Quand Facebook note la fiabilité de ses utilisateurs

Facebook a révélé cette semaine qu’il essaie de freiner le flux de fausses nouvelles ou fake news en affectant des valeurs de confiance aux utilisateurs afin de faire la chasse aux \ »mythos\ ».

Quand Facebook note la fiabilité de ses utilisateurs

Il insiste sur le maintien secret de ses critères de fidélité pour le cas où des gens indignes de confiance essayeraient de contourner le système.

signaler frauduleusement une actualité comme fausse dans l\’espoir de réduire sa visibilité, soit parce que quelqu\’un veut la censurer ou tout simplement n’est pas d\’accord avec elle.

C’est une technique bien connue qu’on peut aussi utiliser contre un concurrent sur Facebook.

Il s’agit en l’espèce, et parfois, d’un effort concerté de trolls pour marquer négativement un afin de réduire sa visibilité.

Facebook envoie maintenant les news signalées comme fausses aux vérificateurs de faits tiers, et ces signalements délibérément inexacts peuvent obstruer les files d\’attente déjà nombreuses que les vérificateurs doivent justement vérifier.

C\’est pourquoi Facebook donne désormais aux utilisateurs un score de fiabilité compris entre 0 et 1 en fonction de la fiabilité de leurs signalements de fake news, d’après le Washington Post.

S\’ils marquent un comme étant une fausse nouvelle, mais que les vérificateurs de faits vérifient et trouvent qu\’il est pourtant vrai, cela pourrait nuire à leur score de fiabilité et réduire la façon dont Facebook prend en compte leurs signalements à l’avenir.

Si les utilisateurs signalent systématiquement de fausses nouvelles qui sont en effet avérées être fausses, leur score s\’améliore et Facebook fera plus confiance à leurs signalements à leur avenir.

Donc, si une personne signale systématiquement une source de news comme fausse lorsque Facebook lui-même ne juge pas la source d\’être indigne de confiance, alors il juge cette personne d\’être indigne de confiance, et donc pas fiable.

Pour Facebook, cette notation des utilisateurs, c’est pour signifier à la personne qu’il a signalé le site à partir d\’un désaccord idéologique.

Car, selon lui, les gens signalent souvent des choses juste parce qu’il sont en désaccord avec.

Source : Techcrunch.com

Tesa Lyons, Facebook News Feed product manager, a confirmé à Techcrunch :

Le système de notation existe. Il n\’y a actuellement aucun moyen de voir votre propre score de fiabilité ou celui de quelqu\’un d\’autre.

Et d\’autres signaux sont utilisés pour calculer le score aussi, bien que Facebook ne les révélera pas de peur que des trolls jouent avec le système.

 

Scores en fonction du classement des amis

Ce n\’est cependant pas la seule façon dont Facebook classent les utilisateurs. Il vous attribue aussi un score en fonction de l\’affinité que vous avez avec chacun de vos amis qui détermine la fréquence à laquelle vous les voyez dans le fil d\’actualité.

Ce score “classement-ami” est essentiellement une mesure de distance de graphe entre vous et quelqu\’un d\’autre.

Si vous aimez une tonne de messages de quelqu\’un, êtes tagué dans les photos avec lui, le recherchez, visitez son profil, communiquez avec lui, avez beaucoup d\’amis en commun, êtes dans les mêmes groupes et avez des caractéristiques biographiques similaires comme l\’emplacement et l\’âge, votre score de fiabilité envers lui sera plus bas et vous verrez plus d\’articles et de statuts de lui dans votre fil d’actualité.

Cependant, Facebook a un score différent pour vous en fonction du comportement de votre ami envers vous-même.

Donc regarder en permanence le profil de quelqu\’un d\’autre ne vous fera pas plus apparaître dans son fil d’actualité si lui n’a pas autant, voire plus, d’intérêt pour vous. Exemple d’un fan et d’un artiste.

La nécessité de ce score de fiabilité met en évidence les difficultés et la complexité de la lutte de Facebook contre les fake news. Même si Facebook est bien décidé à faire la chasse aux \ »mythos\ ».

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO en tant que Consultant.