Toute optimisation pour Core Web Vitals dure 28 jours avant résultats

n’a pas l’intention d’accélérer le temps qu’il faut pour analyser et rendre compte des données Core Web Vitals.

Toute optimisation pour Core Web Vital dure 28 jours avant résultats. Et ce n\'est pas prêt de changer...

Les outils de test de de Google, notamment Google Pagespeed Insights, prennent 28 jours pour recueillir des données globales sur le terrain, ce qui ne changera probablement pas de sitôt.

pour la dernière période de collecte de données de 28 jours ne passe pas (

John Mueller, Web Trends Analyst chez Google, l’a explicitement déclaré lors du hangout de la Search Central enregistré le 5 Mars dernier.

Vahan Petrosyan, Search Engine Journal’s IT Director, a posé des questions à John Mueller à ce sujet tout en notant les défis que la fenêtre de 28 jours crée pour les développeurs et les SEOs.

Car, lorsqu’une modification est apportée à un site Web pour améliorer les éléments signaux web essentiels ou Core Web Vitals, il faudra au moins 28 jours avant que cette modification ne soit récupérée par les outils de test de Google.

Il est peu probable que ce délai de 28 jours soit réduit, selon la réponse de Mueller que vous pouvez lire ci-dessous.

John Mueller à propos des données Core Web Vitals

Dans la vidéo du hangout, Mueller doute que la collecte de données Core Web Vitals puisse changer un jour par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui.

Je ne sais pas. J’en doute, parce que les données que nous montrons dans la Search Console est basée sur les données du rapport d’ Chrome qui sont agrégées au cours de ces 28 derniers jours.

C’est donc la principale raison du retard. Ce n’est pas que la Search Console est lente dans le traitement de ces données ou quelque chose comme ça. C’est juste la façon dont les données sont collectées et agrégées, cela prend juste du temps.

Google n’a pas l’intention d’analyser et de rapporter les données Core Web Vitals en temps réel.

Les scores représentent des données globales, parce que Google veut s’assurer que le site fournit toujours une bonne sur une longue période.

Si les référenceurs SEO et les développeurs veulent les données plus rapidement, John Mueller recommande qu’ils effectuent leurs propres tests avec des outils tiers ou l’API PageSpeed Insights.

Donc, habituellement, ce que je recommande quand les gens posent des questions sur ce genre de chose en disant « Je veux savoir plus tôt quand quelque chose ne fonctionne pas »,

Et il y a un tas d’outils tiers qui le font pour vous automatiquement.

Vous pouvez également utiliser l’API Page Speed Insights directement et choisir, je ne sais pas, un petit échantillon de vos pages importantes et simplement les tester tous les jours.

Et de cette façon, vous pouvez dire assez rapidement s’il y a des régressions dans l’une des configurations que vous avez faites.

John Mueller souligne que les données de laboratoire offertes par des outils tiers ne sont pas les mêmes que le champ de données, ce qui est ce que Google rapporte.

De toute évidence, un test de laboratoire n’est pas le même que le champ de données.

Il y a donc un peu de différence là-bas. Mais si vous voyez que les résultats des tests de laboratoire de données sont stables pendant un certain temps, et puis tout à coup ils vont vraiment être bizarre, alors c’est un indicateur fort que quelque chose s’est cassé dans votre mise en page ou dans vos pages quelque part.

John Mueller reconnaît que la façon dont Google collecte le cumulative layout shift (CLS) est particulièrement délicate.

Si les référenceurs SEO estiment que les calculs de Google ne font pas sens, John Mueller les encourage à communiquer directement avec l’équipe Chrome.

Cela rend les choses plus difficiles. Ce n’est pas que nous essayons de rendre les choses plus difficiles, c’est juste la façon dont ces données sont collectées dans Chrome. Il faut juste du temps pour être agrégé.

Le Cumulative Layout Shift est parfois, je pense, difficile à interpréter et à comprendre ce qui est exactement à l’origine des problèmes là-bas.

Je pense que pour les choses où vous sentez que les calculs sont faits d’une manière qui ne fait pas beaucoup sens, essayez d’entrer en contact avec l’équipe Chrome.

Je pense surtout qu’Annie Sullivan travaille à améliorer le Cumulative Layout Shift des choses. Et assurez-vous juste qu’elle voit ce genre d’exemples.

Et si vous rencontrez quelque chose où vous dites, « oh ça n’a aucun sens du tout », alors assurez-vous que l’équipe Chrome le sache. Ce n’est pas tant que du côté de , nous essayons de creuser et d’essayer de comprendre ce qui se passe exactement avec ce score, mais nous avons un peu besoin de compter sur le score du côté de Chrome.

Enfin, John Mueller rappelle aux SEOs que Google prévoit de mettre à jour le Core Web Vitals environ une fois par an.

Il va donc falloir avoir de bons scores Core Web Vitals dès le mois de Mai 2021 pour ne pas en souffrir pendant de longs mois. Ce qui fait penser aux débuts de Google Panda et aussi , quand les délais de recouvrement des classements antérieurs paraissaient si longs pour les sites pénalisés. CQFD.

Bien que le Cumulative Layout Shift soit un élément essentiel du Web cette année, par exemple, il se peut qu’il ne soit pas un changement l’an prochain si Google détermine qu’il n’est pas vital de fournir une bonne expérience utilisateur.

Et notre objectif avec les Core Web Vitals et Page Expérience en général est de les mettre à jour au fil du temps.

Je pense donc que nous avons annoncé que nous voulions les mettre à jour peut-être une fois par an et faire savoir aux gens à l’avance ce qui se passe.

Je m’attends donc à ce que cela s’améliore au fil du temps. Mais il est également important d’obtenir vos commentaires ou retours et de s’assurer qu’ils sont au courant de ces cas bizarres.

Source : Searchenginejournal

Auteur : Noel Nguessan

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe en tant que nom de domaine depuis 2007 comme site de mon entreprise avant de devenir en 2010 un site d'information SEO à part entière. Pour ma part, j'ai été intégré le monde de l'internet 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000. Par la suite, après avoir exercé très tôt en free-lance auprès de plusieurs start-ups jusuq'en 2010 en tant développeur Web, je suis tout naturellement arrivé au référencement Web, notamment après avoir lu les premiers articles SEO d'Olivier Andrieux (Abondance.com) qui m'a beaucoup inspiré dans ce métier. Je lui dit merci. J'ai ainsi pu poursuivre ma carrière en travaillant discrètement en free-lance pour des agences Web qui créaient des sites mais avaient ponctuellement besoin de quelqu'un qui pouvait leur fournir des recommandations d'optimisation web en fonction de la clientèle. Je pense avoir longtemps respecté les règles de discrétion de mes apporteurs d'affaires et surtout avoir bien rempli les différentes missions à moi confiées. Aujourd'hui, la retraite se rapproche. Alors je passe le plus clair de mon temps à divulguer le marketing internet et des réseaux sociaux à travers mon site Arobasenet.com... Certes, il s'agit sur ce site de relayer des news SEO de sources anglaises, mais c'est un travaille plus que passionnant. Tant je découvre des articles d'intérêt que je partage mes fidèles lecteurs. Arobasenet.com, c'est à ce jour (Juillet 2021) : - 6.784 articles publiés depuis 2010 - Plus de 34 millions de pages vues - 300.000 pages vues en moyenne par mois.