Facebook annonce Bulletin : une plate-forme de newsletter

Facebook se lance dans le secteur des bulletins d’information payants. Aujourd’hui, a annoncé Bulletin, un produit de newsletter conçu pour concurrencer des plateformes telles que Substack et Revue de Twitter.

Facebook annonce Bulletin : une plate-forme de newsletter

Bulletin permettra aux écrivains d’afficher des bulletins d’information et des podcasts gratuits et payants. Certains avantages seront bien sûr derrière un paywall, comme les badges et uniquement les abonnés des groupes Facebook.

Les transactions sont traitées via Facebook Pay, naturellement.

La plate-forme ne sera pas ouverte au public au lancement, mais Facebook a convoqué une multitude d’écrivains sur différents sujets pour le lancement de Bulletin, bien que selon un rapport précédent de Recode, la société essaie d’éviter des voix plus controversées au lancement.

Facebook dit qu’il ne facturera pas de frais aux écrivains au lancement pendant qu’ils construisent leurs audiences.

 

Bulletin: une plateforme pour les créateurs indépendants

Facebook Bulletin permet aux utilisateurs de se rapprocher des créateurs indépendants pour :

  • Découvrir :
    Trouvez des articles, des podcasts et plus encore d’un large éventail de créateurs, couvrant les sujets et les communautés qui vous tiennent à cœur.
  • S’abonner :
    Soutenez directement les créateurs et débloquez du contenu exclusif en vous abonnant à leurs publications facilement et en toute sécurité avec Facebook Pay.
  • Déverrouiller :
    Achetez un abonnement premium en toute sécurité via Facebook Pay pour accéder à du contenu et des fonctionnalités exclusifs.
  • Échanger :
    Continuez la conversation avec des groupes d’abonnés uniquement et de l’audio en direct qui vous permettent de passer plus de temps avec vos créateurs et communautés d’abonnés préférés.

Il faut noter que sur la page d’accueil de Bulletin, vous trouvez dans l’ordre :

  • Créateurs à la une
  • Publications à la une
  • Articles à la une
Facebook Bulletin permet aux utilisateurs de se rapprocher des créateurs indépendants

Les rédacteurs, quant à eux, misent sur la présence omniprésente de Facebook pour aider à construire ces audiences, bien que ce ne soit certainement pas une garantie (Facebook Watch n’a pas exactement pris le monde d’assaut, par exemple).

Dans tous les cas, Facebook espère que Bulletin pourra se développer au moins un peu indépendamment.

Les messages de bulletin vivront sur leur propre site (Bulletin.com), plutôt que d’être nativement intégrés dans Facebook, et les utilisateurs n’auront pas non plus besoin d’un compte Facebook pour lire les messages gratuits :

Nous avons construit Bulletin sur un site Web distinct pour permettre aux créateurs d’élargir leur audience d’une manière qui ne dépend pas exclusivement de la plate-forme Facebook.

L’image de marque sur les publications de Bulletin sera axée sur le créateur et les lecteurs n’auront pas besoin d’être connectés à Facebook pour lire du contenu gratuit.

Pour le moment, Bulletin se concentre sur les créateurs américains, car il n’y a actuellement que 2 écrivains d’ailleurs pendant la phase bêta de la plate-forme. Cela dit, n’importe qui dans le monde peut lire les articles de Bulletin.

 

Pour le moment, Bulletin se concentre sur les créateurs américains, car il n’y a actuellement que 2 écrivains d’ailleurs pendant la phase bêta de la plate-forme. Cela dit, n’importe qui dans le monde peut lire les articles de Bulletin.

La nouvelle survient alors que Facebook rejoint le club de capitalisation boursière de 1 milliard de dollars, un coup de pouce financier qui a suivi la victoire de Facebook contre le procès antitrust de la FTC.

De toute évidence, Facebook n’a pas l’intention de ralentir sa croissance dans de nouveaux domaines de produits.

 

Questions/réponses concernant Facebook Bulletin

 

  • Comment Facebook a sélectionné les créateurs du programme bêta ? Facebook a recherché des créateurs avec un large éventail de sujets, de perspectives et de disciplines dans le cadre d’une bêta fermée.

    Certains de ces créateurs sont des écrivains et des universitaires, tandis que d’autres sont des experts de l’industrie et des personnalités publiques.

    Facebook dit définir les « créateurs indépendants » comme des journalistes individuels ou des experts en la matière qui ne sont pas contractuellement tenus d’écrire exclusivement pour une plate-forme ou un éditeur.

    Facebook adoptera une approche prudente pour étendre la disponibilité à un plus grand nombre de créateurs au fil du temps, mais il n’accepte pas actuellement de nouveaux créateurs dans Bulletin.

  • Dois-je payer pour accéder aux articles et podcasts ? Ça dépend. Une partie du contenu de Bulletin existe derrière un paywall, et vous pouvez accéder à des avantages premium (groupes Facebook réservés aux abonnés, badges et plus encore) si vous payez un abonnement. Si vous n’êtes pas prêt à payer, il y a encore beaucoup de contenu gratuit à apprécier.
  • Comment fonctionnent les transactions avec les créateurs de Bulletin ? Vos paiements seront traités facilement et en toute sécurité à l’aide de Facebook Pay.

    Facebook ne prendra pas une commission dans les revenus des créateurs de Bulletins au lancement. Chaque créateur de Bulletin peut choisir ses propres prix pour les abonnements.

  • Où puis-je trouver des articles et des podcasts de Bulletin ? Les articles de Bulletin et les podcasts se trouvent sur les pages de publication des créateurs individuels, sur votre fil d’actualité Facebook et dans la section Actualités de Facebook.
  • Pourquoi le produit est-il sur un site Web séparé et non sur l’application Facebook ? Facebook dit avoir développé Bulletin sur un site Web distinct pour permettre aux créateurs d’élargir leur audience d’une manière qui ne dépend pas exclusivement de la plate-forme Facebook. L’image de marque sur les publications du Bulletin sera axée sur le créateur et les lecteurs n’auront pas besoin d’être connectés à Facebook pour lire du contenu gratuit.
  • Quels sont les plans pour que les créateurs/les créateurs internationaux en dehors des États-Unis soient inclus ? Facebook se lance principalement avec des créateurs américains, et il n’y a que 2 créateurs non américains au lancement.

    Le site Web de Bulletin lui-même sera disponible dans le monde entier, et il cherchera à inclure plus de créateurs internationaux après le lancement de son programme bêta.

Google Search teste l’affichage des avis obtenus par les détaillants

teste l’intégration des évaluations des vendeurs dans la recherche organique, une fonctionnalité qui n’était auparavant affichée que dans la recherche payante.

Google Search teste l’affichage des avis obtenus par les détaillants

Google fusionne donc les fonctionnalités de recherche payantes et organiques dans un test qui montre les évaluations des vendeurs des entreprises dans des extraits de recherche réguliers.

Cela a d’abord été rapporté par Brodie Clark qui crédite Brian Freiesleben de la découverte.

Dans le cadre du test, les évaluations ou notations par étoiles sont affichées dans les pages de résultats en fonction de la note du site Web dans Google Merchant Center.

Les évaluations des détaillants sont une fonctionnalité des annonces payantes de Google Ads via les extensions d’avis arrêtée en Janvier 2018 avant de revenir dans .

Ce qui rend son croisement dans la recherche organique comme quelque chose que les référenceurs devraient connaître.

Regardons ce que l’on sait du test jusqu’à présent et ce qu’il pourrait signifier pour la recherche à l’avenir.

Évaluations des vendeurs Google dans la recherche organique

 

Les évaluations des vendeurs dans la recherche organique sont un développement important pour deux raisons.

  • La première est que les évaluations des vendeurs sont traditionnellement réservées aux annonces payantes dans Google Shopping.
  • L’autre raison est que les pages affichaient des notations par étoiles sans l’aide du balisage de données structurées d’évaluation des avis.

Les classements par étoiles peuvent apparaître dans les résultats organiques si un balisage particulier est utilisé.

Étant donné que ces pages n’utilisaient pas le balisage, cela signifie que les évaluations des vendeurs étaient générées à partir des mêmes sources que Google Ads.

Toutefois, je peux dire qu’il s’agit d’un test qui a déjà eu lieu en 2015, et qui apparaît à nouveau en 2021.

Il est important que les référenceurs soient conscients de ce test, car les sites Web peuvent avoir des évaluations de vendeurs même s’ils n’achètent pas Google Ads ou Google Shopping pour de la publicité sur le moteur de recherche.

Si Google déploie cela à plus grande échelle, il sera nécessaire de savoir quels facteurs contribuent au calcul de l’évaluation des vendeurs d’un site.

Les évaluations des vendeurs sur Google Shopping (qui peut afficher les photos des avis clients) peuvent être basées sur une ou plusieurs des sources suivantes :

  • Google Avis Clients : Un programme gratuit qui collecte des avis post-achat au nom des marchands.
  • Mesures de performance agrégées provenant d’études ou analyses sur les achats, menées par Google.
  • Avis Google Shopping pour le domaine de votre boutique, qui incluent des avis provenant de diverses sources tierces et d’utilisateurs de .

Tout détaillant avec un flux de produits téléchargé sur Google Merchant Center peut potentiellement avoir une évaluation de vendeur dans les résultats organiques de Google Search.

Si vous n’êtes pas au courant de votre évaluation du vendeur, ou si vous en avez une, ce serait le bon moment pour la rechercher.

 

C’est quoi mon évaluation du vendeur Google ?

 

Voici comment vérifier si vous avez une évaluation du vendeur.

Pour savoir si vous avez une évaluation du vendeur pour un pays spécifique, modifiez l’URL suivante pour remplacer « http://www.domaine.com » par l’URL de votre page d’accueil :

Example URL:

://www.google.com/shopping/ratings/account/lookup?q=http://www.domaine.com

Une fois cette page chargée, Google affichera des informations sur votre boutique en ligne et son évaluation du vendeur, comme ici pour la Fnac. Un sélecteur de pays vous permettra d\’ affiner les données par pays.

Google précise :

Les notes sont calculées à partir des informations recueillies sur les achats effectués auprès du détaillant.

Examinez votre évaluation du vendeur et regardez d’où viennent les avis, car ce sera différent pour tous les détaillants.

À partir de là, vous aurez une idée de l’endroit où vous devez acquérir des avis afin de maintenir une note du vendeur satisfaisante pour votre magasin.

Si Google ne dispose pas d’informations pour votre boutique, ou si votre boutique n’atteint pas les seuils minimaux d’évaluation des vendeurs, une page d’évaluation des vendeurs peut ne pas se charger pour votre page d’accueil.

Gardez à l’esprit que ce n’est qu’un test, et il semble que ce soient les premières étapes selon les exemples que Clark a partagés sur Twitter.

OK, j’ai maintenant eu plus de temps pour examiner le nouveau test d’évaluation du vendeur.

Certainement l’un des développements de fonctionnalités organiques les plus intéressants de ces derniers temps.

L’application est en fait plus large que je ne le pensais (j’ai ajouté quelques mises à jour à mon post).

Dans cet exemple, une note du vendeur est affichée pour l’article d’Apple, ce qui est incorrect car Wikipédia n’est pas un site e-commerce.

Source : Searchenginejournal

Twitter : un bouton pour se connecter avec un compte Google

Twitter travaille pour permettre de vous connecter à votre compte via un compte Google connecté.

Twitter : Bientôt un bouton pour se connecter avec un compte Google

 

Pendant des années, a offert un moyen aux applications de permettre à leurs utilisateurs de s’inscrire ou de se connecter avec rien de plus que leur propre compte Google, en économisant l’étape de la nécessité de remplir des informations de base telles que votre nom et votre adresse e-mail ou même de choisir un mot de passe.

Comme l’a découvert Jane Wong, Twitter envisage d’activer l’intégration de compte Google.

Dans une capture d’écran de la fonctionnalité activée, la page de connexion de Twitter sur le Web affiche « S’inscrire avec Google », « Se connecter avec Google » et une troisième option, « Continuer avec Google ».

Vraisemblablement, ce bouton vous permettra de joindre votre compte Google à un compte Twitter existant, de créer un nouveau compte Twitter avec les détails de votre compte Google ou de vous connecter à votre compte Twitter si vous l’avez déjà associé à votre compte Google.

Twitter travaille sur l’intégration de la connexion avec Google.

Comme c’est le cas avec les découvertes d’enquêteurs comme Jane Wong, nous avons probablement quelques semaines ou mois d’attente avant que Twitter ne lance cette fonctionnalité.

Alternativement, Twitter peut changer d’avis sur l’intégration de “Google Sign In” avant de le lancer.

Il y a des \ »pour\ » et des \ »contre\ » à se connecter à Twitter via un service comme “Se connecter avec Google”.

Du côté positif, il est certainement plus pratique de n’avoir besoin de se souvenir que d’un seul mot de passe et beaucoup plus rapidement.

Toutefois, si votre compte Google devait être compromis de quelque manière que ce soit, un attaquant aurait alors également accès à votre compte Twitter. Ou, si jamais votre compte était banni, vous ne pourriez pas accéder à Twitter.

Ces \ »contre\ » arrivent très rarement, tout de même…

Source : 9to5google

L’app YouTube permettra de lire des vidéos à partir de la page d’accueil

YouTube sur mobile est évidemment différent de sur desktop. Sur le bureau, vous avez la possibilité d’ouvrir des vidéos dans plusieurs onglets afin de ne pas avoir à vous éloigner de la page d’accueil.

L’app YouTube permettra de lire des vidéos à partir de la page d’accueil

Mais sur mobile, une fois que vous appuyez sur la vidéo, une fenêtre différente apparaît, mais cela changera bientôt.

Il semble que YouTube ait commencé à tester un moyen pour les utilisateurs de lire des vidéos directement à partir de la page d’accueil elle-même.

Avant cela, la page d’accueil de YouTube lisait automatiquement les aperçus des vidéos, mais ces aperçus n’ont pas de son et vous n’avez pratiquement aucun contrôle là-dessus.

Android 12, Pixel 4A. Vous pouvez lire des vidéos YouTube entières à partir de l’écran d’accueil sans réellement appuyer dessus.

YouTube a également ajouté une option pour basculer CC et faire défiler le lecteur de progression (peut voir l’aperçu de l’image maintenant) .

Cependant, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, il s’agit d’une story différente où, avec ce changement, vous pouvez lire des vidéos dans la page d’accueil avec le son et les contrôles.

C’est une fonctionnalité assez cool qui la rend légèrement plus facile à utiliser, surtout si vous êtes du genre à aimer parcourir la page d’accueil pour obtenir des recommandations tout en regardant des vidéos.

Pour le moment, cette fonctionnalité n’est testée que sur un petit nombre d’utilisateurs de l\’application YouTube.

Nous ne sommes pas sûrs de la façon dont YouTube sélectionne les utilisateurs avec lesquels tester la fonctionnalité, mais si vous ne la voyez pas, ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas seul, mais nous espérons que YouTube aura plus de détails à partager à ce sujet dans un proche avenir.

Source : Ubergizmo

Comment publier des photos sur Instagram à partir de votre ordinateur ?

Si vous avez déjà voulu partager une photo sur Instagram, vous devrez la télécharger via l’application sur votre téléphone.

Vous pouvez publier des photos sur Instagram à partir de votre ordinateur

Il y avait quelques solutions de contournement, mais rien d’officiel.

Maintenant, en Mai, il a été rapporté qu’Instagram cherchait à changer cela et maintenant il semble que ce changement soit arrivé.

Après des années à se concentrer uniquement sur son produit mobile, Instagram pense enfin à laisser les utilisateurs publier à partir de leurs ordinateurs.

Un certain nombre d’utilisateurs de ont remarqué que la fonctionnalité de test avait été mise en ligne jeudi, et Instagram a confirmé le test à TechCrunch.

Un porte-parole d’Instagram a déclaré :

Nous savons que de nombreuses personnes accèdent à Instagram depuis leur ordinateur.

Pour améliorer cette expérience, nous testons maintenant la possibilité de créer une publication du Feed sur Instagram avec leur navigateur de bureau.

Instagram travaille sur la possibilité de créer des publications à partir du site Web de bureau.

Pourquoi maintenant ? Apparemment, au cours de la pandémie, la société a vu une augmentation du nombre de personnes naviguant sur Instagram à partir de leur ordinateur plutôt que de leur téléphone.

Pour voir si le test est en direct pour vous, rendez-vous sur Instagram dans votre navigateur Web et recherchez une nouvelle icône « Plus » dans la barre d’icônes en haut à droite.

Le test n’est pas disponible pour tout le monde et il permet uniquement aux utilisateurs de créer des publications pour le flux principal.

La nouvelle fonctionnalité de test est le signe de vie le plus récent de l’entreprise pour son produit de bureau.

Instagram a ajouté la possibilité de voir des Stories sur le Web en 2017 et a ajouté la messagerie privée au bureau à la fin de l’année dernière.

Comment poster des photos sur Insta depuis l’ordinateur ?

Vous pouvez désormais créer, modifier, filtrer et publier des photos sur Instagram à partir d’un PC ou d’un Mac.

Instagram ajoute la possibilité de créer et de publier des publications directement à partir de votre bureau.

Jusqu’à présent, les utilisateurs d’Instagram ne peuvent publier des Stories qu’à partir de leur application mobile, sauf s’ils utilisent une solution de contournement.

Voici comment publier depuis desktop :

  1. Cliquez sur le bouton “+” dans le coin supérieur droit. Il apparaît entre les posts et les icônes de boussole.
  2. Faites glisser et déposez des photos ou des vidéos, ou sélectionnez-les à partir de votre ordinateur.
  3. Ajoutez des filtres et des modifications à votre publication.
  4. Ajoutez une légende et une balise géographique, et identifiez (taguez) les personnes dans le message.
  5. Cliquez sur le bouton « Publier » dès que vous avez terminé.

Si vous avez la fonctionnalité, Instagram vous alertera dans une fenêtre contextuelle lorsque vous vous connecterez.

Google déploie une mise à jour de l’algo de lutte contre le spam sur Search

confirme le déploiement d’une mise à jour de l’algorithme lié au spam le 23 juin 2021.

Google déploie une mise à jour de l’algo de lutte contre le spam sur Search

Danny Sullivan de chez Google confirme qu’une mise à jour de l’algorithme Google visant à lutter contre le spam est déployée dans les résultats de recherche.

Le déploiement de la mise à jour s’est terminé le même jour, c’est à dire le 23 juin 2021. Une deuxième mise à jour de cet algo contre le spam suivra la semaine prochaine.

Les détails exacts n’ont pas été fournis sur cet update spécifique. Bien que Google déploie régulièrement des mises à jour contre le spam pour maintenir la qualité de ses résultats de recherche.

Il est peu probable qu’un site Web légitime qui suit les consignes de Google pour les webmasters ait quelque chose à craindre en ce qui concerne ces mises à jour contre le spam.

Google a une définition stricte de ce qu’il considère comme du spam, et cela concerne principalement des sites de mauvaise qualité qui incitent les utilisateurs à fournir des informations personnelles ou à installer des logiciels malveillants.

Les updates contre le spam ciblent également les escroqueries par hameçonnage (phishing) et d’autres mauvais acteurs sur le Web qui tentent de se classer dans les résultats de recherche en se faisant passer pour des pages très pertinentes.

Ceci étant dit, même les sites qui suivent les consignes de Google aux webmasters sont vulnérables au spam par piratage de contenu.

Si un site n’est pas correctement sécurisé, il pourrait servir du spam aux utilisateurs sans le savoir.

Le rapport annuel de lutte contre le spam de Google indique que le spam par piratage de contenu est endémique.

Si votre site chute soudainement dans les classements à la suite de la mise à jour d’aujourd’hui ou de celle de la semaine prochaine, il serait sage d’examiner la sécurité de votre site et de rechercher des signes d’une éventuelle attaque.

Lorsqu’un site est touché par un update de lutte contre le spam, son contenu est rétrogradé dans les résultats de recherche ou supprimé de l’index de Google.

Google estime que ses systèmes automatisés gardent plus de 99% des visites des résultats de recherche sans spam.

En annonçant cette mise à jour, Sullivan renvoie vers un article de blog d’Avril dernier qui détaille les résultats des récents efforts de lutte contre le spam de Google.

L’année dernière, les systèmes automatisés de Google ont empêché 25 milliards de pages spammy d’être indexées dans les résultats de recherche chaque jour.

Nous en apprendrons probablement plus sur l’impact des mises à jour de Juin 2021 sur le spam lorsque Google publiera son rapport annuel sur la lutte contre le spam l’année prochaine.

Dans le cadre de notre travail régulier visant à améliorer les résultats, nous avons publié une mise à jour pour lutter contre le spam sur nos systèmes.

Cette mise à jour contre le spam se terminera aujourd’hui. Un deuxième suivra la semaine prochaine. Nous ajouterons à ce fil de Tweet lorsque cela se produira.

Nous encourageons les sites à suivre nos meilleures pratiques en matière de recherche.

Pour plus d’informations sur la façon dont Google lutte contre le spam, Sullivan renvoie à la vidéo ci-dessous :

Source : Searchenginejournal

Twitter : Partagez vos Tweets directement dans les Instagram Stories

Dans le passé, si vous souhaitiez partager un Tweet sur Instagram, vous devriez généralement prendre une capture d’écran de ce Tweet et la publier sur votre fil ou dans vos Instagram Stories.

Twitter permet de partager vos Tweets directement dans les Instagram Stories

C’est un peu une méthode longue et vous pourriez vous retrouver avec un tas de captures d’écran prenant de la place sur votre téléphone.

Twitter a annoncé que les captures d’écran ne sont plus nécessaires.

a en effet révélé que les utilisateurs pourront désormais partager des Tweets directement dans leurs Stories.

Bien que pour l’instant, il semble qu’il s’agisse d’une fonctionnalité exclusivement disponible pour les appareils , nous imaginons qu’elle finira par faire son chemin plus tard sur .

S’il vous plaît, arrêtez de publier des captures d’écran de Tweets dans les Instagram Stories. vous pouvez désormais partager des Tweets directement sur iOS.

Ceci étant dit, il convient de noter que cela permet uniquement aux utilisateurs de partager sur Instagram Stories et non sur Instagram lui-même. Et donc, si vous souhaitez partager le Tweet sur votre profil Insta, la méthode de capture d’écran semble être le seul moyen.

Ce type de partage annoncé aujourd\’hui semble similaire au partage de Tweet sur Snapchat.

La fonctionnalité devrait déjà être déployée pour les utilisateurs en ce moment, mais ne vous inquiétez pas si vous ne la voyez pas encore car elle devrait éventuellement être disponible pour vous.

Vous devez également vous assurer d’avoir la dernière version de Twitter si vous souhaitez vous assurer d’avoir toutes les dernières fonctionnalités.

Source : Ubergizmo

Facebook déploie de nouveaux outils de gestion pour les Groupes

Facebook a présenté aujourd’hui un nouvel ensemble d’outils visant à aider les administrateurs de groupes Facebook à mieux gérer leurs communautés en ligne et, potentiellement, à empêcher les conversations de déraper.

Facebook déploie de nouveaux outils et fonctionnalités pour les Groupes

Parmi les nouveaux outils les plus intéressants figure une fonctionnalité alimentée par l’apprentissage automatique (machine learning) qui avertit les administrateurs des conversations potentiellement malsaines qui ont lieu dans leur groupe.

Un autre permet à l’administrateur de ralentir le rythme d’une conversation animée, en limitant la fréquence à laquelle les membres du groupe peuvent publier.

Les groupes sont aujourd’hui une raison importante pour laquelle les gens continuent d’utiliser le réseau social Facebook. Aujourd’hui, il y a « des dizaines de millions » de groupes, qui sont gérés par plus de 70 millions d’administrateurs et de modérateurs actifs dans le monde entier, dit Facebook.

L’entreprise travaille depuis des années à déployer de meilleurs outils pour ces propriétaires de groupes, qui sont souvent submergés par les responsabilités administratives qui accompagnent la gestion d’une communauté en ligne à grande échelle.

En conséquence, de nombreux administrateurs abandonnent le travail et laissent les groupes s’exécuter de manière quelque peu non gérée ou modérée, ce qui leur permet de se transformer en terrains fertiles pour la désinformation, le spam et les abus.

L’automne dernier, Facebook a tenté de résoudre ce problème en déployant de nouvelles politiques de groupe pour sévir contre les groupes sans administrateur actif, entre autres choses.

Bien sûr, la préférence de l’entreprise serait de maintenir les groupes en cours d’exécution et en croissance en les rendant plus faciles à exploiter.

C’est là qu\’intervient le nouvel ensemble de fonctionnalités d’aujourd’hui.

Un nouveau tableau de bord appelé “Accueil Administrateur” (Admin Home) qui est un guichet unique qui centralisera les outils, les paramètres et les fonctionnalités d’administration en un seul endroit, ainsi que des « conseils de pro » qui suggèrent d’autres outils utiles adaptés aux besoins du groupe.

Nous lançons l’accueil administrateur, une destination plus simple et intuitive pour tous les outils, paramètres et fonctionnalités d’administration que les administrateurs peuvent personnaliser en fonction de leurs besoins.

Il permet aux administrateurs d’identifier rapidement les actions requises au sein du groupe, parmi les publications, les membres et les éléments signalés.

Les administrateurs peuvent trouver ce qu’ils recherchent grâce à une nouvelle composition claire qui affiche les éléments disponibles sous chaque catégorie. Les administrateurs peuvent personnaliser cette composition en ajoutant des raccourcis et en les modifiant pour accéder rapidement aux informations et aux outils importants. “

Nous lançons l’accueil administrateur, une destination plus simple et intuitive pour tous les outils, paramètres et fonctionnalités d’administration que les administrateurs peuvent personnaliser en fonction de leurs besoins.

Modération des commentaires de l’Assistance administrateur

 

Une autre nouvelle fonctionnalité Assistance Administrateur permettra aux administrateurs de modérer automatiquement les commentaires dans leurs groupes en configurant des critères qui peuvent restreindre les commentaires et les publications de manière plus proactive, au lieu de forcer les administrateurs à revenir en arrière après coup et à les supprimer.

Ce qui peut être problématique, en particulier après qu’une discussion a été en cours et que les membres sont investis dans la conversation.

Les administrateurs peuvent désormais :

    Restreindre la participation des internautes qui ne remplissent pas les conditions requises en fonction de certains critères (par exemple : depuis combien de temps ils ont un compte Facebook ou s’ils ont récemment enfreint les règles du groupe).
  1. Empêcher de façon proactive l’affichage de certains commentaires dans votre groupe, au lieu de les supprimer après leur publication.
  2. Réduire la diffusion du contenu promotionnel en refusant les publications et commentaires qui comportent des liens spécifiques. L’auteur reçoit alors un retour l’invitant à modifier sa publication avant de la renvoyer pour examen.
  3. Utiliser les critères prédéfinis de Facebook pour gérer les priorités, comme la prévention du contenu indésirable et la gestion des conflits. Les administrateurs peuvent parcourir, ajouter et modifier ces critères prédéfinis afin de répondre aux besoins de leur groupe.Les administrateurs peuvent annuler les actions spécifiques de l’Assistance administrateur, ou modifier et affiner les critères au fil du temps.

 

Une autre nouvelle fonctionnalité Assistance Administrateur permettra aux administrateurs de modérer automatiquement les commentaires dans leurs groupes

 

Les administrateurs peuvent également tirer parti des critères prédéfinis suggérés par Facebook pour aider à limiter le spam et à gérer les conflits.

 

Des alertes de modération sur les conflits potentiels

 

Une mise à jour notable est un nouveau type d’alerte de modération surnommé « alertes de conflit ».

Cette fonctionnalité, actuellement en cours de test, informera les administrateurs lorsqu’une conversation potentiellement litigieuse ou malsaine a lieu dans le groupe, indique Facebook.

Cela permettrait à un administrateur de prendre rapidement une mesure , comme désactiver les commentaires, limiter qui pourrait commenter, supprimer une publication ou toute autre approche de la situation.

Les alertes de modération de conflit sont alimentées par l’apprentissage automatique, explique Facebook. Son modèle d’apprentissage automatique examine plusieurs signaux, y compris le temps de réponse et le volume de commentaires, pour déterminer si l’engagement entre les utilisateurs a ou pourrait entraîner des interactions négatives, explique la société.

C’est un peu comme une expansion automatique de la fonctionnalité d’alertes par mots clés que de nombreux administrateurs utilisent déjà pour rechercher certains sujets qui mènent à des conversations litigieuses.

Les alertes de modération de conflit sont alimentées par l’apprentissage automatique, explique Facebook.

 

Une fonctionnalité connexe, également nouvelle, permettrait aux administrateurs de limiter également la fréquence à laquelle des membres spécifiques pourraient commenter, ou la fréquence à laquelle des commentaires pourraient être ajoutés aux publications sélectionnées par les administrateurs.

Pour limiter les conversations, les administrateurs peuvent désormais restreindre la fréquence à laquelle les membres d’un groupe spécifique peuvent commenter ainsi que la fréquence des commentaires sur certaines publications qu’ils ont sélectionnées.

Lorsque cette option est activée, les membres peuvent laisser un commentaire toutes les cinq minutes. L’idée ici est que forcer les utilisateurs à faire une pause et à considérer leurs mots au milieu d’un débat houleux pourrait conduire à des conversations plus civilisées.

Nous avons également vu ce concept adopté sur d’autres réseaux sociaux, comme avec les invitations de Twitter à lire des articles avant de les retweeter, ou ceux qui signalent des réponses potentiellement dangereuses, vous donnant une chance de rééditer votre message.

 

Lorsque cette option est activée, les membres peuvent laisser un commentaire toutes les cinq minutes.

Développer un esprit communautaire

 

Facebook, cependant, a largement adopté l’engagement sur sa plate-forme, même lorsqu’il ne conduit pas à des interactions ou des expériences positives.

Bien que petite, cette fonctionnalité particulière est un aveu que la construction d’une communauté en ligne saine signifie que parfois les gens ne devraient pas être en mesure de réagir et de commenter immédiatement avec n’importe quelle pensée qui leur est d’abord entrée dans la tête.

En outre, Facebook teste des outils qui permettent aux administrateurs de limiter temporairement l’activité de certains membres du groupe.

S’il est utilisé, les administrateurs seront en mesure de déterminer combien de publications (entre une et neuf publications) par jour un membre donné peut partager, et pendant combien de temps cette limite doit être en vigueur (toutes les 12 heures, 24 heures, 3 jours, 7 jours, 14 jours ou 28 jours).

Les administrateurs seront également en mesure de déterminer combien de commentaires (entre 1 et 30 commentaires, par incréments de 5 commentaires) par heure un membre donné peut partager, et pendant combien de temps cette limite devrait être en vigueur (également toutes les 12 heures, 24 heures, 3 jours, 7 jours, 14 jours ou 28 jours).

 

En outre, Facebook teste des outils qui permettent aux administrateurs de limiter temporairement l’activité de certains membres du groupe.

Dans le même ordre d’intérêt pour créer des communautés plus saines, une nouvelle fonctionnalité de résumé des membres donnera aux administrateurs un aperçu de l’activité de chaque membre sur leur groupe, leur permettant de voir combien de fois ils ont publié et commenté, ont vu des publications supprimées ou ont été mis en sourdine.

Nous vous présentons la nouvelle fonctionnalité “Résumé du membre” qui permet aux administrateurs de consulter un résumé consolidé de l’activité de chaque membre du groupe.

Cela inclut le nombre de publications ou de commentaires réalisés par les membres, ou indique quand des publications des membres ont été supprimées ou mises en sourdine dans le groupe.

Facebook ne dit pas comment les administrateurs doivent utiliser ce nouvel outil, mais on pourrait imaginer que les administrateurs profitent du résumé détaillé pour faire le nettoyage occasionnel de leur base de membres en supprimant les mauvais acteurs qui perturbent continuellement les discussions.

Ils pourraient également l’utiliser pour localiser et élever les contributeurs réguliers sans violation aux rôles de modérateur, peut-être.

Lorsqu’un membre ou un administrateur commet une infraction dans le groupe, les administrateurs pourront également faire appel de la décision auprès de Facebook et demander un autre examen afin de s’assurer que la bonne décision a été prise.

Les administrateurs pourront également marquer leurs règles de groupe dans les sections de commentaires, interdire certains types de publication (par exemple, sondages ou événements) et soumettre un appel à Facebook pour réexaminer les décisions liées aux violations de groupe, en cas d’erreur.

 

Les administrateurs pourront également marquer leurs règles de groupe dans les sections de commentaires, interdire certains types de publication

Facebook Chats fait son retour

 

D’un intérêt particulier, bien qu’un peu enfoui au milieu de la flopée d’autres nouvelles, est le retour de Chats, qui a été annoncé précédemment.

Facebook avait brusquement supprimé la fonctionnalité de chat en 2019, peut-être en raison du spam, certains avaient spéculé.

Comme auparavant, les chats ou discussions instantanées peuvent avoir jusqu’à 250 personnes, y compris les membres actifs et ceux qui ont opté pour les notifications des chats.

Une fois cette limite atteinte, les autres membres ne pourront pas interagir avec ce salon de conversation spécifique tant que les participants actifs existants n’auront pas quitté le chat ou ne pas recevoir de notifications.

Désormais, les membres de groupe Facebook peuvent démarrer, trouver et engager des discussions instantanées avec d’autres personnes au sein des groupes Facebook au lieu d’utiliser Messenger.

Les administrateurs et les modérateurs peuvent également avoir leurs propres chats.

 

Désormais, les membres de groupe Facebook peuvent démarrer, trouver et engager des discussions instantanées avec d’autres personnes au sein des groupes Facebook au lieu d’utiliser Messenger.

 

En plus de ce grand ensemble de nouvelles fonctionnalités, Facebook a également apporté des modifications à certaines fonctionnalités existantes, en fonction des commentaires des administrateurs :

  • Nous avons testé les commentaires épinglés, qui permettent aux administrateurs d’épingler un commentaire en haut d’une publication de groupe.
  • Nous présentons également les notifications des annonces des administrateurs, qui sont désormais partagées avec les membres lorsque les administrateurs marquent une publication comme annoncé.Veuillez noter que le nombre de membres qui voit ces notifications dépend de plusieurs facteurs, notamment leur activité dans le groupe et les autres notifications qu’ils reçoivent à la même période.
  • Les administrateurs peuvent désormais donner leurs avis lorsqu\’ils refusent des membres potentiels qui ont demandé à rejoindre le groupe.

 

En plus de ce grand ensemble de nouvelles fonctionnalités, Facebook a également apporté des modifications à certaines fonctionnalités existantes

 

Les changements vont se déployés sur les groupes Facebook à l’échelle mondiale dans les semaines à venir.

Source : Techcrunch

Twitter travaille sur une fonction qui empêche de vous @mentionner

Twitter

Twitter travaille sur une fonction qui empêche les autres de vous @mentionner

travaille sur des outils qui, s’ils sont lancés, permettraient aux utilisateurs d’empêcher les autres profils de les mentionner sans le bouton de blocage ou de mise en sourdine.

Décrites par le concepteur de produits Twitter, Dominic Camozzi, comme des « premiers concepts », les fonctionnalités donneraient aux utilisateurs de Twitter la possibilité de « se démentionner » et de contrôler qui peut les taguer ou identifier dans les futurs Tweets.

Semblable au blocage d’identification de votre personne sur , le blocage de mention sur Twitter dissocierait essentiellement votre profil d’un Tweet et vous empêcherait d’être identifié ans les réponses futures, selon les maquettes partagées par Camozzi.

La fonctionnalité pourrait également vous permettre d’empêcher des utilisateurs spécifiques de vous mentionner à l’avenir sans avoir à bloquer purement et simplement leurs comptes Twitter.

Une autre itération potentielle vous permettra de bloquer toutes les nouvelles mentions pendant un nombre défini de jours.

Parfois, vous voulez parler, et parfois vous ne le …. faîtes pas.

Découvrez ces premiers concepts qui pourraient aider à contrôler l’attention indésirable sur Twitter.

Les commentaires, surtout à ce stade de départ, sont invités (et souhaités) !

Vous démentionner vous-même.

Je veux qu’il soit plus facile de vous démentionner d’un Tweet ou d’une conversation dans laquelle vous ne voulez pas être impliqué.

Choisissez simplement « Vous démentionner vous-même de cette conversation » dans le menu “Plus d’informations” et le lien vers votre profil sera supprimé.

Notifications

Pour aller plus loin, si quelqu’un que vous ne suivez pas vous @mentionne, vous obtiendrez une notification spéciale.

Si vous vous démentionnez à partir de là, l’auteur du Tweet ne pourra plus vous mentionner.

Le concept est similaire à celui qui permet aux utilisateurs de limiter les réponses à leurs Tweets.

Comme cette fonctionnalité, la possibilité de « se défaire » ou « se démentionner » pourrait aider à résoudre certains des comportements les plus toxiques qui conduisent souvent à un harcèlement à grande échelle sur Twitter.

Par exemple, dans une version prévisualisée par Camozzi, l’application serait en mesure de vous avertir lorsque vous commencez à obtenir « beaucoup » de mentions.

À partir de là, vous pouvez aller dans vos paramètres et changer qui peut vous mentionner ou les mettre en pause afin de « résoudre rapidement les situations qui se sont soudainement aggravées ».

La fonctionnalité sera également disponible à partir du Tweet principal lui-même où les utilisateurs peuvent cliquer sur le menu “Plus d’informations”, puis sélectionner l’option pour se démentionner du Tweet.

Selon Twitter, lorsque vous vous démentionnez, il n’avertira pas la personne qui vous a mentionné en premier lieu, comme lorsque vous refusez d’être identifiés sur des photos.

Camozzi a également révélé que Twitter travaille sur la façon dont lorsque quelqu’un que vous ne suivez pas vous mentionne, vous avez la possibilité de le faire de sorte que cette personne ne puisse plus jamais vous mentionner.

Il n’y a actuellement aucun mot sur le moment où cette fonctionnalité sera publiée au public, mais il semble que ce sera très utile à avoir.

Les fonctionnalités pourraient donner aux utilisateurs des outils supplémentaires pour faire face aux situations où les Tweets viraux entraînent un harcèlement à grande échelle.

Contrairement à la limitation des réponses, qui doit être effectuée avant d’envoyer un Tweet, les fonctionnalités de « notification » peuvent être utilisées après coup ou de manière proactive.

Les outils pourraient ne pas empêcher les gens de dire des choses désagréables, mais ils pourraient protéger les utilisateurs d’avoir à patauger dans une masse de réponses toxiques ou bloquer manuellement ou mettre sous silence des centaines de comptes.

Source : Engadget

Twitter ajoute un bouton S’abonner à la newsletter au profil

Les utilisateurs de Twitter pourront bientôt s’inscrire aux newsletters en cliquant sur un bouton « S’abonner » sur les profils des personnes.

Twitter ajoute un bouton S’abonner à la newsletter aux profils

ajoute donc un bouton « S’abonner » aux profils des personnes qui permettra aux utilisateurs de s’inscrire rapidement aux newsletters.

Le processus d’inscription et de distribution sera facilité par Revue, une société d’édition de bulletins d’information (newsletters) que Twitter a acquise en Janvier 2021.

Revue a annoncé la nouvelle via une série de Tweets en déclarant ce qui suit :

Nous sommes en train de créer de nouvelles façons d’augmenter l’audience de votre newsletter, et nous voulons en prévisualiser une qui vivra directement sur votre profil Twitter.

Nous voulons donner aux rédacteurs des outils pour transformer leur audience Twitter croissante et engagée en abonnés à la newsletter. Cela sera bientôt disponible pour les newsletters de Revue, alors restez à l’écoute. Maintenant, retour au travail pour continuer à construire.

Après l’inscription, les newsletters seront envoyées à l’adresse e-mail associée au compte Twitter de l’utilisateur.

Revue a partagé un exemple montrant comment le processus fonctionne.

Après l’inscription, les newsletters seront envoyées à l’adresse e-mail associée au compte Twitter de l’utilisateur.

Le bouton S’abonner apparaîtra sur le profil d’un utilisateur sous la section des abonnés mutuels.

Le bouton « s’abonner », qui apparaîtra en bonne place sur les pages de profil de ceux qui choisissent d’activer la fonctionnalité, sera disponible pour toute personne disposant d’un compte Revue.

Cette décision montre l’accent continu que Twitter met sur les bulletins d’information ou newsletter après l’acquisition en janvier du service d’abonnement aux newsletters.

Les rédacteurs peuvent utiliser Revue pour générer des abonnements gratuits ou payants aux newsletters. Twitter prendra une commission de 5% sur chaque abonnement payant.

Twitter affichera le nom de la newsletter, une brève description de ce qu’elle contient et le nombre d’abonnés qu’elle compte.

  • Après avoir appuyé sur le bouton S’abonner, une notification s\’affiche pour indiquer à l’utilisateur que son adresse e-mail sera envoyée au créateur de la newsletter.
  • À partir de cet écran, les utilisateurs auront la possibilité de décider s’ils remettent officiellement leurs informations avoir lu la politique de confidentialité sur la vie privée. 
    Après avoir appuyé sur le bouton S’abonner, une notification s\'affiche pour indiquer à l’utilisateur que son adresse e-mail sera envoyée au créateur de la newsletter.

     

  • Comme dernière étape, les utilisateurs seront invités à confirmer leur abonnement en cliquant sur un lien dans leur e-mail.

On dirait un bon choix de conception car il aidera à prévenir les inscriptions accidentelles ou les spams.

 

On dirait un bon choix de conception car il aidera à prévenir les inscriptions accidentelles ou les spams.

 

La fonctionnalité sera déployée dans les prochaines semaines et sera disponible pour toute personne disposant d’un compte Revue.

 

Disponibilité

Les éditeurs qui ont des newsletters de Revue pourront activer cette fonctionnalité directement dans Revue.

Compte tenu de la façon dont les éditeurs peuvent proposer des abonnements payants à la newsletter via Revue, il peut s’agir de la première fois que les utilisateurs peuvent monétiser leur profil Twitter.

Revue permet aux éditeurs de créer des newsletters gratuites ou payantes, Twitter prenant une réduction de 5% des revenus gagnés grâce aux abonnements.

La création et la distribution des newsletters avec Revue sont par ailleurs gratuites, ce qui en fera une nouvelle opportunité pour les spécialistes du marketing de créer des listes de diffusion sur Twitter.

 

Date de lancement

Aucune date exacte n’a été annoncée pour le lancement du bouton S’abonner à la newsleter sur le profil Twitter.

Il est dit qu’il sera déployé sur et le bureau d’abord, et un lancement suivra à une date ultérieure.

Les newsletters payantes étant une option, il pourrait être judicieux d’intégrer cette fonctionnalité à Twitter Blue comme avantage supplémentaire.

est une offre premium qui donne aux utilisateurs l’accès à des fonctionnalités exclusives sur Twitter moyennant des frais mensuels. Le service a été lancé ce mois-ci dans un nombre limité de pays de test.

Ce n’est qu’une idée, mais l’ajout d’un abonnement à la newsletter au forfait peut aider à adoucir l’affaire.

Prenons l’exemple de YouTube Premium. Parmi sa liste d’avantages est la possibilité de devenir membre d’une chaîne sans frais supplémentaires.

Amazon Prime est un autre exemple. Les membres Prime peuvent s’abonner à une chaîne Twitch par mois sans frais supplémentaires.

Dans chacun de ces cas, les créateurs de contenu sont rémunérés de la même manière qu’ils le seraient de la part de tout autre abonné payant.

Twitter pourrait potentiellement faire de même en combinant Twitter Blue avec Revue. Cela ajouterait plus de valeur pour les membres premium tout en aidant à augmenter les revenus des créateurs.

Il est probablement trop tôt pour Twitter d’envisager quelque chose comme ça, cependant. Nous en saurons plus lorsque le bouton S’abonner à la newsletter sera lancé dans quelques semaines.

L’annonce d’aujourd’hui montre que Twitter fait un véritable effort pour aider ses utilisateurs à tirer parti de cette réalité : laisser les abonnements s’épanouir.

Sources : Mashable, Searchenginejournal