Google : Pas de backlink ? Pas d\'indexation de votre contenu

Google : Pas de backlink ? Pas d\'indexation de votre contenu

Sauf, comme le précise Barry Schwartz, si vous utilisez la fonctionnalité “Explorer comme Google” ou la fonctionnalité “Sitemap” depuis la Search Console pour indiquer à l’existence de l’URL de votre contenu.

Et bien évidemment, en dehors de ces 2 options de Google, si votre URL ne reçoit aucun backlink, Google dit ne pas être en mesure de la découvrir, quelle que soit la méthode d’exploration utilisée..

Ceci étant dit, si vous avez soumis un fichier Sitemap au format XML à Google via la Search Console (Exploration -> Sitemaps), il n’y a pas de raison qu’il ne découvre pas les URL de vos nouveaux contenus.

A condition toutefois de ne pas avoir bloqué Googlebot.

Google Search Console introduit le rapport d\'erreurs des pages AMP

pages Accelerated Mobile Page (AMP), a récemment proposé aux webmasters qui le désiraient de s’inscrire pour participer au test AMP en avant-première.

Google AMP

Il s’agit pour Google d’obtenir des feedbacks sur la qualité des pages légères pour un affichage rapide des contenus sur mobile.

Et pour aider ces webmasters, et plus tard tous ceux qui auront des pages mobiles allégées, Google vient de lancer le rapport d’erreurs des pages dans (Apparence de la recherche -> Accelerated Mobile Pages).

Quitte aux webmasters de corriger les erreurs éventuelles dans leurs pages Accelerated Mobile Page (AMP) afin qu\’elles puissent être largement diffusées aux mobinautes.

Bien évidemment, pour que ce rapport s’affiche pour indiquer vos erreurs ou pour vous notifier qu’il n’existe aucune erreur, vous devez ajouter le code AMP dans le code source de vos pages web actuelles.

Google Search Console introduit le rapport d\'erreurs des pages AMP

En général, Google aura surtout besoin de rel=amphtml de la page web et rel=canonical de la page AMP pour créer son rapport d’erreurs dans la Search Console, si erreurs il y a.

Le rapport AMP montre que les pages AMP ont été correctement indexées ou les erreurs AMP spécifiques rencontrées lorsque Google analyse les pages AMP trouvées sur votre site.

Les erreurs de connectivité, les liens brisés et les autres erreurs n\’apparaissent pas dans le présent rapport. Les pages mobiles avec des erreurs AMP notifiées dans ce rapport n\’apparaîtront pas dans les résultats de recherche Google avec les fonctionnalités spécifiques à AMP.

A savoir l’affichage dans le carrousel des résultats AMP.

Comment utiliser le rapport AMP ?

Si Google constate qu’il existe des pages de l\’AMP sur votre site, il affichera ultérieurement un graphique des pages AMP avec succès ainsi que les pages avec des erreurs AMP spécifiques.

  • Pour voir les erreurs par type : la page de destination du rapport AMP affiche une liste des erreurs AMP par type d\’erreur. Cliquez sur une ligne de type erreur pour voir quelles pages ou URLs ont cette erreur.

A cela s’ajoute la date de détection de chaque erreur afin de mieux repérer quand le problème a pu survenir.

Si vous avez corrigé l’erreur mais que cette erreur est toujours indiquée dans le rapport Accelerated Mobile Page (AMP), n\’oubliez pas que Google explore les pages périodiquement.

Vous pouvez attendre la prochaine visite régulière de Googlebot ou vous pouvez demander une nouvelle analyse rapide via l’outil Explorer comme Google via Console.

Si vous pensez soumettre un fichier Sitemap au format XML avec uniquement des liens AMP, ce ne sera pas nécessaire car il pourrait n’être qu’accessible qu\’à Google. Or, tous les services et plateformes participant au projet AMP devront tous avoir accès à la version AMP (, par exemple, ne connaît probablement pas votre URL Sitemap).

En cas d’erreur signalée dans le rapport AMP et corrigée par vous, Google se fiera à la propriété “lastmod” qui indique la date de la dernière modification de la page pour l’indexer à nouveau si elle dispose du lien alternatif amphtml.

Google entend améliorer et affiner ce rapport d\’erreurs des pages Accelerated Mobile Page au fil du temps.

Google demande de ne pas bloquer l\'accès de Googlebot aux fichiers

Console a commencé à envoyer à de nombreux webmasters des messages d’alerte par email les notifiant de l’impossibilité pour Googlebot, le robot d’indexation de , d’explorer librement certains fichiers. 

Ce qui pourrait impacter le référencement de leurs sites web.

Google envoie des notifications aux sites bloquant l’accès aux fichiers CSS et JavaScript

Ces fichiers généralement mentionnés par Google concernent les CSS et autres JavaScripts qui n’autorisent pas l’accès à leurs données.

Voici un exemple de message reçu par certains webmasters :

Plus particulièrement, Googlebot ne peut accéder à vos fichiers JavaScript ou CSS à cause de restrictions dans votre fichier robots.txt. Ces fichiers nous permettent de comprendre que votre site Web fonctionne correctement. En bloquant l\’accès à ces éléments, il est donc possible que le classement du site ne soit pas optimal.

Le message d’alerte indique également avec insistance que le blocage des fichiers Javascript et/ou CSS “peut entraîner des classements qui ne soient pas optimaux”.

Alors que Google a fait savoir, après un changement de ses consignes aux webmasters, de ne plus jamais bloquer Googlebot lors de ses visites d’exploration et d’indexation. Notamment via le fichier robots.txt.

Voici d’ailleurs ce qu’il dit dans ses consignes :

Pour nous aider à comprendre le contenu de votre site de manière exhaustive, autorisez l\’exploration de tous les éléments de votre site, tels que les fichiers CSS et JavaScript. Notre système d\’indexation affiche des pages Web à l\’aide du code HTML de la page, ainsi que d\’éléments tels que les fichiers images, CSS et JavaScript.

Pour voir les éléments de page qui ne peuvent pas être explorés par Googlebot et pour résoudre les problèmes relatifs aux instructions dans votre fichier robots.txt, utilisez la fonctionnalité Explorer comme Google et l\’outil de test du fichier robots.txt dans les outils pour les webmasters.

Comment découvrir les ressources bloquées par robots.txt

Les ressources bloquées sont aussi mises en évidence dans la section “Index Google” -> “Ressources bloquées” dans votre .

Le message d’alerte dans Google Search Console fournit aussi les détails sur la façon de résoudre le problème en proposant toutefois de mettre à jour la règle du fichier robots.txt pour débloquer la ressource.

Il semble que depuis quelques jours, Google a augmenté le nombre de messages qu\’il envoie aux webmasters sur les blocages de GoogleBot.

Et ils sont aussi nombreux, les webmasters qui utilisent , qui ont reçu des avertissements pour avoir utilisé “abusivement” l’instruction “Disallow: /wp-content/plugins” dans leur fichier robots.txt.

Voici les différents types d’instructions qui peuvent générer un message d’alerte dans Google Search Console et par email :

Disallow: /.js$*

Disallow: /.inc$*

Disallow: /.css$*

Disallow: /.php$*

Disallow: /wp-content/plugins

Disallow: /wp-content/cache

Disallow: /wp-content/themes

Disallow: /cgi-bin/

Disallow: /wp-content/uploads/

Disallow: /wp-includes/css/

Disallow: /wp-includes/js/

Disallow: /wp-includes/images/

Ce que demande donc Google dorénavant, c’est qu’il n’y ait plus dans aucun fichier robots.txt d’instructions du type “Disallow: /nomdufichier” ou “Disallow: /nomdurepertoire/”.

Si vous en avez dans votre fichier robots.txt, supprimez-les immédiatement, remplacez-les par \ »Allow: /\ » et le problème sera résolu. Sinon, votre référencement pourrait en souffrir comme Google le mentionne dans ses notifications.

Car, Google déconseille de restreindre l\’accès à tous les fichiers existant dans votre site afin d\’améliorer leur indexation, notamment pour le mobile, et donc probablement votre classement sur Google.

Testez votre fichier robots.txt

L\’outil de test du fichier robots.txt vous indique si votre fichier robots.txt empêche nos robots d\’explorer des URL spécifiques sur votre site.

  1. Depuis la page d\’accueil de la Search Console, sélectionnez le site dont vous souhaitez tester le fichier robots.txt.
  2. Sous l\’en-tête \ »Exploration\ » du tableau de bord de gauche, sélectionnez l\’Outil de test du fichier robots.txt.
  3. Apportez des modifications à votre fichier robots.txt en ligne dans l\’éditeur de texte.
  4. Faites défiler le code du fichier robots.txt pour localiser les avertissements relatifs à la syntaxe et les erreurs de logique signalés. Le nombre d\’avertissements relatifs à la syntaxe et d\’erreurs de logique s\’affiche immédiatement sous l\’éditeur.
  5. Saisissez une extension de l\’URL ou un chemin d\’accès dans la zone de texte en bas de la page.
  6. Dans la liste déroulante à droite de la zone de texte, sélectionnez le user-agent que vous souhaitez simuler.
  7. Cliquez sur le bouton TEST après avoir choisi le robot pour lancer la simulation.
  8. Vérifiez si le bouton TEST indique Acceptée ou Bloquée pour savoir si nos robots d\’exploration peuvent ou non explorer cette URL.

L\'Outil mobile-friendly de Google est le seul à valider la compatibilité mobile d\'un site

Il y a peu, a annoncé faire du site mobile-friendly un facteur de classement. Sur ce, il a lancé son outil mobile-friendly test afin que chaque webmaster puisse bien vérifier que Google accordera à son site le label \ »site mobile\ ».

Testez la compatibilité mobile de votre site avec le mobile-friendly test de Google



D\’où l\’intérêt de tester votre site avec l\’outil mobile-friendly de Google pour vous rassurer.

Après le test, vous devez voir s\’afficher \ »Awesome ! This page is mobile-friendly.\ », comme dans l\’image ci-dessous. Dans le cas contraire, lisez les explications de John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google.

Outil de test mobile-friendly

John Mueller et le label mobile-friendly

John Mueller revient sur certaines questions concernant l\’utilisation de l\’outil mobile-friendly test qui indiquerait que certains sites ne sont pas compatibles avec le mobile alors que son autre outil dénommé PageSpeed Insights afficherait le contraire. Selon, John Mueller, deux raisons à cela :

1. Trop de fichiers bloqués par robots.txt : Googlebot doit être en mesure de reconnaître la compatibilité mobile d\’un site lors de son exploration. Si un fichier JavaScript qui effectue une redirection est bloqué par robots.txt, si un fichier CSS qui est nécessaire à la version mobile d\’une page est bloqué ou si vous utilisez des URL distinctes pour le mobile et que vous les bloquez en même temps, Googlebot ne sera pas en mesure de savoir si votre site est mobile-friendly.

Quant à l\’outil PageSpeed Insights, il n\’utilise pas le fichier robots.txt. Il peut donc paraître normal et vous dire que votre site est compatible avec le mobile. Alors qu\’il n\’en est rien. N\’empêchez donc pas l\’analyse des fichiers CSS ou JS de votre site.

2. Cacher des fichiers à Googlebot : Le cloaking (dissimulation de fichiers) fait depuis toujours partie des consignes aux webmasters de Google. Et il provoque toutes sortes de problèmes.

Certains sites essaient de reconnaître la visite de Googlebot à l\’aide d\’un user-agent afin de livrer une \ »version-Googlebot\ » du contenu exploré (souvent la page desktop) qui est pourtant différente de celle affichée aux utilisateurs sur mobile. Si Googlebot-smartphone explore et voit une page desktop (pour ordinateur), la page ne sera alors pas considérée comme étant mobile-friendly.

L\’outil \ »Explorer comme Google\ » présent dans les Webmaster Tools peut vous aider à découvrir ce problème. Et l\’outil PageSpeed Insights n\’utilise pas Googlebot user-agent.

En conclusion, sachez que seul l\’outil mobile-friendly test de Google peut vous indiquer si Google accordera ou pas le label \ »site mobile\ » à votre site web.