Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

Après avoir annoncé que beaucoup plus de sites allaient migrer

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

En fait, ce sont 4 précisions qui ont été apportées à l’évolution de ce basculement actuellement en cours:

  1. index mobile-first

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré :

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré
    Images via Searchenginejournal.com
    • Une baisse importante du trafic de votre site via l’ordinateur.

    rapports de la Search Console pour indiquer quand le site a été déplacé vers le nouvel index. De cette façon, les propriétaires de sites seront en mesure de facilement comparer les données avant et après le basculement.

  2. Basculement des sites individuels qui sont “prêts” :

    déplacer des sites individuels qui sont les plus prêts

    Pour comprendre ce que signifie par “prêt”, regardez ce qui fonctionne dans la recherche mobile en ce moment.

    Un site optimisé pour la recherche mobile sera prêt pour l\'index mobile-First.

    Et donc, un site en responsive design et un contenu AMP auront la préférence de Google.

  3. Le balisage sur les sites mobiles est important :

    Google ne fera plus référence au balisage de la version desktop

    le balisage ou l’ajout des balises sur les sites mobiles sera important à l\'avenir

    Il en est de même pour le balisage Schema de données structurées.

    Par exemple, ils peuvent croire que les balises ALT ne sont pas importantes sur mobile parce que vous ne pouvez pas survoler une image avec un curseur comme vous pouviez le faire sur ordinateur.

    devez inclure le même balisage sur les 2 versions pour vous assurer que Google sera en mesure de le voir.

  4. Vous n’êtes pas encore prêts pour le mobile first ?

    un site mobile mobile-friendly prêt.

    Un bon site desktop est mieux qu\'un mauvais site mobile

L\'index Mobile First de Google est en test dans les résultats de recherche

John Mueller de chez vient de confirmer dans un Hangout pour que Google est actuellement en train d’expérimenter son index mobile first en live dans les résultats de recherche mobile.

L\'index Mobile First de Google est en cours de test grandeur nature

Il n’a cependant pas indiqué dans son propos le pourcentage des internautes qui utilisent Mobile et qui voient ces résultats du test en live.

Ce qui voudrait aussi dire que tous les sites ayant une version mobile-friendly sont actuellement susceptibles de s’afficher dans les résultats de recherche mobile des testeurs choisis par Google.

Avec ce test, Google ne cherche uniquement pas à savoir comment l’index mobile first impacte les résultats actuels et influencent le comportement des utilisateurs. Mais, il construit aussi de nouveaux classifieurs en vue des prochains débogages.

D’après Barry Schwartz de Seroundtable, John Mueller a expliqué que ces classifieurs internes sont conçus pour labelliser et différencier les sites Web qui ont une version ordinateur équivalente pour les pages mobiles affichées et ceux qui n’en ont pas.

Ces notifications pourraient alors se faire soit via un article sur le blog officiel de Google, soit via des messages dans la Search Console et d’autres moyens.

Et, une fois de plus, aucune date précise n’a été donnée par John Mueller quant à la généralisation de l’index mobile first côté utilisateurs.

Voici la transcription intégrale du commentaire de John Mueller (vidéo : 15:38) :

Nous devons vraiment voir ce qui se passe

À un moment donné, il peut y avoir des aspects [du déploiement de l’index mobile first

Rappelons que l’index mobile first va permettre à Google d’indexer prioritairement la version mobile d’un site et le classement de ce même site sur mobile sera aussi utilisé pour son classement lors des recherches sur ordinateur.

Comment passer d\'une URL mobile séparée à une URL Responsive ?

Le mobile-first de Google, dont on connaît approximativement la période de lancement, préoccupe de plus en plus les propriétaires de sites, contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Google : Comment passer d\'une URL mobile séparée à une URL Responsive

Et, ce que l’on sait à ce jour, c’est que la validation du mobile first se fera au cas par cas, en ce qui concerne .

Avec plus de sites migrant vers la conception Web réactive, et donc en responsive design, pour être mobile-friendlyvia par exemple : m.mondomaine.com), vers des URLs Reponsives.

Ce sujet s’adresse donc à ceux qui ont un site séparé, en plus de leur site desktop. Ce qui entraîne en général la gestion de 2 URLs distinctes pour un même contenu.

Ci-dessous les étapes recommandées par Google :

  • Configurez les Redirections 301 sur les anciennes URLs mobiles séparées pour pointer vers les versions réactives (les nouvelles pages en responsive design).
    Images via Google

    Ces redirections doivent être effectuées sur une base par URL, individuellement, à partir de chaque ancienne URL mobile séparée vers les nouvelles URLs réactives.

    1. Comme une bonne pratique, mettez en place l’attribut canonique (rel = canonical) sur les nouvelles URLs en responsive pointant vers elle-mêmes (attributs canoniques autoréférentiels).

Google rappelle, après ses recommandations, que le passage à un site réactif devrait faciliter la maintenance et les rapports des statistiques de performance.

telles que l\’attribut “hreflang”AMP pour la vitesse, des données structurées pour les fonctionnalités de recherche avancée et plus encore.

Quand l\'outil de Test du mobile-friendly sert à référencer son site

Alors que invite tous les propriétaires de sites Web à penser au mobile-first qui aura un impact très important sur le référencement de leurs sites sur Google, il semble vouloir faciliter l’indexation des sites mobile-friendly.

En effet, alors que cette fonctionnalité n’existait pas au lancement du nouvel outil de test du mobile-friendly, Google offre désormais la possibilité aux webmasters de lui soumettre leurs pages mobiles compatibles avec le mobile, pour indexation.

Pour référencer son site adapté au mobile et dont le contenu sera désormais pris en compte par Google pour le classer dans les pages de résultats tant sur mobile que desktop, ouvrez l’outil de test du mobile friendly.

Une fois le processus de vérification de la compatibilité avec le mobile lancé, Google vous affichera au bout de quelques petites secondes le résultat. Et si le test confirme que votre site est “adapté aux mobiles”, Google vous affiche le résultat suivant :

Et dans ce résultat de confirmation, vous avez le lien (que j’ai encadré en rouge) qui vous indique que vous pouvez “Soumettre à Google”.

Une fois que vous cliquez sur ce lien de soumission à Google, Google vous confirme que votre “page a été ajoutée à la liste d’attente”. comme le montre l’image ci-dessous.

La question qui reste posée est de savoir si c’est tout le site qui sera considéré comme étant mobile-friendly après avoir testé le nom de domaine ou si c’est uniquement l’URL soumise qui sera indexée comme étant une page mobile-friendly.

Il faut toutefois admettre que si Google propose cette fonctionnalité, c’est que cela a un but bien déterminé pour lui et que vous pouvez aisément deviner.

Toujours est-il que si, à l’issue du test de compatibilité mobile, votre site est considéré par Google comme étant “non adapté aux mobiles”, Google vous le fait savoir et n’affiche pas le lien “Soumettre à Google”.

Mais, à la place, vous aurez plutôt le lien “En savoir plus sur la conception mobile” qui vous redirigera vers une page d’aide de Google qui va vous expliquer “Comment personnaliser votre logiciel de conception”.

Une seule fois suffira.

75% de l\'usage de l\'internet sera Mobile en 2017 !

Un rapport publié par l’agence Reuters révèle que 75% de l’usage de l’internet en 2017 se fera sur les appareils mobiles.

Ce qui ne représente, selon les données de l’agence publicitaire française Zenith, qu’une légère augmentation par rapport à 2016 qui devrait se terminer à 71% de l’usage de l’internet via le smartphone et la tablette.

Au final, ce ne sera qu’une confirmation de la tendance dessinée durant ces 5 dernières années.

Et, pour aller plus loin, l’agence Zenith prévoit, qu’à l’horizon 2018, 60% des revenus publicitaires sur le Web proviendra des annonces mobiles. D’ici là, les dépenses de la publicité mobile devraient atteindre les 134 milliards de dollars.

Ce qui sera le plus gros budget jamais dépensé pour aucune autre forme de publicité quelle qu’elle soit.

Comme le mentionne le post de l’agence Reuters :

Comme plus de dollars de la publicité passent de la télévision vers l’univers du numérique, les marques se précipitent sur , et où elles peuvent vendre aux téléspectateurs qui sont désormais plus accros à leurs mobiles et tablettes qui constituent le 1er écran depuis 2014.

Cette tendance conduit à un changement dans la dépense publicitaire vers le mobile qui suscite des partenariats entre les entreprises de médias, de divertissement et de communication.

Sur le thème de l’usage du Web mobile qui est actuellement en hausse, Google a récemment publié une étude révélant que près de 40% des gens recherchent aujourd’hui uniquement via le smartphone. Par conséquent, selon Google, la majorité des recherches du moteur de recherche se font maintenant plus sur le smartphone que sur l’ordinateur.

Image via Google

Toujours selon cette étude de Google, un nombre croissant de personnes utilisent uniquement les smartphones pour accéder à internet, et ceux qui utilisent des appareils mobiles les utilisent beaucoup plus longtemps (sur une longue durée de session) que les personnes qui utilisent les ordinateurs.

Une fois de plus, les marketeurs devraient intégrer le fait que nous vivons dans l’ère du mobile-first. Et la preuve de ce mobile-first concerne tout l’investissement de Google tant sur le mobile-friendly que sur sa technologie .

Et la meilleure preuve est le lancement imminent, aux alentours du 10 Janvier 2017, de l’index mobile séparé du desktop et qui sera prioritaire sur l’index desktop.

Les résultats d\'une étude sur les facteurs du référencement local en 2016

Comme chaque année, Local Guide a réalisé et présenté les résultats de son enquête 2016 sur les critères qui ont aujourd’hui un impact important sur le référencement local.

Le référencement local en 2016

facteurs qui aident ou améliorent la visibilité lors des recherches locales.

Cependant, il est important de retenir, selon SEO Local Guide, que les résultats de cette étude révèlent les corrélations, et non les causalités. L’étude a en effet identifié les caractéristiques des sites qui se classent bien, mais elle ne dit pas que ces caractéristiques sont définitivement des facteurs de classement.

Méthodologie de l’étude sur le SEO local

L’étude a assemblé des données provenant de plus de 100 facteurs différents de classement pour analyser 30.0003.000 recherches locales.

Les facteurs analysés dans l’étude incluent les fiches Google My Business, les facteurs d’ interne du site Web, les facteurs locaux externes (y compris les citations) et les backlinks.

Les outils d’analyse des liens de Majestic et Moz ont été utilisés pour collecter les métriques des liens.

L’étude visait à identifier les facteurs qui sont importants dans le Pack Local à 3 résultats de Google et les résultats de Google Maps pour que les propriétaires d’entreprises puissent avoir des données indiquant où concentrer leurs efforts d’optimisation, dans le but d’améliorer leurs performances de recherche locale.

Les résultats ont prouvé que pour réussir dans la recherche locale, le marketeur doit faire attention aux domaines pas habituellement pris en compte dans la recherche locale, à savoir l’optimisation interne du site Web et les liens.

Variables ordinales et catégorielles

En statistique, on qualifie d\’ordinale une variable qualitative pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu (parfois qualifiée de catégorie ou de modalité) est numérique.

très mauvais) à +2 (excellent), en passant par zéro (indifférent).

Et la variable catégorielle (on dit aussi qualitative) est une variable pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu ne représente pas une quantité. Les différentes valeurs que peuvent prendre cette variable sont appelées les catégories, modalités ou niveaux.

L’étude de SEO Local Guide a donc segmenté les facteurs de classement en variables ordinales et catégorielles. Les variables ordinales sont basées sur des facteurs numériques et les sites ayant des valeurs plus élevées pour ces facteurs obtiendraient un ranking plus élevé.

Les variables catégorielles étaient identifiées par oui ou non pour savoir si une entreprise avait des caractéristiques bien notées. Et si c’était oui, elle obtenait un classement plus élevé.

Le tableau ci-dessous indique les facteurs inclus en tant que variables catégorielles (habituellement un test oui/non) pour divers facteurs de classement, pour classer en fonction du poids apparent.

Image via Seolocalguide.com

Plusieurs de ces facteurs entrent dans le domaine des fondamentaux du SEO ou de ceux de Google My Business qui sont les meilleures pratiques de référencement de base, et sous le contrôle du propriétaire du site.

Par exemple, les facteurs de Google My Businessces facteurs permettent de différencier votre site de ceux qui ne prennent pas en compte ces simples étapes de base.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’il est utile de consacrer un peu de temps pour construire un profil My Business solide.

Les avis locaux sont extrêmement importants

Selon SEO Local Guide, deux des principaux critères de sont les avis locaux et le nombre de consultations de la page My Business (qui serait plus une corrélation qu’un facteur selon l’étude, les pages les mieux classées ayant plus de consultations que les autres).

Les avis locaux sur les pages My Business seraient donc en tête de la liste des facteurs. Les sites avec le plus d’avis, tout comme lors des recherches avec Google Allo, devancent les autres entreprises.

Sans doute que les sites avec des avis de consommateurs obtiennent plus de clics, mais le fait que les sites avec des avis se classent tout en haut est une forte indication que les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles ont des avis, surtout positifs, en grande quantité.

Un autre facteur important de Google My Business, noté par l’étude, est la présence des photos. Ce facteur s’élève à la huitième position, suivi de près par le compte vérifié et les heures d’ouverture de l’établissement.

Une fois de plus, prendre le temps pour construire un profil Google My Business de qualité est considéré comme un signal positif.

Les facteurs organiques traditionnels

Les résultats de l’étude ont confirmé ce que beaucoup de personnes dans le domaine de la recherche locale ont suspecté depuis belle lurette, et surtout depuis le lancement de Google Pigeon. A savoir que Google utilise désormais les mêmes facteurs organiques de son algorithme de classement traditionnel pour les appliquer à la recherche locale.

Les activités qui profitent au référencement organique bénéficient également à la recherche locale.

Les backlinks, en particulier, se sont avérés être un facteur important dans le SEO local, avec diverses métriques qui positionnent les liens dans les 10 meilleurs facteurs de classement sur 15.

Les liens ont longtemps été considérées comme un facteur majeur de classement pour la recherche organique normale. Dorénavant, les entreprises locales doivent faire attention au profil de leurs liens comme dans la recherche régulière.

D’autres facteurs organiques à ne pas ignorer : avoir un site sécurisé via HTTPS, utiliser modérément des mots clés dans les textes d’ancrage, et avoir des mots clés dans le titre sont considérés comme des caractéristiques positives dans le classement local.

De même, avoir un mot clé dans le nom de l’entreprise serait un signal très fort, à condition de ne pas en abuser.

Autre remarque mentionnée par l’étude de SEO Local Guide, c’est que le site mobile-friendly (compatible avec le mobile) est maintenant le troisième plus grand facteur catégoriel.

Au final, l’étude a révélé que les entreprises locales ont besoin d’aller au-delà de la seule page Google My Business et des citations locales.

Et puisque les meilleures pratiques de référencement naturel font partie du classement local des sites, les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles consacrent du temps pour améliorer leurs sites Web si elles veulent rester compétitives dans la recherche locale.

Google annonce le lancement imminent d\'une mise à jour du Mobile-Friendly

Initialement lancé le 21 Avril 2015, on a pas véritablement vu l’effet du Mobile-Friendly sur le classement dans mobile. Et ce, malgré qu’il soit lui aussi un critère de référencement.

Google annonce une mise à jour du Mobile-Friendly début Mai 2016

Sans doute que ce critère était encore infime, Google tolérant jusqu’à maintenant quelques imperfections dans l’ du contenu sur mobile.

Mais, cela pourrait bientôt changer avec cette annonce du jour de Google qui déclare qu’à compter du mois de Mai 2016, il amplifiera davantage l’effet du signal du mobile friendly (comptabilité avec le mobile) pour le classement. Ainsi, il risque de ne plus avoir de sites non-compatibles avec le mobile dans les 2 à 3 premières pages de résultats.

Google rassure toutefois les propriétaires des sites mobiles : “si votre site est déjà compatible avec le mobile, vous ne devez pas vous inquiéter. Vous ne serez pas impacté par cette mise à jour”.

Toutefois, lorsque l’update sera lancée, elle sera déployée graduellement pendant des semaines ou des mois. Et le début de ce déploiement du mobile-friendly est programmé pour début Mai 2016.

Rappelons que l’algorithme du mobile friendly est un signal qui s’applique page par page, donc cela peut prendre du temps pour que Google évalue chaque page de votre site mobile ou la version mobile de votre site web. C’est pourquoi ce déploiement sera très progressif.

Et selon Google, en fonction de la vitesse d’exploration et d’indexation de toutes vos pages mobiles, l’impact sera aussi lent à se faire sentir.

Vous pouvez dès à présent utiliser cet outil SEO pour vérifier que tout est correct pour votre site.

Google privilégie l\'indexation des pages HTTPS par défaut


Google favorisera les pages HTTPS par défaut

En d’autres termes, le référencement HTTPS devient maintenant la priorité pour , après en avoir fait un critère de classement avec un tout petit \ »boost\ » au départ.

Toutefois, les pages HTTP ne seront probablement pas pour l’instant affectées dans les résultats de recherche. Google ne cherche qu’à fournir plus de pages sécurisées dans ses résultats, mais on peut s’attendre à ce que l’étape suivante, comme il l’a fait avec le mobile-friendly, sera de déclasser les pages non-sécurisées.

page sécurisée HTTPS

Critères de l’indexation du HTTPS par défaut

conditions suivantes :

  • Elle ne contient pas de dépendances non sécurisées.
  • Elle ne redirige pas les internautes vers ou via une page HTTP non sécurisée.
  • Elle ne possède pas de lien \ »rel=\ »canonical\ »\ » vers la page HTTP.
  • Elle ne contient pas de balise Meta \ »noindex\ » pour les robots.

Donc, en ce qui concerne Google, la version HTTPS de votre site, si vous en avez, sera prioritaire par défaut.

l\’en-tête HSTS (HTTP Strict Transport Security) sur votre serveur.

Qu’est-ce que le HTTP Strict Transport Security (HSTS)

Le HTTP Strict Transport Security (HSTS) est un mécanisme de politique de sécurité proposé pour HTTP, permettant à un serveur web de déclarer à un agent utilisateur (comme un navigateur webcomme HTTPS).

« Strict-Transport-Security »

La politique HSTS aide à protéger les utilisateurs de sites web contre quelques attaques réseau passives (écoute clandestine) et actives. Une attaque du type man-in-the-middle ne peut pas intercepter de requête tant que le HSTS est actif pour ce site.

La pénalité Google pour l\'affichage d\'interstitiels d\'appli mobile est entrée en vigueur

a officiellement commencé à faire des pages mobiles qui affichent des interstitiels d’installation d’applications mobiles aux utilisateurs, provenant des résultats de la recherche de Google mobile, des contenus non mobile-friendly.

La pénalité Google pour l\'affichage d\'interstitiels d\'appli mobile est entrée en vigueur

Cela signifie que ces pages perdent le bénéfice du label “Site Mobile” et le “boost” associé à leur classement actuel.

Dans son post officiel du 2 Novembre, ci-dessous présenté, Google déclare :

Initialement, cette pénalité devait commencer le 1er Novembre, mais elle commence officiellement le jour suivant. Et, cela ne concerne pas tous les autres interstitiels promouvant autre chose que l’installation de l’application mobile du site visité. Allez savoir pourquoi ?

Toutefois, avec l’annonce de cette mise à jour, cette pénalité sera totalement intégrée dans l’algorithme mobile-friendly de Google. Par conséquent, le 2 Novembre marque aussi le lancement de la seconde version du Mobile-Friendly.

Et voici ce que Google recommande dans son post :

Considérez donc que les sites qui continuent à afficher des interstitiels d’installation d’application mobile ont déjà perdu leur label “Site Mobile” et ont été déclassés.

Il sera maintenant intéressant de voir si ces sites constatent réellement une baisse de trafic et s’ils ont remplacé les interstitiels par des bannières.

Google confirme qu\'il existe bel et bien un index mobile en cours de test

Cela fait des mois que des échos nous parviennent sur le développement par d’un index strictement dédié au mobile.

Google : Gary Illyes confirme qu\'il y a bel et bien un Index mobile encore en test

Le premier à l’avoir évoqué est bien Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google. Mais, quelques jours après en avoir parlé, sans doute après avoir été rappelé à l’ordre, il a tenté de nuancer son propos.

Ensuite, c’est +Maile Ohye, Senior Developer Programs Engineer chez Google, qui a confirmé cet index mobile à venir.

Et aujourd’hui, c’est encore Gary Illyes, comme le révèle Barry Schwartz, qui vient de publier un Tweet qui confirme bel et bien que Google est train de travailler sur un moteur de recherche mobile avec son propre algorithme de classement, et donc ses propres critères de classement.

Gary Illyes déclare ceci dans son Tweet:

S\’il vous plaît ne supposez pas que nous n\’aurons pas un index différent pour le mobile. Nous en sommes encore au stade expérimental, mais il finira par arriver”.

Certainement que Google a besoin d’un index exclusivement dédié au mobile, notamment pour son projet d’intégration des contenus web dans ses pages de résultats sur mobile. Ce qui devrait faciliter l’indexation et le stockage en cache des contenus mobile-friendly.