Facebook s\'attaque à Google Bulletin en favorisant les news locales

La bataille des news se déplace désormais sur le marché du local. Certaines applications sociales avaient commencé à s’y intéresser de plus près (Snap Maps, Moments, etc). Et maintenant, ce sont les deux géants du Net que sont Facebook et Google qui ont décidé de s’affronter sur ce créneau.

Facebook contre-attaque Google Bulletin en priorisant les news locales

Ainsi, quelques jours à peine après que Google a dévoilé son outil Bulletin pour faire de chaque citoyen un journaliste de proximité partageant des infos locales, annonce à son tour que les news locales constituent désormais une priorité dans le fil d’actualité.

Après donc avoir, dans un premier temps, dit qu’il priorisait les messages entre amis et proches et les groupes, puis, dans un deuxième temps, annoncé qu’il favorisait les posts des éditeurs fiables dans le fil d’actualité, cette autre annonce de Mark Zuckerberg pour remanier le News Feed constitue le 3ème étage de sa fusée.

Les sources d’informations locales sont donc maintenant aussi prioritaires dans votre fil d’actualité sur Facebook.

La nouvelle fonctionnalité révélée début Janvier permettra de faire remonter plus haut les posts qui sont cliqués par les utilisateurs dans un périmètre local, ainsi que les localités aux alentours.

Le contenu sera également prioritaire lorsque les utilisateurs suivront ou partageront des articles provenant de publications spécifiques.

Mark Zuckerberg a abordé le changement dans un post sur sa propre page :

ous concentrer sur des questions locales concrètes, alors nous ferions tous plus de progrès ensemble.

Cette mise à jour ne peut pas prendre en compte tous les petits éditeurs ou les éditeurs de niche au début, mais nous travaillons pour améliorer la précision et la couverture au fil du temps.

Au final, et Facebook ont deux approches différentes (citoyens reporters pour Google et éditeurs locaux pour Facebook) pour intéresser leurs auditoires avec des actualités locales.

Mais les objectifs sont les mêmes. Etre au plus près du terrain local pour recueillir le plus de data possible, tout en essayant de réduire au maximum les fausses informations.

Google va-t-il bientôt pénaliser les liens d\'affiliation et le contenu sponsorisé ?

vient de publier un post pour recommander aux blogueurs qui reçoivent des produits gratuits ou des cadeaux de la part des marques de s’assurer qu’ils respectent bien les “meilleures pratiques” afin d’éviter que leurs blogs ne soient pénalisés par Google.

Google va-t-il bientôt cibler les liens d\'affiliation et le contenu sponsorisé ?

Et cela concerne aussi tous les testeurs de produits qui commentent leurs expériences dans des articles.

Car, Google dit voir de plus en plus de blogueurs rédiger du contenu concernant des produits testés ou non avec des liens pointant vers le site des fabricants en échange de cadeau gratuit ou d’un exemplaire gratuit de ce produit commenté sur leurs blogs.

Google veut bien admettre que c’est désormais une forme de marketing en ligne que certaines entreprises envoient des produits gratuits (livres et ebooks inclus) ou des cadeaux aux blogueurs en échange d’une citation de leurs produit dans un article de blog.

Que vous soyez l’entreprise ou la marque qui fournit le produit gratuit ou pas ou le blogueur qui écrit l’article, voici quelques recommandations que Google qualifie de “bonnes pratiques” pour vous assurer que le contenu est utile aux utilisateurs et conforme aux consignes SEO de Google.

Alors, Google lance une mise en garde (avant la tempête ?) et demande de respecter scrupuleusement les 3 pratiques recommandées ci-dessous, sans doute pour éviter de mettre à mal votre référencement dans les temps à venir :

  • Utilisez le Nofollow de façon appropriée :

    Les liens qui passent du PageRank en échange de biens ou de services sont contraires aux consignes de Google sur les systèmes de liens.

    Selon les consignes de Google, , et constitue, de ce fait, une infraction aux Consignes aux webmasters de Google. Sont incluses dans cette catégorie toutes les opérations visant à manipuler les liens dirigeant vers votre site ou les liens contenus dans votre site et redirigeant vers d\’autres pages.

    Google dit avoir constaté que les entreprises invitent parfois les blogueurs à pointer un lien retour vers :

    • Le site de l’entreprise.
    • Les comptes sociaux de l\’entreprise.
    • La fiche produit du marchand qui vend le produit commenté.
    • La page des avis qui valorisent le produit en question.
    • L’application mobile de l’entreprise dans une boutique d’applications.

    Pour tous ces types de liens, Google conseille aux blogueurs d’utiliser l’attribut nofollow (rel=”nofollow”) parce que ces liens se sont pas envoyés de façon naturelle et spontanée. C’est à dire que ces liens n\’existeraient pas si la marque ou l’entreprise n\’avait pas proposé d’offrir un cadeau gratuit ou un service en échange.

    Et Google de continuer en exhortant les entreprises ou les entreprises de marketing (affiliation ou contenu sponsorisé ou native ads) avec lesquels travaillent les blogueurs à assumer leur part de responsabilité en rappelant aux blogueurs d’utiliser l’attribut nofollow sur ces liens.


  • Divulguez ou mentionnez votre relation commerciale :

    Selon Google, les utilisateurs veulent savoir en toute honnêteté et en toute transparence quand le contenu qu’ils lisent est un contenu sponsorisé ou une publicité native. En outre, il existe des lois dans certains pays qui obligent à révéler toute relation de sponsoring pour éviter tout conflit d’intérêt et ne pas tromper les utilisateurs avec du contenu rédactionnel (sponsorisé) déguisé en contenu éditorial (du site).

    Une divulgation ou mention peut apparaître n\’importe où dans l\’article. Cependant, selon Google, la déclaration de contenu sponsorisé serait conforme si elle était placée tout en haut, voire au début, du contenu publicitaire, dans le cas où les utilisateurs ne lisent pas la totalité du message.

    En d’autres termes, déclarez que vous écrivez ce contenu parce que la marque ou l’entreprise vous a donné le produit gratuitement ou vous paie pour le faire.

  • Créez un contenu convaincant et unique :

    Selon Google, les blogs qui réussissent le plus offrent à leurs visiteurs une raison impérieuse d\’y revenir. Si vous êtes un blogueur, vous devez essayer d’être une source d’information vers laquelle on revient régulièrement, vous devez couvrir une niche utile que d’autres cherchent, ou encore vous devez fournir un contenu exclusif que, seul vous, pouvez créer grâce à votre expertise unique ou vos ressources.

Alors, est-ce une nième tentative de diversion ou d\’intimidation sans suite réelle de Google en terme de pénalité ?

Cela ne ferait qu\’entretenir le flou orchestré par Google, parce qu\’aucun éditeur, en dehors de celui qui publie sciemment du contenu sponsorisé ou un lien d\’affiliation, ne va passer son temps à se poser des questions pour savoir si un commentaire dans son contenu sur un produit, y compris celui de Google, mérite un lien en nofollow ou pas.

Google News : Les communiqués de presse s\'affichent aussi Dans l\'Actualité

a connu un changement important au début de cette année avec l’intégration des articles de blogs dans la section “Dans l’Actualité” présente sur la première page de résultats de .

Ainsi, News s’ouvrait à tous les blogs, quels qu’ils soient.

Mais voilà, Google a décidé d’aller plus loin en ouvrant la section “Dans l’Actualité” aux communiqués de presse des entreprises.

Pour justifier cette nouvelle décision, un porte-parole de Google a déclaré ce qui suit à Reuters :

“L\’objectif de Google Search est de fournir aux utilisateurs la bonne réponse en une fois et le plus rapidement possible. Ce qui voudrait dire que nous pouvons afficher un article publié par un grand média ou par un petit blogueur d’une niche précise ou un communiqué de presse.”

Comme le mentionne Reuters, les communiqués de presse qu’on retrouvaient auparavant plus loin dans les résultats de recherche s’affichent désormais en première position de la section “Dans l’Actualité” avant tous les articles des médias reprenant et commentant ce communiqué de presse.

En intégrant donc de plus en plus de sources différentes dans Google Actualités, Google semble maintenir la pression sur tous ces grands médias en ligne qui, à un moment donné, ont tenté de le contraindre à partager sa manne publicitaire avec eux.

Plus il y aura de sources dans Google News, même les plus inattendues, moins il y aura inéluctablement de trafic vers les sites des grands médias depuis le moteur de recherche Google.

Une précision quand même : par communiqués de presse, il ne s’agit pas des sites dits de communiqués de presse que nous connaissons tous et dont beaucoup ont déjà disparu des pages de résultats de Google Search.

Il s’agit ici des communiqués publiés d\’abord par les grandes entreprises sur leurs sites web pour tenir informé le grand public sur leurs activités. Lesquels communiqués de presse sont ensuite, en général, envoyé aux agences de presse (afp, reuters, etc…) qui les soumettent aux grands médias qui les commentent et les publient commentent à leur tour.

Google Penguin c\'est pour quand ? John Mueller répond…

Google Penguin logo



Et il y a ceux qui ont toujours été \ »borderline\ » avec les consignes de Google et qui redoutent l\’arrivée de ce Penguin qui risque de propulser leurs sites tout au fond des résultats de recherche.

Présenté comme ça, demeure une vraie préoccupation. Même pour ceux qui estiment avoir toujours respecté les règles SEO de Google. La prudence est donc de mise et tout le monde retient son souflle… On ne sait jamais. Surtout que la vie du référenceur n\’est jamais la même avant et après Penguin.

Alors, tout le monde essaie de savoir un peu quand est-ce qu\’il va enfin arriver. Notamment sur le forum des Webmasters de Google où cette question est plus que jamais récurrente dans les discussions.

John Mueller avait déjà répondu à cette question lors d\’une Hangout à la mi-Juillet. C\’est ce qu\’il vient faire à nouveau en répondant à une question d\’un webmaster.

Sa réponse est toute simple dans un premier temps :

\ »Yes, assuming the issues are resolved in the meantime, with an update of our algorithm or its data, it will no longer be affecting your site\ ».

En d\’autres termes : \ »Oui, en supposant que les problèmes sont résolus dans l\’intervalle, avec une mise à jour de notre algorithme (Penguin) ou de ses données, votre site ne sera plus impacté.\ »

Et donc, la pénalité sera levée.

John Mueller confirme donc qu\’il ne peut y avoir de levée de Penguin sans un Refresh de l\’algorithme.

En tenant compte des nombreuses réactions qui ont suivi cette réponse, John Mueller est revenu posté un autre commentaire plus long pour mieux expliquer le fonctionnement de Google Penguin.

In theory: If a site is affected by any specific algorithm or its data, and it fixes the issue that led to that situation, then the algorithm and/or its data must be refreshed in order to see those changes. Sometimes those changes aren\’t immediately visible even after a refresh, that\’s normal too.

In practice, a site is never in a void alone with just a single algorithm. We use over 200 factors in crawling, indexing, and ranking. While there are some cases where a site is strongly affected by a single algorithm, that doesn\’t mean that it won\’t see any changes until that algorithm or its data is refreshed. For example, if a site is strongly affected by a web-spam algorithm, and you resolve all of those web-spam issues and work to make your site fantastic, you\’re likely to see changes in search even before that algorithm or its data is refreshed. Some of those effects might be directly related to the changes you made (other algorithms finding that your site is really much better), some of them might be more indirect (users loving your updated site and recommending it to others).

So yes, in a theoretical void of just your site and a single algorithm (and of course such a void doesn\’t really exist!), you\’d need to wait for the algorithm and/or its data to refresh to see any changes based on the new situation. In practice, however, things are much more involved, and improvements that you make (especially significant ones) are likely to have visible effects even outside of that single algorithm. One part that helps to keep in mind here is that you shouldn\’t be focusing on individual factors of individual algorithms, it makes much more sense to focus on your site overall — cleaning up individual issues, but not assuming that these are the only aspects worth working on.

All that said, we do realize that it would be great if we could speed the refresh-cycle of some of these algorithms up a bit, and I know the team is working on that. I know it can be frustrating to not see changes after spending a lot of time to improve things. In the meantime, I\’d really recommend – as above – not focusing on any specific aspect of an algorithm, and instead making sure that your site is (or becomes) the absolute best of its kind by far. Cheers John

D\’abord, il explique qu\’en théorie, si un site est affecté par n\’importe quel algorithme spécifique ou de ses données et qu\’il résout le problème qui a provoqué cette situation, alors l\’algorithme et/ou ses données doivent être réactualisées pour que les modifications soient prises en compte. Parfois les changements ne sont pas immédiatement visibles même après un rafraîchissement, et ça, c\’est normal aussi.

Mais dans la pratique, poursuit John Mueller, un site n\’est jamais tout seul face à un algorithme. Google utilise plus de 200 facteurs pour le  crawling, l\’indexation et le classement. Bien qu\’il existe certains cas où un site est fortement affecté par un algorithme unique, cela ne signifie pas qu\’il ne verra pas de changement jusqu\’à ce que cet algorithme ou ses données soient actualisées.

Par exemple, si un site est fortement impacté par un algorithme anti-spam (Penguin, par exemple) et vous arrivez à résoudre tous les problèmes de spam et vous travaillez de façon à rendre votre site \ »propre\ », vous êtes susceptible de voir des changements dans la recherche avant même que cet algorithme ou ses données soient actualisées. Certains de ces effets pourraient être directement liées aux changements que vous avez faits (d\’autres algorithmes estimant que votre site est vraiment beaucoup mieux), que certains d\’entre eux pourraient être plus indirectes (les utilisateurs aiment votre site mis à jour et le recommandent à d\’autres).

Alors oui, dans une théorie de votre site face à un algorithme unique (et bien sûr une telle théorie n\’existe pas vraiment!), vous devez attendre que l\’algorithme et/ou ses données soient actualisées pour voir les modifications basées sur la nouvelle situation.

Dans la pratique, cependant, les choses sont beaucoup plus impliquées et les améliorations que vous faites (particulièrement les plus significatives) sont susceptibles d\’avoir des effets visibles même en dehors de cet algorithme unique.

Ce qu\’il faut bien comprendre ici, c\’est que vous ne devez pas vous concentrer sur les facteurs individuels d\’algorithmes pris individuellement. Il serait beaucoup plus logique de vous concentrer sur votre site dans son ensemble que de supposer travailler sur quelques aspects individuels que vous estimez intéressants.

Après avoir dit tout cela, nous réalisons que ce serait formidable si nous pouvions accélérer un peu le cycle de rafraîchissement de certains de nos algorithmes. Et je sais que l\’équipe travaille là-dessus. Je sais qu\’il peut être frustrant de ne pas voir les changements après avoir passé beaucoup de temps pour améliorer les choses. En attendant, je vous recommande vraiment – comme dit plus haut – de ne pas vous concentrer sur un aspect spécifique d\’un algorithme et au lieu de cela, de vous assurer que votre site est (ou devient) de loin le meilleur de sa niche.

Ainsi, prend fin le commentaire de John Mueller suite à la question sur le refresh de Google Penguin.

Guide d\'aide au Marketing sur Google+

Guide aide Google+



Mais comment pouvez-vous utiliser tout ce potentiel ?

Pour les utilisateurs qui sont plus habitués à des réseaux sociaux tels que et , il peut parfois paraître difficile de comprendre comment bien utiliser Google Plus pour faire du marketing et à des fins commerciales.

Et pourtant, il y a beaucoup à gagner pour les professionnels à aller sur cette plateforme de média social.

Un guide qui va vous aider à améliorer votre expérience utilisateur en vous présentant comment utiliser au mieux +.

Google+, c\’est une question de visibilité

  • Les profils Google+ se classeront de mieux en mieux sur .
  • Les principaux signaux sociaux seront de plus en plus basés sur les activités sur Google+.

Comment démarrer sur Google Plus

3 étapes principales pour bien se lancer sur Google Plus :

  • Renseignez votre profil : Les gens veulent bien savoir pour quelles raisons ils devraient vous mettre dans leurs cercles et donc vous suivre.

    Certaines de vos informations personnelles publiques seront affichées dans tous vos posts sur G+, vos commentaires, sur votre page profil, les notifications de vos +1 aux autres, pour les +mentions vous concernant, pour vous suggérer aux autres profils, dans les Hangouts, etc…

Soyez actif sur Google+

  • Les Cercles Google+ : Ils vous permettent de sélectionner les types de contenus que vous souhaitez voir et aussi de sélectionner avec qui vous souhaitez partager vos contenus sur la plateforme.

  • Trouvez vos influenceurs : Trouver des profils pertinents à suivre est très facile sur Google+ depuis votre espace \ »Contacts\ » où vous aurez accès à des suggestions et où vous pourrez effectuer vos propres recherches thématiques.

    Ajouter des profils dans vos Cercles agrandit vos sources de contenus et probablement aussi votre audience cible.

  • Partagez du contenu

Quand vous postez vos contenus sur Google Plus, utilisez les +mentions, les #hashtags, des textes de présentation et une mise en forme (gras, italique) pour mettre vos posts en évidence.

Comment réussir sur Google Plus

  • Partagez quotidiennement du contenu : partagez 2 à 3 posts par jour.
  • Utilisez votre page Google+ pour atteindre les influenceurs en publiant du contenu au moins deux fois par semaine. Communiquez avec au moins 3 influenceurs majeurs soit en donnant un \ »+1\ » à leurs contenus, soit en les mentionnant.
  • Utilisez Google Hangouts
  • Suivez aussi, chaque jour, quelques profils présents sur les autres communautés de niche. La plupart vous suivront en retour. De même, suivez des profils actifs sur des posts populaires.

    Donnez des \ »+1\ », partagez et commentez sur la plateforme.

  • Ayez une présence active

Inforgraphie via business2community.com

SEO : Retour programmé de DMOZ, l\'annuaire de sites web ?

annuaire de Google qui a été supprimé en 2011.

Et depuis, Dmoz semble avoir été oublié par tous les webmasters. Seulement voilà, un post de Barry Schwartz a attiré mon attention sur le fait suivant : le nombre de sites présents dans cet annuaire serait en train de se réduire, ainsi que le nombre des Editeurs bénévoles.

chez Dmoz. Ainsi, en comparant les actuellement visibles sur Dmoz et ceux visibles il y a quelques jours sur Archive.org, on note ceci :

Au 14 janvier 2014, il y a avait :

  • 5.310.345 sites enregistrés.
  • 99. 997 Editeurs bénévoles.
  • 1.019.508 catégories.

Chiffres Dmoz au 14 janvier 2014.

Au 3 février 2014, il y a :

  • 4.261.779 sites enregistrés. Soit 1.048.566 sites de moins
  • 89.252 Editeurs bénévoles. Soit 10.745 Editeurs de moins
  • 1.019.867 catégories. Soit 359 catégories de plus.
Chiffres Dmoz au 3 février 2014.

Selon Barry Schwartz, aucune annonce officielle de Dmoz à part ce post sur son blog

Que pense Google de Dmoz ?

on se demande s\’il faut oui ou non l\’écouter  :

\ »What role does being in DMOZ play in rankings? I see some website in my niche ranked No. 1 and the only reason is because they are in DMOZ as their content is at best poor. Getting into DMOZ is impossible nowadays, so why does still use it?\ »

Mais, Matt Cutts a tout de même fait savoir que Google avait une autre version de Dmoz à sa disposition et qu\’il l\’utilisait (pour son propre annuaire). Ce qui pourrait peut-être faire passer plus de jus. A la fin de sa réponse, Matt Cutts insiste sur le fait qu\’en aucun cas les liens issus de Dmoz ne donnent de privilèges supplémentaires lors du classement sur Google. Les backlinks de Dmoz sont traités de la même manière que tous les autres backlinks. Sans aucune distinction.

Voici maintenant comment bien référencer son site sur Google en 2014.

Facebook : Lettre ouverte à Mark Zuckerberg après le changement d\'algorithme

Mark Zuckerberg, PDG de .


Une changement qui, en principe, aurait dû être perçu comme étant de bon augure.

Seulement, voilà : cette mise à jour a réduit de façon drastique la portée (et donc la visibilité) des posts des pages fans sur Facebook. Ce que confirme cette étude dont je vous ai parlée dans un post précédent.

Ken Mueller, un marketeur, a donc tenu à publier une lettre ouverte à Mark Zuckerberg. Laquelle lettre que je retranscris ci-dessous pour vous.

Cher Mark,

Selon un article publié sur Inc. Magazine

Surtout, ne changez rien !

Donnez une chance à cette idée. Faîtes vos calculs. Notez quelques . Je pense que vous serez agréablement surpris et heureux avec ce que vous découvrirez.

Merci !
Cordialement, Ken Mueller

A vous de juger…

Découvrez Comment
être plus efficace sur Google+

L\'importance du Blogging en chiffres

des blogs 2013.

Bloguer aide à maintenir un flot de trafic web toujours croissant et à améliorer votre positionnement sur les moteurs de recherche. Sans oublier le contact avec la clientèle potentielle qui ira en se développant de plus en plus.

  • Un blog rapporte du trafic web : Avec du bon contenu, vous allez fidéliser un lectorat qui va grossir au fil du temps et vous assurer un trafic régulier.
  • Un blog favorise le bon positionnement : Si vous ciblez 50 mots-clés ou expressions-clés, vous pouvez créer 50 articles, avec un article dédié à chaque mot-clé ou expression-clé. Sans faire de suroptimisation !
  • Les articles procurent des backlinks : En publiant régulièrement du contenu pertinent, vous obtiendrez spontanément et naturellement, sans aller les chercher vous-même, de très nombreux backlinks.
  • Partages dans les réseaux sociaux
  • Les articles de blog ont une longue vie
  • Un blog peut être commenté

Les chiffres du blog 2013

  • La majorité des blogueurs sont des blogueuses.
  • 6,7 millions de personnes bloguent depuis leur propre blog alors 12 millions le font depuis les réseaux sociaux.
  • 77% des internautes lisent des blogs.
  • 53,3% des blogueurs ont entre 21 et 35 ans.
  • Les petites entreprises disposant de blogs obtiennent 126% de contacts de plus que les autres.
  • Le contenu intéressant et pertinent fait partie des 3 raisons pour lesquelles les internautes suivent les marques.
  • 81% des consommateurs américains font confiance aux conseils et informations sur les blogs.
  • Les entreprises qui bloguent reçoivent 97% de backlinks naturels de plus que les autres.
  • 61% des consommateurs américains ont passé commande suite à un article sur un blog.
  • 37% des marketeurs estiment que les blogs constituent le plus important des marketing de contenus.
  • 90% des consommateurs jugent les commentaires des clients très utiles.
  • 60% des consommateurs jugent positivement une entreprise après avoir lu un article de blog.
  • 82% des internautes sont satisfaits de pouvoir lire du contenu pertinent publié par les marques.
  • 14% des blogueurs gagnent un salaire mensuel avec leurs blogs.

Ignitespot.com qui nous démentiront.

Chiffres du blogging – source : Ignitespot.com

L\'Application Social Jobs de Facebook peut-elle tuer Linkedin ?

Social Jobs de .

la question qui revenait sans cesse dans tous les commentaires était de savoir si cette application peut sérieusement inquiéter , le leader des réseaux sociaux professionnels.


Quelle opportunité pour Facebook ?

Il faut le reconnaître, en proposant des offres d\’emploi, Facebook trouve une occasion de monétiser sa plateforme, avec un business modèle équivalent à celui de Linkedin.

Et en ce moment, surtout Outre-Atlantique où l\’application d\’offres d\’emploi a été lancée, Facebook à commencer à vendre énormément d\’annonces de recrutement.

Pour le moment, il est difficile de savoir le pourcentage de ses revenus provenant des publicités d\’offres d\’emploi. Mais avec plus d\’un milliard de membres, et en cette période de crise, c\’est une véritable opportunité pour Facebook de rassurer ses investisseurs et actionnaires de sa capacité à monétiser son réseau social.

Selon le magazine Forbes, le marché de l\’emploi est un marché de 130 milliards de dollars par an dépensés par des cabinets et autres directions des ressources humaines en publicité pour aider les employeurs à trouver le candidat idéal pour leur entreprise. C\’est donc une manne financière, tout comme celle des petites annonces, que ne veut surtout pas laisser passer Facebook.

Linkedin prévoyant de gagner 1 milliard de dollars l\’année prochaine sur cette niche de l\’emploi très complexe et concurrentielle à la fois.

Fonctionnement de l\’application Social Jobs

Si Facebook appelle aussi son application Facebook Social Jobs Partnership, ce n\’est évidemment pas pour rien.

En effet, cette application est un outil qui sert à Facebook à agréger les offres d\’emplois de 5 partenaires aux Etats-Unis. Il en sera de même en France ou ailleurs.

C\’est donc une sorte de moteur de recherche d\’offres d\’emplois qui sont publiés par 5 plateformes partenaires (Monster, BranchOut, Work4Labs, US.jobs, and Jobvite). Ce qui n\’est pas le cas de Linkedin dont les offres sont directement publiées par des entreprises inscrites sur sa plateforme.

Et lorsque vous utilisez cette application, vous saisissez un terme de recherche dans un champ. Puis vous sélectionnez depuis quel partenaire de Facebook (parmi les 5), vous souhaitez effectuer votre recherche d\’emploi. En plus, non seulement vous saisissez un mot clé, mais vous devez ensuite choisir une catégorie et une sous-catégorie. Ce qui crée un tant soit peu la confusion.

On peut alors se demander pourquoi Facebook n\’agrège-t-il pas toutes les annonces de ses partenaires dans un même pool afin de  permettre aux membres de sortir une liste de résultats après savoir saisi une simple requête dans le champ de recherche ?

Et ce n\’est pas tout ! Selon les commentaires de ceux qui l\’utilisent outre-Atlantique, l\’application ne marcherait pas comme il faudrait.

En effet, lorsque vous lancez une recherche en ciblant un des partenaires, des résultats s\’affichent s\’il y en a et en fonction de tous vos critères choisis.

En cliquant sur une annonce qui vous intéresse pour découvrir le détail de l\’offre chez certains partenaires de Facebook, vous pouvez d\’abord être renvoyé vers le propre outil ce partenaire qui vous ouvre une fenêtre pour demander votre adresse email. Soit disant pour vous envoyer le détail de l\’offre.

Nous avons donc chez Facebook une application qui ne facilite pas pour l\’instant le contact direct entre employeurs et demandeurs d\’emploi.

Or, sur Linkedin, tout demandeur d\’emploi accède facilement aux détails des offres d\’emploi et peut envoyer son CV (profil Linkedin) directement à l\’employeur de son choix dès qu\’une annonce l\’intéresse.

Facebook, en dépit de son milliard de membres, devrait s\’investir dans un véritable outil de recherche d\’emploi efficace et pertinent avec de nombreuses fonctionnalités interactives. Car, de ce point de vue, Linkedin conserve encore une bonne longueur d\’avance.

Matt Cutts s\'explique sur l\'importance de la fraîcheur du contenu

Matt Cutts et fraîcheur du contenu.






Explication de Matt Cutts sur la fraîcheur du contenu















Ainsi parla Matt Cutts… Mais du contenu récent ramène toujours des visites !

Voici maintenant comment bien référencer son site sur Google en 2014.