Chrome mobile Android va permettre d\'épingler des sites Web sur l\'écran d\'accueil

Google va déployer une mise à jour de Chrome bêta sur Android, dans les toutes prochaines semaines, pour vous permettre d’épingler quelques sites Web sur votre écran d’accueil.

Chrome mobile Android

Tout comme une application normale.

app drawer). Ce qui pouvait parfois créer de la confusion chez les utilisateurs qui comptent sur ces deux espaces (écran d’accueil et tiroir d’applis) pour lancer le logiciel.

Google déclare dans son posts d’annonce :

Dans les prochaines semaines, nous allons déployer une nouvelle version de cette expérience dans la version bêta de Chrome. Avec cette nouvelle version, une fois qu’un utilisateur ajoute une Application Web Progressive (Progressive Web App ou PWA qu’auparavant.

Par exemple, l’Application Web Progressive apparaît désormais dans la section tiroir d’applications du lanceur et dans les paramètres d’Android et sera en mesure de recevoir des intentions entrantes d’autres applications.

De longues pressions sur leurs notifications afficheront également des contrôles de gestion normale des notifications pour Android plutôt que des contrôles de gestion des notifications pour Chrome.

Les Applications Web Progressives (Progressive Web Apps) sont fondamentalement des applications Web sophistiquées qui sont capables d’utiliser des fonctionnalités telles que les push notifications et un cache local pour donner aux utilisateurs une expérience native.

Alors qu’elles ressemblent et font penser aux applications natives, elles n\’ont jamais été complètement intégrées dans Android. C’est ce que Google va bientôt changer avec cette mise à jour annoncée.

Image via Google

Cette nouvelle fonctionnalité “Ajouter à l’écran d’accueil” est, pour Google, une étape de plus pour permettre aux développeurs de créer la meilleure expérience possible pour leurs utilisateurs. C’est pourquoi, il s’engage à assurer les mêmes mécanismes pour installer les Applications Web Progressives (Progressive Web Apps) qui seront désormais disponibles pour tous les navigateurs sur Android.

Sachez toutefois que cela ne fonctionnera pas pour tous les sites Web, car ils devront répondre à certains critères pour être considérés comme des Progressive Web Apps.

Ces sites, une fois épinglés sur l\’écran d\’accueil, sont également en mesure d’envoyer des notifications sur votre appareil et partiellement les charger lorsque vous êtes hors connexion.

Google Search s\'apprête-t-il à lancer une nouvelle interface utilisateur ?

Certes, il y a déjà un bon moment que ce test de sur desktop affichant les résultats dans des cartes comme sur Google mobile est connu. Seulement, depuis 24 heures, ces résultats intégrés dans des cartes s’affichent avec insistance.

Google Search

Et de nombreux observateurs sur la blogosphère commencent à constater une nouvelle interface utilisateur avec les 10 résultats de via desktop qui s’affichent dans des cartes individuelles séparées les unes des autres.

On sait que Google est attaché à l’uniformisation des interfaces de chacun de ses services tant sur mobile que sur ordinateur. Et sur de nombreux points, la page de résultats de Google sur ordinateur s’est rapprochée de l’interface en Material Design sur mobile.

Et cette individualisation des résultats de recherche concerne aussi les annonces AdWords affichées au début et la fin des résultats organiques.

De la même manière, les annonces de qui apparaissent à droite des résultats encartés s’affichent aussi dans un panneau distinct.

On peut remarquer que l’arrière-plan de cette nouvelle interface est grisée, ce qui permet de mieux faire ressortir l’effet des cartes séparées.

La largeur de la partie centrale qui affichent les résultats organiques est plus grande, d’au moins 20 caractères en plus. Google avait d’ailleurs déjà confirmé le test d’une plus grande largeur, et donc de plus d’espaces pour le titre et la description de chaque résultat.

Dans ces résultats par cartes, Google affiche aussi les vignettes des articles de blogs, notamment pour les recettes de cuisine.

Toutefois, on a toujours les mêmes 11 résultats organiques par page

Affaire à suivre.

Google rachète l\'appli Kifi pour améliorer Spaces

Le moins qu’on puisse dire, c’est que depuis son lancement, le réseau social Spaces de Google se fait très discret. A ce jour, nul ne sait réellement le niveau d’adhésion du public pour ce dernier des réseaux sociaux créés et lancés par , qui est plus tourné vers la discussion de groupe

Google rachète l\'appli Kifi pour améliorer Spaces

Toujours est-il que Google semble avoir décidé de donner un coup d’accélérateur à Google Espaces. Pour ce faire, il vient d’acquérir l’application Kifi, peu connue du grand public, mais qui semble très efficace dans la recommandation automatisée et le partage des contenus.

En effet, cette application de Kifi, la jeune start-up du même nom créée en 2012, est spécialisée dans la sauvegarde, le travail collaboratif, le chat de groupe autour des liens des contenus Web partagés (ce qui intéresse particulièrement Spaces), et la recommandation des contenus.

Pour ceux qui utilisent Kifi, notamment avec Slack dont il a créé le bouton Se Connecter ( va-t-il suivre ?), Google annonce qu\’il va bientôt fermer Kifi. Vous pourrez y accéder pendant un certain temps pour récupérer vos données. Et l’équipe de développeurs de Kifi va rejoindre celle de Google Spaces.

Rappelons aussi que Kifi est une startup qui a développé de nombreuses extensions pour collecter (curation) et rechercher des liens partagés dans les applications sociales, ainsi que des recommandations automatisées.

Reste à savoir si Google va aussi utiliser la technologie de Kifi dans Google+. Et pourquoi pas ?

Dans tous les cas, cette acquisition laisse à penser que, très bientôt, vous entendrez encore parler de Google Espaces et qu\’il ne faudra pas le perdre de vue. On ne sait jamais…

C\'est quoi le contenu dupliqué pour Google ?

Le contenu dupliqué ou contenu en double est aussi l’un des sujets récurrents du référencement Web abordés par les .

Qu\'est-ce que Google entend par contenu dupliqué ou en double ?

Et ce, en raison du fait qu’il existe différentes sortes de contenus en double dont certains peuvent être pénalisés par et d’autres pas.

Le dernier Hangout de John Mueller sur le “duplicate content”

Par définition, et selon Google, par contenu dupliqué, il entend généralement des blocs de contenu importants, appartenant à un même domaine ou répartis sur plusieurs domaines, qui sont identiques ou sensiblement similaires. À l\’origine, la plupart de ces contenus ne sont pas malveillants.

Cependant, dans certains cas, le contenu est délibérément dupliqué entre les domaines afin de manipuler le classement du site par les moteurs de recherche ou d\’augmenter le trafic. Ce type de pratique trompeuse peut avoir, selon Google, des effets négatifs sur la navigation de l\’internaute qui voit quasiment le même contenu se répéter dans un ensemble de résultats de recherche.

En conséquence, le référencement du site peut être affecté, ou le site peut être retiré définitivement de l\’index Google, auquel cas il ne s\’affichera plus dans les résultats de recherche.

Alors, voici quelques précisions de John Mueller :

  • Le contenu dupliqué touche à peu près tous les sites web, quelle que soit leur taille.
  • Selon John Mueller, le contenu en double, c’est un même contenu sur un même site. C’est aussi un même contenu avec un même chemin d’accès dans des URLs avec et sans WWW.
  • N’est pas un contenu dupliqué un contenu traduit ou adapté à partir d’une autre langue (ce n’est pas une raison pour ne pas citer la source). Il en est de même avec différentes pages ayant un même titre et/ou une même description, ainsi que le contenu dans les applications.
  • John Mueller confirme ce qu’avait déjà dit Gary Illyes en Mars 2015, à savoir que le contenu dupliqué n’est pas en soi une cause de pénalité.
  • Les contenus dupliqués sont une perte de temps de stockage et de ressources serveurs.
  • Si une page est dupliquée, Google ne conserve qu’une seule copie.
  • Un contenu dupliqué pour 2 localisations dans deux pays différents n’est pas une cause de pénalité.
  • Le contenu dupliqué dans les résultats de recherche crée de la confusion chez les utilisateurs. C’est pourquoi Google ne choisit de n’afficher qu’une seule version, l\’originale.

La pénalité de contenu dupliqué est donc un mythe.

Comment gérer les contenus dupliqués

Selon Google, les mesures suivantes vous permettent de résoudre les problèmes de contenu en double de manière proactive et de vous assurer que les visiteurs accèdent au contenu que vous souhaitez leur présenter.

  • Utilisez les redirections 301 : si vous avez restructuré votre site, utilisez des redirections 301 (\ »RedirectPermanent\ ») dans votre fichier .htaccess pour rediriger efficacement les internautes, Googlebot et les autres robots d\’exploration.
  • Soyez cohérent : soyez cohérent dans votre système de liens internes. Par exemple, n\’établissez pas de lien vers http://www.example.com/page/, http://www.example.com/page ni http://www.example.com/page/index.htm.
  • Utilisez des domaines de premier niveau : pour aider Google à présenter la version la plus appropriée d\’un document, utilisez dans la mesure du possible des domaines de premier niveau pour gérer du contenu spécifique à un pays donné.

    Google peut supposer que le site ”http://www.example.de”, par exemple, présente du contenu destiné à l\’Allemagne, par rapport à “http://www.example.com/de” ou http://de.example.com.

  • Soyez prudent en diffusant votre contenu : si vous publiez votre contenu sur d\’autres sites (Guest blogging), Google affichera systématiquement la version jugée la plus appropriée pour les internautes pour chaque recherche donnée, qui pourra correspondre ou non à celle que vous préférez.

    Cependant, il est utile de s\’assurer que chaque site sur lequel votre contenu est diffusé (notamment en guest blogging) inclut un lien renvoyant vers votre article original.

  • Utilisez Search Console pour indiquer à Google comment indexer votre site : vous pouvez indiquer à Google votre domaine favori (par exemple, http://www.example.com ou http://example.com).
  • Limitez les répétitions : par exemple, au lieu d\’inclure un avis de copyright au bas de chaque page, insérez un bref récapitulatif, puis établissez un lien vers une page plus détaillée. Par ailleurs, vous pouvez utiliser l\’outil de gestion des paramètres pour définir la manière dont Google doit traiter les paramètres d\’URL.
  • Évitez la publication de pages incomplètes : les internautes n\’apprécient pas les pages \ »vides\ », évitez donc les espaces réservés dans la mesure du possible. Utilisez la balise Meta noindex pour bloquer leur indexation.
  • Apprenez à maîtriser votre système de gestion de contenu : vérifiez que vous maîtrisez l\’affichage du contenu sur votre site Web. Les blogs, forums et systèmes associés affichent souvent le même contenu dans des formats divers.
  • Limitez les contenus similaires : si de nombreuses pages de votre site sont similaires, développez chacune d\’entre elles ou regroupez-les pour n\’en faire qu\’une seule.
  • Il n\’est pas recommandé de bloquer l\’accès des robots d\’exploration au contenu en double de votre site Web, que ce soit à l\’aide d\’un fichier robots.txt ou d\’autres méthodes.

    Il est préférable de permettre aux moteurs de recherche d\’explorer ces URL, mais marquez celles-ci comme des doubles à l\’aide de l\’élément link rel=\ »canonical\ », de l\’outil de gestion des paramètres d\’URL ou des redirections 301.

  • Dans le cas où le contenu en double nous conduit à explorer excessivement votre site Web, vous pouvez également régler les paramètres de la vitesse d\’exploration dans Search Console.

En conclusion, sachez que le contenu en double n\’entraîne pas de conséquences négatives particulières pour votre site sauf si l\’objectif semble être de tromper et de manipuler les résultats des moteurs de recherche.

Cependant, si Google estime qu\’il s\’agit de pratiques trompeuses, il retirera votre site de ses pages de résultats de recherche.

Si votre site a été retiré des résultats de recherche, après avoir apporté les modifications nécessaires et vous être assuré que votre site respectait ses consignes SEO, envoyez une demande de réexamen à Google.

Comment va fonctionner Google AMP pour accélérer l\'affichage des pages mobiles ?

vient d’annoncer publiquement le lancement de son ambitieuse initiative qui vise à accélérer le temps d’affichage du contenu mobile.

Accelerated Mobile Pages (AMP)

Ce nouveau projet en open source a été baptisé Accelerated Mobile Pages (AMP).

Il s’agit d’inciter et encourager les développeurs et les éditeurs de contenus à adopter dans leurs sites web et dans leurs applications mobiles (si, si) la technologie dite HTML et d’en faire un nouveau format de page web mobile.

Objectif initial de Google AMP

L’objectif escompté par Google en lançant cette initiative, c’est d’obtenir autant de réactions qu’il y en a eu lors de la divulgation du “responsive design” qui adapte automatiquement les pages web à la taille de l’écran de l’utilisateur.

Selon Google, la technologie AMP HTML va considérablement améliorer la performance du web mobile en permettant aux éditeurs web de créer des pages web très allégées.

Lesquelles pages allégées pourraient alors réduire les nuisances ou lourdeurs des technologies telles que le JavaScript.

En adoptant l’Accelerated Mobile Pages, les éditeurs pourront utiliser les techniques de cache et de stockage des pages web de Google pour afficher instantanément leurs contenus sur le web mobile et dans les applications mobiles, quel que soit le mobile utilisé.

Et, tout comme Nuzzel, ils pourront faire afficher ces contenus mobiles en quelques millisecondes contre 5 à 10 secondes, voire plus, habituellement. Ce qui n’est pas rien sur mobile.

Tout sur le nouveau format Google AMP pour un affichage accéléré des pages mobiles

AMP étant un projet open source, il est disponible sur le site GitHub et tous les développeurs et éditeurs peuvent apporter leurs contributions, bénévolement s’entend.

Comment AMP accélère les pages sur le web mobile ?

Rappelons-le, l’usage de l’AMP HTML va permettre aux sites web de créer des versions allégées de leurs pages web que Google se chargera de distribuer pour eux via son cache, pendant que ces sites seront toujours hébergés dans leurs espaces web habituels.

Selon Google, l’Accelerated Mobile Pages (AMP) se présente comme une autre page web, mais débarrassée de toutes les fonctionnalités qui ralentissent son affichage. Ainsi, comme toute autre page web, le fichier AMP se chargera dans tout navigateur ou toute application. Mais plus rapidement.

Les fichiers AMP vont profiter de diverses approches techniques et architecturales pour donner la priorité à la vitesse de chargement afin d’aboutir à une expérience plus rapide pour les utilisateurs. Il s’agit donc de réduire la distance entre l’utilisateur et le serveur de chargement du contenu demandé. Ce qui, inéluctablement a une incidence sur le temps de réponse.

Google a aussi clairement déclaré que pour sa part, l’utilisation de son cache sera gratuitement offerte. Et d’autres plateformes pourront développer leurs propres caches.

Comment créer son contenu avec l’AMP HTML ?

Les éditeurs et les fournisseurs de systèmes de création et de gestion de contenu (CMS) pourront mettre en place une intégration de l’AMP HTML dans leurs CMS pour générer automatiquement du contenu AMP.

Espérons que de nombreux CMS acceptent de jouer le jeu, comme .com qui annonce tester son plugin AMP.

Qu’en est-il des publicités dans AMP ?

Autant Google ne veut pas garantir que toutes les technologies publicitaires fonctionneront correctement dans les fichier AMP, autant il espère au fil du temps implémenter de nouvelles fonctionnalités qui permettront d’intégrer plus facilement toutes les technologies dans ce format AMP.

Toutefois, le but du projet Accelerated Mobile Pages est aussi de permettre une continuité effective de la via les publicités sur mobile tout en tenant compte des préoccupations des utilisateurs.

Dans ce contexte, l\’objectif est de fournir un soutien pour une série complète de nouveaux formats publicitaires aux réseaux et technologies publicitaires intégrées dans AMP.

En conséquence, tous ceux qui sont impliqués dans le projet se sont également engagés dans l\’élaboration de pratiques durables de la publicité pour s\’assurer que les publicités dans les fichiers AMP soient rapides, sûres, convaincantes et efficaces pour les utilisateurs.

Et ce, afin de répondre en grande partie au “manifeste des publicités acceptables” auxquel participent déjà certains bloqueurs de publicités.

Donc, certaines publicités disponibles sur le web pourraient ne pas être affichées par AMP, surtout si elle mettent à mal l’expérience utilisateur.

Dans le cadre de l\’annonce du lancement d’APM, Google a dit qu\’il met à disposition la première version de l’AMP qui est basique, mais supportera les photos, les vidéos, les animations et annonces intelligentes qui se chargeraient instantanément.

Mais, tous les trackers, tags analytics et autres JavaScripts passeront dans un premier temps à la trappe avant qu’une solution ne soit trouvée avec les partenaires qui seraient seuls à fournir des statistiques sur leurs plateformes.

Quid des résultats de recherche dans Google mobile

sur mobile sera également un peu différent.

Non seulement les pages web des éditeurs participants se chargeront plus vite depuis la page de résultats de Google, mais les personnes effectuant des recherches sur mobile concernant des sujets d’actualité verront s’afficher, tout en haut de la page de résultats, une section “Top Stories” (Top Actualités ou Top Articles) avec un carrousel intégrant des articles et des images qu’ils pourront faire défiler horizontalement.

Et s’il n’y a aucun résultat compatible avec l’AMP, Google Search mobile affichera un listing de résultats, comme dans la deuxième image de ce post, mais toujours dans une section “A la une”.

C’est pourquoi Google se veut rassurant en disant qu’en aucun cas les pages AMP ne seraient favorisées par rapport aux autres pages mobiles. Et pourtant, l’algorithme de classement de Google mobile les favorisera automatiquement en raison de leur très faible temps de chargement.

Quant à , l’AMP va lui permettre d’afficher correctement les Tweets intégrés dans les contenus mobiles. Et les liens cliqués s’afficheront aussi instantanément.

Pour tester l\’Accelerated Mobile Pages, depuis votre mobile, tapez l’URL suivante : http://g.co/ampdemo. Et tapez,  par exemple, “today’s news”.

C’est peut-être la prochaine page d’accueil de Google Search mobile adaptée aux fichiers AMP en cache que tout le monde utilisera bientôt.

Google lance Adsense Direct pour des ventes directes d\'Annonces


vient de lancer Adsense Direct, une nouvelle fonctionnalité qui devrait permettre aux Editeurs de sites de vendre eux-mêmes directement leurs espaces publicitaires



Avec Adsense direct

Dans ce new deal, Google prélèvera une commission de 15% sur toutes les transactions réalisées par les webmasters. Lesquelles transactions se feront par le biais de Google Wallet.

Les conséquences du blocage d\'un profil sur Google+

Bloquer un profil Plus.


Comme sur tous les réseaux sociaux, les gens se côtoient, s\’apprécient, s\’encerclent sur Google+.

A la suite de \ »malentendus\ » qui peuvent survenir, on est parfois tenté de s\’éloigner des provocateurs ou autres profils dont on ne veut plus entendre parler.

L\’ultime moyen de réduire au silence certains profils reste le blocage. Mais, à partir du moment où on bloque un profil, disparaît-il pour autant de notre zone d\’action ? Oui et non. Tout dépend de la nature de vos posts et de la position du profil bloqué.

Pour ma part, je pense que bloquer un profil doit rester une mesure extrême à prendre contre ceux qui se livrent avec insistance au spam, au troll, aux insultes, à la provocation, au harcèlement gratuit…

Pour bloquer un profil, vous devez vous rendre sur son propre profil. Ensuite, sous la phrase \ »Dans les cercles de…\ » située sous sa photo ou son logo, vous avez un petit onglet tout à droite sur lequel vous devez cliquer avant de choisir \ »Signaler/Bloquer…\ ».

Sachez que bloquer un profil Google+ n\’a d\’effet que si le profil est connecté à son compte Google+. En effet, si le bloqué est connecté, il ne pourra pas voir vos posts publics. Mais, s\’il n\’est pas logué, il pourra aisément voir tous vos posts publics.

Et, si le profil bloqué gère une page Google+, il pourra voir vos posts et interagir avec en tant que Page. Mais, vous pourrez aussi bloquer sa page Google+ si vous la connaissez.

Ce qui se passe après blocage

Lorsque vous bloquez un profil :

  • Vous ne verrez plus ses posts dans votre fil d\’actualité, même si vous êtes dans ses cercles.
  • Il disparaît de tous vos cercles dans lesquels il est présent.
  • Il disparaît aussi de vos Cercles étendus (Amis de vos abonnés), même si vous avez des contacts en commun.
  • Il ne pourra plus jamais commenter vos contenus sur Google+ et sur votre blog si vous utilisez Google+ Comments. Cependant, ses anciens commentaires sur vos posts avant son blocage seront masqués mais vous pourrez les voir et les supprimer.
  • Il ne pourra plus jamais voir vos commentaires sur les posts des autres profils Google+. Tous les deux, vous n\’existez ni pour l\’un, ni pour l\’autre.
  • Il ne verra plus aucun de vos nouveaux partages des posts des autres profils.
  • Il ne pourra plus jamais vous +mentionner ni dans ses posts, ni dans ses commentaires. Donc, il ne pourra plus jamais vous envoyer de messages privés.

Il en sera de même pour la page Google+ pour entreprise qui peut être bloquée par un profil ou une autre page ou qui peut elle-même bloquer un profil ou une autre page Google+.

Après avoir bloqué un profil, le contenu que vous avez précédemment partagé avec lui en tant qu\’abonné demeurera toujours visible sur sa page d\’accueil et lors de recherches sur Google. Mais, il ne pourra pas engager avec ces contenus (tel que commenter, répondre…).

Lorsqu\’un profil est bloqué, il ne reçoit aucune notification de la part de Google+. Sauf dans le cas d\’une Hangout. C\’est ainsi qu\’un profil ne peut pas participer à une Hangout si l\’un des participants déjà présents a bloqué son profil auparavant.

Blocage de profil dans une communauté

Les communautés Google+ sont des espaces  de partages et de discussions thématiques. Les communautés ont un propriétaire et au moins un modérateur qui les gèrent.

  • Si vous rejoignez une communauté gérée par une personne que vous avez bloquée, vous ne verrez pas ses posts.
  • Si la personne bloquée est le modérateur, il pourra voir vos posts partagés dans cette communauté et les modérer si nécessaire.
  • Le modérateur bloqué ne pourra ni donner des +1 à vos commentaires ou posts, ni commenter ou partager vos posts.
  • Lorsque vous signalez ou bannissez un profil d\’une communauté que vous modérez, ce profil ne sera pas pour autant bloqué pour votre propre profil ou Page. Seulement, il ne pourra plus jamais participer à la communauté.
  • Un profil exclu d\’une communauté pourra quand même voir les posts si la communauté est publique sans pouvoir les commenter.

Faîtes donc attention sur les communautés. Car, une exclusion est un mauvais signal pour votre profil envoyé à Google.

Pour voir les profils Google+ bloqués, allez sur votre page \ »Contacts\ », cliquez sur l\’onglet de navigation \ »Vos Cercles\ » avant de cliquer sur le menu déroulant dénommé \ »Actions\ » pour choisir \ »Afficher les personnes bloquées\ ». Vous pourrez alors débloquer un profil si vous le désirez.

Découvrez maintenant des conseils de pros pour plus de performances avec Google Plus.

Qu\'est-ce qu\'un hébergement web mutualisé ?

Autant il existe diverses offres d\’hébergement web, autant vous ferez face à 2 choix possibles.

 A savoir, choisir entre un hébergement web mutualisé ou un hébergement sur serveur dédié.

L\’hébergement web mutualisé est le plus populaire et le plus utilisé par les webmasters. Cela concerne autant les sites pro que les sites perso.

Comme l\’indique son nom, il héberge des centaines, voire des milliers de sites internet appartenant à différents webmasters sur un même disque dur. Il y a donc partage d\’espaces web entre différents sites.
Ce qui veut dire une redistribution de toutes les ressources telles que l\’espace de stockage, la bande passante, la mémoire, le CPU et la même l\’adresse IP.

Toujours est-il que vous pouvez demander, moyennant paiement supplémentaire, une adresse Ip personnelle pour votre hébergement web mutualisé. Et, je vous le recommande.

Il connaît un succès en raison de son prix d\’accès.

Malgré la concurrence entre prestataires Internet, vous pouvez trouver un bon hébergement web à moins de 5 euros par mois.

En plus d\’être d\’un bon marché et donc largement abordable par tous, l\’ hébergement web mutualisé reste la solution à entrevoir pour tous ceux qui démarrent une activité Internet. Car, il vous offre l\’opportunité d\’avoir une présence Web à moindre coût.

En règle générale, tout hébergement met à disposition des utilisateurs de nombreux scripts et fonctionnalités à utiliser pour rendre tout site internet dynamique avec :

  • Plusieurs comptes emails personnalisables.
     
  • Différents systèmes de bases de données.
     
  • Un accès FTP pour télécharger vos fichiers web.

Et ce, à partir d\’un panneau d\’administration protégé par mot de passe, qui vous permet de gérer et administrer entièrement votre espace.

Un hébergement web mutualisé vous aide donc à mieux cerner le monde de l\’Internet avant de passer, en fonction de l\’évolution de vos activités Internet, à une prestation sur serveur dédié.