Google utilise le neural matching pour classer le contenu

Google utilise une nouvelle technique appelée Neural Matching ou “correspondance neuronale” pour mieux comprendre les synonymes et classer le contenu. Elle impacte déjà 30% des requêtes.

Google utilise la correspondance neurale pour le classement du contenu

Selon Danny Sullivan de chez , le moteur de recherche a utilisé la correspondance neuronale au cours de ces derniers mois.

En d’autres termes :

Les mois derniers, Google a utilisé la correspondance neuronale (Neural Matching, ndlr),- une méthode d’intelligence artificielle pour mieux relier les mots aux concepts. Super synonymes, en un sens, et impactant déjà 30% des requêtes. Vous ne savez pas ce que c’est “effet Soap Opera” pour le chercher ? Nous pouvons mieux le comprendre.”

Sullivan fait référence à une manifestation de la technique de correspondance neurale qui permet à Google de retourner les résultats liés à “soap opera effect” quand un utilisateur saisit une requête telle que “why does my TV look strange ?

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Source : Searchenginejournal

Cela est significatif parce que “Why does my TV look strange ?” (pourquoi mon téléviseur semble étrange ?

.

Un nouvel algorithme de classement sur Google Search ?

Le blog AI de Google a récemment publié un lien vers un nouveau document de recherche appelé le “Classement de pertinence en profondeur en utilisant des interactions document-requête améliorées”.

« classement de la pertinence du document ».

Cette méthode est également appelée récupération Ad-hoc.

Neural Matching), elle rend cette recherche intéressante sur quelque chose qui est similaire à cela.

Voici, d’après Searchenginejournal.com, comment le nouveau document de recherche décrit la récupération ad hoc:

Le document de recherche est clair, dans le sens où cette forme de classement . Il poursuit en disant :

Dans la déclaration ci-dessus, il indique que le classement de la pertinence des documents diffère des autres technologies de recherche (“structure du réseau”

elle ne repose pas sur les signaux des liens.

en Mai 2014en Juin 2014. Et Bing Search a aussi évoqué ce même sujet en Septembre 2017. On y est donc.

Bref, la technique de correspondance neuronale (neural matching) a été révélée lors de la conférence de presse à propos du 20e anniversaire de Google, où un certain nombre d’autres fonctionnalités de recherche ont été annoncées.

C’est justement grâce aux progrès de Google dans l’intelligence artificielle, dont la correspondance neurale, que ces fonctionnalités de recherche à venir ont été possibles.

La carte des activités

Les nouvelles cartes des activités de Google permettront aux utilisateurs de revenir là où ils se sont arrêtés lors de leur précédente navigation de recherche.


Les cartes des activités seront disponibles dans Search plus tard au cours de cette année, et s’afficheront uniquement quand elles sont pressenties pour à être utiles.

Les Collections dans Google Search

Les Collections dans permettront aux utilisateurs de suivre (dans le sens de s’abonner

Les contenus recensés dans les cartes des activités peuvent également être ajoutés aux Collections.

Pour aider les utilisateurs à découvrir de nouveaux contenus, Google proposera des suggestions basées sur ce que les gens ont sauvegardé dans leurs Collections.

Cette fonction sera déployée cet automne.

Organisation dynamique des résultats de recherche

organiser dynamiquement les résultats de recherche

Comme Google Images le fait déjà avec ses filtres.

Ces onglets continueront à rester à jour, reflétant ce qui est le plus pertinent pour le sujet à ce moment-là.

Nouvelle couche thématique dans le Knowledge Graph

Rassembler tout cela en une nouvelle couche de Google Knowledge Graph s’appelle la “Topic Layer” (couche thématique).

La couche thématique est conçue pour comprendre profondément un espace thématique et comment les centres d’intérêt peuvent se développer au fil du temps :

La couche thématique est créée en analysant tout le contenu qui existe sur le Web pour un sujet donné et développe des centaines et des milliers de sous-sujets.

Pour ces sous-thèmes, nous pouvons identifier les articles et vidéos les plus pertinents…

Nous examinons ensuite les modèles pour comprendre comment ces sous-thèmes se rapportent les uns aux autres, afin que nous puissions plus intelligemment afficher le type de contenu que vous pourriez vouloir explorer ensuite.

Google introduit l\'appli Bulletin pour publier des Stories locales

Google

Google introduit Bulletin pour la publication de stories locales

Cette nouvelle application appelée “Bulletin” permettra à tout le monde de publier une actualité locale, juste en bloguant et en partageant des images et vidéos (directement à partir de leur téléphone

Mais aussi pendant vos vacances et voyages partout.

Bulletin de est actuellement en cours de test dans deux villes américaines : Nashville (Tennessee) et Oakland (Californie). L’accès à l’application Bulletin se fait actuellement sur invitation.

C’est quoi Bulletin de Google ?

Selon la définition de Google, Bulletin est une application mobile (pour l’instant ?) pour contribuer à des histoires hyperlocales au sujet de votre communauté, pour votre communauté, juste depuis votre téléphone mobile.

  1. Percutante : Bulletin vous aide à raconter les histoires qui ne sont pas encore racontées.
  2. Ouverte : Les Bulletins (nom donné à ces blogs personnels) sont publics et faciles à découvrir sur , via les réseaux sociaux, ou via des liens envoyés par email et les applis messagerie. Les stories des Bulletins seront donc partageables partout.
  3. Sans aucun effort :.

Avec l’appli Bulletin, vous pouvez contribuer à des histoires locales et être la voix de votre communauté sur internet, dixit Google

Comment fonctionne Bulletin de Google ?

Bulletin est une application gratuite et légère pour raconter une histoire en capturant des photos, des vidéoclips et/ou en rédigeant du texte directement depuis votre téléphone, et que vous publiez directement sur le Web (sans avoir à créer un blog ou un site Web).

Toutefois, selon les conditions d’utilisation

Les utilisateurs seront en mesure de mettre à jour leurs blogs continuellement (comme vous le feriez avec un post de blog

Il est encore trop tôt pour juger de cette nouvelle plate-forme de blogs de Google exclusivement accessible via le mobile pour publier des posts instantanés en déplacement.

Bulletin est une nouvelle plate-forme de blogs de Google exclusivement accessible via le mobile pour publier des posts instantanés en déplacement.
Image via Google

L’objectif étant de faire des citoyens des reporters de leur environnement sans verser dans les stories narcissiques comme avec les autres applications qui existent actuellement.

L\'index Mobile First de Google est en test dans les résultats de recherche

John Mueller de chez vient de confirmer dans un Hangout pour que Google est actuellement en train d’expérimenter son index mobile first en live dans les résultats de recherche mobile.

L\'index Mobile First de Google est en cours de test grandeur nature

Il n’a cependant pas indiqué dans son propos le pourcentage des internautes qui utilisent Mobile et qui voient ces résultats du test en live.

Ce qui voudrait aussi dire que tous les sites ayant une version mobile-friendly sont actuellement susceptibles de s’afficher dans les résultats de recherche mobile des testeurs choisis par Google.

Avec ce test, Google ne cherche uniquement pas à savoir comment l’index mobile first impacte les résultats actuels et influencent le comportement des utilisateurs. Mais, il construit aussi de nouveaux classifieurs en vue des prochains débogages.

D’après Barry Schwartz de Seroundtable, John Mueller a expliqué que ces classifieurs internes sont conçus pour labelliser et différencier les sites Web qui ont une version ordinateur équivalente pour les pages mobiles affichées et ceux qui n’en ont pas.

Ces notifications pourraient alors se faire soit via un article sur le blog officiel de Google, soit via des messages dans la Search Console et d’autres moyens.

Et, une fois de plus, aucune date précise n’a été donnée par John Mueller quant à la généralisation de l’index mobile first côté utilisateurs.

Voici la transcription intégrale du commentaire de John Mueller (vidéo : 15:38) :

Nous devons vraiment voir ce qui se passe

À un moment donné, il peut y avoir des aspects [du déploiement de l’index mobile first

Rappelons que l’index mobile first va permettre à Google d’indexer prioritairement la version mobile d’un site et le classement de ce même site sur mobile sera aussi utilisé pour son classement lors des recherches sur ordinateur.

Facebook commence à remplacer l\'URL des médias par leur logo

Facebook

Facebook commence à remplacer l\'URL des médias par leur logo

Surtout quand l’on sait que les gens ont souvent tendance à dire “Je l’ai lu sur , bien que Facebook ne publie pas beaucoup de contenu en dehors de ses blogs officiels et communiqués de presse. Il y a donc un problème d’identification de la source que tente de remédier Facebook

Ce que confirme une étude de Pew Research Center citée par Facebook :

Seuls 56% des sondés se rappellent de la source d’un article lorsqu’ils cliquent sur un lien sur un réseau social pour aller lire le contenu.

Et en moyenne, les consommateurs de news en ligne ont nommé une source 56% du temps.

https://www.facebook.com/business/help/1707621422873454?locale=fr_FR

Facebook précise :

Notez que seuls les administrateurs de Pages peuvent accéder à cette nouvelle fonctionnalité via l’onglet “Outils de Publication”. Et il n’est pas possible de contrôler là où va s’afficher votre logo. Seul Facebook le décide.

Google veut aider les éditeurs de contenu à gagner plus d\'argent

Google expérimente actuellement de nouveaux outils conçus pour augmenter les abonnements payants ou les inscriptions pour les éditeurs de news afin que ceux-ci retournent sur Actualités.

Google veut aider les éditeurs de contenu à vendre plus d\'abonnements

En d’autres termes, Google veut leur faire gagner plus d’argent avec leurs articles en ligne.

Il suit ainsi une même initiative lancée plus tôt par Facebook qui tendrait cependant à faire adopter son format Instant Articles par les éditeurs qui n’y trouvaient pas leurs comptes en termes de via la publicité en ligne sur .

Depuis l’année dernière, de nombreux éditeurs ont reproché à Google de permettre l’accès à leurs cachés contenus derrière un paywall alors que ceux-ci étaient réservés à leurs abonnés payants.

Et la pression des éditeurs de presse en Europe n’a jamais faibli depuis, et certains ont même intenté des procès perdus contre Google. Ce qui avait alors poussé Google à ouvrir Google News à tous les sites et blogs.

Des efforts ont été finalement consentis par Google qui a alors proposé son programme “Premier Clic Gratuit” (First Click Free) grâce auquel les utilisateurs pourraient accéder à d\’autres contenus de news protégés par un abonnement depuis les résultats de recherche, avec l\’intention d\’améliorer les perspectives pour les revenus d\’abonnement.

La fonctionnalité AMP est également un effort de Google pour améliorer la performance des articles de news et autres sites d’éditeurs de contenu sur les appareils mobiles.

Et la récente refonte de Google Actualités est en partie destinée à mettre en valeur et rendre le contenu de l\’éditeur de news plus facilement découvrable.

Les initiatives à venir de Google

Bloomberg rapporte aujourd\’hui que Google est décidé à aider les éditeurs à augmenter leurs revenus d\’abonnement.

Et ce, grâce à la réorganisation du premier clic gratuit (réduction du nombre d\’articles quotidiens), l\’activation des paiements et le recrutement d\’abonnés. Selon Bloomberg :

La dernière incursion de Google arrive sur 3 fronts. Le premier est une refonte de son dispositif, appelé \ »First Click Free\ » ou “Premier Clic Gratuit\ », qui permet aux lecteurs d\’accéder à des Articles réservés aux abonnés depuis les pages de résultats de recherche.

Google explore également de nouveaux outils pour les éditeurs autour des paiements en ligne et ciblant les abonnés potentiels.

Tout cela fait partie d’un effort plus important de Google pour garder les consommateurs et encourager les créateurs de contenu à retourner sur le Web (plutôt que d’aller sur des réseaux sociaux comme Facebook, ndlr). C’est une stratégie très cruciale et vitale pour la rentabilité de ses annonces publicitaires.

Pour rappel, le Premier Clic Gratuit est une collaboration entre Google et certains services disponibles sur abonnement pour faire en sorte que la toute première consultation d\’un article du site concerné par un utilisateur de (identifiable par l\’URL de provenance) puisse se faire sans abonnement.

Ainsi, les utilisateurs peuvent lire le premier article sans abonnement. En revanche, ce n\’est plus le cas lorsqu\’ils cliquent sur un lien figurant sur la page de cet article : ils sont alors invités à se connecter ou à s\’abonner au site d\’actualités.

Les éditeurs de Google Actualités peuvent limiter le nombre d\’articles gratuits auxquels un lecteur de Google Actualités peut accéder via le modèle de type \ »Premier clic gratuit\ ». Toutefois, un utilisateur en provenance du domaine [*www.google.*] ou [*news.google.*] doit pouvoir consulter au moins 3 articles par jourdixit Google.

Comme les revenus publicitaires des éditeurs de contenu, et surtout des grands médias, sont en chute libre, ils seraient tentés de trouver d’autres moyens de monétiser leurs plateformes en dehors de Google Actualités. D’où l’effort pressant de Google pour les retenir.

Ainsi, concernant le programme “Premier Clic Gratuit”, Google teste des manières de réduire l\’exigence citée plus haut afin que ce premier clic gratuit fasse partie de la limite des 3 clics au total. Et donc qu’il ne soit plus gratuit pour les lecteurs de Google News.

Et même qu\’on pourrait n\’autoriser la consultation que de 2 articles, tout au plus, en provenance de et Google Actualités.

WordPress facilite l\'ecommerce via un bouton PayPal intégré

WordPress facilite la vente en ligne via un bouton PayPal intégré

La fonctionnalité est disponible pour les plans Premium et Business sur .com et sur tout site ou blog WordPress utilisant la version 5.2 ou supérieure de Jetpack.

La solution apportée par Automattic, propriétaire de la plateforme d’hébergement WordPress.com et de Jetpack, va donc permettre à tout site WordPress de vendre des articles individuels

Alors que vient de commencer à envoyer des messages de sécurité aux sites non-HTTPS, il serait recommandé d’avoir un site WordPress totalement sécurisé via pour implémenter cette solution de vente en ligne.

Notons toutefois que WordPress supportait déjà les paiements via PayPal, mais la mise en place nécessitait un long processus en 9 étapes, en commençant par aller chercher votre code pour le bouton PayPal.

Et c’est là où intervient la nouveauté dans ce bouton PayPal intégré qui est désormais plus facile et rapide à créer depuis WordPress, avec pour objectif de ramener l’ancien processus de 15 minutes de durée à tout juste 1 minute.

Le résultat de l\’œuvre est un simple bouton PayPal qui peut être inséré à partir d\’un menu déroulant dans n\’importe quel nouveau post WordPress.

Images via WordPress.com

Lorsque vous cliquez sur \ »Ajouter un bouton de paiement\ », vous serez invité à inclure les détails de ce que vous vendez (nom, description et prix du produit), avant d’ajouter l\’adresse e-mail du compte PayPal associé.

Et c\’est tout. Vous pouvez ensuite insérer le bouton Acheter de PayPal et la description du produit sur n\’importe quelle page individuelle de votre site WordPress. Ce qui pourrait donner ceci :

Lorsqu\’un visiteur clique sur le bouton \ »Payer avec PayPal\ », il sera guidé par le processus de paiement PayPal habituel.

Une fois de plus, cette fonction de vente en ligne facilitée avec le bouton Acheter PayPal est actuellement limitée à ceux qui ont un abonnement Premium et Business sur la plateforme WordPress.com et à ceux qui utilisent les outils Jeckpack depuis la page d’administration de leurs propres sites WordPress.

Google Index Mobile First : Le changement, ce n\'est pas pour maintenant !

Depuis que a annoncé l’arrivée imminente de son Index Mobile-First, ce qui pourrait considérablement bouleverser les résultats de recherche, certains indices laissaient à penser que la date de son déploiement se situerait entre le 1er et le 31 Janvier 2017. 

Google Index Mobile First : Le changement, ce n\'est pas pour maintenant !

Et nous sommes déjà à la mi-Février… Google ayant lui-même dit que ce sera fait dès le début de l’année 2017.

Pour rappel, l’arrivée du Mobile First verrait Google indexer et classer les sites selon la qualité et les performances de la version mobile du site. Un changement qui intervient donc pour refléter le fait que plus de 50% (et ce n’est pas fini) de toutes les recherches sur Google sont faites via un appareil mobile.

Et avec certains propriétaires de sites qui tronquent le contenu ou présentent une version alternative de la page (lisez l’article “Ce que Google veut voir sur votre site mobile first”), il peut être frustrant, pour les mobinautes qui cherchent, de trouver un contenu qu’ils recherchaient mais ne correspond pas à la même version complète de ce contenu sur ordinateur.

Le changement est donc très logique puisqu’il influence autant la perception du mobinaute que la qualité des résultats de recherche de Google qui ne veut pas fournir des contenus tronqués.

Bref, comme nous nous approchons allègrement vers la fin du mois de Février, de plus en plus de interpellent Google sur la date du déploiement du Mobile-First.

C’est ainsi que, Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google et porte-parole SEO de Google, a évoqué le sujet lors la récente Friends of Search conference :

Gary Illyes :

Nous continuons toujours à travailler sur un index complètement mobile first, nous nous approchons du lancement.

Mais, comme vous pouvez l’imaginer, l’assistance a insisté et demandé à savoir quand le mobile-first sera effectif. Réponse de Gary Illyes :

En d’autres termes :

Avant d’ajouter ce qui suit :

Google n’a pas encore de date exacte pour le Mobile-First.

Nous savons depuis un certain temps que Google effectue actuellement une expérimentation de son Index Mobile-First. Mais, s’il tarde à le déployer, c’est qu’il subsiste de petits problèmes qui pourraient s’avérer embêtants sur le long terme.

parmi les 3 premiers facteurs de référencement sur Google.

Puisque les liens impactent sur le classement sur Google, sans doute que Google veut s’assurer que les versions destinées au mobile (du type m.domaine.com ou mobile.domaine.com) vont continuer à bénéficier des backlinks reçus par les versions desktop.

Pour la simple raison que les sites Web et les blogs ne pointent des liens que sur les versions desktop des sites.

Ce qui serait plus facile avec un site en responsive design qu’avec un site qui a une version desktop et une autre version différente dédiée au mobile.

WordPress : 20 Pirates s\'amusent à infecter et supprimer des pages

WordPress qui n’ont pas encore appliqué le récent correctif concernant une vulnérabilité critique.

WordPress : 20 Pirates s\'amusent à infecter et supprimer des pages

Il s’agit d’une affaire tellement sérieuse que a commencé à avertir certains webmasters de blogs , via la Search Console et par email, qu’il a découvert une faille de sécurité sur leurs blogs WordPress, avant de leur conseiller de les mettre à jour.

Alors, de quoi s’agit-il ? Tout est en rapport avec la version 4.7.2 de WordPress récemment lancée.

Informations sur la vulnérabilité de l’API REST

Le 26 janvier dernier, WordPress publié la version 4.7.2 dans laquelle figurait un correctif de sécurité pour une vulnérabilité critique qui permet aux pirates de modifier le contenu sur un site WordPress.

Ils n’avaient pas en ce moment là annoncé l’existence d’un correctif très important afin que les pirates ne soient pas conscients de la vulnérabilité pendant que le mécanisme de mise à jour automatique de WordPress aient mis à à jour les sites vulnérables.

Le correctif de sécurité caché, jusque là, a finalement été révélé le 1er février 2017, soit 6 jours plus tard, une période au cours de laquelle les pirates avait déjà pris connaissance de l’exploit ou faille de sécurité.

À cette période là, un grand nombre de sites Web WordPress avait déjà migré vers la version 4.7.2 (la plus récente).

Et, comme il fallait s’y attendre, à compter du 3 Février, les services de sécurité informatique ont commencé à constater une multiplication des attaques ciblant la vulnérabilité de l’API REST.

Une API compatible RESTGET), placer (PUT), publier (POST) et supprimer (DELETE) des données.

La vulnérabilité, située dans l’API REST de la plateforme, permet donc, selon Computerworld.com, à des attaquants non authentifiés de modifier le contenu de n’importe quel article ou page d’un site WordPress.

La faille a été corrigée dans la version WordPress 4.7.2, sortie le 26 janvier, mais l’équipe de WordPress ne divulgue pas publiquement l’existence de la vulnérabilité avant une semaine plus tard, afin de permettre à un grand nombre d’utilisateurs d’avoir le temps de déployer la mise à jour.

Cependant, même après que la faille soit devenue publique, beaucoup de webmasters n’avaient pas encore décidé d’appliquer le patch. Et il s’en est suivi une vague impressionnante de piratages des sites et blogs WordPress non mis à jour.

Le lundi 6 Février, l’entreprise de sécurité Web dénommée Sucuri a signalé qu’environ 67.000 pages avaient été effacées dans les 4 vagues d’attaques distinctes contre des sites WordPress.

Depuis lors, le nombre de pages supprimées a augmenté de plus 1,5 millions et il y a 20 signatures d’attaques différentes, selon les de Feedjit, l’entreprise derrière le plugin WordPress de sécurité Wordfence.

Le nombre de sites uniques touchés était alors estimé à environ 40.000, en considérant toutefois qu’un site peut avoir plusieurs pages corrompues ou supprimées.

Le Jeudi 9 Février dernier, le PDG de Feedjit a publié un autre post pour dire :

En 48 heures, nous avons constaté plus de 800.000 attaques exploitant cette vulnérabilité spécifique à travers les sites WordPress que nous surveillons.

Bref, l’heure est grave. Vous devez donc comprendre que si WordPress vous propose une version récente, vous devez absolument migrer votre site vers cette nouvelle version.

Car, les pirates profitent justement du temps d’attente de nombreux webmasters, et donc de la mise à jour souvent tardive et non immédiate, pour sévir et compromettre les sites WordPress.

Ce qui est plus facile pour eux, d\’autant plus qu\’ils connaissent déjà la faille de sécurité que permet de corriger chaque nouvelle version de WordPress. Alors, il ne leur reste plus qu\’à chercher les sites non mis à jour.

Alors, si ce n’est pas encore fait, téléchargez la version 4.7.2 de WordPress et mettez à jour votre site ou blog.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Instagram vient d’introduire 3 nouvelles fonctionnalités dans ses Stories. Ce qui apporte la preuve que cette plateforme reste quand même unique dans son genre.

Instagram devient une vraie plateforme de partage de liens d\'articles

Les 3 nouvelles fonctionnalités d’ incluent : le partage des liens, les mentions et Boomerang, sa mini-vidéo en boucle.

Partage de lien sur Instagram

Avec le support des liens, préalablement disponible que pour les comptes vérifiés, un lien hypertexte peut être ajouté à une Story individuelle, et les utilmisateurs peuvent taper sur ce lien pour .

Les liens sont créés lorsque la Story est téléchargée, et un utilisateur devra taper sur “Voir plus” pour obtenir plus de contexte, permettant ainsi à l’expérience utilisateur de donner aux créateurs de contenu ce qu’ils recherchent : de l’engagement.

Ceci peut aussi être utile pour encourager les achats de produits, en connectant un consommateur directement à un site Web où un produit annoncé dans une Story peut être présenté. Les publications des médias (ou les blogs, ndlr) peuvent pointer des liens directement vers leurs articles à partir de leurs Stories.

En d’autres termes, Instagram devient aussi une vraie plateforme de distribution de contenu comme , , et autres. Pour info, Instagram compte plus de 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Soit, beaucoup plus que Twitter.

Une indication à prendre en compte pour partager aussi vos articles sur Instagram.

Les Mentions à la Twitter

Quant aux Mentions sur Instagram, elles sont désormais ouvertes à tous, et plus uniquement qu’aux comptes vérifiés.

Les Mentions, comme cela se fait sur Twitter, vont permettre à tous les profils de citer un utilisateur sur une photo ou une vidéo (bref, dans une nouvelle Story) en commençant son nom par le signe @ (ex : @monprofil) initié par Twitter.

Les utilisateurs n’auront qu’à autocompléter la saisie si les mentions font partie de leurs contacts.

Jusqu’à 10 profils pourront être mentionnés dans une Story. Et les personnes mentionnées recevront une notification via Instagram et, tout comme dans les commentaires, ces mentions seront cliquables afin d’accéder directement aux profils Instagram des personnes citées.

Boomerang

Boomerang, une fonctionnalité lancée en Octobre 2015, permet de créer des vidéos avec jusqu’à 5 photos successives qui vont jouer en boucle.

nouveau sélecteur de formats sous le bouton “Enregistrer”, avant de sélectionner l’option “Boomerang”.

Ce qui évite désormais d’ouvrir l’application Boomerang pour créer ses petites vidéos en boucle. C’est le genre d’intégration que Twitter devra faire avec Periscope.

L’utilisateur tape ensuite sur le bouton “Enregistrer” pour que l’appareil photo du mobile prenne une série de photos successives avant de les assembler en une mini-vidéo qui va jouer sans arrêt, d’avant en arrière.

Enfin, l’utilisateur pourra choisir de la partager avec ses amis via une Story.