Brave Search : Tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau moteur de recherche

Brave Search dans le navigateur Brave, offre aux utilisateurs la première alternative indépendante privée de recherche aux grandes technologies.

Brave Search : Tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau moteur de recherche

À partir d’aujourd’hui, les utilisateurs en ligne ont une nouvelle option indépendante pour la recherche qui leur donne une confidentialité inégalée.

Qu’ils soient déjà des utilisateurs du navigateur Brave, cherchant à étendre leur protection de la vie privée en ligne avec le tout-en-un, Brave Search intégré dans le navigateur Brave, ou des utilisateurs d’autres navigateurs à la recherche du meilleur moteur de recherche préservant la vie privée, ils peuvent tous utiliser la nouvelle version bêta de Brave Search qui met les utilisateurs en premier, et en contrôle total de leur expérience en ligne.

Brave Search est construit sur un index complètement indépendant et ne suit pas les utilisateurs, leurs recherches ou leurs clics.

Brave Search est disponible en version bêta dans le monde entier sur tous les navigateurs Brave (bureau, et ) comme l’une des options de recherche aux côtés d’autres moteurs de recherche, dont le leader incontesté reste tout de même Search, et deviendra la recherche par défaut dans le navigateur Brave plus tard cette année.

Il est également disponible à partir de n’importe quel autre navigateur via search.brave.com.

Brave Search a été annoncé en Mars dernier lorsque Brave a acquis Tailcat, et depuis lors, plus de 100.000 utilisateurs se sont inscrits pour un accès et des tests en préversion.

Brave a récemment dépassé les 32 millions d’utilisateurs actifs mensuels (contre 25 millions en Mars 2021), et Brave Search est le dernier produit offert par l’entreprise dans sa suite d’outils de préservation de la vie privée, car des millions d’utilisateurs se tournent vers des alternatives aux grandes technologies.

Brave propose déjà Brave Ads, Brave News et un service Firewall+VPN préservant la confidentialité.

Brave Search est différent des autres moteurs de recherche car il utilise son propre index et suit des principes différents :

  1. Confidentialité : pas de suivi ou de profilage des utilisateurs.
  2. L’utilisateur en premier (User-first) : l’utilisateur vient en premier, pas les industries de la publicité et des données.
  3. Indépendance : Brave a son propre index de recherche pour répondre aux requêtes courantes en privé sans compter sur d’autres fournisseurs.
  4. Choix : bientôt, des options pour la recherche payante sans publicité et la recherche financée par la publicité.
  5. Transparence : pas de méthodes ou d’algorithmes secrets pour biaiser les résultats, et bientôt, des modèles de classement ouverts organisés par la communauté pour assurer la diversité et prévenir les biais algorithmiques et la censure pure et simple.
  6. Fluidité : meilleure intégration de sa catégorie entre le navigateur et la recherche sans compromettre la confidentialité, de la personnalisation aux résultats instantanés au fur et à mesure que l’utilisateur tape.
  7. Ouverture : Brave Search sera bientôt disponible pour alimenter d’autres moteurs de recherche.

Brendan Eich, PDG et cofondateur de Brave, déclare :

Brave Search est le moteur de recherche le plus privé de l’industrie, ainsi que le seul moteur de recherche indépendant, donnant aux utilisateurs le contrôle et la confiance qu’ils recherchent dans les alternatives aux grandes technologies.

Contrairement aux anciens moteurs de recherche qui suivent et profilent les utilisateurs, et aux moteurs de recherche plus récents qui sont principalement un skin sur les moteurs plus anciens et n’ont pas leurs propres index, Brave Search offre une nouvelle façon d’obtenir des résultats pertinents avec un index alimenté par la communauté, tout en garantissant la confidentialité.

Brave Search comble un vide évident sur le marché aujourd’hui, car des millions de personnes ont perdu confiance dans l’économie de la surveillance et cherchent activement des solutions pour contrôler leurs données.

 

Brave Search a son propre index

Brave Search utilise son propre index, mais garantit également une recherche entièrement anonyme, est transparent dans la façon dont les résultats de recherche sont classés et s’intègre à un navigateur préservant la confidentialité sur ordinateur et mobile.

Une combinaison générale d’indépendance et de confidentialité qu’aucun autre fournisseur n’offre.

Pour une comparaison détaillée de Brave Search par rapport à d’autres moteurs de recherche, veuillez consulter le tableau ci-dessous :

Pour une comparaison détaillée de Brave Search par rapport à d’autres moteurs de recherche, veuillez consulter le tableau ci-dessous

Brave Search introduit également la première mesure d’indépendance de recherche de l’industrie, affichant le ratio de résultats provenant exclusivement de l’index de Brave. Il est dérivé en privé à l’aide du navigateur de l’utilisateur car Brave ne crée pas de profils utilisateur.

Les utilisateurs peuvent vérifier cette métrique agrégée pour vérifier l’indépendance de leurs résultats et voir comment les résultats sont alimentés par son propre index, ou si des tiers sont utilisés pour les résultats à longue traîne pendant qu’il est encore en train de construire son index.

Par exemple, Brave Search répondra généralement à la plupart des requêtes, reflétées par une métrique d’indépendance élevée.

Cependant, pour certaines fonctionnalités, comme la recherche d’images, Brave Search récupérera les résultats de . Bien que cela n’entraîne aucun suivi des utilisateurs, cela réduira la mesure d’indépendance.

Comme mentionné ci-dessus, la transparence est un principe clé chez Brave, et il y aura également une mesure d’indépendance mondiale pour Brave Search dans toutes les recherches, qu’il mettra à la disposition du public pour montrer comment nous progressons vers une indépendance complète.

 

Comme mentionné ci-dessus, la transparence est un principe clé chez Brave, et il y aura également une mesure d’indépendance mondiale pour Brave Search dans toutes les recherches

Afin de présenter une véritable alternative indépendante aux grandes technologies, Brave a décidé de construire son propre index plutôt que de le louer à Google ou Microsoft, comme le font actuellement d’autres moteurs de recherche plus petits.

Brave Search comprend des contributions anonymisées de la communauté pour améliorer et affiner les résultats.

Cependant, il existe des types de requêtes, ainsi que certains domaines tels que la recherche d’images, pour lesquels les résultats de Brave Search ne sont pas encore suffisamment pertinents, et dans ces cas, il utilise des API jusqu’à ce qu’il soit en mesure d’étendre son index.

La mesure d’indépendance Brave Search est une barre de progression, et son objectif est d’atteindre une plus grande indépendance et une meilleure qualité sans compromettre la vie privée de ses utilisateurs.

Brave Search n’affiche pas d’annonces au cours de cette première partie de la phase bêta, mais il offrira des options pour la recherche payante sans publicité et la recherche gratuite financée par la publicité plus tard.

 

A propos de Brave

Le navigateur rapide et axé sur la confidentialité de Brave Software, combiné à sa plate-forme de publicité numérique basée sur la blockchain, réinvente le Web pour les utilisateurs, les éditeurs et les annonceurs.

Les utilisateurs obtiennent une expérience Web privée et plus rapide avec une durée de vie de la batterie beaucoup plus longue, les éditeurs augmentent leur part de revenus et les annonceurs obtiennent une meilleure conversion.

Les utilisateurs peuvent opter pour des publicités respectueuses de la vie privée qui les récompensent avec le jeton d’attention de base (BAT pour “Basic Attention Token”), un jeton de type voyageur fréquent qu’ils peuvent échanger ou utiliser pour donner un pourboire ou contribuer aux éditeurs et autres créateurs de contenu.

La solution Brave est gagnant-gagnant pour tous ceux qui ont un intérêt dans le Web ouvert et qui sont fatigués de renoncer à la vie privée et aux revenus aux intermédiaires ad-tech (technologie publicitaire).

Brave compte actuellement plus de 32 millions d’utilisateurs actifs mensuels et plus de 1,2 million d’éditeurs vérifiés.

Brave Software a été co-fondé par Brendan Eich, créateur de JavaScript et co-fondateur de Mozilla (), et Brian Bondy, anciennement de Khan Academy et Mozilla.

Google prévoit d’arrêter de cibler les annonces en fonction de votre historique de navigation

Avez-vous déjà visité un site pour regarder une paire de chaussures, et constater par la suite que tous les autres sites que vous visitez ensuite affichent de la publicité concernant exactement la paire de chaussures visionnée ?

Google prévoit d’arrêter de cibler les annonces en fonction de votre historique de navigation

Il s’agit d’une pratique appelée remarketing et reciblage publicitaire, et cela provient de cookies tiers qui vous suivent à travers le Web.

dit qu’il mettra fin à la pratique pour vous donner plus de vie privée, mais ne pensez pas que cela signifie que Google ne vous traquera plus.

Google a annoncé le changement dans un blog de l’entreprise qui a montré sa position claire sur les cookies tiers.

Il veut que les cookies tiers disparaissent, et il ne veut pas remplacer le système par un équivalent qui continuera à vous suivre à travers le Web.

Si vous trouvez cela gênant lorsque vous visitez uniquement pour voir des annonces pour les écouteurs que vous envisagiez d’acheter plus tôt, vous n’êtes pas seuls.

En effet, dans un changement majeur pour son modèle d’affaires de base, Google a déclaré aujourd’hui qu’il prévoit d’arrêter de vendre des annonces qui s’appuient sur votre historique de navigation web individuel. En outre, il ne construira pas d’outils pour suivre vos données spécifiques sur ses produits à l’avenir.

Ces annonces interviennent après que Google s’est engagé à supprimer le support aux cookies tiers dans Chrome, une décision qui tuerait effectivement la principale source de suivi des données pour les annonceurs et les sites Web.

Si Google reste fidèle à sa parole, son activité future sur la publicité ne ressemblera en rien à ce que nous avons vu au cours des dernières décennies.

David Temkin, directeur de la gestion des produits pour l’équipe Ads Privacy and Trust de Google a déclaré :

Les gens ne devraient pas avoir à accepter d’être suivis sur le Web afin d’obtenir les avantages de la publicité pertinente.

Et les annonceurs n’ont pas besoin de suivre les consommateurs individuels sur le Web pour obtenir les avantages de la publicité numérique sur le plan de la performance.

Il est difficile de comprendre cette déclaration provenant de Google, une entreprise qui a bâti un empire en monétisant vos données de navigation.

Pour l’avenir, M. Temkin affirme que le géant de la recherche prévoit d’utiliser des API préservant la protection de la vie privée, comme l’API « Federated Learning of Cohorts » (FloC), pour diffuser des annonces pertinentes. Cette solution s’appuiera sur des groupes d’utilisateurs ayant des centres d’intérêt similaires, plutôt que de forer jusqu’à votre comportement spécifique.

Il souligne également qu’il peut y avoir d’autres techniques de suivi d’autres entreprises, y compris des graphiques basés sur l’adresse e-mail.

Mr Temkin fait remarquer :

Nous ne croyons pas que ces solutions répondent aux attentes croissantes des consommateurs en matière de protection de la vie privée et qu’elles ne résisteront pas à l’évolution rapide des restrictions réglementaires et ne seront donc pas un investissement durable à long terme.

Google prévoit de rendre les cohortes basées sur disponibles pour les tests dans les essais Chrome plus tard ce mois-ci, avec sa prochaine mise à jour.

Et il vise à tester ces cohortes avec des annonceurs dans au deuxième trimestre 2021. Les utilisateurs de Chrome auront également accès à de nouveaux contrôles de confidentialité des utilisateurs en Avril 2021.

Bien que surprenant, les changements de suivi des données sont logiques pour Google en 2021, alors que l’entreprise fait l’objet d’un examen de plus en plus minutieux de la part de l’UE, des États-Unis et d’autres gouvernements.

En effectuant des modifications selon ses propres termes, Google peut essayer d’éviter des réglementations plus strictes autour de la confidentialité des données.

Après tout, s’il fait preuve d’un effort de bonne foi pour accroître la protection des données maintenant, les gouvernements n’auront pas autant besoin de lui forcer la main.

Dans son billet de blog, Google affirme :

Cette pratique a conduit à une érosion de la confiance : en fait, 72 % des gens estiment que presque tout ce qu’ils font en ligne est suivi par les annonceurs, les entreprises technologiques ou d’autres entreprises, et 81 % disent que les risques potentiels auxquels ils sont confrontés en raison de la collecte de données l’emportent sur les avantages.

C’est pourquoi il prévoit de bloquer les cookies tiers dans Chrome bientôt, quelque chose que Firefox et Safari font déjà.

Mais question : Google va-t-il simplement remplacer les cookies de tierce partie par quelque chose qui obtient le même effet ? Mais ce n’est pas le cas.

Google dit qu’il n’aidera pas les entreprises à vous suivre individuellement. Mais il vous permettra toujours de vous suivre, de vous regrouper avec des individus partageant les mêmes idées. Si vous fréquentez des sites de menuiserie, Google vous collera dans un grand groupe de menuiserie, et les ventilateurs LEGO se retrouveront dans un groupement similaire, et ainsi de suite.

La publicité basée sur les centres d’intérêt est déjà monnaie courante et utilisée dans Google, et d’autres sociétés de publicité, et la prise de Google appelé FLOC. L’idée est que vous avez plus de vie privée individuelle, même si certaines entreprises continuent d’apprendre tout ce qui est possible sur vous pour vous regrouper de manière appropriée.

Google en saura toujours autant sur vous que par le passé, mais d’autres entreprises qui profitent de son programme publicitaire ne le feront pas. De cette façon, Google vous promet plus d’intimité, mais il n’est pas prometteur d’arrêter d’apprendre tout sur vous, autant qu’il peut. Vous verrez moins d’annonces ciblées au laser pour un élément spécifique que vous parcourez. Et des annonces plus généralisées pour les types que vous aimez.

Le mouvement de Google ne mettra pas un terme complet aux annonces ciblées au laser, cependant. Si vous visitez un site, créez un compte et parcourez ses éléments, cette société sera toujours en mesure de charger vos informations en tant que liste vers des endroits comme Facebook pour offrir des annonces ciblées de justesse.

La publicité ne s’en va pas; l’économie d’Internet et les sites Web gratuits comptent trop sur ces dollars et euros pour y renoncer. Mais avec ces changements, la nature de la façon dont vous êtes suivis ou tracés va changer. Nous ne savons pas encore s’il s’agit d’un changement positif.

Source : Engadget

.tb_button {padding:1px;cursor:pointer;border-right: 1px solid #8b8b8b;border-left: 1px solid #FFF;border-bottom: 1px solid #fff;}.tb_button.hover {borer:2px outset #def; background-color: #f8f8f8 !important;}.ws_toolbar {z-index:100000} .ws_toolbar .ws_tb_btn {cursor:pointer;border:1px solid #555;padding:3px} .tb_highlight{background-color:yellow} .tb_hide {visibility:hidden} .ws_toolbar img {padding:2px;margin:0px}

Chrome pour Android apportera le mode sombre aux résultats Google

Bien avant le lancement d’Android 10, a mis l’accent sur l’apport du mode sombre à ses applications et services, en particulier sur .

Chrome pour Android apportera le mode sombre aux résultats Google

Maintenant Chrome pour Android travaille à apporter le mode sombre à la page de résultats de recherche Google dans quelque chose d’une manière inhabituelle.

pour Android a eu un mode sombre de lui-même, depuis plus d’un an maintenant, assombrissant presque toutes les parties de l’interface utilisateur de l’application, y compris le flux Discover sur la page “Nouvel Onglet”.

Avec cela à l’esprit, il peut être quelque peu frustrant d’effectuer une recherche Google dans votre Chrome élégant et sombre et vous retrouver sur une page de résultats de recherche toute blanche (claire) brillante.

D’après 9to5google.com, il semble que Google se prépare à secouer le statu quo, selon un nouveau changement de code ajouté au dépôt de code source Chromium.

Le code ajoutera un nouveau flag à chrome://flags, qui offre une description assez simple :

Afficher le SRP sombre pour Chrome Android.

Si activé, les utilisateurs verront une page de résultats de recherche sombre si Chrome est en mode nuit aussi.

#enable-androïde-dark-srp

Si nous prenons la description à la valeur nominale, dans un proche avenir, la page de résultats de recherche de Google aura un thème sombre, très probablement semblable au thème sombre offert par l’application sur Android. 

()
 
la page de résultats de recherche de Google aura un thème sombre, très probablement semblable au thème sombre offert par l’application Google Search sur Android
Source : 9to5google.com

Il semble cependant étrange que des changements devraient être apportés à Chrome pour y arriver, plutôt que sur le site Web de Google Search lui-même.

Il existe, bien sûr, des moyens plus faciles et sans doute plus efficaces que Google pourrait prendre pour atteindre cet objectif d’assombrir la page de résultats de recherche que de modifier Chrome.

« prefers-color-scheme » du CSS.

Utiliser cela permettrait à d’autres navigateurs comme et Safari de profiter automatiquement du thème sombre.

Pour l’instant, on peut pas être sûrs de ce que Google change spécifiquement dans Chrome pour y arriver, car aucune modification de code connexe n’a été publiée pour le moment.

Une théorie plausible est que Chrome peut choisir d’utiliser sa capacité intégrée à \ »forcer\ » les sites Web à être sombre, comme démontré sur Google Search dans l’image ci-dessus.

Microsoft Edge passe devant FireFox et devient le 2ème navigateur Web

La popularité de Firefox diminue encore, alors que Microsoft Edge devient le deuxième navigateur Web le plus populaire après Google Chrome.

Microsoft Edge passe devant FireFox et devient le 2ème navigateur Web

La nouvelle version de Edge est maintenant le deuxième navigateur de bureau le plus populaire dans le monde derrière Chrome, selon les derniers d’une entreprise d’analyse.

Les chiffres de NetMarketShare pour le mois de Mars 2020 montrent que Chrome est toujours de loin le leader incontesté, bien sûr, avec une part de marché de 68,5% des utilisateurs de navigateur de bureau, mais Microsoft Edge est passé à la deuxième place avec 7,59%.

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Source : Netsharemarket.com

Cela signifie qu’il a maintenant dépassé , poussant le navigateur de Mozilla à la 3ème place avec 7,19% des utilisateurs. Internet Explorer est en 4ème position avec 5,87%, Safari avec 3,62%.

Firefox a chuté de 7,57% le mois dernier, perdant 0,38 point de part de marché, il est donc possible que ce mouvement à la baisse a impliqué certains transfuges de Edge. Bien qu’Internet Explorer ait encore chuté, les utilisateurs supplémentaires d’Edge peuvent aussi provenir de l’autre navigateur de Microsoft.

Edge a gagné 0,21 point en Mars, ce qui n’est pas une hausse massive, mais indique toujours une progression vers le haut néanmoins.

Et s’assurer désormais la 2ème place et dépasser Firefox est évidemment une étape importante, en particulier quand on considère que l’ancien Edge (non-Chromium) a été constamment en baisse avant que Microsoft ne le remanie en adoptant le Chromium.

Microsoft Edge, désormais propulsé par Chromium bénéficie d’impressionnants niveaux de personnalisation et de performances, et bien sûr d’une bien meilleure compatibilité avec les sites Web par rapport à l’Edge précédent.

Il est maintenant un concurrent fort, en d’autres termes, pour ne pas mentionner qu’il est disponible sur plusieurs plates-formes (au lieu d’être uniquement pour , comme il était avant).

Source

Suspendez immédiatement votre utilisation du navigateur Tor

Avec plus de personnes restant à la maison et travaillant à distance pour éviter l’épidémie de Covid-19, la sécurité en ligne est devenue une priorité encore plus élevée.

Suspendez immédiatement votre utilisation du navigateur Tor

L’utilisation du navigateur Web Tor qui respecte la confidentialité des utilisateurs et maintient vos données en toute sécurité est une nécessité de télétravail, mais vous devriez probablement éviter d’utiliser le navigateur Tor pour l’instant.

Même si c’est l’un des meilleurs moyens d’anonymiser votre activité web.

Selon l’équipe de développement de Tor Project, un bug permet accidentellement à Javascript de s’exécuter sur des pages Web même lorsque les utilisateurs l’ont spécifiquement désactivé ou ont les paramètres les plus stricts du navigateur activés (via ZDNet).

Désactiver et bloquer Javascript est l’une des principales caractéristiques de Tor, mais le dysfonctionnement sape sa sécurité et rend le navigateur potentiellement dangereux pour les utilisateurs qui comptent sur son anonymat puisque les entreprises, les entités gouvernementales, et même les pirates peuvent utiliser Javascript pour trouver des adresses IP.

Un patch de correction est en cours d’élaboration, mais il n’y a pas de calendrier concret pour sa mise à disponibilité.

En attendant, il existe une « option nucléaire » potentielle qui arrêtera de force toutes les fonctionnalités Javascript sur Tor.

Cela rendra certains sites Web inutilisables, et il est possible que le bug Javascript se produira encore même après avoir tenté le correctif, mais cela vaut la peine d’essayer :

  • Ouvrez Tor, puis tapez about : config dans la barre d’URL et appuyez sur “Entrer”.
  • Appuyez sur les touches CTRL et F (CTRL+F) et recherchez javascript.enabled
  • Double-cliquez sur la ligne \ »javascript.enabled\ » pour changer la colonne “Value” (valeur) en “False” (faux).

    Malheureusement, si elle a déjà été réglée sur “False” et / ou Javascript fonctionne toujours après avoir fait la modification, cela ne résoudra pas le problème.

Les utilisateurs de Tor devraient également envisager d’utiliser un autre navigateur en attendant le patch.

Peu de navigateurs peuvent correspondre au niveau d’anonymat de Tor, mais le navigateur Brave est un excellent choix pour la vie privée, et est une seconde proche (à la fois Tor et sont construits sur Firefox).

Même Vivaldi, Edge et Opera ont leurs avantages si vous essayez de bloquer les annonces, les trackers de données, et de garder votre identité obscurcie.

Pour naviguer en toute confidentialité, vous pouvez également utiliser un VPN tel que celui de NordVPN qui vous protège contre les criminels et la surveillance.

En attendant que Tor Project ne trouve un patch pour corriger sa vulnérabilité, ne téléchargez pas les applications de suivi de COVID-19 et soyez conscients des nombreuses escroqueries en ligne qui tentent de profiter de la situation mondiale actuelle.

Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez en respectant strictement les consignes gouvernementales. Il y va de votre santé et de celle de vos proches et collègues de travail.

Mise à jour ce lundi 16/03/2020 à 10h11 :

L’équipe Tor a confirmé que Noscript 11.0.17 devrait résoudre ce problème et que le problème est automatiquement mis à jour par défaut.

Source

Comment activer le mode sombre sur WhatsApp ?

WhatsApp déploie enfin le mode sombre

Comment activer le mode sombre sur WhatsApp pour Android et le Web

  1. Cliquez sur l’icône “Menu à 3 points”
  2. Allez dans vos “Paramètres”.
  3. Sélectionnez le sous-menu “Chats”.
  4. Une fois là-bas, vous verrez une section “Thèmes”
  5. Cliquez dessus et sélectionnez “Sombre”.

Lorsque le thème sombre est activé, chaque section de votre application sera tournée vers des couleurs sombres (précisément le thème sombre utilise des couleurs bleu nuit).

Si vous êtes un bêta-testeur et que vous voyez des thèmes dans les paramètres de chat , vous pouvez enfin activer la fonctionnalité.

Comment activer le mode sombre sur WhatsApp Web

Si vous voulez le mode sombre sur la version Web de WhatsApp, il y a un moyen de le faire.

  1. Chrome :
  2. Firefox :
    • Obtenez Stylus à partir du site officiel de Mozilla en cliquant ici.
    • Installez le thème sombre depuis ce lien.
    • Boom, le mode sombre est maintenant activé.

La bonne nouvelle au sujet de l\’extension Stylus est qu\’elle vous permet de basculer sans effort entre le mode sombre et le thème standard en cliquant sur un bouton.

Il suffit de cliquer sur l\’icône Stylus dans le coin supérieur droit de votre navigateur Web, et cochez ou désactivez\ »Activer tous les styles\ ».

Et si vous voulez un thème différent, il suffit de parcourir Stylus utilisateur jusqu\’à ce que vous en trouviez un qui convient à vos yeux.

Source

Google Chrome Web Store supprime les extensions d\'Avast et AVG

comment 4 extensions de navigateur d\’Avast et d\’AVG « téléchargent des profils de navigation détaillés de leurs utilisateurs ».

Google supprime les extensions Avast et AVG de Chrome Web Store

Mozilla avait immédiatement pris la décision de suspendre ces extensions, et la réaction de était attendue.

C’est désormais chose faite puisque Google vient à son tour de supprimer ces 2 extensions de Store.

AVG est une filiale de la société de cybersécurité Avast, et les deux offrent essentiellement les mêmes extensions avec une marque différente. La sécurité en ligne met en garde contre les sites malveillants, tandis que SafePrice est un outil de shopping.

Selon le développeur d’Adblock Plus, les 4 adds-on collectent des données qui « vont bien au-delà de ce qui serait considéré comme nécessaire ou approprié, même pour les extensions de sécurité ».

Par exemple, les informations renvoyées comprennent les URL et si vous avez déjà visité ces URLs, comment vous êtes arrivé sur une page, et quel système vous utilisez :

Les données recueillies ici vont bien au-delà de la simple exposition des sites que vous visitez et de votre historique de recherche.

L’onglet des “suivis” et la fenêtre des “identifiers”, ainsi que vos actions permettent à Avast de créer une reconstruction presque précise de votre comportement de navigation : combien d\’onglets avez-vous ouvert, quels sites Web visitez-vous et quand, combien de temps passez-vous à lire / regarder le contenu, que cliquez-vous là-bas et quand passez-vous à un autre onglet.

Une partie de cette collecte peut être justifiée, mais il existe d\’autres moyens d\’exploiter une extension de sécurité.

Par exemple, Google Safe Browsing vérifie les listes locales qui sont téléchargées périodiquement pour fournir les mêmes avertissements lors de la visite de pages dangereuses.

Désormais, Avast SafePrice, Avast Online Security et AVG SafePrice ont été retirées du Chrome Web Store, bien qu\’AVG Online Security soit toujours disponible.

Cela fait suite aux suspensions similaires par Opera et plus tôt ce mois-ci.

Cependant, Avast a travaillé avec Mozilla pour obtenir que les 2 extensions de sécurité en ligne soient à nouveau inscrites au cours de la semaine dernière en supprimant la collecte inutile, et il tentera probablement de soumettre des correctifs similaires à Chrome.

Il est reproché à Avast de vendre des données de navigation collectées qui sont utiles pour discerner les habitudes de shopping.

Cela a donné lieu à un examen minutieux du Congrès US sur le « défaut de protection des données des consommateurs ».

La société a défendu les données du navigateur qu\’elle recueille, tout en faisant valoir que les informations conservées et vendues sont anonymisées.

Source

Google Chrome Web Store supprime les extensions d\'Avast et AVG

comment 4 extensions de navigateur d\’Avast et d\’AVG « téléchargent des profils de navigation détaillés de leurs utilisateurs ».

Google supprime les extensions Avast et AVG de Chrome Web Store

Mozilla avait immédiatement pris la décision de suspendre ces extensions, et la réaction de était attendue.

C’est désormais chose faite puisque Google vient à son tour de supprimer ces 2 extensions de Store.

AVG est une filiale de la société de cybersécurité Avast, et les deux offrent essentiellement les mêmes extensions avec une marque différente. La sécurité en ligne met en garde contre les sites malveillants, tandis que SafePrice est un outil de shopping.

Selon le développeur d’Adblock Plus, les 4 adds-on collectent des données qui « vont bien au-delà de ce qui serait considéré comme nécessaire ou approprié, même pour les extensions de sécurité ».

Par exemple, les informations renvoyées comprennent les URL et si vous avez déjà visité ces URLs, comment vous êtes arrivé sur une page, et quel système vous utilisez :

Les données recueillies ici vont bien au-delà de la simple exposition des sites que vous visitez et de votre historique de recherche.

Par exemple, Google Safe Browsing vérifie les listes locales qui sont téléchargées périodiquement pour fournir les mêmes avertissements lors de la visite de pages dangereuses.

Cela fait suite aux suspensions similaires par Opera et plus tôt ce mois-ci.

Cependant, Avast a travaillé avec Mozilla pour obtenir que les 2 extensions de sécurité en ligne soient à nouveau inscrites au cours de la semaine dernière en supprimant la collecte inutile, et il tentera probablement de soumettre des correctifs similaires à Chrome.

Il est reproché à Avast de vendre des données de navigation collectées qui sont utiles pour discerner les habitudes de shopping.

Cela a donné lieu à un examen minutieux du Congrès US sur le « défaut de protection des données des consommateurs ».

La société a défendu

Source

Google Chrome Web Store supprime les extensions d\'Avast et AVG

comment 4 extensions de navigateur d\’Avast et d\’AVG « téléchargent des profils de navigation détaillés de leurs utilisateurs ».

Google supprime les extensions Avast et AVG de Chrome Web Store

Mozilla avait immédiatement pris la décision de suspendre ces extensions, et la réaction de était attendue.

C’est désormais chose faite puisque Google vient à son tour de supprimer ces 2 extensions de Store.

AVG est une filiale de la société de cybersécurité Avast, et les deux offrent essentiellement les mêmes extensions avec une marque différente. La sécurité en ligne met en garde contre les sites malveillants, tandis que SafePrice est un outil de shopping.

Selon le développeur d’Adblock Plus, les 4 adds-on collectent des données qui « vont bien au-delà de ce qui serait considéré comme nécessaire ou approprié, même pour les extensions de sécurité ».

Par exemple, les informations renvoyées comprennent les URL et si vous avez déjà visité ces URLs, comment vous êtes arrivé sur une page, et quel système vous utilisez :

Les données recueillies ici vont bien au-delà de la simple exposition des sites que vous visitez et de votre historique de recherche.

Par exemple, Google Safe Browsing vérifie les listes locales qui sont téléchargées périodiquement pour fournir les mêmes avertissements lors de la visite de pages dangereuses.

Cela fait suite aux suspensions similaires par Opera et plus tôt ce mois-ci.

Cependant, Avast a travaillé avec Mozilla pour obtenir que les 2 extensions de sécurité en ligne soient à nouveau inscrites au cours de la semaine dernière en supprimant la collecte inutile, et il tentera probablement de soumettre des correctifs similaires à Chrome.

Il est reproché à Avast de vendre des données de navigation collectées qui sont utiles pour discerner les habitudes de shopping.

Cela a donné lieu à un examen minutieux du Congrès US sur le « défaut de protection des données des consommateurs ».

La société a défendu

Source

Google Chrome Web Store supprime les extensions d\'Avast et AVG

comment 4 extensions de navigateur d\’Avast et d\’AVG « téléchargent des profils de navigation détaillés de leurs utilisateurs ».

Google supprime les extensions Avast et AVG de Chrome Web Store

Mozilla avait immédiatement pris la décision de suspendre ces extensions, et la réaction de était attendue.

C’est désormais chose faite puisque Google vient à son tour de supprimer ces 2 extensions de Store.

AVG est une filiale de la société de cybersécurité Avast, et les deux offrent essentiellement les mêmes extensions avec une marque différente. La sécurité en ligne met en garde contre les sites malveillants, tandis que SafePrice est un outil de shopping.

Selon le développeur d’Adblock Plus, les 4 adds-on collectent des données qui « vont bien au-delà de ce qui serait considéré comme nécessaire ou approprié, même pour les extensions de sécurité ».

Par exemple, les informations renvoyées comprennent les URL et si vous avez déjà visité ces URLs, comment vous êtes arrivé sur une page, et quel système vous utilisez :

Les données recueillies ici vont bien au-delà de la simple exposition des sites que vous visitez et de votre historique de recherche.

Par exemple, Google Safe Browsing vérifie les listes locales qui sont téléchargées périodiquement pour fournir les mêmes avertissements lors de la visite de pages dangereuses.

Cela fait suite aux suspensions similaires par Opera et plus tôt ce mois-ci.

Cependant, Avast a travaillé avec Mozilla pour obtenir que les 2 extensions de sécurité en ligne soient à nouveau inscrites au cours de la semaine dernière en supprimant la collecte inutile, et il tentera probablement de soumettre des correctifs similaires à Chrome.

Il est reproché à Avast de vendre des données de navigation collectées qui sont utiles pour discerner les habitudes de shopping.

Cela a donné lieu à un examen minutieux du Congrès US sur le « défaut de protection des données des consommateurs ».

La société a défendu les données du navigateur qu\’elle recueille, tout en faisant valoir que les informations conservées et vendues sont anonymisées.

Source