Facebook supprime enfin le Ticker du fil d\'actualité

Avez-vous remarqué que le Ticker ou Télex, qui se trouvait à droite de votre fil d’actualité Facebook a complètement disparu depuis un certain temps ? C’est valable pour tout le monde. 

Facebook supprime enfin le Ticker du fil d\'actualité

ayant officiellement confirmé que cette fonctionnalité n’était plus disponible.

Depuis son lancement en 2011, le Ticker ou Télex en français a été un flux permanent pour voir et surveiller en temps réel et en toute discrétion toutes les activités des amis sur Facebook.

Oui, le Ticker permettait de savoir en temps réel ce que vos amis aimaient, partageaient, commentaient, etc. C’était le “voyeurisme” ou “l’espionnage”

Facebook a donc publiquement annoncé sa disparition, via un commentaire,

Facebook Instant Articles expérimente l\'abonnement payant sur Android

Facebook laisse enfin les éditeurs mettre en place un paywall pour les abonnements payants à l’intérieur des Instant Articles. Mais, uniquement sur mobile .

Facebook Instant Articles expérimente l\'abonnement payant sur Android

a en effet annoncé sa dernière offre pour les éditeurs qui, tout en étant capables de d’accéder à une plus large audience sur Facebook, ont peur de donner leur contenu gratuitement.

La fonctionnalité paywall

Facebook Instant Articles, plutôt que de compter uniquement sur la publicité.

D’après Adage, le seuil de départ serait de 10 articles instantanés pour commencer, alors que Google News laisse les éditeurs choisir

  1. Un modèle qui permet de lire 10 articles gratuits avant qu’un abonnement payant ne soit exigé pour voir plus de contenu,
  2. Et un modèle qui propose une version \ »Freemium\ » qui permet aux éditeurs de choisir quels articles sont en accès libre et lesquels sont réservés uniquement aux abonnés payants. Comme le fait Le Monde actuellement.

Pour l’instant, seuls les appareils Android pourront accepter des systèmes d’abonnement pour les contenus instantanés sur Facebook, n’en faisant pas encore partie puisqu’il demanderait à recevoir une commission sur les abonnements vendus via ses iPhones.

Les articles instantanés seront également lus avec des publicités intégrées, même pour les abonnés payants. L’abonnement ne supprime donc pas la pub dans les Instant Articles.

Facebook s\'attaque aux pages de destination de faible qualité

Il est toujours décevant de cliquer sur un lien intéressant sur Facebook pour constater juste après que la page de destination ne correspond pas à vos attentes et qu’elle est de “mauvaise” qualité.

Facebook fait la chasse aux pages de destination de faible qualité

C’est pourquoi annonce avoir intégré l’intelligence artificielle dans son algorithme de classement pour déclasser ce type de liens partagés sur sa plateforme.

Et pourtant, en Août 2016, Facebook annonçait des mesures contre les titres racoleurs. Sans doute que ces mesures n’ont pas été aussi efficaces que cela.

Toujours est-il que Facebook déclare avoir modifié l’algorithme du News Feed pour déclasser tous les posts partageant des liens de contenu de faible qualité. Tout comme il va refuser les publicités qui pointent vers des pages de destination spammy.

Facebook définit le “contenu de faible qualité” comme étant un “contenu ayant peu de fond et est rempli d’annonces perturbantes, choquantes ou malveillantes”.

Cela inclut les pages de destination hébergeant des publicités en pop-up, des pubs interstitielles, des annonces pour adultes ou encore des annonces accrocheuses mais dégoûtantes pour des produits censés lutter contre le surpoids.

Une initiative qui rejoint en substance ce contre quoi lutte toujours et qu’il espère éradiquer via son navigateur Chrome.

Les fake news toujours dans le viseur de Facebook

Le changement annoncé pourrait aussi aider Facebook dans sa lutte contre les fausses informations ou fake news que leurs auteurs monétisent grâce à la publicité sur leurs sites.

Par conséquent, les sites publiant du contenu de bonne qualité pourront bientôt voir leur trafic référent Facebook augmenter graduellement au cours des mois à venir. Alors que les sites de mauvaise qualité ou de fake news pourront constater une baisse de leur trafic provenant de Facebook.

Le genre de page de destination que Facebook va rétrograder. Image via techcrunch.com

Et, comme dit plus haut, Facebook va aussi faire la chasse aux publicités abusives qui constituent une très faible partie de ses revenus publicitaires. Cela ne devrait donc pas avoir un impact significatif sur les recettes de Facebook.

Ce changement

Ce qui pourrait réduire les revenus publicitaires de Facebook et porter atteinte à sa capacité à contrôler le trafic envoyé vers les contenus partagés sur la plateforme.

Et une mauvaise expérience utilisateur sur une page de destination pourrait alors non seulement frustrer les utilisateurs, mais aussi les pousser à abréger leur session Facebook en cours. Ce qui priverait Facebook d’impressions publicitaires supplémentaires, et donc de recettes, sans oublier l’engagement et le partage de contenu qui pourraient aussi en pâtir.

Comment Facebook détecte les pages de faible qualité

Pour implémenter cette mise à jour dans son algorithme de classement, Facebook a examiné des centaines de milliers de pages Web pour identifier celles qui ont un contenu de faible qualité.

Il utilise maintenant ces données recueillies pour entraîner un système d’Intelligence Artificielle qui va scanner en permanence les nouveaux liens partagés dans le fil d’actualité pour trouver ceux qui correspondent à l’échantillon de données sur les contenus de faible qualité.

S’il en trouve, il va les rétrograder dans le News Feed et les empêcher d’acheter des publicités Facebook.

Les paramètres utilisés par Facebook pour identifier les sites comme étant de mauvaise qualité sont :

  1. Un nombre disproportionné de publicités par rapport au contenu. Cela inclut toutes les publicités, et pas les obligations légales telles que les politiques de cookies ou d’accès au contenu privé pour les paywalls.
  2. Mise en avant de contenu sexuellement suggestif ou choquant. Les publicités ne doivent pas comprendre de contenu choquant, irrespectueux ou excessivement violent.
  3. Les pages contenant des annonces malveillantes ou mensongères. Ce qui inclut le contenu interdit.
  4. Utilisation de pop-ups publicitaires ou d’annonces interstitielles (qui affichent une pub plein écran avant d’afficher le contenu désiré sur mobile ou desktop) qui perturbent l’expérience utilisateur.

Google Home : C’est aussi Google Search avec l’Assistant

C’est quoi Home ? Google Home, c’est d’abord une enceinte de connexion en Wi-Fi qui fonctionne également comme un centre de contrôle intelligent pour la maison et un assistant pour toute la famille.

Google Home

Il est déjà disponible en France et le prix de Google Home est assez raisonnable pour un tel appareil intelligent.

Vous pouvez l’utiliser pour lancer un média (vidéo ou musique) dans toute votre maison, et gérer certaines tâches quotidiennes sans effort et demander à Google tout ce que vous voulez savoir.

L’appareil lui-même dispose d’écouteurs qui permettent d’écouter de la musique et laisser vous parler ou répondre.

Tout au-dessus de l’appareil, vous avez accès à un écran tactile avec 4 LEDs. Vous l’utiliserez pour interagir avec Home : pour activer l’Assistant, ajuster le volume, etc… En ce qui concerne les boutons, il n’y en a pas dans la partie supérieure. Vous avez juste deux micros qui vont permettre à l’appareil d’entendre votre voix pour exécuter des commandes ou répondre à vos questions.

Mais, il y quand même un bouton “mute” pour couper le son. Google Home étant capable de filtrer et séparer le son de la voix du bruit ambiant dans la maison. Il intègre d’ailleurs un système de reconnaissance vocale.

Et selon Google, Google Home sera capable de vous donner, à chaque fois, des réponses instantanées. De même, il peut vous lire, sous forme de réponse, une partie pertinente d’un contenu Web recherché.

 

Quels services sont supportés par Google Home ?

A son lancement, Google Home fonctionne avec YouTube Musique, Spotify, Pandora, Google Play Musique, TuneIn, et iHeart Radio.

Avec le support de ces services, vous pouvez demander , joue-moi la B.O de zootopia chantée par Shakira”. Et sans même avoir le titre de la chanson, Home va instantanément lancer la bonne chanson désirée pour vous, depuis votre application favorite.

Et ce, grâce à Google Assistant et son machine learning ou apprentissage automatique qui fait que Google Home vous connaît de mieux en mieux, ainsi que vos préférences.

Google Home marche aussi avec Nest (Thermostat connecté de Google), SmartThings, Philips Hue, et IFTTT. Ce qui veut dire que vous serez capable de contrôler ces appareils domestiques intelligents et activer vos recettes IFTTT en utilisant le haut-parleur.

Google Home agit également comme un récepteur de Chromecast Audio.

Avec Google Home, vous pouvez accéder à toutes vos chansons stockées, playlists, albums, artistes, et podcasts depuis votre application de musique, juste en demandant par la voix.

 

Google Home pour la domotique

Google Home peut être un centre de contrôle pour toute la maison, parce qu’il a accès à Google Assistant. Il vous permettra d’effectuer les tâches basiques telles que programmer des alarmes et des minuteries et gérer des listes de tâches à faire, des listes de courses à faire.

Il va également connecter votre Smart Home et supporter les réseaux populaires.

Cela signifie que vous serez en mesure de contrôler les ampoules ou lumières intelligentes, les interrupteurs, les portes, et surtout le produit Nest de Google.

 

Que fait Google Assistant dans Google Home ?

Lors de la Google I/O 2016, Google avait annoncé un Siri-Like (assistant d’) qui est une adaptation de Google Now et de Ok Google. Baptisé Google Assistant, il améliore fondamentalement l’expérience de la conversation bidirectionnelle de ces services grâce à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique (machine learning).

Ces technologies avancées ajoutent essentiellement du contexte à vos questions. Par exemple, si vous dîtes à Google Home : “OK Google” suivi par “quels films y a-t-il ce soir ?”, Google Assistant vous présentera des films programmés dans votre cinéma local.

Mais si vous ajoutez “Nous envisageons d’y aller avec les enfants”, l’Assistant de Google saura vous présenter des horaires pour les dessins animés ou des films pour toute la famille. Vous pourrez alors dire “Allons pour Le livre de la Jungle” et l’Assistant va automatiquement réserver les places pour vous.

Et comme de plus en plus de gens utilisent des périphériques d’enceintes intelligentes comme celui-ci pour obtenir leurs informations dans un monde sans pages de résultats recherche, les référenceurs devront s’adapter s’ils veulent rester pertinents, comme indiqué ci-dessous.

 

Comprendre les types de requêtes affectés

Il est important de se rappeler que la plupart des requêtes que gère Google Home sur une base régulière ne sont pas les types de requêtes qui sont précieux pour les affaires. En effet, ce ne sont pas, dans leur grande majorité, des requêtes que toute entreprise peut vraiment monétiser.

Si vous demandez à Google à quoi ressemble un cheval, il aura du mal à vous répondre. Mais, si vous lui demandez de jouer ou d’arrêter la musique, c’est ce qu’il fait le mieux. Il n’y a pas toujours d’opportunité pour mettre en avant une entreprise (grâce au lien). Dans la mesure où toute question ou recherche via Google Home aboutit à une réponse vocale ou à une action (jouer la musique, par exemple).

En effet, si vous regardez bien ce genre de choses auxquelles Google Home peut répondre en ce moment, il y a seulement deux catégories dans lesquelles les SEOs peuvent chercher à avoir de l’influence : les faits et les informations locales.

Sur l’ensemble de ces catégories, ce sont ces deux-là qui utilisent les résultats de recherche du Web et de Maps pour mettre en avant des featured snippets depuis le Web comme réponses aux questions.

Tout en fournissant parfois un lien vers un site Web dans l’application Google Home.

Les 2 catégories utiles pour le référencement :

Rassurez-vous, il y a encore de nombreuses questions pour lesquelles Google Home n’a aucune idée pour apporter une réponse pertinente.

Image via Searchengineland.com

Ce sont ces requêtes qui seraient affectées par les featured snippets ou les cartes (de Maps) et que les SEO peuvent cibler pour optimiser leurs contenus et espérer être visibles.

Etre choisi pour figurer dans les Featured snippets

Avec Google Home et l’Assistant, Google tend donc à donner des réponses vocales plutôt que des résultats de recherche. Et de ce point de vue, quel sera l’avenir du référencement face à des appareils qui ne fournissent pas de résultats de recherche ?

C’est une question intéressante, mais quand vous regardez vraiment de plus près, on peut voir que le référencement est plus important que jamais dans ce contexte. Il n’y a qu’une seule première place (pour l’unique réponse donnée), et cet endroit est utilisé pour le featured snippet ou l’extrait optimisé qui vous sera recommandé.

Tant que ces réponses sont extraites des résultats de recherche de Google et non de la véritable intelligence artificielle, Les SEOs auront une place de choix pour s’assurer que leur réponse sera celle qui apparaîtra dans le featured snippet.

Si vous y parvenez, vous aurez parfois la chance d’attirer plus de trafic vers votre site Web si Google fournit un lien dans l’application Home. Car, ce lien sera crédité en tant que source originale, et votre marque gagnera en crédibilité et autorité.

Notons cependant qu\’aux dernières nouvelles, c\’est l\’intelligence artificielle de Google qui va désormais gérer l\’affichage des featured snippets.

Pinterest offre gratuitement toutes les fonctionnalités d\'Instapaper

Après avoir racheté le service Instapaper au mois d’Août 2016, Pinterest annonce ouvrir gratuitement toutes les fonctionnalités Premium d’Instapaper à tous les utilisateurs de .

Pinterest offre gratuitement toutes les fonctionnalités d\'Instapaper

Instapaper est une application, qui existe aussi sur le Web, qui permet aux utilisateurs de sauvegarder tout ce qu’ils trouvent en ligne, pour les lire plus tard.

C’est donc une application qui permet de :

  • Enregistrer (bookmark) tous les articles intéressants, les vidéos, les recettes de cuisine, les textes des chansons, ou tout contenu que vous pouvez rencontrer en ligne lors de votre navigation.

    En un clic, Instapaper vous laisse sauvegarder, lire et gérer tous les contenus internet.

  • Instapaper synchronise les articles et vidéos que vous avez sauvegardés afin que vous les retrouviez hors ligne sur tous vos appareils (iPhone, iPad, , Kindle, desktop, etc.).

    Vous pouvez lire partout et à tout moment tout ce que vous avez enregistré, même sans être connecté à internet.

  • Annoter tout contenu sauvegardé que vous souhaitez plus tard partager ou simplement pour vous rappeler de certains détails.

Instapaper est gratuit pour tous

Pinterest a donc finalement décidé de rendre gratuit toutes les fonctionnalités habituellement payantes d’Instapaper.

Ce qui veut dire, selon Pinterest, que tous les utilisateurs de Pinterest auront aussi accès aux fonctionnalités suivantes qui vont s’ajouter aux fonctionnalités habituelles de Pinterest :

  • Recherche de texte intégral pour tous les articles.
  • Annotations illimitées.
  • Playlists des synthèses vocales, c’est à dire de la conversion des textes en voix ou son.
  • Vitesse de lecture illimitée.
  • “Renvoi vers Kindle” via la sauvegarde et les applications mobiles.
  • Kindle Digest jusqu’à 50 articles condensés.

Pour les utilisateurs Premium actuels d’Instapaper, Pinterest offre un remboursement au prorata de leur abonnement (2,99 dollars par mois ou 29,99 dollars par an) et promet que ces derniers seront plus facturés pour leur souscription à Instapaper Premium.

Google Search s\'apprête-t-il à lancer une nouvelle interface utilisateur ?

Certes, il y a déjà un bon moment que ce test de sur desktop affichant les résultats dans des cartes comme sur Google mobile est connu. Seulement, depuis 24 heures, ces résultats intégrés dans des cartes s’affichent avec insistance.

Google Search

Et de nombreux observateurs sur la blogosphère commencent à constater une nouvelle interface utilisateur avec les 10 résultats de via desktop qui s’affichent dans des cartes individuelles séparées les unes des autres.

On sait que Google est attaché à l’uniformisation des interfaces de chacun de ses services tant sur mobile que sur ordinateur. Et sur de nombreux points, la page de résultats de Google sur ordinateur s’est rapprochée de l’interface en Material Design sur mobile.

Et cette individualisation des résultats de recherche concerne aussi les annonces AdWords affichées au début et la fin des résultats organiques.

De la même manière, les annonces de qui apparaissent à droite des résultats encartés s’affichent aussi dans un panneau distinct.

On peut remarquer que l’arrière-plan de cette nouvelle interface est grisée, ce qui permet de mieux faire ressortir l’effet des cartes séparées.

La largeur de la partie centrale qui affichent les résultats organiques est plus grande, d’au moins 20 caractères en plus. Google avait d’ailleurs déjà confirmé le test d’une plus grande largeur, et donc de plus d’espaces pour le titre et la description de chaque résultat.

Dans ces résultats par cartes, Google affiche aussi les vignettes des articles de blogs, notamment pour les recettes de cuisine.

Toutefois, on a toujours les mêmes 11 résultats organiques par page

Affaire à suivre.

Bientôt des images d\'articles à côté des résultats de Google?

semble afficher de plus en plus de résultats de recherche avec des images associées issues des articles.

Bientôt des images d\'articles à côté des résultats de Google ?

Même sur la version française de Google, on trouve aussi de nombreuses requêtes qui affichent des images pour chaque lien proposé.

Certes ce n’est pas nouveau, car ce test revient régulièrement, mais ce serait la première fois que j’en vois personnellement autant sur une même page de résultats lors de recherche sur une thématique ayant trait aux recettes de cuisine, comme le montre ces images.

Selon le site Seroundtable, depuis la semaine dernière, Google aurait tendance à afficher de plus en plus de vignettes à partir des images d’illustration des articles de blogs présents dans ses résultats organiques.

Pour info, lors de mes tests, je n\’ai pas pu reproduire ces mêmes pages de résultats avec des vignettes avec les mêmes requêtes. Il s’agit donc bel et bien d’un test en cours sur .

Twitter serait-il en passe d\'héberger du contenu sur sa plateforme ?

Maintenant que et son PDG Jack Dorsey ont publiquement fait savoir leur intention de permettre aux utilisateurs de partager du contenu au-delà de la limite actuelle des 140 caractères par Tweet, il va sans dire que cela ne se fera pas sans conséquence pour les éditeurs.

Twitter serait-il en passe d\'héberger du contenu sur sa plateforme ?

Soyons toutefois réalistes, il est fort probable que la très grande majorité des utilisateurs de Twitter n’ira pas jusqu’à publier des Tweets de 10.000 caractères (la prochaine limite). Loin s’en faut.

Mais, de grands médias, très courtisés actuellement par les plateformes telles que Instant Articles, Snapchat Discover, Apple News ou encore Linkedin Pulse, pourraient aussi être intéressés par cette nouvelle opportunité et en tirer profit.

Mais, selon le site Recode, plus important encore, ce mouvement initié ouvre la voie à Twitter pour réellement héberger du contenu sur sa plateforme et non seulement des liens vers le contenu.

Ce qui confirme bel et bien que nous entrons dans l’ère des plateformes de distribution de contenus, notamment via le mobile.

Et Twitter n’aura pas vraiment à convaincre les éditeurs de contenu qu’il serait opportun d’héberger leur contenu directement sur sa plateforme. Et ce d’autant plus que pratiquement tous les éditeurs, grands médias comme blogueurs indépendants, ont au moins un compte Twitter actif. Voire plusieurs dans certains cas.

Pour Twitter, ce serait aussi une occasion de garder plus longtemps ses utilisateurs dans son réseau social en leur offrant l’opportunité de consommer rapidement le contenu désiré sur place. Ce qui devrait lui permettre de rentabiliser davantage sa plateforme avec des Tweets sponsorisés mieux ciblés. Reste à trouver une formule de partage des recettes avec les éditeurs.

Tout ceci est somme toute logique. A partir du moment où Twitter héberge déjà des contenus vidéos de façon native, pourquoi ne le ferait-il pas pour les contenus textuels ?

Et puis, n’oublions pas le partenariat qui lie désormais Twitter à pour indexer ses contenus en temps réel et les afficher dans les résultats de recherche de Google. Du contenu hébergé sur Twitter signifiera alors une meilleure visibilité sur , comme tout autre contenu d’éditeur référencé sur Google.

Enfin, rappelons que Twitter est partie prenante dans le projet Google AMP

4 milliards de vidéos vues par jour sur l\'appli Snapchat

, la plateforme de partage de photos et de vidéos, réalise actuellement de belles performances en termes de vidéos vues.

En effet, selon l’International Business Time, en 3 mois, Snapchat a doublé ses vues par jour pour atteindre aujourd’hui les 4 milliards de vidéos vues.

4 milliards de vidéos vues par jour sur Snapchat

En Avril dernier, avait annoncé avoir atteint 4 milliards de vidéos par jour. Une performance que réalise désormais Snapchat qui entre ainsi de plain-pied dans la cour des grands.

Pour rappel, a dépassé ce nombre de vues depuis 2012.

Alors que le comptage des vues sur Facebook est sujet à des critiques en raison du lancement automatique des vidéos, Snapchat, pour sa part, compte une vue à partir d’un clic pour lancer la lecture de la vidéo.

A cette différence aussi que les vidéos sur Snapchat se visualisent en plein écran et durent au maximum 10 secondes et les utilisateurs y prêtent beaucoup d’attention.

Ce succès des vidéos sur Snapchat aurait alors commencé à rapporter beaucoup d\’argent. La plateforme prévoit même d’atteindre les 50 millions de dollars de recettes publicitaires en 2015.

60% d\'augmentation du chiffre d\'affaires de Twitter au 2ème trimestre

Contre toute attente, affiche des résultats financiers trimestriels meilleurs que prévu et améliore son nombre d’utilisateurs actifs mensuels.

au trimestre précédent.

Chiffres Twitter

Son nombre d’utilisateurs actifs mensuels atteint désormais les 316 millions contre 302 millions au premier trimestre et il réalise un bénéfice de 0,07 dollar par action. Les investisseurs de Twitter s’attendaient à un gain de 0,04 dollar par action et un chiffre d’affaires de 485 dollars.

Images via Venturebeat.com

De ces millions de recettes, 88 % sont attribuables à la publicité via le mobile et 50 millions dollars proviennent de contrats de licence de data accordés à diverses entreprises.

A ce sujet, Twitter aurait gagné 11 millions de visiteurs uniques au mois de Mai 2015 après, semble-t-il, l’intégration de ses Tweets dans les pages de résultats de , suite à leur partenariat.

Twitter a terminé son trimestre avec 3,6 milliards de dollars de trésorerie.

Pendant ce temps, il continue à chercher son nouveau PDG permanent.