L’algo Penguin peut conduire Google à se méfier de votre site

Lorsque Google a déployé Penguin 4.0, a déclaré que la mise à jour visait à dévaluer ou ignorer les liens, pas à rétrograder les liens. Continuer la lecture de « L’algo Penguin peut conduire Google à se méfier de votre site »

Google s’explique sur les temps de récupération du Core Update

John Mueller de chez offre un aperçu des temps de récupération du Core Algorithm Update et de ce que les éditeurs devraient faire.

Google s\'explique sur les temps de récupération du Core Update

Dans un récent hangout Webmaster Central Office Hours, John Mueller a répondu à une question sur la récupération du Core Algorithm Update. Mueller a expliqué ce qu’est un Core Algorithm en général et comment un éditeur peut y répondre.

 

Faut-il attendre le prochain Core Algorithm Update pour récupérer?

La question en arrière-plan est qu’il y a des cas où certains sites touchés par un Core Algorithm Update récupère parfois sur un Update ultérieur. Cela donne l’impression que le travail effectué sur un site pour « corriger » les problèmes n’est pas récompensé par l’algorithme de Google jusqu’au prochain Core Algorithm Update.

Il s’agissait dans la question posée de savoir pourquoi les éditeurs devaient attendre.

Voici la question:

Qu’en est-il exactement, que les sites Web qui ont été touchés par les core updates ne peuvent pas récupérer avant le prochain , même s’ils font de bonnes améliorations ?

Certains algorithmes sont lancés une fois pour quelques mois ou comment cela fonctionne-t-il ?

John Mueller a répondu en déclarant d’abord quels types de Core Algorithms de Google sont principalement concernés, qui sont de comprendre comment les pages Web sont pertinentes pour les requêtes de site.

Voici la réponse de John Mueller :

Avec les Core Updates, nous essayons essentiellement de comprendre à nouveau la pertinence des résultats de recherche.

Mueller a ensuite abordé la question principale sur le fait de devoir attendre.

Il a déclaré :

Ils peuvent continuer à travailler sur des choses et les choses peuvent s’améliorer au fil du temps.

Au début des années 2000, lorsque les mises à jour de Google (Google Dance, NDLR) se sont produites sur une base mensuelle, il était vrai qu’un site devait attendre un mois jusqu’à la prochaine mise à jour pour voir ses changements de site récompensés.

Ce que John Mueller confirme, c’est que l’algorithme de Google fonctionne sur un déploiement de rafraîchissement, où l’index entier est constamment réactualisé.

Une fois qu’un changement d’algorithme entre en vigueur, disons par exemple qu’il s’agit d’un changement de la façon dont les « commentaires » sont classés pour promouvoir les commentaires avec une certaine fonctionnalité particulière, alors l’index est constamment actualisé en utilisant ces changements.

Donc, si un site qui perd des positions en raison de ces changements ajoute ces fonctionnalités manquantes parce qu’il se rend compte qu’elles sont pertinentes pour les utilisateurs, ce site devrait commencer à gagner des positions avant la prochaine mise à jour.

John poursuit avec un encouragement à continuer à améliorer un site au cas où la prochaine mise à jour se concentre sur une ou plusieurs des améliorations apportées par un éditeur :

Il est possible que notre prochain Core Algorithm Update fasse un changement plus important dans la même direction que vous avez travaillé et vous verrez également un changement plus important dans les performances de votre site.

Mais en général, les sites n’ont pas à attendre la prochaine mise à jour plus grande afin de commencer à voir des changements.

Donc, de ce point de vue, je ne voudrais pas … arrêter de travailler sur les choses une fois que vous pensez que vous avez fait la bonne chose. Mais je continuerais à travailler dans cette direction.

Vous devriez voir au moins quelques améliorations progressives au fil du temps.

 

Ne jamais cesser d’améliorer les sites Web

L’une des approches les plus anciennes et toujours utiles pour l’amélioration du contenu est de diversifier le contenu.

Certains sites peuvent rester “coincés” en publiant les mêmes types de contenu. Cela peut rebuter les audiences qui se lassent de la même chose. Ou cela peut provoquer le fait pour le site de manquer sur l’acquisition de plus de trafic à partir d’une audience démographique.

L’objectif de la diversification est de faire pivoter à travers différentes formes de contenu.

Un mélange de sujets evergreen et temporaires, en plus de diversifier dans d’autres types d’articles, comme des articles pleins d’images, des articles how-to (ou comment faire…), des tutoriels et ainsi de suite, peut aider un site à attirer une audience plus large, répondre à un éventail de besoins et construire des signaux plus forts d’Autorité.

Cela peut également être utile d’identifier les nouveaux publics et les publics connexes. Les raisons pour lesquelles les gens recherchent des choses, les tendances des utilisateurs et ainsi de suite peuvent être dans un état constant de changement.

Source : Searchenginejournal

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

Après avoir annoncé que beaucoup plus de sites allaient migrer

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

En fait, ce sont 4 précisions qui ont été apportées à l’évolution de ce basculement actuellement en cours:

  1. index mobile-first

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré :

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré
    Images via Searchenginejournal.com
    • Une baisse importante du trafic de votre site via l’ordinateur.

    rapports de la Search Console pour indiquer quand le site a été déplacé vers le nouvel index. De cette façon, les propriétaires de sites seront en mesure de facilement comparer les données avant et après le basculement.

  2. Basculement des sites individuels qui sont “prêts” :

    déplacer des sites individuels qui sont les plus prêts

    Pour comprendre ce que signifie par “prêt”, regardez ce qui fonctionne dans la recherche mobile en ce moment.

    Un site optimisé pour la recherche mobile sera prêt pour l\'index mobile-First.

    Et donc, un site en responsive design et un contenu AMP auront la préférence de Google.

  3. Le balisage sur les sites mobiles est important :

    Google ne fera plus référence au balisage de la version desktop

    le balisage ou l’ajout des balises sur les sites mobiles sera important à l\'avenir

    Il en est de même pour le balisage Schema de données structurées.

    Par exemple, ils peuvent croire que les balises ALT ne sont pas importantes sur mobile parce que vous ne pouvez pas survoler une image avec un curseur comme vous pouviez le faire sur ordinateur.

    devez inclure le même balisage sur les 2 versions pour vous assurer que Google sera en mesure de le voir.

  4. Vous n’êtes pas encore prêts pour le mobile first ?

    un site mobile mobile-friendly prêt.

    Un bon site desktop est mieux qu\'un mauvais site mobile

L\'index Mobile First de Google est en test dans les résultats de recherche

John Mueller de chez vient de confirmer dans un Hangout pour que Google est actuellement en train d’expérimenter son index mobile first en live dans les résultats de recherche mobile.

L\'index Mobile First de Google est en cours de test grandeur nature

Il n’a cependant pas indiqué dans son propos le pourcentage des internautes qui utilisent Mobile et qui voient ces résultats du test en live.

Ce qui voudrait aussi dire que tous les sites ayant une version mobile-friendly sont actuellement susceptibles de s’afficher dans les résultats de recherche mobile des testeurs choisis par Google.

Avec ce test, Google ne cherche uniquement pas à savoir comment l’index mobile first impacte les résultats actuels et influencent le comportement des utilisateurs. Mais, il construit aussi de nouveaux classifieurs en vue des prochains débogages.

D’après Barry Schwartz de Seroundtable, John Mueller a expliqué que ces classifieurs internes sont conçus pour labelliser et différencier les sites Web qui ont une version ordinateur équivalente pour les pages mobiles affichées et ceux qui n’en ont pas.

Ces notifications pourraient alors se faire soit via un article sur le blog officiel de Google, soit via des messages dans la Search Console et d’autres moyens.

Et, une fois de plus, aucune date précise n’a été donnée par John Mueller quant à la généralisation de l’index mobile first côté utilisateurs.

Voici la transcription intégrale du commentaire de John Mueller (vidéo : 15:38) :

C\’est une des choses dont nous devons être sûrs que les changements que nous faisons fonctionnent bien. Nous créons des classifieurs en interne pour nous assurer que les pages mobiles sont en fait équivalentes aux pages desktop et que les sites ne voient aucun effet négatif de ce basculement.

Et ce sont des choses que nous devons expérimenter avec du contenu réel. Nous ne pouvons pas simplement faire des pages et dire que c\’est un peu bien comme une page Web normale. Nous devons vraiment voir ce qui se passe lorsque vous l\’exécutez avec du contenu réel.

À un moment donné, il peut y avoir des aspects [du déploiement de l’index mobile first] qui sont plus visibles, mais comme avec beaucoup d\’expériences de recherche, ce sont des choses que la plupart des gens ne remarquent pas parce que dans un monde idéal, les choses devraient simplement fonctionner pareillement.

Rappelons que l’index mobile first va permettre à Google d’indexer prioritairement la version mobile d’un site et le classement de ce même site sur mobile sera aussi utilisé pour son classement lors des recherches sur ordinateur.

Quelle est la durée de vie d\'une Redirection 301 ?

De nombreux sites web perdent du trafic provenant des moteurs de recherche en raison soit d’une mauvaise configuration, soit d’une inexistence de redirection 301 ou 302.

les redirections 301 ou 302 que vous avez mises en place lorsqu’une page Web à changer d’emplacement ou d’URL.

Alors, c’est quoi la Redirection 301 ?

Dans la pratique, cela donne l’exemple suivant : 2 URL différentes vous emmènent sur le même site ou la même page.

Pourquoi faire une redirection 301 ?

Les raisons principales qui devraient inciter à mettre en place une redirection 301 sont :

  1. Pour associer des conventions Web communes (://, http://www., etc.
  2. Pour rebaptiser ou renommer un site Web avec une URL différente.

  3. Il existe des marques qui achètent parfois des noms de domaine qui sont similaires dans le nom ou la matière par rapport à leur marque pour générer plus de trafic de recherche sur leur site Web.

Alors, que peut être la conséquence d’une redirection 301 supprimée ou expirée ?

Réponse de Google sur la durée de la redirection permanente

Plus précisément, la question posée dans un Tweet à John Mueller fut celle-ci :

Si une Redirection 301 est supprimée ou expirée après qu’elle a été mise en place pendant au moins une année, cessera-t-il de passer des signaux de la page A vers la page B ?

La réponse de John Mueller de chez Google relayée par Seroundtable est la suivante :

La réponse est OUI ! En d’autres termes :

In fine, la redirection 301 devrait demeurer sur votre site Web. CQFD.

Google : Pas de backlink ? Pas d\'indexation de votre contenu

Google : Pas de backlink ? Pas d\'indexation de votre contenu

Sauf, comme le précise Barry Schwartz, si vous utilisez la fonctionnalité “Explorer comme Google” ou la fonctionnalité “Sitemap” depuis la Search Console pour indiquer à l’existence de l’URL de votre contenu.

Et bien évidemment, en dehors de ces 2 options de Google, si votre URL ne reçoit aucun backlink, Google dit ne pas être en mesure de la découvrir, quelle que soit la méthode d’exploration utilisée..

Ceci étant dit, si vous avez soumis un fichier Sitemap au format XML à Google via la Search Console (Exploration -> Sitemaps), il n’y a pas de raison qu’il ne découvre pas les URL de vos nouveaux contenus.

A condition toutefois de ne pas avoir bloqué Googlebot.

Google Panda prend-il en compte l\'architecture du site Web ?

Cela fait bien longtemps que nous n’avons pas entendu parler de Google Panda, cet algorithme de qui est bien connu pour ne déclasser que les sites de faible qualité. Et pour cause.

Google Panda prend-il en compte l\'architecture du site Web ?

Depuis Janvier 2016, Google Panda a été officiellement intégré dans le core de l’algorithme de classement de Google. Et le fait qu’il fonctionne maintenant en temps réel et en continu fait que l’on ne devrait plus en entendre parler.

Sauf que lors d’un récent Hangout, John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google et porte-parole , a été interpellé sur la prise en compte par Google Panda de l’architecture du site Web dans la qualité du site.

La question posée était de savoir si “Panda prend en compte l’architecture du site lorsque Google enregistre le score Panda ou améliorer les catégories ne changerait rien du tout ?”

Réponse de John Mueller :

Si nous trouvons quelque chose qui provoque des erreurs ou pose des questions que nous pensons qu’elles influent essentiellement sur la qualité du site Web dans son ensemble, alors c’est quelque chose qui pourrait être prise en compte.

Des propos de John Mueller confirmés par le Tweet ci-dessous :

En d’autres termes, John Mueller déclare que Google Panda prend en compte la qualité du site dans son ensemble, y compris l’architecture du site, et donc les pages de vos catégories qui devraient être aussi de bonne qualité.

 Panda ne s’occupe pas que de votre contenu principal… même si l\’architecture du site peut impacter sur le contenu.

Google déteste le bouton Lire la suite pour lire le reste d\'un article

On a connu, il y a encore peu de temps, le phénomène des interstitiels lorsqu’on visite des contenus sur mobile. Et pour dissuader les webmasters et les éloigner de cette pratique, a finalement décidé de déclasser les pages mobiles qui en affichent.

Et comme toujours, ce sont les abus qui finissent par inciter Google à créer des pour freiner les ardeurs des uns et des autres. Aujourd’hui, les projecteurs se braquent sur un phénomène qui commencent à prendre de l’ampleur sur mobile : le clic sur le bouton “Lire la suite”.

on vous présente un bouton labellisé “Lire la suite”.

Vous comprenez alors qu’on vous demande de cliquer sur ce bouton pour déplier la page complète et poursuivre votre lecture de ce même article sur cette même page. C’est abusé, non ?

Sauf que, ce bouton “Lire la suite” n’est jamais placé là de façon anodine. C’est une stratégie pour s’assurer une plus grande visibilité d’une publicité (quelle qu’elle soit) placée juste en dessous du bouton “Lire la suite”.

Selon l’information relayée par Seroundtable, les principaux portes-paroles de Google, que sont Gary Illyes et John Mueller, ont manifesté leur grande désapprobation de cette nouvelle pratique sur mobile.

Non seulement cela constitue une perte de temps pour l’utilisateur, mais c’est aussi une mauvaise expérience utilisateur qui peut être pénalisante.

Toujours est-il, pour répondre à une question sur ce sujet, John Mueller a répondu ce qui suit dans son Tweet :

En d’autres termes :

Ce n’est pas un interstitiel, mais oh combien je déteste ceux-là. Pourquoi pourquoi pourquoi un site veut-il masquer son contenu ?

Et Gary Yllies de rajouter :

Je n’ai jamais compris sa raison d’être. Ça génère plus d’argent ? Ou pourquoi les gens le font-ils ?

Bref, c’est comme cela que ça avait commencé avec les interstitiels. Aujourd’hui, on connaît la suite…

Alors, attention au retour de bâton.

Google supprime l\'opérateur link:votredomaine.com

Google demande aux webmasters et autres référenceurs internet d’arrêter d’utiliser l’opérateur de recherche “link” qui est désormais officiellement “mort”.

Google supprime officiellement l\'opérateur link:votredomaine.com

C’est ce que déclare Searchengineland.com qui aurait reçu officiellement confirmation de la part de , et la suite de cet article vous le démontre aussi.

Continuer à utiliser la commande \ »link:www.VotreNomdeDomaine.com\ » vous affichera au fil du temps () des résultats non pertinents ou approximatifs, pour ne pas dire des résultats erronés.

Mais, en termes de référencement, la commande \ »link:VotreNomdeDomaine.com\ »

Et certains webmasters ont pris l’habitude de se servir de cette commande pour comparer le nombre de backlinks entre 2 ou plusieurs sites ou pages. Car, comme pour toutes les recherches sur Google, le nombre total de résultats (et donc de backlinks potentiels

Déjà au mois de Février 2016, des doutes subsistaient quant à la continuité de cet opérateur \ »link:www.VotreNomdeDomaine.com\ ». Mais, Google avait confirmé que l’opérateur link restait toujours valable sur .

Mais voilà, John Mueller de chez Google vient de répondre à un webmaster en lui recommandant de ne plus utiliser l’opérateur de recherche link.

Voici ce qu\’affichait auparavant la page d\’aide de Google sur les opérateurs de recherche :

Et voici ce qu\’on trouve aujourd\’hui sur cette même page d\’aide :

Copie d\’écran via Google

Vous constatez sur la deuxième copie d\’écran que l\’opérateur \ »Link\ » a disparu de la liste des opérateurs supportés par Google Search. La commande link n’est donc plus officiellement une option de recherche sur Google Search.

Il va donc falloir se tourner, si ce n\’est fait depuis longtemps, vers des outils SEO tiers ou aller dans votre espace Google Search Console pour avoir une idée sur vos backlinks.

SEO : D\'où proviennent les chiffres de recherche de Google Keyword Planner ?

Google Keyword Planner ou l’outil de planification des mots clés de est associé à Google AdWords pour créer des campagnes publicitaires ou développer des campagnes existantes sur le Réseau de Recherche.

Google Keyword Planner

Selon Google, le Réseau de Recherche est un groupe de sites Web liés aux recherches, sur lesquels l’on peut diffuser des annonces :

  • Ces sites Web incluent les qui s\’associent à Google pour diffuser des annonces (les partenaires du Réseau de Recherche).
  • Si vous diffusez des annonces sur le Réseau de Recherche, celles-ci peuvent apparaître à côté des résultats de recherche lorsqu\’une personne recherche vos produits ou services en utilisant des termes liés à l\’un de vos mots clés.
  • Le Réseau de Recherche fait partie du Réseau Google, qui désigne toutes les pages Web et applications pouvant accueillir vos annonces AdWords.

Via Google Keyword Planner, vous pouvez donc rechercher des idées de mots clés et de groupes d\’annonces, obtenir des statistiques historiques, comprendre les résultats qu\’une liste de mots clés est susceptible d\’obtenir et même créer une liste de mots clés en combinant plusieurs listes existantes.

Il s\’agit , d’après Google, d\’un outil AdWords gratuit qui peut également vous aider à définir des enchères et des budgets compétitifs dans vos campagnes.

Malgré ces définitions fournies par Google, il régnerait comme une sorte de confusion quant à savoir d’où proviennent les estimations ou volumes de recherche que Google affiche lors de l’utilisation de son outil de planification des mots clés.

Est-ce exclusivement en fonction des recherches purement organiques via ou est-ce que Google prend-il uniquement en compte le nombre de recherches là où des publicités AdWords s’affichent ?

C’est Glenn Gabe, qui répondait à un utilisateur sur qui nous apporte la réponse après avoir lui même posé la question récemment à John Mueller lors d’un Hangout. John Mueller lui aurait alors répondu qu’il ne sait absolument rien de cet outil publicitaire !

Etant donc considéré comme un outil publicitaire associé à la plateforme publicitaire AdWords, ses données statistiques ne concerneraient donc que les recherches qui déclenchent l’affichage d’annonces AdWords.

C’est ce que dit en substance Glenn Gabe dans un premier Tweet (voir ci-dessous) :

Glenn Gabe écrit :

“J’ai eu à poser votre question lors du Hangout des webmasters. Le planificateur de mots clés d’AdWords est basé sur là où les annonces apparaissent. Pas sur les résultats purement organiques.”

Ce qui voudrait dire que les recherches effectuées via les moteurs de recherche intégré personnalisé des éditeurs AdSense et ceux du Réseau de Recherche (voir plus haut), ainsi que les requêtes via Google Search déclenchant l’affichage des AdWords sont les seules prises en compte pour l’estimation des volumes de recherche dans Google Keyword Planner.

Une requête sur Google Search ne déclenchant pas d\’affichage d\’AdWords ne sera donc pas pris en compte.

Toujours est-il que Glenn Gabe apporte cet autre élément de précision ci-dessous :

En d’autres termes, seul l’outil de Bing Webmaster utilise les données du trafic purement organique pour estimer ses volumes de recherche.

Mise à Jour du 08/07/2016 (14h25) :

Sans doute après s\’être renseigné auprès de l\’équipe en charge de Google Keyword Planner, John Mueller a publité le Tweet rectificatif ci-dessous :

En d\’autres termes, l\’équipe en charge du planificateur de mots clés de Google m\’a renseigné sur leurs données : elles incluent toutes les données de recherche.

Donc, les recherches purement organiques qui n\’affichent pas de publicité AdWords en font partie aussi.

Et John Mueller d\’indiquer, entre parenthèses, que son équipe à lui ajoutera cette information dans les pages d\’aide.