Google Ads va limiter le rapport sur les termes de recherche

Posted by

L’impact dépendra de ce que veut dire \ »significatif\ », mais les annonceurs de risquent de perdre de la visibilité sur au moins certaines des requêtes qu’ils paient.

Google Ads va limiter le rapport sur les termes de recherche

Ads a commencé à notifier les annonceurs qu’il va bientôt cesser de montrer les requêtes de recherche qui ont déclenché leurs annonces quand il n’y a pas de données « significatives » pour le rapport sur les termes de recherche

La notification de Google Ads aux annonceurs stipule en effet :

Nous mettons à jour le rapport sur les termes de recherche pour qu’il n’inclue que les termes recherchés par un nombre important d’utilisateurs.

Par conséquent, vous verrez peut-être moins de termes dans votre rapport à l’avenir.

Hé @GoogleAds, de quoi s’agit-il ? Donc, nous allons potentiellement payer pour les termes de recherche qui ne sont pas pertinents, mais nous ne serons pas au courant des mots clés que nous devons ajouter en tant que négatifs ? Quelle est la logique derrière cela s’il vous plaît ?

La déclaration de Google Ads

Un porte-parole de Google a déclaré à Search Engine Land :

Afin de maintenir nos standards de confidentialité et renforcer nos protections autour des données des utilisateurs, nous avons apporté des modifications à notre rapport sur les termes de recherche afin d’inclure uniquement les termes recherchés par un nombre important d’utilisateurs.

Nous continuons d’investir dans de nouvelles façons efficaces de partager des insights qui permettent aux annonceurs de prendre des décisions d’affaires critiques.

Que veut dire « significatif » ?

L’impact de ce changement sur les campagnes et les budgets des annonceurs dépendra en grande partie de la façon dont Google définit « significatif ».

À l’heure actuelle, il est assez courant de voir les termes de recherche avec une impression ou un clic dans le rapport sur les termes de recherche. Nous pouvons nous attendre à ce que ce ne soit plus le cas lorsque ce changement entrera en vigueur, mais au-delà de cela, nous devrons attendre et voir à quoi ressemblent les seuils.

Pourquoi s’en préoccuper ?

D’après Searchengineland.com, le but est d’empêcher les annonceurs d’utiliser des données de requête minimales pour identifier les utilisateurs ou avoir accès à des informations personnelles identifiables (PII pour Personally Identifiable Information) que les utilisateurs peuvent inclure dans leurs requêtes de recherche.

Protéger la vie privée des utilisateurs est logique, bien sûr, mais on peut espérer qu’il y aurait une certaine nuance aux données qui sont retenues.

Google limite déjà les données de requête dans la Search Console pour cette raison. La différence, bien sûr, est que les annonceurs paient chaque fois qu’un utilisateur clique sur une annonce déclenchée par une requête d’utilisateurs.

La perte de ces données pourrait avoir de réelles implications financières pour les annonceurs. Les annonceurs ne sauront pas ce que nous ne pouvons pas voir.

Si c’est vraiment juste l’abattage de certaines requêtes sensibles, très bien. Mais ce n’est pas ainsi que cette déclaration se lit. Il existe des milliers et des milliers de requêtes à faible volume avec un risque de confidentialité zéro.

Gestion négative des requêtes

Avec l’expansion constante des variantes proches, les annonceurs ont beaucoup moins de contrôle sur les requêtes qui déclenchent leurs annonces.

Les annonceurs ont dû passer d’une gestion positive des mots clés à une approche négative de gestion des mots clés à l’ des mots clés. Cela signifie que les rapports de termes de recherche sont devenus plus importants que jamais.

Comme @PPCRachel notes dans le Tweet ci-dessus, ne pas avoir accès à ces données signifie que les annonceurs ne seront pas en mesure de déterminer si ces requêtes doivent être ajoutées à des listes de mots clés négatifs pour rendre leurs campagnes plus efficaces.

Bien que la négation d’un seul mot clé à faible volume puisse avoir un impact limité (sauf si vous êtes dans une verticale chère), dans l’ensemble, les coûts sur ces mots clés à faible volume s’additionnent.

Selon la façon dont ce changement est « significatif », cela peut signifier que les annonceurs ne seront pas en mesure d’exécuter une analyse granulaire sur des groupes de mots clés à faible volume pour comprendre quels mots ou expressions fonctionnent et lesquels ne fonctionnent pas.