Google My Business n\'accepte pas les photos de toutes les Pages

Googleà Google My Business. Le contenu a changé dans sa formulation, mais l’objectif reste le même.

Google My Business n\'accepte pas les photos de toutes les Pages

Avant, la page d’aide disait :

En ajoutant des photos prises par vous-même ou par vos clients, vous pouvez améliorer la visibilité de votre établissement sur , y compris dans la recherche Google, dans Maps et sur Google+. Ajoutez-en afin de mettre en valeur vos produits et services auprès des utilisateurs qui recherchent ce que vous proposez.

Maintenant, la page d’aide dit :

y compris dans la recherche Google et sur Maps. Ajoutez-en afin de mettre en valeur vos produits et services auprès des utilisateurs qui recherchent ce que vous proposez.

Pour que vos photos soient diffusées sur Google, .

“ y compris dans la recherche Google et sur Maps”, après avoir désormais exclu Google+ qui figurait dans la première version.

Ce qui est normal puisque personne ne fait de recherche locale en passant par Google+. Tout le monde utilise Maps ou Search.

Comment ajouter des photos dans Google My Business ?

Une fois que vous avez sélectionné les photos que vous souhaitez ajouter à votre fiche Google My Business

Ensuite, suivez les instructions ci-dessous pour les importer dans votre fiche.

Sur un ordinateur :

  1. Connectez-vous à Google My Business. Si vous avez deux établissements ou plus, cliquez sur au niveau de celui pour lequel vous souhaitez importer des photos.
  2. Dans le menu, cliquez sur “Photos”.
  3. Sélectionnez le type de photo à ajouter (les types de photos sont désormais de 3 sortes) :
    • Photo de profil : pour aider les clients à reconnaître votre établissement sur Google.
    • Photo de couverture : pour présenter le style de votre page. Lorsque vous ajoutez une photo de couverture, celle-ci est automatiquement définie comme photo préférée pour votre fiche.

    • Photos supplémentaires :
  4. Importez la photo à partir de votre ordinateur ou choisissez-en une que vous avez déjà transférée.

Sur mobile :

Facebook Instant Articles permet désormais d\'interagir avec les contenus

Au lancement de sa fonctionnalité , ne permettait pas aux éditeurs d’intégrer des boutons Like, Partager, ni son système de commentaires dans les articles instantanés.

Boutons Facebook Instant Articles

Pour corriger ce défaut depuis le lancement, Facebook annonce désormais supporter les boutons Like, Commenter et Partager, tous affichés à la fin de chaque article instantané et sur les médias (photos, vidéos, présentations slides et GIF) apparaissant dans ces articles.

Ainsi, à compter du 14 Juillet 2016, ces boutons seront automatiquement ajoutés par défaut par Facebook dans les Instant Articles.

Toutefois, chaque administrateur pourra les supprimer s’il le désire. Et ce, depuis la page des configurations des articles instantanés.

2 endroits pour susciter l’engagement

Les éditeurs pourront intégrer ces boutons dans deux endroits différents sur les articles instantanés.

Comme dit plus haut, Facebook ajoute désormais, et par défaut, à compter du 14 Juillet prochain, les boutons Like, Commenter et Partager à la fin de tous vos articles afin de permettre à vos lecteurs d’engager avec vos contenus.

Images via Facebook

Les Likes et commentaires obtenus dans l’article instantané seront liés à l’article lui-même et ne seront pas comptabilisés avec les Likes et Commentaires obtenus sur le post de l’article dans le News Feed. Ce seront donc 2 comptages différents.

Toutes ces interactions sont prises en compte quand vous décidez qui peut voir votre contenu dans le News Feed.

D’autre part, et selon Facebook, certains lecteurs voudraient pouvoir commenter et partager individuellement des photos et vidéos intégrées dans les articles, surtout si elles sont visuellement engageantes.

C’est pourquoi, avec cette mise à jour de Facebook Instant Articles, il sera possible de réagir (aimer), commenter et partager chaque photo et/ou vidéo présente dans un article, en dehors même de la possibilité d’aimer, partager et commenter l’article lui-même.

Gérer le feedback des boutons

Comme dit plus haut, à compter du 14 Juillet, les boutons Like, Commenter et Partager seront ajoutés par défaut dans vos instant articles. A la fois sur les anciens et futurs articles pour les personnes utilisant l’application Facebook sur version 59 et plus, et sur version 84 et plus

Les administrateurs des Pages peuvent maintenant gérer leurs préférences pour ces boutons en visitant “Page Facebook -> Outils de publications -> Articles instantanés -> Outils -> Feedback Settings”.

Quitte à eux de cocher ou décocher les cases affichés, comme dans l’image ci-dessus, pour faire apparaître ou pas les boutons Like, Commenter et Partages dans leurs articles instantanés.

Synchronisation et modération des commentaires

Facebook dit avoir conscience du fait que les commentaires sont une part importante de l’expérience utilisateur sur les articles. C’est pourquoi, toujours à partir du 14 Juillet 2016, la synchronisation et la modération des commentaires seront possibles pour les réactions et commentaires au niveau chaque article.

  • Synchronisation des commentaires : Pour les éditeurs de contenu qui ont installé le système de commentaires de Facebook sur leurs sites, les commentaires sur leur article sur le Web seront synchronisés avec la version Instant Article de ce même contenu Web.

    En d’autres termes, les commentaires de l’article instantané et ceux de l’article sur le site Web seront fusionnés et ne ferons plus qu’un seul et même fil de commentaires s’affichant de façon antéchronologique.

  • Modération des commentaires : Les éditeurs peuvent aussi utiliser les outils de modération du plugin des commentaires, avec par exemple la capacité de créer une liste noire des mots et phrases à exclure.

    Avec la synchronisation, les éditeurs vont pouvoir gérer les conversations autour de leurs contenus à la fois sur le Web et dans Instant Articles.

Espérons réellement que ces nouveaux boutons vont encourager plus de lecteurs à engager et intéragir avec les articles instantanés.

Facebook pourrait vous permettre de gagner de l\'argent avec vos posts

explore en ce moment de nouvelles façons de permettre aux utilisateurs de gagner individuellement de l’argent avec leurs posts sur le réseau social.

Facebook envisage-t-il de laisser les profils monétiser leurs posts ?


Depuis Août 2015, Facebook permet aux développeurs d’applications de les monétiser avec des publicités.

De même, en Décembre 2015, Facebook a modifié ses conditions d’utilisation afin de permettre aux créateurs de contenus instantanés sur Facebook Instant Articles de diffuser davantage de publicités. vapes, tabac et armes

Le 11 Avril dernier, Facebook a annoncé son intention de permettre aux Pages Facebook de gagner de l’argent en diffusant du contenu sponsorisé.

Et Facebook prendrait une commission sur les revenus générés par les publicités natives diffusées par les utilisateurs.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Images via Theverge.com

Facebook aurait aussi demandé aux utilisateurs d\’indiquer leur intérêt pour un bouton “call-to-action” (appel à l\’action) pour permettre aux abonnés et amis des profils de faire un don et aussi d’indiquer ce qu’ils pensent d’une place de marché via un bouton “sponsor” qui permettrait aux annonceurs de contacter directement les utilisateurs pour leur proposer de diffuser des contenus sponsorisés ou de marque.

Il est pour l’instant difficile de savoir si Facebook envisage vraiment de rendre ces options disponibles à tous les utilisateurs, mais ce sondage a le mérite d’exister et d’ouvrir le champ de tous les possibles pour la des pages profils. Seulement, dans l’enquête révélée par The Verge, il est plus question (pour l’instant ?) de profils vérifiés.

Il s’agit là d’un pari prometteur pour Facebook dans la mesure où permettre à tous les utilisateurs de gagner de l’argent avec leurs posts pourrait booster le partage de contenu qui serait en chute libre depuis un certain temps. En effet, les utilisateurs de Facebook semblent de moins en moins enclins à partager des informations sur leur vie au quotidien comme ce fut le cas dans les premières années d\’existence du service.

Bien sûr, il s’agit d\’une simple enquête et Facebook pourrait facilement décider de ne pas proposer d\’options de monétisation aux utilisateurs. Toujours est-il que même s’il est agréable de recevoir un J’aime (like) pour un contenu publié, il est beaucoup plus agréable d’être payé pour sa participation à la création de contenu sur un réseau social.

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google PageSpeed Insights détecte les interstitiels de téléchargement d\'applis à supprimer

a récemment publié un post dans lequel il annonçait des changements à venir. Et ce, en ce qui concerne l’expérience utilisateur sur mobile.

Google PageSpeed Insights détecte les interstitiels de téléchargement d\'applis à supprimer

Il s’agit ici, au moment de visiter un contenu sur le web mobile, du fait de se voir proposer par le site mobile visité de télécharger l’application native dudit site. Cet affichage en surimpression obstrue totalement la visibilité du contenu et nécessite que l’utilisateur trouve le moyen de fermer ce pop-up. Ce qui n’est pas souvent facile.

C’est pourquoi Google leur déclarera la “guerre” à compter du 1er Novembre prochain. Car, Google estime qu’un utilisateur partant de ses pages de résultats de recherche devrait être en mesure de voir immédiatement le contenu pour lequel il a cliqué sur le résultat de sa recherche.

Alors, les sites mobiles qui ne les supprimeront pas à compter du 1er Novembre prochain seront dorénavant pénalisés par l’algorithme Mobile-Friendly

Ne sont cependant pas concernés par cette mesure tous les autres interstitiels promouvant un ebook gratuit, l’inscription à une newsletter, l’abonnement à un profil social, voir affichant une publicité autre que Adsense (), etc.

Google PageSpeed Insights pour vérifier

Si vous ne voulez pas que les pages de votre site mobile soient supprimées de l’index de Google (et vous pensez encore qu\’il n\’existe pas d\’index mobile ?), faîtes en sorte de ne plus obstruer la visibilité du contenu avec un interstitiel d’installation d’application native.

Désormais, en utilisant Google PageSpeed Insights, un outil conçu pour aider les webmasters à mieux optimiser les temps de chargement des pages Web desktop et mobile, vous remarquerez quelques ajouts très récents dont le plus important est la notification de la présence ou non d’interstitiel d’installation d’application sur votre site mobile.

Comme prévu par Google, avant la déxindexation des pages mobiles, il considère déjà ce type d’interstitiel comme un problème à résoudre pour une meilleure expérience utilisateur, comme le montre l’exemple ci-dessous :

En cas de détection de la présence d’interstitiel d’installation d’applis, voici ce que vous notifiera :

Les alternatives aux interstitiels d’installation d’application

Voici les actions recommandées par Google :

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google+ ajoute l\'application Applaudissements dans les Hangouts en Direct



La prochaine fois que vous participerez à un Hangout en Direct, vous pourrez essayer la nouvelle application \ »Applaudissements\ » pour approuver ou désapprouver ce que vous voyez ou entendez. Comme dans un spectacle.

Et ce, en temps réel !

l\’application des Showcases

Pour utiliser cette fonctionnalité, il faut qu\’elle ait été activée par l\’animateur du Hangout en Direct afin que le public puisse cliquer sur le picto représentant un pouce levé. Lequel clic sur le pouce levé lance un son d\’applaudissements.

Tous les votes lors du Hangout seront combinés afin de permettre au système de créer les meilleurs moments de la présentation en direct.

Comment activer l\’application Applaudissements

Comme dit Google, lorsque l\’animateur active l\’application \ »Applaudissements\ »  pour un Hangout en direct, les utilisateurs peuvent donner leur avis grâce aux icônes \ »J\’aime\ » ou \ »Je n\’aime pas\ ».

Un graphique visible tout au long de la diffusion permet de savoir ce que les utilisateurs ont apprécié ou pas.

Pour les organisateurs : activer ou désactiver l\’application Applaudissements

Si vous planifiez votre Hangout en direct par l\’intermédiaire d\’une page d\’événement Google+, l\’application Applaudissements est activée par défaut. 

Avant de lancer un Hangout en direct, vous pouvez désactiver l\’application Applaudissements.

Car, une fois la diffusion commencée, vous ne pouvez plus changer d\’avis. Voici comment faire :

  • Accédez à la page Google+ du Hangout en direct.

  • Cliquez sur l\’icône de l\’application Applaudissements.
Hangouts en direct

Pour les utilisateurs : aimer ou ne pas aimer un élément d\’un Hangout en direct

Seuls les utilisateurs peuvent indiquer, via l\’application Applaudissements, ce qu\’ils aiment ou pas dans un Hangout en direct.

En revanche, tout le monde, y compris les participants et les organisateurs, est informé des éléments de la diffusion que les utilisateurs ont aimés ou pas.

Sous la fenêtre de diffusion, cliquez sur l\’icône représentant un pouce incliné vers le haut ou le bas.

  • J\’aime (pouce vers le haut) : pour montrer votre approbation dans le Hangout en direct. Lorsque vous cliquez sur l\’icône en forme de pouce vers le haut, vous entendez des applaudissements. Les autres utilisateurs qui visionnent la diffusion ne les entendent pas.

  • Je n\’aime pas (pouce vers le haut) : pour montrer votre désaccord dans le Hangout en direct. Lorsque vous cliquez sur l\’icône en forme de pouce vers le bas, vous entendez des sifflets. Les autres utilisateurs qui visionnent la diffusion ne les entendent pas.

Tout au long de la diffusion, le graphique situé sous le Hangout en direct vous permet de savoir ce que les autres utilisateurs ont aimé (en vert) ou pas aimé (en rouge).

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google+ Hangouts ne nécessite plus le téléchargement d\'un plugin avec Chrome

Google plus Hangouts plugin logo


Habituellement, pour pouvoir participer aux visio-conférences avec Goolgle+ Hangouts, vous devez installer un plugin sur votre ordinateur.

Ce ne sera plus le cas si vous utilisez Chrome comme navigateur web.

Comment installer Hangouts dans Chrome

Vous cliquez alors sur le bouton bleu \ »Installer\ »

Les avantages de Google+ Hangouts

Avec + Hangouts, vous participez à des conversations à deux ou en groupe grâce aux photos, aux emoji et aux appels vidéo gratuits. Vous restez donc en contact avec vos amis sur un ordinateur, ainsi que sur les appareils et .

Tous vos amis peuvent utiliser Hangouts, depuis leur ordinateur ou leur appareil Android ou Apple : vous pouvez ainsi facilement rester en contact avec eux.

Autres avantages :

  • Participez au même Hangout sur différents appareils.
  • Suspendez les notifications si vous préférez répondre plus tard.
  • Parcourez les collections de photos partagées depuis chacun de vos Hangouts.
  • Exprimez-vous pleinement grâce aux plus de 850 emoji proposés.

Remarques :

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Pourquoi le nombre d\'Abonnés des Pages Google+ a-t-il diminué ?


Depuis le 25 mars dernier, de nombreuses Pages + pour entreprises ont noté une baisse importante de leur nombre de followers sans aucune raison apparente.



Mais, que nenni !

Comme le révèle Marketingland.com

Qu\’est-ce qui a changé sur Google+ ?

le nombre de consultations (vues) de la page  de la page Pro.

Avec la généralisation de son nouveau format publicitaire Annonces +Posts  qui exige d\’avoir au moins 1000 abonnés pour pouvoir en publier, on peut comprendre le pourquoi de ce ménage qui ramène le nombre d\’abonnés à son nombre réel.

Ce qui est sûr, c\’est que les chiffres ont toujours été confus sur les pages Google+ dès lors qu\’il s\’agissait de suivre une marque ou de lui attribuer un +1. A tel point qu\’aujourd\’hui, on ne peut plus donner de +1 à une page depuis ladite page mais uniquement depuis le site web lié à cette page Pro.

D\’ailleurs, si vous avez un badge pour page Google+ installé sur votre site, vous pouvez remarquer que le nombre de followers affiché est actuellement différent de celui affiché sur votre page Google+. C\’est vous dire…

Prenons l\’exemple de la page Google+ de Mashable qui indique qu\’il a 4.241.547 followers alors que son badge pour page Google+ affiche 3.054.913 followers.

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google : l\'AuthorRank existe… La preuve !


Au mois de juin 2013, une série de brevets de concernant le fonctionnement de son moteur de recherche ont été rendus publics.

Parmi ces brevets qui traitent tous d\’auteur identifié par Google+ Authorship et de son Autorité

System and method for determining topic authority

\ »A method and system for determining topical authority may include receiving topic information for a document, the information including at least one topic and a weight for each topic, where the topic relates to content of the document, and the weight represents how strongly the topic is associated with the document.

Authorship information for the document may be received, the information including, for each topic in the document, at least one author and an authorship percentage for each author.

An update to an authority signature value for a first author of a first topic may be generated based on a product of an authorship percentage for the first author of the first topic and the weight of the first topic in the document, where the first topic is included in the received topic information\ ».

Une mise à jour de la pour le premier auteur du premier sujet et le poids du premier sujet dans le document, où le premier sujet est inclus dans les informations de la thématique reçues ».

System and method for determining similar topics\ » résume bien cet objectif de catégorisation :

\ »A method and system for determining similar topics may include receiving user information for one or more users, the information including at least one topic and a user value for each topic, where the user value represents how strongly the user is associated with that topic.

Topic information for a source topic may be generated based on the user information, the topic information including at least one user and a topic value for each user, where the topic value represents how strongly the topic is associated with that user.

Similarity scores may be generated based on a topic value for each user for the source topic and a topic value for the same user for each topic in a set of topics, where each topic in the set of topics is associated with a topic value for each user. Similar topics may be selected and output\ ».

user value ou encore topic value for each user 

Etude Linkedin sur les raisons d\'être sur les réseaux sociaux

Etude .

Compte tenu de la multiplicité des réseaux sociaux, il est évident que chacun y va avec une motivation différente des autres membres.

et LinkedIn pour différentes raisons.

Autant ce sont tous deux des réseaux sociaux, autant le premier cible le côté personnel de la vie (famille, amis, loisirs) et le second cible le côté professionnel (réseau professionnel, emploi et carrière, conseils d\’entreprise).

LinkedIn a donc décidé de conduire une étude pour réellement connaître l\’état d\’esprit des utilisateurs sur les l\’ensemble des réseaux sociaux.

Cette étude, dénommée Mindset Divide, a donc pour objectif de comprendre les motivations profondes qui expliquent comment et pourquoi telle personne utilise un réseau social personnel et telle autre un réseau social professionnel.

En fait, LinkedIn a lancé The Mindset Divide pour fournir aux marketeurs et autres professionnels des données\ » précises\ » afin qu\’ils sachent dorénavant comment intéresser leur audience-cible sur tous les réseaux sociaux importants.

Cette étude a été réalisée auprès de 6 000 utilisateurs des 9 principaux réseaux sociaux dans 12 pays différents.

Les motivations pour tel ou tel réseau social

La grande différence entre un réseau social personnel et un réseau social professionnel, c\’est l\’objectif et l\’état d\’esprit.

The Mindset Divide nous apprend donc que les gens ont deux états d\’esprit différents lorsqu\’ils s\’engagent sur les réseaux sociaux.

Un état d\’esprit personnel plus \ »cool\ » pour passer du temps et un état d\’esprit professionnel pour investir leur temps.

Sur les réseaux sociaux personnels, les utilisateurs sont conduits à lier des amitiés, à trouver des distractions (vidéos, humours, photos…), en un mot à \ »tuer le temps\ ».

Et cette étude révèle que les gens sont 3 fois plus intéressés par des réseaux sociaux personnels dès lors qu\’ils souhaitent se distraire.

Et, a contrario, ils sont 3 fois plus intéressés par les réseaux sociaux professionnels dès lors qu\’il s\’agit de gérer une carrière professionnelle et entretenir un réseau professionnel.

A chaque réseau social son type de contenu

Le contenu auquel s\’attend les utilisateurs des réseaux sociaux diffèrent aussi en fonction de leur état d\’esprit. Ainsi, les \ »mises à jour des marques\ » arrivent en 2ème position pour ceux utilisant un réseau social professionnel tel que LinkedIn et en 9ème position pour ceux utilisant un réseau social personnel tel que Facebook.

Et sur un réseau professionnel, ils sont 26% de plus à souhaiter être au courant de toutes les news concernant une entreprise ou une marque contrairement à ceux des réseaux personnels.

Ainsi, si l\’émotion occupe une grande part dans les relations sur les réseaux sociaux, on ne peut pas dire que ce soit vraiment le cas sur un réseau social professionnel. Car, dans ces 2 types de médias sociaux, il faut savoir distinguer la distraction de l\’ambition professionnelle.

D\’où les recommandations ci-dessous de LinkedIn pour mieux optimiser votre marketing social.

Infographie de l\’étude Mindset Divide de Linkedin – source Linkedin

5 recommandations d\’optimisation

Selon LinkedIn, en comprenant mieux l\’état d\’esprit et l\’émotion à travers les réseaux sociaux, les marketeurs peuvent améliorer la pertinence, l\’engagement et les messages des marques et entreprises. En suivant ces 5 idées simples, par exemple :

  • Reconnaître la séparation entre le réseau personnel et les réseau professionnel et les opportunités que chacun offre.
     
  • Déterminer comment la marque peut aider les utilisateurs à obtenir plus de connaissances et de succès sur les réseaux professionnels.
     
  • Engager les influenceurs en quête de \ »tuyaux\ » avec des contenus exclusifs.
     
  • Aligner la marque sur l\’émotion pour faire correspondre les messages et l\’état d\’esprit de l\’utilisateur.
     
  • Construire des relations significatives de participation, de partages et surtout d\’écoute.

Pour conclure, il faut retenir que la clé du succès sur les réseaux sociaux va dépendre de votre capacité à adapter votre marketing en fonction de l\’audience propre à chaque réseau social.