Twitter permet d\'éviter le harcèlement en bloquant certaines notifications

Après avoir permis de filtrer les messages privés des personnes qu’on ne suit pas, propose désormais des options avancées dans les filtres de qualité afin bloquer les notifications des profils qu’on ne suit pas.

Twitter permet d\'éviter les trolls en bloquant certaines notifications

Dans sa lutte permanente contre le troll et le harcèlement, Twitter propose donc de nouvelles fonctionnalités de filtrage contre les personnes inconnues qui se permettent de vous répondre ou mentionner dans des Tweets agressifs ou offensants.

Car, comme sur tous les réseaux sociaux, il est possible que vous receviez des notifications de certains types de comptes que vous souhaitez éviter. En plus d\’activer le filtre de qualité, vous pouvez choisir de désactiver les notifications des types de comptes suivants :

  • Les nouveaux comptes (que vous ne suivez pas)
  • Les comptes qui ne vous suivent pas (et que vous ne suivez pas)
  • Les comptes que vous ne suivez pas
  • Les comptes dotés d\’une photo de profil par défaut (que vous ne suivez pas) les comptes qui ne disposent pas d\’une adresse email confirmée (que vous ne suivez pas)
  • Les comptes qui ne disposent pas d\’un numéro de téléphone confirmé (que vous ne suivez pas).

Oui, désormais, vous pouvez contrôler ce que vous voyez et avec qui vous interagissez sur Twitter. Trois options des paramètres de notification vous permettent de filtrer les notifications que vous recevez : le filtre de qualité, les mots masqués et les filtres avancés.

L\’option Filtre de qualité : lorsqu\’elle est activée, filtre les contenus de qualité médiocre dans vos notifications, comme les Tweets en double ou les contenus automatisés.

Elle ne filtre pas les notifications d\’utilisateurs auxquels vous êtes abonné ou de comptes avec lesquels vous avez récemment interagi. Vous avez la possibilité d\’activer ou de désactiver cette option dans vos paramètres de notification :

Paramètres et Confidentialité -> Notifications -> Filtres avancés

Ces filtres avancés viennent ainsi s’ajouter à la possibilité de bloquer les profils sans aucune photo personnelle, en dehors de l\’avatar Twitter par défaut.

Certes, les filtres avancés vous permettent de désactiver les notifications de certains types de comptes que vous souhaitez éviter.

Toutefois, si votre compte reçoit soudainement beaucoup d\’attention, Twitter pourrait insérer dans votre onglet “Notifications” une notification vous invitant à régler ces filtres pour mieux maîtriser ce que vous voyez.

Twitter est accusé d\'espionner les messages privés

est poursuivi devant la justice américaine par une class action pour espionnage des messages privés (DM).

Pour la plupart des utilisateurs de Twitter, les raccourcisseurs de liens sont un moyen pratique d’en dire plus dans un message de 140 caractères.

Twitter est accusé d\'espionner les messages privés

Mais un recours collectif (class action) envisage de poursuivre Twitter en justice au motif que le réseau social utilise ses raccourcisseurs de liens en violation de la loi sur la communication électronique privée.

Selon Hollywoodreporter.com qui rapporte l’information, la plainte déposée au Tribunal fédéral de San Francisco par Wilford Raney et d\’autres personnes concernant la même situation reproche à Twitter que, malgré ses assurances que les utilisateurs pourront échanger en mode privé entre eux, “Twitter écoute en douce les conversations privées de ses utilisateurs. Dès qu\’un utilisateur envoie un Message Direct, Twitter l’intercepte, le lit et, parfois même, modifie le message”.

Les plaignants citent en exemple un lien vers un article du New York Times.

Si un utilisateur communique en privé via la messagerie privée de Twitter (DM) en lui disant de consulter un article sur nytimes.com en lui fournissant l’URL complète de cet article, Twitter va modifier cette URL et proposer un lien personnalisé tel que \ »http:/t.co/CL2SKBxr1s\ » (tout en affichant le texte « http://www.nytimes.com » à ses utilisateurs.

Les algorithmes de Twitter font le changement, mais les plaignants affirment que c\’est faux. Pour eux, en envoyant les utilisateurs vers les serveurs analytics de Twitter avant d’afficher la page du lien sur le web, Twitter en profiterait pour dire au New York Times et à d\’autres quelle est la source du trafic.

Le résultat final est que Twitter peut négocier de meilleurs tarifs publicitaires, selon la plainte.

Alors qu\’il soit bien évidemment impensable qu’il y ait des personnes travaillant chez Twitter qui lisent les messages privés, un algorithme les scanne pour récupérer les liens intégrer afin de les raccourcir en T.co pour un meilleur suivi.

La poursuite prétend que Twitter doit collecter le consentement de ses utilisateurs pour toute action engagée par lui dans les messages privés.

Par conséquent, et en raison des violations de confidentialité illégales et continues de Twitter, les demandeurs déposent plainte individuellement et au nom de tous les autres dans la même situation afin d\’interdire ce comportement illicite de Twitter et demander réparation et des dommages-intérêts légaux au titre de l\’Electronic Communications Privacy Act, etc…

La plainte a été déposée au nom de tous les américains qui ont envoyé ou reçu un message privé sur Twitter et réclame des dommages-intérêts qui s\’élèveraient à “100 dollars par jour pour chaque utilisateur de Twitter, dont la vie privée a été ainsi violée”.

Alors, qu’en est-il des services de messagerie qui diffusent des publicités personnalisées après avoir scanné le contenu des messages ?

D’autre part, à partir du moment où Twitter n’impose plus aucune limitation en termes de nombre de caractères dans sa messagerie privée, quel intérêt y a-t-il à continuer à les scanner pour raccourcir les liens partagés en privé ?

Direct Messenger for Twitter : l\'appli pour tweeter des messages privés

Après toutes les mises à jour de Twitter concernant la publication des messages privés, on pouvait s’attendre à ce que le réseau social annonce une application autonome dédiée à cette fonctionnalité.

Direct Messenger for Twitter

Il s’est trouvé que des “petits malins” ont finalement lancé Direct Messenger for , une application non-officielle de messagerie privée pour Twitter.

Vous l’aurez compris, Direct Messenger ne fait qu’une seule chose : envoyer et recevoir des messages privés via un compte Twitter.

A l’ouverture de l’application, après vous être identifié avec votre compte Twitter, vous retrouvez la liste de vos dernières conversations privées. Juste au-dessus du clavier de saisie, vous avez des raccourcis qui permettent d’ajouter d’autres types de contenus à vos messages.

Ce que vous pouvez faire avec Direct Messenger

Direct Messenger for Twitter vous permet, en plus de l’envoi de textes, de partager en mode privé une photo (ou un selfie), votre localisation, d’envoyer des stickers et des messages audios enregistrés.

Autant de fonctionnalités intéressantes mais qui ne sont pas toutes supportées actuellement par Twitter.

Par exemple, lorsque vous partagez votre localisation via Direct Messenger, l’application prend une capture d’écran de votre localisation actuelle sur une carte, la télécharge sur S3 avant d’envoyer un lien au destinataire pour la visualiser.

Il en va de même avec les stickers et même les photos. Direct Messenger ne supportant pas les photos natives, elle enregistre l’image dans Amazon S3 avant d’envoyer le lien de l’image partagée.

L’objectif de cette application, c’est de permettre aux utilisateurs de Twitter d’accéder rapidement à leurs messages privés. Et sans doute que cette initiative va pousser Twitter a finalement opté pour la création d’une application indépendante de messagerie instantanée.

Google+ a 2,2 milliards d\'utilisateurs. Qu\'en est-il du nombre d\'utilisateurs actifs ?

En Octobre 2014, + avait atteint la barre symbolique des 2 milliards d’utilisateurs.

Aujourd’hui, selon le calcul réalisé par l’outil Miernicki.com de +Greg Miernicki et +François Beaufort (Googler), Google+ compte plus de 2,2 milliards de comptes.

Un chiffre avec un taux de croissance exponentiel puisqu’il nous indique que Google+ réalise la belle performance de 1,6 millions de nouveaux comptes par jour !

Vu ainsi, Google+ ferait pratiquement jeu égal avec . Même si comparaison n’est pas raison.

Il importe donc désormais d’avoir une idée, même approximative, du nombre d’utilisateurs actifs que compterait Google+ à ce jour.

Combien d’utilisateurs actifs sur Google+

Selon les derniers officiels de Google, Google+ compterait 540 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Des utilisateurs comptabilisés comme actifs pour s’être connectés au moins une fois avec leurs comptes Google+ sur l’un des services de Google : , , Docs, Google+, Play, etc.

Toujours est-il que les chiffres de Google+ date d’Octobre 2013 ! Peut-être qu’il serait temps que Google donne à nouveau des chiffres officiels pour éviter toutes sortes de spéculations comme celle dont je vais vous parler maintenant.

Il s’agit d’un certain +Edwards Morbius qui a réalisé sa propre analyse qui lui a permis de comptabiliser aussi 2,2 milliards d’utilisateurs pour Google+. Tout comme +Greg Miniercki, il a scanné le Sitemap des profils Google+ à partir de cette adresse : http://www.gstatic.com/s2/sitemaps/profiles-sitemap.xml

Et selon ses propres méthodes de calcul et surtout d’algorithmes, il estime qu’aujourd’hui (en Janvier 2015), Google+ aurait entre 4 et 6 millions d’utilisateurs actifs (mensuels ?).

C’est à dire que pour Edward Morbius, il n’y aurait que 4 à 6 millions de personnes qui publient des posts publics, engagent et interagissent sur Google Plus .

Voici le résumé de sa trouvaille posté sur ello.co (il y détaille sa méthode) :

Image via Kevinanderson.nl
  • 2,2 milliards de profils Google+ dont seuls 9% publient des posts publics.
  • Sur ces 9% qui postent publiquement, environ 37% ont comme récente activité un commentaire sur Youtube et 8% ont changé leur photo de profil Google+. Soit un total de 45% des profils actifs.
  • 6% des profils considérés comme publiquement actifs n’avaient aucune activité sur Google+ en 2015 (du 1er au 18 Janvier pour cette analyse).
  • Sur ces 6% de profils actifs, 3% ne sont pas des commentateurs sur Youtube.
  • Ainsi, selon l’auteur de cette analyse, tout ceci nous donnerait entre 0,2% et 0,3% (d’où ça vient ?) du total des profils Google+, soit 6,6 millions d’utilisateurs, qui ont publié un post public sur Google+ en 2015.

    Soit 367.000 utilisateurs Google Plus qui postent chaque jour au moins une fois.

Morbius précise bien que son analyse n’est qu’une estimation des utilisateurs actifs de Google+ ayant publiquement posté sur Google+ en Janvier 2015 mais ne prend pas en compte ceux qui ont commenté sur Youtube.

Déjà, la polémique sur Google+ \ »ville fantôme\ » reprend de plus belle outre-Atlantique.

Il faut tout de même préciser que Morbius n’a pas non plus pris en compte les commentaires publics sur Google+, les posts privés (messages privés ou partages strictement à des Cercles), les posts dans les Communautés privés, les posts dans les Hangouts, etc…

Or, c\’est tout cela qui fait l\’activité sur une plateforme sociale comme Google+.

Bref, il ne tient qu’à Google de fournir à nouveau des chiffres officiels de Google+ pour que s’arrête ce genre de spéculations stériles parce qu’incomplètes.

Linkedin s\'apprête à offrir un intranet aux entreprises

, le réseau social des professionnels, qui permet de mettre en contact des compétences et des entreprises les recherchant va bientôt tenter de faciliter la communication au sein de chaque entreprise.

Linkedin s\'apprête à offrir un intranet aux entreprises

Selon le site Recode, Linkedin prévoit de lancer dans les toutes prochaines semaines de nouveaux outils collaboratifs afin que les employés et les employeurs puissent échanger plus couramment et en toute sécurité.

Pour l’instant, deux nouveaux outils allant dans ce sens seront bientôt lancés.

Un intranet Linkedin qui ne dit pas son nom

Le premier outil, sans doute testé dès le début du mois prochain, va permettre aux utilisateurs d’envoyer des messages privés à leurs collègues. Donc visibles que par les collègues sur la plateforme. Même si ces derniers ne sont pas connectés ou n’ont pas de comptes Linkedin.

Et il permettra aussi aux utilisateurs (en accord avec leurs responsables) de télécharger leurs informations de contact (email, téléphone, , etc.) à partir de la base de données de leurs entreprises pour faciliter les partages d’informations.

Mais, cet outil ne comportera pas de service de chat.

Partages de contenu par groupe d’employés

En complément de l’envoi de messages privés entre collègues, Linkedin prévoit aussi de lancer avant la fin de ce premier trimestre 2015 un nouvel outil qui devrait permettre aux entreprises de partager des contenus directement à des groupes d’employés ou à des services précis au sein de l’entreprise.

Linkedin espère ainsi favoriser et multiplier les partages à nouveaux des messages publiques des entreprises à travers leurs employés qui se sentiront ainsi impliqués dans la promotion de leurs marques ou entreprises sur la plateforme.

Quoi de mieux que de pouvoir compter sur ses propres employés, qui ont parfois plus de contacts que l’entreprise ou la marque elle-même, pour relayer au maximum les messages et autres communiqués de presse ou articles de l’entreprise.

D\’autres outils collaboratifs viendront compléter les deux cités ci-dessus tout au long de cette année.

Les conséquences du blocage d\'un profil sur Google+

Bloquer un profil Plus.


Comme sur tous les réseaux sociaux, les gens se côtoient, s\’apprécient, s\’encerclent sur Google+.

A la suite de \ »malentendus\ » qui peuvent survenir, on est parfois tenté de s\’éloigner des provocateurs ou autres profils dont on ne veut plus entendre parler.

L\’ultime moyen de réduire au silence certains profils reste le blocage. Mais, à partir du moment où on bloque un profil, disparaît-il pour autant de notre zone d\’action ? Oui et non. Tout dépend de la nature de vos posts et de la position du profil bloqué.

Pour ma part, je pense que bloquer un profil doit rester une mesure extrême à prendre contre ceux qui se livrent avec insistance au spam, au troll, aux insultes, à la provocation, au harcèlement gratuit…

Pour bloquer un profil, vous devez vous rendre sur son propre profil. Ensuite, sous la phrase \ »Dans les cercles de…\ » située sous sa photo ou son logo, vous avez un petit onglet tout à droite sur lequel vous devez cliquer avant de choisir \ »Signaler/Bloquer…\ ».

Sachez que bloquer un profil Google+ n\’a d\’effet que si le profil est connecté à son compte Google+. En effet, si le bloqué est connecté, il ne pourra pas voir vos posts publics. Mais, s\’il n\’est pas logué, il pourra aisément voir tous vos posts publics.

Et, si le profil bloqué gère une page Google+, il pourra voir vos posts et interagir avec en tant que Page. Mais, vous pourrez aussi bloquer sa page Google+ si vous la connaissez.

Ce qui se passe après blocage

Lorsque vous bloquez un profil :

  • Vous ne verrez plus ses posts dans votre fil d\’actualité, même si vous êtes dans ses cercles.
  • Il disparaît de tous vos cercles dans lesquels il est présent.
  • Il disparaît aussi de vos Cercles étendus (Amis de vos abonnés), même si vous avez des contacts en commun.
  • Il ne pourra plus jamais commenter vos contenus sur Google+ et sur votre blog si vous utilisez Google+ Comments. Cependant, ses anciens commentaires sur vos posts avant son blocage seront masqués mais vous pourrez les voir et les supprimer.
  • Il ne pourra plus jamais voir vos commentaires sur les posts des autres profils Google+. Tous les deux, vous n\’existez ni pour l\’un, ni pour l\’autre.
  • Il ne verra plus aucun de vos nouveaux partages des posts des autres profils.
  • Il ne pourra plus jamais vous +mentionner ni dans ses posts, ni dans ses commentaires. Donc, il ne pourra plus jamais vous envoyer de messages privés.

Il en sera de même pour la page Google+ pour entreprise qui peut être bloquée par un profil ou une autre page ou qui peut elle-même bloquer un profil ou une autre page Google+.

Après avoir bloqué un profil, le contenu que vous avez précédemment partagé avec lui en tant qu\’abonné demeurera toujours visible sur sa page d\’accueil et lors de recherches sur Google. Mais, il ne pourra pas engager avec ces contenus (tel que commenter, répondre…).

Lorsqu\’un profil est bloqué, il ne reçoit aucune notification de la part de Google+. Sauf dans le cas d\’une Hangout. C\’est ainsi qu\’un profil ne peut pas participer à une Hangout si l\’un des participants déjà présents a bloqué son profil auparavant.

Blocage de profil dans une communauté

Les communautés Google+ sont des espaces  de partages et de discussions thématiques. Les communautés ont un propriétaire et au moins un modérateur qui les gèrent.

  • Si vous rejoignez une communauté gérée par une personne que vous avez bloquée, vous ne verrez pas ses posts.
  • Si la personne bloquée est le modérateur, il pourra voir vos posts partagés dans cette communauté et les modérer si nécessaire.
  • Le modérateur bloqué ne pourra ni donner des +1 à vos commentaires ou posts, ni commenter ou partager vos posts.
  • Lorsque vous signalez ou bannissez un profil d\’une communauté que vous modérez, ce profil ne sera pas pour autant bloqué pour votre propre profil ou Page. Seulement, il ne pourra plus jamais participer à la communauté.
  • Un profil exclu d\’une communauté pourra quand même voir les posts si la communauté est publique sans pouvoir les commenter.

Faîtes donc attention sur les communautés. Car, une exclusion est un mauvais signal pour votre profil envoyé à Google.

Pour voir les profils Google+ bloqués, allez sur votre page \ »Contacts\ », cliquez sur l\’onglet de navigation \ »Vos Cercles\ » avant de cliquer sur le menu déroulant dénommé \ »Actions\ » pour choisir \ »Afficher les personnes bloquées\ ». Vous pourrez alors débloquer un profil si vous le désirez.

Découvrez maintenant des conseils de pros pour plus de performances avec Google Plus.

Twitter a supprimé l\'option de réception de messages privés de tout follower

Post en DM sur .


Le mois dernier, Twitter avait lancé une option

Mais, selon TNW qui rapporte cette information, cette option a disparu de la page des paramètres sur Twitter. Vous pouvez le constater de vous-même.