Facebook Instant Articles expérimente l\'abonnement payant sur Android

Facebook laisse enfin les éditeurs mettre en place un paywall pour les abonnements payants à l’intérieur des Instant Articles. Mais, uniquement sur mobile .

Facebook Instant Articles expérimente l\'abonnement payant sur Android

a en effet annoncé sa dernière offre pour les éditeurs qui, tout en étant capables de d’accéder à une plus large audience sur Facebook, ont peur de donner leur contenu gratuitement.

La fonctionnalité paywall

Facebook Instant Articles, plutôt que de compter uniquement sur la publicité.

D’après Adage, le seuil de départ serait de 10 articles instantanés pour commencer, alors que Google News laisse les éditeurs choisir

  1. Un modèle qui permet de lire 10 articles gratuits avant qu’un abonnement payant ne soit exigé pour voir plus de contenu,
  2. Et un modèle qui propose une version \ »Freemium\ » qui permet aux éditeurs de choisir quels articles sont en accès libre et lesquels sont réservés uniquement aux abonnés payants. Comme le fait Le Monde actuellement.

Pour l’instant, seuls les appareils Android pourront accepter des systèmes d’abonnement pour les contenus instantanés sur Facebook, n’en faisant pas encore partie puisqu’il demanderait à recevoir une commission sur les abonnements vendus via ses iPhones.

Les articles instantanés seront également lus avec des publicités intégrées, même pour les abonnés payants. L’abonnement ne supprime donc pas la pub dans les Instant Articles.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Instagram vient d’introduire 3 nouvelles fonctionnalités dans ses Stories. Ce qui apporte la preuve que cette plateforme reste quand même unique dans son genre.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Les 3 nouvelles fonctionnalités d’ incluent : le partage des liens, les mentions et Boomerang, sa mini-vidéo en boucle.

Partage de lien sur Instagram

Avec le support des liens, préalablement disponible que pour les comptes vérifiés, un lien hypertexte peut être ajouté à une Story individuelle, et les utilmisateurs peuvent taper sur ce lien pour .

Les liens sont créés lorsque la Story est téléchargée, et un utilisateur devra taper sur “Voir plus” pour obtenir plus de contexte, permettant ainsi à l’expérience utilisateur de donner aux créateurs de contenu ce qu’ils recherchent : de l’engagement.

Ceci peut aussi être utile pour encourager les achats de produits, en connectant un consommateur directement à un site Web où un produit annoncé dans une Story peut être présenté. Les publications des médias (ou les blogs, ndlr) peuvent pointer des liens directement vers leurs articles à partir de leurs Stories.

En d’autres termes, Instagram devient aussi une vraie plateforme de distribution de contenu comme Twitter, , et autres. Pour info, Instagram compte plus de 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Soit, beaucoup plus que Twitter.

Une indication à prendre en compte pour partager aussi vos articles sur Instagram.

Les Mentions à la Twitter

Quant aux Mentions sur Instagram, elles sont désormais ouvertes à tous, et plus uniquement qu’aux comptes vérifiés.

Les Mentions, comme cela se fait sur Twitter, vont permettre à tous les profils de citer un utilisateur sur une photo ou une vidéo (bref, dans une nouvelle Story) en commençant son nom par le signe @ (ex : @monprofil) initié par Twitter.

Les utilisateurs n’auront qu’à autocompléter la saisie si les mentions font partie de leurs contacts.

Jusqu’à 10 profils pourront être mentionnés dans une Story. Et les personnes mentionnées recevront une notification via Instagram et, tout comme dans les commentaires, ces mentions seront cliquables afin d’accéder directement aux profils Instagram des personnes citées.

Boomerang

Boomerang, une fonctionnalité lancée en Octobre 2015, permet de créer des vidéos avec jusqu’à 5 photos successives qui vont jouer en boucle.

nouveau sélecteur de formats sous le bouton “Enregistrer”, avant de sélectionner l’option “Boomerang”.

Ce qui évite désormais d’ouvrir l’application Boomerang pour créer ses petites vidéos en boucle. C’est le genre d’intégration que Twitter devra faire avec Periscope.

L’utilisateur tape ensuite sur le bouton “Enregistrer” pour que l’appareil photo du mobile prenne une série de photos successives avant de les assembler en une mini-vidéo qui va jouer sans arrêt, d’avant en arrière.

Enfin, l’utilisateur pourra choisir de la partager avec ses amis via une Story.

Facebook Instant Articles permet désormais d\'interagir avec les contenus

Au lancement de sa fonctionnalité , ne permettait pas aux éditeurs d’intégrer des boutons Like, Partager, ni son système de commentaires dans les articles instantanés.

Boutons Facebook Instant Articles

Pour corriger ce défaut depuis le lancement, Facebook annonce désormais supporter les boutons Like, Commenter et Partager, tous affichés à la fin de chaque article instantané et sur les médias (photos, vidéos, présentations slides et GIF) apparaissant dans ces articles.

Ainsi, à compter du 14 Juillet 2016, ces boutons seront automatiquement ajoutés par défaut par Facebook dans les Instant Articles.

Toutefois, chaque administrateur pourra les supprimer s’il le désire. Et ce, depuis la page des configurations des articles instantanés.

2 endroits pour susciter l’engagement

Les éditeurs pourront intégrer ces boutons dans deux endroits différents sur les articles instantanés.

Comme dit plus haut, Facebook ajoute désormais, et par défaut, à compter du 14 Juillet prochain, les boutons Like, Commenter et Partager à la fin de tous vos articles afin de permettre à vos lecteurs d’engager avec vos contenus.

Images via Facebook

Les Likes et commentaires obtenus dans l’article instantané seront liés à l’article lui-même et ne seront pas comptabilisés avec les Likes et Commentaires obtenus sur le post de l’article dans le News Feed. Ce seront donc 2 comptages différents.

Toutes ces interactions sont prises en compte quand vous décidez qui peut voir votre contenu dans le News Feed.

D’autre part, et selon Facebook, certains lecteurs voudraient pouvoir commenter et partager individuellement des photos et vidéos intégrées dans les articles, surtout si elles sont visuellement engageantes.

C’est pourquoi, avec cette mise à jour de Facebook Instant Articles, il sera possible de réagir (aimer), commenter et partager chaque photo et/ou vidéo présente dans un article, en dehors même de la possibilité d’aimer, partager et commenter l’article lui-même.

Gérer le feedback des boutons

Comme dit plus haut, à compter du 14 Juillet, les boutons Like, Commenter et Partager seront ajoutés par défaut dans vos instant articles. A la fois sur les anciens et futurs articles pour les personnes utilisant l’application Facebook sur version 59 et plus, et sur version 84 et plus

Les administrateurs des Pages peuvent maintenant gérer leurs préférences pour ces boutons en visitant “Page Facebook -> Outils de publications -> Articles instantanés -> Outils -> Feedback Settings”.

Quitte à eux de cocher ou décocher les cases affichés, comme dans l’image ci-dessus, pour faire apparaître ou pas les boutons Like, Commenter et Partages dans leurs articles instantanés.

Synchronisation et modération des commentaires

Facebook dit avoir conscience du fait que les commentaires sont une part importante de l’expérience utilisateur sur les articles. C’est pourquoi, toujours à partir du 14 Juillet 2016, la synchronisation et la modération des commentaires seront possibles pour les réactions et commentaires au niveau chaque article.

  • Synchronisation des commentaires : Pour les éditeurs de contenu qui ont installé le système de commentaires de Facebook sur leurs sites, les commentaires sur leur article sur le Web seront synchronisés avec la version Instant Article de ce même contenu Web.

    En d’autres termes, les commentaires de l’article instantané et ceux de l’article sur le site Web seront fusionnés et ne ferons plus qu’un seul et même fil de commentaires s’affichant de façon antéchronologique.

  • Modération des commentaires : Les éditeurs peuvent aussi utiliser les outils de modération du plugin des commentaires, avec par exemple la capacité de créer une liste noire des mots et phrases à exclure.

    Avec la synchronisation, les éditeurs vont pouvoir gérer les conversations autour de leurs contenus à la fois sur le Web et dans Instant Articles.

Espérons réellement que ces nouveaux boutons vont encourager plus de lecteurs à engager et intéragir avec les articles instantanés.

Facebook pourrait vous permettre de gagner de l\'argent avec vos posts

explore en ce moment de nouvelles façons de permettre aux utilisateurs de gagner individuellement de l’argent avec leurs posts sur le réseau social.

Facebook envisage-t-il de laisser les profils monétiser leurs posts ?


Depuis Août 2015, Facebook permet aux développeurs d’applications de les monétiser avec des publicités.

De même, en Décembre 2015, Facebook a modifié ses conditions d’utilisation afin de permettre aux créateurs de contenus instantanés sur Facebook Instant Articles de diffuser davantage de publicités. vapes, tabac et armes

Le 11 Avril dernier, Facebook a annoncé son intention de permettre aux Pages Facebook de gagner de l’argent en diffusant du contenu sponsorisé.

Et Facebook prendrait une commission sur les revenus générés par les publicités natives diffusées par les utilisateurs.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Images via Theverge.com

Facebook aurait aussi demandé aux utilisateurs d\’indiquer leur intérêt pour un bouton “call-to-action” (appel à l\’action) pour permettre aux abonnés et amis des profils de faire un don et aussi d’indiquer ce qu’ils pensent d’une place de marché via un bouton “sponsor” qui permettrait aux annonceurs de contacter directement les utilisateurs pour leur proposer de diffuser des contenus sponsorisés ou de marque.

Il est pour l’instant difficile de savoir si Facebook envisage vraiment de rendre ces options disponibles à tous les utilisateurs, mais ce sondage a le mérite d’exister et d’ouvrir le champ de tous les possibles pour la des pages profils. Seulement, dans l’enquête révélée par The Verge, il est plus question (pour l’instant ?) de profils vérifiés.

Il s’agit là d’un pari prometteur pour Facebook dans la mesure où permettre à tous les utilisateurs de gagner de l’argent avec leurs posts pourrait booster le partage de contenu qui serait en chute libre depuis un certain temps. En effet, les utilisateurs de Facebook semblent de moins en moins enclins à partager des informations sur leur vie au quotidien comme ce fut le cas dans les premières années d\’existence du service.

Bien sûr, il s’agit d\’une simple enquête et Facebook pourrait facilement décider de ne pas proposer d\’options de monétisation aux utilisateurs. Toujours est-il que même s’il est agréable de recevoir un J’aime (like) pour un contenu publié, il est beaucoup plus agréable d’être payé pour sa participation à la création de contenu sur un réseau social.

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Twitter serait-il en passe d\'héberger du contenu sur sa plateforme ?

Maintenant que Twitter et son PDG Jack Dorsey ont publiquement fait savoir leur intention de permettre aux utilisateurs de partager du contenu au-delà de la limite actuelle des 140 caractères par Tweet, il va sans dire que cela ne se fera pas sans conséquence pour les éditeurs.

Twitter serait-il en passe d\'héberger du contenu sur sa plateforme ?

Soyons toutefois réalistes, il est fort probable que la très grande majorité des utilisateurs de Twitter n’ira pas jusqu’à publier des Tweets de 10.000 caractères (la prochaine limite). Loin s’en faut.

Mais, de grands médias, très courtisés actuellement par les plateformes telles que Instant Articles, Snapchat Discover, Apple News ou encore Linkedin Pulse, pourraient aussi être intéressés par cette nouvelle opportunité et en tirer profit.

Mais, selon le site Recode, plus important encore, ce mouvement initié ouvre la voie à Twitter pour réellement héberger du contenu sur sa plateforme et non seulement des liens vers le contenu.

Les Tweets élargis vont donc permettre aux éditeurs de contenu d’héberger leurs articles directement sur Twitter, de la même manière qu\’ils le font actuellement avec , Discover et Apple News.

Ce qui confirme bel et bien que nous entrons dans l’ère des plateformes de distribution de contenus, notamment via le mobile.

Et Twitter n’aura pas vraiment à convaincre les éditeurs de contenu qu’il serait opportun d’héberger leur contenu directement sur sa plateforme. Et ce d’autant plus que pratiquement tous les éditeurs, grands médias comme blogueurs indépendants, ont au moins un compte Twitter actif. Voire plusieurs dans certains cas.

Pour Twitter, ce serait aussi une occasion de garder plus longtemps ses utilisateurs dans son réseau social en leur offrant l’opportunité de consommer rapidement le contenu désiré sur place. Ce qui devrait lui permettre de rentabiliser davantage sa plateforme avec des Tweets sponsorisés mieux ciblés. Reste à trouver une formule de partage des recettes avec les éditeurs.

Tout ceci est somme toute logique. A partir du moment où Twitter héberge déjà des contenus vidéos de façon native, pourquoi ne le ferait-il pas pour les contenus textuels ?

Et puis, n’oublions pas le partenariat qui lie désormais Twitter à pour indexer ses contenus en temps réel et les afficher dans les résultats de recherche de Google. Du contenu hébergé sur Twitter signifiera alors une meilleure visibilité sur , comme tout autre contenu d’éditeur référencé sur Google.

Enfin, rappelons que Twitter est partie prenante dans le projet Google AMP et, à ce titre, il devrait indexer et héberger automatiquement toutes les pages AMP dès qu\’un lien de contenu partagé sur sa plateforme en a.

Donc, s’il devait proposer l’hébergement des contenus directement sur sa plateforme, ce ne serait vraiment qu\’une suite logique à l\’extension du nombre de caractères par Tweet au-delà de la limite actuelle…