Twitter ouvre son outil analytics Audience API à toutes les marques

Twitter vient d’ouvrir son outil analytics API via Gnip afin que n’importe quelle marque puisse accéder aux données démographiques et aux centres d’intérêt concernant toute personne qui voit ses Tweets et visite son site Web.

Twitter ouvre son outil analytics Audience API à toutes les marques

va donc désormais pouvoir informer davantage les marques sur leurs audiences respectives en leur donnant accès à plus de données.

Pour info, Gnip est une plateforme spécialisée dans l’analyse des Tweets, et plus largement des données sociales, et qui a été rachetée par Twitter en Avril 2014.

Il est à noter que les marques ne verront pas de données spécifiques aux comptes individuels. Les données seront rendues de façon anonyme et agrégées sur la base d’un groupe défini d’au moins 500 comptes Twitter.

Et Twitter va indiquer, par exemple, pour chaque groupe défini par la marque, le pourcentage d’hommes et de femmes, combien vivent à Paris et en Province, quel pourcentage aime les jeux vidéo ou les montres de luxes, etc…

Contrairement à l’époque du lancement de cet outil de Twitter en Octobre 2015, Twitter va dorénavant faciliter l’extraction des informations concernant tout profil qui suit une marque donnée.

En plus d’être maintenant en mesure de créer des segments d’auditoire des personnes qui suivent n’importe quel compte Twitter public, sans avoir leurs ID (identifiants), les marques peuvent créer, par exemple, des segments d’auditoire par rapport à qui a vu des Tweets organiques d’une marque au cours des 90 jours précédents.

Il reviendra alors aux marques d’aller plus loin dans la segmentation de l’audience présentée par l’outil Analytics en procédant à la création de sous-segments démographiques pour savoir qui a engagé avec le Tweet de la marque en cliquant sur le lien, qui a aimé ou retweeté.

Les différents types de démographies ou de centres d’intérêt

Avec l’Audience API via Gnip, les marques peuvent aussi extraire des données sur les personnes qui sont dans leurs propres bases de données clients. Une marque n’aurait qu’à télécharger une liste d’adresses e-mail, numéros de téléphone ou les ID de publicité mobile que peuvent recueillir des marques lorsqu’une personne utilise leur application mobile.

Et si une marque a installé le tag de conversion de Twitter sur son site, ce qui permet à Twitter d’associer les visiteurs du site à leurs comptes Twitter, les marques seront en mesure de créer des segments d’audience des visiteurs du site.

La nouvelle Audience API de Twitter n’ajoute pas que de nouveaux types de données démographiques ou de centres d’intérêt par rapport à ce qui existait dans la version bêta. Mais, voici un rappel des catégories d’informations auxquelles les marques pourront accéder :

  • Sexe : Twitter dira aux marques quel pourcentage d’un groupe d’audience définie est de sexe masculin et quel pourcentage est de sexe féminin.
  • Langue : Twitter dira aux marques quel pourcentage de l’audience parle telle ou telle langue. Ceci est basé sur la langue définie dans les paramètres du profil Twitter, ainsi que sur les langues qu’ils utilisent sur Twitter.
  • Centres d’intérêt : Si Twitter pense que vous aimez les livres, parce vous suivez le @compte d’une librairie ou vous tweetez les posts d’auteurs de livres ou romans, il va vous mettre dans le pourcentage du groupe d’audience qui aime la littérature et les livres.
  • TV : Les marques peuvent trouver quels genres d’émissions télés ou quelles émissions spécifiques intéressent une audience définie. Une fois de plus, c’est une estimation basée sur ce que les gens tweetent, qui ils suivent et les Tweets avec lesquels ils interagissent.
  • Zone géographique : Les marques peuvent savoir où les gens qui composent une audience définie sont dans le monde, par pays, état/province.

Auteur : Noel Nguessan

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe en tant que nom de domaine depuis 2007 comme site de mon entreprise avant de devenir en 2010 un site d'information SEO à part entière. Pour ma part, j'ai été intégré le monde de l'internet 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000. Par la suite, après avoir exercé très tôt en free-lance auprès de plusieurs start-ups jusuq'en 2010 en tant développeur Web, je suis tout naturellement arrivé au référencement Web, notamment après avoir lu les premiers articles SEO d'Olivier Andrieux (Abondance.com) qui m'a beaucoup inspiré dans ce métier. Je lui dit merci. J'ai ainsi pu poursuivre ma carrière en travaillant discrètement en free-lance pour des agences Web qui créaient des sites mais avaient ponctuellement besoin de quelqu'un qui pouvait leur fournir des recommandations d'optimisation web en fonction de la clientèle. Je pense avoir longtemps respecté les règles de discrétion de mes apporteurs d'affaires et surtout avoir bien rempli les différentes missions à moi confiées. Aujourd'hui, la retraite se rapproche. Alors je passe le plus clair de mon temps à divulguer le marketing internet et des réseaux sociaux à travers mon site Arobasenet.com... Certes, il s'agit sur ce site de relayer des news SEO de sources anglaises, mais c'est un travaille plus que passionnant. Tant je découvre des articles d'intérêt que je partage mes fidèles lecteurs. Arobasenet.com, c'est à ce jour (Juillet 2021) : - 6.784 articles publiés depuis 2010 - Plus de 34 millions de pages vues - 300.000 pages vues en moyenne par mois.