Google va-t-il révéler l\'identité des auteurs de faux avis sur Google+ ?

C’est maintenant un fait avéré, les faux avis sont un fléau qui préoccupent au plus haut point les autorités de la concurrence.

Google est sommé de révéler les identités des auteurs de faux avis sur Google+

Car, la très grande majorité des faux avis de sont le fait de concurrents en mal de publicité qui y trouvent là l’occasion de salir anonymement certaines enseignes qu’ils estiment leur faire de l’ombre.

Et c’est le cas dans cette situation ubuesque dans laquelle se trouve mêlé (malgré lui ?).

Il s’agit en l’espèce de la responsable d’une nurserie aux Pays-Bas qui, estimant avoir été victime de faux avis, a poursuivi Google devant un tribunal hollandais. Et surprise, elle vient de gagner face au géant de l’Internet Google.

Le tribunal civil hollandais a donc reconnu son préjudice et maintenant, il exige que Google, non seulement devra supprimer de nombreux faux commentaires négatifs publiés sur ses sites ayant porté atteinte à l’activité de la plaignante, mais il devra aussi fournir certains détails tels que les adresses IP des personnes qui ont les ont publiés.

En d’autres termes, Google est désormais sommé de fournir un début d’identification des auteurs des faux avis.

Selon Techcrunch, c’est la toute première fois que Google est forcé par un tribunal de révéler les détails de contact et d’inscription des faux commentateurs.

un système de signalement des faux avis qui, en principe, aurait dû faciliter les choses.

Et je parlais plus haut d’une situation ubuesque parce que la nurserie a décidé de déposer plainte contre Google après avoir reçu des commentaires harcelants et négatifs pendant plus de 6 mois.

Les critiques, qui ont été validés via Google+ et étaient visibles lorsqu’on cherchait une nurserie sur aux Pays-Bas.

Selon Tijam, l’avocat de la partie plaignante, la nurserie a initialement tenté de contacter directement Google pour demander à ce que les faux commentaires soient supprimés dans la mesure où ils n’étaient pas authentifiés.

Elle a même fourni comme preuve que les auteurs ont fait du copier/coller à partir d’autres sites web, tout comme les auteurs non-identifiés ont usurpé des photos d’autres profils Google+.

Mais, selon l’avocat, Google n’aurait pas pris au sérieux la nurserie et aurait affirmé que .

C’est ainsi que la nurserie s’est tournée vers le tribunal de sa ville.

Le juge saisi a estimé, en l’espèce, que les avis étaient en effet faux et préjudiciables. Il a alors condamné Google à supprimer les avis préjudiciables.

Selon les propos du cabinet d’avocats ( ) rapportés par Techcrunch, le juge a tenté de trouver un équilibre entre les intérêts de la vie privée évoquée par Google et l’intérêt de la réputation de la pépinière. Toutefois, le juge estime qu’un souci de protection de la réputation est plus important que les intérêts de Google qui se fonde sur les intérêts de la vie privée de ses utilisateurs.

Pour rappel, cette affaire vient d’être jugée au moment où il y a cette autre affaire d’ qui, face au FBI, refuse de décrypter le code d’accès du mobile de l’un de ses clients dans une affaire criminelle.

Toujours est-il que Google a aussi été condamné à payer des dommages-intérêts à la nurserie. Ce qui inclut 619 euros pour l’assignation, 619 euros en frais de justice et 816 euros en frais d’avocat sur les 1.700 euros.

Si cette décision de justice faisait jurisprudence, il est fort à parier que de très nombreuses petites entreprises (ce sont elles qui sont le plus souvent les victimes) à travers le monde s’engouffreraient dans la brèche ouverte aux Pays-Bas.

Auteur : Noel Nguessan

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe en tant que nom de domaine depuis 2007 comme site de mon entreprise avant de devenir en 2010 un site d'information SEO à part entière. Pour ma part, j'ai été intégré le monde de l'internet 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000. Par la suite, après avoir exercé très tôt en free-lance auprès de plusieurs start-ups jusuq'en 2010 en tant développeur Web, je suis tout naturellement arrivé au référencement Web, notamment après avoir lu les premiers articles SEO d'Olivier Andrieux (Abondance.com) qui m'a beaucoup inspiré dans ce métier. Je lui dit merci. J'ai ainsi pu poursuivre ma carrière en travaillant discrètement en free-lance pour des agences Web qui créaient des sites mais avaient ponctuellement besoin de quelqu'un qui pouvait leur fournir des recommandations d'optimisation web en fonction de la clientèle. Je pense avoir longtemps respecté les règles de discrétion de mes apporteurs d'affaires et surtout avoir bien rempli les différentes missions à moi confiées. Aujourd'hui, la retraite se rapproche. Alors je passe le plus clair de mon temps à divulguer le marketing internet et des réseaux sociaux à travers mon site Arobasenet.com... Certes, il s'agit sur ce site de relayer des news SEO de sources anglaises, mais c'est un travaille plus que passionnant. Tant je découvre des articles d'intérêt que je partage mes fidèles lecteurs. Arobasenet.com, c'est à ce jour (Juillet 2021) : - 6.784 articles publiés depuis 2010 - Plus de 34 millions de pages vues - 300.000 pages vues en moyenne par mois.