Google déploie l’outil de test des données structurées sur Schema .org

Plusieurs mois après que a déclaré qu’il déprécierait son outil de test des données structurées, Schema.org a lancé son propre validateur de balisage de .

Google déploie l’outil de test des données structurées sur Schema.org

Schema.org a lancé son outil de validation de balisage Schema sur validator.schema.org.

Le validateur de balisage Schema vous aide à valider vos données structurées sur votre site qui sont utilisées à des fins générales, en dehors de l’outil de test de résultats enrichis de Google.

Ainsi, un remplacement de l’outil de test des données structurées de Google est maintenant disponible, près d’un an après l’obturation de l’original, sous l’appelation de “Validateur de balisage Schema” (Schema Markup Validator), et est disponible en version bêta ouverte.

Lancé comme un sous-ensemble sur le site officiel de Schema.org, le nouvel outil n’est pas une copie exacte 1:1 de l’outil de test de données structurés de Google, mais il est fonctionne de manière similaire.

Google a fermé l’outil d’origine en Juillet 2020, affirmant que toutes ses fonctionnalités ont été migrées vers l’outil de test des résultats enrichis

Ce n’était pas vrai à 100%, cependant, parce que le test des résultats enrichis se limite à tester le balisage de données structurées qui est officiellement pris en charge dans les résultats de recherche de Google.

Il existe de nombreux autres types de données structurées au-delà de ce que Google utilise pour rendre les résultats enrichis dans les pages de résultats, et l’outil de test des résultats enrichis n’offre pas la possibilité de tester pour ceux-ci.

Après avoir entendu les commentaires des SEOs qui se plaignaient de la perte de l’outil de test des données structurées, Google a décidé de le faire exister sur un nouveau domaine.

En Décembre 2020, Google avait en effet annoncé que son outil fermé passerait sur Schema.org en Avril 2021. Et c’est désormais chose faite.

Un outil de test des données structurées « recentré »

Google a fait prendre conscience aux utilisateurs que l’outil Schema.org serait une version recentrée de l’original.

Le validateur ded données Schema est recentré en ce sens qu’il teste strictement pour les propriétés de Schema.org. Voici ce qui est indiqué dans la documentation de l’outil :

Il est capable de tester pour toutes les propriétés Schéma, pas seulement celles prises en charge dans les résultats de recherche de Google.

Les propriétaires et les développeurs de site peuvent exécuter un test dans le validateur de Balisage Schema soit en soumettant une URL, soit en fournissant le code brut. Il teste les données structurées dans le HTML de la page, ainsi que le balisage injecté par JavaScript.

Les fonctionnalités du validateur de balisage Schema incluent :

  • Les extraits JSON-LD 1.0, RDFa 1.1, le balisage Microdata.
  • Identification des erreurs de syntaxe dans le balisage.

Mis à part l’absence de la marque Google, l’utilisation du validateur se sent exactement comme l’utilisation de l’ancien outil de test des données structurées.

Après avoir migré vers le validateur de balisage Schema, les utilisateurs sont accueillis avec une invite familière pour entrer une URL ou un extrait de code.

Après avoir migré vers le validateur de balisage Schema, les utilisateurs sont accueillis avec une invite familière pour entrer une URL ou un extrait de code.

Les résultats sont livrés quelques secondes après avoir cliqué sur le bouton vert “Tester”. Voici un exemple d’un test d’une page d’Arobasenet.com :

Les résultats sont livrés quelques secondes après avoir cliqué sur le bouton vert “Tester”. Voici un exemple d’un test d’une page d’Arobasenet.com

D’après la documentation de référence de Schema, le Validateur du Balisage Schema est confirmé pour être le remplaçant de l’outil de test de Google :

Il est basé sur l’outil précédemment connu sous le nom de l’outil de test des données structurées de Google et est fourni par Google comme un service pour la communauté Schema.org.

Ceux qui utilisent l’outil dans le cadre de leur travail au quotidien doivent garder à l’esprit qu’il s’agit d’une bêta et des erreurs inattendues peuvent se produire.

Cela nous donne tout de même un autre outil que nous pouvons utiliser pour valider les données structurées que nous ajoutons à nos sites.

Il devrait vous donner plus d’outils dans votre ensemble d’outils pour soutenir votre site et débuguer des problèmes sur vos sites Web.

Source : Searchengineland

L’outil de test des résultats enrichis permet de choisir un user-agent

Comme on le sait maintenant, les résultats enrichis sont des résultats de recherche qui vont plus loin que le simple lien bleu cliquable.

L\'outil de test des résultats enrichis permet de choisir un user-agent

D’où l’intérêt de l’outil de test des résultats enrichis qui se concentre sur les types de données structurées qui sont éligibles pour être montrés comme des résultats enrichis.

Et vient d’annoncer dans un Tweet qu’il est désormais possible de sélectionner le robot “Googlebot pour smartphone” pour vous préparer à l’indexation orientée mobile.

En d’autres termes :

Nous sommes heureux d’annoncer un nouveau sélecteur pour desktop/mobile au test des résultats enrichis.

La nouvelle fonctionnalité vous aidera à examiner votre implémentation des en utilisant les deux agents utilisateur pour préparer l’indexation mobile-First.

 

La nouvelle fonctionnalité vous aidera à examiner votre implémentation des données structurées en utilisant les deux agents utilisateur pour préparer l’indexation mobile-First.

Google a donc mis à jour son outil de test des résultats enrichis pour permettre de faire des tests séparés sur mobile et desktop.

Et ce choix d’agent utilisateur permet donc ainsi aux propriétaires de sites de tester l’éligibilité des résultats enrichis sur leurs sites soit sur mobile, soit sur ordinateur.

Ce choix d’agent utilisateur permet ainsi aux propriétaires de sites de tester l’éligibilité des résultats enrichis sur leurs sites soit sur mobile, soit sur ordinateur.

Le résultat du test vous indique si « votre page est éligible aux résultats enrichis » et vous montre les éléments détectés sur votre page tels que le champ associé aux liens sitelink, la présence du logo, etc.

Pour rappel, un user agent ou agent utilisateur est une application cliente utilisée avec un protocole réseau particulier.

L’expression est plus généralement employée comme référence pour celles qui accèdent au World Wide Web.

Les agents utilisateur du Web vont de la gamme des navigateurs jusqu’aux robots d’indexation, en passant par les lecteurs d’écran ou les navigateurs braille pour les personnes ayant une incapacité.

La chaîne « User-Agent » est l’un des critères utilisé pour exclure un certain nombre de pages ou une partie d’un site Web en utilisant le « protocole d’exclusion des robots » (robots.txt).

Ceci permet aux webmasters qui estiment que certaines parties de leur site Web ne devraient pas être incluses dans les données recueillies par un robot en particulier, ou qu’un robot en particulier épuise trop la bande passante, de l’inviter à ne pas visiter ces pages.

 

Se préparer à l’indexation orientée mobile

L’indexation orientée mobile (ou index mobile-first) signifie que Google utilise principalement la version pour mobile d’un site pour l’indexation et le classement.

Auparavant, lors de l’évaluation de la pertinence d’une page par rapport à la requête d’un utilisateur, l’index se référait majoritairement à la version pour ordinateur du contenu de cette page.

Toutefois, comme la plupart des internautes accèdent aujourd’hui à Google via leur appareil mobile, la version pour mobile est à présent celle qui est principalement utilisée par l’index. Et comme le confirme Google, aucun index séparé spécifique n’est créé pour le contenu pour mobile. Nous continuons à n’utiliser qu’un seul index.

Avec l\’indexation orientée mobile, Googlebot explore et indexe principalement les pages avec l’user agent pour smartphone. Google confirme aussi qu’il affichera l’URL la plus appropriée pour les utilisateurs (que celle-ci soit destinée aux ordinateurs ou aux mobiles) dans les résultats de recherche.

Et comme Google l’avait précédemment, il procédera à une transition progressive des sites afin de garantir aux propriétaires et utilisateurs de sites une expérience de qualité.

Il évalue donc chacun des sites individuellement pour voir s’ils sont prêts pour l’indexation orientée mobile, en se basant sur les bonnes pratiques, puis il procède à la transition le moment venu.

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

Après avoir annoncé que beaucoup plus de sites allaient migrer

Google révèle de nouveaux détails concernant l\'index mobile-first

En fait, ce sont 4 précisions qui ont été apportées à l’évolution de ce basculement actuellement en cours:

  1. index mobile-first

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré :

    Cependant, vous pouvez rechercher les signaux suivants qui peuvent confirmer si votre site a déjà migré
    Images via Searchenginejournal.com
    • Une baisse importante du trafic de votre site via l’ordinateur.

    rapports de la Search Console pour indiquer quand le site a été déplacé vers le nouvel index. De cette façon, les propriétaires de sites seront en mesure de facilement comparer les données avant et après le basculement.

  2. Basculement des sites individuels qui sont “prêts” :

    déplacer des sites individuels qui sont les plus prêts

    Pour comprendre ce que signifie par “prêt”, regardez ce qui fonctionne dans la recherche mobile en ce moment.

    Un site optimisé pour la recherche mobile sera prêt pour l\'index mobile-First.

    Et donc, un site en responsive design et un contenu AMP auront la préférence de Google.

  3. Le balisage sur les sites mobiles est important :

    Google ne fera plus référence au balisage de la version desktop

    le balisage ou l’ajout des balises sur les sites mobiles sera important à l\'avenir

    Il en est de même pour le balisage Schema de données structurées.

    Par exemple, ils peuvent croire que les balises ALT ne sont pas importantes sur mobile parce que vous ne pouvez pas survoler une image avec un curseur comme vous pouviez le faire sur ordinateur.

    devez inclure le même balisage sur les 2 versions pour vous assurer que Google sera en mesure de le voir.

  4. Vous n’êtes pas encore prêts pour le mobile first ?

    un site mobile mobile-friendly prêt.

    Un bon site desktop est mieux qu\'un mauvais site mobile

Les tout derniers conseils SEO de Google sur l\'index Mobile-First

Google avait annoncé l’année dernière être en train d’expérimenter l’index Mobile-First afin d’utiliser, désormais, les performances de la version mobile du contenu pour le classement de ce contenu tant sur mobile que sur ordinateur.

Les tous derniers conseils SEO de Google sur l\'index Mobile-First

Pour , actuellement, les systèmes d’exploration, d’indexation et de classement de Google regardent exclusivement la version ordinateur (desktop

Le Mobile-First Index signifie alors, d’après Googleen priorité, les utilisateurs du mobile à trouver ce qu’ils cherchent.

Google déclare par la suite :

Les webmasters verront une augmentation significative de l’exploration par le robot “Smartphone Googlebot”, et les extraits dans les résultats, ainsi que le contenu sur les pages de cache Google, seront issus de la version mobile des pages.

Comme Google l’avait dit, les sites qui utilisent le responsive design ou conception adaptable avec le mobile et implémentent correctement la diffusion dynamique (qui inclut tout le contenu desktop et le balisage) .

  1. Assurez-vous que la version mobile du site a également du contenu important, de haute qualité. Cela inclut le texte, les images (avec les attributs alt) et les vidéos dans les formats habituels et indexables.
  2. Les données structurées

    Elles devraient être à la fois sur la version mobile et la version desktop du site. Assurez-vous que les URL dans les sont mises à jour vers la version mobile sur les pages mobiles.

  3. Les métadonnées doivent être présentes sur les 2 versions du site.

  4. l\’interconnexion avec des URL mobiles distinctes (sites m.-dot).

    Pour les sites utilisant des URL mobiles distinctes, conservez les éléments du lien existant rel = “canonical” et link rel = “alterner” entre ces versions.

  5. éléments de link rel = “hreflang”

  6. exploration) potentiellement accru.

    m.example.com.

ce processus a déjà commencé

C’est pourquoi, il pense que faire cela lentement aidera les webmasters à obtenir que leurs sites soient prêts pour les utilisateurs mobiles. Raison pour laquelle, il confirme à nouveau, qu’il ne dispose d’aucun calendrier pour quand tout cela va se terminer.

Comment passer d\'une URL mobile séparée à une URL Responsive ?

Le mobile-first de Google, dont on connaît approximativement la période de lancement, préoccupe de plus en plus les propriétaires de sites, contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Google : Comment passer d\'une URL mobile séparée à une URL Responsive

Et, ce que l’on sait à ce jour, c’est que la validation du mobile first se fera au cas par cas, en ce qui concerne .

Avec plus de sites migrant vers la conception Web réactive, et donc en responsive design, pour être mobile-friendlyvia par exemple : m.mondomaine.com), vers des URLs Reponsives.

Ce sujet s’adresse donc à ceux qui ont un site séparé, en plus de leur site desktop. Ce qui entraîne en général la gestion de 2 URLs distinctes pour un même contenu.

Ci-dessous les étapes recommandées par Google :

  • Configurez les Redirections 301 sur les anciennes URLs mobiles séparées pour pointer vers les versions réactives (les nouvelles pages en responsive design).
    Images via Google

    Ces redirections doivent être effectuées sur une base par URL, individuellement, à partir de chaque ancienne URL mobile séparée vers les nouvelles URLs réactives.

    1. Comme une bonne pratique, mettez en place l’attribut canonique (rel = canonical) sur les nouvelles URLs en responsive pointant vers elle-mêmes (attributs canoniques autoréférentiels).

Google rappelle, après ses recommandations, que le passage à un site réactif devrait faciliter la maintenance et les rapports des statistiques de performance.

telles que l\’attribut “hreflang”AMP pour la vitesse, des données structurées pour les fonctionnalités de recherche avancée et plus encore.

Google : Pourquoi les extraits enrichis ne s\'affichent pas dans les résultats ?

Par définition, les rich snippets ou extraits enrichis affichés dans certains résultats de recherche de sont des informations supplémentaires issues du contenu du lien afin d’apporter plus d’informations sur le contenu à visiter.

Google : Pourquoi les extraits enrichis ne s\'affichent pas toujours dans les résultats ?

Toutefois, pour un certain type de contenu (livre, recette de cuisine, vidéo, musique, événement, auteur…), Google affiche des extraits enrichis si le contenu du lien affiché inclut un balisage des données structurées.

Cependant, quelle que soit la méthode utilisée par Google pour afficher ces rich snippets qui mettent en valeur le résultat de recherche qui en bénéficie, .

C’est en substance ce que l’on peut retenir de l’échange sur entre Zineb Ait Bahajji (alias @Missiz_Z sur Twitter), Webmaster Trends Analyst chez Google, et Kevin Monnier.

Cet échange nous permet en effet d’en savoir un peu plus sur comment Google décide d’afficher des rich snippets dans ses résultats de recherche.

Je vous laisse lire les questions-réponses par Tweets interposés.

Comme vous l’avez lu, elle ne fait pas cas du délai pour l’affichage des extraits enrichis, et que seules la qualité et la pertinence du contenu peuvent encourager leur affichage.

Tout ceci pourrait alors expliquer pourquoi, alors que tous les contenus d’une même page de résultats peuvent avoir des balisées, la grande majorité n’en affiche pas pour une requête A.

Toutefois, ces mêmes contenus balisés avec le codage schema.org qui n’affichent pas d’extraits enrichis pour la requête A pourraient en afficher pour la requête B ou C.

D’où la pertinence dont parle Zineb Ait Bahajji, en plus de la qualité. C’est pourquoi on peut parfois voir des contenus de très bonne qualité en bonne position mais sans extraits enrichis, alors que des liens classés plus bas sur la même page de résultats peuvent afficher des extraits enrichis.

Or, on le sait maintenant, les extraits enrichis ont un réel impact sur le taux de clics, même pour un lien classé en deuxième position qui en bénéficie.

Nous comprenons maintenant que Google évalue les autres sites susceptibles de s’afficher pour une même requête, avant d’utiliser cette donnée pour décider quels résultats bénéficiera des extraits enrichis.

En conclusion, l’affichage des extraits enrichis dans les résultats de recherche de Google est à la discrétion de l’algorithme de classement de Google. Et, comme Google l\’a souvent dit, le balisage des données structurées ne garantit pas leur affichage lors des recherches.

Google Search Console introduit le rapport d\'erreurs des pages AMP

pages Accelerated Mobile Page (AMP), a récemment proposé aux webmasters qui le désiraient de s’inscrire pour participer au test AMP en avant-première.

Google AMP

Il s’agit pour Google d’obtenir des feedbacks sur la qualité des pages légères pour un affichage rapide des contenus sur mobile.

Et pour aider ces webmasters, et plus tard tous ceux qui auront des pages mobiles allégées, Google vient de lancer le rapport d’erreurs des pages dans Console (Apparence de la recherche -> Accelerated Mobile Pages).

Quitte aux webmasters de corriger les erreurs éventuelles dans leurs pages Accelerated Mobile Page (AMP) afin qu\’elles puissent être largement diffusées aux mobinautes.

Bien évidemment, pour que ce rapport s’affiche pour indiquer vos erreurs ou pour vous notifier qu’il n’existe aucune erreur, vous devez ajouter le code AMP dans le code source de vos pages web actuelles.

Google Search Console introduit le rapport d\'erreurs des pages AMP

En général, Google aura surtout besoin de rel=amphtml de la page web et rel=canonical de la page AMP pour créer son rapport d’erreurs dans la Search Console, si erreurs il y a.

Le rapport AMP montre que les pages AMP ont été correctement indexées ou les erreurs AMP spécifiques rencontrées lorsque Google analyse les pages AMP trouvées sur votre site.

Les erreurs de connectivité, les liens brisés et les autres erreurs n\’apparaissent pas dans le présent rapport. Les pages mobiles avec des erreurs AMP notifiées dans ce rapport n\’apparaîtront pas dans les résultats de recherche Google avec les fonctionnalités spécifiques à AMP.

A savoir l’affichage dans le carrousel des résultats AMP.

Comment utiliser le rapport AMP ?

Si Google constate qu’il existe des pages de l\’AMP sur votre site, il affichera ultérieurement un graphique des pages AMP avec succès ainsi que les pages avec des erreurs AMP spécifiques.

  • Pour voir les erreurs par type : la page de destination du rapport AMP affiche une liste des erreurs AMP par type d\’erreur. Cliquez sur une ligne de type erreur pour voir quelles pages ou URLs ont cette erreur.

A cela s’ajoute la date de détection de chaque erreur afin de mieux repérer quand le problème a pu survenir.

Si vous avez corrigé l’erreur mais que cette erreur est toujours indiquée dans le rapport Accelerated Mobile Page (AMP), n\’oubliez pas que Google explore les pages périodiquement.

Vous pouvez attendre la prochaine visite régulière de Googlebot ou vous pouvez demander une nouvelle analyse rapide via l’outil Explorer comme Google via .

Si vous pensez soumettre un fichier Sitemap au format XML avec uniquement des liens AMP, ce ne sera pas nécessaire car il pourrait n’être qu’accessible qu\’à Google. Or, tous les services et plateformes participant au projet AMP devront tous avoir accès à la version AMP (, par exemple, ne connaît probablement pas votre URL Sitemap).

En cas d’erreur signalée dans le rapport AMP et corrigée par vous, Google se fiera à la propriété “lastmod” qui indique la date de la dernière modification de la page pour l’indexer à nouveau si elle dispose du lien alternatif amphtml.

Google entend améliorer et affiner ce rapport d\’erreurs des pages Accelerated Mobile Page au fil du temps.

Google relooke son portail d\'aide SEO pour les webmasters

Lorsque vous irez vous connecter à Google Search Console

Google aide aux webmasters

Il s’agit d’un tout nouveau design qui facilite la découverte de l’information recherchée, ainsi que quelques nouvelles pages de conseils , y compris un calendrier qui répertorie tous les événements SEO de pour les webmasters.

Google déclare dans son post d’annonce “

Voici comment se présente le nouveau portail pour webmasters de Google à partir duquel vous allez, en principe, désormais vous connecter à votre compte .

nouvelle page support

Google relooke son portail pour webmasters pour mieux vous aider
Image via Google

Et si votre question ne figure pas dans la liste de problèmes fréquents pour lesquels Google vous donne des réponses immédiates, vous pouvez accéder à d’autres ressources pour obtenir une aide personnalisée selon les rubriques ci-dessous :

  • Apprenez à utiliser la Search Console pour surveiller vos performances sur la recherche Google et voir si Google peut indexer votre site Web.
  • Aide pour les sites piratés : Si votre site a été piraté, suivez les étapes et consultez des vidéos explicatives pour savoir comment y remédier.
  • Outil de dépannage pour les webmasters :
  • Hangouts et Office Hours :

La page support du site web pour les webmasters de Google vous propose aussi un accès direct aux outils de test de Google, qui sera aussi d’une grande aide à ceux qui prêtent assistance aux autres webmasters ayant des problèmes.

Les outils de test disponibles sont :

  • Test de compatibilité mobile : Vérifiez que les pages de votre site respectent les critères de Google pour les sites mobiles.
  • PageSpeed Insights :

L’onglet “Formation” du menu de navigation donne accès à des guides, des cours en ligne et à des ressources populaires pour apprendre à créer un contenu de qualité pour vos visiteurs. Voici que ce vous y trouverez :

  • Vérifier que votre site est adapté aux mobiles :
  • Améliorer votre présence dans les résultats de recherche avec le SEO :

Pour finir, Google propose dans son nouveau site d’aide aux webmasters, depuis l’onglet “Communication”, un accès à des informations issues de sa communauté, de ses propres actualités et de ses événements.

Le calendrier disponible permet de se tenir informé des prochains événements SEO de Google (hangouts, par exemple).

Bing lance la réservation d\'hôtel et améliore ses résultats mobiles


Et ce, en ajoutant un système de réservation en ligne en partenariat avec TripAdvisor et en incluant des mentions et des liens supplémentaires (sitelinks) dans ses résultats de recherche mobile.

Bing Search SEO


Désormais, lorsque les utilisateurs rechercheront un hôtel précis sur .com (voir exemple ici

En cliquant sur le bouton \ »Trouver un tarif\ », ils seront redirigés vers TripAdvisor où la plateforme leur proposera les \ »meilleurs prix pour leur séjour

Cette possibilité de réservation démarrant sur Bing est disponible dans 22 pays (et dans 14 langues) dont la France, le Canada, la Belgique…

Amélioration des résultats de recherche mobile

Bing a également mis à jour ses résultats de recherche mobile en ajoutant des informations complémentaires dont certaines sont issues des données structurées :

  • Une notation par étoiles,
  • Le nombre de commentaires,
  • Des liens Sitelink vers les pages internes du site web
  • Le type de fichiers (PDF, Doc, etc) pour les pages qui ne sont pas en HTML.
Nouveaux résultats de recherche mobile de Bing
Image via Bing.com

71% des auteurs ayant un profil Google+ n\'utilisent pas l\'Authorship

Chiffres adoption de Google AuthorShip



sans être connectées à leurs comptes Google Plus.

personnes connectées à leur profil.

.

+Eric Enge

Méthodologie de l\’étude

Pour les éditeurs, Eric Enge a vérifié les points suivants :

  • Ont-ils une page dédiée aux auteurs sur leurs sites ?

Images via stonetemple.com

Résultat des courses concernant les 150 sites de grands médias :

  • 25% des 28 sites qui n\’ont pas tenté l\’installation de l\’authorship (soit 7) affichent correctement le balisage des données structurées. Sans doute à l\’aide du balisage schema.org.

Résultats pour les 500 auteurs travaillant pour le compte des 150 sites de grands médias et qui ont oui ou non un profil +, il s\’agit de savoir,  s\’il l\’avaient, dans quelle mesure ils l\’utilisent dans leurs articles pour en revendiquer la paternité.

  • 261 auteurs, soit 50,2%, n\’avaient pas de profil Google+.
  • 108 auteurs, soit 20,8%, avaient un profil Google+ mais n\’avaient aucun lien de profil pointant vers le site de leurs Editeurs. Donc, pas d\’authorship.
  • 151 auteurs, soit 29%, avaient un profil Google+ avec un ou plusieurs liens pointant vers le site de leurs Editeurs. Donc, authorship.

Ainsi, sur les 500 auteurs vérifiés, 71% (soit 369) ne participaient pas à l\’AuthorShip.

Au final, cette étude, qui reste juste une étude avec une moyenne sur un panel précis, attesterait du fait que l\’authorship était assez compliqué à installer pour les auteurs qui l\’abandonnaient ou l\’ignoraient.

Ce qui pourrait d\’une manière ou d\’une autre justifier sa suppression.