Linkedin ouvre ses publicités aux plateformes publicitaires tierces

Posted by

Après son rachat par Microsoft, Linkedin a finalement décidé d’ouvrir ses publicités aux autres plateformes publicitaires, et donc à plus d’annonceurs.

Linkedin ouvre ses publicités aux plateformes publicitaires tierces

annonce donc se lancer dans la vente programmatique afin de permettre aux marques d’enchérir en temps réel sur les publicités diffusées dans leurs propres DSP ou réseaux publicitaires tiers utilisés pour gérer les annonces pour d’autres propriétés médias.

Rappelons qu‘une plateforme DSP (Demand Side Platform, plateforme axée sur la demande) est la technologie qui sous-tend le marketing programmatique.

Une plateforme DSP facilite l’achat médias, en combinant des données avec l’accès à un inventaire de sites et de médias multiples afin d’y diffuser des annonces auprès de consommateurs cibles à un moment optimal.

Ce type de plateforme utilise des algorithmes complexes de ciblage et d’ pour établir la valeur optimale d’une impression donnée et placer automatiquement une offre sur une place de marché selon une mécanique d’enchère (ad-exchange) – c’est le Real Time Bidding (RTB) – ou alors cette offre peut être restreinte à certains annonceurs choisis par l’éditeur, auquel cas on parle de places de marchés privées (PMP).

Ainsi, désormais, tous les annonceurs pourront acheter l’inventaire publicitaire de Linkedin depuis une place de marché ouverte telle que DoubleClick de , et bien d’autres. Ces publicités achetées devront cibler des segments spécifiques du réseau social professionnel aux 433 millions d’utilisateurs.

En supportant une majorité de DSPs, Linkedin est en train de simplifier et améliorer l’accès à son offre de diffusion de publicité afin que les marques et entreprises n’aient plus besoin de remplir des formalités administratives et envoyer des ordres d’insertion juste pour faire de la publicité sur le réseau social professionnel.

Pour la petite histoire, les annonces Display représentent actuellement 10% du chiffre d’affaires de Linkedin contre 50% pour le contenu sponsorisé.