Une extension de nom de domaine personnalisée (gTLD) booste-t-elle le référencement ?

Extension de nom de domaine générique (gTLD)

Selon deux études récentes, utiliser les extensions de nom de génériques telles que .guru ou .paris ou encore .bzh aiderait au référencement des sites web.

Les noms de domaines personnalisés, comme on les appelle couramment, obtiendraient donc un meilleur classement que les .com et autres .fr. Ce qui contredirait la position officielle de sur ce sujet.

générique \ ».Berlin\ » lors des recherches sur Google avec des requêtes ayant trait à la ville de Berlin.

Image via Searchmetrics.com

Une deuxième étude confirme

La seconde étude réalisée par Total Website

\ »

Et pourtant, c\’est le contraire de ce qu\’a dit Matt Cutts que démontre l\’étude de Total Website. A savoir que Google considère actuellement l\’extension personnalisée de la même manière qu\’il le ferait avec un  EMD (exact match domain ou nom de domaine incluant des mots clés à caractère commercial).

Ainsi, comme le mentionne le site Theregister.co.uk, si votre entreprise s\’appelle \ » Dynamics\ » et que vous avez comme nom de domaine \ »seodynamics.company\ » (point company faisant partie des nouvelles extensions personnalisées), votre entreprise bénéficiera d\’un meilleur classement sur Google que son équivalent avec l\’extension .com pour la requête \ »seo company\ ».

Voici d\’ailleurs une page de résultats de Google pour la requête \ »Pain free performance guru\ » qui confirme cette conclusion.

Et selon toujours Theregister, c\’est le constat fait actuellement avec tous les nouveaux noms de personnalisés (gTLD pour generic Top-Level-Domains), en partant de .app à .zulu.

Les tests de Total Websites se sont focalisés sur 3 gTLD : .company, .tools et .agency avant de conclure : \ »Il est clair que les noms de domaines personnalisés favorisent le référencement\ ».

J\’ai reçu un tweet de John Mueller de chez Google qui me confirme pour sa part que les noms de domaine personnalisés ne bénéficiaient d\’aucune faveur en terme de ranking;

Google, par l\’intermédiaire de John Mueller, répond à cet article ici.