17 statistiques sur le référencement Web à surveiller pour l’UX

Si on vous a déjà demandé de faire un rapport sur le référencement d’un site, vous avez probablement demandé quelles mesures ou statistiques suivre.

17 statistiques sur le référencement Web à surveiller pour l’UX

Il y a beaucoup d’options, parce que franchement, il y a beaucoup de façons différentes de suivre le .

Trois annonces majeures de en 2020 nous en disent long sur les objectifs de Google, aujourd’hui et dans un avenir prévisible :

Prises dans leur ensemble, ces annonces communiquent un thème global : Google veut être le premier moteur de réponse au monde avec la meilleure expérience utilisateur possible (même lorsque les utilisateurs cliquent pour aller visiter d’autres sites).

Vous devez également vous concentrer sur l’expérience de recherche, c’est pourquoi il est crucial que vous analysiez vos mesures SEO à travers l’objectif de l’expérience utilisateur (UX)

Dans cet article de Seoclarity, vous allez découvrir les statistiques les plus critiques à suivre. Elles ont été organisées en 5 catégories principales :

  • Mesures de contenu
  • Mesures d’engagement
  • Mesures techniques

Ce que vous devez retenir à ce stade, c’est que les SEOs gagnent au SEO parce qu’ils surveillent leurs progrès, et apportent des changements ultérieurs à leur stratégie.

Si vous ne faites que commencer avec le référencement Web, alors nous avons une liste concise de 5 mesures SEO clés que vous devez suivre !

Mesures de contenu

Les mesures de contenu vous montrent comment vos pages Web fonctionnent sur les pages de résultats (SERPs), mais plus important encore, elles vous montrent comment les chercheurs interagissent avec votre contenu.

Chacune des mesures ci-dessous est corrélée avec l’expérience de recherche.

1. Position de classement

Malgré les changements massifs sur les SERPs et la prolifération des fonctionnalités SERP, il est toujours important de suivre le classement des mots clés.

Le contenu qui suit le cadre de E-A-T de Google (expertise, autorité, fiabilité) tend à apporter de la valeur aux utilisateurs finaux, et tend donc aussi à avoir une bonne position de classement.

Si vous êtes satisfait de la deuxième page de résultats de Google, vous pouvez actualiser le contenu pour essayer d’améliorer le contenu pour répondre correctement à la requête cible, mais si vous vous classez dans une position supérieure à ~50, votre contenu a probablement manqué la marque.

Ce sont des insights que votre position de classement vous donne par rapport à l’expérience utilisateur (UX pour User Experience).

2. Impressions

Cela peut signifier que le contenu est pertinent pour un certain nombre de mots clés (ce qui lui donne une plus grande chance d’être vu) ou qu’il est pertinent pour un volume élevé de termes de recherches.

Quoi qu’il en soit, cela confirme que les utilisateurs voient votre article sur la page de résultats, et avec ce que nous savons sur le comportement des chercheurs, presque personne ne navigue au-delà de la deuxième page de résultats de Google.

Ainsi, un nombre élevé d’impressions peut aider à confirmer que votre contenu offre des informations précieuses, et est présenté aux utilisateurs, très probablement, sur la première page de Google.

Si Google trouve votre contenu précieux, les utilisateurs sont susceptibles de le penser aussi.

3. Visibilité de recherche

Comme nous l’avons mentionné, il y a eu de nombreux changements sur les SERPs. Cela ne signifie pas que le suivi standard des classements est obsolète (voir #1), cela signifie simplement qu’il doit être complété.

C’est là que la visibilité de recherche entre en jeu.

Avec des pages de résultats personnalisées et des fonctionnalités de recherche comme la box answers (réponses directes), des images, des annonces, etc., il peut être difficile d’avoir les yeux rivés sur votre contenu, même si vous vous classez bien organiquement.

Lorsque Google reconnaît que votre contenu est pertinent et fait autorité, il ne doit pas seulement l’offrir aux utilisateurs sur la première page, mais idéalement sur le premier pli (au-dessus de la ligne de flottaison) de la première page, afin que les utilisateurs le voient immédiatement.

4. Taux de clics (CTR)

Afin qu’un utilisateur clique sur votre site, votre listing de recherche (résultat dans les SERPs) doit être attrayante. Cela signifie inclure une balise title (pour le titre) et une balise meta description alléchantes, ainsi que tout balisage schéma applicable.

Un CTR élevé montre que les utilisateurs ont vu la valeur et la pertinence dans votre résultat.

5. Visibilité locale

La pertinence va au-delà du paysage de recherche dans son ensemble et inclut également la visibilité de recherche locale.

Bien que cette mesure dépende de votre type d’entreprise, il est important de surveiller la façon dont l’audience locale consulte votre contenu, et si votre site est affiché dans des fonctionnalités de recherche comme le pack local.

Mesures d’engagement

Une fois que les utilisateurs atterrissent sur votre site, il est important de savoir comment ils interagissent avec le contenu.

Les mesures d’engagement peuvent vous donner des indices sur la pertinence de votre contenu, mais elles ne racontent pas toujours toute l’histoire par elles-mêmes.

Elles doivent toujours être analysées par rapport au type de page qu’elles traitent.

6. Temps moyen sur la page

Un long temps passé sur les pages montre que les utilisateurs trouvent votre page précieuse, et décident d’explorer – très probablement.

Si votre page est un blog, par exemple, un long moment sur la page peut signaler que les utilisateurs sont en train de lire le contenu.

Certes, certaines pages sont plus susceptibles d’avoir un temps plus court sur la page en raison de la nature du contenu lui-même.

Si un utilisateur veut juste connaître la météo, par exemple, une page avec les prévisions de la semaine aura probablement un temps moyen très court sur la page, mais ce n’est pas une source de préoccupation. Les utilisateurs obtiennent ce qu’ils recherchent et continuent leur parcours de recherche.

7. Dwell Time

Le Dwell Time ou temps d’accueil est souvent confondu avec le temps passé sur la page, mais il y a une différence clé.

Le Dwell Time explique le temps qu’un utilisateur passe sur une page après avoir cliqué à partir de la page des résultats (SERPs), tandis que le temps moyen sur la page est simplement le temps moyen qu’un utilisateur passe sur la page en provenance de n’importe quel canal (organique, payant, social, etc.).

Malgré leurs différences, la même analyse s’applique aux deux mesures.

Si les utilisateurs constatent que votre site Web répond correctement à leur requête, ils seront plus susceptibles de rester sur votre page pendant une plus longue période de temps. Ainsi, vous pouvez corréler le dwell time avec la valeur.

Toutefois, la même exception s’applique : certaines pages sont conçues pour répondre immédiatement à une requête, et auront naturellement un Dwell Time faible.

Analysez votre Dwell Time à travers l’objectif du chercheur. Ce que vous pouvez penser est qu’un mauvais signal de réponse peut ne pas être une cause de préoccupation après tout.

8. Taux de rebond

Votre taux de rebond vous indique combien d’utilisateurs ont quitté votre site après avoir consulté une seule page. Ce qui peut éclairer sur l’expérience globale des utilisateurs sur votre site.

Les utilisateurs voient-ils une page sur votre site, puis rebondissent-ils vers la page de résultats de Google ? Un taux de rebond élevé peut impliquer que les utilisateurs ne trouvent pas votre contenu précieux ou pertinent à leur recherche.

Mais, comme la métrique du temps sur la page, le taux de rebond est subjectif à sa page respective et au type de contenu.

Un chercheur peut venir sur votre site, obtenir immédiatement les informations qu’il recherche, puis (re)partir.

Il n’y a aucune raison pour eux d’explorer davantage votre site.

Alors, gardez cela à l’esprit lorsque vous évaluez les taux de rebond de vos pages, et ne les laissez pas être une mesure déterminante pour votre compréhension de l’expérience utilisateur final.

9. Taux de sortie

Le taux de sortie vous indique le pourcentage d’utilisateurs qui ont quitté votre site à n’importe quel niveau de leur parcours de recherche (alors que le taux de rebond ne concerne que les utilisateurs qui consultent une seule page).

Google a une excellente référence sur la distinction entre le taux de rebond et le taux de sortie : Comparaison Taux de sortie/Taux de rebond.

Cette mesure peut vous aider à comprendre où les utilisateurs décident de quitter votre site. Une page a-t-elle un taux de sortie plus élevé que les autres ? Vous pouvez l’optimiser pour les utilisateurs finaux.

Comme les autres paramètres d’engagement que nous avons couverts, un pourcentage élevé ne signifie pas toujours qu’il y a un problème. Un parcours de recherche doit se terminer quelque part, et les utilisateurs peuvent se contenter de sortir.

Mesures mobiles

Toutes les mesures ci-dessus sont pertinentes pour le bureau, mais elles sont importantes à surveiller sur mobile, aussi !

Le Mobile continue à croître et à devenir plus important dans le monde de la recherche et le SEO. Chaque mesure de contenu et d’engagement doit être analysée pour que le bureau et le mobile comprennent parfaitement le comportement des utilisateurs.

Ce qui fonctionne sur le bureau peut ne pas fonctionner sur mobile, et cette audience mobile a ses propres intentions que votre contenu doit respecter.

Mesures techniques

Votre équipe de développement dispose de paramètres spécifiques qui informent leur travail qui ont également un impact sur l’expérience utilisateur final.

Avant de pouvoir vous concentrer sur la pertinence du contenu et l’autorité globale de votre site, vous devez d’abord aborder la facilité d’utilisation.

Le contenu n’a aucun sens s’il n’a pas de base solide sur laquelle s’asseoir.

10. Erreurs d’explorabilité (crawl)

Avant qu’un moteur de recherche puisse servir votre contenu aux utilisateurs, les robots de ce moteur de recherche doivent pouvoir explorer vos pages.

Vous pouvez avoir un excellent site, mais il passe largement inaperçu s’il ne peut pas être crawlé ou indexé.

Il arrive qu’une entreprise implémente sans le savoir des balises noindex sur le site web en mode production, et oublie de corriger avant de le publier. Ce qui empêche leur contenu d’apparaître sur les SERPs.

Les chercheurs ne trouvent pas de valeur s’ils ne trouvent pas vos pages. Une fois l’erreur d’explorabilité résolue, si c’est votre cas, vous constaterez une augmentation incroyable et constante de la visibilité de recherche.

11. Nombre de pages indexées

Si vos pages ne sont pas dans l’index de Google, cela signifie que les utilisateurs ne seront pas en mesure de trouver de la valeur dans votre contenu non plus.

Vérifiez que le nombre de vos pages de site indexées correspond au nombre de pages sur votre site. Bien sûr, ce ne sera pas une correspondance exacte puisque certaines pages, comme les pages de connexion ou les pages de sécurité, n’ont pas besoin d’être indexées.

Pour obtenir une compréhension rapide du nombre de pages de votre site indexées, tapez ce qui suit dans la recherche Google :

Site:VotreDomaine.com

Le nombre de résultats de recherche est à peu près le nombre de pages indexées.

12. Vitesse de chargement de la page

La vitesse de chargement de la page est une mesure cruciale pour assurer une expérience utilisateur positive.

Vous avez probablement été là vous-même : vous atterrissez sur une page Web qui ne se charge pas rapidement, et vous rebondissez sur la page de résultats pour choisir un autre résultat de recherche.

En fait, chaque seconde compte.

Près de la moitié des consommateurs s’attendent à ce qu’une page Web soit entièrement rendue en 2 secondes ou moins.

Vous pouvez surveiller la vitesse de votre page à l’aide d’un outil SEO de test de vitesse de page, mais les sites d’entreprise plus grandes bénéficieraient d’une plate-forme de référencement avec la possibilité d’auditer la vitesse de la page à l’échelle , en particulier lorsqu’il existe une relation directe entre la vitesse de chargement de la page et le taux de conversion.

Mesures d’autorité

Les liens — internes et externes — peuvent avoir une incidence sur vos efforts de référencement.

Lorsque vous surveillez votre profil de liens, vous faites un pas de plus pour vous assurer que vos backlinks sont sains et font autorité, et que vos liens internes sont pertinents pour leurs pages.

13. Backlinks

Pour évaluer l’autorité de votre site Web, vous devrez exécuter une analyse de vos backlinks (liens entrants) et surveiller les mesures respectives.

Cela vous montre le nombre de domaines de référence et révèle le nombre de liens faisant autorité qui pointent vers votre site.

Un grand nombre de noms de domaine et de liens de référence de qualité peuvent prouver que d’autres trouvent votre contenu suffisamment précieux pour être lié.

14. Structure du maillage interne

Votre structure de liaison interne peut révéler de grandes opportunités quant à l’endroit où vous pouvez fournir plus de valeur aux utilisateurs.

La taxonomie de votre site et la hiérarchie globale du site jouent directement sur l’expérience de l’utilisateur final.

Vos liens internes ont-ils un sens logique et se rapportent-ils au parcours en ligne du chercheur ? Utilisez-vous le bon texte d’ancrage pour bien informer les utilisateurs sur quelle page ils vont atterrir s’ils cliquent sur ce lien interne ?

Mesures à destination des responsables

Toutes les mesures ci-dessus se rapportent directement à l’expérience utilisateur final.

Si vous pouvez rencontrer l’utilisateur tout au long de son voyage de recherche avec un site solide sur le plan de la base avec un contenu pertinent et faisant autorité, ces chercheurs doivent convertir et/ou devenir des prospects.

Ce sont les paramètres dont votre équipe de direction se souciera le plus, après tout. Ils veulent voir comment le référencement internet est lié à la conduite des résultats de l’entreprise.

15. Taux de conversion organique

Si vous surveillez de près les mesures susmentionnées et les optimisez de manière appropriée, votre taux de conversion organique devrait être en règle, pour ne pas dire correct.

Cette mesure est cruciale pour surveiller et améliorer, car elle démontre la capacité du SEO à convertir les chercheurs en clients.

16. Retour sur investissement (ROI)

Similaire au taux de conversion organique, le retour sur investissement (ROI) sera la mesure qui aura le plus d’influence sur la preuve de la valeur du référencement pour le leadership.

Quelle est la place de la recherche organique dans les initiatives et les objectifs de l’entreprise dans son ensemble ? Si vous fournissez continuellement une expérience de site positive, la récompense devrait valoir les investissements.

17. Résumé d’une année sur l’autre

Les équipes de direction aiment voir des victoires, et elles aiment aussi voir des modèles positifs — c’est-à-dire qu’elles aiment voir des victoires au fil du temps.

Lorsque vous fournissez un résumé YOY (Year On Year ou d’une année sur l’autre) de vos efforts et des résultats de la recherche organique, vous pouvez prouver que le SEO est une solution à long terme qui a le pouvoir d’améliorer ses succès.

Conclusion

Cependant, il est crucial que vous visualisiez ces mesures à travers les yeux de l’utilisateur final.

Il est temps de changer votre façon de penser le SEO, de l’ pour les moteurs de recherche à l’optimisation de l’expérience de recherche.

8 outils gratuits d\'aide au référencement sur Google

référencement sur Google.

8 outils gratuits d’aide au référencement de Google

algorithmes de Google. .

Danny Sullivan à la tête de l’équipe du Search. Mais, chaque update est censée nous emmener tout de même un pas de plus vers des résultats de recherche plus pertinents, après tout.

Cependant, il y a encore un peu de secret derrière exactement comment Google évalue un site Web et détermine en fin de compte quels sites afficher pour les requêtes de recherche.

Ces sont essentiels à votre stratégie de recherche organique, car ils vous permettent de vous concentrer sur les éléments de votre site que Google juge importants.

Chrome Lighthouse

Lighthouse est une version \ »Lite\ » (légère

10 mesures qui comptent pour Google.

ici.

Google Test My Site

Cet outil va permettre aux webmasters de “tester la vitesse de leur site sur mobile”.

Test My Site vous montrera combien de visiteurs votre site pourrait perdre en raison de votre temps de chargement lent et comparera ce temps de chargement à celui de vos concurrents dans la même thématique que vous.

Testez ici.

PageSpeed Insights

PageSpeed Insights fournit maintenant des informations sur la façon dont une page adhère à un ensemble de meilleures pratiques.

 En d’autres termes, l\’outil PageSpeed de Google

Cet outil en ligne fournit un score et offre des conseils spécifiques pour accélérer une page Web. Il vous indique quels scripts et feuilles de style ralentissent votre site, dont les images sont trop grandes, et offre de nombreux autres conseils pour accélérer vos pages Web.

Vérifiez votre vitesse de chargement ici.

Safe Browsing Test

L’outil Safe Browsing Test

Vous pouvez vérifier l’état de votre site ici.

Google Trends

En plus de la recherche organique, Google Trends offrira des données sur les recherches effectuées dans Google News, , et .

Google Trends propose donc maintenant plus de données pour montrer ce que les gens dans le monde cherchent le plus sur internet.

La ligne des tendances par période vous montrera à quel point une tendance est stable, si elle monte, baisse ou est statique.

par ici pour Google Tendances.

Google Analytics

Certes, nous connaissons tous la frustration des données de mots clés non fournis (not provided), après que Google Analytics a retiré certaines de nos analyses les plus utiles.

données analytiques pour votre site

Google Analytics reste un outil populaire et en constante évolution

Google Adwords Keyword Planner

Google Keyword Plannermais ne pas compter sur lui pour des exacts).

Le nouveau planificateur est beaucoup plus concentré sur le PPC (paiement par clic), et donc pour la recherche de mots clés pour les campagnes Google Ads que le Keyword Tool précédent.

Il existe cependant des alternatives intéressantes à Google Keyword Planner.

Google Search Console

Si vous ne devez utiliser qu’un seul outil d’aide au SEO dans cette liste, la Search Console de Google sera celui-ci.

Dans la nouvelle Search Console

De quoi l’utiliser régulièrement pour vérifier les performances de votre site et repérer les problèmes plus rapidement :

  1. Vous y découvrirez aussi si votre site a une pénalité manuelle,
  2. Vous verrez le nombre de pages indexées parmi celles que vous avez soumis à Google,
  3. Vous pourrez tester votre fichier robots. txt ou des .
  4. Et beaucoup plus, le tout gratuitement.

Pendant que vous y êtes, pensez aussi à utiliser Bing Webmaster Tools.

Il y a aussi beaucoup à gagner avec cet outil gratuit pour checker les performances de votre référencement sur Bing.

Comment corriger ou réparer l\'erreur 404 ?

Lorsque les visiteurs suivent des liens hypertextes

Comment corriger ou réparer l\'erreur 404 ?

Les liens brisés ne sont pas seulement mauvais pour l\’expérience utilisateur

Qu’est-ce que les liens brisés affectent ?

La page d’erreur 404 ne frustre pas uniquement les moteurs de recherche et les utilisateurs. Elle aura aussi une incidence sur votre entreprise elle-même.

  1. Votre chiffre d’affaires :

    En plus de perdre des revenus, vous perdrez aussi des clients. Un client potentiel qui ne trouve pas la page de conversion est une personne qui pourrait faire savoir à son entourage et sur les réseaux sociaux (par exemple) la mauvaise expérience vécue sur votre site.

    Et au final, ce n’est pas un seul client potentiel que vous aurez perdu, mais beaucoup d’autres.

    Après tout, vous ne voudriez pas perdre votre temps et effort pour créer votre site Web

  2. Votre taux de rebond :

    La page d\’erreur 404

    Le taux de rebond est mesuré par la quantité de temps (durée

    va au fil du temps générer un taux de rebond plus élevé.

    Lorsque les moteurs de recherche constatent un taux de rebond élevé sur votre page, ils vont brandir un carton rouge

    Par conséquent, il est très important de garder les visiteurs satisfaits quand ils visitent votre site en .

  3. Votre classement :

    Comme mentionné ci-dessus, le taux de rebond peut provoquer un mauvais classement dans les pages de résultats.

    Un autre facteur qui aura une incidence sur votre , c’est de voir votre page non indexée lors de l’exploration de Googlebot. Google utilise ses robots pour explorer votre site en entier afin de recueillir des informations précieuses sur la thématique de votre page.

Les liens sortants brisés

Et vous pourriez ne pas savoir que le contenu lié a été supprimé ou déplacé sur le site externe.

Lorsque votre site a des liens sortants brisés, c’est un mauvais signal à la fois pour vos utilisateurs et votre référencement. Googlebot explore le Web en allant de liens en liens pour collecter des données sur chaque page.

Veillez à vérifier régulièrement vos liens sortants pour vous assurer que vous ne redirigez pas les lecteurs (ou les bots) vers les pages brisées.

Comment vérifier et analyser vos liens sortants morts

Si vous avez un petit site, cette vérification des liens morts pourra se faire manuellement via l’extension Chrome “Check My Links” pour examiner manuellement chaque page de votre site et effectuer des contrôles individuellement pour détecter les liens brisés.

Cet outil vous aidera à découvrir à la fois les liens internes (liens de votre propre site) et les liens externes (liens vers d’autres sites

Si vous avez un gros site, il ne sera probablement pas possible de vérifier manuellement chaque page pour découvrir les liens brisés. Dans ce cas, il vaut mieux investir dans des vérificateurs de liens morts payants tels que Ahref ou Semrush qui peuvent vous aider à trouver des liens cassés en vrac sur votre site.

Vous pouvez aussi utiliser Broken Link Checker qui est un outil gratuit parfait si vous avez un site de moins de 3000 pages. Au-delà de 3000 pages, une contribution vous sera demandée.

Vous entrez votre , vous sélectionnez “Report distinct broken links only” et vous cliquez sur le bouton “Report distinct broken links only” après avoir saisi le code de vérification affiché.

Le résultat s’affiche au bout de quelques minutes dans un tableau avec, s’il y en a,cliquez sur URL pour le lien de votre page) et de destination (cliquez sur SRC pour le lien de la page pointée).

A vous d’aller le corriger ou le supprimer dans la page d’origine sur votre site.

Liens internes morts et pages d\’erreurs 404

Une erreur 404 se produit lorsque le contenu de votre site a été supprimé ou déplacé sans aucune redirection appropriée mise en place pour rediriger les visiteurs vers la page correcte.

explorer et indexer les sites

Lorsque les utilisateurs tombent sur des pages inexistantes ou déplacées sur votre site, cela peut affecter votre ratio d’utilisateurs habituels et affecter les taux de conversion de votre site Web.

Pour trouver les pages erreur 404 sur votre site résultant des liens internes cassés, vous pouvez utiliser l’outil Broken Link Check ou l’extension Chrome “Check My Links”, tous deux cités plus haut.

3 façons d\’éviter et fixer les pages d’erreur 404

  1. Mettez à jour plutôt que de supprimer le contenu :liens vers votre site).
  2. La redirection 301 pour envoyer les visiteurs vers une nouvelle page :en utilisant la redirection 301.
  3. Contactez le webmaster et demandez que le lien soit mis à jour :une URL incorrecte

Alors que Google affirme qu’avoir des pages d’erreur 404 ne nuira pas nécessairement à votre référencement

Google révèle les chiffres de l\'Expérience client sur mobile

Cela fait maintenant 10 ans que le mobile rend la recherche internet accessible en tout temps et en tout lieu. Ce qui place le search bien au coeur du parcours client.

Les chiffres de l’expérience client sur mobile

Ainsi, d’après Google, 87% des mobinautes ont le réflexe de rechercher sur mobile dès qu’ils ont un besoin ou une envie. Ce qui a pour conséquences de fragmenter les parcours client.

C’est alors que le traitement de la data devient stratégique et la mesure de l’efficacité est essentielle. Pour relever donc ces défis, les algorithmes de machine learning de se mettent au service des marketeurs et ouvrent un horizon d’opportunités.

C’est ce que révèle Google à travers des chiffres qui montrent le comportement des mobinautes et combien il est urgent de repenser l’expérience client et réconcilier l’online et l’offline et, in fine, faire parler la data.

Repenser l’expérience client

  • Vitesse :
    • 53% des mobinautes quittent un site mobile s’il met plus de 3 secondes à se charger.
    • 10 secondes, c’est le temps de chargement moyen des sites mobiles français avec une connexion 3G.
    • Les annonceurs dont le site mobile se charge en 5 secondes enregistrent jusqu’à 2 fois plus de revenus que ceux dont le site se chargent en 19 secondes.
  • Expérience utilisateur :
    • 50% des mobinautes sont moins enclins à acheter un service ou un produit s’ils ont eu une mauvaise expérience utilisateur sur l’application mobile ou le site mobile de la marque.
    • 63% des consommateurs souhaitent une expérience personnalisée à partir de leur historique d’achat.
  • Voix :
    • A l’horizon 2020, 50% des requêtes devraient être vocales et 30% des sessions online se feront sans écran.
    • 20% des requêtes sur mobile aux Etats-Unis sont vocales.
  • Les meilleures pratiques pour une bonne expérience client :
    • Concevoir une expérience utilisateur rapide, fonctionnelle et personnalisée.
    • Développer des outils prédictifs à partir de signaux d’intention, de comportement déjà observé et du contexte.
    • Simplifier la vie du consommateur en apportant fluidité et assistance sur tous les canaux.

Réconcilier Online et Offline

  • Online :
    • Près de 33% des ventes online ont lieu sur mobile.
    • Ce sera 50% d’ici à 2020.
  • Dans l’intervalle :
    • 81% des consommateurs s’assurent que le produit est en stock avant de se rendre en magasin.
    • 82% des millennials veulent des produits accessibles sur internet comme en magasin.
    • 3 personnes sur 4 qui font une recherche locale sur smartphone se rendent en magasin dans les 24 heures.
    • 28% de ces recherches mènent à un achat.
  • Offline :
    • Dans le retail, 75% des consommateurs utilisent leur mobile en magasin.
  • Les meilleures pratiques online et offline :
    • Offrir une expérience utilisateur optimale tout au long du parcours client quel que soit le canal.
    • Aligner les KPI sur les objectifs business globaux.

Faire parler la data

  • Pour 81% des décideurs marketing, le machine learning est la clé pour offrir des expériences personnalisées tout au long du parcours client.
  • 91% des mobinautes déclarent avoir acheté ou avoir l’intention d’acheter un produit après avoir vu une publicité pertinente.
  • 60% des décideurs marketing augmentent leurs investissements dans des outils de marketing prédictif, tels que le machine learning.
  • Les meilleures pratiques concernant la data :
    • Unifier la data client en cassant les silos organisationnels.
    • Cibler et engager ses audiences cibles via des expériences personnalisées et assistées.
    • Activer ses datas first-party et se concentrer sur la customer lifetime value.

Google Play lance le Prix d\'Excellence Android dans les choix de l’équipe

Google Play.

Google Play lance le Prix d\'Excellence Android

Les nouvelles collections mettront alors en valeur les applications et les jeux qui offrent des expériences utilisateurs incroyables sur , utilisent beaucoup des meilleures pratiques recommandées par Google, et ont un grand design, une performance technique, une localisation, et une sur les périphériques.

Ces applications et jeux Android pourront avoir la chance d’être régulièrement cités dans ces collections.

dans la section de choix de l’équipe de Play, qui inclut les applis choisies par l’équipe et les jeux choisis par l’équipe.

Image via Google

Google ne fait aucune mention de prix ou de toute forme de récompense autre que d\’être mis en avant dans Google Play, et donc attirer plus l’attention des utilisateurs et faire décoller le nombre de téléchargements.

C’est aussi une incitation aux développeurs à améliorer la qualité et l\’expérience utilisateur.

Facebook s\'attaque aux pages de destination de faible qualité

Il est toujours décevant de cliquer sur un lien intéressant sur Facebook pour constater juste après que la page de destination ne correspond pas à vos attentes et qu’elle est de “mauvaise” qualité.

Facebook fait la chasse aux pages de destination de faible qualité

C’est pourquoi annonce avoir intégré l’intelligence artificielle dans son algorithme de classement pour déclasser ce type de liens partagés sur sa plateforme.

Et pourtant, en Août 2016, Facebook annonçait des mesures contre les titres racoleurs. Sans doute que ces mesures n’ont pas été aussi efficaces que cela.

Toujours est-il que Facebook déclare avoir modifié l’algorithme du News Feed pour déclasser tous les posts partageant des liens de contenu de faible qualité. Tout comme il va refuser les publicités qui pointent vers des pages de destination spammy.

Facebook définit le “contenu de faible qualité” comme étant un “contenu ayant peu de fond et est rempli d’annonces perturbantes, choquantes ou malveillantes”.

Cela inclut les pages de destination hébergeant des publicités en pop-up, des pubs interstitielles, des annonces pour adultes ou encore des annonces accrocheuses mais dégoûtantes pour des produits censés lutter contre le surpoids.

Une initiative qui rejoint en substance ce contre quoi lutte toujours et qu’il espère éradiquer via son navigateur Chrome.

Les fake news toujours dans le viseur de Facebook

Le changement annoncé pourrait aussi aider Facebook dans sa lutte contre les fausses informations ou fake news que leurs auteurs monétisent grâce à la publicité sur leurs sites.

Par conséquent, les sites publiant du contenu de bonne qualité pourront bientôt voir leur trafic référent Facebook augmenter graduellement au cours des mois à venir. Alors que les sites de mauvaise qualité ou de fake news pourront constater une baisse de leur trafic provenant de Facebook.

Le genre de page de destination que Facebook va rétrograder. Image via techcrunch.com

Et, comme dit plus haut, Facebook va aussi faire la chasse aux publicités abusives qui constituent une très faible partie de ses revenus publicitaires. Cela ne devrait donc pas avoir un impact significatif sur les recettes de Facebook.

Ce changement

Ce qui pourrait réduire les revenus publicitaires de Facebook et porter atteinte à sa capacité à contrôler le trafic envoyé vers les contenus partagés sur la plateforme.

Et une mauvaise expérience utilisateur sur une page de destination pourrait alors non seulement frustrer les utilisateurs, mais aussi les pousser à abréger leur session Facebook en cours. Ce qui priverait Facebook d’impressions publicitaires supplémentaires, et donc de recettes, sans oublier l’engagement et le partage de contenu qui pourraient aussi en pâtir.

Comment Facebook détecte les pages de faible qualité

Pour implémenter cette mise à jour dans son algorithme de classement, Facebook a examiné des centaines de milliers de pages Web pour identifier celles qui ont un contenu de faible qualité.

Il utilise maintenant ces données recueillies pour entraîner un système d’Intelligence Artificielle qui va scanner en permanence les nouveaux liens partagés dans le fil d’actualité pour trouver ceux qui correspondent à l’échantillon de données sur les contenus de faible qualité.

S’il en trouve, il va les rétrograder dans le News Feed et les empêcher d’acheter des publicités Facebook.

Les paramètres utilisés par Facebook pour identifier les sites comme étant de mauvaise qualité sont :

  1. Un nombre disproportionné de publicités par rapport au contenu. Cela inclut toutes les publicités, et pas les obligations légales telles que les politiques de cookies ou d’accès au contenu privé pour les paywalls.
  2. Mise en avant de contenu sexuellement suggestif ou choquant. Les publicités ne doivent pas comprendre de contenu choquant, irrespectueux ou excessivement violent.
  3. Les pages contenant des annonces malveillantes ou mensongères. Ce qui inclut le contenu interdit.
  4. Utilisation de pop-ups publicitaires ou d’annonces interstitielles (qui affichent une pub plein écran avant d’afficher le contenu désiré sur mobile ou desktop) qui perturbent l’expérience utilisateur.

Google déteste le bouton Lire la suite pour lire le reste d\'un article

On a connu, il y a encore peu de temps, le phénomène des interstitiels lorsqu’on visite des contenus sur mobile. Et pour dissuader les webmasters et les éloigner de cette pratique, a finalement décidé de déclasser les pages mobiles qui en affichent.

Et comme toujours, ce sont les abus qui finissent par inciter Google à créer des pour freiner les ardeurs des uns et des autres. Aujourd’hui, les projecteurs se braquent sur un phénomène qui commencent à prendre de l’ampleur sur mobile : le clic sur le bouton “Lire la suite”.

on vous présente un bouton labellisé “Lire la suite”.

Vous comprenez alors qu’on vous demande de cliquer sur ce bouton pour déplier la page complète et poursuivre votre lecture de ce même article sur cette même page. C’est abusé, non ?

Sauf que, ce bouton “Lire la suite” n’est jamais placé là de façon anodine. C’est une stratégie pour s’assurer une plus grande visibilité d’une publicité (quelle qu’elle soit) placée juste en dessous du bouton “Lire la suite”.

Selon l’information relayée par Seroundtable, les principaux portes-paroles de Google, que sont Gary Illyes et John Mueller, ont manifesté leur grande désapprobation de cette nouvelle pratique sur mobile.

Non seulement cela constitue une perte de temps pour l’utilisateur, mais c’est aussi une mauvaise expérience utilisateur qui peut être pénalisante.

Toujours est-il, pour répondre à une question sur ce sujet, John Mueller a répondu ce qui suit dans son Tweet :

En d’autres termes :

Ce n’est pas un interstitiel, mais oh combien je déteste ceux-là. Pourquoi pourquoi pourquoi un site veut-il masquer son contenu ?

Et Gary Yllies de rajouter :

Je n’ai jamais compris sa raison d’être. Ça génère plus d’argent ? Ou pourquoi les gens le font-ils ?

Bref, c’est comme cela que ça avait commencé avec les interstitiels. Aujourd’hui, on connaît la suite…

Alors, attention au retour de bâton.

Google AdSense n\'affichera que les annonces les plus rémunératrices

annonce une mise à jour importante dans son service AdSense qui a pour objectif d’afficher moins d’annonces AdSense sur vos pages Web. Mais, uniquement sur la base du volontariat.

Google AdSense

Avec cette mise à jour, la fonctionnalité “Niveau d’annonces” sort de l’onglet “Optimisations” du tableau de bord de car l’expérimentation via AdSense Labs est désormais terminée et validée par Google.

Maintenant, tous les éditeurs AdSense auront accès à cette fonctionnalité

Google AdSense propose de n\'afficher que les annonces les plus rémunératrices

“Niveau d’annonces” sera donc la première fonctionnalité testée avec des éditeurs via AdSense Labs, depuis son lancement en Juin 2016, pour permettre à Google de faire des expérimentations grandeur nature avec les éditeurs qui le souhaitent.

Ainsi, dans son post, Google veut rassurer les testeurs :

Comment configurer votre niveau d\’annonces ?

  • Connectez-vous à votre compte AdSense.
  • Dans le panneau de navigation de gauche, cliquez sur “Mes annonces”.
  • Cliquez sur .
  • Cliquez sur “Appliquer”.

avec les annonces les plus rémunératrices à hauteur de votre nouveau taux de remplissage des annonces.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Instagram vient d’introduire 3 nouvelles fonctionnalités dans ses Stories. Ce qui apporte la preuve que cette plateforme reste quand même unique dans son genre.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Les 3 nouvelles fonctionnalités d’ incluent : le partage des liens, les mentions et Boomerang, sa mini-vidéo en boucle.

Partage de lien sur Instagram

Avec le support des liens, préalablement disponible que pour les comptes vérifiés, un lien hypertexte peut être ajouté à une Story individuelle, et les utilmisateurs peuvent taper sur ce lien pour .

Les liens sont créés lorsque la Story est téléchargée, et un utilisateur devra taper sur “Voir plus” pour obtenir plus de contexte, permettant ainsi à l’expérience utilisateur de donner aux créateurs de contenu ce qu’ils recherchent : de l’engagement.

Ceci peut aussi être utile pour encourager les achats de produits, en connectant un consommateur directement à un site Web où un produit annoncé dans une Story peut être présenté. Les publications des médias (ou les blogs, ndlr) peuvent pointer des liens directement vers leurs articles à partir de leurs Stories.

En d’autres termes, Instagram devient aussi une vraie plateforme de distribution de contenu comme , , et autres. Pour info, Instagram compte plus de 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Soit, beaucoup plus que Twitter.

Une indication à prendre en compte pour partager aussi vos articles sur Instagram.

Les Mentions à la Twitter

Quant aux Mentions sur Instagram, elles sont désormais ouvertes à tous, et plus uniquement qu’aux comptes vérifiés.

Les Mentions, comme cela se fait sur Twitter, vont permettre à tous les profils de citer un utilisateur sur une photo ou une vidéo (bref, dans une nouvelle Story) en commençant son nom par le signe @ (ex : @monprofil) initié par Twitter.

Les utilisateurs n’auront qu’à autocompléter la saisie si les mentions font partie de leurs contacts.

Jusqu’à 10 profils pourront être mentionnés dans une Story. Et les personnes mentionnées recevront une notification via Instagram et, tout comme dans les commentaires, ces mentions seront cliquables afin d’accéder directement aux profils Instagram des personnes citées.

Boomerang

Boomerang, une fonctionnalité lancée en Octobre 2015, permet de créer des vidéos avec jusqu’à 5 photos successives qui vont jouer en boucle.

nouveau sélecteur de formats sous le bouton “Enregistrer”, avant de sélectionner l’option “Boomerang”.

Ce qui évite désormais d’ouvrir l’application Boomerang pour créer ses petites vidéos en boucle. C’est le genre d’intégration que Twitter devra faire avec Periscope.

L’utilisateur tape ensuite sur le bouton “Enregistrer” pour que l’appareil photo du mobile prenne une série de photos successives avant de les assembler en une mini-vidéo qui va jouer sans arrêt, d’avant en arrière.

Enfin, l’utilisateur pourra choisir de la partager avec ses amis via une Story.

Comment se préparer au lancement de l\'index mobile-first

Google vient d’annoncer le début de son expérimentation concernant son nouvel index mobile-first

Google teste son index mobile-first

Certes, comme indiqué ici, le lancement quasi-officiel devrait intervenir début 2017.
Mais, pour l’instant, préfère prévenir qu’il pourrait y avoir de grands changements dans les classements sur ordinateur.

Dans son post d’annonce, Google justifie ce changement par le fait que la majorité de ses utilisateurs font des recherches sur son moteur de recherche en utilisant leurs appareils mobiles.

Cependant, il estime que ses systèmes de classement prennent encore généralement en compte la version desktop du contenu d’une page afin d’évaluer sa pertinence pour l’utilisateur sur mobile.

Ce qui, selon Google, peut provoquer des problèmes lorsque la page mobile a moins de contenu que la page desktop parce que ses algorithmes n’évaluent pas la page réelle (mobile) qui est vue par le mobinaute effectuant une recherche.

C’est pourquoi, Google déclare ce qui suit :

Pour que nos résultats soient plus utiles, nous avons commencé des expérimentations pour mettre en pratique notre index mobile-first.

Bien que notre index de recherche continuera d’être un index unique pour les sites Web et les applications, nos algorithmes utiliseront éventuellement en priorité la version mobile du contenu de ce site pour classer les pages de ce site, pour comprendre ses et afficher des extraits à partir de ces pages dans nos résultats.

Bien sûr, même si notre index sera construit à partir des documents mobiles, nous allons continuer à construire une grande expérience de recherche pour tous les utilisateurs, qu’ils utilisent des appareils mobiles ou desktop.

Google confirme donc que ce test se fera sur une petit pourcentage pour commencer, avant de le généraliser lorsque qu’il sera certain de fournir une grande expérience utilisateur pour tous.

Toutefois, voici quelques recommandations de Google pour vous y préparer :

  1. Si vous avez un site en responsive design (adaptable à tous les types d’appareils) ou un site qui s’affiche de façon dynamique sur lequel votre contenu principal et son balisage de données structurées sont différents entre le mobile et le desktop, envisagez alors de faire en sorte qu’il y ait une conformité (ressemblance).
  2. Si vous disposez d’une configuration de site dont le contenu principal et le balisage sont différents dans l’ensemble sur mobile et desktop, vous devez envisager de faire quelques modifications à votre site.

    Car un site mobile de type “m.monsite1.com” et un site Web de type “www.monsite1.com” sont deux propriétés différentes qui doivent être inscrites et validées dans la Search Console.

  3. Assurez-vous de servir un balisage structuré identique pour la version desktop et mobile.
  4. Les sites peuvent vérifier l’équivalence de leur balisage structuré dans l’ensemble desktop et mobile en tapant l’URL des deux versions dans l’outil de test des données structurées et en comparant les résultats.
  5. Lorsque vous ajoutez des données structurées à un site mobile, évitez d’ajouter de grandes quantités de balisages qui ne sont pas pertinents pour l’information spécifique contenue dans chaque document.
  6. Utilisez l’outil de test du fichier robots.txt
  7. Les sites n’ont pas à apporter des modifications à leurs liens canoniques. Google va continuer à utiliser ces liens comme directives pour servir les résultats appropriés à l’utilisateur effectuant une recherche sur ordinateur ou mobile.
    • Si vous êtes un propriétaire de site qui a uniquement vérifié son site desktop dans Google Search Console, veuillez ajouter et vérifier votre version mobile. Et ce, afin de recevoir des notifications d’erreurs pour chaque type de site. Sans toutefois changer nécessairement les liens canoniques (ceux du site Web) qui peuvent rester identiques sur mobile et desktop. Ce qui vous évitera des pour duplicate content.
    • Si vous avez uniquement un site pour ordinateur, Google continuera à indexer correctement votre site desktop, même s’il utilise un \ »user agent\ » mobile pour voir votre site.

      Si vous générez une version mobile séparée de votre site, n’oubliez pas qu’un site fonctionnel orienté desktop peut être mieux qu’une version mobile du site brisée ou incomplète. Il est préférable pour vous de construire votre site mobile et le lancer lorsque vous êtes prêt.

Alors que tous les sites verront leur contenu classé par rapport à leur version mobile, il y a deux domaines spécifiques où les propriétaires de sites devront probablement apporter des modifications pour éviter d’être impactés négativement.

Le second concerne les sites qui ont retiré le balisage de données structurées de leurs pages mobiles.

Dans le cas contraire, pour les sites qui servent un contenu identique, c’est à dire les sites en responsive design ou les sites à diffusion dynamique, ils n’ont pas besoin de faire des modifications à leurs sites.

En résumé, retenez que Google commence dès aujourd’hui à tester et utiliser la version mobile de votre site, qui devra être mobile-friendly, en lieu et place de votre site Web pour ordinateur, pour classer vos pages dans les résultats de recherche à la fois sur mobile et desktop.

C’est donc votre site mobile qui servira de référence pour pour le classement sur tous les autres types d’appareils. Et plus l’inverse.

L’index mobile-first étant déjà considéré comme prioritaire par rapport à l’index desktop.