Google inflige des pénalités manuelles à des guest posts

En Septembre 2019, avait fait une mise à jour de l’attribut “Nofollow” en y ajoutant 2 autres attributs supplémentaires. A savoir rel=”sponsored” et rel=”ugc”.

Google inflige des pénalités manuelles contre des guest posts

Et le lendemain de cette mise à jour, Google avait déclaré qu”il considérait désormais la balise meta robots comme un indice, et non comme une directive.

Ainsi, de la même façon qu’il avait durci le ton contre tous les systèmes de liens en Mai 2017, maintenant, il semble que Google a décidé de s’attaquer à nouveau aux sites qui publient des articles invités ou en guest posts.

Il y a plusieurs rapports de sur les liens sortants jugés comme étant non naturels.

Actions manuelles contre les liens sortants

Une pénalité de lien sortant est une action manuelle contre un site Web. Dans ce cas, il est rapporté que Google peut avoir empêché le PageRank de passer de ce site vers un autre.

L’éditeur qui a publiquement révélé cette action manuelle contre son site pour avoir ajouté des liens dits factices a donné un aperçu de l’email d’action manuelle de Google qui dit :

Nous avons détecté que certains de vos articles sont des articles d’invités …

Nous avons désactivé votre autorité pour vos liens sortants. Veuillez définir vos liens sortants vers “nofollow” et soumettre une demande d’examen.\ »

()

Source : Searchenginejournal.com

Et cet éditeur n’est pas le seul. D’autres ont signalé des actions manuelles de guest blogging.

Alan Bleiweiss, de Forensic a tweeté à propos de l’un de ses clients qui a rapporté une action manuelle de liens sortants.

Cette pénalité était également liée aux posts d’invités.

Et un client vient d’être impacté avec une pénalité de lien sortant non naturel. C’est le prix que vous payez lorsque vous autorisez les « publications d’invités » sans diligence raisonnable appropriée, ou sans vous assurer que votre site n’est pas exposé à des tactiques douteuses.

Google en a-t-il après les guest posts sponsorisés ?

Une question est de savoir si Google émet des actions manuelles contre les articles de guest blogging, contre les articles de guest blogging sponsorisés ou les articles de guest blogging sans rémunération qui sont sur-optimisés.

L’e-mail d’avertissement reçu de Google indique que cette action manuelle est spécifiquement liée aux articles d’invités payés.

L’éditeur a indiqué que son site ne mentionne pas qu’il accepte les publications d’invités.

Il a également dit que les liens sortants n’utilisaient que du texte d’ancrage de marque, et non un texte d’ancrage optimisé par mots clés.

Au cours des 4 derniers mois, son site n’a affiché que 15 posts d’invités au cours du dernier trimestre (soit une moyenne d’un post d’invité par semaine).

Ce qui est intéressant, c’est que dans l’exemple de Google d’une page ayant un problème, Google a identifié avec précision un total de 5 liens sortants dans l’article d’un invité.

Ce qui signifie que Google a été en mesure de repérer exactement lesquels des liens ont bénéficié à la personne faisant le guest post.

Aucune déclaration officielle de Google

En ce qui concerne ces notifications de pénalité manuelle pour liens sortants non naturels () , il n’y a pas de mot officiel de Google.

Le Google Webmaster Trends Analyst Gary Illyes a tweeté ceci :

Je ne pense pas que nous avons quelque chose à annoncer en ce moment, mais peut-être que nous pourrions faire un blog de rappel à propos de comment soit le Père Noel, soit le lapin de Pâques n’apporte pas de cadeau aux \ »coquins\ ».

Devriez-vous continuer à accepter des publications d’invités ?

Et c’est là où nous revenons sur ce que je disais en début d’article concernant l’attribut nofollow et les 2 nouveaux qui ont été ajoutés.

L’avertissement d’action manuelle pour liens sortants factices de Google demande à l’éditeur d’ajouter l’attribut nofollow aux liens payants qui sont intégrés dans les publications d’invités.

Ce qui laisse à penser que Google n’a toujours rien contre le fait de demander ou d’accepter les guest posts. Mais, s’il y a des liens payants ou du contenu sponsorisé, assurez-vous d’ajouter un attribut de lien nofollow (rel=”sponsored”) sur le lien sponsorisé sortant.

Google voudrait donc envoyer un signal fort pour obliger les sites pratiquant du guest blogging à utiliser le nouvel attribut rel=”sponsored”,rel=\ »nofollow\ » pour les autres.

\ »jus de lien\ » ou pas pour ces liens sortants.

Et donc, en parlant de nofollow, Google voudrait inciter tous les webmasters à faire usage de ce nouvel attribut rel=\ »sponsored\ » qu’il a créé et qui semble ne pas beaucoup intéressé les webmasters et les propriétaires de sites actuellement.

Publier des messages d’invités sans attribut de lien nofollow peut être risqué en ce moment, au moins jusqu’à ce que Google publie une annonce officielle.

Comment traiter les actions manuelles de Google ?

Dans le dernier épisode de la série vidéo Ask Google Webmasters, John Mueller de chez offre des conseils concernant les actions manuelles et les demandes de réexamen.

Comment Google traite les actions manuelles et les demandes de réexamen ?

Plus précisément, la question suivante a été posée à Google :

Salut John, mon domaine a été détecté comme spam. Je l’ai déjà corrigé et signalé via la Search Console, mais mon site est toujours détecté comme spam. Que dois-je faire ?

Qu’est-ce qu’une action manuelle ?

Les Google sont appelées actions manuelles parce qu’elles sont émises après que l’équipe webspam de Google examine manuellement un site Web.

Contrairement à une pénalité de type Penguin ou Panda (entre autres) qui sont des pénalités algorithmiques.

Une action manuelle peut être la suppression partielle du contenu du site Web des résultats de recherche, ou elle pourrait entraîner la désindexation d’un site Web entier.

Le spam est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles une action manuelle peut être émise.

Comment faire face à une action manuelle

Lorsqu’un site Web reçoit une action manuelle ou pénalité manuelle, Google envoie au propriétaire du site une notification via la Search Console ou par email. La notification indiquera la raison de l’action manuelle et les étapes nécessaires pour récupérer.

Lorsque les mesures requises sont prises, le propriétaire du site doit soumettre une demande de réexamen via la Search Console.

Un membre de l’équipe webspam de Google examinera la demande et pourrait reconsidérer si la pénalité devrait rester en place ou pas.

Conseils de John Mueller de Google

Dans le cas où Google continue à voir votre site Web comme spammy, malgré tous vos efforts pour résoudre le problème, John Mueller recommande \ »fortement\ » de commencer un fil dans le forum officiel d’Aide de Google Webmasters.

Les forums d’aide officiels de Google permettent aux propriétaires de sites d’obtenir les commentaires de leurs pairs, explique Mueller :

Dans les forums, vous trouverez des gens qui ont vu beaucoup, beaucoup de sites avec des problèmes qui se traduisent par des actions manuelles webspam, et vous obtiendrez des commentaires sur des choses que vous pouvez soit améliorer, soit corriger sur votre site Web.

Lorsque vous y allez, assurez-vous d’inclure toutes les informations que vous avez sur votre site Web. Expliquez le problème original et ce que vous avez fait depuis pour nettoyer.

Traitement des actions manuelles et demandes de réexamen

Lorsque vous expliquez votre problème aux utilisateurs dans les forums de Google, Mueller recommande d’être aussi honnête que possible. En d’autres termes, n’essayez pas de cacher quoi que ce soit.

Je recommande de ne pas essayer de cacher quoi que ce soit sur votre site web.

Tout le monde fait des erreurs à un moment donné, c’est très bien. La partie importante est qu’il est beaucoup plus facile pour les gens d’aider si vous êtes honnête sur ce qui s’est passé jusqu’à présent.

Parfois, la recommandation que vous obtiendrez n’est pas facile à appliquer, surtout si vous avez passé beaucoup de temps à vous concentrer sur ce site.

Mais, quoi qu’il en soit, je trouve qu’il est toujours utile d’obtenir des opinions externes de gens qui ont vu beaucoup de sites Web différents.

Lorsque d’autres modifications ont été apportées, vous pouvez soumettre une autre demande de réexamen au besoin.

Source

Chrome 80 va bientôt bloquer les notifications push des sites

Google Chrome version 80 va commencer à bloquer les notifications push

Chrome 80 va bientôt bloquer les notifications push

Les éditeurs et les développeurs sont invités à lire les meilleures pratiques de pour éviter que leurs notifications push soient bloquées.

“Notifications bloquées” s’affiche brièvement et se condense dans une icône de cloche barrée.

Vous bloquez habituellement les notifications. Pour laisser ce site vous notifier, cliquez ici.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Source : 9to5google.com

Lorsque la version 80 de Chrome se déploiera, vous pouvez vous inscrire manuellement à la nouvelle interface interface ou la désactiver entièrement sur Mac, , Linux, Chrome OS, et :

“Sites can ask to send notifications” (Des sites peuvent demander de vous envoyer des notifications) doit être activé dans “Paramètres” -> “Notifications” -> Section “Plus de paramètres” tout en bas-> “Notifications. Sites can ask to send notification”, et vous vous cochez la case à cocher “Utiliser la messagerie plus silencieuse”.

Blocage automatique de notification push

Il y a deux situations dans lesquelles Chrome bloque les notifications push.

  1. utilisateurs qui bloquent systématiquement la notification push

    Le blocage sera activé par défaut.

La fonctionnalité est actuellement déployée sur les canaux Beta, Dev et Canary, et peut être activée avec chrome://flags/#quiet-notification-prompts dans Chrome 80.

déclare que l’inscription automatisée sur la version stable sera « activée progressivement après la sortie pendant que nous recueillons les commentaires des utilisateurs et des développeurs ».

Comment prévenir le blocage de la notification Push

Google a publié

chrome://settings/content/notifications.

Au moment de la rédaction, la fonctionnalité est déployée progressivement sur les canaux Canary, Dev et Beta, et peut être activée par la force dans chrome://flags/#quiet-notification-prompts dans Chrome 80 et plus tard.

Des pénalités pour les sites Web abusifs

Google a mis en garde les sites Web qui abusent de la notification push pour diffuser des annonces ou des logiciels malveillants ou qui les utilisent à des « fins trompeuses ».

Quand Google Chrome déploiera le blocage de notification push ?

Le blocage de la notification Push deviendra effectif avec Chrome 80.

Chrome 80 devrait sortir officiellement le 4 février 2020.

Bing annonce la pénalité pour Structure inorganique du site

Bing Search a annonce de nouvelle de lien. Ces pénalités de lien sont axées sur la prise en charge des réseaux de blogs privés (PBN pour Private Blog Networks), la location de sous-domaines et la manipulation des liens inter-sites.

Bing annonce la pénalité pour “Structure inorganique du site”

Bing annonce dans son post :

Au cours des prochaines semaines, nous mettrons à jour les lignes directrices de Bing Webmaster afin de les rendre plus claires et plus transparentes pour la communauté .
Cette mise à jour majeure sera accompagnée d’articles de blog qui partagent plus de détails et de contexte autour de certaines violations spécifiques.

Dans le premier article de cette série, nous introduisons une nouvelle sanction pour traiter des violations de la \ »Structure inorganique du site\ ».

Cette pénalité s\’appliquera aux tentatives malveillantes d\’obscurcir les limites du site Web, qui couvre certains anciens vecteurs d\’attaque (comme les pages satellite) et d’autres nouveaux (tels que la location de sous-domaines).”

C\’est quoi la Structure inorganique du site ?

Une structure inorganique du site est un modèle de liaison qui utilise des signaux de liaison internes au niveau du site (avec des sous-domaines) ou des modèles de liaison intersites (avec des noms de domaines externe) afin de manipuler les classements des moteurs de recherche.

Bien que ces techniques de spam existaient déjà, Bing a introduit le concept de les appeler “Structure inorganique du site” afin de les décrire.

Bing a noté que les sites créent légitimement des sous-domaines pour séparer différentes parties du site, telles que support.example.com. Ceux-ci sont traités comme appartenant au domaine principal, en passant des signaux au niveau du site aux sous-domaines.

Bing a également déclaré que des sites comme créent des sites autonomes en sous-domaines, auquel cas aucun signal de niveau de site n\’est transmis aux sous-domaines.

Et Bing de prévenir :

Afin de maintenir la qualité de nos résultats de recherche tout en étant transparents pour la communauté SEO, nous introduisons de nouvelles sanctions pour répondre à la «structure inorganique du site».

En bref, la création d\’une structure de site Web qui déforme activement les limites de votre site Web va être considérée comme une violation des lignes directrices de Bing Webmaster et entraînera potentiellement une pénalité.

Certaines violations de la « structure du site inorganique » étaient déjà couvertes par d\’autres catégories, alors que certaines d\’entre elles ne l\’étaient pas.

Pour mieux comprendre ce qu\’est une fausse représentation active, examinons 3 exemples.

Les réseaux de blogs privés (PBN) et autres réseaux de liaison

D’après Bing, bien que tous les réseaux de liens ne dénaturent pas les limites du site Web, il existe de nombreux cas où un seul site Web est artificiellement divisé entre de nombreux domaines différents, tous les liens sont croisés les uns aux autres, dans le but évident de l\’augmentation du ranking.

C\’est particulièrement vrai pour les PBN (réseaux de blogs privés).

Dans l’image ci-dessus, tous ces domaines sont effectivement le même site Web.
Source : Bing.com

Dans l’image ci-dessus, tous ces domaines sont effectivement le même site Web.

Ce type de comportement est déjà en violation de la politique de lien de Bing Search. À l\’avenir, il sera également en violation de sa politique de « structure inorganique du site » et pourrait recevoir des pénalités supplémentaires.

Les pages satellite et le contenu dupliqué

Les pages satellite sont des pages qui sont trop optimisées pour des requêtes de recherche spécifiques, mais qui ne redirigent ou pointent les utilisateurs que vers une destination différente.

Comme le déclare , \ »les satellites nuisent aux internautes, car ils peuvent entraîner l\’affichage de nombreuses pages similaires dans les résultats de recherche.\ »

Ainsi, en cliquant sur chaque résultat, l\’internaute est toujours redirigé vers la même destination. Les satellites peuvent également conduire les internautes vers des pages intermédiaires qui ne sont pas aussi utiles que la destination finale.

La situation typique est donc celle de quelqu\’un qui “spinne” (copie automatiquement à l\’aide d\’un logiciel) de nombreux sites différents hébergés sous différents noms de domaine, chacun ciblant son propre ensemble de requêtes de recherche, mais tous redirigent vers la même destination ou héberge le même contenu.

Une fois de plus, tous ces domaines sont effectivement le même site Web.

Une fois de plus, tous ces domaines sont effectivement le même site Web.

Ce genre de comportement est déjà en violation des lignes directrices de Bing Webmaster.

En outre, il s\’agit également d\’un exemple clair de «structure inorganique du site», puisque nous avons finalement un seul site web réel, mais le webmaster a essayé de le faire ressembler à plusieurs sites indépendants, chacun spécialisé dans son propre créneau.

Notez que Bing va rechercher l\’intention malveillante avant de signaler les sites en violation de sa politique de “structure inorganique du site” politique.

Cependant, Bing reconnaît que le contenu en double est inévitable (par exemple HTTP vs ), mais il existe des moyens simples de déclarer un site Web ou une destination comme source de vérité, qu\’il s\’agisse de rediriger des pages en double avec HTTP 301 ou d\’ajouter des balises de pointage canoniques à la destination.

D\’autre part, les contrevenants implémenteront généralement aucun de ces derniers, ou utiliseront plutôt des redirections sournoises.

Location de sous-domaines ou de sous-dossiers

Au cours des derniers mois, Bing dit avoir entendu des préoccupations de la communauté SEO au sujet de la pratique croissante d\’héberger du contenu tiers ou de laisser un tiers exploiter un sous-domaine ou un sous-répertoire désigné, généralement en échange d\’une compensation.

Cette pratique, que certains appellent « Location de sous-domaine (ou sous-répertoire) » (que Google a récemment commencé à pénaliser), tend à brouiller les limites des sites Web.

La plupart du est un site Web unique, à l\’exception d\’un seul sous-domaine ou sous-dossier, qui est un site Web distinct exploité par un tiers.

Dans la plupart des cas que Bing dit avoir examiné, le sous-domaine avait très peu de visibilité pour la navigation directe à partir du site Web principal.

Concrètement, il y avait très peu de liens du nom de domaine principal vers le sous-domaine et ces liens étaient généralement placés au bas des pages du nom de domaine principal ou dans d\’autres endroits “obscurs” (pages satellite ou doorways en anglais).

Par conséquent, l\’intention pour cette personne était clairement de bénéficier de signaux au niveau du site, même si le contenu du sous-domaine avait très peu à voir avec le contenu sur le reste du domaine.

Comme le montre l’image ci-dessus, le nom de domaine est principalement un site Web unique, à l\'exception d\'un sous-domaine.

Comme le montre l’image ci-dessus, le nom de domaine est principalement un site Web unique, à l\’exception d\’un sous-domaine.

Certaines personnes dans la communauté SEO soutiennent que cela fait partie du jeu pour un site Web de monétiser sa réputation en laissant un tiers acheter et opérer à partir d\’un sous-domaine.

Cependant, dans ce cas, la pratique équivaut à l\’achat de signaux de classement, ce qui n\’est pas très différent de l\’achat de liens.

Par conséquent, Bing Search a décidé d\’envisager la « location de sous-domaines » comme une violation de sa politique de « structure inorganique du site » lorsqu\’elle est clairement utilisée pour introduire un service tiers complètement indépendant dans la limite du site Web.

Et ce, dans le seul but de divulguer des signaux au niveau du site à ce service. Dans la plupart des cas, les sanctions imposées pour cette violation ne s\’appliqueraient qu\’au sous-domaine loué, et non au domaine racine.

Votre responsabilité en tant que propriétaire du domaine

C’est ici l\’occasion pour Bing de rappeler aux propriétaires de domaine qu\’ils sont en fin de compte responsables du contenu hébergé sous leur domaine, indépendamment des limites du site Web qu’il identifie.

Cela est particulièrement vrai lorsque les sous-domaines ou les sous-traitants sont exploités par différentes entités.

Bien que les limites claires du site Web empêcheront les signaux négatifs dus à un seul mauvais acteur de se propager vers d\’autres contenus hébergés sous le même domaine, la réputation globale du nom de domaine sera affectée si un nombre disproportionné de sites Web finissent par violer les lignes directrices de Bing Webmaster.

Prenant un cas extrême, si vous offrez l\’hébergement gratuit sur vos sous-domaines et 95% de vos sous-domaines sont signalés comme spam, Bing va alors étendre les sanctions à l\’ensemble du domaine, même si le site Web racine lui-même n\’est pas un site spammy.

Un autre cas malheureux est celui du site piraté. Une fois qu\’un site Web est compromis, il est typique pour les pirates de créer des sous-dossiers ou des sous-répertoires contenant du contenu spammy, parfois à l\’insu du propriétaire légitime.

Lorsque Bing Search détecte un tel cas, il pénalise généralement l\’ensemble du site jusqu\’à ce qu\’il soit propre.

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Google ajoute les attributs Sponsored et UGC à Nofollow

Google ajoute 2 nouveaux attributs de lien à Nofollow

“Ne suivez pas les liens sur cette page” ou “ne suivez pas ce lien spécifique”.

Par exemple pour une page :

nofollow\ »>

Et sur un lien directement dans un contenu :

rel=\ »nofollow\ »>arobasenet.com

aux contenus sponsorisés.

il y au aura au total 3 attributs de lien Nofollow que voici :

  1. rel=”sponsored” :publicités, de contenu sponsorisé
  2. rel=”ugc”: UGC (User Generated Content, tels que les commentaires et les messages dans les forums.
  3. rel=”nofollow”:

Ainsi, à l’avenir, chacun de ces 3 attributs sera traité comme un \ »indice\ »

2 nouveaux attributs de lien“sponsored” et “ugc” – qui se joignent à “nofollow” comme moyens d\’identifier la nature des liens.

Tous fonctionneront maintenant comme des indices sur les liens que Google Search devrait considérer ou exclure à des fins de classement.

Alors, pourquoi ne pas ignorer complètement ces liens ? 

Voici l\’explication de Google :

Les liens contiennent des informations précieuses qui peuvent nous aider à améliorer la recherche, comme la façon dont les mots dans les liens décrivent le contenu vers lequel ils pointent.

Regarder tous les liens que nous rencontrons peut également nous aider à mieux comprendre les modèles de liaison contre nature.

En passant à un modèle d\’indice, nous ne perdons plus cette information importante, tout en permettant aux propriétaires de sites d\’indiquer que certains liens ne devraient pas avoir le poids d\’une approbation ou recommandation de partie tierce.

Que signifie ces changements pour le SEO ?

  • D’abord, gardez à l’esprit que les attributs de lien sont toujours importants pour Google Search: 
  • Pas besoin de modifier les attributs existants sur vos pages :
    • Il n\’est pas nécessaire de modifier les liens nofollow existants. Google continuera d\’honorer les attributs nofollow qui sont actuellement en place.

      Il n\’est pas non plus nécessaire pour les et les propriétaires de sites de changer la façon dont ils utilisent l\’attribut “nofollow” pour les liens signalés se rapportant aux annonces et au contenu sponsorisé.

      Toutefois, Google recommande de passer à l\’attribut “sponsored” le cas échéant.

  • Comment utiliser correctement les nouveaux attributs :
    • Plus d\’un attribut peut être utilisé sur un seul lien. Par exemple, le rel=”ugc sponsored” serait acceptable pour un lien sponsorisé qui apparaît dans le contenu généré par l\’utilisateur (commentaire).

      Google dit qu\’il n\’y a pas d\’attribut erroné à utiliser, sauf dans le cas des liens sponsorisés. Si un lien est marqué comme sponsorisé lorsqu\’il ne fait pas réellement partie d\’une annonce ou d\’un parrainage, alors l\’impact sera réduit :

      \ »… Nous verrons cet indice, mais l\’impact — le cas échéant — serait tout au plus que nous pourrions ne pas compter le lien comme un crédit pour une autre page.

      À cet égard, ce n\’est pas différent du statu quo de nombreux liens UGC et non-annonces déjà marqués comme nofollow.”

Retenez toutefois que tout lien qui est clairement une publicité ou un parrainage devrait utiliser “sponsored” ou “nofollow”.

Date d’effet de ces changements

Ces changements entrent en vigueur aujourd\’hui. Les 3 attributs de lien – sponsored, ugc et nofollow – fonctionnent maintenant à partir d\’aujourd\’hui.

Les attributs “sponsored” et “ugc” sont traités comme des « indices ».

Nofollow fonctionnera de la même façon que toujours jusqu\’en Mars 2020, date à laquelle il sera également traité comme un indice.

Ceux qui se fient uniquement à l\’attribut nofollow, qui n\’a jamais été recommandé au départ, devraient fortement envisager de passer à l\’un de ces nouveaux attributs.

Source : Searchenginejournal

Google : Pas besoin de vous notifier les backlinks spammy

Depuis Google Penguin 4.0, dévalorise les liens spammy qui pointent vers d’autres sites et rétrogradent ces sites.

Google: Pas besoin de vous notifier les backlinks spammy

Toutefois, lors d’un récent Hangout relayé par Barry Schwartz, un participant a posé la question de savoir pourquoi ne fournit pas aux webmasters des notifications pour les alerter sur de potentiels backlinks spammy pointant vers leurs sites.

John Mueller a alors apporté la réponse suivante qui coule de source :

En d’autres termes :

Si nous les reconnaissons, nous pouvons simplement les ignorer. Pas besoin pour vous de faire quoi que ce soit dans la plupart des cas.

Alors, la question 100 fois posée et 100 fois répondu est de savoir si de tels liens toxiques peuvent impacter votre site ?

Certes, Google dispose toujours des actions manuelles contre les liens factices (non-naturels) qui pointent vers un site. Et cela peut impacter durement un site.

Toutefois, si des liens toxiques sont détectés de façon algorithmique, et donc par 4.0, il n’y a en principe rien à craindre puisque Google a déjà déclaré que Penguin est devenu plus “granulaire”.

C’est pourquoi, il dévalue de tels liens pour réduire leur impact sur le site (dans un sens comme dans l’autre).

Seuls les liens factices passés au travers de Penguin et qui finissent par entraîner (il faut vraiment une grosse quantité) des actions manuelles sont à craindre.

Et dans ce cas, ces actions manuelles déclencheront une notification par email ou dans la Search Console pour vous avertir que vous avez un problème avec des backlinks. Mais algorithmiquement ou automatiquement, si Google détecte des liens incorrects, il les ignorera.

En suivant donc cette logique, comme le dit John Mueller, Google n\’aurait pas besoin de vous signaler quels liens sont mauvais parce que vous n’avez rien à faire.

Contrairement à une action manuelle qui exige que vous nettoyiez tous ces mauvais liens avant de faire une demande de réexamen pour espérer lever la pénalité.

Facebook va pénaliser tout contenu limite

Facebookmême s’il est très engageant.

Le changement pourrait réduire massivement la portée des groupes politiques incendiaires, des colporteurs de fausses nouvelles (fake news), et autres horreurs sur .

masquer ce qu\’il ne veut pas voir sur le réseau social sans prendre une position difficile, alors qu\’il il doit se défendre sur le contenu qui outrepasse ses règles.

Dans une lettre de Mark Zuckerberg relayée par Techcrunch, celui-ci a expliqué comment il y a un “problème de base d\’encouragement” que “lorsqu\’il n\’est pas cochée, les gens vont engager de façon disproportionnée avec plus de contenu sensationnel et provocateur”.

Nos recherches suggèrent que peu importe où nous traçons les lignes pour ce qui est autorisé, quand un morceau de contenu se rapproche de cette ligne rouge, les gens vont plus engager avec lui en moyenne, même quand ils nous disent ensuite qu\’ils n\’aiment pas le contenu.

Sans intervention, l\’engagement avec le contenu borderline ressemble au graphique ci-dessus, augmentant à mesure qu\’il se rapproche de la ligne de politique de Facebook.

Donc, Facebook intervient, supprimant artificiellement la distribution de ce genre de contenu dans le News Feed afin que l\’engagement ressemble au graphique ci-dessous (pratiquement nul).

Facebook va appliquer des au contenu borderline non seulement dans le fil d’actualités, mais aussi à l\’ensemble de son contenu, y compris les Groupes et les Pages elles-mêmes pour s\’assurer qu\’il (Facebook) ne radicalise pas les gens en leur recommandant de rejoindre les communautés parce qu\’elles sont très engageantes grâce à un flirt avec sa ligne de politique.

Toutefois, les utilisateurs qui veulent à dessein voir le contenu limite auront toujours le moyen d’opter pour.

Zuckerberg écrit :

Pour ceux qui veulent prendre ces décisions eux-mêmes, nous croyons qu\’ils devraient avoir ce choix puisque ce contenu ne viole pas nos normes.

Par exemple, Facebook pourrait créer des normes flexibles pour les types de contenu comme la nudité où les normes culturelles varient, comme la façon dont certains pays interdisent aux femmes d\’exposer beaucoup de peau dans les photographies, alors que d\’autres permettent la nudité sur la télévision de réseau.

Cela peut prendre un certain temps jusqu\’à ce que ces in et opt soient disponibles.

Cependant, comme le dit Mark Zuckerber, Facebook doit d\’abord former son Intelligence Artificielle pour être en mesure de détecter de manière fiable le contenu qui, soit franchit la ligne jaune, soit délibérément s\’approche de la limite et flirte donc avec la ligne rouge.

Google : Des pénalités algos peuvent remplacer des actions manuelles

des actions manuelles de Google, des algorithmes peuvent prendre la relève de certaines de ces de site et les faire perdurer.

Google : Des pénalités algos peuvent remplacer des actions manuelles

Google a à nouveau confirmé que les actions manuelles, les sanctions de recherche appliquées par l’équipe Webspam de , peuvent expirer au fil du temps.

Avec les actions manuelles de Google, des personnes de chez Google appliquent des pénalités aux sites Web qui ne respectent pas les consignes des webmasters de Google.

Google a lancé une visionneuse des actions manuelles dans la Search Console depuis 2013 pour les notifier aux webmasters lorsqu’il ajoute des pénalités manuelles à votre site Web.

John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google, a récemment déclaré sur que, parfois, des actions manuelles peuvent être remplacées par des pénalités algorithmiques.

Comme le fait remarquer Searchengineland.com, nous savons depuis de nombreuses années que les actions manuelles peuvent expirer. Souvent, après qu’une action manuelle expire, .

Mais parfois aussi, d’après John Mueller, une action manuelle peut avoir expiré et ne sera pas renouvelée parce qu\’un algorithme de pénalité aura pris le relais :

Oui, les actions manuelles expirent après un certain temps. Souvent, les choses changent au fil des années. Donc, ce qui pourrait à l\’époque avoir besoin d\’une intervention manuelle pour résoudre/améliorer, pourrait être mieux appliqué algorithmiquement de nos jours.

Ainsi, par exemple, une action manuelle pour les mauvais liens pointant vers votre site n\’est plus nécessaire parce que l\’algorithme de Google Penguin aura lui-même détecté les mauvais liens et aura appliqué la pénalité automatiquement.

Les actions manuelles sont utilisées spécifiquement là où les algorithmes ne peuvent pas encore faire le travail. Lorsque de nouveaux algorithmes sont conçus pour faire le \ »job\ », ces actions manuelles de l\’homme ne sont plus nécessaires.

En d’autres termes, aujourd’hui, une action manuelle peut se commuer ou se poursuivre en pénalité algorithmique, et cela ne vous sera pas notifié dans votre Search Console.

Google Speed Update est globalement déployé sur mobile

D’après , les gens veulent être en mesure de trouver des réponses à leurs questions aussi vite que possible. Des études montreraient en effet que les gens se soucient vraiment de la vitesse de chargement des pages.

La Speed Update de Google est déployée globalement sur mobile

Bien que le temps de chargement a été utilisé dans le classement depuis un certain temps, ce signal a été axé sur les recherches via ordinateur.

à partir de ce mois de Juillet 2018, la vitesse de chargement est désormais considérée comme un facteur de classement pour les recherches mobiles.

La “Speed Update” ou mise à jour de la vitesse de chargement

seuls les sites lents sur mobile seront pénalisés par Google, et donc déclassés. De la même façon que Google Panda et existent, mais ne pénalisent pas tous les sites.

La Speed Update applique les mêmes standards à toutes les pages, quelle que soit la technologie utilisée pour créer la page.

intention de la requête de recherche est toujours un signal très fort, de sorte qu\’une page lente peut encore se classer très haut si elle a un grand contenu pertinent.

Google a donc commencé à intégrer le nouvel algorithme Speed Update dans les résultats de recherche mobile en tant que facteur de classement de recherche.

Google dit encourager les développeurs à réfléchir largement sur la façon dont les performances affectent l\’expérience utilisateur de leur page et à considérer une variété de métriques d\’expérience utilisateur.

Bien qu\’il n\’existe aucun outil qui indique directement si une page est affectée par ce nouveau facteur de classement, voici quelques ressources qui peuvent être utilisées pour évaluer les performances d\’une page.

  1. Le rapport d\’expérience utilisateur de Chrome : un ensemble de données publiques des métriques principales de l\’expérience d\’utilisateur pour des destinations populaires sur le Web, tel qu’expérimenté par les utilisateurs de Chrome dans les conditions du monde réelle.
  2. Lighthouse : un outil automatisé et une partie Chrome Developer Tools pour l\’audit de la qualité (performances, accessibilité, et plus) des pages Web.
  3. PageSpeed Insights : un outil qui indique comment une page performe sur l’expérience utilisateur de Chrome et suggère des optimisations de performances.

Sachez à toute fin utile que Google ne vous indiquera aucune métrique spécifique concernant le délai de chargement de vos pages Web.

Seuls les 3 outils ci-dessus mentionnés pourraient vous apporter un aperçu du temps que prend chaque page pour se charger.

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Le plugin Yoast plombe le référencement WordPress depuis Mars 2018

Une mise à jour majeure de Yoast corrige maintenant un bug qui a affecté le référencement de certains sites  au point de causer une chute brutale du classement Google.

Quand le plugin Yoast plombe le référencement WordPress depuis Mars 2018

Le fondateur de Yoast, Joost de Valk, a personnellement présenté des excuses aux victimes du bug qui peuvent avoir souffert de ressemblant à celles de Google Panda et ont perdu des classements de recherche en conséquence.

aucun contenu de qualité) qui sont distinctes du contenu original.

Ainsi, si vous intégrez 10 images dans votre post, Yoast créera 10 autres pages distinctes du post original qui seront alors considérées par comme du contenu de faible qualité pénalisé par Google Panda.

La dernière mise à jour est donc destinée à corriger cette erreur introduite par le plugin Yoast 7.0 en Mars 2018. Les victimes de ce bug auront donc subi des changements négatifs dans leurs classements depuis la mise à jour de Yoast 7.0 du 6 Mars 2018.

Si votre classement a régulièrement chuté depuis quelques temps après le 6 Mars 2018 et que vous utilisez le plugin Yoast SEO pour votre site WordPress, votre site est peut être une victime de ce bug.

Qu\’est-ce qui n\’allait pas avec le plugin Yoast SEO ?

Le bug du référencement WordPress introduit ce que Yoast lui-même appelle, “des problèmes Panda-like” quand il a mis à jour à la version 7.0.

Cette modification a affecté les paramètres à la

Voici comment Yoast décrit le problème technique:

Le bug était simple mais très douloureux :

Yoast SEO 7.0-7.0.2 (en particulier ces versions

Nous avons accidentellement mis le paramètre à “Non”. Parce que nous avons écrit sur les anciens paramètres lors de la mise à jour, nous ne pouvions pas revenir plus tard sur ce bug.

Le fondateur de Yoast présente ses excuses personnels

En conséquence, le fondateur de Yoast, Joost de Valk, a présenté ses excuses:

Ce post sert à la fois comme un avertissement et des excuses. …

Nous sommes vraiment désolés. … nous avons foiré. Moi-même, je suis désolé. Plus que d’habitude, parce que je suis venu avec et ai codé ce correctif moi-même…

Les utilisateurs pénalisés par ce bug sont bouleversés

Naturellement, certains utilisateurs du plugin Yoast SEO sont bouleversés de savoir que leurs sites WordPress ont été déclassés des résultats de recherche, et ce depuis le 6 Mars 2018, en raison de cette mise à jour du plugin.

Un utilisateur du plugin a ainsi publié un commentaire pour dire (sans doute comme beaucoup d’autres

Qui est affecté par ce bug ?

Toutefois, si vos classements ont chuté depuis le 6 mars 2018, vous pouvez vérifier les paramètres Média de votre Yoast SEO.

Comment vérifier vos paramètres d\’apparence de recherche Yoast SEO 

  1. Puis cliquez sur le lien Search Appearance (1)
  2. “Media” (2)
    Via Searchenginejournal.com
  3. 4 possibilités en fonction de votre situation personnelle :
    • Scénario 1: tout est OK

      Le paramètre \ »Redirect attachment URL to the attachement itself\ »“Yes”, alors tout va bien. Aucun souci. Il suffit de mettre à jour votre plugin Yoast SEO () et détendez-vous. Votre site WordPress n’a pas été impacté par le bug.

    • Scénario 2 : classement inchangé

      Si le paramètre \ »Redirect attachment URL to the attachement itself\ »“Oui” et mettez à jour votre plugin Yoast SEO (). Tout va alors bien.

    • Scénario 3 : les classements ont chuté

      Si le paramètre \ »Redirect attachment URL to the attachement itself\ » est réglé sur \ »No\ » et que vous avez constaté des pertes importantes dans les classements depuis le 6 Mars 2018, alors vous souffrez peut-être du bug Yoast 7.0.

      changer ce paramètre de “No” à “Yes” (Oui) et de mettre à jour votre plugin ().

      En outre, vous devrez également télécharger le plugin Yoast SEO Search index purge et l’appliquer afin de réparer le bug.

    • Scénario 4: vous êtes incertain, vous ne savez pas si vous avez été touché

      Yoast vous conseille de changer le paramètre et le positionner sur “Yes” et mettre à jour le plugin SEO Yoast ().

bouton \ »Save Changes\ » pour enregistrer après correction.

Qu’en pense Google ?

Yoast déclare avoir discuté avec John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google, et sa première évaluation était semblable à la leur. En ce sens que les sites ne devraient normalement pas en souffrir.

Mais, à lire les commentaires, plus bas sur la page du communiqué de Yoast, ce n’est certainement pas l’avis de nombreux utilisateurs WordPress.