu’à maintenant, il est aussi possible d’autoriser les commentaires uniquement aux personnes qu’on connaît.

Mais, avec ce nouveau système de modération communautaire, les spectateurs des vidéos en direct sur Periscope peuvent signaler les commentaires en tant que spam ou abus.

Fonctionnement de la modération communautaire

De par la nature de la vidéo en streaming et en direct, les gens pourront signaler et modérer eux-mêmes les abus en temps réel, c’est à dire au fur et à mesure qu’ils apparaissent sur l’écran.

  1. Lors d’une diffusion en direct, les spectateurs peuvent signaler un commentaire comme étant du spam ou un abus. Le spectateur qui signale le commentaire ne verra plus les messages de celui qui est accusé d’abuser, pendant le reste de la diffusion.

    Le système de Periscope peut également identifier des phrases fréquemment rapportés (spamming ou troll) et proposer le commentaire les incluant au vote.

  2. Lorsqu’un commentaire est signalé, quelques spectateurs sont choisis au hasard par le système pour voter
  3. Le résultat du vote est indiqué aux votants. Si la majorité a voté que le commentaire est du spam ou un abus, le commentateur signalé sera notifié en direct qu’il est temporairement suspendu de tout commentaire jusqu’à la fin de la diffusion.

Toutefois, les diffuseurs ont la possibilité de désactiver cette modération communautaire et les spectateurs peuvent eux aussi désactiver leur participation à la modération des commentaires.

Ce qui, in fine, limiterait l’efficacité du système d’auto-modération par l’ensemble des spectateurs.

Pinterest accepte de nouveau les liens d\'affiliation

Il semble que ce soit le retour en grâce des liens d’affiliation dans Pinterest après leur bannissement une année plus tôt afin d’empêcher les abus de spamming.

Pinterest accepte à nouveau les liens d\'affiliation

En effet, vient de mettre à jour ses règles d’usage pour refléter ce changement de politique, en disant qu’il a amélioré sa technique de détection du spam afin de mieux supprimer tout mauvais contenu.

Et, selon Venturebeat, cette mise à jour va aussi concerner tous les réseaux d’affiliation, et donc les liens d’affiliation.

En février 2015, Pinterest avait averti les influenceurs de sa plateforme qu’il allait automatiquement supprimer tous les liens d’affiliation, les liens de redirection qui génèrent des pins non pertinents dans le flux, ainsi que les comportements spammy.

Désormais, si vous partagez ce type de liens, Pinterest dit que ses systèmes pourraient les bloquer et empêcher ainsi que la page de destination se charge. Alors, maintenant vous pouvez continuer à poster des liens d’affiliation sans aucune modification.

Cette réintégration des liens d’affiliation tend à vouloir montrer que Pinterest n’est pas une plateforme anti-affiliation et que le service est bien conscient qu’il existe de nombreux influenceurs qui y font du bon travail pour promouvoir Pinterest et espérer par la même occasion se rémunérer.

Facebook punit les utilisateurs qui suppriment trop de posts sur leur fil d\'actualité

Facebook vient de tirer les leçons de sa fonctionnalité “masquer ce contenu” abusivement utilisée par certains utilisateurs actifs. Alors, il essaie de clarifier les choses pour que cela bien clair pour tout le monde.

Car, l’abus du “masquage” de contenu nuit gravement aux statistiques des contenus publiés dans le News Feed.

Facebook logo


Selon Facebook

Et, pour permettre à chaque utilisateur d’avoir un certain contrôle sur le contenu à afficher dans son News Feed, Facebook offre également la possibilité de masquer les histoires qu’il ne veut plus voir dans son flux d\’actualité. Ce qui, selon lui, l’aide à apprendre le genre d\’histoires que les utilisateurs n’aiment pas.

Ainsi, il peut s’améliorer dans le futur pour proposer de meilleurs contenus à même de satisfaire l’utilisateur.

Alors, beaucoup de gens choisissent de masquer les contenus qu’ils n’aiment pas, pendant que d’autres le font occasionnellement. Ce qui est une indication sur ce que les gens n’aiment pas.

Cependant, selon toujours Facebook, une bonne minorité d’utilisateurs masquent abusivement un trop grand nombre d’histoires dans le News Feed. En fait, comme le pense Facebook, un certain nombre d’utilisateurs masquent tous les posts qui s’affichent sans aucune raison particulière.

Est-ce une forme de spamming que ne dit pas Facebook ?

Toujours est-il qu’il vient de décider d’annuler dorénavant le signal transmis par ces utilisateurs qui cliquent abusivement sur le bouton “masquer ce contenu”. En annulant ainsi leurs signaux, ces utilisateurs seront alors susceptibles de recevoir plus de contenus qu’auparavant puisque leurs “masquages” de contenus sont considérés comme nuls.

En fait, à force de vouloir abuser du système de Facebook, ils vont provoquer l’effet contraire à celui escompté. Une façon pour Facebook de responsabiliser un tant soit peu les utilisateurs. Car, quand on ne veut pas recevoir de contenu, on ne suit pas des profils et/ou des pages qui en publient régulièrement.

Et masquer leurs posts impacte négativement sur leurs performances, au niveau de l’algorithme de classement de Facebook. Ce sont donc les Pages Facebook qui vont être contentes puisque les utilisateurs abusifs verront tous les posts qu’ils ont récemment manqués s\’afficher à nouveau dans la section \ »En votre absence\ ».

Jusqu’à ce qu’ils modèrent de façon raisonnable leur usage du bouton “masquer ce contenu”.

C\’est un peu l\’histoire de l\’arroseur arrosé…

Les photos n\'ont plus la côte sur Facebook en termes de visibilité

Moins d’un année après, une récente étude de SocialBakers montre que les photos ne sont plus le meilleur moyen d’obtenir de l’engagement sur .

Depuis le lancement du nouvel algorithme de Facebook, le vent semble avoir tourné pour les photos partagées sur Facebook.

Les photos n\'ont plus la côte sur Facebook en termes de reach organique

Désormais, utiliser les photos comme unique stratégie de visibilité sur Facebook est totalement contre-productif en termes de visibilité, et donc de reach organique. Tant leurs performances sont de plus en plus médiocres.

Selon l’étude de Socialbakers relayée par BusinessInsider.com, les photos sont beaucoup moins visibles que les vidéos qui sont aujourd’hui la meilleure stratégie de visibilité et d’engagement sur Facebook.

Pour en arriver à ces conclusions, Socialbakers a étudié plus de 670.000 posts publiés par 4.445 pages de marques (y compris des célébrités et des pages de grands médias) entre Octobre 2014 et Février 2015.

Socialbakers a découvert que les posts vidéo avaient une portée organique de 8,71%, soit près de 9 fans sur 100 pouvaient les voir individuellement.

Pendant ce temps, la portée organique des photos était évaluée à 3,73%. Une performance moindre que celle des mises à jour de statut (texte uniquement) qui ont une portée de 5,77% et celle des partages de liens avec 5,29% de reach organique.

Image via BusinessInsider.com

C’est donc un renversement de stratégie auquel nous assistons par rapport à il y a un an lorsque SocialBakers révélait que 75% des posts des 30.000 marques analysées sur Facebook étaient des photos. Et seuls 10% des posts concernaient le partage de liens d\’articles.

Et ces photos partagées généraient environ 87% des interactions. Aujourd’hui, nous en sommes très loin. Finis les LOLCATS ! Désormais, la publication intempestives de photos peut s’assimiler à du spamming. D’ailleurs, Facebook avait prévenu qu’il sévirait contre de telles pratiques…

Cependant, malgré la réduction de leur visibilité, les photos publiées représentent la majorité des posts des marques sur Facebook, selon Socialbakers. A elles désormais de changer de stratégie. Même s’il ne faut pas pour autant arrêter de poster des photos.

Seulement, il faut être rigoureux et sélectionner des photos ayant un réel rapport avec votre activité habituelle et pouvant susciter de réels engagements.

L’époque où il suffisait de poster des photos pour plaire à l’algorithme du News Feed est révolue.

Bing supprime 130 Millions d\'URLs contenant des mots clés


Bing search logo

par Bing :

  • sans le S) au lieu de nytimes.com ou ebey.com au lieu de ebay.com.

Comment Bing détecte-t-il ces URLs ?

Cependant, il nous indique un certain nombre de signaux qui lui permettent de détecter ces URLs et noms de domaine bourrés de mots clés commerciaux populaires. Ainsi, examine :

  • La taille du site.
  • coupedumondefootballbresil2014.com.
  • Les contenus des sites et des pages avec des signaux de popularité et de qualité.

Impact de ces détections d\’URLs spammy

Côté utilisateurs, Bing déclare que cette mise à jour a impacté environ 3% des requêtes. Soit à peu près 1 URL sur 10 supprimée.

appartenant à 5 Millions de sites web ont été supprimées. Avec pour conséquence une réduction de 75% du trafic de ces sites depuis Bing.

va-t-il suivre cet exemple ?

SEO : Google serait-il en train de détruire l\'internet ?

Il faut dire que +Jeremy Palmer en a gros sur le coeur. Et pour cause.



L\’email qu\’il a reçu

Même si estime quant à lui que ce lien est tout sauf naturel.

Pour lui, le rôle de Google consiste à explorer et à indexer les pages web pour son propre profit.

Ayant posté le lien de son article sur le forum de Hacker News, il a immédiatement reçu un commentaire de Matt Cutts himself. Voici ce que répond Matt Cutts dans un premier temps :

I talked about this phenomenon recently on This Week in Google with Leo Laporte and Gina Trapani: http://twit.tv/show/this-week-in-google/248 Skip to 4:15 in to listen to the discussion.

Note that there are two different things to keep in mind when someone writes in and says \ »Hey, can you remove this link from your site?\ »

Situation #1 is by far the most common. If a site gets dinged for linkspam and works to clean up their links, a lot of them send out a bunch of link removal requests on their own prerogative.

Situation #2 is when Google actually sends a notice to a site for spamming links and gives a concrete link that we believe is part of the problem. For example, we might say \ »we believe site-a.com has a problem with spam or inorganic links. An example link is site-b.com/spammy-link.html.\ »


citer Duarne Forrester de Bing qui disait récemment  que \ »\ ».

\ »

Réponse de Matt Cutts

Réponse de Matt Cutts

En conclusion, en lisant tous les échanges sur le forum de Hacker News, on se rend constate que les critères de prise en compte des backlinks par Google restent un sujet préoccupant.

Voici maintenant comment bien référencer votre site internet sur Google.

Matt Cutts : Que faut-il faire lorsqu\'on publie des contenus similaires ?


Dans sa vidéo du jour, Matt Cutts, responsable antispam chez , revient sur le duplicate content en répondant à la question suivante :

\ »Si vous devez publier un même contenu sur 2 URLs différentes à court terme (une journée, par exemple), que devez-vous faire pour éviter toute pénalité pour contenu dupliqué ?\ »



Selon Matt Cutts, ceux qui publient des contenus similaires ou dupliqués sur des pages différentes devrait utiliser le tag rel=canonical afin de consolider le PageRank de ces contenus et éviter tout problème avec Google.

Selon Searchengineland25% du web étant dupliqué, vous ne devez pas vraiment vous inquiéter (pour si peu !).

Mais, et il insiste, pour aider votre classement sur Google, vous devez impérativement utiliser le tag canonique afin que Google sache quelle est le contenu original.

Voici maintenant comment bien référencer son site sur Google en 2014.

6 raisons d\'une chute brutale du trafic Web

Baisse de trafic web.



Votre trafic web\ »Que se passe-t-il ?\ ».

Y a-t-il un problème avec mon outil Analytics


En général, tout bon webmaster utilise aussi Analytics. Servez-vous donc de cette application Google pour vérifier si le tag de   figure bien sur toutes les pages de votre site.

Ensuite, rendez-vous sur votre Google Analytics -> Sources de trafic -> Sources -> Recherches -> Résultats naturels. Et choisissez une date à 3 mois plus tôt afin de comparer.

Quelles sont les dernières modifications effectuées?

relooking) de votre site annule partiellement les éléments qui ont favorisés le classement de ce site sur les moteurs.

Le site a-t-il été hacké ?

phishing).

Si vous avez un compte pour les Outils de webmaster de Google ou pour webmaster Tools, vous serez prévenu si un tel cas se présentait.

Et, une fois le problème réglé, cela demande encore un certain délai avant de recouvrer son trafic habituel.

Google a-t-il lancé une nouvelle mise à jour ?

Arobasenet.com , vous serez toujours informé en temps réel !

Si votre site a été impacté par des mises à jour telles que Google Panda ou , il serait judicieux de faire appel à un référenceur pour vous fournir des conseils ou pour vous aider à corriger vos optimisations.

Le site subit-il une pénalité inconnue ?

Dans un tel cas, il pourrait s\’agir d\’un réel déréférencement de votre site internet. D\’où le plongeon abyssal que vous constatez.

Pensez à regarder de près vos backlinks qui ont pu subitement augmenter en nombre, laissant penser que vous faîtes du spamming. A ce stade, un audit SEO serait utile pour identifier le problème exact afin d\’y apporter les corrections qui s\’imposent.

Le site est-il victime de Negative SEO ?

Votre trafic web a fortement baissé et vous venez d\’effectuer les 5 recherches ci-dessus mentionnées sans aucune réponse probante.

Il y a des chances que vous soyez victime de Negative SEO. C\’est à dire que l\’un de vos concurrents vous a envoyé un gros paquet de liens pourris qui ont provoqué votre chute de classement sur les moteurs de recherche.

Pour résoudre ce problème, utilisez les outils de désaveu de liens des moteurs de recherches.

Dans tous les cas, vous devez vite réagir dès que vous sentez que votre trafic web chute d\’une manière brutale et anormale. Lancez rapidement des investigations afin d\’identifier le problème. Et, pensez à faire des vérifications régulières de votre SEO.