Le logiciel anti-publicité Adblock Plus désapprouve la décision de Facebook

Comme on pouvait s’y attendre, Adblock Plus, le leader des logiciels anti-publicité, n’est pas du tout content de la décision de Facebook de bloquer désormais les bloqueurs de pubs sur sa plateforme via desktop.

accuse le leader des réseaux sociaux d’aller à l’encontre du choix des utilisateurs qui ne veulent pas de publicités sur les pages Web qu’ils visitent.

En fait, assiste-t-on là une histoire d’arroseur arrosé ? Quand, selon Adweek, une entreprise telle que Eyeo, propriétaire du logiciel Adblock Plus, fait payer des plateformes publicitaire entre 250.000 et 1 million de dollars (par an ?) pour les mettre en liste blanche, on peut comprendre sa réaction.

D’ailleurs, comme le note Thenextweb, Randall Rothenberg, le responsable de l’Interactive Advertising Bureau (IAB), a lui, récemment, qualifié l’activité d’Adblock Plus “de mensongère, d’immorale et contraire à l’éthique de la technologie”.

Car, pour parler de la morale, Adblock Plus vend des espaces publicitaires sur une liste blanche globale et autorise ainsi certains éditeurs à afficher des publicités, mêmes à ses utilisateurs ayant installé son logiciel anti-pub.

Selon le Financial Times et BusinessInsider, parmi les clients d’Eyeo qui gère Adblock Plus, il y aurait des entreprises telles que , , ou encore Taboola.

Et ce, depuis 2012 !

Alors, quand on joue au “Robin des bois” de l’internet et que d’un autre côté on a des pratiques qui s’apparentent à une sorte de racket, ça fait un peu mauvais genre et les utilisateurs de ce type d’outils se rendent complices d\’une telle pratique qui est loin de l’intégrité morale que veulent afficher les initiateurs.

Oui, on peut se demander si une entreprise qui vend des inscriptions à une liste blanche et force lui-même l’affichage de certaines publicités alors qu’elle promettait de les bloquer peut se draper d\’une parole moralisatrice pour désigner une autre entreprise, pour ne pas la nommer, d’être “anti-utilisateurs”.

Adblock promet-il une riposte contre Facebook ?

Adblock Plus a rapidement réagi à l’annonce de Facebook qui a décidé à l’avenir de contourner les bloqueurs de publicité, quels qu’ils soient.

Ben Williams, de chez Eyeo, déclare dans son billet :

Facebook est apparemment d’accord que les utilisateurs ont une bonne raison d’utiliser le logiciel de blocage de publicités… mais encore, ces utilisateurs ne devraient-ils pas avoir le pouvoir de décider d’eux-mêmes ce qu’ils veulent bloquer ?

Dans tous les cas, il est difficile d’imaginer que Facebook ou les marques qui diffusent des annonces publicitaires sur son site obtiennent une quelconque valeur pour chaque dollar investi dans la publicité : les éditeurs (tel que Facebook) aliènent leur auditoire et les annonceurs (les marques) laissent leurs marques préférées être repoussées par les utilisateurs. Aïe.

Alors pourquoi perdre notre temps à jouer au jeu du chat et de la souris qui se poursuit depuis 10 ans ? Ne serait-il pas mieux de dire aux utilisateurs (comme vous tous !) de choisir de bloquer les publicités traditionnelles selon leurs propres termes ? C’est à dire, ne voulez-vous pas être consultés ici ?

Si rien n’est fait, toute cette attention de Facebook montre que le blocage des publicités aura finalement connu une grande époque révolue. Nous sommes prêts pour notre fin…

Toutefois, comme l\’atteste le Tweet ci-dessous, Tim Schumacher, le co-fondateur d\’Eyeo, déclare faire confiance à ses développeurs et à toute la communauté Adblock Plus pour bloquer à nouveau les publicités sur Facebook… dans quelques jours.

Auteur : Noel Nguessan

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe en tant que nom de domaine depuis 2007 comme site de mon entreprise avant de devenir en 2010 un site d'information SEO à part entière. Pour ma part, j'ai été intégré le monde de l'internet 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000. Par la suite, après avoir exercé très tôt en free-lance auprès de plusieurs start-ups jusuq'en 2010 en tant développeur Web, je suis tout naturellement arrivé au référencement Web, notamment après avoir lu les premiers articles SEO d'Olivier Andrieux (Abondance.com) qui m'a beaucoup inspiré dans ce métier. Je lui dit merci. J'ai ainsi pu poursuivre ma carrière en travaillant discrètement en free-lance pour des agences Web qui créaient des sites mais avaient ponctuellement besoin de quelqu'un qui pouvait leur fournir des recommandations d'optimisation web en fonction de la clientèle. Je pense avoir longtemps respecté les règles de discrétion de mes apporteurs d'affaires et surtout avoir bien rempli les différentes missions à moi confiées. Aujourd'hui, la retraite se rapproche. Alors je passe le plus clair de mon temps à divulguer le marketing internet et des réseaux sociaux à travers mon site Arobasenet.com... Certes, il s'agit sur ce site de relayer des news SEO de sources anglaises, mais c'est un travaille plus que passionnant. Tant je découvre des articles d'intérêt que je partage mes fidèles lecteurs. Arobasenet.com, c'est à ce jour (Juillet 2021) : - 6.784 articles publiés depuis 2010 - Plus de 34 millions de pages vues - 300.000 pages vues en moyenne par mois.