Google Shopping lance le référencement gratuit de produits

Dans un changement majeur, le comparateur de prix Google Shopping se lance dans le référencement gratuit de produits. Il s’agit là d’un véritable tournant important pour le e-commerce en général.

Les détaillants pourront vendre gratuitement sur Google Shopping

Après 8 années, apportera des fiches produits gratuites dans ses résultats Shopping dans le cadre d’une évolution pour mieux rivaliser avec Amazon dans la recherche de produits.

Il sera ainsi bientôt gratuit pour les commerçants et détaillants d’énumérer des produits dans l’onglet «  » dans les résultats de recherche.

Les et les propriétaires de sites qui se concentrent principalement sur la recherche organique peuvent, pour la première fois, ajouter Google Shopping à leur boîte à outils pour référencer des produits gratuitement..

Avant la fin du mois d’Avril 2020, ce changement entrera en vigueur dans les résultats de recherche aux États-Unis avec des plans pour se développer à l’échelle mondiale d’ici la fin de l’année 2020.

Avant la fin du mois d’Avril 2020, ce changement entrera en vigueur dans les résultats de recherche aux États-Unis avec des plans pour se développer à l’échelle mondiale d’ici la fin de l’année 2020.
Source : Google.com

Google déclare en effet dans un post officiel :

Aujourd’hui, nous avons annoncé que nous apportons des listings gratuits à l’onglet Google Shopping aux États-Unis.

Tout comme nous ne facturons pas les sites pour faire partie de l’index Google Search (référencement gratuit, NDLR), les listings pour les détaillants participants sont admissibles pour s’afficher dans ces résultats sans aucun frais pour eux.

Les listings payants de produits continueront à apparaître dans les panneaux publicitaires et fonctionneront de la même manière que les annonces Shopping aujourd’hui.

Google franchit donc une étape importante avec l’ouverture de ses résultats de recherche Shopping à des fiches non payées et organiques. Les résultats de l’onglet “Google Shopping” se composeront principalement des fiches produit gratuites à partir de la semaine prochaine, a annoncé la société mardi.

Cette décision intervient au milieu de la crise du coronavirus au cours de laquelle de nombreux détaillants de magasins physiques ont dû fermer leurs portes.

Une stratégie de commerce électronique a soudainement pris une importance et une urgence accrues pour les commerçants.

La crise a été l’impulsion pour «faire avancer nos plans pour rendre [Google Shopping] gratuit pour les commerçants», a déclaré Bill Ready, le President of Commerce de Google.

Toutefois, le changement sera permanent et s’insère dans la vision à long terme du rôle de l’entreprise dans le commerce numérique.

Et Google de préciser :

Pour les acheteurs, cela signifie plus de produits provenant de plus de magasins, détectables grâce à l’onglet “Shopping”.

Pour les détaillants, cela signifie qu’en référençant gratuitement leurs produits, ils peuvent les rendre détectables dans des annonces gratuites en ajoutant leurs flux de produits existants dans les surfaces du programme Google.

Ces changements entreront en vigueur aux États-Unis avant la fin du mois d’avril, et nous visons à étendre cette mesure à l’échelle mondiale avant la fin de l’année.

Les objectifs de cette insertion gratuite dans Shopping

Il s’agit d’une évolution qui, à bien des égards, est un retour à l’avenir pour la recherche de produits Google, qui était libre (vous vous souvenez de Froogle?), avant qu’il ne passe à un produit purement payant en 2012.

Deux choses ont changé depuis : la qualité des données et Amazon.

  • Avant qu’elle ne devienne entièrement payante, la recherche de produits de Google a souffert d’un problème de qualité – avec des annonces qui ont souvent conduit à des stocks ou des articles entièrement différents.La capacité de Google à s’assurer que les informations contenues dans un flux de produits correspondent aux données du site a progressé de manière significative depuis.
  • Et puis il y a Amazon. Google a vu le géant du e-commerce continuer à gagner des parts dans la recherche de produits et la publicité.Limiter l’univers des produits disponibles aux résultats Google Shopping pour les détaillants qui sont prêts à payer a désavantagé le pouvoir de la recherche de Google.

L’ouverture à tous les commerçants améliorera l’offre de Google et son attrait pour les vendeurs et les consommateurs.

Et comme sur Amazon, les commerçants qui veulent assurer une visibilité importante dans les résultats de recherche, maintenant plus compétitifs avec plus de produits éligibles à montrer, continueront à payer pour des publicités.

Pour les spécialistes du marketing du e-commerce et les SEO, cette décision ajoute une nouvelle couche aux efforts d’optimisation de la recherche de produits organiques.

 

Fonctionnement des flux gratuits de produits dans Shopping

 

  1. Distribution des annonces et flux gratuites :
    • Les annonces Shopping payantes apparaîtront en haut et en bas de la page sur l’onglet “Google Shopping”, tout comme elles le font sur l’onglet principal des résultats de recherche organique.Il pourrait y avoir des expériences de mise en page futures à l’avenir. Amazon, par exemple, diffuse maintenant les annonces de produits sponsorisés dans toutes ses pages de résultats de recherche.

      La page principale de Google Search ne change pas, et les carrousels des annonces de liste de produits (APL) continueront à se composer uniquement d’annonces.

      Le hub Google Shopping aux États-Unis (://shopping.google.com), qui a subi une refonte complète l’automne dernier, verra également ce changement, en particulier sur les pages de résultats de recherche.

      Le hub de la page d’accueil, qui comporte généralement des thèmes de produits sélectionnés (technologie et outils pour travailler, apprendre et enseigner à domicile, sont des offres actuelles), continuera de présenter des listes payantes seulement, au moins pour commencer.

  2. Flux de Produits propulsés :
    • Comme les annonces, les annonces gratuites seront alimentées par des flux de données de produits téléchargés sur Google Merchant Center.Google a ouvert Merchant Center à tous les détaillants il y a un peu plus d’un an pour commencer à permettre la visibilité des produits organiques dans les domaines des résultats de recherche, y compris la recherche d’images.

      Plus récemment, Google a commencé à afficher des listes de produits organiques dans une section appelée «Produits populaires».

      Pour commencer, vous devrez ouvrir un compte Google Merchant Center et télécharger un flux de produits.

      Les vendeurs doivent activer pour « Afficher des produits sur les plates-formes Google » pour être éligibles à la visibilité organique, note Google dans l’article mis à jour du centre d’aide.

Nouveau partenariat de Google avec PayPal

Avec ce changement monumental pour Google Shopping, un nouveau partenariat avec PayPal est en cours de lancement.

Les commerçants peuvent lier leurs comptes PayPal à Google Shopping, ce qui est censé accélérer le processus d’achat.

PayPal rejoint maintenant les partenaires existants de Google, y compris Shopify, WooCommerce et BigCommerce.

Autres notes sur ce changement :

Google précise que Google Shopping se composera « principalement » d’annonces gratuites.

C’est parce que la société accepte toujours les annonces payantes, qui recevront un placement de premier plan en haut de l’onglet “Google Shopping”.

En outre, les annonces payantes seront les seules indiquées dans le carrousel d’annonces de liste de produits dans Google Search. Pour les listings gratuits de produits des détaillants, il faut visiter l’onglet “Shopping” pour les voir.

Il est juste de supposer que les mêmes choses s’appliquent n’importe où ailleurs où les annonces Shopping sont affichées en dehors de l’onglet “Google Shopping”, comme l’ajout récent d’annonces Shopping dans Gmail.

Source : Marketingland

Les résultats d\'une étude sur les facteurs du référencement local en 2016

Comme chaque année, Local Guide a réalisé et présenté les résultats de son enquête 2016 sur les critères qui ont aujourd’hui un impact important sur le référencement local.

Le référencement local en 2016

Contrairement aux autres études qui résument uniquement les opinions des experts SEO, l’étude de Local SEO Guide part de l\’analyse des statistiques pour déterminer les facteurs qui aident ou améliorent la visibilité lors des recherches locales.

Cependant, il est important de retenir, selon SEO Local Guide, que les résultats de cette étude révèlent les corrélations, et non les causalités. L’étude a en effet identifié les caractéristiques des sites qui se classent bien, mais elle ne dit pas que ces caractéristiques sont définitivement des facteurs de classement.

Méthodologie de l’étude sur le SEO local

L’étude a assemblé des données provenant de plus de 100 facteurs différents de classement pour analyser 30.000 sites Web d\’entreprises et 3.000 recherches locales.

Les facteurs analysés dans l’étude incluent les fiches Google My Business, les facteurs d’ interne du site Web, les facteurs locaux externes (y compris les citations) et les backlinks.

Les outils d’analyse des liens de Majestic et Moz ont été utilisés pour collecter les métriques des liens.

L’étude visait à identifier les facteurs qui sont importants dans le Pack Local à 3 résultats de Google et les résultats de Google Maps pour que les propriétaires d’entreprises puissent avoir des données indiquant où concentrer leurs efforts d’optimisation, dans le but d’améliorer leurs performances de recherche locale.

Les résultats ont prouvé que pour réussir dans la recherche locale, le marketeur doit faire attention aux domaines pas habituellement pris en compte dans la recherche locale, à savoir l’optimisation interne du site Web et les liens.

Variables ordinales et catégorielles

En statistique, on qualifie d\’ordinale une variable qualitative pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu (parfois qualifiée de catégorie ou de modalité) est numérique.

Exemple : l\’appréciation des clients pour un produit ou une entreprise, comme dans le cadre de cette étude, qu\’on peut noter de -2 (très mauvais) à +2 (excellent), en passant par zéro (indifférent).

Et la variable catégorielle (on dit aussi qualitative) est une variable pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu ne représente pas une quantité. Les différentes valeurs que peuvent prendre cette variable sont appelées les catégories, modalités ou niveaux.

L’étude de SEO Local Guide a donc segmenté les facteurs de classement en variables ordinales et catégorielles. Les variables ordinales sont basées sur des facteurs numériques et les sites ayant des valeurs plus élevées pour ces facteurs obtiendraient un ranking plus élevé.

Les variables catégorielles étaient identifiées par oui ou non pour savoir si une entreprise avait des caractéristiques bien notées. Et si c’était oui, elle obtenait un classement plus élevé.

Le tableau ci-dessous indique les facteurs inclus en tant que variables catégorielles (habituellement un test oui/non) pour divers facteurs de classement, pour classer en fonction du poids apparent.

Image via Seolocalguide.com

Plusieurs de ces facteurs entrent dans le domaine des fondamentaux du SEO ou de ceux de Google My Business qui sont les meilleures pratiques de référencement de base, et sous le contrôle du propriétaire du site.

Par exemple, les facteurs de Google My Business tels qu’avoir un compte vérifié ou renseigner les horaires d\’ouverture et ajouter des photos sont faciles à faire. Et ces facteurs permettent de différencier votre site de ceux qui ne prennent pas en compte ces simples étapes de base.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’il est utile de consacrer un peu de temps pour construire un profil My Business solide.

Les avis locaux sont extrêmement importants

Selon SEO Local Guide, deux des principaux critères de sont les avis locaux et le nombre de consultations de la page My Business (qui serait plus une corrélation qu’un facteur selon l’étude, les pages les mieux classées ayant plus de consultations que les autres).

Les avis locaux sur les pages My Business seraient donc en tête de la liste des facteurs. Les sites avec le plus d’avis, tout comme lors des recherches avec Google Allo, devancent les autres entreprises.

Sans doute que les sites avec des avis de consommateurs obtiennent plus de clics, mais le fait que les sites avec des avis se classent tout en haut est une forte indication que les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles ont des avis, surtout positifs, en grande quantité.

Un autre facteur important de Google My Business, noté par l’étude, est la présence des photos. Ce facteur s’élève à la huitième position, suivi de près par le compte vérifié et les heures d’ouverture de l’établissement.

Une fois de plus, prendre le temps pour construire un profil Google My Business de qualité est considéré comme un signal positif.

Les facteurs organiques traditionnels

Les résultats de l’étude ont confirmé ce que beaucoup de personnes dans le domaine de la recherche locale ont suspecté depuis belle lurette, et surtout depuis le lancement de Google Pigeon. A savoir que Google utilise désormais les mêmes facteurs organiques de son algorithme de classement traditionnel pour les appliquer à la recherche locale.

Les activités qui profitent au référencement organique bénéficient également à la recherche locale.

Les backlinks, en particulier, se sont avérés être un facteur important dans le SEO local, avec diverses métriques qui positionnent les liens dans les 10 meilleurs facteurs de classement sur 15.

Les liens ont longtemps été considérées comme un facteur majeur de classement pour la recherche organique normale. Dorénavant, les entreprises locales doivent faire attention au profil de leurs liens comme dans la recherche régulière.

D’autres facteurs organiques à ne pas ignorer : avoir un site sécurisé via HTTPS, utiliser modérément des mots clés dans les textes d’ancrage, et avoir des mots clés dans le titre sont considérés comme des caractéristiques positives dans le classement local.

De même, avoir un mot clé dans le nom de l’entreprise serait un signal très fort, à condition de ne pas en abuser.

Autre remarque mentionnée par l’étude de SEO Local Guide, c’est que le site mobile-friendly (compatible avec le mobile) est maintenant le troisième plus grand facteur catégoriel.

Au final, l’étude a révélé que les entreprises locales ont besoin d’aller au-delà de la seule page Google My Business et des citations locales.

Et puisque les meilleures pratiques de référencement naturel font partie du classement local des sites, les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles consacrent du temps pour améliorer leurs sites Web si elles veulent rester compétitives dans la recherche locale.