YouTube précise les contenus vidéo non éligibles à la monétisation

Suite à la pression de ses plus gros annonceurs mécontents de voir leurs publicités diffuser sur du contenu extrémiste et violent, s’évertue depuis quelques semaines à les rassurer en modifiant les règles de pour les éditeurs de sites et de contenu vidéo via AdSense.

YouTube précise les contenus vidéo non éligibles à la monétisation

Il faut le reconnaître, dès la levée de boucliers des annonceurs, Google a vite réagi pour essayer de retrouver leur confiance, notamment en leur fournissant 3 outils pour gérer l’emplacement de leurs publicités AdWords.

Et concernant YouTube et les YouTubeurs, Google a pris la décision qu’aucun éditeur ne peut monétiser sa chaîne tant qu’il n’a pas atteint les 10.000 vues. Et les publicités lors des recherches sur YouTube restent maintenant en mode pause.

Par conséquent, de nombreux créateurs de contenu vidéo ont vu leurs revenus publicitaires chuter ou fluctuer sensiblement, comme les avait prévenus YouTube.

Et aujourd’hui, YouTube annonce avoir ajouté plus de détails et élargit les Consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs afin de préciser le type de contenu vidéo qui ne peut dorénavant être monétisé sur YouTube.

Ils choisissent donc entre autres des thèmes, des mots clés spécifiques et des données démographiques pour déterminer les contenus sur lesquels seront diffusées leurs annonces.

D’ailleurs, YouTube les aide à identifier l\’emplacement adapté à leurs publicités en étudiant le contenu des vidéos des créateurs, leurs miniatures et leurs métadonnées (titre, description et tags).

Contenus vidéos non adaptés à la monétisation sur YouTube

La version

Selon leur nature, certains contenus peuvent ne pas être éligibles à la monétisation

  • Sujets controversés et événements sensibles :
  • Drogues et substances ou produits dangereux :
  • Actes dangereux ou pernicieux :
  • Contenus incitant à la haine :, et la vidéo peut malgré tout ne pas être éligible à la publicité.
  • Langage inapproprié : les vidéos contenant un langage très vulgaire ou grossier
  • Utilisation inappropriée de personnages issus de divertissements familiaux :
  • Contenus provocants et dénigrants :
  • Contenus à caractère sexuel :
  • Violence :

Sachez aussi que les annonceurs excluent souvent de leurs campagnes les vidéos traitant de ces sujets:

  • Problèmes sociaux sensibles : discrimination et relations identitaires, scandales et enquêtes, droits liés à la procréation, armes et armes à feu, etc.
  • Tragédies et conflits : nécrologies, services de deuil, violence, guerre, personnes disparues, etc.
  • Contenu sensationnel et choquant : contenu cherchant à choquer, y compris le contenu sensationnel, répugnant et vulgaire.

  • Grossièretés et langage inapproprié : utilisation modérée ou intensive de langage grossier et de blasphèmes.
  • Contenu à caractère sexuel : images et textes provocants, etc.