WhatsApp explique ce qui se passera si vous n’acceptez pas sa politique de confidentialité

WhatsApp a détaillé ce qui arrivera aux utilisateurs qui n’acceptent pas sa nouvelle politique de confidentialité dans une FAQ sur son site Web.

WhatsApp explique ce qui se passera si vous n’acceptez pas sa politique de confidentialité

 

déclare dans son post :

Ainsi, à partir du 15 mai 2021, ses fonctionnalités deviendront plus limitées, et les utilisateurs ne pourront plus envoyer ou lire des messages à partir de l’application. Ils seront toujours en mesure de recevoir des appels et des notifications, mais cela ne sera possible que pour une « courte période ».

L’entreprise a confirmé que cette période durera quelques semaines.

Vous avez les options suivantes :

La nouvelle politique de confidentialité a été controversée parmi certains utilisateurs, qui craignent qu’elle ne permette à WhatsApp de partager leurs messages privés avec sa maison mère .

Toutefois, les messages entre personnes sur WhatsApp sont cryptés de bout en bout, de sorte que seuls leurs destinataires peuvent voir leur contenu. La nouvelle politique de confidentialité concerne les messages envoyés aux entreprises, qui peuvent être stockés sur des serveurs Facebook et dont les données peuvent être utilisées pour la publicité.

WhatsApp partage des informations personnelles, comme des numéros de téléphone, avec Facebook depuis 2016.

En réponse au tollé, WhatsApp a annoncé qu’il retarderait l’introduction de la nouvelle politique de confidentialité, qui devait initialement entrer en vigueur le 8 Février dernier.

La semaine dernière, WhatsApp a expliqué comment il expliquerait la nouvelle politique de confidentialité à ses utilisateurs, dans un effort qui comprend une bannière à l’intérieur de l’application avec son explication de la nouvelle politique.

Le service de messagerie appartenant à Facebook dit qu’il ne supprimera aucun compte qui n’a pas accepté les nouvelles conditions le 15 mai 2021, et que les utilisateurs seront toujours en mesure d’accepter la nouvelle politique de confidentialité après cette date.

Toutefois, il avertit qu’il supprime généralement les comptes après qu’ils sont inactifs pendant 120 jours.

Source : Theverge

L’Allemagne et l\'Inde bloquent le partage de données entre Facebook et WhatsApp

Fin Août 2016, WhatsApp, la plus populaire des applications de messagerie instantanée, avait procédé à une mise à jour de ses conditions générales d’utilisation et de sa politique de confidentialité pour commencer à partager les données de ses utilisateurs avec sa société mère .

L’Allemagne bloque le partage de données entre Facebook et WhatsApp

Et maintenant, les deux sociétés sont en difficulté, au moins en Allemagne et en Inde.

En effet, Facebook et ont tous les deux été sommés, selon le site Independant, d’arrêter immédiatement de collecter, stocker et partager les données de plus de 35 millions d’utilisateurs allemands de WhatsApp.

Et, plus surprenant encore, l’équivalent de la CNIL en Allemagne exige que Facebook supprime toutes les données personnelles qu’il a reçues de WhatsApp depuis le mois d’Août 2016..

Également en Inde, le 23 septembre 2016, la Haute Cour de Delhi a ordonné à WhatsApp de supprimer les données de tous les utilisateurs indiens de ses serveurs jusqu\’au 25 septembre 2016, lorsque la nouvelle politique de confidentialité de la société WhatsApp est entrée en vigueur.

Quand Facebook a racheté WhatsApp pour la somme de 19 milliards de dollars en numéraire en 2014, WhatsApp avait fait la promesse que les données de ses utilisateurs ne seraient pas partagées entre les deux sociétés. Aujourd’hui, on est loin de cette promesse.

Toutefois, les utilisateurs de WhatsApp ont été notifiés du changement de la politique de confidentialité et avaient 30 jours pour l’accepter ou le refuser. Faute de quoi, ils ne pourraient plus accéder à l’application.

Et c’est ce que dénonce justement aujourd’hui l’autorité allemande de la protection de la vie privée, en ces termes :

Cela est non seulement “trompeur” pour leurs utilisateurs et le public, mais constitue aussi une violation de la loi sur la protection des données en Allemagne.

Un tel échange n’est recevable que si les deux sociétés, celle qui fournit les données (WhatsApp), ainsi que la société bénéficiaire (Facebook) établissent une base juridique pour le faire.

Or, Facebook, n’a obtenu aucune approbation définitive auprès des utilisateurs de WhatsApp ni établi une base juridique pour la réception des données.

Apparemment, la nouvelle mesure de partage entre WhatsApp et Facebook a été prise par ces entreprises pour mieux cibler la publicité sur Facebook plutôt que pour lutter contre le spam.

En réponse à la décision de l’organisme de surveillance de la vie privée en Allemagne, Facebook a publié une déclaration selon laquelle cet échange était conforme à la législation de protection des données européenne, en disant :

Nous sommes ouverts à travailler avec le Hambourg DPA (CNIL allemande) dans le but de répondre à leurs questions et résoudre les problèmes.

Selon l’organisme de surveillance, comme Facebook et WhatsApp sont des sociétés indépendantes, elles doivent traiter les données de leurs utilisateurs sur la base de leurs propres termes et conditions ainsi que les politiques de confidentialité des données.

Et Mr Johannes Caspar, le Commissaire de l’autorité allemande chargée de la protection des données de déclarer dans son communiqué :

Cette ordonnance administrative protège les données d’environ 35 millions d’utilisateurs de WhatsApp en Allemagne.

Cela est du ressort de leurs décisions, s’ils veulent connecter ou pas leurs comptes avec Facebook. Par conséquent, Facebook doit demander leur permission au préalable. Cela ne s’est pas fait.

Et Mr Caspar de poursuivre :

En outre, il y a des millions de personnes dont les coordonnées ont été téléchargées sur WhatsApp à partir des carnets d’adresses des utilisateurs, même si elles n’avaient aucune connexion avec Facebook ou WhatsApp.

Mais, selon Facebook, cette quantité gigantesque de données n\’a pas encore été collectée.

Cependant, les utilisateurs de WhatsApp ne doivent pas s’inquiéter du contenu de leurs messages sur WhatsApp, comme les chats et les images, car ils sont cryptés de bout en bout.

Ce qui signifie que même l’entreprise WhatsApp ne peut pas les lire. En principe.

L\'Antivirus gratuit AVG va collecter et vendre vos données aux publicitaires

Comme on le sait, sur internet, si c’est gratuit, c’est vous le produit ! C’est ce que nous démontre à nouveau AVG Technologies avec son antivirus gratuit AVG pour mobile.

Il faut reconnaître à cette start-up Tchèque le fait de permettre à de nombreux propriétaires de mobiles de protéger gratuitement leurs données personnelles contre toute attaque et autres malwares.

Antivirus gratuit AVG

Seulement, comme très souvent dans ces cas, une entreprise ne peut être pérenne que si elle a des rentrées d’argent. Et, le gratuit pour gratuit, ça ne nourrit pas son Homme.

AVG Technologies vient donc d’annoncer dans un post

Cette nouvelle politique de confidentialité, qui entrera en vigueur le 15 Octobre 2015, explique clairement qu’AVG pourra collecter et vendre les “données non-personnelles des utilisateurs” pour “”.

Voici la liste de quelques données qu’AVG compte collecter et vendre :

  • Historique de navigation;
  • Historique de recherche;
  • les Meta données;
  • Identifiant publicitaire (ID) associé à votre appareil;
  • Fournisseur d’Accès à Internet (FAI) ou réseau mobile utilisé pour vous connecter aux produits AVG;
  • Informations concernant les autres applications sur votre appareil;

Précédemment, AVG Technologies s’engageait à ne recueillir que :

  • Les données sur “les mots que vous recherchez”;

Voici une vidéo dans laquelle AVG ne cache pas ses intentions :

Les collaborateurs verront vos données personnelles

Cependant, en annonçant sa nouvelle politique de confidentialité concernant son antivirus gratuit, AVG a tout de même pris la précaution de mentionner qu’il ne vendra pas toutes les données personnelles reliées à ses clients, y compris nom, adresses email, adresses postales ou des détails de leurs cartes de crédit.

Maintenant, c’est à vous de décider par vous-même si vous souhaitez toujours continuer à utiliser l’antivirus gratuit AVG ou le désinstaller.

Twitter modifie ses Conditions d\'utilisation pour faire face au droit à l’oubli

vient d’annoncer dans un post sur son blog officiel avoir modifié ses conditions d’utilisation et sa politique de confidentialité pour tous les utilisateurs résidant hors des Etats-Unis.

Cette mise à jour sera effective à compter du 18 Mai 2015.

Twitter modifie ses Conditions d\'utilisation pour faire face au droit à l’oubli

A compter de cette date, les services de Twitter seront dorénavant fournis par Twitter International Company basée à Dublin (en Irlande). La gestion des informations des comptes sera donc sous la loi irlandaise de la confidentialité et de la protection des données privées.

Une loi basée sur la Directive européenne de la protection des données.

L\’Union Européenne est actuellement dans un processus de mise à jour de ladite directive. Une ébauche de la Loi exige que les personnes donnent leur consentement spécifique avant que leurs données personnelles puissent être partagées et elle envisage d\’élargir le concept du “droit à l”oubli” aux réseaux sociaux, après les moteurs de recherche.

Un vote final est prévu dans le courant de cette année.

Les comptes Twitter américains continueront à recevoir le service de Twitter via le siège à San Francisco, en Californie, et fonctionneront selon la loi américaine. Twitter dit que ce changement sera transparent pour les utilisateurs.

Cette mise à jour des conditions d’utilisation de Twitter s’applique aussi à tous ses produits, y compris Digit et Periscope.

Les raisons de ce changement

Twitter justifie ce changement en ces termes :

Nos services étant utilisés par plus de gens dans le monde entier, nous nous sommes développés pour améliorer la façon dont nous prenons en charge nos utilisateurs à travers le monde. Les modifications apportées à nos Conditions d\’utilisation et à notre Politique de confidentialité témoignent de ce développement et reflètent mieux la façon dont nous fournissons nos services aux utilisateurs.

Twitter a donc apporté quelques clarifications dans sa Politique de confidentialité afin de faciliter sa lecture et fournir des détails supplémentaires.

Il a par exemple indiqué que vous pouvez vous inscrire pour profiter des services Twitter en utilisant un pseudonyme à la place de votre nom, ou votre numéro de téléphone comme coordonnées.

Pour faciliter la consultation du document, Twitter a réuni les pratiques relatives à la confidentialité des coordonnées dans une seule section.

Il a ajouté des liens vers les pages du Centre d\’assistance qui décrivent les informations publiques que vous partagez via les services Twitter et qui expliquent comment vous pouvez télécharger les informations relatives à votre compte ou demander à y avoir accès.

Twitter a aussi fourni des exemples indiquant comment d\’autres utilisateurs peuvent partager des informations à votre sujet par le biais des services Twitter, et décrit les paramètres de confidentialité qui permettent de déterminer qui peut vous identifier sur une photo.

Pour rappel, sur les 300 millions d’utilisateurs de Twitter, 77% des inscrits résident hors des Etats-Unis.

Alors, en utilisant ses services après le 18 mai 2015, vous acceptez les révisions ci-dessus mentionnées.

.