Google AMP est-il en perte de vitesse ? Twitter n’en veut plus

Twitter dit qu’il est en train d’abandonner le support pour , qui sera complètement retiré d’ici la fin de l’année 2021. Continuer la lecture de « Google AMP est-il en perte de vitesse ? Twitter n’en veut plus »

Google change la façon dont il crée les titres pour les résultats

a confirmé que le moteur de recherche a changé la façon dont il crée des titres pour les listes de résultats de recherche. Continuer la lecture de « Google change la façon dont il crée les titres pour les résultats »

De nouvelles exigences pour les recommandations sur Google Podcasts

À compter du 21 Septembre 2021, appliquera de nouvelles exigences pour que les podcasts apparaissent dans des recommandations sur la plate-forme Google Podcasts, a déclaré la société aux propriétaires de podcasts par e-mail.

De nouvelles exigences pour les recommandations Google Podcasts

Les podcasts qui ne fournissent pas les informations requises peuvent toujours apparaître dans les résultats de recherche Google et et les utilisateurs peuvent toujours s’y abonner.

Ils ne seront tout simplement pas éligibles pour être présentés en tant que recommandations.

Les nouvelles exigences de Google Podcats

 

Google déclare dans un post d’annonce :

“Pour aider au mieux les auditeurs à découvrir de nouveaux podcasts sur Google, Google commencera à appliquer de nouvelles exigences pour que les flux RSS de podcasts soient éligibles pour apparaître dans les recommandations sur Google Podcasts et d’autres surfaces Google.

Ces exigences entreront en vigueur le 21 septembre. Si votre podcast ne répond pas à ces exigences, il sera toujours disponible sur Google, mais ne sera pas éligible à la recommandation.

Ces exigences fournissent des informations qui permettent à Google et aux auditeurs de podcasts de mieux comprendre de quoi parle votre podcast. Les nouvelles exigences ne s’appliqueront qu’au niveau du spectacle (éléments directement sous la balise ). “

Ainsi, à compter du 21 Septembre 2021, pour être admissibles à l’émission à titre de recommandation, les flux RSS de podcasts doivent comprendre :

  • Les flux RSS de podcast doivent inclure une image valide et crawlable.Spécifiez l’image de votre podcast à l’aide de l’un des éléments suivants :

    Vous pouvez vérifier si vous avez une image valide et crawlable en recherchant votre podcast sur Google Podcasts.

    Si vous voyez votre illustration de podcast, vous répondez à cette exigence. Si vous ne voyez pas l’illustration de podcast que vous avez sélectionnée pour votre podcast, procédez comme suit :

    • Assurez-vous que Googlebot n’est pas bloqué par les robots.txt d’indexer vos illustrations.
    • Vous trouverez plus de détails sur les robots.txt et comment les gérer dans cette page de développement.

     

  • Les flux RSS de podcast doivent inclure une description.Une description conviviale de votre podcast doit être incluse à l’aide de l’un des éléments suivants :

     

  • Les flux RSS de podcast doivent inclure un auteur.L’élément ou doit être rempli avec le nom de l’organisation que vous souhaitez voir apparaître aux auditeurs en tant qu’auteur de votre podcast.Ce n’est pas la même chose que l’exigence de propriétaire de podcast (point 4).
  • Les flux RSS de podcast doivent définir une adresse e-mail de propriétaire correctement formatée.Une adresse e-mail valide doit être définie dans les éléments ou à l’intérieur de votre flux RSS.Si vous souhaitez réclamer votre podcast dans Google Podcasts Manager, vous devrez pouvoir accéder à cet e-mail à des fins de vérification.Si vous utilisez un fournisseur d’hébergement tiers, veuillez vous référer à leur documentation ou les contacter pour modifier l’adresse e-mail, si nécessaire.
  • Les flux RSS de podcast doivent inclure un lien correctement formaté vers une page d’accueil valide.L’élément doit être rempli avec une URL valide et crawlable de la page d’accueil de votre podcast.Lier votre podcast à une page d’accueil aidera à la découverte et à la présentation de votre podcast sur les surfaces Google. Lisez également le précédent article communautaire sur ce sujet.

Pour vérifier si votre flux de podcast contient ces éléments, vous pouvez rechercher l’un de ces champs dans le flux RSS (CTRL + F).

Vous pouvez également vérifier auprès de votre fournisseur d’hébergement pour vous assurer qu’il remplit ces champs par défaut.

S’il manque des informations à votre flux et que vous utilisez un fournisseur d’hébergement de podcasts, vous pouvez fournir toutes les informations manquantes à l’aide des pages de gestion de podcast de votre fournisseur. Si vous modifiez votre flux RSS directement, vous pouvez fournir les informations directement dans le flux RSS.

Le 21 Septembre 2021, tous les podcasts manquant encore l’une de ces exigences ne seront pas éligibles aux recommandations Google. Ils continueront d’être consultables et affichés sur la liste d’abonnement des utilisateurs dans Google Podcasts.

Notez que Google continuera à explorer régulièrement vos podcasts et qu’il pourra les faire apparaître dans des recommandations dans les 48 heures une fois que toutes les exigences auront été mises en œuvre.

Les recommandations dans Google Podcasts offrent une plus grande visibilité, ce qui peut aider les podcasts qui peuvent y apparaître à attirer plus d’auditeurs.

Suivre les nouvelles exigences aidera à vous assurer que vos podcasts sont éligibles à ces placements gratuits et très visibles.

En outre, les recommandations dans Google Podcasts sont personnalisées, il est donc plus probable que, si votre podcast apparaît comme une recommandation, il sera plus pertinent pour les centres d’intérêt d’un auditeur, ce qui peut profiter à vos objectifs marketing.

Google envisage de passer de FLoC à une approche thématique

Maintenant que a reporté son plan de désactivation des cookies tiers dans son navigateur Chrome, le géant de la publicité numérique envisage peut-être une transition de l’approche de ciblage publicitaire basée sur la cohorte vers un système sans cookie orienté autour de sujets.

Google envisage de passer de FLoC à une approche thématique

Un ingénieur en chef aidant à guider le développement de Privacy Sandbox de Google a révélé des signes de ce qui pourrait être la prochaine étape pour la méthode de ciblage publicitaire sans cookie la plus avancée de l’entreprise.

La mise à jour potentielle de la technique de ciblage de l’apprentissage fédéré des cohortes détaillée lors d’un récent événement de recherche en ingénierie impliquerait l’attribution de catégories de sujets aux sites Web et aux personnes plutôt que de leur attribuer des ID de cohorte numériques opaques.

Même si l’entreprise n’irait pas de l’avant avec l’approche, l’examen du changement indique une reconnaissance au sein de Google que la version originale de FLoC (Federated Learning of Cohorts) était non seulement opaque pour l’industrie de la publicité, mais présentait également de nouvelles atteintes à la vie privée pour les utilisateurs.

« Il pourrait être logique de s’en tenir à des sujets plutôt qu’à des cohortes », a déclaré Josh Karlin, responsable technique de l’équipe Privacy Sandbox de Google dans sa division de navigateur Chrome lors d’une réunion du groupe de travail sur l’ingénierie Internet du 26 juillet dernier. Une vidéo de la réunion a été publiée sur .

Au cours d’une session de 20 minutes, Karlin a expliqué comment une version mise à jour de pourrait permettre un ciblage publicitaire basé sur les centres d’intérêt sans cookies.

Pour ce faire, le système algorithmique pourrait générer des identifiants centrés sur le sujet associés à des thématiques sur des sites Web que les gens visitent – pensez « arts de la scène » ou « fitness » – par opposition à l’attribution d’un ID de cohorte numérique opaque, qui, selon Karlin, « était encore difficile à exprimer et toujours difficile à comprendre ».

Malgré l’apparente incompréhensibilité, l’approche initiale de FLoC fondée sur les cohortes a soulevé des signaux d’alarme clairs parmi les défenseurs de la vie privée quant à la façon dont ils pourraient être utilisés pour identifier les personnes, et ces craintes se sont avérées assez fondées.

« Rien n’a encore été décidé », a déclaré un porte-parole de Google à Digiday concernant les futures versions de FLoC.

La société a terminé les tests de l’itération originale le 13 juillet 2021 et prévoit d’intégrer les commentaires (retours) de la communauté Web dans les futures versions avant de lancer des mises à jour pour les tests.

L’adoption d’une approche thématique pourrait donner aux annonceurs, aux entreprises de technologie publicitaire, aux éditeurs de sites Web et aux utilisateurs une compréhension plus claire de la façon dont les publicités sont ciblées par la technique.

Karlin déclare :

Les sujets présentent un certain nombre d’avantages par rapport aux cohortes. Les utilisateurs peuvent voir ce qui se dit à son sujet et le comprendre.

Bien que Karlin ne soit pas entré dans les détails sur la façon dont le processus FloC basé sur un navigateur changerait, il a fourni quelques indices :

  • Google peut attribuer un sujet à un site en fonction d’une variété de centres d’intérêt reflétés par les sites que les gens visitent au cours d’une semaine donnée.
  • Au lieu de choisir parmi des milliers d’identifiants de cohorte, les sujets seraient dérivés d’une liste beaucoup plus courte de sujets normalisés accessibles au public, semblables à la taxonomie de contenu de l’Interactive Advertising Bureau (IAB).Et Karlin de préciser :« Disons, 256 sujets par opposition aux quelque 30 000 cohortes ».

    Ce qui les rendrait moins utiles lors de la connexion avec d’autres types de données afin d’identifier les personnes.

  • Les utilisateurs peuvent être en mesure de s’inscrire ou de s’exclure des sujets qui leur sont assignés.

En général, de nombreux observateurs et parties prenantes de l’industrie sont dans l’ignorance du concept présenté par Karlin lors de la réunion, et Google ne semble pas avoir officiellement présenté le nouveau concept thématique aux participants au Worldwide Web Consortium Forum où Google exploite officiellement son initiative Privacy Sandbox.

Don Marti, Vice-Président de l’innovation de l’écosystème chez CafeMedia, qui surveille de près les efforts de Google en matière de privacy sandbox, déclare :

« Il est possible que la prochaine version de FLoC fonctionne à peu près de la même manière que le récent essai d’origine, sauf qu’ils utiliseront des sujets ou des mots clés de la page à la place ou en plus des noms de domaine ».

Cependant, il a aussi déclaré :

« Je ne sais pas en quoi la prochaine version de FLoC sera différente de la dernière. »

 

FLoC facilite la prise d’empreintes digitales

L’approche centrée sur le sujet auquel Google réfléchit, du moins en partie, vise à apaiser les préoccupations en matière de protection de la vie privée.

Karlin lui-même a reconnu qu’en générant de nouveaux points de données, les identifiants FLoC pourraient être utilisés pour activer des techniques d’empreintes digitales qui rassemblent l’identité d’une personne.

D’après Karlin :

FLoC ajoute une nouvelle surface d’empreintes digitales, et c’est vrai.

La mise à jour thématique peut réduire considérablement l’utilité de FLoC pour la prise d’empreintes digitales inters sites.

Il a déclaré que la nouvelle approche pourrait entraver les méthodes de prise d’empreintes digitales car elle réduirait le nombre de « bits » d’informations ou de signaux qui auraient pu être utilisés pour détecter l’identité avec l’ancienne version.

L’ajout de rubriques aléatoires à un site est une autre façon dont une version mise à jour de FLoC pourrait atténuer les capacités de prise d’empreintes digitales, a-t-il déclaré.

John Goulding, Responsable de la stratégie américaine chez MiQ, qui développe des technologies et offre des services pour aider les clients des agences et des marques à mener des campagnes publicitaires programmatiques, déclare :

Google pourrait passer à un identifiant plus thématique, car je pense que les annonceurs demandent à comprendre le comportement des centres d’intérêt, et cela pourrait dissuader les entreprises d’essayer d’enrichir elles-mêmes les identifiants de cohorte.

C’est une bonne chose parce que si les éditeurs ou les entreprises de technologie publicitaire avaient essayé d’attribuer des comportements d’intérêt aux anciens ID de cohorte, cela aurait pu risquer de saper les protections de la vie privée de l’ensemble du cadre.

L’approche originale du FLoC a été critiquée par les défenseurs de la vie privée qui ont fait valoir qu’au lieu de cibler les publicités d’une manière qui protégeait la vie privée des gens, elle créait de nouvelles façons pour les entreprises de suivre (pister) et peut-être même d’identifier les personnes.

Tout au long du développement de l’itération originale de la technologie, Google a publiquement repoussé les critiques liées à la vie privée et a déclaré que l’entreprise atténuerait les atteintes à la vie privée, par exemple en supprimant les corrélations avec les catégories de contenu de sites Web sensibles.

Mais une fois que les identifications de cohorte du système ont commencé à affluer dans l’écosystème publicitaire numérique, les agences de publicité et les entreprises technologiques ont commencé à les bricoler pour voir ce qu’elles pouvaient apprendre, épluchant une partie du placage sans doute préservant la vie privée du système.

Digiday a rapporté que les fournisseurs de technologie d’identité s’attendaient à utiliser des identifiants de cohorte pour améliorer la précision des systèmes qui détectent les identités des personnes et que les agences de publicité et d’autres fournisseurs de technologie interceptaient les identifiants et analysaient comment ils pouvaient être utilisés conjointement avec les profils d’utilisateurs existants.

Un porte-parole de Google précise :

Nous explorons toujours des options pour rendre les propositions de Privacy Sandbox plus privées tout en soutenant le Web gratuit et ouvert.

Google Meet sera installé par défaut sur les nouveaux Chromebooks

Avec la dernière mise à jour de Chrome OS, a annoncé que son application sera préinstallée sur tous les Chromebooks.

Google Meet sera installé par défaut sur les nouveaux Chromebooks

L’annonce fait partie de la campagne plus large de l’entreprise pour adapter son système d’exploitation aux réunions à distance (visioconférence).

La nouvelle fonctionnalité ne devrait pas faire trop de différence pour les utilisateurs de de longue date qui ont déjà une plate-forme de chat vidéo préférée installée.

Mais pour les nouveaux étudiants recevant un Chromebook pour la première fois, ou d’autres personnes qui essaient la plate-forme, cela pourrait certainement faire la différence entre utiliser Google Meet pour les réunions et les appels vidéo ou se tourner vers des concurrents comme Zoom.

Google dit également avoir amélioré les performances de l’expérience de Google Meet, notamment « adapter les appels vidéo à différentes conditions du réseau et ajuster les performances vidéo pendant le partage d’écran ».

La mise à jour de Chrome OS n’a pas installé Google Meet lors de nos récents tests, cette mise à jour ne semble donc s’appliquer qu’aux nouveaux Chromebooks.

La mise à jour comprend également un sélecteur d’emoji mis à jour avec une barre de recherche (que vous pouvez faire apparaître avec le raccourci Launcher + Shift (Majuscule) + Espace)

La mise à jour comprend également un sélecteur d’emoji mis à jour avec une barre de recherche (que vous pouvez faire apparaître avec le raccourci Launcher + Shift (Majuscule) + Espace), la prise en charge de l’eSIM sur les Chromebooks compatibles eSIM (y compris le récent Acer Chromebook Spin 513), un nouveau magazine numérique pour les enfants et les familles dans l’application Explore, et une nouvelle collection de fonds d’écran.

Source : Theverge

Google AdSense et la gestion du consentement du RGPD

intègre désormais la gestion du consentement des utilisateurs et facilite donc le processus de collecte et de gestion du consentement.

consentement google adsense

 

Les réglementations en matière de confidentialité telles que le Règlement Général Européen sur la Protection des Données () et le California Consumer Privacy Act (CCPA) sont une partie importante de la publicité axée sur la confidentialité.

Mais naviguer dans les réglementations en matière de confidentialité peut être complexe si vous ne pouvez pas consacrer de ressources pour répondre aux différentes exigences réglementaires à travers le monde.

Le processus de gestion du consentement comprend souvent :

  • Informer les visiteurs du site de la façon dont leurs données sont utilisées
  • Permettre aux visiteurs du site de donner leur consentement ou de gérer leurs préférences en matière de données
  • Communiquer ces préférences aux partenaires publicitaires, afin qu’elles soient respectées

Ils sont nombreux ces éditeurs de sites qui les monétisent avec des publicités AdSense qui connaissent de grosses difficultés pour mettre en place un système de gestion du consentement acceptable par AdSense.

Ce qui aurait engendré de nombreuses baisses de revenus tant pour ces éditeurs AdSense que pour Google himself.

D’où la décision importanteintégrer et afficher un module de consentement pour ses partenaires éditeurs de sites :

Pour vous aider à recueillir et à gérer le consentement des utilisateurs pour le RGPD et les demandes de désinscription pour CCPA, nous avons lancé de nouvelles fonctionnalités de gestion du consentement directement dans les annonces AdSense Automatiques.

Précisons ici que l’outil repose sur le programme Funding Choices de Google, qui est conforme à la version 2.0 du Transparency & Consent Framework (TCF) de l’IAB.

Funding Choices gère cette plate-forme de gestion du consentement sous le numéro d’identification 300.

Ces fonctionnalités vous offrent un moyen facile de communiquer avec les visiteurs de votre site, leur offrant la possibilité de gérer leurs données et leurs préférences de confidentialité.

Cela vous donne également la possibilité de recueillir le consentement à des fins publicitaires, afin que vous puissiez continuer à augmenter les revenus publicitaires et à financer votre contenu.

Bravo Google AdSense !

 

Recueillir et gérer le consentement pour le RGPD

 

La solution de gestion du consentement d’AdSense est intégrée avec l’Interactive Advertising Bureau (IAB) Europe’s Transparency et le Consent Framework (TCF) v2.1, qui normalise le processus et offre un langage commun pour la collecte du consentement en vertu du RGPD et de la directive ePrivacy.

Lorsqu’un utilisateur de l’Espace Economique Européen (EEE) ou du Royaume-Uni visite votre site à partir de ces régions, votre message de consentement RGPD s’affiche pour lui donner des options de gestion de ses données, et ses choix seront automatiquement respectés par AdSense et communiqués à vos partenaires publicitaires.

 

Recueillir les demandes de désinscription pour l’ACCP

 

Google AdSense prend également en charge le cadre de conformité CCPA de l’IAB, qui vous fournit une approche standardisée pour gérer les désinscriptions des utilisateurs dans cet état.

Les annonces automatiques AdSense détectent lorsqu’un utilisateur de Californie visite votre site, lui montre un message de désinscription CCPA, garantit que son choix sera automatiquement respecté par AdSense et met les choix de l’utilisateur à la disposition des autres partenaires publicitaires que vous avez intégrés sur la page.

 

Augmenter les revenus d’une manière axée sur la protection de la vie privée

 

Ainsi, désormais, Google AdSense facilite le processus de collecte et de gestion du consentement.

Il vous permet de communiquer avec vos utilisateurs et leur donner plus de transparence et de contrôle sur la façon dont leurs données sont utilisées.

Cela vous permet de continuer à financer votre contenu avec de la publicité d’une manière axée sur la confidentialité.

Les solutions de gestion des consentements dans AdSense sont simples à utiliser pour les éditeurs. Comme elles sont déjà intégrées dans les annonces AdSense Automatiques, voici comment procéder :

  • Modifiez simplement les paramètres des annonces automatiques de votre site,
  • Cliquez sur « Plus de fonctionnalités »,
  • Puis activez vos messages de consentement.

Bien sûr, cette fonctionnalité est facultative à utiliser et vous pouvez travailler avec n’importe quelle plate-forme de gestion du consentement de votre choix.

Après avoir configuré les annonces AdSense automatiques, voici comment configurer un message de consentement conforme au RGPD pour votre site :

  1. Connectez-vous à votre compte AdSense.
  2. Cliquez sur “Annonces”.
  3. Dans le tableau répertoriant l’ensemble de vos sites, cliquez sur l’icône crayon “Modifier” à côté de votre site. Votre site s’ouvre dans l’aperçu des paramètres des annonces.
  4. Cliquez sur “Autres fonctionnalités”.
  5. Activez “Message de consentement RGPD”.
  6. Saisissez l’URL des règles de confidentialité de votre site.
  7. Cliquez sur “Confirmer”. Google crée automatiquement un compte Funding Choices pour vous.
  8. (Facultatif) Cliquez sur l’icône oeil (vue) pour “Afficher le message de consentement” pour voir comment il apparaîtra sur votre site.
    Conseil : Vous pouvez cliquer sur les boutons de l’aperçu pour examiner votre message de consentement.
  9. Sélectionnez une option de consentement :
    • Accepter ou gérer les options
    • Accepter, refuser ou gérer les options

    Conseil :

    Sélectionnez la première option pour que les utilisateurs aient le choix entre « Accepter » et « Gérer les options ».

    Sélectionnez la deuxième option pour que les utilisateurs disposent d’un choix supplémentaire. Assurez-vous que l’option que vous sélectionnez respecte vos obligations légales.

  10. Cliquez sur “Appliquer au site”. Votre message de consentement sera visible sur votre site dans les minutes qui suivent.

 

Vous l’aurez compris, si vous êtes un éditeur de contenu qui monétisent son site ou blog avec des annonces AdSense, vous n’avez plus besoin de vous abonner et payer une quelconque plateforme de gestion du consentement ou Consent Management Platform (CMP).

Source : Google

Fleets de Twitter s’arrête définitivement

Twitter

Fleets de Twitter s’arrête définitivement 1 année après son lancement

 

a déployé Fleets à la fin de l’année dernière, c’est à dire en Mars 2020, dans le but d’encourager la conversation.

L’idée était de créer un moyen pour les gens de partager leurs pensées ou leurs sentiments sans l’engagement d’une publication permanente.

Vous l’aurez donc compris, à la fin de l’année dernière, Twitter a introduit une nouvelle fonctionnalité visant à concurrencer et .

a fourni un moyen rapide et facile de partager des choses avec vos abonnés Twitter, tout comme les Stories sur d’autres plates-formes. Mais moins d’un an plus tard, Twitter arrête les Fleets.

En effet, malheureusement, il semble que les Fleets étaient mieux comme une idée qu’une réalité, et l’adoption n’a pas répondu aux attentes de Twitter.

Nous avions de grands espoirs pour Fleets, mais maintenant il est temps de dire au revoir et de prendre notre envol avec d’autres idées. À compter du 3 Août 2021, les Fleets ne seront plus disponibles.

Nous avions prévu que la fonction Fleets aide les gens à se sentir à l’aise de rejoindre la conversation de manière tranquille, mais il s’avère que les Fleets étaient principalement utilisées par ceux qui tweetaient déjà le plus.

Nous sommes donc maintenant prêts à explorer d’autres moyens de partager sur Twitter. (2/4).

Nous avons beaucoup appris de Fleets et nous sommes ravis de nous concentrer sur des moyens plus récents et meilleurs d’entamer des conversations sur Twitter.

Nous sommes fiers du travail accompli jusqu’à présent et n’avons pas l’intention de ralentir. (3/4)

Prendre de gros risques nous aide à créer le meilleur produit possible pour vous, mais cela ne fonctionne pas toujours comme nous l’avions prévu.

Il n’est pas toujours facile de dire au revoir à une fonctionnalité comme Fleets, mais nous sommes ravis de nous remettre au travail sur ce que nous avons prévu ensuite. (4/4)

Dans un billet de blog, Twitter a confirmé que Fleets ne sera plus disponible à partir du 3 Août 2021.

À l’avenir, les utilisateurs ne verront que des Twitter Spaces actifs en haut de l’application au lieu des Fleets.

Fleets était une « expérience » essayant d’amener les utilisateurs de Twitter à utiliser davantage la plate-forme, alors que Twitter concurrence Instagram, , Snapchat et d’autres plates-formes.

Par exemple, Twitter Spaces a été une autre expérience rivalisant avec celle de avec des salons pour les utilisateurs partageant les mêmes idées pour avoir des conversations, tandis que les abonnés peuvent écouter.

La plupart des Fleets incluent des médias – les gens aiment partager rapidement des photos et des vidéos à ajouter à la discussion sur Twitter.

Bientôt, nous testerons les mises à jour du compositeur de Tweet et de l’appareil photo pour intégrer les fonctionnalités du compositeur Fleets, telles que la caméra plein écran, les options de formatage de texte et les autocollants GIF.

C’est un peu décevant de voir Twitter Fleets supprimé si rapidement après son lancement.

Nous avons construit Fleets comme un moyen éphémère et à basse pression pour les gens de partager leurs pensées éphémères.

Nous espérions que Fleets aiderait plus de gens à se sentir à l’aise de se joindre à la conversation sur Twitter.

Mais, depuis que nous avons présenté Fleets à tout le monde, nous n’avons pas vu d’augmentation du nombre de nouvelles personnes se joignant à la conversation avec Fleets comme nous l’espérions.

Pour cette raison, le 3 août 2021, Fleets ne sera plus disponible sur Twitter.

Cependant, cela montre simplement que Twitter essaie d’évoluer et de comprendre comment améliorer l’expérience globale avec différentes fonctionnalités.

Parfois, cela fonctionne, mais parfois, il vous suffit de débrancher une fonctionnalité qui ne fonctionne clairement pas. Il sera intéressant de voir ce qui va sortir du camp Twitter à l’avenir.

Google Ads met fin aux mots clés avec modificateur de requête large

Google Ads a annoncé que d’ici la fin du mois de Juillet 2021, il déprécierait les mots-clés avec modificateur de requête large (Broad Match Modifier).

Google Ads met fin aux mots clés avec modificateur de requête large

 

+mot clé).

a déclaré que cela se faisait parce qu’à la fois les mots-clés et les expressions avec modificateur de requête large ont adopté une couverture étendue et mis à jour le comportement de correspondance et sont maintenant les mêmes.

Cela signifie que les mots clés utilisant les notations +keyword et « mot clé » sont désormais identiques dans la façon dont ils correspondent.

C’est ce qu’annonce désormais :

En février 2021, Google Ads a commencé à modifier le fonctionnement des expressions exactes en y intégrant des caractéristiques du modificateur de requête large.

En juillet 2021, les expressions exactes et les mots clés avec modificateur de requête large utiliseront le même nouveau comportement de correspondance des expressions exactes dans toutes les langues.

Ils déclencheront la diffusion des annonces pour les recherches qui incluent la signification du mot clé.

Le modificateur de requête large ne sera donc pas disponible en tant que comportement de correspondance distinct. Suite à ce changement, les mots clés avec modificateur de requête large existants se comporteront comme des expressions exactes.

Ainsi, dans le cadre de cette modification, les phrases et les mots clés avec modificateur de requête large ont adopté ce comportement de correspondance mis à jour et sont maintenant les mêmes.

Cela signifie que les mots clés utilisant les notations +mot-clé et « mot-clé » sont désormais identiques dans la façon dont elles correspondent.

 

Alors, c’est quoi la suite des événements ?

En Juillet 2021

mais se comporteront comme des expressions exactes.

\ »mot clé\ »).

Toutefois, les mots clés avec modificateur de requête large existants continueront à servir à l’aide du comportement de correspondance d’expression mis à jour.

Vous pourrez modifier les attributs de vos mots-clés avec modificateur de requête large tels que l’enchère ou le statut, mais si vous souhaitez modifier le texte du mot-clé, vous serez invité à le modifier pour qu’il corresponde à l’expression.

 

Actions recommandées par Google Ads

Dans son post, Google Ads dit recommander de consolider les mots-clés en double et de convertir vos mots-clés avec modificateur de requête large en un type de correspondance différent pour faciliter la gestion de votre compte à l’avenir.

Une fois le déploiement terminé, Google modifiera la recommandation \ »Supprimer les mots clés redondants\ »

Lorsque vous convertissez votre mot clé avec modificateur de requête large, il est supprimé et un nouveau mot clé dans votre type de correspondance spécifié est créé.

Vous pourrez toujours afficher les mesures de performance de votre mot-clé avec modificateur de requête large supprimé dans l’interface.

Cependant, les statistiques du nouveau mot clé commenceront à zéro. Gardez à l’esprit que les performances historiques des mots clés n’affectent pas les performances du nouveau mot clé lors de la vente aux enchères, et que la modification du type de correspondance n’aura pas d’impact sur son score de qualité.

Et cette mise à jour n’a pas d’impact sur le fonctionnement des mots clés négatifs.

Source : Seroundtable

YouTube met à jour les liens des vidéos non répertoriées

“Unlisted” ou “Non répertoriée” est un paramètre pour les vidéos qui peuvent être vues et partagées par n’importe qui avec le lien vers cette vidéo particulière, mais qui n’apparaissent pas dans les résultats de recherche ou d’autres onglets.

YouTube met à jour les liens des vidéos non répertoriées

 

En 2017, dit avoir déployé une mise à jour de sécurité sur le système qui génère de nouveaux liens YouTube non répertoriés.

Cette mise à jour comprenait des améliorations de sécurité qui rendent les liens de vos vidéos non répertoriées encore plus difficiles à découvrir pour quelqu’un (si vous n’avez pas partagé le lien avec eux).

YouTube apportera maintenant des modifications aux anciennes vidéos non répertoriées qui ont été téléchargées avant cette mise à jour.

Pour rappel, YouTube définit les vidéos non répertoriées :

Et YouTube déclare maintenant :

Dans le cadre de ces changements, les vidéos non répertoriées téléchargées avant 2017 seront rendues privées à partir du 23 juillet 2021

Nous donnons également aux créateurs la possibilité de refuser cette mise à jour de sécurité et de conserver leurs vidéos dans leur état actuel s’ils le souhaitent.

Si vous avez une vidéo qui est affectée par cette modification, nous vous en informerons directement.

Vous devrez prendre l’une des mesures suivantes avant le 23 juillet 2021 :

  • Vous ne faîtes rien :
    YouTube définira toutes les vidéos non répertoriées téléchargées avant 2017 sur « Privées » à partir du 23 juillet 2021.
    Pour rappel, les vidéos privées ne peuvent être vues que par vous et les personnes que vous choisissez.
    Une fois que ces vidéos seront rendues privées à partir du 23 juillet 2021, tout lien précédemment utilisé pour les intégrer ou les partager comme non répertorié ne fonctionnera plus.
  • Vous refusez cette modification :
    Remplissez ce formulaire d’ici le 23 juillet 2021 pour conserver vos vidéos non répertoriées téléchargées avant 2017 dans leur état actuel Non répertoriées.
    Si vous traitez vos vidéos non répertoriées comme des vidéos publiques (par exemple, elles sont intégrées sur des sites tiers ou partagées sur les réseaux sociaux), YouTube vous recommande de refuser cette modification.
    Si vous choisissez de vous désinscrire, vos liens existants continueront de fonctionner comme ils le font aujourd’hui, mais ils ne bénéficieront pas de la mise à jour de sécurité.
  • Vous rendez votre vidéo non répertoriée publique :
    Vous pouvez rendre vos vidéos non répertoriées téléchargées avant 2017 « Publiques », et elles seront visibles par toute personne utilisant YouTube.
  • Vous téléchargez à nouveau en tant que nouvelle vidéo non répertoriée :
    Vous pouvez également télécharger à nouveau ces anciennes vidéos comme non répertoriées sous le nouveau système pour bénéficier de la mise à jour de sécurité.
    Toutefois, les données associées au téléchargement d’origine, telles que les vues ou les commentaires, ne seront pas transférées. Toutes les vidéos intégrées utilisant l’ancien lien doivent également être mises à jour vers la nouvelle URL vidéo.

YouTube dit comprendre que ce changement peut être difficile, c’est pourquoi il vous donne donc le temps d’apporter des ajustements à vos vidéos avant qu’il n’entre en vigueur le 23 juillet 2021.

Ces vidéos ne sont pas nouvelles et reçoivent donc moins de trafic, ce qui, il l’espère, minimisera les perturbations.

Pour rappel, la fonctionnalité “Non répertoriée” ne va nulle part. L’option permettant de télécharger de nouvelles vidéos en tant que non répertoriées est toujours disponible.

Cette mise à jour n’affectera que les vidéos téléchargées avant le 1er janvier 2017. YouTube encourage les YouTubeurs à examiner leurs anciennes vidéos non répertoriées et à choisir le paramètre de confidentialité qui leur convient.

Sachez que si vous avez une vidéo qui est affectée par cette modification, YouTube vous en informera directement.

Google Search teste l’affichage des avis obtenus par les détaillants

teste l’intégration des évaluations des vendeurs dans la recherche organique, une fonctionnalité qui n’était auparavant affichée que dans la recherche payante.

Google Search teste l’affichage des avis obtenus par les détaillants

 

Google fusionne donc les fonctionnalités de recherche payantes et organiques dans un test qui montre les évaluations des vendeurs des entreprises dans des extraits de recherche réguliers.

Cela a d’abord été rapporté par Brodie Clark qui crédite Brian Freiesleben de la découverte.

Dans le cadre du test, les évaluations ou notations par étoiles sont affichées dans les pages de résultats en fonction de la note du site Web dans Google Merchant Center.

Les évaluations des détaillants sont une fonctionnalité des annonces payantes de Google Ads via les extensions d’avis arrêtée en Janvier 2018 avant de revenir dans .

Ce qui rend son croisement dans la recherche organique comme quelque chose que les référenceurs devraient connaître.

Regardons ce que l’on sait du test jusqu’à présent et ce qu’il pourrait signifier pour la recherche à l’avenir.

 

Évaluations des vendeurs Google dans la recherche organique

 

Les évaluations des vendeurs dans la recherche organique sont un développement important pour deux raisons.

  • La première est que les évaluations des vendeurs sont traditionnellement réservées aux annonces payantes dans Google Shopping.
  • L’autre raison est que les pages affichaient des notations par étoiles sans l’aide du balisage de données structurées d’évaluation des avis.

Les classements par étoiles peuvent apparaître dans les résultats organiques si un balisage particulier est utilisé.

Étant donné que ces pages n’utilisaient pas le balisage, cela signifie que les évaluations des vendeurs étaient générées à partir des mêmes sources que Google Ads.

Toutefois, je peux dire qu’il s’agit d’un test qui a déjà eu lieu en 2015, et qui apparaît à nouveau en 2021.

Il est important que les référenceurs soient conscients de ce test, car les sites Web peuvent avoir des évaluations de vendeurs même s’ils n’achètent pas Google Ads ou Google Shopping pour de la publicité sur le moteur de recherche.

Si Google déploie cela à plus grande échelle, il sera nécessaire de savoir quels facteurs contribuent au calcul de l’évaluation des vendeurs d’un site.

Les évaluations des vendeurs sur Google Shopping (qui peut afficher les photos des avis clients) peuvent être basées sur une ou plusieurs des sources suivantes :

  • Google Avis Clients : Un programme gratuit qui collecte des avis post-achat au nom des marchands.
  • Mesures de performance agrégées provenant d’études ou analyses sur les achats, menées par Google.
  • Avis Google Shopping pour le domaine de votre boutique, qui incluent des avis provenant de diverses sources tierces et d’utilisateurs de .

Tout détaillant avec un flux de produits téléchargé sur Google Merchant Center peut potentiellement avoir une évaluation de vendeur dans les résultats organiques de Google Search.

Si vous n’êtes pas au courant de votre évaluation du vendeur, ou si vous en avez une, ce serait le bon moment pour la rechercher.

 

C’est quoi mon évaluation du vendeur Google ?

 

Voici comment vérifier si vous avez une évaluation du vendeur.

Pour savoir si vous avez une évaluation du vendeur pour un pays spécifique, modifiez l’URL suivante pour remplacer « http://www.domaine.com » par l’URL de votre page d’accueil :

Example URL:

://www.google.com/shopping/ratings/account/lookup?q=http://www.domaine.com

Une fois cette page chargée, Google affichera des informations sur votre boutique en ligne et son évaluation du vendeur, comme ici pour la Fnac

Google précise :

Les notes sont calculées à partir des informations recueillies sur les achats effectués auprès du détaillant.

Examinez votre évaluation du vendeur et regardez d’où viennent les avis, car ce sera différent pour tous les détaillants.

À partir de là, vous aurez une idée de l’endroit où vous devez acquérir des avis afin de maintenir une note du vendeur satisfaisante pour votre magasin.

Si Google ne dispose pas d’informations pour votre boutique, ou si votre boutique n’atteint pas les seuils minimaux d’évaluation des vendeurs, une page d’évaluation des vendeurs peut ne pas se charger pour votre page d’accueil.

Gardez à l’esprit que ce n’est qu’un test, et il semble que ce soient les premières étapes selon les exemples que Clark a partagés sur Twitter.

OK, j’ai maintenant eu plus de temps pour examiner le nouveau test d’évaluation du vendeur.

Certainement l’un des développements de fonctionnalités organiques les plus intéressants de ces derniers temps.

L’application est en fait plus large que je ne le pensais (j’ai ajouté quelques mises à jour à mon post).

Dans cet exemple, une note du vendeur est affichée pour l’article d’, ce qui est incorrect car Wikipédia n’est pas un site e-commerce.

Source : Searchenginejournal