La fonction Clics confirmés des AdSense fait chuter le revenu des éditeurs

Les éditeurs de sites affiliés à Google AdSense sont une fois de plus pris dans le collimateur de la quête de de nettoyer le Web ouvert.

La fonction “Clics confirmés” de Google fait chuter le revenu des éditeurs

Au cours des 6 derniers mois, de plus en plus d’éditeurs utilisant et Ad Exchange se sont plaints d’être pénalisés par l’initiative “Confirmed Clicks” ou “Clics Confirmés” de Google, qui vise à améliorer l’expérience des utilisateurs du Web et à limiter les éditeurs profitant de personnes qui cliquent accidentellement sur les annonces.

Comme beaucoup d’améliorations de la plate-forme Google, les sources se plaignent que cela manque de nuance, pour ne pas dire de clarté.

C’est quoi la fonctionnalité “Clics Confirmés” ?

Google a introduit les clics confirmés comme une implémentation automatisée qui se produit sur des unités d’annonces spécifiques qui sont soumises à des clics invalides supérieurs à la moyenne.

Selon Google, les clics invalides sont des clics qui sont involontaires ou frauduleux.

La fonctionnalité “Confirmed Click” de Google est destinée à s’assurer que les utilisateurs qui cliquent sur les annonces ont l’intention de cliquer sur ces annonces.

Lorsqu’un utilisateur clique sur une annonce, il est invité à cliquer sur un bouton « Visiter le Site » pour continuer à se rendre sur le site de l’annonceur si la fonctionnalité de “Clic confirmé” est en place.

Lorsqu’un utilisateur clique sur une annonce, il est invité à cliquer sur un bouton « Visiter le Site » pour continuer à se rendre sur le site de l’annonceur si la fonctionnalité de “Clic confirmé” est en place.

Ce bouton “Visiter le Site” est en surimpression sur l’annonce de Google. La fonctionnalité a un impact sur des unités d’annonces spécifiques, éventuellement sur des appareils spécifiques, pour les éditeurs AdSense et Ad Exchange.

Le clic confirmé ne peut être appliqué qu’aux impressions servies par AdX ou AdSense.

Si Google a déterminé qu’une unité d’annonces a des clics invalides supérieurs à la moyenne, l’impression servie dans cette unité d’annonce par AdX ou AdSense contiendra la superposition «Visiter le Site».

D’autres sources de demande ne mettent pas en œuvre cette superposition.

Certains éditeurs ont vu une baisse significative de leur Click Through Rate (CTR pour Taux de clics) pour une unité d’annonces spécifique, mais pas de baisse des impressions pour cette même unité d\’annonce.

Lors de l’enquête, ils ont vu la fonctionnalité “Confirmed Clicks” sur l’unité d’annonce.

Cliquer sur vos propres annonces est considéré comme invalide, donc cliquer sur les annonces pour déterminer si la fonctionnalité affecte vos unités publicitaires n’est pas une bonne stratégie

Quelles sont les causes de la fonctionnalité “Clic Confirmé” ?

Les politiques de placement d’annonces Google.

Pour maintenir une expérience utilisateur de haute qualité sur votre site, Google vous recommande de vous assurer que les éléments de navigation ne se superposent pas sur vos annonces et que les annonces ne se transforment pas en zones de votre site où les utilisateurs sont susceptibles d’engager avec votre contenu.

Bref, cette initiative – qui existe depuis au moins 2012 – signifie que si Google détecte beaucoup de clics accidentels sur l’unité d’annonces d’un éditeur, alors elle s\’affichera sous sur un message « Visiter le Site » afin que les utilisateurs cliquent 2 fois pour se rendre sur la page Web redirigée.

La barrière supplémentaire peut dissuader les gens, conduisant à une baisse des taux de clics et des taux d’annonce des éditeurs.

Le résultat, selon les sources de cette histoire, est une baisse des recettes publicitaires programmatiques de 40% à 60%.

Mat Bennet, Directeur Général d’OKO, qui aide les éditeurs à monétiser les annonces a déclaré :

Les gens ne veulent pas en parler parce qu’ils ont l’impression d’être dans la maison des chiens.

Mat Bennet dit en avoir discuté avec environ 25 éditeurs depuis l’année dernière qui ont rencontré des problèmes avec l’initiative “Confirmed Clicks”, y compris des éditeurs Premium mondiaux de News. Il a vu un pic de l’activité “Confirmed Clicks” en Mars 2020 avant que l’Europe et les États-Unis soient entrés en confinement.

D’après Digiday,  un porte-parole de Google a déclaré en réponse :

Les clics confirmés sont implémentés pour maintenir une expérience utilisateur positive lorsque nous voyons un nombre élevé de clics accidentels d’annonces et des engagements inauthentiques.

Cela profite également à l’éditeur qui pourrait autrement voir une baisse de la valeur de ses unités d’annonces ou des enchérisseurs, même potentiellement exclure leurs sites.

Lorsque nous constatons une amélioration de la qualité des clics, la fonctionnalité est automatiquement supprimée.

Le responsable de la croissance chez Yieldbird, Szymon Pruszynski, qui travaille avec 300 éditeurs déclare de son côté :

Cela empire, mais je ne vois pas un fléau de l’activité. Cela est lié aux énormes pics de trafic lors de l’arrêt et du confinement de Covid-19.

Pruszynski dit s’être entretenu avec 4 éditeurs au cours des deux derniers mois qui ont été pénalisés.

Un éditeur travaillant avec Pruszynski gagnait 10 000 $ par jour grâce à des revenus de programmatiques d’échange ouverts qui ont chuté jusqu’à 3 000 $ par jour une fois que l’éditeur a été pénalisé pour des clics accidentels.

Les restrictions n’ont pas été levées pendant 3 semaines, ce qui rend la perte de revenu plus difficiles à avaler. Et cela est encore exacerbé par la réduction des coûts par clic et la réduction des dépenses publicitaires pour un ralentissement économique.

Mat Bennet a précisé ce qui suit :

Les éditeurs pourraient également tomber en faute par de simples problèmes de cartographie (mapping) de site, comme le changement de contenu pendant le chargement, pas assez d’espace autour des annonces ou de la navigation qui se chevauchent sur des appareils spécifiques

Bien sûr, certains des clics accidentels pourraient être frauduleux et les éditeurs peuvent voir s’ils sont pénalisés avec la confirmation du clic en vérifiant le code source.

Mais il peut être difficile à repérer. La plupart du temps, il est remarqué par la chute des revenus en dépit du maintien des impressions.

Qu’est-ce que la pénalité à 2 clics / double-clic de Google ?

Comme dit plus haut, dans certaines circonstances, Google exigera qu’un utilisateur confirme qu’il a intentionnellement cliqué sur une annonce avant de s’inscrire et d’honorer ce clic.

Google vérifie qu’un utilisateur avait l’intention de cliquer sur une annonce en plaçant un message et un bouton interstitiel « Visiter le Site » qui apparaît sur l’annonce après le premier clic effectué par le visiteur.

L’utilisateur n’est redirigé vers l’URL cible que lorsqu’il clique à nouveau sur le bouton “Visiter le Site”, d’où le nom de la pénalité « Deux clics ». Si l’utilisateur clique sur l’annonce et le bouton de vérification, le clic sera enregistré. Dans le cas contraire, l’éditeur ne tirera pas de revenus non vérifiés sur les unités publicitaires touchées.

La pénalité “Deux clics” peut avoir un impact significatif sur les revenus de l’éditeur.

L’obligation de cliquer deux fois afin de vérifier déclenche une baisse du taux de clics (CTR) d’une annonce qui fait chuter les CPM efficaces, ce qui entraîne une chute totale des revenus avec eux.

Malgré cela, Oko Ad Management dit ne pas voir cette question comme une sanction délibérée par Google pour punir les éditeurs.

Au lieu de cela, il voit la pénalité des deux clics comme un test ou pour vérifier les clics accidentels qui se trouvent avoir un grand impact sur les revenus. À ce titre, il se réfère en interne à cela comme le «comportement du Visiter le Site» plutôt que comme une pénalité.

Lorsque Google émet des aux éditeurs, celles-ci sont notifiées par e-mail. Pour les éditeurs d’AdSense, de telles actions apparaîtront également dans le “Policy Center” de leur compte.

Le comportement sur le “Visiter le Site” ne déclenche aucun de ces facteurs. En tant que tel, Oko ne croit pas que Google voit cela comme une pénalité. La priorité absolue de Google, ce sont les utilisateurs et l’expérience utilisateur.

Par conséquent, ils ne veulent pas que l’expérience utilisateur soit ternie par des clics accidentels. La confirmation de clic est là pour améliorer l’expérience utilisateur globale du site et empêcher l’annonceur de payer pour des clics accidentels. Cela peut sembler académique pour les éditeurs touchés par la question, mais il peut être utile de comprendre et de résoudre le problème.

Le fait d’être invité à vérifier d’entrer sur un site peut effrayer certains utilisateurs, a déclaré Pruszynski.

Méfiant par rapport au malvertising ou d’être escroqué, les gens préfèrent laisser tomber entièrement et les taux de clics baissent entre 0,8% à 1% à 0,1% de CTR, en prenant une partie des revenus.

Yieldbird voit également une baisse du nombre de pages vues lorsque les sites ont été touchés par l’initiative de Google.

Et si Google perçoit un problème avec une unité d’annonces sur ordinateur, la plate-forme de Google côté demande (demand-side) cesse d’enchérir et d’acheter sur toutes les unités d’annonces. Typiquement, si un éditeur a jusqu’à 15 unités d’annonce via le bureau et mobile, cela peut se transformer en un problème très réel.

Comment puis-je savoir si le comportement du Visiter le Site m’affecte ?

Il est important de noter que cette invite n’aura d’impact que sur les éditeurs qui ont des problèmes existants avec des clics invalides ou s’il y a un risque élevé de clics accidentels.

Le premier signe notable qu’un site a été affecté par le comportement sur le bouton “Visiter le Site” est généralement la baisse soudaine des revenus des annonces sans qu’il y ait forcément une baisse correspondante du trafic vers le site.

Il y a certaines choses qui peuvent causer ce modèle, mais le comportement du “Visiter le Site” a une empreinte particulière à surveiller : les impressions seront à des niveaux normaux, mais le taux de CTR aura considérablement baissé.

Bien que tout le monde soit d’accord avec l’esprit de l’initiative — les clics accidentels ne profitent pas aux utilisateurs ni aux annonceurs — comme beaucoup d’améliorations de la plate-forme, le problème concerne la communication et la notification.

Les approches générales visant à couper des sources de revenus entières semblent arbitraires et punitives, selon des sources, dont Mat Bennet qui travaille sur la base de Google qui utilise une moyenne mobile de 30 jours pour vérifier les clics accidentels. Et il ajoute :

Certains éditeurs ont un problème pendant 8 ou 10 semaines. On ne sait jamais vraiment si on répare tout.

Ce que nous conseillons, c’est d’aller dans le dur (code source de la charte graphique du site) et d’apporter des changements drastiques. Lorsque le problème est supprimé, vous pouvez revenir dans les unités pour récupérer lentement les revenus.

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO en tant que Consultant.