Google : Pourquoi les extraits enrichis ne s\'affichent pas dans les résultats ?

Par définition, les rich snippets ou extraits enrichis affichés dans certains résultats de recherche de sont des informations supplémentaires issues du contenu du lien afin d’apporter plus d’informations sur le contenu à visiter.

Google : Pourquoi les extraits enrichis ne s\'affichent pas toujours dans les résultats ?

Toutefois, pour un certain type de contenu (livre, recette de cuisine, vidéo, musique, événement, auteur…), Google affiche des extraits enrichis si le contenu du lien affiché inclut un balisage des données structurées.

Cependant, quelle que soit la méthode utilisée par Google pour afficher ces rich snippets qui mettent en valeur le résultat de recherche qui en bénéficie, .

C’est en substance ce que l’on peut retenir de l’échange sur entre Zineb Ait Bahajji (alias @Missiz_Z sur Twitter), Webmaster Trends Analyst chez Google, et Kevin Monnier.

Cet échange nous permet en effet d’en savoir un peu plus sur comment Google décide d’afficher des rich snippets dans ses résultats de recherche.

Je vous laisse lire les questions-réponses par Tweets interposés.

Comme vous l’avez lu, elle ne fait pas cas du délai pour l’affichage des extraits enrichis, et que seules la qualité et la pertinence du contenu peuvent encourager leur affichage.

Tout ceci pourrait alors expliquer pourquoi, alors que tous les contenus d’une même page de résultats peuvent avoir des balisées, la grande majorité n’en affiche pas pour une requête A.

Toutefois, ces mêmes contenus balisés avec le codage schema.org qui n’affichent pas d’extraits enrichis pour la requête A pourraient en afficher pour la requête B ou C.

D’où la pertinence dont parle Zineb Ait Bahajji, en plus de la qualité. C’est pourquoi on peut parfois voir des contenus de très bonne qualité en bonne position mais sans extraits enrichis, alors que des liens classés plus bas sur la même page de résultats peuvent afficher des extraits enrichis.

Or, on le sait maintenant, les extraits enrichis ont un réel impact sur le taux de clics, même pour un lien classé en deuxième position qui en bénéficie.

Nous comprenons maintenant que Google évalue les autres sites susceptibles de s’afficher pour une même requête, avant d’utiliser cette donnée pour décider quels résultats bénéficiera des extraits enrichis.

71% des auteurs ayant un profil Google+ n\'utilisent pas l\'Authorship

Chiffres adoption de Google AuthorShip



sans être connectées à leurs comptes Google Plus.

personnes connectées à leur profil.

.

+Eric Enge

Méthodologie de l\’étude

Pour les éditeurs, Eric Enge a vérifié les points suivants :

  • Ont-ils une page dédiée aux auteurs sur leurs sites ?

Images via stonetemple.com

Résultat des courses concernant les 150 sites de grands médias :

  • 79% des 72 sites qui ont essayé de l\’installer (soit 57) affichent correctement le balisage des données structurées.
  • 25% des 28 sites qui n\’ont pas tenté l\’installation de l\’authorship (soit 7) affichent correctement le balisage des données structurées. Sans doute à l\’aide du balisage schema.org.

Résultats pour les 500 auteurs travaillant pour le compte des 150 sites de grands médias et qui ont oui ou non un profil +, il s\’agit de savoir,  s\’il l\’avaient, dans quelle mesure ils l\’utilisent dans leurs articles pour en revendiquer la paternité.

  • 261 auteurs, soit 50,2%, n\’avaient pas de profil Google+.
  • 108 auteurs, soit 20,8%, avaient un profil Google+ mais n\’avaient aucun lien de profil pointant vers le site de leurs Editeurs. Donc, pas d\’authorship.
  • 151 auteurs, soit 29%, avaient un profil Google+ avec un ou plusieurs liens pointant vers le site de leurs Editeurs. Donc, authorship.

Ainsi, sur les 500 auteurs vérifiés, 71% (soit 369) ne participaient pas à l\’AuthorShip.

Au final, cette étude, qui reste juste une étude avec une moyenne sur un panel précis, attesterait du fait que l\’authorship était assez compliqué à installer pour les auteurs qui l\’abandonnaient ou l\’ignoraient.

Ce qui pourrait d\’une manière ou d\’une autre justifier sa suppression.

Google estime que le balisage Schema suffit à identifier l\'Auteur d\'un article

Données structurées avec Schema.org



Tout le monde le sait maintenant, depuis que la nouvelle a fait le tour de la Toile : a mis fin aux fonctionnalités de l\’AuthorShip



tout code qui fonctionne de notre côté fait partie de nos algorithmes\ ». Mais, il a précisé que ce ne sont pas toutes les parties des algorithmes de Google qui sont utilisées pour le classement sur les pages de résultats.

Autre précision importante de John Mueller, qui recommandait aux webmasters de se tourner vers le balisage des contenus (données structurées)



Si vous pouvez implémenter le balisage schema.org depuis votre outil de création CMS ou obtenir des données structurées

Google arrête l\'Authorship et officialise le PublisherShip

Pas plus tard que la veille, je publiais un article faisant mention de la disparition des photos d\’authorship dans les résultats personnalisés de Search.

Clap de fin de Google Authorship

Ainsi va Google…

Fin de Google Authorship via Google.

Désormais, parlons de PublisherShip

vers la page Google My Business elle-même.

Ceux-ci ayant été invités à migrer avec leurs pseudos vers Google+.

Et puis, souvenez-vous, Google vient de déclarer le guest blogging de faible qualité comme étant du spam

le balisage schema.org sur votre site.

Authorship : Photos d\'auteurs sur Google, ce n\'est pas vraiment fini !

Google+ Authorship


Alors que a annoncé il y a quelques jours que toutes les photos d\’auteurs bénéficiant de l\’Authorship seront supprimées des pages de résultats de Google, tout porte à croire que ce n\’est pas vraiment fini.

Suite à des alertes provenant de posts sur Google+ (voir ci-dessous), contrairement à ce qui pouvait s\’y dire, il n\’y avait pas que les internautes Américains qui pouvaient constater ce changement ou test en cours.

Mes tests effectués depuis la France m\’ont aussi permis de voir la manière dont les photos d\’auteurs pourraient continuer à s\’afficher sur les pages de résultats de Google. Mais, pas que…

Différents types d\’authorship sur Google Search

Les dernières modifications en cours ne sont que visibles que pour les utilisateurs connectés à leur compte Google+. Ceux qui ne sont pas connectés à leurs comptes G+ ne verront que l\’authorship affichant le nom de l\’auteur avec un lien sur ce nom pointant vers son profil Google+.

Cette dernière possibilité sera aussi visible pour les utilisateurs connectés à Google+.

Voici donc ce que j\’ai constaté ce dimanche soir afin de vérifier l\’effectivité de l\’affichage à nouveau de la photo d\’auteur sur Google :

  • L\’authorship avec la photo de l\’auteur s\’affiche avec un titre cliquable pointant vers le post Google+. Dans le cas ci-dessous, il y a un résultat m\’appartenant et un autre appartenant à un profil Google+ qui fait partie de l\’un de mes Cercles Google+.

    Aucun nombre d\’abonnés n\’est mentionné. Mais la photo de l\’auteur, ainsi que son nom ont un lien qui pointe vers leur profil Google+.

  • L\’authorship avec le logo de la Page Google+ Pro ayant publié ou partagé le post sur Google+ s\’affiche. Le logo et le nom de l\’entreprise ou de la marque affichés ont des liens qui pointent vers la Page Google+.

    Les pages G+ ou pages G+ Local qui en bénéficient semblent être uniquement des pages vérifiées par Google.

  • L\’authorship avec la photo de l\’auteur d\’un post partagé à nouveau sur Google+ s\’affiche avec un lien pointant vers ce post partagé à nouveau et des liens sur sa photo d\’auteur et son nom pointant vers son profil Google+.

    Ainsi, une personne peut partager votre post ou votre article de blog et apparaître dans les pages de résultats de Google avec votre titre d\’article comme s\’il était l\’auteur original de cet article. Question d\’autorité par rapporte à vous, auteur de l\’article, qui lui donne plus de visibilité (coup de pouce de l\’authorship ou expression non avouée de l\’Author Rank ?).

  • L\’authorship visible aussi, et c\’est une nouveauté, c\’est l\’image de l\’article partagé sur Google+ qui s\’affiche en lieu et place du logo de la page Google+ ou la photo de l\’auteur.

    Il semble que cette image ne peut s\’afficher que si elle bénéficie du balisage schema.org permettant d\’avoir de larges images sur les posts Google+.

In fine, il s\’agit dans ce changement ou test en cours d\’une autre forme de personnalisation des résultats de recherche sur . Lesquels résultats sont influencés par les activités sur Google+ des profils que vous suivez. C\’est en fait ce qui a toujours été mis en avance comme avantage principal de l\’Authorship. En plus du probable Author Rank…

Il faut préciser que lorsque les images de posts, les photos d\’auteurs ou les logos des pages sont affichés, il n\’y en a jamais plus de 2 par page de résultats.

De plus, ces photos, images ou logos ne s\’afficheraient que sur la première page d\’une requête. Lors de mes tests, je n\’en ai pas trouvés au-delà de la première page de résultats de Google Search.

Pourquoi Google n\'affiche-t-il pas tous les extraits enrichis sur les SERPs ?



C\’est en somme la question posée par un webmaster sur le forum Central. Il s\’étonne qu\’ayant intégré le balisage Schema.org et ensuite vérifié leur validité dans l\’outil de test mis à disposition par , aucun de ses extraits enrichis ne s\’affiche sur les pages de résultats de Google.

C\’est +Zineb de Google Webmaster Tools qui s\’est chargée de répondre pour lui apporter les précisions suivantes :

\ »Comme mentionné sur notre forum d\’aide concernant les extaits de code enrichis et les données structurées, Google ne garantit pas que tous les extraits enrichis seront affichés sur ses pages de résultats pour un site en particulier. 

Et ce, même si les données structurées ont été balisées et qu\’elles peuvent être facilement extraites comme le laisse à penser l\’outil de test des données structurées.\ »

\ »L\’algorithme de Google utilisent plusieurs signaux pour déterminer s\’il faut ou pas afficher les extraits enrichis. Ils apparaissent aussi quand nous croyons qu\’ils sont pertinents par rapport à la requête et utiles pour les utilisateurs.

En ce qui vous concerne, les données structurées sont balisées correctement sur vos pages et tout fonctionne comme prévu.\ »

Pour conclure ces propos de Zineb, je rappelle qu\’en décembre dernier, Google avait annoncé une réduction des extraits enrichis, dont l\’Authorship avec l\’affichage de la photo des auteurs, de l\’ordre de 15% sur ses pages de résultats.

Et, de même que tous les auteurs d\’articles ne voient pas leur photo à côté de leurs liens sur Google, autant tous les extraits enrichis ne s\’affichent pas non plus.

SEO : Schema.org introduit un nouveau vocabulaire d\'Actions pour vos contenus

Schema Actions logo

Schema.org

Désormais, tous les webmasters pourront décrire les actions qui auront été exécutées par des entités grâce à Schema Actions.

An action performed by a direct agent and indirect participants upon a direct object. Optionally happens at a location with the help of an inanimate instrument. The execution of the action may produce a result. Specific action sub-type documentation specifies the exact expectation of each argument/role.

En d\’autres termes, une Action est exécutée par un agent direct et par des participants indirects sur un objet direct. Eventuellement, il se produit à un endroit donné avec l\’aide d\’un instrument inanimé. L\’exécution de l\’action peut alors produire un résultat.

Il faut dire que Schema.org n\’est pas très prolixe sur cette nouveauté.

Mais, selon Barry Schwartz qui tente de décortiquer pour nous Schema Actions, il semble que ce nouveau vocabulaire devrait permettre aux webmasters de communiquer le moment du début et de la fin d\’une action, le résultat souhaité, le lieu et l\’instrument utilisé pour ladite action. Schema Actions pourraient donc être utilisées pour indiquer la durée d\’une action faite par une personne.

Par exemple, pour une recette de cuisine, le temps de cuisson d\’un repas ou encore le temps de rédaction d\’un livre et aussi ce que l\’action et le résultat de l\’action devraient être.

Comment , , et Yandex pourrait utiliser ce nouveau vocabulaire de Schema Actions n\’est pas clairement détaillé.

Mais, selon Barry Schwartz, on pourrait voir sur les pages de résultats de ces moteurs de recherche, par exemple, avant que l\’internaute ne clique sur un lien, le temps moyen que cela lui prendra pour lire la page ou pour remplir un formulaire ou pour procéder à un achat en ligne ou encore pour visualiser une vidéo.

Voici quelques liens vers quelques actions de la version 2.1 de Schema.org que tout webmaster peut mettre en place en copiant un code HTML sur les pages de son site :

Vocabulaire de Schema.org décrivant des Actions
source : schema.org

Voici une partie du vocabulaire de ce nouveau Schema dénommé \ »Actions\ » :

  • actionStatus : Indique l\’état actuel de l\’Action
  • agent : L\’interprète direct ou le pilote de l\’action (animé ou inanimé). Par exemple, *Jean* écrit un livre.
  • startTime : Le moment du début de l\’action exécutée. Par exemple, Jean a écrit un livre de *Janvier* à Décembre.
  • endTime : Le moment de la fin de l\’action exécutée. Par exemple, Jean a écrit un livre de Janvier à *Décembre*.
  • instrument : L\’objet qui aide l\’agent à exécuter l\’action. Par exemple, Jean a écrit un livre avec *un crayon*.
  • location : Le lieu d\’un événement, d\’une organisation ou d\’une action.
  • object : indique l\’objet au moment où l\’action est réalisée et dont l\’état sera conservé intact ou modifié. Par exemple, Jean lit *un livre*.
  • participant : Autres agents ayant participé indirectement à l\’action. Par exemple : Jean a écrit un livre avec *Paul*.
  • result : Le résultat final produit par l\’action. Par exemple, Jean a écrit *un livre*.
  • target : Indique une cible pour le point d\’entrée d\’une Action.

Pour nous aider à mieux comprendre où les moteurs de recherche, en partenariat avec Schema.org, veulent nous mener, Barry Schwartza a pu échanger avec un porte-parole de Bing alors que Google n\’a pas donné suite à sa demande d\’explication.

Question de Barry Schwartz : Pouvez-vous mieux nous expliquer les cas d\’utilisation de ces termes ?

Réponse de Bing : le Vocabulaire de Schema Actions est destiné à être utilisé en priorité pour décrire des actions qui ont eu lieu dans le passé ou pourraient avoir lieu dans le futur.

Par exemple, si, hier, vous avez partagé un article de MSN sur . C\’est une action passée. Facebook pourrait utiliser schema.org pour décrire l\’action en indiquant que vous êtes le sujet (agent) de l\’action. Le verbe de l\’action étant \ »a partagé\ » et l\’objet de l\’action étant \ »un article de MSN\ ».

Maintenant, supposons que MSN veuille exposer la capacité pour ces applications de partager automatiquement un article sur leur site. Ce serait alors un exemple d\’une action potentielle. MSN pourra utiliser schema.org pour décrire l\’action potentielle en indiquant que le verbe de l\’action est \ »partagez\ » afin que vous puissiez exécuter l\’action en faisant appel à une URL spécifique.

Question : Comment Bing compte utiliser ces Actions dans ses pages de résultats et est-ce que vous les utilisez actuellement ?

Réponse : Bing utilise actuellement une version provisoire du vocabulaire des Actions de Schema.org pour alimenter son récent service dénommé App Linking. En plus de l\’App Linking, il existe de nombreuses façons dont nous pourrions utiliser ce vocabulaire pour lancer de nouvelles expériences dans Bing et dans d\’autres produits de . Malheureusement, il n\’y a aucun plan définitif que nous pourrions actuellement porter à votre connaissance.

Question : quel intérêt pour les webmasters ?

Réponse : Le premier objectif de Schema.org a toujours été de fournir aux webmasters un vocabulaire commun à utiliser dans la description de leurs données. Le nouveau vocabulaire des Actions, en particulier les termes associés aux actions potentielles, améliore cet objectif premier en incluant de meilleurs moyens de décrire les services.

En fournissant ces descriptions à partir de ce nouveau vocabulaire, les moteurs de recherches tel que Bing et d\’autres applications qui s\’en servent peuvent exploitées ces informations associées afin de mieux exposer ces données et services de façon pertinente et utile.

Au final, voici de nouveaux termes auxquels il va falloir s\’habituer et surtout commencer à mieux les comprendre pour les utiliser à bon escient. Car, si le nouveau vocabulaire de Schema Actions a été approuvé par les principaux moteurs de recherche, c\’est qu\’ils attendent que nous les utilisions à l\’avenir.

Google déclare supporter les données structurées pour les adresses d\'entreprises

, déclare être désormais en mesure de supporter les marqueurs de de Schema.org.

Et ce, pour afficher les informations des entreprises dans les pages de résultats de Google.

Google constatant que de plus en plus de recherches sur son moteur, et sur les autres aussi, concernent les informations sur les entreprises locales, il est donc normal que nous arrivions au stade où Google veut fournir ce type d\’informations directement sur ses pages de résultats.

Que vous ayez une page Google Adresse ou une page Google+ Locale ou une page Google+ Pro ou tout simplement un site web qui comporte l\’adresse postale de votre entreprise. A condition que cette adresse locale sur votre site corporate utilise les données structurées de Schema.org.

Selon Google, voici les requêtes courantes auxquelles il essaie d\’apporter des réponses directes :

  • Trouver l\’adresse de l\’entreprise… ou trouver l\’adresse la plus proche de la marque…
  • Quel est le téléphone du service après-vente de l\’entreprise…
  • Les horaires d\’ouvertures habituelles ou les horaires pendant les vacances…
  • Les menus du restaurant…

source : Google

Alors, Google indique qu\’il répondra directement à ce type de questions s\’il arrive à identifier correctement la page web de l\’entreprise (page de contact, page qui sommes-nous, etc.) sur laquelle se trouve ce type d\’informations.

Car, il va s\’agir pour lui d\’extraire ces informations si elles utilisent les données structurées de Schema.org.

12 Moyens d\'améliorer son trafic web sans faire de Netlinking

Et donc, leur importance en terme de visibilité et de trafic web.

Et pourtant, comme nous le présente Cyrus Shepard

1. In-Depth Articles

Selon Moz.com, 6% des résultats de recherche de contiennent désormais des liens In-Depth Articles.

2. Améliorer la satisfaction de l\’utilisateur

3. Les extraits enrichis issus des données structurées

extraits enrichis susceptibles de s\’afficher

4. Optimisation des contenus vidéo

La capture d\’extrait vidéo (miniature)

balises de schema.org pour les vidéos.

Wistia qui peuvent vous aider à créer un sitemap vidéo incluant automatiquement le balisage de Schema.org. Ce qui va vous permettre de choisir la miniature à afficher sur les pages de résultats.

Et comme les miniatures vidéos encouragent très souvent les clics, vous pouvez espérer alors améliorer votre trafic web.

5. Google AuthorShip

Certes Google ne vous garantit pas plus de clics si vous participez à l\’Authorship

6. Améliorer le temps de chargement des pages

Par temps de chargement, il faut comprendre le temps que prend votre serveur pour envoyer sa première réponse à une requête.

7. Optimisation pour mobile

Comme mentionné plus haut, votre site web devra être aussi configuré pour le mobile. Google ayant confirmé

8. Accroître votre audience en dehors de votre zone géographique

9. Visibilité avec Google+

Alors que lorsque vous partagez un contenu sur Google+, vos followers peuvent le voir à chaque fois qu\’ils font une recherche sur le moteur Google. Ce qui est une grosse différence.

Pour bénéficier d\’une telle visibilité supplémentaire avec les résultats personnalisés, et donc de plus de trafic depuis Google, vous devez être actif sur Google+.

10. Optimisation des balises meta et title

Il s\’agit de prendre soin de la balise meta description et de la balise title de tous vos contenus. Lesquelles balises devront être uniques pour chaque page.

Et comme dit Matt Cutts : \ »Vous pouvez soit choisir d\’avoir une balise meta description unique, soit choisir de ne pas avoir de balise meta description\ ». Ce qui veut dire que toute duplication de balises pourra être pénalisée et constituer un frein à votre trafic web.

11. Publier régulièrement de nouveaux contenus

Sur certaines thématiques et pour certaines requêtes, avoir du contenu frais peut toujours aider pour plus de visibilité sur Google.

12. Optimisation interne du site

Voici des points techniques d\’ à prendre en compte pour éviter tout problème de référencement : facilité d\’accès pour l\’exploration et l\’indexation pour les robots, la balise canonique, le duplicate content, l\’architecture du site, la recherche de mots clés, le maillage interne de liens, les images…

Certes, l\’optimisation technique devient de plus en plus complexe, mais rien n\’est nouveau. Il faut tout simplement accepter de revenir aux fondamentaux du et surtout savoir s\’adapter à tout changement d\’algorithme.

Google teste l\'affichage d\'images à la place des photos des auteurs

Test en cours sur .


Google vient de confirmer un test en cours sur l\’interface utilisateur de son moteur de recherche. 

Ce test consisterait à afficher les images à côté de la description (snippet) des liens.

Un porte-parole de Google aurait confirmé à Searchengineland.com  que cela faisait partie des nombreux tests actuellement en cours sur les pages de résultats de Google.

Ainsi, comme vous pouvez le voir ci-dessous, Google récupérerait l\’image associée à un article pour l\’insérer à côté de sa description sur les SERPs. Alors, quid de l\’Authorship et de l\’affichage de la photo des auteurs ?

source : Searchengineland.com

Déjà, au PubCon de Las Vegas, Matt Cutts laissait entendre qu\’il y aurait prochainement moins de 15% d\’authorship (photos d\’auteurs) sur les pages de résultats de Google. Et, voilà que Google teste des résultats de recherche avec des images issues des articles. Lesquelles images ne pourront s\’afficher que pour les sites qui utiliseront le balisage de données srtructurées de Schema.org.

Au final, en y regardant de très près, pour moi, cela reste de la diversion. Google laisant fuiter cette information sur ce test en cours en apportant lui-même une photo de ce test aux médias au lendemain de l\’annonce officiel du lancement de sa fonctionnalité In-Depth Article. C\’est encore ce même jour que Google fait une mise à jour du PageRank.

Google pourrait donc faire preuve de diversion car la grogne monterait en ce moment contre son choix de l\’emplacement des liens de sa fonctionnalité In-Depht Articles. Un emplacement en début de pages de résultats qui menacerait les liens organiques.

Je pense que Google a volontairement allumé des contre-feux pour détourner l\’attention des marketeurs et autres référenceurs sur la réalité profonde de ce qu\’est in-depth articles.

Les mois à venir nous situeront sur ce test. Mais, si un tel test devait être retenu, ce serait sans doute pour faire la part belle à la fonctionnalité In-Depth Articles de Google qui exige aussi la participation à l\’Authorship de part des auteurs et éditeurs.

Découvrez comment Bien référencer son site internet sur Google
Découvrez comment Bien référencer
son site internet sur Google