Snapchat Geofilters est un cauchemar pour les marketeurs !

Le produit publicitaire Geofilters à la demande de Snapchat est un véritable cauchemar pour les organisateurs d’événements, les marques et toutes les entreprises commerciales, parce que n’importe qui peut squatter ou confisquer une localisation.

Snapchat Geofilters

Imaginez un seul instant que vous devez organiser une réunion publique ou un showroom dans une grande salle, et que vous voulez acheter un Geofilter pour sponsoriser cet événement sur avec les informations de votre réunion ou showroom.

Au moment de réserver cet endroit sur Snapchat, votre commande est rejetée. Pourquoi ? Tout simplement parce que quelqu’un d’autre a déjà acheté et sponsorisé cette adresse.

Il faut préciser que la politique commerciale actuelle des Geofiltres de Snapchat est celle du”premier venu, premier servi” et que vous ne pouvez pas réserver un geofilter plus de 30 jours d’avance. Et le nombre de Geofilters qui peuvent exister dans un lieu donné est aussi limité. Parfois à un seul Geofilter.

Ce qui veut dire qu’un concurrent, qui est au courant de votre événement, ainsi que des dates, peut réserver le lieu à vos dates pour promouvoir ses propres produits durant cette période, s’il s’y prend plus tôt, à minuit une minute à 30 jours du début de votre événement.

Définition des Snapchat Geofilters

Selon Snap Inc., les Geofilters sponsorisés sont des éléments graphiques aux couleurs de votre marque qui se superposent aux Snaps.

Que votre campagne concerne un endroit spécifique, un grand événement ou couvre tous les centres commerciaux du pays, les Geofilters représentent une opportunité unique pour les marques de prendre part à la conversation de centaines de millions de Snaps échangés chaque jour sur Snapchat.

Ainsi, par exemple aux États-Unis, un Geofilter sponsorisé de portée nationale touche habituellement 40 à 60 % des utilisateurs qui vont sur Snapchat chaque jour.

Mais, avec la politique de vente des espaces publicitaires, votre propre événement peut être parrainé par une entreprise concurrente qui y trouvera une aubaine, si vous vous y prenez trop tard.

Selon Techcrunch, les marketeurs attendent que Snap change les règles du jeu et accorde la priorité aux marques ou entreprises qui organisent réellement un événement dans un endroit précis. Ou du moins, qu’il leur permette de sponsoriser aussi le lieu de leur événement, même si un autre annonceur y figure avant eux.

Pour ce faire, ils voudraient que Snap (anciennement Snapchat) procède parfois à des vérifications de l’organisation d’un événement dans un endroit précis pour accorder une autorisation spéciale de parrainage du lieu via un Geofilter. Ce qui serait logique si le premier annonceur n’organise pas d’événement aux mêmes dates (ou pas du tout) que le deuxième annonceur.

Sinon, l’autre solution évoquée par Techcrunch serait que Snap lève la limitation du nombre de Geofilters autorisés dans un lieu sponsorisé pour permettre aux organisateurs retardataires de pouvoir promouvoir facilement leurs événements et engager avec leurs audiences sur la plateforme.

Et pourquoi Snap ne mettrait-il pas en place un système d’enchères pour les Geofilters, comme pour les publicités sur , et ?

Car, certains en ont fait une stratégie de spamming à moindres frais.

Auteur : Noel Nguessan

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe en tant que nom de domaine depuis 2007 comme site de mon entreprise avant de devenir en 2010 un site d'information SEO à part entière. Pour ma part, j'ai été intégré le monde de l'internet 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000. Par la suite, après avoir exercé très tôt en free-lance auprès de plusieurs start-ups jusuq'en 2010 en tant développeur Web, je suis tout naturellement arrivé au référencement Web, notamment après avoir lu les premiers articles SEO d'Olivier Andrieux (Abondance.com) qui m'a beaucoup inspiré dans ce métier. Je lui dit merci. J'ai ainsi pu poursuivre ma carrière en travaillant discrètement en free-lance pour des agences Web qui créaient des sites mais avaient ponctuellement besoin de quelqu'un qui pouvait leur fournir des recommandations d'optimisation web en fonction de la clientèle. Je pense avoir longtemps respecté les règles de discrétion de mes apporteurs d'affaires et surtout avoir bien rempli les différentes missions à moi confiées. Aujourd'hui, la retraite se rapproche. Alors je passe le plus clair de mon temps à divulguer le marketing internet et des réseaux sociaux à travers mon site Arobasenet.com... Certes, il s'agit sur ce site de relayer des news SEO de sources anglaises, mais c'est un travaille plus que passionnant. Tant je découvre des articles d'intérêt que je partage mes fidèles lecteurs. Arobasenet.com, c'est à ce jour (Juillet 2021) : - 6.784 articles publiés depuis 2010 - Plus de 34 millions de pages vues - 300.000 pages vues en moyenne par mois.