Google introduit une nouvelle version de PageSpeed Insights

Google l’arrivée de nouvelles fonctionnalités dans Google PageSpeed Insights conçues pour moderniser l’interface utilisateur et rendre les données plus faciles à comprendre.

Google introduit une nouvelle version de PageSpeed Insights

Google lance une nouvelle version de PageSpeed Insights qui vise à relever de nombreux défis de la version existante.

L’un des plus gros problèmes avec PageSpeed Insights est la façon dont les données sont présentées. Il n’y a pas de séparation claire entre les données de laboratoire (Lab Data) et les données de terrain (Field Data).

Les personnes qui découvrent peuvent ne pas comprendre le contexte des données qu’elles examinent, ce qui rend difficile de savoir quoi en faire.

De nombreux articles de blog ont été écrits sur le sujet de l’interprétation du rapport PageSpeed Insights, ce qui est principalement dû à la confusion créée par sa conception.

La version de PageSpeed Insights qui est sur le Web aujourd’hui utilise un code vieux de 10 ans, et Google dit qu’il est temps pour une refonte.

Avec le déploiement de la mise à jour plus tard cette année, Google espère faciliter l’interprétation du rapport pour les développeurs afin qu’ils puissent agir rapidement sur les informations qu’il contient.

Les principaux objectifs de Google avec la prochaine refonte de PageSpeed Insights incluent de :

  • Rendre l’interface utilisateur plus intuitive en faisant la différence entre les données de laboratoire et les données de terrain.
  • Communiquer comment l’évaluation Core Web Vitals est calculée dans l’interface utilisateur.
  • Moderniser l’apparence de l’interface utilisateur en tirant parti de la conception des matériaux.

Voici plus d’informations sur ce que Google a prévu pour la nouvelle version de l’un de ses les plus anciens.

Les mises à jour à venir sur Google PageSpeed Insights

Google déploiera les mises à jour suivantes de PageSpeed Insights plus tard cette année :

  1. Séparation des données de terrain et des données de laboratoire :

    Séparation des données de terrain et des données de laboratoire :

    Les étiquettes existantes pour « Données de terrain » et « Données de laboratoire » sont remplacées par du texte qui indique ce que les données signifient et comment elles peuvent aider.

    Les étiquettes existantes pour « Données de terrain » et « Données de laboratoire » sont remplacées par du texte qui indique ce que les données signifient et comment elles peuvent aider.

  2. Évaluation de Base Web Vitals :

    Actuellement, l’évaluation de Google apparaît comme un seul mot « réussi » ou « échoué ».

    L’évaluation mise à jour apparaîtra dans une sous-section distincte avec sa propre icône.

  3. Étiquettes pour les performances mobiles et de bureau :

    Google modifie le menu de navigation en haut pour inclure des liens pour mobile et desktop sur la page du rapport.

    Étiquettes pour les performances mobiles et de bureau :

  4. Résumé de l’origine :

    Google déplace cette section de rapport vers un nouvel onglet, « Origine », sous la section « Données de terrain ».

    Google déplace cette section de rapport vers un nouvel onglet, « Origine », sous la section « Données de terrain ».

  5. Développer la vue :

    Une nouvelle fonctionnalité « Développer la vue » ajoute une fonction à la section des données de champ ou de terrain (Field Data) qui permet aux utilisateurs d’afficher des détails granulaires pour les métriques Core Web Vitals.

  6. Image de la page :

    Google supprime l’image de la page chargée de son emplacement actuel, qui se trouve à côté du Field Data.

    L’image et les miniatures seront toutes deux disponibles dans la section des données de laboratoire (Lab Data).

Google supprime l’image de la page chargée de son emplacement actuel, qui se trouve à côté du Field Data.
Enfin, le rapport comprend désormais une nouvelle section d’informations au bas de chaque champ et carte de laboratoire partageant les détails suivants sur les données échantillonnées :

  • Période de collecte des données
  • Durée des visites
  • Dispositifs (devices)
  • Connexions réseau
  • Taille de l’échantillon
  • Versions de Chrome

Ces informations devraient améliorer la distinction entre les données de laboratoire et les données de terrain et aider les utilisateurs qui ne savaient pas auparavant comment les deux sources de données (laboratoire et terrain) pourraient différer.

Ces informations supplémentaires devraient rendre la distinction entre les données de laboratoire et les données de terrain encore plus claire, ce qui aidera les utilisateurs qui étaient auparavant confus au sujet des deux sources de données.

Mises à jour de web.dev/measure

Pour réduire les incohérences entre les différents de la boîte à outils de performance de Google, ce dernier met également à jour web.dev/measure pour qu’elles soient directement alimentées par l’API PageSpeed Insights.

Mises à jour de web.dev/measure

Auparavant, les développeurs exécutent des rapports via l’outil PSI et /measure et voient différents numéros de phare. L’une des principales raisons des différences était que /measure provenait de tous les des États-Unis (en raison du fait qu’il avait auparavant un backend cloud basé aux États-Unis).

Avec /measure appelant la même API directement que l’interface utilisateur PSI (PageSpeed Insights), les développeurs bénéficieront d’une expérience plus cohérente lors de l’utilisation de PSI et /measure.

Google dit également avoir apporté quelques ajustements à /measure en fonction de la façon dont les utilisateurs utilisent l’outil.

Cela signifie que l’expérience connectée pour /measure disparaîtra, mais que la fonctionnalité la plus utilisée (voir plusieurs catégories) sera toujours disponible.

Il n’y a pas de date de sortie ferme pour le nouveau PageSpeed Insights, mais Google partagera d’autres mises à jour à mesure qu’il se rapprochera du moment du lancement.

Source : Google

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO en tant que Consultant.