77% de l\'ensemble des internautes lisent les blogs

intérêt de créer un blog professionnel.

chiffres du blogging

blogs a complètement changé la nature de l’information et des médias. Notamment au cours de ces 10 dernières années, alors que beaucoup pensaient encore, il y a peu, que les réseaux sociaux y mettraient un terme. Que nenni.

passionsoutils SEO destinés à la promotion des blogs.

L\ »infographie ci-dessous vous fournira tout ce dont vous avez besoin de savoir par rapport au blogging, notamment les , mais aussi pour créer des articles de blogs que les lecteurs voudront lire et surtout partager. Mais, aussi des articles que les moteurs de recherche vont adorer mettre en avant dans leurs résultats de recherche.

Les chiffres du blogging

  • Plus de 6,7 millions de personnes bloguent sur des plateformes (gratuites ou payantes) de blogs.
  • 81% des consommateurs américains font confiance aux informations et conseils provenant des blogs.
  • 77%
  • 46%
  • 33% des entreprises en B2B utilisent des blogs pour leurs promotions.
  • Plus de 53% des blogueurs ont entre 21 et 35 ans.
  • 23%
  • 7 minutes maximum de temps de lecture et entre 1.500 et 1.600 mots.
    • Un titre
    • Un chapô
    • Des sous-titres et listes
    • Des images et photos
    • Des astuces et conseils
    • Des vidéos
    • Des citations intéressantes
    • call-to-action)
    Infographie via Digitalinformation world.com

  • 8 personnes sur 10 (80%) liront le titre de votre article.
  • Et seules 2 personnes sur 10 (2%) de ces personnes liront votre article de blog.
  • Les posts incluant une vidéo attirent 3 fois plus de backlinks que les textes sans vidéo.
  • 73%
  • Les posts avec images génèrent 94% plus de vues que ceux sans images.
  • 51%

C\'est quoi le contenu dupliqué pour Google ?

Le contenu dupliqué ou contenu en double est aussi l’un des sujets récurrents du référencement Web abordés par les .

Qu\'est-ce que Google entend par contenu dupliqué ou en double ?

Et ce, en raison du fait qu’il existe différentes sortes de contenus en double dont certains peuvent être pénalisés par et d’autres pas.

Le dernier Hangout de John Mueller sur le “duplicate content”

Par définition, et selon Google

Alors, voici quelques précisions de John Mueller :

  • Le contenu dupliqué touche à peu près tous les sites web, quelle que soit leur taille.
  • Selon John Mueller, le contenu en double, c’est un même contenu sur un même site. C’est aussi un même contenu avec un même chemin d’accès dans des URLs avec et sans WWW.
  • N’est pas un contenu dupliqué un contenu traduit ou adapté à partir d’une autre langue (ce n’est pas une raison pour ne pas citer la source). Il en est de même avec différentes pages ayant un même titre et/ou une même description, ainsi que le contenu dans les applications.
  • John Mueller confirme ce qu’avait déjà dit Gary Illyes en Mars 2015, à savoir que le contenu dupliqué n’est pas en soi une cause de pénalité.
  • Les contenus dupliqués sont une perte de temps de stockage et de ressources serveurs.
  • Si une page est dupliquée, Google ne conserve qu’une seule copie.
  • Un contenu dupliqué pour 2 localisations dans deux pays différents n’est pas une cause de pénalité.

La pénalité de contenu dupliqué est donc un mythe.

Comment gérer les contenus dupliqués

Selon Google, les mesures suivantes vous permettent de résoudre les problèmes de contenu en double de manière proactive et de vous assurer que les visiteurs accèdent au contenu que vous souhaitez leur présenter.

  • Utilisez les redirections 301 : si vous avez restructuré votre site, utilisez des redirections 301 (\ »RedirectPermanent\ »
  • Soyez cohérent :http://www.example.com/page/, http://www.example.com/page ni http://www.example.com/page/index.htm.
  • Utilisez des domaines de premier niveau :

    Google peut supposer que le site ”http://www.example.de”“http://www.example.com/de” ou http://de.example.com.

  • Soyez prudent en diffusant votre contenu :Guest blogging), Google affichera systématiquement la version jugée la plus appropriée pour les internautes pour chaque recherche donnée, qui pourra correspondre ou non à celle que vous préférez.

    notamment en guest blogging) inclut un lien renvoyant vers votre article original.

  • Utilisez Search Console pour indiquer à Google comment indexer votre site : vous pouvez indiquer à Google votre domaine favori (par exemple, http://www.example.com ou http://example.com).
  • Limitez les répétitions :l\’outil de gestion des paramètres
  • Évitez la publication de pages incomplètes :Meta noindex pour bloquer leur indexation.
  • Apprenez à maîtriser votre système de gestion de contenu :
  • Limitez les contenus similaires :
  • rel=\ »canonical\ » ou des redirections 301.

Si votre site a été retiré des résultats de recherche, après avoir apporté les modifications nécessaires et vous être assuré que votre site respectait ses consignes SEO, envoyez une demande de réexamen à Google.

Google n\'exécute pas immédiatement l\'attribut rel=canonical

SEO : Google n\'exécute pas immédiatement l\'attribut rel=canonical

Selon Matt Cutts, ceux qui publient des contenus similaires ou dupliqués sur des pages différentes devraient utiliser le tag rel=canonical afin de consolider le PageRank de ces contenus et éviter tout problème avec .

Seulement, voilà. +John Mueller

Ce qui reviendrait à dire que la page pourrait être indexée telle quelle pendant un certain temps.

vidéo 48:30


Selon John Mueller, Google traite le code rel=canonical comme une simple \ »suggestion\ » et non comme une \ »directive

Il faut donc retenir que l\’attribut rel=canonical

Et, de préférence, utilisez les redirection 301 pour les URL non canoniques.

En effet, il est judicieux de choisir parmi vos URL votre URL favorite (canonique

Google arrête l\'Authorship et officialise le PublisherShip

Pas plus tard que la veille, je publiais un article faisant mention de la disparition des photos d\’authorship dans les résultats personnalisés de .

Clap de fin de Google Authorship

Finalement, il s\’en est suivi une autre annonce du même John Mueller de Webmaster déclarant l\’arrêt définitif de l\’Authorship et de toutes ses fonctionnalités.

Comme dirait l\’autre, avoir travaillé pendant plus de 3 ans pour optimiser notre authorship pour en arriver là.

Ainsi, plus personne ne pourra lier son profil Google+ à ses contenus web afin d\’en revendiquer la paternité. De même plus aucune photo de l\’Authorship n\’apparaîtra sur les pages de résultats de Google, tout comme la simple mention du nom de l\’auteur d\’un résultat avec un lien pointant vers son profil Google+.

Ainsi va Google…

Fin de Google Authorship via Google.

Désormais, parlons de PublisherShip

Donc, plus aucun internaute ne sera influencé par son entourage social sur les pages de résultats de Google. On revient ainsi au statut quo ante, celui d\’avant l\’arrivée de Google+.

Par contre comme je vous l\’annonçais dans mon post de la veille, Google officialise, de facto mais en silence, l\’existence du PublisherShip (jusqu\’à preuve du contraire !). Désormais, et au moment de la rédaction de cet article, seuls les logos des pages My Business s\’affichent dans les résultats personnalisés avec un lien vers les posts Google+ des pages My Business et avec un  autre lien sur le nom de la page ou de la marque vers la page Google My Business elle-même.

Voici d\’ailleurs un commentaire de John Mueller dans le post intégré ci-dessous :

Le PublisherShip est l\’équivalent de l\’authorship, mais uniquement pour la page My Business. C\’est là où tout se passe désormais. La confiance de Google a été transférée des profils Google+ vers les pages .

En cause, l\’ouverture récente des profils Google Plus à l\’utilisation libre des pseudos qui, in fine, n\’apporterait plus aucune crédibilité aux yeux de Google. Mais, Google se devait de le faire pour absorber les centaines de milliers de profils de son réseau social Orkut qui va fermer définitivement en Septembre prochain.

Ceux-ci ayant été invités à migrer avec leurs pseudos vers Google+.

Il faut aussi reconnaître que l\’authorship en lui-même n\’a pas produit le résultat escompté, c\’est à dire une adhésion massive de tous les webmasters et autres auteurs de contenus. Ceci étant dû au fait de la complexité de son installation par rapport à la simple validation d\’un site depuis les pages My Business.

Et puis, souvenez-vous, Google vient de déclarer le guest blogging de faible qualité comme étant du spam. En retirant donc l\’authorship, c\’est aussi une autre façon plus simpliste pour Google d\’envoyer un signal d\’arrêt au Guest Blogging. Et donc, de n\’accorder les signaux sociaux de Google+ qu\’aux seuls contenus produits par la Page My Business qui lui paraît désormais plus crédible.

Ce sont d\’ailleurs les pages Google+ qui ont, jusqu\’ici, bénéficié de l\’affichage sur les SERPs (pour l\’instant qu\’aux Etats-Unis) des articles In-Depth (ou articles profonds). C\’était déjà un signe… de plus de confiance pour celles-ci.

Vous l\’aurez donc compris, la visibilité sur Google Search à partir de vos activités sur Google+ passent maintenant par les Pages My Business. Et surtout, pensez à utiliser de plus en plus le balisage schema.org sur votre site.

Au final, c\’est une grosse claque que viennent de prendre tous les marketeurs et autres webamsters qui ont cru en l\’Authorship et ont pensé pouvoir s\’en servir pour gagner en visibilité sur Google Search. La déception doit être grande… chez vous aussi ?

Google+ : 3 années d\'existence déjà et un bilan

+, la couche sociale ajoutée à Google qui fonctionne comme un réseau social, a été lancé outre-Atlantique le 28 Juin 2011.

Google Plus fête donc son 3ème anniversaire !

3eme anniversaire Google+



Alors, question : est-ce que Google+ se porte si mal que ça ?

Alors, retour en toute objectivité sur un succès en demi-teinte.

Google et les réseaux sociaux

Le 24 Janvier 2004, Google a lancé son premier réseau social dénommé Orkut

Le 12 Mai 2008, Google lançait sa plateforme sociale dénommée FriendFeed

Le 9 Février 2010

Les Pour et les Contre de Google+

Les Pour de Google Plus :

  • Google Authorship : Avoir un compte Google+ permet de revendiquer la paternité de tous vos contenus web.
  • Hangouts

Les Contre de Google Plus :

  • Intégrations forcées : En vue de recruter sans doute toujours plus de membres pour Google+, Google a intégré Google Plus dans tous ses produits et services existants. Obligeant ainsi, par exemple, les utilisateurs à créer un compte Google+ pour pouvoir commenter sur Youtube
  • Système de navigation

Facebook contre Google+

Même si Google+ n\’est pas un réseau social comme Facebook, il est toujours tentant de les comparer.

Les chiffres Google+

lire cet article.

Quel futur pour Google Plus

Le 24 avril 2014

Ce fut comme un coup de tonnerre qui laissa libre cours à toutes les spéculations quant à la survie ou non de Google+.

la fonctionnalité Google+ Direct Connect censée envoyer les utilisateurs directement sur les Pages Google+ des marques et entreprises recherchées sur le moteur.

allaient disparaître des pages de résultats

Infographie via Digitalinformationworld.com

Quand Google pénalise un site pour publication d\'article hors thématique


Publier un article sur votre blog dans une thématique ne correspondant pas à ce que sait de vous peut-il entraîner des ?

Au regard de ce qui va suivre, il semble que \ »Oui\ », selon Matt Cutts. Explications.

Vous avez peut-être tenté de vous exprimer sur des sujets variés et divers sur votre blog ? Ceci ne serait plus une bonne idée si vous souhaitez bénéficier des faveurs de Google. Car, selon Chris Crum  , vous devez vous focaliser sur ce que vous maîtrisez, donc sur votre domaine de compétence, ou tout du moins dans la thématique que Google reconnaîtrait à votre site.

Surtout si vous pratiquez du guest blogging et acceptez des auteurs invités sur votre blog.

entre Matt Cutts et un très respecté Auteur dont le site a récemment été pénalisé manuellement.

Le Guest Blogging toujours dans le collimateur ?

Si vous publiez un article sur un site de notoriété respectable et populaire, surtout si c\’est le site qui a insisté pour que vous y publiez, il serait normal, en principe, que ce site renvoie un lien pointant vers votre propre site pour vous faire découvrir davantage. Un lien en DoFollow de surcroît.

N\’est-ce pas la preuve de la reconnaissance de votre Autorité et de votre expertise ?

Et pourtant, Google ne semble pas vouloir l\’entendre de cette oreille. Bien au contraire.

C\’est aujourd\’hui un secret de pollichinelle que Google, après les liens factices pénalisés, est actuellement parti en croisade contre le guest blogging. La récente sanction prise à l\’encontre de MyBlogGuest.com  en est le symbole compte tenu de l\’écho retentissant sensé instaurer une nouvelle fois la psychose chez ceux qui le pratiquent.

De plus en plus de sites recevraient des pénalités manuelles pour des posts d\’auteurs invités.

C\’est ainsi que le dénommé SEO Doc Sheldon, qui aurait une bonne réputation SEO, s\’est vu infligé une action manuelle pour avoir accepté de publier sur son blog un guest post que Google a estimé hors sujet par rapport à la thématique attitrée de son blog.

Même si cet article incriminé concernait le marketing, peut-être qu\’il y en avait d\’autres, c\’est celui que Google a pointé du doigt et a sanctionné.

Google imposerait-il des thématiques aux sites ?

Ayant reçu une notification de la part de Google pour \ »vente de lien laissant passer du PageRank ou participation à un réseau de liens…\ », Doc Sheldon a publié une lettre ouverte qu\’il a partagée avec Matt Cutts, Eric Schmidt, Larry Page, Sergey Brin, etc…

C\’est Matt Cutts qui s\’est chargé de répondre dans un tweet en disant ceci : \ »Qu\’est-ce que \ »Bonnes Pratiques pour réseau social hispanique\ » a à faire avec un blog sur la rédaction SEO ? C\’est ce qui justifie l\’action manuelle.\ »

Ce à quoi répond à son tour Doc Sheldon : \ »Mon blog a rapport avec le SEO, le marketing, le social média, le développement web… Il parle de beaucoup de choses. Sinon, je ne l\’aurais pas lancé\ ».

A ce stade, il y aurait comme une forme d\’irrationalité à voir Google tenter d\’imposer une thématique à un site. D\’où le tweet suivant de Doc Sheldon : \ »Devons-nous donc comprendre que juste un lien justifie une pénalité ? Vous envoyez un message pour CELA\ ».

Donc, au final, nous avons deux problèmes en un. Google reproche à Don Sheldon d\’avoir publié un guest post en Mars 2013 en dehors de sa thématique de prédilection, donc un article non approprié, et aussi le suspecte d\’avoir un lien factice à partir de ce même article. Mais, Matt Cutts ne dit pas que l\’article incriminé est de mauvaise qualité. Mais seulement hors thématique.

La réaction de Danny Sullivan

Ulcéré par cette pénalité qui pour lui serait de trop, Danny Sullivan du site Serachengineland.com  a publié à son tour un article pour faire part de sa désapprobation. Il se demande pourquoi Google voudrait-il s\’arroger le droit d\’indiquer aux webmasters sur quelle thématique écrire.

Après avoir estimé dans son article que Google pourrait être en train de sortir de son rôle, Danny Sullivan lui fait les suggestions suivantes :

  • A Google : Assez des pénalités et dirigez-vous vers un modèle où, si vous n\’aimez pas un lien, vous ne le comptez pas, vous ne le pénalisez pas.
  • Aux SEOs et Editeurs : Arrêtez de vous poser des questions sur comment placer des liens, ce qui est actuellement risqué. Pensez à comment développer une vraie audience. Et si les liens arrivent avec cette audience, c\’est tout bénéfice.

La bonne nouvelle pour Doc Sheldon, comme il l\’a confirmé à Danny Sullivan, c\’est que sa pénalité a été levée grâce certainement à la mobilisation de tous ses pairs. Mais, un petit site aurait-il pu bénéficier d\’une levée de pénalité si rapide ?

Quelles leçons tirer de cette affaire ? A vous de le dire…

Voici maintenant comment bien référencer votre site internet sur Google.

Guest Blogging : les sites bénéficiant de liens d\'un réseau peuvent être pénalisés


Matt Cutts avait annoncé il y a 2 jours avoir pénalisé un grand réseau de guest blogging sans indiquer le nom du réseau en question.

Seulement, voilà. Elle a aussi publié

Ce qui a suscité une réponse de Matt Cutts pour clarifier un tant soit peu les choses avec le tweet ci-dessous dans lequel il déclare ceci : \ »Lorsque nous prenons une action contre un réseau de liens spammy, cette action peut inclure les blogs hébergeant des guest posts, les sites bénéficiant des liens de ce réseau, etc\ ».

Voici maintenant comment bien référencer votre site internet sur Google.

Si vous ignorez Google+, c\'est le moteur Google qui va aussi vous ignorer




infographie ci-dessous désignée.

Pourquoi utiliser Google+ ?

  • Pour améliorer le référencement et la visibilité de votre entreprise sur .
  • Il peut être utilisé comme une plateforme de micro-blogging.

Les bases importantes de Google Plus

  • Les Cercles
  • Les #Hashtags
  • Les contenus
  • Les Hangouts : Une fonctionnalité unique en son genre pour chatter et faire des visioconférences en direct. Visibles sur .
  • L\’AuthorShip : Permet à tout auteur de lier tous ses contenus publiés partout sur le web à son profil Google+.

Les bonnes pratiques sur Google+

  • Optimisez votre profil Google Plus
  • Ajoutez le bouton +1 sur vos pages web.
  • Faîtes vérifier votre page Google+ Pro.
  • Connectez votre page Pro avec votre site web ou (rel=publisher).
  • Publiez régulièrement du contenu de bonne qualité sur Google+.
  • Optimisez chaque phrase d\’introduction de vos posts sur Google+.
  • Rendez vos posts attractifs en y insérant des photos.

Comment mesurer vos performances

  • Augmentation de votre audience : Votre nombre d\’abonnés est une indication de votre succès sur Google+.
  • Trafic depuis Google+ : Le nombre de visiteurs provenant de Google+ vers les articles de votre blog ou site est aussi une bonne indication.
  • Engagement : Comment les autres interagissent avec vos contenus ? Plus ils donnent des +1 à vos articles, les partagent et les commentent, plus vous avez du succès.

Découvrez maintenant ces autres conseils de pros pour bien utiliser Google+.

source : milestoneinternet.com

Twitter et Bing renouvellent leur accord sur l\'affichage des tweets en temps réel

Tweets en temps réel dans .

Bing vient vient d\’annoncer dans un post qu\’il a renouvelé son accord d\’intégration des tweets en temps réel sur ses pages de résultats.

Ainsi, contrairement à qui n\’avait pas réussi à conclure avec , continue son partenariat entamé depuis octobre 2009 avec le site de micro-blogging.

Voici d\’ailleurs le bref message posté par Bing sur son blog officiel :

At Bing, we believe that for every search there is somebody out there who can help. That’s why we have been teaming up with Twitter for a few years to surface public tweets from people who may have something to contribute to what you’re trying to get done with Bing.

En d\’autres termes : Bing considère que pour chaque recherche, il existe quelque part une personne qui peut apporter son aide. C\’est pourquoi ils ont depuis quelques années collaboré avec Twitter pour afficher les tweets publics de personnes pouvant contribuer à la réponse recherchée sur Bing.

Bing, sans doute très satisfait de cet accord, a posté le tweet ci-dessous pour remercier Twitter :

Il faut dire que les tweets sont principalement disponibles et consultables sur la page de recherche sociale de Bing (Etats-Unis, pour l\’instant). Mais ils peuvent également apparaître dans les résultats de recherche de Bing.

Cet accord renouvelé entre les deux parties l\’est pour une nouvelle période de 2 ans.