A quand le déploiement de l\'index Google Mobile-First ?

Dans un article précédent intitulé “Google index mobile-first : le changement, ce n’est pas pour maintenant”, j’avais indiqué certaines raisons qui pouvaient justifier ce retard à l’allumage.

Google Index Mobile-First ne sera pas déployé avant 2018 !

Il nous revient à nouveau en écho que ce fameux index mobile-first, qui doit donner la priorité au contenu mobile pour le classement dudit contenu tant sur mobile que sur desktop, ne va plus voir le jour avant 2018.

C’est en tout cas Gary Illyes, porte-parole chez , qui vient de le confirmer dans un Tweet révélé par Barry Schwartz. Et ce, après des échanges entre pros sur ce sujet.

Un premier Tweet indiquait ce qui suit :

Le mobile-first sera déployé à la fin de cette année (2017, ndlr).

Cette première interprétation est alors contestée par un autre Tweet :

Pas du tout. J’ai écouté attentivement. Les ingénieurs disent espérer le déployer avant la fin de l’année, mais il (Gary Illyes, ndlr) pense maintenant que ce n’est plus probable.

Pour finir, c’est Gary Illyes lui-même qui vient clarifier ses propos pour dire :

Oui, cette phrase avait une deuxième partie où j’ai dit que je ne pense pas en fait qu’il sera lancé cette année.

Pour conclure, il n’y aura pas de mobile-first avant l’année 2018 ! CQFD.

Google Fred : Grosse mise à jour de l\'algo de classement de Google ?

Depuis quelques jours, surtout outre-Atlantique, de nombreux SEO se plaignent de voir leurs classements sur chuter, avec donc inévitablement une baisse conséquente du trafic Google.

Google Fred : Grosse mise à jour de l\'algo de classement de Google ?

Le plus marrant dans cette communauté SEO en ébullition dès que Google tousse, c’est de voir que les premières alertes concernant la baisse du trafic Google proviennent des forums de webmasters pratiquant ce qu’on appelle le “balck hat .

C’est à dire ceux qui ont une pratique du référencement totalement en dehors des règles et consignes SEO de Google.

Or, quand on fait du “Black Hat SEO” essentiellement basé sur la pose de liens ici et là, on fait du référencement “One Shot”, et on ne vise donc pas le long terme. On ne peut donc pas s’étonner par la suite d’être pénalisé un jour ou l’autre par Google…

Bref, la communauté Black Hat a donc été la première à constater de nombreux mouvements dans les classements sur Google, grâce à leurs outils SEO qui permettent de suivre ce genre de choses, pratiquement en temps réel.

Selon Barry Schwartz, tous ces webmasters en sont arrivés à la conclusion qu’il y avait de forts signaux d’une grosse mise à jour de l’algorithme de ranking de Google.

Alors qu’on pourrait penser que c’est le rôle dévolu à Google Penguin désormais intégré dans le core de l’algo de Google, cette mise à jour non confirmée officiellement par Google ciblerait la qualité du profil des liens des sites Web.

Il s’agirait donc d’une mise à jour de l’algorithme anti-spam concernant les backlinks. Et s’il ne s’agit pas de Penguin, alors de deux choses l’une :

  • Soit Google préfère revenir à la mise à jour manuelle de Penguin qu’il peut mieux ajuster pour plus d’efficacité.

Dans les deux cas, en pilotage automatique ne produirait pas les effets escomptés. CQFD.

Alors, comme pour masquer tout cela, Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst et porte-parole de Google, sans pour autant confirmer officiellement cette update, la baptise du nom surprenant de “Fred” qu’il dit convenir à toutes les prochaines mises à jour de ce type, sauf indication contraire.

Google Fred serait alors, bizarrement comme Google Penguin, une update de l’algorithme vérifiant la qualité des liens entrants et influant sur le classement du contenu. C’est exactement ce qu\’est supposé faire Google Penguin 4.0 depuis son lancement.

Google Index Mobile First : Le changement, ce n\'est pas pour maintenant !

Depuis que a annoncé l’arrivée imminente de son Index Mobile-First, ce qui pourrait considérablement bouleverser les résultats de recherche, certains indices laissaient à penser que la date de son déploiement se situerait entre le 1er et le 31 Janvier 2017. 

Google Index Mobile First : Le changement, ce n\'est pas pour maintenant !

Et nous sommes déjà à la mi-Février… Google ayant lui-même dit que ce sera fait dès le début de l’année 2017.

Pour rappel, l’arrivée du Mobile First verrait Google indexer et classer les sites selon la qualité et les performances de la version mobile du site. Un changement qui intervient donc pour refléter le fait que plus de 50% (et ce n’est pas fini) de toutes les recherches sur Google sont faites via un appareil mobile.

Et avec certains propriétaires de sites qui tronquent le contenu ou présentent une version alternative de la page (lisez l’article “Ce que Google veut voir sur votre site mobile first”), il peut être frustrant, pour les mobinautes qui cherchent, de trouver un contenu qu’ils recherchaient mais ne correspond pas à la même version complète de ce contenu sur ordinateur.

Le changement est donc très logique puisqu’il influence autant la perception du mobinaute que la qualité des résultats de recherche de Google qui ne veut pas fournir des contenus tronqués.

Bref, comme nous nous approchons allègrement vers la fin du mois de Février, de plus en plus de interpellent Google sur la date du déploiement du Mobile-First.

C’est ainsi que, Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google et porte-parole SEO de Google, a évoqué le sujet lors la récente Friends of Search conference :

Gary Illyes :

Nous continuons toujours à travailler sur un index complètement mobile first, nous nous approchons du lancement.

Mais, comme vous pouvez l’imaginer, l’assistance a insisté et demandé à savoir quand le mobile-first sera effectif. Réponse de Gary Illyes :

En d’autres termes :

Avant d’ajouter ce qui suit :

Google n’a pas encore de date exacte pour le Mobile-First.

Nous savons depuis un certain temps que Google effectue actuellement une expérimentation de son Index Mobile-First. Mais, s’il tarde à le déployer, c’est qu’il subsiste de petits problèmes qui pourraient s’avérer embêtants sur le long terme.

parmi les 3 premiers facteurs de référencement sur Google.

Puisque les liens impactent sur le classement sur Google, sans doute que Google veut s’assurer que les versions destinées au mobile (du type m.domaine.com ou mobile.domaine.com) vont continuer à bénéficier des backlinks reçus par les versions desktop.

Pour la simple raison que les sites Web et les blogs ne pointent des liens que sur les versions desktop des sites.

Ce qui serait plus facile avec un site en responsive design qu’avec un site qui a une version desktop et une autre version différente dédiée au mobile.

Google déteste le bouton Lire la suite pour lire le reste d\'un article

On a connu, il y a encore peu de temps, le phénomène des interstitiels lorsqu’on visite des contenus sur mobile. Et pour dissuader les webmasters et les éloigner de cette pratique, a finalement décidé de déclasser les pages mobiles qui en affichent.

Et comme toujours, ce sont les abus qui finissent par inciter Google à créer des pour freiner les ardeurs des uns et des autres. Aujourd’hui, les projecteurs se braquent sur un phénomène qui commencent à prendre de l’ampleur sur mobile : le clic sur le bouton “Lire la suite”.

on vous présente un bouton labellisé “Lire la suite”.

Vous comprenez alors qu’on vous demande de cliquer sur ce bouton pour déplier la page complète et poursuivre votre lecture de ce même article sur cette même page. C’est abusé, non ?

Sauf que, ce bouton “Lire la suite” n’est jamais placé là de façon anodine. C’est une stratégie pour s’assurer une plus grande visibilité d’une publicité (quelle qu’elle soit) placée juste en dessous du bouton “Lire la suite”.

Selon l’information relayée par Seroundtable, les principaux portes-paroles de Google, que sont Gary Illyes et John Mueller, ont manifesté leur grande désapprobation de cette nouvelle pratique sur mobile.

Non seulement cela constitue une perte de temps pour l’utilisateur, mais c’est aussi une mauvaise expérience utilisateur qui peut être pénalisante.

Toujours est-il, pour répondre à une question sur ce sujet, John Mueller a répondu ce qui suit dans son Tweet :

En d’autres termes :

Ce n’est pas un interstitiel, mais oh combien je déteste ceux-là. Pourquoi pourquoi pourquoi un site veut-il masquer son contenu ?

Et Gary Yllies de rajouter :

Je n’ai jamais compris sa raison d’être. Ça génère plus d’argent ? Ou pourquoi les gens le font-ils ?

Bref, c’est comme cela que ça avait commencé avec les interstitiels. Aujourd’hui, on connaît la suite…

Alors, attention au retour de bâton.

Google supprime l\'opérateur link:votredomaine.com

Google demande aux webmasters et autres référenceurs internet d’arrêter d’utiliser l’opérateur de recherche “link” qui est désormais officiellement “mort”.

Google supprime officiellement l\'opérateur link:votredomaine.com

C’est ce que déclare Searchengineland.com qui aurait reçu officiellement confirmation de la part de , et la suite de cet article vous le démontre aussi.

Continuer à utiliser la commande \ »link:www.VotreNomdeDomaine.com\ » vous affichera au fil du temps () des résultats non pertinents ou approximatifs, pour ne pas dire des résultats erronés.

Mais, en termes de référencement, la commande \ »link:VotreNomdeDomaine.com\ »

Et certains webmasters ont pris l’habitude de se servir de cette commande pour comparer le nombre de backlinks entre 2 ou plusieurs sites ou pages. Car, comme pour toutes les recherches sur Google, le nombre total de résultats (et donc de backlinks potentiels

Déjà au mois de Février 2016, des doutes subsistaient quant à la continuité de cet opérateur \ »link:www.VotreNomdeDomaine.com\ ». Mais, Google avait confirmé que l’opérateur link restait toujours valable sur Google Search.

Mais voilà, John Mueller de chez Google vient de répondre à un webmaster en lui recommandant de ne plus utiliser l’opérateur de recherche link.

Voici ce qu\’affichait auparavant la page d\’aide de Google sur les opérateurs de recherche :

Et voici ce qu\’on trouve aujourd\’hui sur cette même page d\’aide :

Copie d\’écran via Google

Vous constatez sur la deuxième copie d\’écran que l\’opérateur \ »Link\ » a disparu de la liste des opérateurs supportés par Google Search. La commande link n’est donc plus officiellement une option de recherche sur Google Search.

Il va donc falloir se tourner, si ce n\’est fait depuis longtemps, vers des outils SEO tiers ou aller dans votre espace Google Search Console pour avoir une idée sur vos backlinks.

Google est prêt pour l\'intelligence-artificielle-first

En avril 2016, Sundar Pichai, PDG de Google, a publié un post dans lequel il faisait remarquer que lorsque a été créé en 2008, il y avait environ 300 millions de personnes qui utilisaient internet, à travers le monde, depuis leurs ordinateurs pour chercher des réponses qui s’affichaient sous forme de liens bleus sur le moteur de recherche.

Après le mobile-first, Google se prépare déjà à l\'intelligence-artificielle-first

mobile, ordinateur, tablette), avec en particulier des recherches via le smartphone toujours à portée de main.

Sundar Pichai estime que les 10 dernières années ont consisté à développer un monde mobile first, et transformer les smartphones en télécommandes pour nos vies au quotidien.

Mais, selon toujours le PDG de Google, dans les 10 prochaines années, le changement sera vers un monde tourné en premier vers l’intelligence artificielle. Il s’agira d’un monde dans lequel l’informatique sera accessible à tous, que ce soit à la maison, au travail, dans la voiture, ou en déplacement. Et interagir avec tous ces écrans deviendra beaucoup plus naturel, intuitif et intelligent.

Et Sundar de déclarer dans son post :

C’est pourquoi nous avons développé Google Assistant, qui permet d’avoir une conversation naturelle entre vous et Google.

La première instance de l’Assistant est apparue dans l’application de messagerie intelligente lancée récemment, Google Allo

Sundar imagine donc un monde où l’intelligence artificielle serait en mesure d’aider les utilisateurs à obtenir beaucoup de choses dans leur monde à travers des situations, des contextes et des lieux différents.

Le SEO doit aussi penser Artificial Intellegence First

Maile Ohye, Developer Programs Tech Lead chez Google, toujours très impliquée dans la communauté de la recherche internet, notamment sur mobile, vient de présenter une keynote sur l’état du Search.

Elle a déclaré et confirmé ce qui suit au cours de cette réunion :

Google est déjà en train de basculer du mobile-first vers l’Artificial Intellegence First (ou l’intelligence artificielle en priorité). Nous voulons construire un Google personnel pour pour chaque utilisateur.

Exactement ce que propose déjà Google Allo qui pourrait dans un avenir proche, comme je l’avançais déjà dans cet article, prendre la place du moteur de recherche Google que nous connaissons aujourd’hui.

Le futur de Google, et donc de , étant tourné vers l’intelligence artificielle, selon Sundar et Maile, les référenceurs devront commencer à y songer.

Car, comme le rapporte Barry Schwartz, Gary Illyes de chez Google vient à son tour de déclarer que le machine learning ou l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle intégrés dans l’algorithme de recherche peuvent servir à créer de nouveaux signaux de classement.

Gary Illyes a ainsi laissé entendre que :

Google peut les utiliser pour dire si on combine le signal de classement A avec le signal de classement B, nous pouvons créer un nouveau signal de classement C qui permet d’améliorer la qualité des résultats de recherche.

A bon entendeur…

Après le lancement de Penguin 4, quid de l\'outil de désaveu des liens ?

a confirmé la semaine dernière le lancement de Penguin 4.0 qui, en fait, aurait réellement été lancé le 1er Septembre dernier, au moment tous les constataient des fluctuations dans les SERPs.

Après le lancement de Penguin 4, quid de l\'outil de désaveu des liens ?

Cette version de Penguin sera en principe la toute dernière. Et pour cause :

  • est désormais intégré dans le core des algorithmes de classement de Google, et est maintenant considéré comme un facteur de ranking à part entière.
  • Penguin 4.0 est en temps réel, et donc pénalise les pages et lève les au gré des visites de Googlebot. On n’a plus à attendre une énième mise à jour pour sortir d’une pénalité et on peut être pénalisé à tout moment en fonction des liens factices découverts par Googlebot lors de son exploration.
  • Penguin 4 cible maintenant avec précision les pages recevant des backlinks non-naturels et ne pénalise plus l’ensemble du site comme auparavant.

Toutefois, certaines zones restaient encore à éclairer sur les conséquences des pénalités de Penguin. Notamment en ce qui concerne l’outil de désaveu des liens et les actions manuelles.

L’outil de désaveu des liens est toujours recommandé

L\’outil de désaveu des liens

Mais, après le lancement de ce nouveau et dernier Penguin, d’aucuns se demandaient encore si les changements avec Pingouin signifiaient que les propriétaires de sites n’auraient plus besoin de désavouer les liens factices pour lever une pénalité Penguin.

Autrement dit, les webmasters devront-ils continuer à utiliser cet outil pour sortir de Penguin ? Encore faut-il être en mesure de savoir qu’on vient d’être pénalisé par Penguin ou par Panda, qui sont tous les 2 est en temps réel.

John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google, répond via un Tweet :

En d’autres termes, John Mueller déclare :

OK, pour être plus clair : aucun changement sur l’utilisation du fichier de désaveu des liens. Utilisez-le judicieusement, comme toujours.

Effectivement, pour les cas où vous n’auriez pas pu supprimer tous les liens entrants non-naturels, vous devez donc faire savoir à Google que vous les avez tous détectés, mais que vous en avez supprimés certains et qu’il ne tienne pas compte de ceux qui figurent dans le fichier de désaveu de liens que vous lui soumettez pour reconsidérer votre site.

C’est ainsi qu’à la prochaine exploration de Googlebot, celui-ci étant au déjà au courant de votre pénalité, vérifiera votre fichier soumis à Google pour réexamen, ainsi que les autres liens suspects considérés comme supprimés par vous, avant de prendre la décision de lever ou pas la pénalité.

Qu’en est-il des actions manuelles ?

Google continuera à prendre des actions manuelles (pénalités manuelles) contre des liens qu’il jugera être des liens spammy. Par conséquent, comme par le passé, cela ne va pas changer en raison du lancement de Penguin 4.

C’est Gary Illyes qui le confirme dans le Tweet ci-dessous :

Gary Illyes a aussi confirmé ceci :

Pour les Actions Manuelles, il y aura toujours des notifications, aucun changement à ce niveau. Pour Penguin, aucune notification.

Penguin 4 désormais dans l\'algo Google est enfin déployé en temps réel

Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez , a finalement annoncé le déploiement à l’international de Penguin 4.0. 

Google Penguin 4.0 est enfin officiellement déployé

Cette nouvelle version de tant attendue va permettre à de nombreux propriétaires de sites de sortir de leurs qui datent de deux années.

Penguin n’est plus un simple filtre

Tout comme Panda, Penguin fait désormais partie du core de l’algorithme de classement de Google. En d’autres termes, Google Penguin fait partie intégrante des plus de 200 autres facteurs de classement sur Google.

Ce qui veut dire aussi qu’il n’est plus un simple filtre, mais bien un critère de ranking du moteur de recherche.

Google Penguin 4.0 a donc été déployé simultanément dans tous les pays et dans toutes les langues.

Penguin 4.0 est en temps réel

Et ça, tout le monde s’y attendait puisque Google a beaucoup communiqué là-dessus. Ce qui veut dire que maintenant, les propriétaires de sites n’auront plus besoin d’attendre une éventuelle mise à jour de Penguin ou un refresh pour espérer sortir de cette pénalité.

Par conséquent, les classements des pages sur Google seront constamment réévalués en temps réel à chaque visite de Googlebot, et l’impact des liens entrants et des spams sera alors immédiatement ajusté.

Le constat du désaveu des liens sera donc fonction des visites de Googlebot qui vérifiera que les liens ont été vraiment supprimés avant de lever ou pas la pénalité. Et l\’outil de désaveu tombe en désuétude.

Penguin n’est plus interne au site mais “Granulaire”

Google déclare dans son annonce que “Penguin est maintenant plus granulaire”.

Ce qui veut dire que Penguin est désormais plus précis. Il dévalorise à présent le spam en ajustant le classement en fonction des indicateurs de spam, au lieu d\’affecter le classement de l\’ensemble du site.

Autrement dit, Google Penguin pénalise désormais que la page qui reçoit des backlinks factices, et non l\’ensemble du site comme auparavant.

Et s’il est en temps réel et fait partie du coeur de l’algorithme de classement de Google, il sera difficile de se rendre compte qu’on vient d’être pénalisé par Penguin ou par Panda.

RankBrain a-t-il une influence sur l\'ordre des résultats de Google ?

Ce fut une surprise le jour où avait annoncé que son système RankBrain, doté de l’intelligence artificielle, était désormais son troisième plus important signal de référencement.

Google RankBrain

Par rapport à ce que l’on sait aujourd’hui de RankBrain, c’est qu’il permet à Google d’ajuster effectivement les facteurs de classement déjà existants.

Mais, quelle est réellement son influence sur le classement des résultats de recherche de Google ?

C’est selon Thesempost qui rapporte l’information, ce à quoi a récemment répondu Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google, lors d’un chat . Il a déclaré ce qui suit :

Dans la plupart des cas, RankBrain ne modifie pas l’ordre d’affichage des résultats de recherche de Google que d’autres algorithmes de classement ont déjà déterminé.

Certes, c’est le troisième facteur plus important de classement, mais dans des tonnes de cas, il n’est pas à même de changer l’ordre des résultats.

En d’autres termes, autant RankBrain touche (dans le sens de vérifier par rapport à la requête) aux résultats de recherche, autant il n’influence pas actuellement l’ordre des résultats de recherche dans la très grande majorité des cas.

Par contre, ce que ne dit pas Gary Illyes ni Google lui-même, c’est le pourcentage des résultats que RankBrain change. En dehors du fait qu’il a une forte influence sur 15% des requêtes de recherche que Google n’avait jamais vues auparavant.

Toutefois, selon Thesempost, Gary Illyes aurait précisé par la suite que RankBrain n’est pas là pour remplacer le classement, mais pour aider à mieux comprendre les requêtes des internautes.

Que compte à nouveau faire Google avec l\'authorship pour demander ça ?

Vous avez sans doute oublié l’authorship lancé par pour revendiquer la paternité de vos contenus sur le Web en associant votre profil Google+ avec votre site internet.

Google Authorship

En effet, en Août 2014, en plein été, Google a officiellement mis fin à l’AuthorshipGoogle+ pour bénéficier d’un éventuel avantage de l’authorship dans les résultats de recherche de Google se sont sentis abusés.

Mais, depuis quelques mois, des signaux sont envoyés ici et là par les porte-paroles de Google, notamment par Gary Illyes, comme si l’authorship allait renaître de ses cendres et faire bientôt son come-back.

C’est Gary Illyes qui, en Octobre 2015, a recommandé aux propriétaires de sites de laisser le tag de l’authorship sur leurs sites. Ce fut une vraie surprise.

Et, voilà que ce même Gary Illyes, selon une information rapportée par Barry Schwartz, aurait à nouveau déclaré lors de la dernière SMX West : “Si vous avez encore l’authorship sur votre site, je vous recommande de le laisser tel quel”.

Gary Illyes serait au courant qu’une équipe de Google cherche des façons de l’utiliser à nouveau.

Faut-il vraiment croire à un éventuel retour de l’authorship ou est-ce une carotte pour inciter les webmasters à revenir massivement vers Google+ ? L’avenir nous le dira.

Affaire à suivre…