Google MUM intègre l’IA au coeur des résultats Google

a annoncé que MUM sera intégré à certaines recherches sur . La page de résultats de recherche de Google subit des changements qui introduiront de nouvelles façons de découvrir et explorer des sujets pour certaines recherches. Continuer la lecture de « Google MUM intègre l’IA au coeur des résultats Google »

Microsoft Bing améliore ses fonctionnalités clés avec l’IA

déploie plusieurs mises à jour pour améliorer les fonctionnalités de recherche clés, y compris les suggestions automatiques, les personnes ont également demandé, et des réponses intelligentes.

Bing Search améliore ses fonctionnalités clés avec l’IA

 

Bing améliore plusieurs fonctionnalités de recherche clés avec des mises à jour conçues pour fournir aux utilisateurs un plus large éventail de résultats.

Maintenant, lorsque les utilisateurs recherchent à l’aide de Bing, ils peuvent s’attendre à voir :

  • De meilleures prédictions de suggestions automatiques
  • Plus de recommandations « Les personnes ont également demandé », l’équivalent des “Autres questions posées” de .
  • Des réponses intelligentes dans plus de régions
  • La mise en évidence sémantique dans les extraits de recherche

Chacune de ces mises à jour est rendue possible grâce aux progrès réalisés par Microsoft dans les domaines de la représentation du langage naturel et de la génération de langage naturel.

Voici comment ces mises à jour amélioreront l’expérience de recherche Bing à l’avenir.

 

Meilleures prédictions Autosuggest

Une nouvelle technologie appelée “Next Phrase Prediction” est en cours d’intégration dans la fonction autosuggest de Bing.

Ce que cela signifie pour les utilisateurs, c\’est que Bing est maintenant à même de fournir des suggestions de phrases complètes en temps réel pour les requêtes longues.

Auparavant, l’approche de Bing pour gérer les suggestions automatiques pour les requêtes plus longues se limitait à compléter le mot actuel tapé par l’utilisateur. Maintenant, Bing peut générer des suggestions de phrases pour de longues requêtes avant qu’un utilisateur commence à taper le mot suivant.

Voici quelques exemples de suggestions automatiques que Bing n’aurait pas été en mesure de montrer précédemment.

Voici quelques exemples de suggestions automatiques que Bing n’aurait pas été en mesure de montrer précédemment.

 

En outre, puisque les suggestions de phrases sont générées en temps réel, les résultats Autosuggest ne sont plus limités aux requêtes précédemment saisies.

À la suite de cette mise à jour, la couverture des achèvements Autosuggest augmente considérablement, ce qui améliore l’expérience globale de recherche.

 

Plus de “Les personnes ont également demandé”

peut désormais générer des paires de questions-réponses dans le bloc “Les personnes ont également demandé” (ou \ »Autres question posées\ » sur ) pour les requêtes qui n’ont pas été entrées auparavant :

Nous utilisons un modèle génératif de haute qualité sur des milliards de documents pour générer des paires de questions-réponses qui sont présentes dans ces documents.

Plus tard, lorsque les mêmes documents apparaissent sur la page des résultats des moteurs de recherche (SERP), nous utilisons les paires de questions-réponses générées précédemment pour aider à remplir le bloc “Les personnes ont également demandé”, en plus des questions similaires existantes qui ont déjà été posées.

Cette mise à jour permet une plus grande exploration des résultats de recherche en posant plus de questions au lieu de simplement parcourir les documents.

 

Extension des réponses intelligentes

Microsoft Bing développe des réponses intelligentes dans 100 langues et plus de 200 régions, qui couvrent presque tous les domaines dans lesquels Bing est disponible.

Auparavant, les réponses intelligentes de Bing n’étaient disponibles que dans 13 marchés.

Les réponses intelligentes de Bing sont des réponses rapides similaires à Google avec ses featured snippets. La principale différence est que les réponses intelligentes de Bing ne s’affichent que lorsque la même réponse est sauvegardée par plusieurs sources fiables.

Les réponses rapides de Google, d’autre part, sont tirées d’une seule source.

 

Mise en évidence sémantique dans les extraits de recherche

Microsoft Bing améliore les extraits de recherche sur tous les marchés avec une fonctionnalité appelée “mise en évidence sémantique”. Cette fonctionnalité permet à Bing de mettre en surbrillance (ou mise en évidence) les mots dans les extraits au-delà de la correspondance de mots clés simples.

La mise en évidence sémantique est conçue pour aider les utilisateurs à trouver des informations plus rapidement sans avoir à lire l’intégralité de l’extrait.

Auparavant, la capacité de Bing à mettre en surbrillance les extraits se limitait à correspondre aux mots clés exacts qu’un utilisateur a tapé dans la requête :

La mise en évidence de la réponse dans un extrait est similaire au test de compréhension de lecture automatique de Stanford dans lequel Microsoft a été le premier à atteindre la parité humaine sur la référence.

Avec Universal Semantic Highlighting, nous pouvons identifier et mettre en évidence les réponses dans les extraits, et le faire non seulement pour l’anglais, mais pour toutes les langues.

Ainsi, pour une requête donnée, Bing ne met pas en évidence les mots utilisés dans la requête. Bing met plutôt en évidence la réponse que l’utilisateur recherche. Ce qi est différent du procédé de Google qui tend à mettre en évidence les mots de la requête.

Attendez-vous à des mises à jour similaires à celles-ci à l’avenir alors que Microsoft continue de faire des progrès dans le traitement du langage naturel.

Source: Bing

Comment fonctionnent les écouteurs optimisés pour l\'Assistant Google

Google a téléchargé trois nouvelles vidéos qui détaillent exactement comment utiliser l\’Assistant Google sur des casques audio connectés.

Comment fonctionnent les écouteurs optimisés pour l\'Assistant Google

D’après Androidpolicece mercredi 4 Octobre 2017.

La première vidéo vous montre comment utiliser l’Assistant pour :

  • Ecouter vos notifications,
  • Parler à l’Assistant Google : Maintenez le bouton \ »Assistant Google\ » enfoncé pendant que vous lui dites à qui vous souhaitez envoyer, par exemple, un message.

    Exemple : Envoie à Karine le SMS suivant :

  • Demander à l’Assistant d’effectuer une recherche sur .

vous pouvez envoyer des messages et y répondre sans regarder votre téléphone.

Vous devez toutefois activer les notifications pour écouter vos messages via l\’Assistant Google.

Les deux autres vidéos ci-dessous sont un peu plus thématiquement axées sur le fonctionnement précis de l\’Assistant Google et les systèmes de notification.

L\’Assistant Google vous alerte d\’une notification entrante

Si vous portez vos écouteurs, l\’Assistant vous informe de la réception d\’un message. Appuyez sur le bouton \ »Assistant Google\ » pour écouter le contenu du message.

Pendant que l\’Assistant lit le message ou immédiatement après, durant le compte à rebours sonore, maintenez le bouton \ »Assistant Google\ » enfoncé pour enregistrer une réponse.

Une fois que vous avez terminé d\’enregistrer une réponse, l\’Assistant affiche votre message afin que vous puissiez le vérifier avant de l\’envoyer.

Appuyez sur le bouton \ »Assistant Google\ » pour envoyer le message, maintenez le bouton enfoncé pour le réenregistrer, ou appuyez deux fois pour l\’annuler.

Contrôler des médias

Avec des écouteurs optimisés et associés à l\’Assistant Google sur votre téléphone, vous pouvez écouter et gérer vos contenus musicaux, podcasts et livres audio préférés avec quelques commandes simples.

  • Pour lire ou mettre en pause les médias, Appuyez sur le bouton Lecture/Pause

  • Pour augmenter le volume, Appuyez sur le bouton d\’augmentation du volume

  • Pour réduire le volume, Appuyez sur le bouton de réduction du volume

Maintenez le bouton \ »Assistant Google\ » enfoncé sur vos écouteurs pendant que vous parlez. Exemple : “Mets de la musique rock”.

L\’Assistant Google vous invite alors à sélectionner votre fournisseur de musique la première fois que vous demandez de la musique, puis il commence à lire vos contenus multimédias.

Toutes les fonctions de lecture normales de vos écouteurs restent disponibles lorsque vous utilisez ces derniers.

Facebook s\'attaque aux pages de destination de faible qualité

Il est toujours décevant de cliquer sur un lien intéressant sur Facebook pour constater juste après que la page de destination ne correspond pas à vos attentes et qu’elle est de “mauvaise” qualité.

Facebook fait la chasse aux pages de destination de faible qualité

C’est pourquoi annonce avoir intégré l’intelligence artificielle dans son algorithme de classement pour déclasser ce type de liens partagés sur sa plateforme.

Et pourtant, en Août 2016, Facebook annonçait des mesures contre les titres racoleurs. Sans doute que ces mesures n’ont pas été aussi efficaces que cela.

Toujours est-il que Facebook déclare avoir modifié l’algorithme du News Feed pour déclasser tous les posts partageant des liens de contenu de faible qualité. Tout comme il va refuser les publicités qui pointent vers des pages de destination spammy.

Facebook définit le “contenu de faible qualité” comme étant un “contenu ayant peu de fond et est rempli d’annonces perturbantes, choquantes ou malveillantes”.

Cela inclut les pages de destination hébergeant des publicités en pop-up, des pubs interstitielles, des annonces pour adultes ou encore des annonces accrocheuses mais dégoûtantes pour des produits censés lutter contre le surpoids.

Une initiative qui rejoint en substance ce contre quoi lutte toujours et qu’il espère éradiquer via son navigateur Chrome.

Les fake news toujours dans le viseur de Facebook

Le changement annoncé pourrait aussi aider Facebook dans sa lutte contre les fausses informations ou fake news que leurs auteurs monétisent grâce à la publicité sur leurs sites.

Par conséquent, les sites publiant du contenu de bonne qualité pourront bientôt voir leur trafic référent Facebook augmenter graduellement au cours des mois à venir. Alors que les sites de mauvaise qualité ou de fake news pourront constater une baisse de leur trafic provenant de Facebook.

Le genre de page de destination que Facebook va rétrograder. Image via techcrunch.com

Et, comme dit plus haut, Facebook va aussi faire la chasse aux publicités abusives qui constituent une très faible partie de ses revenus publicitaires. Cela ne devrait donc pas avoir un impact significatif sur les recettes de Facebook.

Ce changement d’aujourd\’hui est important, car si les utilisateurs ne font plus confiance au contenu après avoir cliqué sur un lien, ainsi qu’aux annonces qu’ils voient dans le News Feed, ils risquent de cliquer de moins en moins.

Ce qui pourrait réduire les revenus publicitaires de Facebook et porter atteinte à sa capacité à contrôler le trafic envoyé vers les contenus partagés sur la plateforme.

Et une mauvaise expérience utilisateur sur une page de destination pourrait alors non seulement frustrer les utilisateurs, mais aussi les pousser à abréger leur session Facebook en cours. Ce qui priverait Facebook d’impressions publicitaires supplémentaires, et donc de recettes, sans oublier l’engagement et le partage de contenu qui pourraient aussi en pâtir.

Comment Facebook détecte les pages de faible qualité

Pour implémenter cette mise à jour dans son algorithme de classement, Facebook a examiné des centaines de milliers de pages Web pour identifier celles qui ont un contenu de faible qualité.

Il utilise maintenant ces données recueillies pour entraîner un système d’Intelligence Artificielle qui va scanner en permanence les nouveaux liens partagés dans le fil d’actualité pour trouver ceux qui correspondent à l’échantillon de données sur les contenus de faible qualité.

S’il en trouve, il va les rétrograder dans le News Feed et les empêcher d’acheter des publicités Facebook.

Les paramètres utilisés par Facebook pour identifier les sites comme étant de mauvaise qualité sont :

  1. Un nombre disproportionné de publicités par rapport au contenu. Cela inclut toutes les publicités, et pas les obligations légales telles que les politiques de cookies ou d’accès au contenu privé pour les paywalls.
  2. Mise en avant de contenu sexuellement suggestif ou choquant. Les publicités ne doivent pas comprendre de contenu choquant, irrespectueux ou excessivement violent.
  3. Les pages contenant des annonces malveillantes ou mensongères. Ce qui inclut le contenu interdit.
  4. Utilisation de pop-ups publicitaires ou d’annonces interstitielles (qui affichent une pub plein écran avant d’afficher le contenu désiré sur mobile ou desktop) qui perturbent l’expérience utilisateur.

Google s\'apprête à lancer une nouvelle application sociale

Google aurait développé une nouvelle application sociale qui va permettre à de petits groupes d’utilisateurs d’éditer et organiser ensemble des photos pour leurs prochains événements.

Google s\'apprête à lancer une nouvelle application sociale

Cette nouvelle application sociale (nom pas encore connu) pour le partage de photos a été confirmée par à Techcrunch.com en disant qu’il s’agit de “l’une de leurs expérimentations parmi beaucoup d’autres.”

Selon les sources à l’origine de cette fuite, Google compte lancer cette application sociale lors de son événement I/O en Mai prochain.

Tout comme il l’a fait l’année dernière pour Duo et Allo.

Sans doute que l’annonce cette semaine du lancement de l’application sociale Clips d\’Apple, une nouvelle application pour la création et le partage de vidéos avec du texte, des effets spéciaux, des graphiques et plus encore, sans oublier l’intelligence artificielle, la reconnaissance faciale et la reconnaissance vocale intégrées, a pu jouer en faveur du timing.

Justement, selon Techcrunch, cette nouvelle application serait comme un mélange à la fois de Path, de Snapchat et Google Photos, et va s’appuyer sur la technologie de la reconnaissance d’images de Google.

Il s’agit moins d’une application de messagerie et plus d’une appli à partir de laquelle les utilisateurs vont créer et rejoindre des groupes dédiés au partage de photos. Les mêmes partages de photos qui ont aidé Google+ à se populariser dès son lancement.

N’importe qui pourra télécharger, éditer et marquer les photos partagées avec un groupe, et Google travaillerait à sa sauce magique dans les coulisses pour permettre d’identifier les objets dans les photos,et surtout les étiqueter (libellés), organiser et les rendre plus faciles à trouver à l’avenir.

Il devrait également automatiquement suggérer des modifications et des filtres pour les photos. Tout cela mis ensemble constitue une grande idée pour partager des photos de certains événements ou avec des groupes de personnes qui participent souvent ensemble à des activités.

On peut quand même s’interroger de savoir pourquoi Google ne les intègre pas directement dans qui permet déjà de partager des albums photo, de télécharger, éditer et commenter des photos partagées sur la plateforme ?

C’est probablement qu’il veut investir dans une nouvelle application sociale pour tester ces fonctionnalités et savoir si le public les adopte massivement.

Mais, connaissant Google, si cette nouvelle application connaît le succès escompté, ces mêmes nouvelles fonctionnalités seront à un moment ou un autre intégrées dans Google Photos.

RankBrain a-t-il une influence sur l\'ordre des résultats de Google ?

Ce fut une surprise le jour où avait annoncé que son système RankBrain, doté de l’intelligence artificielle, était désormais son troisième plus important signal de référencement.

Google RankBrain

Par rapport à ce que l’on sait aujourd’hui de RankBrain, c’est qu’il permet à Google d’ajuster effectivement les facteurs de classement déjà existants.

Mais, quelle est réellement son influence sur le classement des résultats de recherche de Google ?

C’est selon Thesempost qui rapporte l’information, ce à quoi a récemment répondu Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google, lors d’un chat . Il a déclaré ce qui suit :

Dans la plupart des cas, RankBrain ne modifie pas l’ordre d’affichage des résultats de recherche de Google que d’autres algorithmes de classement ont déjà déterminé.

Certes, c’est le troisième facteur plus important de classement, mais dans des tonnes de cas, il n’est pas à même de changer l’ordre des résultats.

En d’autres termes, autant RankBrain touche (dans le sens de vérifier par rapport à la requête) aux résultats de recherche, autant il n’influence pas actuellement l’ordre des résultats de recherche dans la très grande majorité des cas.

Par contre, ce que ne dit pas Gary Illyes ni Google lui-même, c’est le pourcentage des résultats que RankBrain change. En dehors du fait qu’il a une forte influence sur 15% des requêtes de recherche que Google n’avait jamais vues auparavant.

Toutefois, selon Thesempost, Gary Illyes aurait précisé par la suite que RankBrain n’est pas là pour remplacer le classement, mais pour aider à mieux comprendre les requêtes des internautes.

Google Photos s\'attaque à Facebook Moments et devient social

A peine le service Facebook Moments vient-il d’être autorisé à se déployer en Europe et au Canada que change de braquet pour lancer de nouvelles fonctionnalités.

Google Photos

Il s’agit donc d’une contre-attaque de Google Photos pour mieux contenir les ambitions de Moments et être plus que jamais social.

Photos introduit donc le support des commentaires et les “ajouts suggérés”. Cette dernière fonctionnalité devrait permettre aux utilisateurs d’ajouter des photos additionnelles dans un album photos partagé qu’ils ont reçu de la part d’un ami.

En fait d’ajouts suggérés, c’est Google Photos lui-même qui va faire des suggestions intelligentes de photos (avec son algo doté de l’intelligence artificielle) à l’utilisateur ayant reçu un album partagé pour l’inviter à ajouter certaines de ses photos pertinentes ou similaires répertoriées à droite de l’album.

Mais, contrairement à Facebook Moments, Google Photos n’utilisera pas la technologie de la reconnaissance faciale. Selon Techcrunch, en tenant compte de facteurs tels que l’heure et le lieu des prises de photos.

Ce qui va alors faciliter ces ajouts suggérés, surtout si vous recevez ces photos bien longtemps après que l’événement ce soit déroulé. Ainsi, vous n’aurez plus à naviguer à l’intérieur de vos propres photos pour chercher les photos à ajouter pour compléter l’album partagé. Google Photos le fait à votre place.

Tout ce que vous aurez à faire, c’est juste valider les photos suggérées qui viendront s’ajouter aux photos de l’album partagé entre amis.

Comme vous le voyez, les albums partagés de Google Photos fonctionnent sensiblement de la même manière que Moments, l’application de partage de photos privées du réseau social Facebook.

Comment autoriser d\’autres personnes à consulter un album

Vous pouvez partager les albums que vous avez créés dans Google Photos. En fonction des autorisations que vous définissez, les autres utilisateurs peuvent effectuer les opérations suivantes : Consulter les albums, Ajouter des photos et Commenter les albums. Pour ce faire :

  • En haut à droite, sélectionnez “Plus” (icône de débordement ou 3 points verticaux).
  • Sélectionnez “Options de partage”.
  • \ »Partager\ »

Vous pouvez à tout moment désactiver cette option “Partager”

Autoriser d\’autres personnes à ajouter des photos à un album

Lorsque vous partagez un album, cette option est activée par défaut. Pour modifier ce paramètre :

  • En haut à droite, sélectionnez “Plus” (icône de débordement ou 3 points verticaux).
  • Sélectionnez “Options de partage”.
  • \ »Collaborer\ ». ()

Google Photos accepte les commentaires

La deuxième fonctionnalité intégrée dans Google Photos concerne les commentaires dans les albums partagés. Ce qui va rendre Google Photos plus social.

Ainsi donc, désormais, les utilisateurs peuvent commenter à la fois sur leurs propres photos et sur les albums.

Et toute personne inviter à consulter un album photos pourra ajouter ses propres commentaires sur chaque photo de l’album partagé et sur l’album lui-même. Ce qui ne fera qu’enrichir les albums de famille en ligne où les membres éloignés pourront commenter à tout va… dans l’application Google Photos.

Mais, sachez que lorsque vous partagez un album, cette option des commentaires est activée par défaut. Pour modifier ce paramètre :

  • En haut à droite, sélectionnez “Plus” (icône de débordement ou 3 points verticaux).
  • Sélectionnez “Options de partage”.
  • \ »Commenter\ ».

Si vous désactiver cette option, les commentaires existants sont conservés, sauf si vous décidez de les supprimer.

TensorFlow : le code open source de l\'intelligence artificielle de Google pour tous

Le machine learning ou apprentissage automatique, qui fait partie de l’intelligence artificielle, permet à des systèmes informatiques de travailler un peu plus comme le feraient des humains.

Google TensorFlow

Aujourd’hui, le machine learning est intégré dans un certain nombre de produits , y compris Google Now, Smart Reply d’Inbox by et le moteur de recherche interne de Google Photos.

Google vient donc d’annoncer qu’il lance TensorFlow et qu’il révéle ainsi publiquement le code source de son nouveau système de machine learning utilisé pour toutes ses technologies récemment créées.

Google déclare que TensorFlow est jusqu’à cinq fois plus rapide que sa technologie de première génération et qu’il a vraiment aidé l’entreprise à améliorer rapidement ses produits.

En proposant TensorFlow en open source, Google espère que le code source de son système de machine learning sera vite adopté par d’autres entreprises, y compris par des universitaires, ingénieurs et amateurs développeurs qui pourraient s’en servir pour créer leurs propres systèmes, sans avoir à faire de trop longues recherches.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez visiter le site TensorFlow.org pour en savoir davantage.

Twitter vient d\'acquérir Madbits, Moteur de recherche d\'images

Twitter rachète Madbits

Clément Farabet  et Louis-Alexandre Etezad-Heydari.

Une annonce qui survient au lendemain des bons résultats financiers de Twitter.

Voici ce que dit Madbits de son rachat par sur son site :

Nous avons créé des prototypes et testé une dizaine de différentes applications et comme nous estimions être prêts à lancer publiquement notre technologie, nous avons décidé de la mettre au service de Twitter, une entreprise qui partage nos ambitions et notre vision et nous aidera à mettre en valeur cette technologie.\ »