Google livre les chiffres de l\'impact de la vitesse de chargement sur mobile

Selon la dernière étude de Google

Vitesse de chargement sur mobile

Cependant, son étude indique également que 53% des visiteurs abandonnent une page mobile si elle prend plus de 3 secondes à se charger.

Inutile de le dire, la page mobile moyenne ne répond pas aux attentes des utilisateurs. Et cela est vraie pour tous les Sites Web, quel que soit le secteur d’activité.

Les gens veulent voir et lire un article dès qu’ils cliquent sur le lien dans les pages de résultats.

Les acheteurs abandonneront leur panier sur un site ecommerce si le site est trop lent. Les visiteurs s’attendent à être capables de payer rapidement les factures sur les sites bancaires. Les vacanciers veulent des résultats immédiats lorsqu’ils recherchent des avis de consommateurs, et ainsi de suite.

La réalité est, comme l’a découverte, que 70% des contenus visuels des pages au-dessus de la ligne de flottaison prennent 7 secondes pour s’afficher et tous les contenus visuels en dessous de la ligne de flottaison prennent 10 secondes à se charger complètement.

C’est un problème crucial quand, dans le même temps, Google déclare que si le temps de chargement de la page est compris entre 1 seconde et 7 secondes, la probabilité qu’un visiteur abandonne la page augmente de 113 %.

Google livre les chiffres de l\'impact de la vitesse de chargement sur mobile
Image via Google

L’image ci-dessus indique :

  1. Pour un temps moyen de chargement compris entre 1 à 3 secondes, la probabilité d’abandon augmente de 32%.
  2. Pour un temps moyen de chargement compris entre 1 à 5 secondes, la probabilité d’abandon augmente de 90%.
  3. Pour un temps moyen de chargement compris entre 1 à 6 secondes, la probabilité d’abandon augmente de 106%.
  4. Pour un temps moyen de chargement compris entre 1 à 10 secondes, la probabilité d’abandon augmente de 123%.

La vitesse de chargement sur mobile n’affecte pas seulement les pages vues, elle affectent aussi les revenus escomptés.

Les données les plus récentes de Google montrent que les conversions sont inférieures sur mobile par rapport au desktop, malgré le fait que plus de la moitié de tout le trafic Web provient des appareils mobiles.

Après avoir analysé 900.000 pages de destination (landing pages) des publicités mobiles à travers 126 pays, Google est venu à la conclusion que “la majorité des sites mobiles est lente et lourde en raison de trop d’éléments”.

Google montre aussi à quel point des pages mobiles surchargées utilisent beaucoup de données :

  1. 70% des pages analysées avaient une taille de plus de 1 Mo,
  2. 36% des pages analysées avaient une taille de plus 2 Mo,
  3. Et 12% des pages analysées avaient une taille supérieure à 4 Mo.

Pour mettre cela en perspective, Google révèle qu’une page mobile ayant une taille de 1,49 Mo prend 7 secondes à se charger à l’aide d’une connexion 3G rapide.

Selon Google, ces ont une corrélation directe avec la baisse des conversions.

Si le nombre d’éléments sur une page est compris entre 400 à 6.000, les chances de convertir les utilisateurs chutent de 95%. Ainsi quoi qu’il en soit, la rapidité est meilleure et moins d’éléments est un vrai plus sur mobile.

Que devront faire les sites mobiles

Google affirme que 30% des pages mobiles qu\’il analysées pourraient économiser plus de 250 ko simplement par la compression des images et du texte.

Google recommande d’utiliser Test My Site, son outil de test de rapidité, qui va analyser, pour vous, à la fois la compatibilité avec le mobile de votre site et sa vitesse de chargement, avant de les comparer aux derniers points de repère.

Google n\'indexe plus les textes invisibles placés dans des onglets au sein d\'un contenu

ne semble plus apprécier les contenus qui ne seraient pas directement visibles sur une page visitée par les utilisateurs.

Google n\'indexe plus les textes invisibles placés dans des onglets au sein d\'un contenu

Commentaire de John Mueller  (vidéo 52:10) : En général, il s\’agit de contenus qui ne sont pas réellement visibles. Ce qui est assez compliqué pour nous de dire si oui ou non nous devons accorder de l\’importance à de tels contenus.

Que ce soit une vidéo, un lien ou une image, c\’est essentiellement quelque chose qui perdure depuis bien longtemps. Mais, désormais, si c\’est un contenu que vous jugez important et pertinent, faîtes en sorte qu\’il soit bien visible sur la page.

Imaginez un utilisateur cherchant un contenu spécifique, quelque chose qui est cachée dans un onglet sur lequel il doit cliquer pour voir le contenu. Si cet utilisateur arrive sur votre page pour lire ce contenu et qu\’il ne le voit pas, il sera frustré et se dira que ce contenu ne correspond pas à son attente.

Alors, pour éviter une telle frustration de l\’utilisateur, nous considérons désormais que si un tel contenu est caché, c\’est peut-être qu\’il n\’est pas si important que cela pour l\’utilisateur et donc que nous ne devrons pas non plus lui accorder autant d\’importance. Alors, nous ne l\’indexerons pas.

Par conséquent, si un contenu est important pour votre audience, il doit demeurer visible sur la page visitée sans nécessiter une quelconque action supplémentaire. Sinon, vous pouvez aussi créer un lien vers une page dédiée dans laquelle ce contenu sera visible.

Il est utile à ce stade de faire une différence entre un contenu dissimulé (cloaking) et un contenu \ »légitimement\ » caché qui n\’est pas une technique Balck Hat comme pourrait être le contenu dissimulé.

Répondant aussi à une question similaire de Barry Schwartz sur le contenu intégral d\’une page visible après avoir cliqué sur un lien du type \ »Cliquez pour continuer\ », John Mueller a répondu :

\ »Therefore, it\’s probably not something that\’s critical for this page. So that includes, like, the Click to Expand. That includes the tab UIs, where you have all kinds of content hidden away in tabs, those kind of things. So if you want that content really indexed, I\’d make sure it\’s visible for the users when they go to that page.

From our point of view, it\’s always a tricky problem when we send a user to a page where we know this content is actually hidden. Because the user will see perhaps the content in the snippet, they\’ll click through the page, and say, well, I don\’t see where this information is on this page. I feel kind of almost misled to click on this to actually get in there\ ».

En d\’autres termes, John Mueller réaffirme que si vous voulez que votre contenu soit désormais indexé, il faudrait qu\’il soit visible par tous. Selon John Mueller, Google n\’affichera plus d\’extrait de ces textes cachés dans les résultats de recherche pour éviter d\’envoyer les utilisateurs vers du contenu qui n\’est pas visible à première vue.

Chaque onglet affiche un contenu que Google ne veut plus indexer.

Ce message s\’adresse principalement au site ecommerce qui ont tendance à en abuser. D\’ailleurs, beaucoup ont commencé à afficher tous les détails de leurs produits sur une seule et même page.

Est-ce aussi une technique pour augmenter le temps moyen des visites ?

eCommerce : Que faire des pages des produits qui n\'existent plus ?


C\’est bien connu, les sites , quelle que soit leur taille, font tôt ou tard face à des pages de présentation de produits qui n\’existent plus en stock alors que certains utilisateurs continuent à visiter ces pages.

Matt Cutts va répondre à cette problématique en disant en préliminaire que tout va dépendre du nombre de produits que vous avez, de leur rythme de vente, de combien de temps ils restent indisponibles et de combien de temps ils restent disponibles avant d\’être épuisés. D\’où les 3 situations ci-dessous présentées :

  • Vous avez un petit nombre de produits sur votre site ecommerce. A peine quelques dizaines pages de produits. Dans ce cas, Matt Cutts suggère de rediriger les pages des produits épuisés vers d\’autres produits disponibles en stock.
  • Vous avez un site ecommerce de taille moyenne avec quelques centaines de pages de produits. Matt Cutts suggère de supprimer les pages de produits épuisés afin de renvoyer un code erreur 404. Par contre, s\’il ne s\’agit que d\’une rupture de stock, Matt Cutts suggère de maintenir la page active en informant les éventuels clients de cette rupture de stock et d\’une éventuelle date de mise à disposition.
  • Vous avez un gros site ecommerce avec des milliers de pages de produits où les produits sont sans cesse renouvelés car tous vendus rapidement. Matt Cutts suggère d\’utiliser la balise meta tag \ »unavailable_after\ ». En utilisant cette balise, vous informerez Google de ne plus indexer la page de produit indisponible à partir d\’une certaine date d\’expiration. Voici un modèle de la balise à installer dans le code source de votre site ecommerce :