Twitter s\'apprête à lancer de nouveaux outils contre le troll et le harcèlement

Malgré tous ses efforts depuis des années, le troll et le harcèlement demeurent une épine dans le “pied” de Twitter qui cherche encore la solution idoine.

Twitter s\'apprête à lancer de nouveaux outils contre le troll et le harcèlement

Dans une série de Tweets, Ed Ho, Vice President of Engineering chez , a révélé qu’une action a finalement été prise pour lutter efficacement contre le troll et le harcèlement sur Twitter.

Bien qu’il n’aille pas dans les détails, du point de vue de ce que Twitter envisage exactement de faire, il dit que l’on en saura plus puisque les outils seront lancés cette semaine-ci.

Il révèle cependant que le plus important, en plus des modifications pour mettre au silence et bloquer les profils, les nouvelles mesures comprendront des étapes pour empêcher les récidivistes de simplement créer de nouveaux comptes s’ils sont bloqués.

En disant que Twitter devrait être un “endroit plus sûr” et essayer d’assurer les gens que c’est quelque chose qui va être regardé avec “plus d’attention que jamais”, Ed Ho veut dire que Twitter a écouté les critiques et est maintenant prêt à agir.

Il déclare par la suite :

Nous allons déployer un certain nombre de changements dans le produit dans les tout prochains jours. Certains changements seront visibles et d’autres le seront moins.

Mais les changements qui seront lancés ne seront pas la fin de l’histoire. Toutefois, Ed Ho promet :

Lorsque nous lancerons ces changements, ainsi que les autres nouvelles fonctionnalités, nous vous tiendrons informés. Nous voulons vos commentaires, car nous sommes à votre écoute.

Et Jack Dorsey, PDG de Twitter, d’apporter sa contribution aux Tweets de Ho pour dire :

Nous prenons une approche totalement nouvelle contre le harcèlement sur Twitter.

Y compris avoir un dialogue plus ouvert et en temps réel à ce sujet à chaque étape du processus.

Quel sera l\'avenir de Twitter : Stop ou Encore ?

Selon l’agenda public de , il devrait ce jeudi 8 Septembre 2016, à la suite d’une réunion extraordinaire de son Conseil d’Administration, dire s’il va se vendre. Et si oui, à qui il va se vendre.

Twitter joue aujourd’hui à Stop ou Encore...

C’est donc un jour critique pour l’avenir du réseau social Twitter dont on sait qu’il a du mal à convaincre les investisseurs et Wall Street de sa capacité à créer un business modèle pérenne, et donc à être rentable pour de bon.

Alors, toutes les solutions pour sauver le “soldat” Twitter vont être mises sur la table des discussions qui promettent d’être houleuses. Car, il en va de sa survie soit en tant que service indépendant, soit en tant que propriété d’un nouvel actionnaire majoritaire puissant.

Somme toute, tout ceci n’est pas surprenant, tant Twitter a fait par le passé l’objet de rumeurs et autres fantasmes de nombreuses prises de contrôle et d’acquisition. Mais, toutes ces rumeurs renvoyaient in fine vers les investisseurs qui espèrent depuis longtemps que Twitter va bien se trouver un bon acquéreur.

Et c’est là le problème de Twitter : trouver un acquéreur.

Certes, il y a les grands noms de l’internet qui pourraient avoir les moyens de racheter Twitter, tels que , et pourquoi pas le magnat des médias Rupert Murdoch, ou encore 21st Century Fox ou News Corp. Sans oublier d’autres investisseurs privés…

Une vente inéluctable de Twitter ?

Selon le site Recode, alors que les dirigeants de Twitter ont longtemps déclaré qu’il veulent maintenir l’indépendance de Twitter, l’idée d’une vente est devenue plus que plausible après les récents commentaires du co-fondateur et membre du Conseil d’Administration Evan Williams, qui avait également été PDG de l’entreprise avant d’être remplacé par Dick Costolo en 2010.

Lors d’une interview au site Bloomberg, la semaine dernière, Evan Williams, qui en profite pour faire monter les enchères, a déclaré que Twitter a besoin “d’examiner les bonnes options” en ce qui concerne son avenir en tant qu’entreprise indépendante.

Alors que ce commentaire semble anodin venant d’un membre du conseil d’administration, cela n’a pas empêché l’action en bourse de Twitter de faire un bond de 6 points dans la journée après ce propos.

Toujours est-il que trouver un repreneur quand on a la taille et surtout la notoriété de Twitter, ce n’est pas chose facile. Car, racheter Twitter voudrait dire mettre au moins 18 milliards de dollars sur la table.

D’où l’importance de lz réunion du Jeudi 8 Septembre 2016 du Conseil d’Administration de Twitter. Ce qui laisse supposer que Twitter a dû recevoir un certain nombre de propositions de rachat qui vont être scrupuleusement étudiées.

Et, quoique Twitter décide à la fin de la réunion, cela se fera très rapidement. Car le temps presse….

Twitter serait-il en passe d\'héberger du contenu sur sa plateforme ?

Maintenant que et son PDG Jack Dorsey ont publiquement fait savoir leur intention de permettre aux utilisateurs de partager du contenu au-delà de la limite actuelle des 140 caractères par Tweet, il va sans dire que cela ne se fera pas sans conséquence pour les éditeurs.

Twitter serait-il en passe d\'héberger du contenu sur sa plateforme ?

Soyons toutefois réalistes, il est fort probable que la très grande majorité des utilisateurs de Twitter n’ira pas jusqu’à publier des Tweets de 10.000 caractères (la prochaine limite). Loin s’en faut.

Mais, de grands médias, très courtisés actuellement par les plateformes telles que Instant Articles, Snapchat Discover, Apple News ou encore Linkedin Pulse, pourraient aussi être intéressés par cette nouvelle opportunité et en tirer profit.

Mais, selon le site Recode, plus important encore, ce mouvement initié ouvre la voie à Twitter pour réellement héberger du contenu sur sa plateforme et non seulement des liens vers le contenu.

Ce qui confirme bel et bien que nous entrons dans l’ère des plateformes de distribution de contenus, notamment via le mobile.

Et Twitter n’aura pas vraiment à convaincre les éditeurs de contenu qu’il serait opportun d’héberger leur contenu directement sur sa plateforme. Et ce d’autant plus que pratiquement tous les éditeurs, grands médias comme blogueurs indépendants, ont au moins un compte Twitter actif. Voire plusieurs dans certains cas.

Pour Twitter, ce serait aussi une occasion de garder plus longtemps ses utilisateurs dans son réseau social en leur offrant l’opportunité de consommer rapidement le contenu désiré sur place. Ce qui devrait lui permettre de rentabiliser davantage sa plateforme avec des Tweets sponsorisés mieux ciblés. Reste à trouver une formule de partage des recettes avec les éditeurs.

Tout ceci est somme toute logique. A partir du moment où Twitter héberge déjà des contenus vidéos de façon native, pourquoi ne le ferait-il pas pour les contenus textuels ?

Et puis, n’oublions pas le partenariat qui lie désormais Twitter à pour indexer ses contenus en temps réel et les afficher dans les résultats de recherche de Google. Du contenu hébergé sur Twitter signifiera alors une meilleure visibilité sur , comme tout autre contenu d’éditeur référencé sur Google.

Enfin, rappelons que Twitter est partie prenante dans le projet Google AMP et, à ce titre, il devrait indexer et héberger automatiquement toutes les pages dès qu\’un lien de contenu partagé sur sa plateforme en a.

Donc, s’il devait proposer l’hébergement des contenus directement sur sa plateforme, ce ne serait vraiment qu\’une suite logique à l\’extension du nombre de caractères par Tweet au-delà de la limite actuelle…