Comment créer les Twitter Cards ou Cartes Twitter

Il y a un an, avait lancé un nouvel outil analytics pour les Twitter Cards pour permettre aux propriétaires de sites ou de blogs de mieux suivre les performances de leurs d’articles partagés sur la plateforme.

Twitter incite à utiliser les Twitter Cards


Selon Thenextweb, cet outil vient d’être discrètement retiré ou plutôt modifié par Twitter sans aucune annonce officielle.

Pour préciser les choses, il s’agissait d’un outil qui permettait d’avoir les statistiques individuelles des liens partagés depuis un site à partir du bouton “Retweet” présent sur la page d’un article.

Mais, tout ceci à condition d’installer désormais le code des Twitter Cards du code source de votre site ou blog avant de le faire valider par Twitter.

Ces trois statistiques sont combinées sous l’appellation “Engagements” que vous pouvez voir dans votre Twitter Analytics à côté du nombre d’ “Impressions” et du “Taux d’engagement”. Pour les détails par lien, vous devez avoir installé le code Twitter Cards.

L’engagement correspondant au nombre total de fois qu’un utilisateur a interagi avec votre Tweet.

Statistiques Twitter

Vous l’aurez compris, l’objectif de tout ce chamboulement serait de pousser les propriétaires de sites à insérer le code des Twitter Cards afin de continuer à recevoir des statistiques globales et plus détaillées (retweets, mises en favoris et réponses) par URL partagé sur le réseau social.

Les statistiques actuelles étant faites individuellement par Tweet publié (par chaque utilisateur) sur le réseau social et ne fournissent donc pas les totaux pour chaque URL de votre site. Twitter chercherait donc à fournir le total des retweets, des mises en favoris et des réponses pour chaque URL partagée

Modèles de codes Twitter Cards à utiliser

Les Twitter Cards permettent de proposer un résumé du lien d’un article partagé et d’intégrer des contenus multimédia (photos, vidéos) dans un Tweet. Et ce, afin d’offrir plus de visibilité aux Tweets et obtenir de meilleurs statistiques.

Voici les différents types de Cartes Twitter ainsi que leurs codes que vous pouvez utiliser dans le code source de votre site. Et ce, avant de procéder à leur validation suivant la procédure décrite à la fin de cet article.

  • Summary Card: ou Carté “résumé” qui comprend un titre, une description, une vignette (petite image) et le compte Twitter.

             

  • Summary Card with Large image : similaire à la Carte ci-dessus mais comportant une image plus large.

  • Photo Card : Une Carte Twitter avec uniquement une photo à partager. Utile pour les sites de photos.


  • Gallery Card :


  • App Card : Une Carte pour proposer les détails d’une application mobile avec la possibilité de permettre son téléchargement immédiatement.


  • Player Card : Une carte pour intégrer une vidéo ou un podcast dans un Tweet.


  • Product Card : Une carte “produits” que peuvent utiliser les sites e-commerce pour fournir plus de détails sur leurs produits.

En principe, tous les outils CMS (, , Drupal, Joomla, etc) utilisent des balises Meta génériques qui se personnalisent pour chaque page visitée. Exemple, voici la balise meta description générique de WordPress :

\ » />

Pour les “Meta Property” du code Twitter Cards, utilisez donc les mêmes que vous avez dans votre code source pour vos balises meta. Ça devrait fonctionner.

Valider votre Twitter Card

La procédure de validation se fait 3 étapes successives :

  • Ensuite vous devez récupérer et ajouter des balises meta sur les pages de votre site web.

    Attention, chaque type de Carte Twitter à son propre code HTML différent de celui des autres types.

Twitter veut dorénavant des Tweets enrichis avec des images et des vidéos pour valoriser les Tweets et susciter l’engagement.

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO.