Acheter sur Google est sans commission et intègre PayPal et Shopify

Plus tôt cette année, a surpris les commerçants en ouvrant l’onglet Google Shopping dans ses résultats de recherche à des listes gratuites de produits. 

 
Acheter sur Google est sans commission et intègre PayPal et Shopify

 

Maintenant, pour la prochaine étape, Google offre aux commerçants un accès sans commission à Acheter sur Google (Buy on Google), la caisse native de l’entreprise à partir des listes de produits.

Au cours des derniers mois, Google a apporté des changements importants pour aider les entreprises à atteindre un plus grand nombre de consommateurs et aider les gens à trouver les meilleurs produits, les meilleurs prix et les meilleurs endroits pour acheter en ligne.

Il l’a offert gratuitement aux détaillants pour lister les produits sur Google Shopping aux Etats-Unis, et il l’a apporté gratuitement à Search aussi.

Google annonce dans un post officiel :

Aujourd’hui, nous prenons une autre étape importante pour faciliter la vente des détaillants sur Google.

Bientôt, les vendeurs qui participent à notre expérience de paiement “Buy on Google” (Acheter sur Google) n’auront plus à nous payer de commission.

De plus, nous donnons aux détaillants plus de choix en ouvrant notre plate-forme à des fournisseurs tiers, à commencer par PayPal et Shopify.

Ces changements visent à fournir à toutes les entreprises , des petits magasins aux chaînes nationales et aux marchés en ligne, le meilleur endroit pour communiquer avec les clients, peu importe où un achat se produit éventuellement.

Avec plus de produits et de magasins disponibles pour la découverte et la possibilité d’acheter directement sur Google ou sur le site d’un détaillant, les acheteurs auront plus de choix dans l’ensemble.

Les articles disponibles à “Acheter sur Google” sont indiqués par une icône de panier d’achat dans .

Les articles disponibles à “Acheter sur Google” sont indiqués par une icône de panier d’achat dans Google Shopping.

 

Zéro commission lorsque les clients achètent vos produits sur Google

Alors que les détaillants ont plusieurs options pour conduire le trafic vers leur site Web avec des annonces gratuites ou avec des annonces Shopping, beaucoup utilisent également “Acheter sur Google” pour donner aux acheteurs un moyen pratique d’acheter quelque chose juste quand ils le découvrent.

En supprimant ses commissions, Google dit réduire le coût de faire des affaires et il facilite encore plus la vente directement sur Google pour les détaillants de toutes tailles, à commencer par un projet pilote qu’il va étendre à tous les vendeurs admissibles aux États-Unis au cours des prochains mois.

Les mesures combinées de rendre Google Shopping et le paiement “Acheter sur Google” gratuit pour les détaillants le rendra beaucoup plus accessible à un plus large éventail de vendeurs que d’autres marchés.

Ne pas facturer une commission est un facteur de différenciation important pour Google Shopping à partir d’autres marchés – plus important encore , qui facture des frais généralement allant de 8 à 15% par article vendu.

À son tour, Google fait le pari que plus de vendeurs, plus de produits et plus facile de payer, en particulier sur mobile, en fera une destination de recherche de produits pour plus d’utilisateurs.

Acheter sur Google a fait ses débuts en tant que Google Shopping Actions en 2018. Ce nom de produit n’existe plus.

Les articles disponibles à l’achat sur Google sont indiqués avec une icône de panier d’achat. Les articles achetés par le biais du programme sont couverts par la garantie de Google pour un remboursement si quelque chose ne va pas avec une commande.

D’autre part, Buy on Google ou Acheter sur Google s’intégrera à des tiers, à commencer par Shopify et .

Lorsque les utilisateurs choisissent d’acheter auprès des commerçants participants via «Acheter sur Google», ils peuvent choisir les options de paiement Shopify ou PayPal lorsqu’ils sont disponibles.

Pour les commerçants Shopify, cela signifie également que la gestion des stocks et des commandes de Buy on Google peut circuler directement via Shopify.

En outre, si vous êtes nouveau au Merchant Center, vous pourrez désormais télécharger des flux de produits dans le format que vous utilisez pour Amazon sur votre compte Merchant Center (si cela n’est pas disponible immédiatement, il sera bientôt déployé pour vous).

Ces fichiers de flux seront automatiquement mappés pour fonctionner dans Merchant Center. Vous pourrez utiliser les flux Amazon dans les scénarios suivants :

  • Vous disposez de données complètes sur le produit et souhaitez créer des produits ou vous souhaitez mettre à jour vos produits existants.
  • Vous n’avez pas d’informations complètes sur les produits et souhaitez faire correspondre vos produits au catalogue Google ou mettre à jour votre inventaire.
  • Vous disposez de données sur les mises à jour de prix et de quantité pour les produits qui ont déjà été téléchargés.

Les changements à la fonctionnalité “Acheter sur Google” seront mis en œuvre aux États-Unis d’abord, avec la disponibilité sur les marchés internationaux à venir plus tard cette année et en 2021.

Les inscriptions gratuites sur Shopping devraient être disponibles sur tous les marchés applicables d’ici la fin de l’année.

Source : Marketingland

Google Shopping lance le référencement gratuit de produits

Dans un changement majeur, le comparateur de prix Google Shopping se lance dans le référencement gratuit de produits. Il s’agit là d’un véritable tournant important pour le e-commerce en général.

Les détaillants pourront vendre gratuitement sur Google Shopping

Après 8 années, apportera des fiches produits gratuites dans ses résultats Shopping dans le cadre d’une évolution pour mieux rivaliser avec dans la recherche de produits.

Il sera ainsi bientôt gratuit pour les commerçants et détaillants d’énumérer des produits dans l’onglet «  » dans les résultats de recherche.

Les SEO et les propriétaires de sites qui se concentrent principalement sur la recherche organique peuvent, pour la première fois, ajouter Google Shopping à leur boîte à outils pour référencer des produits gratuitement..

Avant la fin du mois d’Avril 2020, ce changement entrera en vigueur dans les résultats de recherche aux États-Unis avec des plans pour se développer à l’échelle mondiale d’ici la fin de l’année 2020.

Avant la fin du mois d’Avril 2020, ce changement entrera en vigueur dans les résultats de recherche aux États-Unis avec des plans pour se développer à l’échelle mondiale d’ici la fin de l’année 2020.
Source : Google.com

Google déclare en effet dans un post officiel :

Aujourd’hui, nous avons annoncé que nous apportons des listings gratuits à l’onglet Google Shopping aux États-Unis.

Tout comme nous ne facturons pas les sites pour faire partie de l’index Google Search (référencement gratuit, NDLR), les listings pour les détaillants participants sont

Les listings payants de produits continueront à apparaître dans les panneaux publicitaires et fonctionneront de la même manière que les annonces Shopping aujourd’hui.

Google franchit donc une étape importante avec l’ouverture de ses résultats de recherche Shopping à des fiches non payées et organiques. Les résultats de l’onglet “Google Shopping” se composeront principalement des fiches produit gratuites à partir de la semaine prochaine, a annoncé la société mardi.

Cette décision intervient au milieu de la crise du coronavirus au cours de laquelle de nombreux détaillants de magasins physiques ont dû fermer leurs portes.

Une stratégie de commerce électronique a soudainement pris une importance et une urgence accrues pour les commerçants.

La crise a été l’impulsion pour «faire avancer nos plans pour rendre [Google Shopping] gratuit pour les commerçants», a déclaré Bill Ready, le President of Commerce de Google.

Toutefois, le changement sera permanent et s’insère dans la vision à long terme du rôle de l’entreprise dans le commerce numérique.

Et Google de préciser :

Pour les acheteurs, cela signifie plus de produits provenant de plus de magasins, détectables grâce à l’onglet “Shopping”.

Pour les détaillants

Ces changements entreront en vigueur aux États-Unis avant la fin du mois d’avril, et nous visons à étendre cette mesure à l’échelle mondiale avant la fin de l’année.

Les objectifs de cette insertion gratuite dans Shopping

Il s’agit d’une évolution qui, à bien des égards, est un retour à l’avenir pour la recherche de produits Google, qui était libre (vous vous souvenez de Froogle?), avant qu’il ne passe à un produit purement payant en 2012.

Deux choses ont changé depuis : la qualité des données et Amazon.

  • Avant qu’elle ne devienne entièrement payante, la recherche de produits de Google a souffert d’un problème de qualité – avec des annonces qui ont souvent conduit à des stocks ou des articles entièrement différents.La capacité de Google à s’assurer que les informations contenues dans un flux de produits correspondent aux données du site a progressé de manière significative depuis.
  • Et puis il y a Amazon. Google a vu le géant du e-commerce continuer à gagner des parts dans la recherche de produits et la publicité.Limiter l’univers des produits disponibles aux résultats Google Shopping pour les détaillants qui sont prêts à payer a désavantagé le pouvoir de la recherche de Google.

L’ouverture à tous les commerçants améliorera l’offre de Google et son attrait pour les vendeurs et les consommateurs.

Et comme sur Amazon, les commerçants qui veulent assurer une visibilité importante dans les résultats de recherche, maintenant plus compétitifs avec plus de produits éligibles à montrer, continueront à payer pour des publicités.

Pour les spécialistes du marketing du e-commerce et les SEO, cette décision ajoute une nouvelle couche aux efforts d’optimisation de la recherche de produits organiques.

 

Fonctionnement des flux gratuits de produits dans Shopping

 

  1. Distribution des annonces et flux gratuites :
    • Les annonces Shopping payantes apparaîtront en haut et en bas de la page sur l’onglet “Google Shopping”, tout comme elles le font sur l’onglet principal des résultats de recherche organique.Il pourrait y avoir des expériences de mise en page futures à l’avenir. Amazon, par exemple, diffuse maintenant les annonces de produits sponsorisés dans toutes ses pages de résultats de recherche.

      La page principale de Google Search ne change pas, et les carrousels des annonces de liste de produits (APL) continueront à se composer uniquement d’annonces.

      Le hub Google Shopping aux États-Unis (://shopping.google.com), qui a subi une refonte complète l’automne dernier, verra également ce changement, en particulier sur les pages de résultats de recherche.

      Le hub de la page d’accueil, qui comporte généralement des thèmes de produits sélectionnés (technologie et outils pour travailler, apprendre et enseigner à domicile, sont des offres actuelles), continuera de présenter des listes payantes seulement, au moins pour commencer.

  2. Flux de Produits propulsés :
    • Comme les annonces, les annonces gratuites seront alimentées par des flux de données de produits téléchargés sur Google Merchant Center.Google a ouvert Merchant Center à tous les détaillants il y a un peu plus d’un an pour commencer à permettre la visibilité des produits organiques dans les domaines des résultats de recherche, y compris la recherche d’images.

      Plus récemment, Google a commencé à afficher des listes de produits organiques dans une section appelée «Produits populaires».

      Pour commencer, vous devrez ouvrir un compte Google Merchant Center et télécharger un flux de produits.

      Les vendeurs doivent activer pour « Afficher des produits sur les plates-formes Google » pour être éligibles à la visibilité organique, note Google dans l’article mis à jour du centre d’aide.

Nouveau partenariat de Google avec PayPal

Avec ce changement monumental pour Google Shopping, un nouveau partenariat avec PayPal est en cours de lancement.

Les commerçants peuvent lier leurs comptes à Google Shopping, ce qui est censé accélérer le processus d’achat.

PayPal rejoint maintenant les partenaires existants de Google, y compris Shopify, WooCommerce et BigCommerce.

Autres notes sur ce changement :

Google précise que Google Shopping se composera « principalement » d’annonces gratuites.

C’est parce que la société accepte toujours les annonces payantes, qui recevront un placement de premier plan en haut de l’onglet “Google Shopping”.

En outre, les annonces payantes seront les seules indiquées dans le carrousel d’annonces de liste de produits dans Google Search. Pour les listings gratuits de produits des détaillants, il faut visiter l’onglet “Shopping” pour les voir.

Il est juste de supposer que les mêmes choses s’appliquent n’importe où ailleurs où les annonces Shopping sont affichées en dehors de l’onglet “Google Shopping”, comme l’ajout récent d’annonces Shopping dans Gmail.

Source : Marketingland

L\'appli Bing Search intègre la vidéo, la musique et les cartes

Bing lance de nouvelles mises à jour concernant son application pour et , en y ajoutant de nouvelles fonctionnalités pour la musique et la vidéo, ainsi que plus d’options pour les cartes de géolocalisation.

L\'appli Bing Search intègre la vidéo, la musique et les cartes


La nouvelle version 6.7.2 de l’application mobile Search pourra désormais jouer une vidéo, sans son, directement dans les résultats de recherche de l’appli avec le texte de la chanson affiché juste en dessous de la vidéo regardée.

L’appli Bing Search inclut aussi une nouvelle page Musique qui affiche les chansons tendances et les artistes en vogue du moment.

Selon l’Android Community qui rapporte l’information, l’application Bing Search peut aussi donner le titre d’une chanson en train d’être écoutée.

Dans le cas où vous cherchez une chanson spécifique, vous pouvez utiliser le moteur de recherche de l’application Bing pour taper le nom de la chanson ou si une chanson est en cours de lecture, et l’appli vous dira ce que c’est.

En plus des mises à jour autour de la musique, les utilisateurs peuvent ajouter des titres de films à leurs listes Netflix et à partir de la page Films de l’application Bing.

Bing a également ajouté la possibilité pour les utilisateurs de choisir leur application Map favorite pour obtenir des itinéraires et autres plans.

La nouvelle version de l’appli Bing est disponible sur Google PlayApp Store.

Direct Messenger for Twitter : l\'appli pour tweeter des messages privés

Après toutes les mises à jour de Twitter concernant la publication des messages privés, on pouvait s’attendre à ce que le réseau social annonce une application autonome dédiée à cette fonctionnalité.

Direct Messenger for Twitter

Il s’est trouvé que des “petits malins” ont finalement lancé Direct Messenger for , une application non-officielle de messagerie privée pour Twitter.

Vous l’aurez compris, Direct Messenger ne fait qu’une seule chose : envoyer et recevoir des messages privés via un compte Twitter.

A l’ouverture de l’application, après vous être identifié avec votre compte Twitter, vous retrouvez la liste de vos dernières conversations privées. Juste au-dessus du clavier de saisie, vous avez des raccourcis qui permettent d’ajouter d’autres types de contenus à vos messages.

Ce que vous pouvez faire avec Direct Messenger

Direct Messenger for Twitter vous permet, en plus de l’envoi de textes, de partager en mode privé une photo (ou un selfie), votre localisation, d’envoyer des stickers et des messages audios enregistrés.

Autant de fonctionnalités intéressantes mais qui ne sont pas toutes supportées actuellement par Twitter.

Par exemple, lorsque vous partagez votre localisation via Direct Messenger, l’application prend une capture d’écran de votre localisation actuelle sur une carte, la télécharge sur S3 avant d’envoyer un lien au destinataire pour la visualiser.

Il en va de même avec les stickers et même les photos. Direct Messenger ne supportant pas les photos natives, elle enregistre l’image dans Amazon S3 avant d’envoyer le lien de l’image partagée.

L’objectif de cette application, c’est de permettre aux utilisateurs de Twitter d’accéder rapidement à leurs messages privés. Et sans doute que cette initiative va pousser Twitter a finalement opté pour la création d’une application indépendante de messagerie instantanée.

Amazon Offres d’annonceur s\'arrête définitivement

a définitivement mis fin à son programme de publicité au paiement par clic dénommé Amazon Offres d’annonceur (Amazon Products Ads).

Amazon Offres d’annonceur

Les Offres d’annonceur sur Amazon sont un service de publicité conçu pour faciliter l’accès à des produits disponibles sur des sites Web externes aux clients du site Amazon.fr.

En tant que vendeur, il suffit de charger un catalogue de produits à promouvoir et de fixer des enchères selon le montant que vous êtes disposé à payer par clic et votre budget. Les annonces ne seront alors visibles que par les clients du site Amazon.fr lorsqu’ils recherchent votre produit ou des produits similaires.

Les clients intéressés par votre produit seront redirigés vers votre site Web en cliquant sur l’une de vos annonces et pourront acheter directement les produits directement auprès de vous.

Ainsi fonctionne Amazon Offres d’annonceur.

Selon le site Venturebeat qui rapporte l’information, un porte-parole d’Amazon aurait confirmé que ce programme d’annonces au paiement par clic a définitivement été arrêté le 31 Octobre 2015.

Et pourtant, les annonceurs en étaient très satisfaits car ce programme générait des d’affaires impressionnants dans l’ensemble.

Mais, maintenant, chez Amazon, il serait plutôt question de garder tout le trafic sur la plateforme et de ne plus renvoyer les visiteurs sur les sites des ecommerçants.

Bien entendu, de nombreux annonceurs et agences de publicités semblent vraiment déçus d’apprendre cette nouvelle.

Google prépare un programme d\'affiliation pour Google Play

serait en train de préparer le lancement d’un programme d’affiliation pour Google Play qui viendrait concurrencer le programme Affiliés d’iTunes ().

Google prépare un programme d\'affiliation pour Google Play

En effet, Apple dispose d’un tel programme qui permet aux webmasters et aux propriétaires d’applications mobile de relier leurs sites ou leurs applis à des millions de morceaux, d’applis, de livres, de films et de séries TV, et de percevoir ainsi des commissions sur les ventes éligibles.

Selon le site 5to5google.com

Et, ce que l’on sait pour l’instant, c’est qu’il devrait permettre aux webmasters de vendre des produits de Google Play Store via leurs sites web ou via leurs applications.

Les produits que les participants pourraient vendre ainsi concerneraient au départ le domaine des films sur Google Play et de la musique via Google Play Music.

Mais, le programme prévoirait de s’étendre aussi pour inclure les applications et mêmes les appareils informatiques et multimédia (ordinateurs, smartphones, tablettes, dvd, etc). Tous ces appareils qu’on trouve dans Google Store.

Si cette information se confirmait dans un avenir proche, ce ne serait pas seulement Apple qui serait visé, mais aussi et surtout qui, non seulement vient de lancer des publicités de type Adsense sur des sites tiers pour vendre ses produits, mais vient aussi de lancer une plateforme publicitaire destinée aux développeurs d’applications .

En fait, avec ce projet en cours, ce serait la résurrection de “Google Affiliate Network”. Ce qu’attendraient de nombreux acteurs du Net.

Google répond officiellement à l’accusation d’abus de position dominante

La réponse de n’a pas tardé dès l’annonce des charges formellement formulées à son encontre par la commission européenne en charge de la concurrence.

Google répond officiellement à l’accusation de position dominante

En effet, ce mercredi 15 Avril 2015, la commission anti-trust de l’Union Européenne accuse Google d’abuser de sa position dominante dans la recherche internet (90% de part de marché en Europe) pour favoriser ses propres services au détriment de la concurrence.

D’autre part, concomitamment à cette annonce, l’Union Européenne déclare avoir ouvert une enquête afin de déterminer si, oui ou non, Google exige des fabricants de téléphones mobile utilisant son système Android (81% de part de marché en Europe) de favoriser ses propres services et applications lors de la fabrication des smartphones.

Et la commissaire européenne en charge de ce dossier, Margrethe Vestager, de déclarer : “Si l\’enquête confirme nos inquiétudes, Google devra faire face aux conséquences légales et changer la façon dont il exerce ses activités en Europe”.

La charge concernant l’abus est portée sur des accusations selon lesquelles Google détournerait le trafic de ses rivaux pour favoriser ses propres produits et services, notamment les sites ecommerce. D’où les griefs formulés contre lui.

Réponse officielle de Google

La réponse officielle de Google ne s’est donc pas faite attendre afin de défendre son business et surtout ses pratiques.

C’est ainsi qu’il déclare dans un post :

“Alors que Google peut être le moteur de recherche le plus utilisé, les gens peuvent maintenant trouver et accéder aux informations de nombreuses façons. Et les allégations d’abus, tant au détriment des consommateurs que des concurrents, révélées sont vraiment loin d’être la vérité”.

Et Google de poursuivre en disant qu’il existe aujourd’hui d’autres choix pour les utilisateurs que Google. A savoir Bing, Yahoo, Quora, DuckDuckGo et même les assistants de recherche Siri d’ et Cortana de Bing.

En outre, selon Google, il existe moult services spécialisés tels que , Idealo, Le Guide, Expedia ou eBay. Par exemple, Amazon, eBay et Idealo de Axel Springer sont les trois sites e-commerce les plus populaires en Allemagne.

Et Google d’ajouter pour la défense de son business modèle que les gens utilisent de plus en des sites sociaux comme , et pour trouver des recommandations, comme où manger, quels films regarder ou comment décorer leurs maisons.

Et, quand il s\’agit des informations d’actualité, les utilisateurs vont souvent directementsur leurs sites préférés. Par exemple, Bild et The Guardian obtiennent jusqu\’à 85 % de leur trafic directement. Moins de 10 % provient de Google.

 

Trafic des sites ecommerce en France – via Google

Dans un autre post sur un blog séparé, Google revient sur l’ouverture d’une enquête concernant son système Android.

Et ce, pour dire que ses partenariats avec les fabricants de téléphones portables qui dépendent du système d’exploitation Android sont volontaires. Et ils ont permis d’offrir des avantages aux consommateurs et aux fabricants eux-mêmes (qui ne paient aucune licence, NDLR).

Par conséquent, “La décision de la commission européenne de se positionner elle-même comme étant la principale autorité de la concurrence pour l’ère numérique pourrait déclencher la colère de certains politiciens américains, et il est indéniable que l’industrie américaine a été à l’avant-garde de la technologie”, selon Emanuela Lecchi, partenaire du cabinet Watson, Farley & Williams basé à Londres.

Deux réponses de Google en une journée pour mener la contre-attaque et dire qu’il ne compte surtout pas se laisser faire. Affaire à suivre…

#AmazonWishList permet d\'ajouter des produits depuis Twitter dans une Wish List

#AmazonWhishList d\'Amazon depuis Twitter


Amazon depuis Twitter avec #AmazonCart

Vous pourrez donc Tweeter le hashtag #AmazonWishList qui vous intéresse pour que celui-ci se retrouve dans votre liste de souhait dans votre compte Amazon. Quitte à vous de retourner dans votre compte Amazon pour finaliser la commande.

Pour rappel, une wishlist (liste de souhait) vous permet de mettre de côté un produit qui vous plaît mais que vous ne souhaitez pas acheter de suite. Astucieusement utilisée, la whish list peut permettre de préparer vos futures soldes et vos prochains achats de fêtes de fin d\’année ou de la Saint-Valentin (en fonction du stock disponible).

Cette initiative pourrait être payante à la fois pour Twitter et pour Amazon car la wish list est une fonctionnalité de plus en plus utilisée par les acheteurs en ligne. Des indiquent qu\’un acheteur sur trois dans le monde l\’ont utilisée l\’année dernière pour un total de 50 articles ajoutés en whish list par seconde.

En ce qui concerne Amazon, il révèle que ces utilisateurs ont ajouté 7 livres et 5 jouets par seconde dans des whish lists lors de la dernière fête de fin d\’année.

Connexion Amazon et Twitter pour créer une whish list
Image via Amazon

Comment fonctionne #AmazonWishList ?

Pour créer une wish list sur Amazon et utiliser le hashtag #AmazonWishList depuis Twitter, vous devez connecter votre compte Twitter et votre compte Amazon. Vous confirmerez ainsi à Amazon que le tweet avec #AmazonWishList provient bien de votre compte Twitter et l\’article convoité sera ajouté à votre liste de souhait sur Amazon.

Vous pourrez par la suite modifier les préférences de cette connexion (pour interrompre) entre vos deux comptes. Tout comme vous pourrez à tout moment accéder à votre wish list pour ajouter ou supprimer des articles. A chaque ajout dans votre wish list, vous recevrez un tweet réponse de @MyAmazon vous décrivant le statut de votre requête (ajouté ou pas et les détails pour finaliser la commande).

Mais attention, cette connexion ne sera pas possible avec les comptes Twitter privés et les tweets privés.

Les produits digitaux tels que les ebooks et les applications peuvent être ajoutés dans une whish list auant que les produits physiques.

A l\’occasion de ce lancement, Amazon déclare lancer une autre nouvelle fonctionnalité dénommée \ »Save-A-Photo\ » qui va permettre aux utilisateurs de sauvegarder n\’importe quelle image (saisie d\’écran) de produit depuis n\’importe quel site web dans leurs Wish Lists Amazon.

Twitter rachète CardSpring pour se lancer dans l\'eCommerce ?

Twitter rachète CardSping

annonce le rachat de la start-up CardSpring qui propose une plateforme de coupons et de paiement en ligne.

CardSpring est une start-up qui aide les marchands à se connecter aux éditeurs pour créer des promotions en ligne en connectant les applications web et mobiles à certains services de cartes bancaires.

CardSpring se définit comme une entreprise qui permet aux entreprises \ »de créer des applications pour les cartes de paiement

Dans son annonce de rachat, Twitter ne dit pas dans quelle mesure il pourrait se servir de CardSpring pour se lancer dans l\’eCommerce. Mais, il déclare que la start-up continuera d\’évoluer en toute indépendance.

Et CardSpring annonce de son côté sur son site qu\’il continuera d\’augmenter l\’adoption de sa plate-forme et de travailler en partenariat avec les éditeurs, les services financiers et les détaillants pour créer de nouvelles expériences innovantes de commerce pour les consommateurs.

Néanmoins, rien ne dit non plus si CardSpring va être intégré dans les systèmes existants de commerce sur Twitter. Mais, on pourrait quand même s\’en douter …

On sait que Twitter travaille activement pour se lancer dans l\’eCommerce afin de mieux monétiser sa plateforme en proposant aux marketeurs d\’y promouvoir leurs offres. Et déjà au mois de Mai dernier, il avait même introduit un moyen de permettre aux utilisateurs d\’ajouter des produits à leur panier Amazon avec un tweet.

#AmazonCart vous permet d\'acheter des produits Amazon sur Twitter sans le quitter

AmazonCart Logo


une nouvelle fonctionnalité qui permet de commander des produits sur sans quitter la Timeline de Twitter.

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez:

  • Connecter votre compte Twitter à Amazon.
  • Répondre avec le hashtag #AmazonCart
  • Ensuite, le produit sera automatiquement ajouté dans votre panier Amazon.
  • Et plus tard, vous n\’aurez qu\’à payer votre panier en allant sur votre compte Amazon.

Vous pouvez connecter votre compte Twitter à Amazon en visitant la page de vos paramètres sociaux sur Amazon.

Il faut savoir qu\’utiliser cette fonctionnalité ne permet pas pour l\’instant de commander et payer directement le produit sur Twitter. Mais, en répondant aux Tweets ayant des liens de produits d\’Amazon, vous ne ferez que sauvegarder vos articles dans un panier.

Autre chose : à partir du moment où les Tweets auxquels vous allez répondre en ajoutant #AmazonCart sont publics, vos tweets-réponses seront aussi publics. Et à chaque réservation de produits de votre part, Amazon vous enverra un email et un tweet réponse en DM pour vous dire si votre article a bien été ajouté ou si il n\’a pas été ajouté en raison de rupture de stock.