Google introduit l\'appli Bulletin pour publier des Stories locales

Google

Google introduit Bulletin pour la publication de stories locales

Cette nouvelle application appelée “Bulletin” permettra à tout le monde de publier une actualité locale, juste en bloguant et en partageant des images et vidéos (directement à partir de leur téléphone

Mais aussi pendant vos vacances et voyages partout.

Bulletin de Google est actuellement en cours de test dans deux villes américaines : Nashville (Tennessee) et Oakland (Californie). L’accès à l’application Bulletin se fait actuellement sur invitation.

C’est quoi Bulletin de Google ?

Selon la définition de Google, Bulletin est une application mobile (pour l’instant ?) pour contribuer à des histoires hyperlocales au sujet de votre communauté, pour votre communauté, juste depuis votre téléphone mobile.

Alors, quelle est la particularité d\’une story sur Bulletin ? Une histoire de Bulletin serait :

  1. Percutante : Bulletin vous aide à raconter les histoires qui ne sont pas encore racontées.
  2. Ouverte : Les Bulletins (nom donné à ces blogs personnels) sont publics et faciles à découvrir sur , via les réseaux sociaux, ou via des liens envoyés par email et les applis messagerie. Les stories des Bulletins seront donc partageables partout.
  3. Sans aucun effort : Aucune configuration n\’est nécessaire pour créer une story sur Bulletin. Tout ce dont vous avez besoin est un smartphone. Et vous n\’aurez pas non plus à télécharger l\’appli Bulletin pour poster tant que vous avez un compte Google.

Avec l’appli Bulletin, vous pouvez contribuer à des histoires locales et être la voix de votre communauté sur internet, dixit Google ! Les utilisateurs retrouvent les posts en visitant la localité ou la région qui les intéresse dans l\’appli ou dans les résultats de recherche.

Comment fonctionne Bulletin de Google ?

Bulletin est une application gratuite et légère pour raconter une histoire en capturant des photos, des vidéoclips et/ou en rédigeant du texte directement depuis votre téléphone, et que vous publiez directement sur le Web (sans avoir à créer un blog ou un site Web).

Si vous êtes à l\’aise pour prendre des photos ou envoyer des messages, vous pouvez créer une story sur Bulletin !

A la différence des stories habituellement éphémères, les stories locales de Bulletin seront, semble-t-il, permanentes et découvrables dans les résultats de recherche de Google. Comme pour n\’importe quel blog.

Toutefois, selon les conditions d’utilisation, le contenu qui est principalement destiné à servir comme une annonce ou une promotion, ou encore comme une recommandation de produits spécifiques ou des appels à l\’achat avec des prix, n’est pas accepté.

Les utilisateurs seront en mesure de mettre à jour leurs blogs continuellement (comme vous le feriez avec un post de blog) et voir les statistiques de l\’auditoire pour savoir d’où proviennent les lecteurs.

Il est encore trop tôt pour juger de cette nouvelle plate-forme de blogs de Google exclusivement accessible via le mobile pour publier des posts instantanés en déplacement.

Bulletin est une nouvelle plate-forme de blogs de Google exclusivement accessible via le mobile pour publier des posts instantanés en déplacement.
Image via Google

L’objectif étant de faire des citoyens des reporters de leur environnement sans verser dans les stories narcissiques comme avec les autres applications qui existent actuellement.

Comment corriger ou réparer l\'erreur 404 ?

Lorsque les visiteurs suivent des liens hypertextes

Comment corriger ou réparer l\'erreur 404 ?

Les liens brisés ne sont pas seulement mauvais pour l\’expérience utilisateur

Qu’est-ce que les liens brisés affectent ?

La page d’erreur 404 ne frustre pas uniquement les moteurs de recherche et les utilisateurs. Elle aura aussi une incidence sur votre entreprise elle-même.

  1. Votre chiffre d’affaires :

    En plus de perdre des revenus, vous perdrez aussi des clients. Un client potentiel qui ne trouve pas la page de conversion est une personne qui pourrait faire savoir à son entourage et sur les réseaux sociaux (par exemple) la mauvaise expérience vécue sur votre site.

    Et au final, ce n’est pas un seul client potentiel que vous aurez perdu, mais beaucoup d’autres.

    Après tout, vous ne voudriez pas perdre votre temps et effort pour créer votre site Web, et avoir des visiteurs malheureux ? Il suffit de penser à quel point c’est frustrant de trouver un lien par lequel vous espérez obtenir plus d\’informations, et d’arriver sur une page erreur 404 qui vous dit que la réponse n\’existe pas.

  2. Votre taux de rebond :

    La page d\’erreur 404 n\’est pas seulement frustrante, mais elle pourrait nuire à votre taux de rebond aussi.

    Le taux de rebond est mesuré par la quantité de temps (durée) qu\’un visiteur passe sur votre page, et si l\’utilisateur ne reste pas pendant un certain laps de temps, il sera considéré comme ayant «rebondi» à partir de votre page.

    Lorsque vous avez des visiteurs mécontents sur votre site, chacun d\’eux quittera votre site Web, ce qui va au fil du temps générer un taux de rebond plus élevé.

    Lorsque les moteurs de recherche constatent un taux de rebond élevé sur votre page, ils vont brandir un carton rouge, et l\’ensemble du site pourrait ne plus sembler pertinent pour ces moteurs de recherche.

    Par conséquent, il est très important de garder les visiteurs satisfaits quand ils visitent votre site en fournissant une bonne expérience d\’utilisateur.

  3. Votre classement :

    Comme mentionné ci-dessus, le taux de rebond peut provoquer un mauvais classement dans les pages de résultats.

    Lorsque Google voit que les visiteurs quittent votre page après quelques petites secondes, il va supposer que les visiteurs n\’ont pas trouvé ce qu\’ils cherchent.

    Ensuite, s\’il s\’agit d\’une page non trouvée que Google sait détecter, il pourrait supprimer la page de ses SERPS comme n’étant pas une page crédible et fiable pouvant procurer une bonne expérience utilisateur.

    Un autre facteur qui aura une incidence sur votre , c’est de voir votre page non indexée lors de l’exploration de Googlebot. Google utilise ses robots pour explorer votre site en entier afin de recueillir des informations précieuses sur la thématique de votre page.

    Mais quand les crawlers de Google arrivent sur un lien brisé, ils ont tendance à arrêter le processus d\’indexation, ce qui peut ruiner vos chances d\’obtenir un classement plus élevé.

Les liens sortants brisés

Lorsque vous pointez des liens vers d\’autres sites à partir de votre propre site, ces liens sont appelés liens sortants. Limiter ou supprimer tous les liens morts pointant vers des pages externes peut être parfois difficile, car vous n\’avez probablement pas le contrôle sur le contenu externe que vous liez.

Et vous pourriez ne pas savoir que le contenu lié a été supprimé ou déplacé sur le site externe.

Lorsque votre site a des liens sortants brisés, c’est un mauvais signal à la fois pour vos utilisateurs et votre référencement. Googlebot explore le Web en allant de liens en liens pour collecter des données sur chaque page.

Veillez à vérifier régulièrement vos liens sortants pour vous assurer que vous ne redirigez pas les lecteurs (ou les bots) vers les pages brisées.

Comment vérifier et analyser vos liens sortants morts

Si vous avez un petit site, cette vérification des liens morts pourra se faire manuellement via l’extension Chrome “Check My Links” pour examiner manuellement chaque page de votre site et effectuer des contrôles individuellement pour détecter les liens brisés.

Cet outil vous aidera à découvrir à la fois les liens internes (liens de votre propre site) et les liens externes (liens vers d’autres sites) rompus. Gardez l\’enregistrement des occurrences des liens rompus dans une feuille de calcul ou dans un simple documents txt afin de pouvoir revenir plus tard corriger ou supprimer des liens.

Si vous avez un gros site, il ne sera probablement pas possible de vérifier manuellement chaque page pour découvrir les liens brisés. Dans ce cas, il vaut mieux investir dans des vérificateurs de liens morts payants tels que Ahref ou Semrush qui peuvent vous aider à trouver des liens cassés en vrac sur votre site.

Vous pouvez aussi utiliser Broken Link Checker qui est un outil gratuit parfait si vous avez un site de moins de 3000 pages. Au-delà de 3000 pages, une contribution vous sera demandée.

Vous entrez votre , vous sélectionnez “Report distinct broken links only” et vous cliquez sur le bouton “Report distinct broken links only” après avoir saisi le code de vérification affiché.

Le résultat s’affiche au bout de quelques minutes dans un tableau avec, s’il y en a, à la fois les liens internes et les liens sortants brisés. Pour chaque lien brisé par ligne, vous avez la page d\’origine (cliquez sur URL pour le lien de votre page) et de destination (cliquez sur SRC pour le lien de la page pointée).

A vous d’aller le corriger ou le supprimer dans la page d’origine sur votre site.

Liens internes morts et pages d\’erreurs 404

Les liens internes se rapportent à des liens qui vont d\’une page de votre site Web vers une autre page de votre site Web. Ces liens sont ceux sur lesquels vous avez le plus de contrôle.

Une erreur 404 se produit lorsque le contenu de votre site a été supprimé ou déplacé sans aucune redirection appropriée mise en place pour rediriger les visiteurs vers la page correcte.

Il est important de comprendre que l\’une des façons pour les moteurs de recherche d’explorer et indexer les sites est de visiter leurs liens. S\’il y a des liens morts sur votre site Web, ils peuvent arrêter l’exploration de votre site, ainsi que l\’indexation de vos pages.

Et les pages d’erreur 404 encouragent les utilisateurs à quitter votre site et passer au site suivant plutôt que d’y rester en espérant trouver l\’information dont ils ont besoin à partir d\’une page cassée pourtant visitée.

Lorsque les utilisateurs tombent sur des pages inexistantes ou déplacées sur votre site, cela peut affecter votre ratio d’utilisateurs habituels et affecter les taux de conversion de votre site Web.

Pour trouver les pages erreur 404 sur votre site résultant des liens internes cassés, vous pouvez utiliser l’outil Broken Link Check ou l’extension Chrome “Check My Links”, tous deux cités plus haut.

3 façons d\’éviter et fixer les pages d’erreur 404

  1. Mettez à jour plutôt que de supprimer le contenu : Au lieu de supprimer des pages, essayez de mettre à jour ou actualiser le contenu. Cela permettra d\’éviter les pages 404 indésirables évitables qui peuvent résulter de la suppression du contenu avec lequel d\’autres pages sont en liaison (liens vers votre site).
  2. La redirection 301 pour envoyer les visiteurs vers une nouvelle page : Si le contenu existe toujours sur votre site, mais a simplement changé d\’emplacement, ou s\’il y a eu une mise à jour de la structure de votre URL, alors redirigez les visiteurs vers la nouvelle page en utilisant la redirection 301.
  3. Contactez le webmaster et demandez que le lien soit mis à jour : si l\’erreur 404 se produit parce qu\’un site externe à pointer un lien vers votre contenu à l\’aide d\’une URL incorrecte, vous pouvez être en mesure de résoudre le problème en contactant et en demandant une mise à jour à l\’auteur du contenu externe ou au webmaster du site externe.

Alors que Google affirme qu’avoir des pages d’erreur 404 ne nuira pas nécessairement à votre référencement, elles peuvent gravement nuire à l\’expérience utilisateur qui peut entraîner des performances médiocres telles que des taux de rebond plus élevés.

Les moteurs de recherche essaient tant que faire se peut d\’améliorer constamment l\’expérience utilisateur. Alors, une bonne règle de base est que si c\’est mauvais pour l\’utilisateur, ce n\’est probablement pas bon non plus pour votre SEO.

Twitter regroupe les Articles Populaires de votre fil d’actualité

Twitter

Twitter lance les Articles Populaires pour booster l\'engagement

La fonction, appelée Articles Populaires, montre des histoires partagées ou commentées ou aimées par des personnes que vous suivez.

La fonction montre également des liens vers des articles populaires dans votre localité en particulier.

Chaque article populaire affiche d’abord le nom de l’éditeur de l’article, ensuite le titre, et enfin quelques noms et le nombre de Twittos qui ont engagé avec cet article.

Les articles populaires peuvent aussi être explorés par catégorie via le lien “Tout explorer” qui se trouve juste en dessous de la première sélection de Tweets populaires affichés.

Ainsi, en Août 2015, a testé un onglet Actualités, une liste de liens largement populaires sur Twitter. En octobre 2015, Twitter a présenté Moments, un onglet qui met en avant le meilleur de Twitter pour l’utilisateur.

En janvier 2017

Les Articles populaires sont donc la dernière fonction censée booster davantage l’engagement sur Twitter et retenir plus longtemps les utilisateurs sur la plateforme.

Avec les articles populaires, en principe, les utilisateurs auront à faire moins pour trouver des news intéressantes à lire.

Les articles populaires sont actuellement disponibles dans l’appli Twitter pour et .

Google veut aider les éditeurs de contenu à gagner plus d\'argent

Google expérimente actuellement de nouveaux outils conçus pour augmenter les abonnements payants ou les inscriptions pour les éditeurs de news afin que ceux-ci retournent sur Actualités.

Google veut aider les éditeurs de contenu à vendre plus d\'abonnements

En d’autres termes, Google veut leur faire gagner plus d’argent avec leurs articles en ligne.

Il suit ainsi une même initiative lancée plus tôt par Facebook qui tendrait cependant à faire adopter son format Instant Articles par les éditeurs qui n’y trouvaient pas leurs comptes en termes de via la publicité en ligne sur .

Depuis l’année dernière, de nombreux éditeurs ont reproché à Google de permettre l’accès à leurs cachés contenus derrière un paywall alors que ceux-ci étaient réservés à leurs abonnés payants.

Et la pression des éditeurs de presse en Europe n’a jamais faibli depuis, et certains ont même intenté des procès perdus contre Google. Ce qui avait alors poussé Google à ouvrir Google News à tous les sites et blogs.

Des efforts ont été finalement consentis par Google qui a alors proposé son programme “Premier Clic Gratuit” (First Click Free) grâce auquel les utilisateurs pourraient accéder à d\’autres contenus de news protégés par un abonnement depuis les résultats de recherche, avec l\’intention d\’améliorer les perspectives pour les revenus d\’abonnement.

La fonctionnalité AMP est également un effort de Google pour améliorer la performance des articles de news et autres sites d’éditeurs de contenu sur les appareils mobiles.

Et la récente refonte de Google Actualités est en partie destinée à mettre en valeur et rendre le contenu de l\’éditeur de news plus facilement découvrable.

Les initiatives à venir de Google

Bloomberg rapporte aujourd\’hui que Google est décidé à aider les éditeurs à augmenter leurs revenus d\’abonnement.

Et ce, grâce à la réorganisation du premier clic gratuit (réduction du nombre d\’articles quotidiens), l\’activation des paiements et le recrutement d\’abonnés. Selon Bloomberg :

La dernière incursion de Google arrive sur 3 fronts. Le premier est une refonte de son dispositif, appelé \ »First Click Free\ » ou “Premier Clic Gratuit\ », qui permet aux lecteurs d\’accéder à des Articles réservés aux abonnés depuis les pages de résultats de recherche.

Google explore également de nouveaux outils pour les éditeurs autour des paiements en ligne et ciblant les abonnés potentiels.

Tout cela fait partie d’un effort plus important de Google pour garder les consommateurs et encourager les créateurs de contenu à retourner sur le Web (plutôt que d’aller sur des réseaux sociaux comme Facebook, ndlr). C’est une stratégie très cruciale et vitale pour la rentabilité de ses annonces publicitaires.

Pour rappel, le Premier Clic Gratuit est une collaboration entre Google et certains services disponibles sur abonnement pour faire en sorte que la toute première consultation d\’un article du site concerné par un utilisateur de (identifiable par l\’URL de provenance) puisse se faire sans abonnement.

Ainsi, les utilisateurs peuvent lire le premier article sans abonnement. En revanche, ce n\’est plus le cas lorsqu\’ils cliquent sur un lien figurant sur la page de cet article : ils sont alors invités à se connecter ou à s\’abonner au site d\’actualités.

Les éditeurs de Google Actualités peuvent limiter le nombre d\’articles gratuits auxquels un lecteur de Google Actualités peut accéder via le modèle de type \ »Premier clic gratuit\ ». Toutefois, un utilisateur en provenance du domaine [*www.google.*] ou [*news.google.*] doit pouvoir consulter au moins 3 articles par jourdixit Google.

Comme les revenus publicitaires des éditeurs de contenu, et surtout des grands médias, sont en chute libre, ils seraient tentés de trouver d’autres moyens de monétiser leurs plateformes en dehors de Google Actualités. D’où l’effort pressant de Google pour les retenir.

Ainsi, concernant le programme “Premier Clic Gratuit”, Google teste des manières de réduire l\’exigence citée plus haut afin que ce premier clic gratuit fasse partie de la limite des 3 clics au total. Et donc qu’il ne soit plus gratuit pour les lecteurs de Google News.

Et même qu\’on pourrait n\’autoriser la consultation que de 2 articles, tout au plus, en provenance de et Google Actualités.

Twitter permet d\'éviter le harcèlement en bloquant certaines notifications

Après avoir permis de filtrer les messages privés des personnes qu’on ne suit pas, propose désormais des options avancées dans les filtres de qualité afin bloquer les notifications des profils qu’on ne suit pas.

Twitter permet d\'éviter les trolls en bloquant certaines notifications

Dans sa lutte permanente contre le troll et le harcèlement, Twitter propose donc de nouvelles fonctionnalités de filtrage contre les personnes inconnues qui se permettent de vous répondre ou mentionner dans des Tweets agressifs ou offensants.

choisir de désactiver les notifications des types de comptes suivants :

  • Les nouveaux comptes (que vous ne suivez pas)
  • Les comptes qui ne vous suivent pas (et que vous ne suivez pas)
  • Les comptes que vous ne suivez pas
  • Les comptes dotés d\’une photo de profil par défaut (que vous ne suivez pas) les comptes qui ne disposent pas d\’une adresse email confirmée (que vous ne suivez pas)
  • Les comptes qui ne disposent pas d\’un numéro de téléphone confirmé (que vous ne suivez pas).

Oui, désormais, vous pouvez contrôler ce que vous voyez et avec qui vous interagissez sur Twitter. Trois options des paramètres de notification vous permettent de filtrer les notifications que vous recevez : le filtre de qualité, les mots masqués et les filtres avancés.

L\’option Filtre de qualité : lorsqu\’elle est activée, filtre les contenus de qualité médiocre dans vos notifications, comme les Tweets en double ou les contenus automatisés.

Elle ne filtre pas les notifications d\’utilisateurs auxquels vous êtes abonné ou de comptes avec lesquels vous avez récemment interagi. Vous avez la possibilité d\’activer ou de désactiver cette option dans vos paramètres de notification :

Paramètres et Confidentialité -> Notifications -> Filtres avancés

Ces filtres avancés viennent ainsi s’ajouter à la possibilité de bloquer les profils sans aucune photo personnelle, en dehors de l\’avatar Twitter par défaut.

Certes, les filtres avancés vous permettent de désactiver les notifications de certains types de comptes que vous souhaitez éviter.

Toutefois, si votre compte reçoit soudainement beaucoup d\’attention, Twitter pourrait insérer dans votre onglet “Notifications” une notification vous invitant à régler ces filtres pour mieux maîtriser ce que vous voyez.

Twitter supprime la tête d\'oeuf en tant que photo de profil par défaut

Pour mieux faire la chasse aux fakes et aux trolls, Twitter a décidé de s’attaquer à l’un de ses symboles visuels qui fait partie de sa propre identité : l’oeuf comme photo par défaut pour les nouveaux inscrits.

Twitter supprime la tête d\'oeuf en tant que photo de profil par défaut

–>

Twitter supprime la tête d\'oeuf en tant que photo de profil par défaut

vient de mettre fin à la tête d’oeuf comme photo par défaut de l’avatar des nouveaux venus sur la plateforme.

ou +, et bien d\’autres réseaux sociaux.

En d’autres termes, Twitter n’offre plus une quelconque identité, même imaginaire, à celui qui veut garder cette nouvelle photo par défaut. Comme pour dire :

Si tu gardes cette photo par défaut, tu ne seras rien, nothing, nada !

Selon Twitter, ce qui justifie cette suppression, c’est surtout le fait que certaines personnes aimaient gardé cette tête d’oeuf comme photo parce qu’elles trouvaient cela amusant ou mignon, au lieu de télécharger une photo qui ressemble à quelque chose ou dise quelque chose sur leur identité.

D’où la silhouette grise sur fond gris clair, avec une tête ronde qui ne fait allusion à aucun sexe en particulier. Neutralité oblige.

Tenez, voici l’évolution de la photo par défaut de l’avatar de Twitter depuis le début de l’aventure :

Et dire que Twitter avait récemment fourni une fonctionnalité censée bloquer automatiquement tous les profils ayant une tête d\’oeuf comme photo de profil.

Sans doute que cette fonctionnalité va continuer à être efficace contre cette nouvelle identité par défaut sur Twitter.

On peut écraser une petite larme pour notre chère petite tête d’oeuf qui s’en est allée pour de bon. R.I.P.

Google+ propose les données de l\'influence du profil et de la page

Jusqu’à maintenant, tous les réseaux sociaux importants ont toujours fourni des statistiques à leurs utilisateurs inscrits, y compris l’engagement et le nombre d’abonnés. Sauf Google+ qui vient de corriger le tir.

Google+

Désormais, + lance une fonction “Votre Influence”, qui est un espace privé, et donc accessible que par le profil, qui permet d’ ou de la page.

Depuis votre profil Google Plus, pour découvrir “Votre Influence”, vous cliquez sur les 3 points verticaux situés à droite de la mention “BIO” sur la photo de couverture de votre profil.

Ensuite, vous cliquez sur “Votre influence” :

données pour les 7 ou 30 derniers jours. Les données de statistiques visibles sont celles-ci :

  • Abonnés :
    • Abonnés au profil : Le nombre de personnes et de pages abonnés à votre profil pendant la période choisie.
    • Abonnés à la Collection
  • Vos Posts :
    • Posts : Le nombre de posts que vous avez créés pendant la période choisie.
    • Vues : Le nombre de vues de vos posts dans le flux pendant la période choisie.
    • Commentaires : Le nombre de commentaires sur vos posts pendant la période choisie.
    • +1 : Le nombre de +1 attribués à vos posts et commentaires pendant la période choisie.
  • Votre Audience :
    • Vos Posts : Le nombre total de partages de vos posts pendant la période choisie (7 ou 30 derniers jours).
    • Vues : Le nombre total de vues de vos posts, y compris ceux partagés à nouveau par vos abonnés.
    • Commentaires : Le nombre total de commentaires sur vos posts, y compris sur ceux partagés à nouveau par vos abonnés.
    • +1 : Le nombre de total de +1 attribués à tous vos posts, y compris ceux partagés à nouveau par vos abonnés.

Google+ affiche Votre influence et les stats des posts du profil et de la Page

La fonctionnalité “Votre Influence”, ainsi que toutes les statistiques sur l’engagement et la portée de vos posts, sont aussi disponibles pour les Pages My Business. Vous pouvez y accéder en cliquant sur le lien \ »Bio\ » de votre page pour voir les statistiques de votre Page.

Pour la petite histoire, comme récemment annoncé avec l’introduction de 3 nouvelles fonctionnalités, Google+ vient de réintroduire la fonction “Evénements” dans les profils et les Pages Google Plus.

Twitter va renommer et relancer Vine avant de l\'intégrer dans Twitter

Au mois d’Octobre dernier, et à la surprise générale, avait annoncé l’arrêt définitif de Vine, son application de vidéos courtes en boucles.

Vine Camera

Mais, après avoir longtemps discuté avec les créateurs Vine, Twitter annonce, à nouveau à la surprise générale, que finalement, il décide de relancer son application défunte Vine en la renommant “Vine Camera”.

Et ce, dès le mois de Janvier 2017. La bonne nouvelle, c\’est que l\’application Vine n\’est plus à vendre. Twitter va la garder. Mais, précisons que Vine Camera existait déjà et était une fonctionnalité qui permettait de faire des montages dans Vine.

Ainsi, après avoir changé de nom, Vine Camera va permettre aux utilisateurs de feue Vine de continuer à faire des vidéos courtes de 6 secondes. Mais, à la différence de Vine, les créateurs ne pourront pas partager leurs vidéos Vines dans Vine Camera.

La seule option de partage qui leur sera proposée dans cette nouvelle application, c’est de partager directement sur Twitter. Sinon, ils n’auront que la deuxième option qui va consister à enregistrer leurs vidéos courtes dans leurs propres mobiles, avant de pouvoir les partager sur les réseaux sociaux de leur choix.

En dehors de ces 2 options, vous ne pourrez rien faire d’autres avec vos vidéos Vines.

À compter d’aujourd\’hui, les utilisateurs de Vine peuvent sauvegarder des vidéos qu\’ils ont déjà partagées sur le service Vine. Mais ils obtiendront des résultats différents selon qu\’ils les téléchargent à l’aide d’une application dans leurs smartphones ou sur le site Web de Vine.

Le fichier des vidéos Vines que vous téléchargez à partir du site Vine.co inclura un fichier index.html qui contient les légendes de vos Vines, ainsi que le nombre de Likes, commentaires et partages de vos Vines.

Si vous téléchargez vos Vines depuis l’application Vine, vous recevrez uniquement vos fichiers vidéo enregistrés sur votre appareil-photo, sans légendes ni les informations supplémentaires.

Images via Vine.co

Si vous le faites avec l’application Vine, vous devez sauvegarder ces clips vidéos avant le passage à Vine Camera. Il existe également une option pour recevoir un email avec des liens vers vos Vines si les enregistrer individuellement vous semble pénible.

Vine a aussi décidé d’aider ses créateurs à transférer leurs abonnés vers Twitter.

Les utilisateurs se connectant à leurs comptes Vine verront s’afficher une fenêtre en surimpression (voir image ci-dessus) demandant s’ils voudraient continuer à suivre les créateurs de vidéos populaires sur Twitter. Le site Internet de Vine migrera vers le mode archive en Janvier 2017, mais Twitter n’a pas dit pendant combien de temps il envisage d’y maintenir les vidéos disponibles.

Tout porte à croire, comme il vient de le faire avec Periscope, que Twitter va proposer la création de vidéos courtes directement (et pourquoi pas longues ?) depuis l’application Twitter. En d’autres termes, Vine Camera, la nouvelle application Vine, sera intégrée dans Twitter, tout comme Periscope l\’est aujourd\’hui.

Sinon, pourquoi avoir fait cette version (pour ressusciter Vine) pour proposer de partager les vidéos courtes uniquement sur Twitter, et surtout transférer les followers des comptes Vine sur leurs comptes actuels Twitter.

Une occasion en or pour élargir sa base d’utilisateurs : transformer si possible, après avoir supprimé les doublons, les comptes Periscope et Vine en comptes Twitter.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Instagram vient d’introduire 3 nouvelles fonctionnalités dans ses Stories. Ce qui apporte la preuve que cette plateforme reste quand même unique dans son genre.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Les 3 nouvelles fonctionnalités d’ incluent : le partage des liens, les mentions et Boomerang, sa mini-vidéo en boucle.

Partage de lien sur Instagram

Avec le support des liens, préalablement disponible que pour les comptes vérifiés, un lien hypertexte peut être ajouté à une Story individuelle, et les utilmisateurs peuvent taper sur ce lien pour .

Les liens sont créés lorsque la Story est téléchargée, et un utilisateur devra taper sur “Voir plus” pour obtenir plus de contexte, permettant ainsi à l’expérience utilisateur de donner aux créateurs de contenu ce qu’ils recherchent : de l’engagement.

Ceci peut aussi être utile pour encourager les achats de produits, en connectant un consommateur directement à un site Web où un produit annoncé dans une Story peut être présenté. Les publications des médias (ou les blogs, ndlr) peuvent pointer des liens directement vers leurs articles à partir de leurs Stories.

En d’autres termes, Instagram devient aussi une vraie plateforme de distribution de contenu comme Twitter, , et autres. Pour info, Instagram compte plus de 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Soit, beaucoup plus que Twitter.

Une indication à prendre en compte pour partager aussi vos articles sur Instagram.

Les Mentions à la Twitter

Quant aux Mentions sur Instagram, elles sont désormais ouvertes à tous, et plus uniquement qu’aux comptes vérifiés.

Les Mentions, comme cela se fait sur Twitter, vont permettre à tous les profils de citer un utilisateur sur une photo ou une vidéo (bref, dans une nouvelle Story) en commençant son nom par le signe @ (ex : @monprofil) initié par Twitter.

Les utilisateurs n’auront qu’à autocompléter la saisie si les mentions font partie de leurs contacts.

Jusqu’à 10 profils pourront être mentionnés dans une Story. Et les personnes mentionnées recevront une notification via Instagram et, tout comme dans les commentaires, ces mentions seront cliquables afin d’accéder directement aux profils Instagram des personnes citées.

Boomerang

Boomerang, une fonctionnalité lancée en Octobre 2015, permet de créer des vidéos avec jusqu’à 5 photos successives qui vont jouer en boucle.

nouveau sélecteur de formats sous le bouton “Enregistrer”, avant de sélectionner l’option “Boomerang”.

Ce qui évite désormais d’ouvrir l’application Boomerang pour créer ses petites vidéos en boucle. C’est le genre d’intégration que Twitter devra faire avec Periscope.

L’utilisateur tape ensuite sur le bouton “Enregistrer” pour que l’appareil photo du mobile prenne une série de photos successives avant de les assembler en une mini-vidéo qui va jouer sans arrêt, d’avant en arrière.

Enfin, l’utilisateur pourra choisir de la partager avec ses amis via une Story.

Facebook s\'excuse après avoir surévalué la durée de visionnage des vidéos

a présenté ses excuses vendredi dernier suite à une erreur dans la façon dont il a mesuré une métrique clé de l’auditoire de la vidéo, qui amplifiait considérablement le temps passé par les utilisateurs à regarder les vidéos sur la plateforme.

Facebook fait son mea culpa pour avoir surévalué la durée de visionnage des vidéos

Le leader des réseaux sociaux a reconnu qu’une métrique concernant la durée moyenne de visionnage des vidéos a été artificiellement gonflée (pendant 2 ans !

Facebook ne prenait donc pas en compte la durée des vidéos vues n’atteignant pas au minimum les 3 secondes.

Auparavant, pour défendre son comptage de vues des vidéos, Facebook avait dit que la “différence” n’avait aucune incidence sur la facturation des publicités vidéo et il avait introduit de nouveaux paramètres pour remplacer la méthode précédente.

En effet, il était reproché à Facebook de comptabiliser une vue après les 3 premières secondes de visionnage contre 30 secondes chez .

Dans un post en date du 23 Septembre dernier sur Facebook, David Fischer, vice president of business and marketing partnership chez Facebook, a déclaré :

Il y a un mois, nous avons trouvé une erreur dans la façon dont nous calculons l’une des mesures vidéo sur notre tableau de bord – la durée moyenne des vues de la vidéo. La métrique devait en principe refléter le temps total passé à visionner une vidéo divisée par le nombre total de personnes qui ont regardé la vidéo.

Même s’il s’agit de l’une des nombreuses métriques que les marketeurs regardent, nous prenons toute erreur au sérieux.

Dès que nous avons découvert l’écart, nous avons corrigé l’erreur. Nous avons informé nos partenaires et fait en sorte de mettre une notification dans le produit lui-même, afin que tous ceux qui sont allés dans leur tableau de bord puissent comprendre notre erreur.

Et à la fin de son post d’explication, David Fischer de chez Facebook écrit :

Nous nous excusons sincèrement pour les problèmes que cela a pu causer chez nos clients. Cette erreur ne doit pas se placer sur le chemin de notre objectif ultime, qui consiste à faire ce qui est mieux dans l’intérêt de nos partenaires et de la croissance de l’entreprise.”

Nous ne pouvons réussir que si nous offrons aux clients les outils nécessaires pour faire avancer leurs affaires, et nous allons continuer à tenir cette promesse.

Ce à quoi répond, Sarah Wood, co-CEO de Unruly :

Cela pourrait porter un sérieux coup à la proposition de vidéo de Facebook, qui a eu tellement d’élan au cours des deux dernières années.

Selon le post du WSJ, Publicis Groupe SA avait été informé par Facebook que la méthode précédente de comptage avait probablement surestimé le temps moyen passé à regarder des vidéos de l’ordre de 60 à 80%.

C’est aussi pour éviter ce genre de problèmes que les annonceurs de Facebook réclament une tierce partie pour mesurer les performances des publicités vidéo sur Facebook.

Pour la petite histoire, l’action en bourse de Facebook a baissé de 1,7% vendredi dernier après le post de clarification de Facebook.