8 outils gratuits d’aide au référencement sur Google

référencement sur Google.

8 outils gratuits d’aide au référencement de Google

algorithmes de Google. .

Danny Sullivan à la tête de l’équipe du Search. Mais, chaque update est censée nous emmener tout de même un pas de plus vers des résultats de recherche plus pertinents, après tout.

Cependant, il y a encore un peu de secret derrière exactement comment évalue un site Web et détermine en fin de compte quels sites afficher pour les requêtes de recherche.

Ces outils sont essentiels à votre stratégie de recherche organique, car ils vous permettent de vous concentrer sur les éléments de votre site que Google juge importants.

 

Chrome Lighthouse

Lighthouse est une version \ »Lite\ » (légère

10 mesures qui comptent pour Google.

ici.

 

Google Test My Site

Cet outil va permettre aux webmasters de “tester la vitesse de leur site sur mobile”.

Test My Site vous montrera combien de visiteurs votre site pourrait perdre en raison de votre temps de chargement lent et comparera ce temps de chargement à celui de vos concurrents dans la même thématique que vous.

Testez ici.

 

PageSpeed Insights

PageSpeed Insights fournit maintenant des informations sur la façon dont une page adhère à un ensemble de meilleures pratiques.

En d’autres termes, l\’outil PageSpeed de Google

Cet outil en ligne fournit un score et offre des conseils spécifiques pour accélérer une page Web. Il vous indique quels scripts et feuilles de style ralentissent votre site, dont les images sont trop grandes, et offre de nombreux autres conseils pour accélérer vos pages Web.

Vérifiez votre vitesse de chargement ici.

 

Safe Browsing Test

L’outil Safe Browsing Test

Vous pouvez vérifier l’état de votre site ici.

 

Google Trends

En plus de la recherche organique, Google Trends offrira des données sur les recherches effectuées dans Google News, Google Shopping, Google Images et .

Google Trends propose donc maintenant plus de données pour montrer ce que les gens dans le monde cherchent le plus sur internet.

La ligne des tendances par période vous montrera à quel point une tendance est stable, si elle monte, baisse ou est statique.

par ici pour Google Tendances.

 

Google Analytics

Certes, nous connaissons tous la frustration des données de mots clés non fournis (not provided), après que Google Analytics a retiré certaines de nos analyses les plus utiles.

données analytiques pour votre site

Google Analytics reste un outil populaire et en constante évolution

 

Google Adwords Keyword Planner

Google Keyword Plannermais ne pas compter sur lui pour des exacts).

Le nouveau planificateur est beaucoup plus concentré sur le PPC (paiement par clic), et donc pour la recherche de mots clés pour les campagnes Google Ads que le Keyword Tool précédent.

Il existe cependant des alternatives intéressantes à Google Keyword Planner.

 

Google Search Console

Si vous ne devez utiliser qu’un seul outil d’aide au SEO dans cette liste, la Search Console de Google sera celui-ci.

Dans la nouvelle Search Console

De quoi l’utiliser régulièrement pour vérifier les performances de votre site et repérer les problèmes plus rapidement :

  1. Vous y découvrirez aussi si votre site a une pénalité manuelle,
  2. Vous identifierez les problèmes d\’analyse et les liens rompus,
  3. Vous verrez le nombre de pages indexées parmi celles que vous avez soumis à Google,
  4. Vous pourrez tester votre fichier robots. txt ou des données structurées.
  5. Et beaucoup plus, le tout gratuitement.

C\’est un coup d\’oeil sur la façon dont Google considère les éléments de votre site.

Pendant que vous y êtes, pensez aussi à utiliser Bing Webmaster Tools.

Il y a aussi beaucoup à gagner avec cet outil gratuit pour checker les performances de votre référencement sur Bing.

Google révèle les chiffres de l\'Expérience client sur mobile

Cela fait maintenant 10 ans que le mobile rend la recherche internet accessible en tout temps et en tout lieu. Ce qui place le search bien au coeur du parcours client.

Les chiffres de l’expérience client sur mobile

Ainsi, d’après Google, 87% des mobinautes ont le réflexe de rechercher sur mobile dès qu’ils ont un besoin ou une envie. Ce qui a pour conséquences de fragmenter les parcours client.

C’est alors que le traitement de la data devient stratégique et la mesure de l’efficacité est essentielle. Pour relever donc ces défis, les algorithmes de machine learning de se mettent au service des marketeurs et ouvrent un horizon d’opportunités.

C’est ce que révèle Google à travers des chiffres qui montrent le comportement des mobinautes et combien il est urgent de repenser l’expérience client et réconcilier l’online et l’offline et, in fine, faire parler la data.

Repenser l’expérience client

  • Vitesse :
    • 53% des mobinautes quittent un site mobile s’il met plus de 3 secondes à se charger.
    • 10 secondes, c’est le temps de chargement moyen des sites mobiles français avec une connexion 3G.
    • Les annonceurs dont le site mobile se charge en 5 secondes enregistrent jusqu’à 2 fois plus de revenus que ceux dont le site se chargent en 19 secondes.
  • Expérience utilisateur :
    • 50% des mobinautes sont moins enclins à acheter un service ou un produit s’ils ont eu une mauvaise expérience utilisateur sur l’application mobile ou le site mobile de la marque.
    • 63% des consommateurs souhaitent une expérience personnalisée à partir de leur historique d’achat.
  • Voix :
    • A l’horizon 2020, 50% des requêtes devraient être vocales et 30% des sessions online se feront sans écran.
    • 20% des requêtes sur mobile aux Etats-Unis sont vocales.
  • Les meilleures pratiques pour une bonne expérience client :
    • Concevoir une expérience utilisateur rapide, fonctionnelle et personnalisée.
    • Développer des outils prédictifs à partir de signaux d’intention, de comportement déjà observé et du contexte.
    • Simplifier la vie du consommateur en apportant fluidité et assistance sur tous les canaux.

Réconcilier Online et Offline

  • Online :
    • Près de 33% des ventes online ont lieu sur mobile.
    • Ce sera 50% d’ici à 2020.
  • Dans l’intervalle :
    • 81% des consommateurs s’assurent que le produit est en stock avant de se rendre en magasin.
    • 82% des millennials veulent des produits accessibles sur internet comme en magasin.
    • 3 personnes sur 4 qui font une recherche locale sur smartphone se rendent en magasin dans les 24 heures.
    • 28% de ces recherches mènent à un achat.
  • Offline :
    • Dans le retail, 75% des consommateurs utilisent leur mobile en magasin.
  • Les meilleures pratiques online et offline :
    • Offrir une expérience utilisateur optimale tout au long du parcours client quel que soit le canal.
    • Aligner les KPI sur les objectifs business globaux.

Faire parler la data

  • Pour 81% des décideurs marketing, le machine learning est la clé pour offrir des expériences personnalisées tout au long du parcours client.
  • 91% des mobinautes déclarent avoir acheté ou avoir l’intention d’acheter un produit après avoir vu une publicité pertinente.
  • 60% des décideurs marketing augmentent leurs investissements dans des outils de marketing prédictif, tels que le machine learning.
  • Les meilleures pratiques concernant la data :
    • Unifier la data client en cassant les silos organisationnels.
    • Cibler et engager ses audiences cibles via des expériences personnalisées et assistées.
    • Activer ses datas first-party et se concentrer sur la customer lifetime value.

75% de l\'usage de l\'internet sera Mobile en 2017 !

Un rapport publié par l’agence Reuters révèle que 75% de l’usage de l’internet en 2017 se fera sur les appareils mobiles.

Ce qui ne représente, selon les données de l’agence publicitaire française Zenith, qu’une légère augmentation par rapport à 2016 qui devrait se terminer à 71% de l’usage de l’internet via le smartphone et la tablette.

Au final, ce ne sera qu’une confirmation de la tendance dessinée durant ces 5 dernières années.

Et, pour aller plus loin, l’agence Zenith prévoit, qu’à l’horizon 2018, 60% des revenus publicitaires sur le Web proviendra des annonces mobiles. D’ici là, les dépenses de la publicité mobile devraient atteindre les 134 milliards de dollars.

Ce qui sera le plus gros budget jamais dépensé pour aucune autre forme de publicité quelle qu’elle soit.

Comme le mentionne le post de l’agence Reuters :

Comme plus de dollars de la publicité passent de la télévision vers l’univers du numérique, les marques se précipitent sur , et où elles peuvent vendre aux téléspectateurs qui sont désormais plus accros à leurs mobiles et tablettes qui constituent le 1er écran depuis 2014.

Cette tendance conduit à un changement dans la dépense publicitaire vers le mobile qui suscite des partenariats entre les entreprises de médias, de divertissement et de communication.

Sur le thème de l’usage du Web mobile qui est actuellement en hausse, Google a récemment publié une étude révélant que près de 40% des gens recherchent aujourd’hui uniquement via le smartphone. Par conséquent, selon Google, la majorité des recherches du moteur de recherche se font maintenant plus sur le smartphone que sur l’ordinateur.

Image via Google

Toujours selon cette étude de Google, un nombre croissant de personnes utilisent uniquement les smartphones pour accéder à internet, et ceux qui utilisent des appareils mobiles les utilisent beaucoup plus longtemps (sur une longue durée de session) que les personnes qui utilisent les ordinateurs.

Une fois de plus, les marketeurs devraient intégrer le fait que nous vivons dans l’ère du mobile-first. Et la preuve de ce mobile-first concerne tout l’investissement de Google tant sur le mobile-friendly que sur sa technologie .

Et la meilleure preuve est le lancement imminent, aux alentours du 10 Janvier 2017, de l’index mobile séparé du desktop et qui sera prioritaire sur l’index desktop.

Facebook s\'excuse après avoir surévalué la durée de visionnage des vidéos

a présenté ses excuses vendredi dernier suite à une erreur dans la façon dont il a mesuré une métrique clé de l’auditoire de la vidéo, qui amplifiait considérablement le temps passé par les utilisateurs à regarder les vidéos sur la plateforme.

Facebook fait son mea culpa pour avoir surévalué la durée de visionnage des vidéos

Le leader des réseaux sociaux a reconnu qu’une métrique concernant la durée moyenne de visionnage des vidéos a été artificiellement gonflée (pendant 2 ans !

Facebook ne prenait donc pas en compte la durée des vidéos vues n’atteignant pas au minimum les 3 secondes.

Auparavant, pour défendre son comptage de vues des vidéos, Facebook avait dit que la “différence” n’avait aucune incidence sur la facturation des publicités vidéo et il avait introduit de nouveaux paramètres pour remplacer la méthode précédente.

En effet, il était reproché à Facebook de comptabiliser une vue après les 3 premières secondes de visionnage contre 30 secondes chez .

Dans un post en date du 23 Septembre dernier sur Facebook, David Fischer, vice president of business and marketing partnership chez Facebook, a déclaré :

Il y a un mois, nous avons trouvé une erreur dans la façon dont nous calculons l’une des mesures vidéo sur notre tableau de bord – la durée moyenne des vues de la vidéo. La métrique devait en principe refléter le temps total passé à visionner une vidéo divisée par le nombre total de personnes qui ont regardé la vidéo.

Même s’il s’agit de l’une des nombreuses métriques que les marketeurs regardent, nous prenons toute erreur au sérieux.

Dès que nous avons découvert l’écart, nous avons corrigé l’erreur. Nous avons informé nos partenaires et fait en sorte de mettre une notification dans le produit lui-même, afin que tous ceux qui sont allés dans leur tableau de bord puissent comprendre notre erreur.

Et à la fin de son post d’explication, David Fischer de chez Facebook écrit :

Nous nous excusons sincèrement pour les problèmes que cela a pu causer chez nos clients. Cette erreur ne doit pas se placer sur le chemin de notre objectif ultime, qui consiste à faire ce qui est mieux dans l’intérêt de nos partenaires et de la croissance de l’entreprise.”

Nous ne pouvons réussir que si nous offrons aux clients les outils nécessaires pour faire avancer leurs affaires, et nous allons continuer à tenir cette promesse.

Ce à quoi répond, Sarah Wood, co-CEO de Unruly :

Cela pourrait porter un sérieux coup à la proposition de vidéo de Facebook, qui a eu tellement d’élan au cours des deux dernières années.

Selon le post du WSJ, Publicis Groupe SA avait été informé par Facebook que la méthode précédente de comptage avait probablement surestimé le temps moyen passé à regarder des vidéos de l’ordre de 60 à 80%.

C’est aussi pour éviter ce genre de problèmes que les annonceurs de Facebook réclament une tierce partie pour mesurer les performances des publicités vidéo sur Facebook.

Pour la petite histoire, l’action en bourse de Facebook a baissé de 1,7% vendredi dernier après le post de clarification de Facebook.

YouTube lance TrueView for action pour créer un bouton d\'appel sur la pub vidéo

Au cours de ces dernières années, YouTube n’a de cesse de faire évoluer son format publicitaire TrueView afin de changer la façon dont la vidéo apporte de la valeur dans la performance des marketeurs.

YouTube lance TrueView for action

C’est ainsi que le format de vidéo publicitaire appelé TrueView for shoppoing a été lancé au mois de Mai 2015 pour permettre aux utilisateurs d’acheter directement depuis la vidéo publicitaire.

Mais, comme le fait remarquer dans son post, qu’en est-il pour les marques ou entreprises qui ont d’autres types de conversions (et donc ne vendent pas directement), tels que demander un devis, réserver une chambre d’hôtel, prendre un rendez-vous, s’abonner à une newsletter, ou encore programmer un cours de conduite ou autre ?

C’est donc pour tous les types de conversions qui peuvent exister que YouTube annonce aujourd’hui le lancement de son nouveau format de publicité vidéo appelé “TrueView for action” qui va certainement encourager les utilisateurs de la plateforme à prendre des actions qui comptent pour l’entreprise.

Image via Google

TrueView for action a pour but de rendre la publicité vidéo plus attrayante et efficace en affichant un bouton call-to-action () personnalisé pendant et après la diffusion de la vidéo.

Ce bouton d’appel peut donc être adapté pour chaque cas spécifique tel que “S’inscrire”, “S’abonner”, Réserver maintenant”, “Plus d’info”, “Renseignement”, “Demander un devis”, “Prendre Rendez-vous”, etc…

YouTube ne précise pas si ce format est effectivement disponible dès maintenant.

Instagram amorce une baisse de la visibilité et de l\'engagement des posts organiques

Il y a peu, annonçait avoir passé la barre des 400 millions d’utilisateurs actifs. Dont 75% résidant hors des Etats-Unis.

Instagram amorce une baisse de la visibilité et de l\'engagement des posts organiques

Cependant, force est de constater aujourd’hui que pour les marketeurs et autres entreprises et freelances présents sur ce réseau social, il y a comme un effet de goût amer. Et pour cause.

Avec 400 millions d’utilisateurs mensuels actifs et plus de 80 millions de photos publiées chaque jour sur la plateforme de partages de photos et de vidéos, il devient de plus en plus difficile d’améliorer la visibilité de ses posts organiques et l’engagement sur Instagram.

Le service en ligne Locowise.com a réalisé une étude auprès de 2.500 profils Instagram et analysé les de leur engagement sur Instgram entre Avril 2015 et Septembre 2015. Le constat général qui s’en dégage est qu’il y a une baisse de la croissance du nombre de followers, de la visibilité organique et de l’engagement des followers.

Ainsi, en Septembre 2015, Instagram affichait une croissance moyenne mensuelle des followers par profil de l’ordre 0,25% par rapport au mois précédent contre 1,95% au mois d’Avril 2015 par rapport au mois de Mars.

De même, l’engagement avec les posts serait passé de 2,8% par post au mois d’Avril 2015 à 1,76% en Septembre dernier.

Image via Locowise.com

Une situation qui fait dire au site Locowise que, naturellement, Instagram a rejoint , la maison mère, pour devenir aussi une plateforme où il faut payer (des publicités) pour être désormais visible.

Si une marque veut accroître sa présence, elle devra dorénavant investir un certain budget dans la publicité. De même pour l’engagement, si une marque veut que plus de personnes voient ses posts organiques, elle devra dépenser de l’argent.

Publicité Instagram ouverte à tous

Coïncidence ou pas, ce constat de la baisse du reach organique sur Instagram correspond à la période de l’ouverture générale des publicités Instagram à toutes les entreprises.

Instagram qui, selon ses propres déclarations, verraient un accroissement important des demandes de publicités, notamment des sites , des agences de voyage, des entreprises de loisirs et des détaillants.

Google confirme qu\'il utilisera l\'Authorship si beaucoup de gens l\'implémentent

Ils sont nombreux les marketeurs et autres qui ont appris que , par la voix de son Googler Gary Illyes, recommandait de ne pas définitivement abandonner l’Authorship.

Google confirme qu\'il utilisera l\'Authorship si beaucoup de gens l\'implémentent

En d’autres termes, soit il fallait le remettre dans le code source, soit il fallait continuer à le garder s’il n’avait pas encore été supprimé de votre site.

Il est vrai que jusqu’à maintenant, ça paraît quand même assez curieux cette proposition presqu’indécente de Google, après nous avoir déclaré qu’il ne tenait plus compte de l’Authosrhip et qu’on pouvait le supprimer.

Pour ma part, j’ai donné mon point de vue sur ce retour hypothétique de l’authorship ici.

Mais, voilà que le même Gary Illyes en remet une couche, comme nous le rapporte Barry Schwartz.

Dans le Tweet ci-dessous, c’est Mark Traphagen qui commente l’annonce de Gary Illyes en disant que ce n’est pas une promesse. Mais, c’est juste Gary Illyes qui donne son opinion en disant que cela fait sens de ne pas le supprimer.

Gary Illyes répond donc à ce Tweet en disant (voir ci-dessus) : “”.

C’est alors que Mark Traphagen revient à la charge pour réclamer une réponse plus précise en disant : “Si beaucoup de gens se mettaient à utiliser “rel=author” (le tag de l’authorship

Ce à quoi répond sans détours Gary Illyes (voir ci-dessus) : “Ce serait honnête de dire Oui.

A mon avis, Google sait (en fonction du signal émis) que la grande majorité des webmasters qui avaient mis en place le code HTML “rel=author” ne l’ont toujours pas retiré. Par conséquent, et peut-être qu’il le faisait déjà sans l’annoncer, il pourrait dans les temps à venir s’en servir … à nouveau.

+300% d\'augmentation de l\'engagement et du taux de clics avec la programmatique vidéo

DSP est une plateforme qui permet d\’optimiser

programmatique vidéo

Pour aider les marketeurs à mieux comprendre l’impact de la programmatique vidéo sur les performances des campagnes publicitaires, Turn, spécialiste du marketing en temps réel, a publié une infographie que relaie pour nous CBNews.fr et dont voici les points clés :

  • D’ici 2017, la vidéo devrait représenter 69% de la consommation Internet.
  • L’intégration de vidéo peut augmenter l’engagement et la performance du taux de clics de plus de 300% !
  • Les publicités vidéo ont un taux de clics moyen de 1,84%. Soit le taux le plus élevé de tous les formats publicitaires numériques.
  • Au premier trimestre 2015, les téléphones mobiles représentaient 34% des vidéos vues sur internet dans le monde.
Infographie via CBNews.fr

Comment le SEO peut-il tirer avantage de l\'expérience utilisateur ?

Comment le SEO peut-il tirer avantage de l\'expérience utilisateur ?

Et son impact réel sur le comportement de l’utilisateur final est désormais éprouvé.

D’où les innombrables tests réalisés par les marketeurs et les marques avec chaque aspect de leurs produits ou services avec de vrais testeurs afin de parvenir à un très haut niveau de satisfaction de l’expérience utilisateur.

Il va sans dire qu’à l’avenir, le marketeur devra conjuguer sa stratégie de marketing en ligne avec l’expérience client, l’expérience utilisateur et le ( du site pour les moteurs de recherche).

Les objectifs de ces 3 techniques de marketing

L’expérience client se concentre sur . Il met l\’accent sur la navigation de tout client, tant en ligne que hors ligne.

L’expérience utilisateur se concentre sur les objectifs de l\’utilisateur. Il met l\’accent sur le parcours (historique de navigation) de l\’utilisateur jusqu’à son arrivée sur le site de l’entreprise.

Quand au SEO, en parlant d’optimisation, il est à la fois axé sur les objectifs de l’entreprise et sur les objectifs de l\’utilisateur qui se rend sur le site de l’entreprise. Il met l\’accent sur le parcours numérique du client avant (recherche) et après (navigation) son arrivée sur le site de l’entreprise.

Rapport du SEO avec l’expérience client

Réussir son expérience client, c’est d’abord réussir à faire venir sur un site donné les bons clients ou clients potentiels.

Comme dit plus haut, l’expérience client se confond donc avec les objectifs de l’entreprise tout en veillant à ce que l’utilisateur les réalise.

Si cela signifie vendre un produit ou augmenter le nombre de commentaires positifs via un profil social de l’entreprise ( My Business, par exemple), il faut toujours prendre en compte la motivation qui va générer une meilleure expérience client.

Les données de l’expérience client peuvent aider le SEO à déterminer comment concentrer ses efforts sur de nouvelles possibilités et sur des solutions uniques. En comprenant l’ensemble des objectifs de l\’entreprise par rapport à l’expérience client, il serait plus facile d’anticiper et savoir comment le faire pour atteindre ces objectifs.

Ce qui pourrait se traduire par la création d’une liste de mots clés de la longue traîne qui pourraient conduire à générer des affaires ou à déterminer une stratégie de contenu (content marketing) pour aider à amplifier la notoriété de la marque afin de soutenir un objectif à plus long terme.

Rapport du SEO avec l’expérience utilisateur

Même s’il est possible de comprendre les facteurs de classement lors de la recherche à même de générer du trafic organique, encore faut-il s’assurer que les visiteurs auront une bonne expérience utilisateur sur le site.

L’expérience utilisateur concerne essentiellement l\’expérience de l\’utilisateur sur le site et comment il sera en mesure de trouver les informations nécessaires pour accomplir les actions essentielles escomptées.

Cela pourrait signifier de faire très attention au “heat map” (carte de chaleur retraçant le parcours des visiteurs sur un site), se préoccuper aussi de la longueur de la page (profondeur du défilement) et surtout du temps moyen passé sur la page.

Déterminer ces données aiderait le SEO à mieux cerner quel type de contenu publier ou quels éléments internes au contenu sont importants pour les utilisateurs. Partant de là, le SEO pourrait faire une balance entre l\’optimisation interne des pages et les préférences des utilisateurs.

A partir de données qualitatives via des tests, le SEO pourra alors décider comment le contenu ou la navigation devra être structurée pour éviter d’avoir une mauvaise expérience utilisateur.

S’il peut par la suite fournir aux utilisateurs une expérience plus positive (et ainsi améliorer l\’expérience négative des indicateurs tels que le taux de rebond, le pogo-sticking et le temps moyen passé très bas), il pourra alors être assuré d’être mieux classé par les moteurs de recherche.

Ceci étant dit, une bonne expérience utilisateur sans contenu de bonne qualité ou produit de valeur n\’aurait aucun intérêt pour votre audience. CQFD.

Twitter lance la vidéo sponsorisée avec bouton d\'installation d\'application

En Août 2014, lançait les Tweets sponsorisés pour les campagnes d’installation d’applications mobiles.

Twitter lance la vidéo sponsorisée avec bouton d\'installation d\'application

Les utilisateurs pouvaient donc acheter ou installer gratuitement les applications mobiles proposées dans ces tweets sponsorisés.

Twitter a ensuite proposé la vidéo sponsorisée avec appel à l’action incluant un lien cliquable à l’intérieur de la vidéo.

Mais, afin de rendre encore plus efficaces les campagnes publicitaires via le mobile, Twitter propose désormais aux marketeurs de lancer des vidéos publicitaires intégrant un bouton d’appel à l’action dans le tweet sponsorisé.

Une telle campagne pour l’installation des applications ne peut que décupler davantage les performances d’une telle publicité et, selon Twitter, réduire le coût par interaction de 20 à 25% par rapport au coût des autres formats de publicités sur Twitter.

Après avoir associé la vidéo publicitaire avec l’appel à l’action pour installer les applications, Twitter profite de l’occasion pour lancer lui aussi, tout comme l’a récemment fait , un nouveau système d’enchères pour les tweets avec vidéos sponsorisées.

En effet, les annonceurs pourront choisir entre faire des enchères et payer par application installée et payer par clic sur le bouton d’appel “Installer”.