WhatsApp permet le transfert d’historique de chat entre iOS et Android

WhatsApp pourrait enfin activer une fonctionnalité qui faciliterait un peu le saut d’ vers pour ses utilisateurs.

WhatsApp permet les transferts d’historique de chat entre iOS et Android

Signalé pour la première fois en Avril 2021, l’outil de migration de chat iOS vers Android de est maintenant mis en ligne. Cependant, tous les utilisateurs de WhatsApp ne pourront pas en profiter.

WhatsApp ajoute donc la possibilité d’apporter votre historique de discussion avec vous lorsque vous passez d’iOS à Android , y compris toutes les notes vocales, les photos et les conversations.

La fonctionnalité longtemps annoncée lors de l’événement de lancement de Samsung et couvrira initialement les transferts d’iOS vers les nouveaux Samsung Z Fold 3 et Samsung Z Flip 3 de la société et d’autres téléphones Samsung « dans les semaines à venir ».

La fonctionnalité longtemps annoncée lors de l’événement de lancement de Samsung et couvrira initialement les transferts d’iOS vers les nouveaux Samsung Z Fold 3 et Samsung Z Flip 3 de la société et d’autres téléphones Samsung « dans les semaines à venir ».

Finalement, la fonctionnalité couvrira tous les transferts entre les téléphones iOS et Android, bien qu’il ne soit pas clair quand elle sera disponible pour tous les appareils.

La nouvelle fonctionnalité devrait aider à résoudre l’un des éléments les plus frustrants de WhatsApp, à savoir qu’il n’a jamais été officiellement possible de transférer votre historique de chat entre les systèmes d’exploitation mobiles.

Si vous choisissez d’utiliser la fonction de sauvegarde dans le cloud de WhatsApp, les historiques de chat iOS sont stockés dans iCloud, tandis que ceux d’Android sont dans Drive, ce qui signifie qu’il n’est possible de transférer vos chats qu’entre des téléphones exécutant le même système d’exploitation.

La nouvelle fonctionnalité transfère les historiques de chat à l’aide d’un câble Lightning vers USB-C physique plutôt que de les envoyer via Internet.

Malheureusement, si vous avez transféré entre iOS et Android dans le passé et que vous avez deux sauvegardes cloud distinctes, la nouvelle fonctionnalité de transfert ne les fusionnera pas en un seul historique de discussion.

Au lieu de cela, WhatsApp dit que si vous l’utilisez pour migrer votre historique de discussion, puis le sauvegarder, il écrasera toutes les sauvegardes existantes.

WhatsApp affirme que la nouvelle fonctionnalité permettra les transferts d’iOS vers les nouveaux pliables de Samsung dans un premier temps, et qu’elle permettra des transferts vers des appareils Samsung fonctionnant sous Android 10 et plus « dans les semaines à venir ».

Il a refusé de dire quand la fonctionnalité pourrait arriver pour les téléphones Android non Samsung ou quand elle autorisera les transferts Android vers iOS.

Source : Theverge

Infographie de l\'hébergement Web

L\’hébergement Web

Infographie de l\'hébergement Web pour mieux comprendre

Les sites Web sont hébergés, ou stockés, sur des ordinateurs spéciaux appelés serveurs.

nom de domaine dans leur navigateur. Leur ordinateur ou mobile se connectera ensuite à votre serveur et vos pages Web leur seront transmises par le biais du navigateur.

pour ne pas dire exigentvous aideront à en acheter un.

Si vous décidez de créer et héberger votre site Web

Les différents types de serveurs d\’hébergement internet

En général, il existe 4 différents types de serveurs d\’hébergement : Mutualisé, Serveur Virtuel privé (VPS), serveur dédié et hébergement cloud.

Bien que tous les types de serveurs agiront comme un centre de stockage pour votre site Web, ils diffèrent dans la quantité de capacité de stockage, le contrôle, l\’exigence de connaissances techniques, la vitesse du serveur et la fiabilité.

Allons plus loin et regardons les principales différences entre un hébergement mutualisé, VPS, dédié et Cloud.

  1. Hébergement mutualisé :

    Qu\’est-ce que l\’hébergement mutualisé ? Dans l\’hébergement partagé ou mutualisé, le site Web est placé sur le même serveur que de nombreux autres sites, allant de quelques dizaines à des centaines ou des milliers de sites différents.

    En général, tous les noms de domaine peuvent partager un pool commun de ressources serveur, telles que la RAM et le CPU.

    Comme le coût est extrêmement faible, la plupart des sites Web ont des niveaux de trafic modérés en cours d\’exécution et des logiciels standard sont hébergés sur ce type de serveur.

    L\’hébergement mutualisé est également largement accepté comme option d\’hébergement de niveau d\’entrée, car il nécessite des connaissances techniques minimales.

    Inconvénients :

    • Aucun accès root,
    • Capacité limitée à gérer des niveaux de trafic élevés ou des pics,
    • Les performances du site peuvent être affectées par d\’autres sites sur le même serveur.
  2. Hébergement sur serveur dédié :

    Qu\’est-ce que l\’hébergement dédié ? Un serveur dédié offre le contrôle maximal sur le serveur Web sur lequel votre site est stocké.

    Vous louez en exclusivité un serveur entier. Votre (vos) site (s) est le seul site Web stocké sur le serveur.

    Caractéristiques :

    • Ce type de serveur est fourni avec une plus grande puissance,
    • Un coût beaucoup plus élevé qu’avec le serveur mutualisé, même si l’abonnement est généralement mensuel.
  3. Hébergement Virtual Private Server (VPS) :

    Qu\’est-ce que l’hébergement VPS ? L’hébergement d\’un serveur virtuel privé divise un serveur en plusieurs autres serveurs virtuels, où chaque site est hébergé comme sur son propre serveur dédié, mais il partage en fait le serveur avec quelques autres utilisateurs différents.

    Les utilisateurs peuvent avoir l\’accès root à leur propre espace virtuel et un meilleur environnement d\’hébergement sécurisé avec ce type d\’hébergement. C’est plus destiné aux sites Web qui ont besoin d\’un plus grand contrôle au niveau du serveur, mais ne veulent pas investir dans un serveur dédié.

    Inconvénients :

    • Capacité limitée à gérer des niveaux de trafic élevés ou des pics,
    • Les performances de votre site peuvent encore être quelques fois affectées par d\’autres sites sur le serveur.
    • Coûts supplémentaires pour ceux qui ont besoin d\’une personnalisation de serveur supplémentaire ou d\’un logiciel spécial.
  4. Cloud Hosting :

    Qu\’est-ce que le Cloud Hosting ? Le Cloud Hosting ou hébergement cloud offre une capacité illimitée pour gérer des pics de trafic ou de trafic élevés.

    Voici comment cela fonctionne : un ensemble de serveurs (appelé nuage ou cloud) travaillent ensemble pour héberger un groupe de sites Web. Cela permet à plusieurs ordinateurs de travailler en commun pour gérer des niveaux de trafic élevés ou des pics pour un site Web particulier.

    Inconvénients :

    • De nombreux services de Cloud Hosting n\’offrent pas d\’accès root (requis pour modifier les paramètres du serveur et installer certains logiciels),
    • Des coûts plus élevés sont à prévoir,
    • Les utilisateurs d’hébergement Cloud sont généralement facturés par utilisation.

Comment choisir le bon hébergeur pour votre site Web ?

Il y a des centaines de questions que vous pourriez poser à votre hébergeur Web potentiel.

Et en obtenant les réponses à ces questions avant de vous engager, vous devriez avoir une image claire de ce que vous recevrez, ce que le prestataire offre sur le long terme, comment il traite ses clients (disponibilité du support et moyens de contact) et s’ils sont une entreprise en qui vous pouvez avoir confiance et avoir vraiment envie de travailler avec.

Voici quelques questions que vous pouvez poser.

  • Quel est le taux de disponibilité mensuelle moyen ?

    Est-ce que vous obtiendrez une garantie de disponibilité dans un contrat écrit ? Plus la garantie de disponibilité est élevée, mieux c\’est. Avec la technologie du cloud, quelques services d\’hébergement garantissent 100% de disponibilité de nos jours.

  • Combien ça coûte ?

    Il n\’y a aucune raison d\’aller plus loin si vous êtes incapable de payer un tel service.

  • Où sont situés physiquement les serveurs d’hébergement ? Pouvez-vous choisir l\’emplacement de votre serveur ?

    Un serveur plus proche de vos utilisateurs permet à votre site Web de charger plus rapidement pour eux.

  • Quel niveau de support technique ou client est offert ?

    Un support client ou technique par téléphone ou par chat disponible 24/7 est à privilégier plutôt qu’un support par email. Vous pourrez ainsi facilement résoudre tout problème technique urgent qui pourrait survenir.

  • Quel type d\’aide à l\’installation est inclus sans frais supplémentaires ?

    La migration ou l\’installation du site pour vous peut être un gain de temps énorme, surtout si vous n\’êtes pas familier avec les serveurs/Hébergement de site Web.

  • Quels sont les termes et les tarifs de renouvellement ?

    Sachez que si vous êtes un abonné pour la première fois, vous devrez probablement vous inscrire à un tarif réduit que pour les changements lorsque vous renouvelez votre contrat. Assurez-vous d’être bien informés pour les années à venir, surtout s’il y a des changements de tarifs en cours de contrat.

  • Quel types d’évolutions potentielles existe-il ?

    Par exemple, si vous démarrez avec un plan de serveur mutualisé, êtes-vous en mesure de développer votre espace plus tard ou même de passer à un environnement de serveur dédié?

    Ou, est-ce que le fournisseur que vous envisagez se spécialise dans un environnement ? Aussi, découvrez quels sont leurs protocoles de mise à niveau du serveur. Par exemple, sont-ils en mesure de mettre à jour et de mettre à niveau leurs serveurs sans temps d\’arrêt ? Si oui, comment ? Pendant quelles heures du jour/nuit font-ils ces mises à jour ?

  • Quelle est la politique de l\’entreprise si vous avez besoin de changer votre configuration d\’hébergement à mi-contrat ?

    Par exemple, si vous démarrez dans une configuration de serveur mutualisé et que vous devez passer à un environnement dédié ou VPS pendant la durée de votre contrat, est-ce autorisé ? Y a-t-il des pénalités ou des frais de migration ?

  • Si vous êtes à la recherche d\’un plan d\’hébergement illimité, qu’est-ce que cela signifie exactement ?

    Sachez que tous les plans illimités ont des limitations. C’est juste une question pour savoir ce que sont ces limitations.

  • Le prestataire d’hébergement Web offre-t-il un essai gratuit ?

    Presque chaque fournisseur offre au moins un essai gratuit allant de 15 à 30 jours, mais certains offrent des délais plus longs. Gardez vos yeux et vos oreilles ouverts et profitez de la période sans engagement pour tester chaque facette du service.

Les chiffres de l’hébergement Web aujourd’hui

Infographie via W3techs.com

  1. Top 10 des langues de tous les sites Web :
    • Anglais : 51.3%
    • Russe : 6,8%
    • Allemand : 5,6%
    • Japonais : 5,4%
    • Espagnol : 5,1%
    • Français : 4,1%
    • Portugais : 2,6%
    • Italien : 2,4%
    • Chinois : 2,1%
    • Polonais : 1,7%
  2. Quels logiciels CMS utilisent les sites Web (voir classement ici) ?
    • 51% n’utilisent aucun logiciel CMS
    • se classe largement en tête.
  3. de l’hébergement sécurisé :
  4. Popularité du langage PHP en 2018 :
    • 83% des sites Web utilisent le PHP.
    • 88% de ces sites utilisant le PHP utilisent la version 5
    • 11% de ces sites utilisant le PHP utilisent la version 7
    • 1% de ces sites utilisant le PHP utilisent des versions plus anciennes (sans doute des sites abandonnés).
  5. Les serveurs Web les plus populaires en 2010 et 2018 :
    • : 10% en 2018 contre 21% en 2010 (en forte baisse)
    • Nginx : 37% en 2018 contre 4% en 2010  (en forte croissance)
    • LiteSpeed : 3% en 2018 contre 1% en 2010
    • Apache : 48% en 2018 contre 72% en 2010 (en forte baisse)

Facebook s\'attaque à Google Bulletin en favorisant les news locales

La bataille des news se déplace désormais sur le marché du local. Certaines applications sociales avaient commencé à s’y intéresser de plus près (Snap Maps, Moments, etc). Et maintenant, ce sont les deux géants du Net que sont Facebook et Google qui ont décidé de s’affronter sur ce créneau.

Facebook contre-attaque Google Bulletin en priorisant les news locales

Ainsi, quelques jours à peine après que Google a dévoilé son outil Bulletin pour faire de chaque citoyen un journaliste de proximité partageant des infos locales, annonce à son tour que les news locales constituent désormais une priorité dans le fil d’actualité.

Après donc avoir, dans un premier temps, dit qu’il priorisait les messages entre amis et proches et les groupes, puis, dans un deuxième temps, annoncé qu’il favorisait les posts des éditeurs fiables dans le fil d’actualité, cette autre annonce de Mark Zuckerberg pour remanier le News Feed constitue le 3ème étage de sa fusée.

Les sources d’informations locales sont donc maintenant aussi prioritaires dans votre fil d’actualité sur Facebook.

La nouvelle fonctionnalité révélée début Janvier permettra de faire remonter plus haut les posts qui sont cliqués par les utilisateurs dans un périmètre local, ainsi que les localités aux alentours.

Le contenu sera également prioritaire lorsque les utilisateurs suivront ou partageront des articles provenant de publications spécifiques.

Mark Zuckerberg a abordé le changement dans un post sur sa propre page :

Beaucoup de gens m\’ont dit qu\’ils pensaient que si nous pouvions baisser la température sur les questions plus conflictuelles et plutôt nous concentrer sur des questions locales concrètes, alors nous ferions tous plus de progrès ensemble.

Les informations locales aident à bâtir une communauté, à la fois en ligne et hors ligne. C\’est un  fait important de faire en sorte que le temps que nous passons tous sur Facebook soit bénéfique.

La nouvelle fonctionnalité prioritaire dans le News Feed commencera d\’abord aux Etats-Unis.

Après tout, une version hyperlocale et décentralisée du fil d’actualité de Facebook pourrait en fin de compte avoir l\’effet de nouvelles sources de polarisation si elle n\’est pas équilibrée avec une plus large couverture des news nationales.

C\’est pour quoi Mark Zuckerberg précise :

Cette mise à jour ne peut pas prendre en compte tous les petits éditeurs ou les éditeurs de niche au début, mais nous travaillons pour améliorer la précision et la couverture au fil du temps.

Tous nos efforts visant pour réduire les fausses informations (fake news), la désinformation, le clickbait, le sensationnalisme et les faux comptes s\’appliquent toujours.

Au final, et Facebook ont deux approches différentes (citoyens reporters pour Google et éditeurs locaux pour Facebook) pour intéresser leurs auditoires avec des actualités locales.

Mais les objectifs sont les mêmes. Etre au plus près du terrain local pour recueillir le plus de data possible, tout en essayant de réduire au maximum les fausses informations.

Comment corriger ou réparer l\'erreur 404 ?

Lorsque les visiteurs suivent des liens hypertextes

Comment corriger ou réparer l\'erreur 404 ?

Les liens brisés ne sont pas seulement mauvais pour l\’expérience utilisateur

Qu’est-ce que les liens brisés affectent ?

La page d’erreur 404 ne frustre pas uniquement les moteurs de recherche et les utilisateurs. Elle aura aussi une incidence sur votre entreprise elle-même.

  1. Votre chiffre d’affaires :

    En plus de perdre des revenus, vous perdrez aussi des clients. Un client potentiel qui ne trouve pas la page de conversion est une personne qui pourrait faire savoir à son entourage et sur les réseaux sociaux (par exemple) la mauvaise expérience vécue sur votre site.

    Et au final, ce n’est pas un seul client potentiel que vous aurez perdu, mais beaucoup d’autres.

    Après tout, vous ne voudriez pas perdre votre temps et effort pour créer votre site Web

  2. Votre taux de rebond :

    La page d\’erreur 404

    Le taux de rebond est mesuré par la quantité de temps (durée

    va au fil du temps générer un taux de rebond plus élevé.

    Lorsque les moteurs de recherche constatent un taux de rebond élevé sur votre page, ils vont brandir un carton rouge

    Par conséquent, il est très important de garder les visiteurs satisfaits quand ils visitent votre site en .

  3. Votre classement :

    Comme mentionné ci-dessus, le taux de rebond peut provoquer un mauvais classement dans les pages de résultats.

    Un autre facteur qui aura une incidence sur votre , c’est de voir votre page non indexée lors de l’exploration de Googlebot. Google utilise ses robots pour explorer votre site en entier afin de recueillir des informations précieuses sur la thématique de votre page.

Les liens sortants brisés

Et vous pourriez ne pas savoir que le contenu lié a été supprimé ou déplacé sur le site externe.

Lorsque votre site a des liens sortants brisés, c’est un mauvais signal à la fois pour vos utilisateurs et votre référencement. Googlebot explore le Web en allant de liens en liens pour collecter des données sur chaque page.

Veillez à vérifier régulièrement vos liens sortants pour vous assurer que vous ne redirigez pas les lecteurs (ou les bots) vers les pages brisées.

Comment vérifier et analyser vos liens sortants morts

Si vous avez un petit site, cette vérification des liens morts pourra se faire manuellement via l’extension Chrome “Check My Links” pour examiner manuellement chaque page de votre site et effectuer des contrôles individuellement pour détecter les liens brisés.

Cet outil vous aidera à découvrir à la fois les liens internes (liens de votre propre site) et les liens externes (liens vers d’autres sites

Si vous avez un gros site, il ne sera probablement pas possible de vérifier manuellement chaque page pour découvrir les liens brisés. Dans ce cas, il vaut mieux investir dans des vérificateurs de liens morts payants tels que Ahref ou Semrush qui peuvent vous aider à trouver des liens cassés en vrac sur votre site.

Vous pouvez aussi utiliser Broken Link Checker qui est un outil gratuit parfait si vous avez un site de moins de 3000 pages. Au-delà de 3000 pages, une contribution vous sera demandée.

Vous entrez votre , vous sélectionnez “Report distinct broken links only” et vous cliquez sur le bouton “Report distinct broken links only” après avoir saisi le code de vérification affiché.

Le résultat s’affiche au bout de quelques minutes dans un tableau avec, s’il y en a,cliquez sur URL pour le lien de votre page) et de destination (cliquez sur SRC pour le lien de la page pointée).

A vous d’aller le corriger ou le supprimer dans la page d’origine sur votre site.

Liens internes morts et pages d\’erreurs 404

Les liens internes se rapportent à des liens qui vont d\’une page de votre site Web vers une autre page de votre site Web. Ces liens sont ceux sur lesquels vous avez le plus de contrôle.

Une erreur 404 se produit lorsque le contenu de votre site a été supprimé ou déplacé sans aucune redirection appropriée mise en place pour rediriger les visiteurs vers la page correcte.

Il est important de comprendre que l\’une des façons pour les moteurs de recherche d’explorer et indexer les sites est de visiter leurs liens. S\’il y a des liens morts sur votre site Web, ils peuvent arrêter l’exploration de votre site, ainsi que l\’indexation de vos pages.

Et les pages d’erreur 404 encouragent les utilisateurs à quitter votre site et passer au site suivant plutôt que d’y rester en espérant trouver l\’information dont ils ont besoin à partir d\’une page cassée pourtant visitée.

Lorsque les utilisateurs tombent sur des pages inexistantes ou déplacées sur votre site, cela peut affecter votre ratio d’utilisateurs habituels et affecter les taux de conversion de votre site Web.

Pour trouver les pages erreur 404 sur votre site résultant des liens internes cassés, vous pouvez utiliser l’outil Broken Link Check ou l’extension Chrome “Check My Links”, tous deux cités plus haut.

3 façons d\’éviter et fixer les pages d’erreur 404

  1. Mettez à jour plutôt que de supprimer le contenu : Au lieu de supprimer des pages, essayez de mettre à jour ou actualiser le contenu. Cela permettra d\’éviter les pages 404 indésirables évitables qui peuvent résulter de la suppression du contenu avec lequel d\’autres pages sont en liaison (liens vers votre site).
  2. La redirection 301 pour envoyer les visiteurs vers une nouvelle page : Si le contenu existe toujours sur votre site, mais a simplement changé d\’emplacement, ou s\’il y a eu une mise à jour de la structure de votre URL, alors redirigez les visiteurs vers la nouvelle page en utilisant la redirection 301.
  3. Contactez le webmaster et demandez que le lien soit mis à jour : si l\’erreur 404 se produit parce qu\’un site externe à pointer un lien vers votre contenu à l\’aide d\’une URL incorrecte, vous pouvez être en mesure de résoudre le problème en contactant et en demandant une mise à jour à l\’auteur du contenu externe ou au webmaster du site externe.

Alors que Google affirme qu’avoir des pages d’erreur 404 ne nuira pas nécessairement à votre référencement, elles peuvent gravement nuire à l\’expérience utilisateur qui peut entraîner des performances médiocres telles que des taux de rebond plus élevés.

Les moteurs de recherche essaient tant que faire se peut d\’améliorer constamment l\’expérience utilisateur. Alors, une bonne règle de base est que si c\’est mauvais pour l\’utilisateur, ce n\’est probablement pas bon non plus pour votre .

Google veut aider les éditeurs de contenu à gagner plus d\'argent

Google expérimente actuellement de nouveaux outils conçus pour augmenter les abonnements payants ou les inscriptions pour les éditeurs de news afin que ceux-ci retournent sur Actualités.

Google veut aider les éditeurs de contenu à vendre plus d\'abonnements

En d’autres termes, Google veut leur faire gagner plus d’argent avec leurs articles en ligne.

Il suit ainsi une même initiative lancée plus tôt par Facebook qui tendrait cependant à faire adopter son format Instant Articles par les éditeurs qui n’y trouvaient pas leurs comptes en termes de via la publicité en ligne sur .

Depuis l’année dernière, de nombreux éditeurs ont reproché à Google de permettre l’accès à leurs cachés contenus derrière un paywall alors que ceux-ci étaient réservés à leurs abonnés payants.

Et la pression des éditeurs de presse en Europe n’a jamais faibli depuis, et certains ont même intenté des procès perdus contre Google. Ce qui avait alors poussé Google à ouvrir Google News à tous les sites et blogs.

Des efforts ont été finalement consentis par Google qui a alors proposé son programme “Premier Clic Gratuit” (First Click Free) grâce auquel les utilisateurs pourraient accéder à d\’autres contenus de news protégés par un abonnement depuis les résultats de recherche, avec l\’intention d\’améliorer les perspectives pour les revenus d\’abonnement.

La fonctionnalité AMP est également un effort de Google pour améliorer la performance des articles de news et autres sites d’éditeurs de contenu sur les appareils mobiles.

Et la récente refonte de Google Actualités est en partie destinée à mettre en valeur et rendre le contenu de l\’éditeur de news plus facilement découvrable.

Les initiatives à venir de Google

Bloomberg rapporte aujourd\’hui que Google est décidé à aider les éditeurs à augmenter leurs revenus d\’abonnement.

Et ce, grâce à la réorganisation du premier clic gratuit (réduction du nombre d\’articles quotidiens), l\’activation des paiements et le recrutement d\’abonnés. Selon Bloomberg :

La dernière incursion de Google arrive sur 3 fronts. Le premier est une refonte de son dispositif, appelé \ »First Click Free\ » ou “Premier Clic Gratuit\ », qui permet aux lecteurs d\’accéder à des Articles réservés aux abonnés depuis les pages de résultats de recherche.

Google explore également de nouveaux outils pour les éditeurs autour des paiements en ligne et ciblant les abonnés potentiels.

Tout cela fait partie d’un effort plus important de Google pour garder les consommateurs et encourager les créateurs de contenu à retourner sur le Web (plutôt que d’aller sur des réseaux sociaux comme Facebook, ndlr). C’est une stratégie très cruciale et vitale pour la rentabilité de ses annonces publicitaires.

Pour rappel, le Premier Clic Gratuit est une collaboration entre Google et certains services disponibles sur abonnement pour faire en sorte que la toute première consultation d\’un article du site concerné par un utilisateur de (identifiable par l\’URL de provenance) puisse se faire sans abonnement.

Ainsi, les utilisateurs peuvent lire le premier article sans abonnement. En revanche, ce n\’est plus le cas lorsqu\’ils cliquent sur un lien figurant sur la page de cet article : ils sont alors invités à se connecter ou à s\’abonner au site d\’actualités.

Les éditeurs de Google Actualités peuvent limiter le nombre d\’articles gratuits auxquels un lecteur de Google Actualités peut accéder via le modèle de type \ »Premier clic gratuit\ ». Toutefois, un utilisateur en provenance du domaine [*www.google.*] ou [*news.google.*] doit pouvoir consulter au moins 3 articles par jourdixit Google.

Comme les revenus publicitaires des éditeurs de contenu, et surtout des grands médias, sont en chute libre, ils seraient tentés de trouver d’autres moyens de monétiser leurs plateformes en dehors de Google Actualités. D’où l’effort pressant de Google pour les retenir.

Ainsi, concernant le programme “Premier Clic Gratuit”, Google teste des manières de réduire l\’exigence citée plus haut afin que ce premier clic gratuit fasse partie de la limite des 3 clics au total. Et donc qu’il ne soit plus gratuit pour les lecteurs de Google News.

Et même qu\’on pourrait n\’autoriser la consultation que de 2 articles, tout au plus, en provenance de et Google Actualités.

Les résultats d\'une étude sur les facteurs du référencement local en 2016

Comme chaque année, Local Guide a réalisé et présenté les résultats de son enquête 2016 sur les critères qui ont aujourd’hui un impact important sur le référencement local.

Le référencement local en 2016

facteurs qui aident ou améliorent la visibilité lors des recherches locales.

Cependant, il est important de retenir, selon SEO Local Guide, que les résultats de cette étude révèlent les corrélations, et non les causalités. L’étude a en effet identifié les caractéristiques des sites qui se classent bien, mais elle ne dit pas que ces caractéristiques sont définitivement des facteurs de classement.

Méthodologie de l’étude sur le SEO local

L’étude a assemblé des données provenant de plus de 100 facteurs différents de classement pour analyser 30.0003.000 recherches locales.

Les facteurs analysés dans l’étude incluent les fiches Google My Business, les facteurs d’ interne du site Web, les facteurs locaux externes (y compris les citations) et les backlinks.

Les outils d’analyse des liens de Majestic et Moz ont été utilisés pour collecter les métriques des liens.

L’étude visait à identifier les facteurs qui sont importants dans le Pack Local à 3 résultats de Google et les résultats de Google Maps pour que les propriétaires d’entreprises puissent avoir des données indiquant où concentrer leurs efforts d’optimisation, dans le but d’améliorer leurs performances de recherche locale.

Les résultats ont prouvé que pour réussir dans la recherche locale, le marketeur doit faire attention aux domaines pas habituellement pris en compte dans la recherche locale, à savoir l’optimisation interne du site Web et les liens.

Variables ordinales et catégorielles

En statistique, on qualifie d\’ordinale une variable qualitative pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu (parfois qualifiée de catégorie ou de modalité) est numérique.

très mauvais) à +2 (excellent), en passant par zéro (indifférent).

Et la variable catégorielle (on dit aussi qualitative) est une variable pour laquelle la valeur mesurée sur chaque individu ne représente pas une quantité. Les différentes valeurs que peuvent prendre cette variable sont appelées les catégories, modalités ou niveaux.

L’étude de SEO Local Guide a donc segmenté les facteurs de classement en variables ordinales et catégorielles. Les variables ordinales sont basées sur des facteurs numériques et les sites ayant des valeurs plus élevées pour ces facteurs obtiendraient un ranking plus élevé.

Les variables catégorielles étaient identifiées par oui ou non pour savoir si une entreprise avait des caractéristiques bien notées. Et si c’était oui, elle obtenait un classement plus élevé.

Le tableau ci-dessous indique les facteurs inclus en tant que variables catégorielles (habituellement un test oui/non) pour divers facteurs de classement, pour classer en fonction du poids apparent.

Image via Seolocalguide.com

Plusieurs de ces facteurs entrent dans le domaine des fondamentaux du SEO ou de ceux de Google My Business qui sont les meilleures pratiques de référencement de base, et sous le contrôle du propriétaire du site.

Par exemple, les facteurs de Google My Businessces facteurs permettent de différencier votre site de ceux qui ne prennent pas en compte ces simples étapes de base.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’il est utile de consacrer un peu de temps pour construire un profil My Business solide.

Les avis locaux sont extrêmement importants

Selon SEO Local Guide, deux des principaux critères de sont les avis locaux et le nombre de consultations de la page My Business (qui serait plus une corrélation qu’un facteur selon l’étude, les pages les mieux classées ayant plus de consultations que les autres).

Les avis locaux sur les pages My Business seraient donc en tête de la liste des facteurs. Les sites avec le plus d’avis, tout comme lors des recherches avec Google Allo, devancent les autres entreprises.

Sans doute que les sites avec des avis de consommateurs obtiennent plus de clics, mais le fait que les sites avec des avis se classent tout en haut est une forte indication que les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles ont des avis, surtout positifs, en grande quantité.

Un autre facteur important de Google My Business, noté par l’étude, est la présence des photos. Ce facteur s’élève à la huitième position, suivi de près par le compte vérifié et les heures d’ouverture de l’établissement.

Une fois de plus, prendre le temps pour construire un profil Google My Business de qualité est considéré comme un signal positif.

Les facteurs organiques traditionnels

Les résultats de l’étude ont confirmé ce que beaucoup de personnes dans le domaine de la recherche locale ont suspecté depuis belle lurette, et surtout depuis le lancement de Google Pigeon. A savoir que Google utilise désormais les mêmes facteurs organiques de son algorithme de classement traditionnel pour les appliquer à la recherche locale.

Les activités qui profitent au référencement organique bénéficient également à la recherche locale.

Les backlinks, en particulier, se sont avérés être un facteur important dans le SEO local, avec diverses métriques qui positionnent les liens dans les 10 meilleurs facteurs de classement sur 15.

Les liens ont longtemps été considérées comme un facteur majeur de classement pour la recherche organique normale. Dorénavant, les entreprises locales doivent faire attention au profil de leurs liens comme dans la recherche régulière.

D’autres facteurs organiques à ne pas ignorer : avoir un site sécurisé via HTTPS, utiliser modérément des mots clés dans les textes d’ancrage, et avoir des mots clés dans le titre sont considérés comme des caractéristiques positives dans le classement local.

De même, avoir un mot clé dans le nom de l’entreprise serait un signal très fort, à condition de ne pas en abuser.

Autre remarque mentionnée par l’étude de SEO Local Guide, c’est que le site mobile-friendly (compatible avec le mobile) est maintenant le troisième plus grand facteur catégoriel.

Au final, l’étude a révélé que les entreprises locales ont besoin d’aller au-delà de la seule page Google My Business et des citations locales.

Et puisque les meilleures pratiques de référencement naturel font partie du classement local des sites, les entreprises locales devraient s’assurer qu’elles consacrent du temps pour améliorer leurs sites Web si elles veulent rester compétitives dans la recherche locale.

L\'UE veut que Google et Facebook reversent de l\'argent aux éditeurs de news

L\'UE veut que Google et Facebook reversent de l\'argent aux éditeurs de contenus


Et ce, en échange de l’utilisation de leur contenu, selon des règles européennes proposées qui visent à consolider les revenus des entreprises de médias qui s’effondrent.

Selon The Guardian qui rapporte l’information, ces mesures font partie d’une série de réformes que la commission européenne a l’intention de soumettre à la consultation dès ce mois de Septembre 2016.

Elles sont conçues pour renforcer les droits de ceux qui créent et investissent dans le contenu original, des auteurs et musiciens aux maisons de disques, aux créateurs de vidéo et aux éditeurs.

La commission tente, sous la pression croissante des éditeurs européens, de remettre à niveau le marché. En effet, selon l’UE, et bénéficient d’une grosse part de l’argent de la publicité en ligne, alors que les revenus des éditeurs de médias ont chuté malgré leur lectorat en ligne qui est en pleine expansion.

Dans les propositions de ce projet énonçant ses options favorites, la commission européenne déclare :

La viabilité des industries d’édition dans l’Union Européenne peut être en jeu, avec le risque d’autres conséquences négatives sur le pluralisme des médias, du débat démocratique et de la qualité de l’information.

Selon toujours l’UE, les géants du Net “ont une forte position de négociation” qui “rend difficile pour les éditeurs de contenus de négocier avec eux sur un même pied d’égalité”.

C’est pourquoi Bruxelles cherche à donner aux éditeurs de médias le droit exclusif de mettre leur contenu à la disposition du public et de le reproduire sous forme numérique.

En d’autres, cela signifie que la société mère de Google, Alphabet, pourrait faire face à des demandes des éditeurs à payer une redevance pour utiliser des extraits de leurs articles dans des services comme Google Actualités.

La protection, appelée “droits voisins”

éphémère) des news.

On attend maintenant de savoir quelle suite sera donnée à ce projet de la Commission Européenne visant à faire payer les acteurs du Net pour le référencement des contenus des grands médias. Et surtout, quelle pourrait être la riposte de Google et Facebook en la matière, qui contribuent largement à la popularisation gratuite des contenus de ces mêmes grands médias.

Affaire à suivre …

Facebook permet de Partager une citation d\'un article en un seul clic

propose une nouvelle fonctionnalité qui devrait aider les éditeurs de contenus et les développeurs d’applications à faire partager facilement une citation extraite de leur contenu.

Facebook permet de Partager une citation d\'un article en un seul clic

Il arrive souvent qu’on partage un article, notamment via le mobile, sans avoir envie de saisir du texte ou même de copier un extrait du texte et d’aller le coller dans le champ de partage Facebook.

Avec la fonctionnalité “Partager la citation”, les utilisateurs de Facebook pourront, depuis n’importe quel contenu sur le web ou le mobile, utiliser facilement un extrait comme commentaire du lien partagé.

Pour ce faire, ils n’auront qu’à surligner (sélectionner) un court extrait qui fait sens pour voir s’afficher le bouton ci-dessous avec la mention “Partager la citation”.

Il suffira alors de cliquer sur ce bouton interactif pour partager le lien du contenu avec cet extrait de contenu sélectionné directement sur votre compte Facebook.

Bien entendu, vous pouvez, en plus de cet extrait de texte utilisé comme citation, ajouter votre propre commentaire avant partage sur Facebook.

Dans le fil d’actualités, le post s’affichera en tant que citation avec un lien pointant vers l’URL originale ou la source.

Comment ajouter le plugin “Partager la citation”

Avec le plugin Partager la citation, vous pouvez autoriser les personnes à surligner du texte pour le faire apparaître comme citation avec un lien partagé. Vous pouvez également prédéfinir une citation, par exemple une citation isolée dans un article, afin qu’elle apparaisse avec le lien partagé.

Dans ces deux cas, la citation apparaît dans un champ qui lui est propre, séparé des commentaires de l’utilisateur.

Vous aurez besoin d’ajouter 3 bouts de codes dans votre code source pour permettre à vos utilisateurs de sélectionner un extrait à partager avec le lien.

1. Dans le Head : Placez le code ci-dessous, après l’avoir personnalisé avec vos propres données ou variables, dans la partie comprise entre et /HEAD> de votre code source :


2. Dans le Body : Juste en dessous du Body, placez le code suivant sans rien changer.

3. Avant Fermeture du Body : Juste au-dessus de la balise de fermeture , vous placez le code ci-dessous :


1 Million d\'utilisateurs se connectent à Facebook via Tor

Ainsi, au cours de ces deux dernières années, le nombre de personnes accédant à via Tor n’a cessé d’augmenter.

En Juin 2015, sur une période de 30 jours, environ 525.000 utilisateurs avaient accédé à Facebook via Tor en utilisant le navigateur Tor Browser pour se connecter à http://www.facebook.com ou en utilisant la version Onion du site Facebook ou encore en utilisant Orbot sur Android.

Et pour la première fois, selon Facebook, le nombre d’.

Pour Facebook, cette croissance est le reflet des choix que font les gens d\’utiliser Facebook sur Tor et la valeur qu\’il met à leur disposition.

Sachez que lorsque l’on utilise le site Facebook via Tor, c’est Tor Browser, son navigateur, qui prend en charge les données et préserve l’anonymat. Si toutefois l’utilisateur se met poster un statut ou partage un lien, bien évidemment, son anonymat n’est plus préservé puisqu’il révèle lui-même son identité au public.

Tor est utile pour accéder à Internet dans de nombreux pays où l’accès à internet est bloqué ou très réglementé, pour ne pas dire censuré. Et Tor permet à ces utilisateurs d’accéder à Facebook, et autres en tout anonymat.

Facebook bloque l\'accès à ses contenus publics aux non-membres de Belgique

Début Novembre, un juge belge avait sommé Facebook d’arrêter le tracking, à l’aide de cookies, des utilisateurs non membres de en Belgique. Et ce, sous 48 heures.

Facebook bloque l\'accès à ses contenus publics aux non-membres de Belgique

Au-delà, Facebook devait se voir signifier une amende de 250.000 euros par jour.

Ce délai étant passé, la réponse de Facebook à cette injonction du juge belge, suite à un rapport de la Commission de la protection de la vie privée, va consister à bloquer finalement l’accès aux contenus publics de sa plateformes aux utilisateurs non-connectés ou n’ayant pas de compte Facebook.

Facebook va donc désormais exiger des internautes belges de se connecter à Facebook avant de pouvoir accéder aux contenus publics sur son site.

Selon le site de la BBC qui rapporte l’information, Facebook s’attend maintenant à recevoir un commandement d’exécution qu’il prévoit d\’avance de contester. Pendant ce temps, les cookies ne seront plus envoyés aux utilisateurs non membres et seuls les utilisateurs belges ayant un compte pourront visiter le site.

Facebook a soutenu que les cookies fournissent une meilleure sécurité pour les membres du site en empêchant la création de faux comptes, en réduisant aussi le risque de piratage des comptes, et en assurant une meilleure protection du contenu des utilisateurs contre le vol, tout en dissuadant les attaques par déni de service.

Facebook se dit désolé de ne pas pouvoir arriver à un accord amiable avec la Commission de la protection de la vie privée belge. Par conséquent, il se trouve obligé d’exiger des utilisateurs belges de se connecter ou de s’inscrire à Facebook afin de pouvoir consulter le contenu public disponible.