Quand Google Search impose la lecture de ses règles de confidentialité

Les régulateurs de l’Union Européenne en charge des données privées ont récemment transmis à un ensemble de lignes directrices.

Pas d\'acceptation des règles de confidentialité de Google, pas de recherche sur Google ?

Le groupe des autorités de protection des données européennes, connu sous le nom de “Groupe de travail Article 29”\ »énoncer clairement à quelles fins il recueille les données des utilisateurs et quelles parties tierces seraient également en mesure de collecter des informations personnelles\ ».

Elles représentent des changements importants dans la façon dont Google gère son business. Par exemple, Google devra obtenir le consentement des utilisateurs pour les données de pouvant être transmises aux éditeurs et proposer une option \ »pour les utilisateurs afin de désactiver Google analytics sur une base temporaire ou permanente.\ »

Google va-t-il s’y plier ?

Restait donc à savoir si Google allait suivre le paquet de recommandations du Groupe de Travail Article 29.

Car l’article 1er de ces recommandations (voir ci-dessus) stipule que :

La politique de confidentialité doit être immédiatement visible et accessible, par exemple visible sans défilement et accessible via un simple clic, sur chaque page de destination du service.

En d’autres termes, avant qu’un internaute n’utilise un service de Google, celui-ci devra donner son accord aux règles de confidentialité de Google.

C’est ce que nous voyons aujourd’hui au bas de la page de avant toute utilisation pour informer les utilisateurs. Mais, jusqu’à maintenant, cet affichage se voulait discret et ne s’ouvrait qu’après avoir cliqué sur le bouton “Consulter maintenant”.

Mais, voici qu’un utilisateur espagnol se voit proposer, avant de poursuivre la saisie de sa requête dans Google Search, de consulter, à travers une fenêtre en surimpression, les règles de confidentialité de Google.

Est-ce un test ? Toujours est-il que cela correspond bien à ce que demande le “Groupe de Travail Article 29” de l’Union Européenne à Google.

Voici ce que dit Google dans cette fenêtre en surimpression :

Avant de continuer

C’est exactement ce que nous pouvons aujourd’hui lire sur la page d’accueil de Google après avoir cliqué sur le bouton “Consulter maintenant”. Et Google ne force pas la lecture, puisqu’il propose même un autre bouton “Je les lirai plus tard”.

Mais, ce que nous voyons dans le Tweet ci-dessus mentionné, c’est que Google n’offre plus de choix pour consulter ses règles de confidentialité.

Il attend que l’utilisateur commence à utiliser son moteur de recherche pour lui imposer la lecture de ses règles de confidentialité. Il n’y a aucune croix ou lien pour fermer la fenêtre en surimpression.

Ce qui voudrait dire que soit vous lisez le document et l’acceptez et alors, vous continuez votre recherche, soit vous ne le lisez pas et il vous sera difficile de continuer votre recherche.

D’ailleurs, au bas de l’image du Tweet, Google indique : “Debes hacer esto para poder continuar utilizando los servicios de Google”.

En d’autres termes, “Vous devez le faire pour pouvoir continuer à utiliser les services de Google”.

Et en dessous, il y a un bouton bleu \ »Suivant\ ».

Auteur : Noel Nguessan

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe en tant que nom de domaine depuis 2007 comme site de mon entreprise avant de devenir en 2010 un site d'information SEO à part entière. Pour ma part, j'ai été intégré le monde de l'internet 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000. Par la suite, après avoir exercé très tôt en free-lance auprès de plusieurs start-ups jusuq'en 2010 en tant développeur Web, je suis tout naturellement arrivé au référencement Web, notamment après avoir lu les premiers articles SEO d'Olivier Andrieux (Abondance.com) qui m'a beaucoup inspiré dans ce métier. Je lui dit merci. J'ai ainsi pu poursuivre ma carrière en travaillant discrètement en free-lance pour des agences Web qui créaient des sites mais avaient ponctuellement besoin de quelqu'un qui pouvait leur fournir des recommandations d'optimisation web en fonction de la clientèle. Je pense avoir longtemps respecté les règles de discrétion de mes apporteurs d'affaires et surtout avoir bien rempli les différentes missions à moi confiées. Aujourd'hui, la retraite se rapproche. Alors je passe le plus clair de mon temps à divulguer le marketing internet et des réseaux sociaux à travers mon site Arobasenet.com... Certes, il s'agit sur ce site de relayer des news SEO de sources anglaises, mais c'est un travaille plus que passionnant. Tant je découvre des articles d'intérêt que je partage mes fidèles lecteurs. Arobasenet.com, c'est à ce jour (Juillet 2021) : - 6.784 articles publiés depuis 2010 - Plus de 34 millions de pages vues - 300.000 pages vues en moyenne par mois.