Twitter : Pourquoi la fonctionnalité Retweet avec commentaire a du sens ?

Twitter a récemment offert la possibilité aux utilisateurs de citer ou intégrer un Tweet dans leurs propres Tweets grâce à la fonctionnalité “Citer ce Tweet”.

L’objectif de cette fonctionnalité étant de permettre aux utilisateurs d’ajouter leurs propres commentaires, et donc d’aller au-delà de la limite des 140 caractères initialement prévus pour chaque Tweet.

Pourquoi la fonctionnalité Retweet avec commentaire fait sens

Une initiative judicieuse qui donne à Twitter tout son caractère de site de micro-blogging. C’est ce que tente d’expliquer Globalwebindex.com dans sa dernière étude.

Et ce, en étudiant les 10 principales actions des utilisateurs actifs sur la plateforme qui nous révèlent que tout le monde ne vient pas sur Twitter pour retweeter.

Cependant, le Retweet constitue la cinquième action exercée par les utilisateurs actifs. 32% de ces utilisateurs actifs ayant déclaré retweeter pratiquement tous les mois. Ce qui n’est pas rien.

Surtout quand on sait que près de 20% déclarent avoir retweeté le contenu d’une célébrité.

Une même proportion déclarant aussi avoir retweeté un produit, une marque ou une entreprise. Ce qui laisse augurer une explosion du retweet au cours des prochains mois. Les utilisateurs pouvant commenter et exprimer plus longuement leurs avis.

Voici en chiffres les résultats de l’étude de Globalwebindex sur le comportement des utilisateurs actifs de Twitter :

Image via Globalwebindex.com

  • 42% lisent des informations concernant l’actualité.
  • 36% se connectent pour voir ce qui s’y passe sans jamais tweeter.
  • 35% tweetent un message à un ami (message privé).
  • 34% consultent les sujets Tendances.
  • 32% retweetent le post d’un ami ou de quelqu’un qu’ils suivent.
  • 32% mettent un Tweet en favoris.
  • 31% visitent le lien inclus dans un Tweet.
  • 28% consultent le flux Twitter d’une célébrité.
  • 28% déclarent avoir utilisé un hashtag dans un Tweet.
  • 27% ont partagé une photo ou un lien de vidéo.