L\'extension Chrome Wayback Machine tente d\'éviter les pages erreur 404

L’Internet Archive, organisme à but non lucratif chargé de l’archivage du Web, est en train de faciliter l’accès aux versions archivées des pages Web introuvables, communément appelées les pages erreur 404.

L\'extension Chrome Wayback Machine tente d\'éviter les pages erreur 404

Et ce, grâce à une toute nouvelle extension officielle pour le navigateur Chrome.

Une fois installée l’extension Wayback Machine, lorsque l’utilisateur arrive sur une page Web valide qui affiche cependant un code erreur 404 tel que “page introuvable” ou encore “erreur 404”, l’extension Wayback Machine va demander à la base de données de Wayback Machine de l’Internet Archive de vérifier s’il existe des versions anciennes archivées de cette page.

Si des versions archivées existent, alors l’extension Chrome vous affichera un message (voir l\’image ci-dessus) vous demandant de cliquer pour consulter la plus récente version archivée de la page présentant un code erreur 404.

L’Internet Archive tente donc de réduire le nombre de pages erreur 404 trouvées sur le Web avec cette extension Chrome.

C’est aussi une manière pour cette institution de se faire connaître davantage par le grand public qui n’a pas toujours à l’esprit qu’il peut se rendre sur le site Wayback Machine pour voir s’il existe des versions archivées de la page introuvable.

Twitter va renommer et relancer Vine avant de l\'intégrer dans Twitter

Au mois d’Octobre dernier, et à la surprise générale, avait annoncé l’arrêt définitif de Vine, son application de vidéos courtes en boucles.

Vine Camera

Mais, après avoir longtemps discuté avec les créateurs Vine, Twitter annonce, à nouveau à la surprise générale, que finalement, il décide de relancer son application défunte Vine en la renommant “Vine Camera”.

Et ce, dès le mois de Janvier 2017. La bonne nouvelle, c\’est que l\’application Vine n\’est plus à vendre. Twitter va la garder. Mais, précisons que Vine Camera existait déjà et était une fonctionnalité qui permettait de faire des montages dans Vine.

Ainsi, après avoir changé de nom, Vine Camera va permettre aux utilisateurs de feue Vine de continuer à faire des vidéos courtes de 6 secondes. Mais, à la différence de Vine, les créateurs ne pourront pas partager leurs vidéos Vines dans Vine Camera.

La seule option de partage qui leur sera proposée dans cette nouvelle application, c’est de partager directement sur Twitter. Sinon, ils n’auront que la deuxième option qui va consister à enregistrer leurs vidéos courtes dans leurs propres mobiles, avant de pouvoir les partager sur les réseaux sociaux de leur choix.

En dehors de ces 2 options, vous ne pourrez rien faire d’autres avec vos vidéos Vines.

À compter d’aujourd\’hui, les utilisateurs de Vine peuvent sauvegarder des vidéos qu\’ils ont déjà partagées sur le service Vine. Mais ils obtiendront des résultats différents selon qu\’ils les téléchargent à l’aide d’une application dans leurs smartphones ou sur le site Web de Vine.

Le fichier des vidéos Vines que vous téléchargez à partir du site Vine.co inclura un fichier index.html qui contient les légendes de vos Vines, ainsi que le nombre de Likes, commentaires et partages de vos Vines.

Si vous téléchargez vos Vines depuis l’application Vine, vous recevrez uniquement vos fichiers vidéo enregistrés sur votre appareil-photo, sans légendes ni les informations supplémentaires.

Images via Vine.co

Si vous le faites avec l’application Vine, vous devez sauvegarder ces clips vidéos avant le passage à Vine Camera. Il existe également une option pour recevoir un email avec des liens vers vos Vines si les enregistrer individuellement vous semble pénible.

Vine a aussi décidé d’aider ses créateurs à transférer leurs abonnés vers Twitter.

Les utilisateurs se connectant à leurs comptes Vine verront s’afficher une fenêtre en surimpression (voir image ci-dessus) demandant s’ils voudraient continuer à suivre les créateurs de vidéos populaires sur Twitter. Le site Internet de Vine migrera vers le mode archive en Janvier 2017, mais Twitter n’a pas dit pendant combien de temps il envisage d’y maintenir les vidéos disponibles.

Tout porte à croire, comme il vient de le faire avec Periscope, que Twitter va proposer la création de vidéos courtes directement (et pourquoi pas longues ?) depuis l’application Twitter. En d’autres termes, Vine Camera, la nouvelle application Vine, sera intégrée dans Twitter, tout comme Periscope l\’est aujourd\’hui.

Sinon, pourquoi avoir fait cette version (pour ressusciter Vine) pour proposer de partager les vidéos courtes uniquement sur Twitter, et surtout transférer les followers des comptes Vine sur leurs comptes actuels Twitter.

Une occasion en or pour élargir sa base d’utilisateurs : transformer si possible, après avoir supprimé les doublons, les comptes Periscope et Vine en comptes Twitter.

Créer un site qui s\'auto-détruit dès que Google l\'indexe, c\'est possible !

Il s’agit ici d’une expérience menée par +Matthew Rothenberg qui se présente comme étant artiste et accessoirement hacker (dans le sens du bidouilleur).

Son expérimentation à consister à créer un site dénommé Unindexed qui va continuellement se chercher dans . Donc, chercher à savoir si l’a indexé.

Créer un site qui s\'auto-détruit dès que Google l\'indexe

Et, contrairement à l’attente de tout webmaster pour son site, Unindexed va refuser d’être présent sur Google.

Alors, dès qu’il se sera trouvé dans les pages de résultats de Google, il va, avec beaucoup de précaution, se supprimer de la page de résultats en s’auto-détruisant. Pour laisser ainsi Google afficher un message d’erreur.

Il fait donc ainsi de l’instant T où l’algorithme de Google le découvre et le classe le catalyseur de la destruction. Car, il s’auto-détruit de façon permanente.

Unindexed a quand même vécu pendant 22 jours, le temps qu’il soit repéré par Google. Il s’en est allé le 24 Février dernier en laissant ce message :

The site was discovered by Google after 22 days on Tue Feb 24 2015 21:01:14 GMT+0000 (UTC) and consequently instantly destroyed. Prior to the automatic deletion it it had hundreds of visitors and dozens of contributions. No backups were kept.

Informations si vous voulez faire le test

Matthew Rothenberg a livré quelques informations sur sa méthodologie que voici :

  • Rien n\’a été fait pour empêcher le site d’être indexé par Google. Cependant, la balise meta NOARCHIVE est spécifiée pour indiquer à Google de ne pas mettre en cache sa propre copie du contenu.
  • Le contenu de ce site est uniquement stocké en mémoire (via Redis) et se charge via un fichier depuis une partition chiffrée (ou sécurisée) de son ordinateur personnel.

    Cette partition est ensuite détruite immédiatement après le lancement du site. Les sauvegardes sont alors désactivées. Le contenu est vidé de la mémoire une fois que le site détecte qu\’il a été indexé par Google.

  • L\’URL du site peut être générée de façon algorithmique et est configurée via la variable d\’environnement, alors ce code source peut être rendu public sans divulguer l\’emplacement du site aux robots.
  • Les visiteurs peuvent laisser des commentaires sur le site pendant qu\’il est actif. Mais, ces commentaires seront supprimés de la même façon que le contenu indexé par Google. Ce qui rend les commentaires aussi éphémères que le contenu lui-même.

Si vous voulez tenter l’expérience, vous pouvez récupérer le code laissé par Rothenberg ici.

Bien entendu, personne ne le ferait avec son propre site.

Google : Comment éviter d\'acheter un nom de domaine de mauvaise réputation

Vérifier la réputation d\'un nom de domaine


Dans sa dernière vidéo, Matt Cutts, responsable anti-spam de , nous propose des pistes pour vérifier la réputation des noms de domaine suite à la question suivante :

  • Faire une recherche sur le (avec la requête site: nomdedomaine
  • (avec la requête nomdedomaine
  • Faire une recherche sur Archive.org qui conserve tous les versions précédentes des pages web. Vous pourrez alors voir si ce nom de domaine a été utilisé pour un site spammy avec du contenu généré automatiquement.
  • Vérifier les données analytics du nom de domaine

SEO : Retour programmé de DMOZ, l\'annuaire de sites web ?

annuaire de Google qui a été supprimé en 2011.

Et depuis, Dmoz semble avoir été oublié par tous les webmasters. Seulement voilà, un post de Barry Schwartz a attiré mon attention sur le fait suivant : le nombre de sites présents dans cet annuaire serait en train de se réduire, ainsi que le nombre des Editeurs bénévoles.

chez Dmoz. Ainsi, en comparant les actuellement visibles sur Dmoz et ceux visibles il y a quelques jours sur Archive.org, on note ceci :

Au 14 janvier 2014, il y a avait :

  • 5.310.345 sites enregistrés.
  • 99. 997 Editeurs bénévoles.
  • 1.019.508 catégories.

Chiffres Dmoz au 14 janvier 2014.

Au 3 février 2014, il y a :

  • 4.261.779 sites enregistrés. Soit 1.048.566 sites de moins qu\’il y a un peu plus de 15 jours.
  • 89.252 Editeurs bénévoles. Soit 10.745 Editeurs de moins qu\’il y a un peu plus de 15 jours.
  • 1.019.867 catégories. Soit 359 catégories de plus.
Chiffres Dmoz au 3 février 2014.

Selon Barry Schwartz, aucune annonce officielle de Dmoz à part ce post sur son blog pour indiquer que Dmoz mettait dorénavant un bouton de signalement des sites à la disposition du public. N\’est-ce pas là le signe d\’une reprise d\’activité qui ne dit pas son nom ?

Que pense Google de Dmoz ?

J\’ai retrouvé une vidéo datant d\’août 2011 dans laquelle la question suivante avait été posée à notre Ami Matt Cutts dont on se demande s\’il faut oui ou non l\’écouter  :

\ »What role does being in DMOZ play in rankings? I see some website in my niche ranked No. 1 and the only reason is because they are in DMOZ as their content is at best poor. Getting into DMOZ is impossible nowadays, so why does still use it?\ »

C\’est un internaute qui cherche à savoir quel peut être l\’impact de Dmoz sur le classement sur Google. Surtout quand cet internaute fait remarquer qu\’il a vu un site web concurrent dans sa niche qui n\’avait pratiquement aucun backlink en dehors d\’un lien provenant de Dmoz.org mais se classait quand même en première position.

Matt Cutts répond en disant qu\’en utilisant l\’opérateur \ »Link\ » (link:nomdedomaine.com) sur Google, on arrive à ressortir des backlinks d\’un mais pas tous. Et que ce n\’est pas parce qu\’ils ne sont pas tous affichés qu\’il n\’y en a pas d\’autres.

Je vous fais remarquer que la question est de savoir comment après le lancement d\’une requête sur un mot clé précis un site apparaît en première position alors qu\’il n\’a aucun backlink à part celui provenant de Dmoz.

Mais, Matt Cutts a tout de même fait savoir que Google avait une autre version de Dmoz à sa disposition et qu\’il l\’utilisait (pour son propre annuaire). Ce qui pourrait peut-être faire passer plus de jus. A la fin de sa réponse, Matt Cutts insiste sur le fait qu\’en aucun cas les liens issus de Dmoz ne donnent de privilèges supplémentaires lors du classement sur Google. Les backlinks de Dmoz sont traités de la même manière que tous les autres backlinks. Sans aucune distinction.

Voici maintenant comment bien référencer son site sur Google en 2014.