Google menace +200 sites de médias Allemands de visibilité réduite

Afin de limiter les risques de poursuites judiciaires, a décidé de procéder à la réduction de la visibilité (en terme de présentation) des sites de 200 médias allemands de ses pages de résultats.



Selon Computerworld.com

Après que Google ait refusé de les indemniser, ces médias en ligne ont intenté une action en justice en Juin dernier pour obtenir une part des revenus publicitaires que gagnerait Google en republiant des extraits de leurs articles de presse.

L\’action en justice des éditeurs est \ »très décevante parce que tous les éditeurs de presse sont déjà libres de choisir si elles apparaissent dans nos produits, ou non\ » a déclaré un porte-parole de chez Google. Avant d\’ajouter que \ »supprimer les descriptions et les vignettes était nécessaire pour minimiser les risques de poursuites\ ».

Toutefois, en laissant les liens des articles de presse allemands dans ses résultats de recherche, Google laisse la porte ouverte à la discussion tout en réduisant leur efficacité.

C\’est donc naturellement que les éditeurs des médias allemands crient au chantage de Google sur les titulaires des droits d\’auteur et estiment que Google fait acte de discrimination contre les éditeurs qui tentent d\’imposer le droit à la propriété intellectuelle.

C\’est pourquoi ils continuent de réclamer une compensation financière équitable à Google qui détient 93 % du marché allemand de la recherche internet.

Cette décision de Google ne concernera que les éditeurs de presse allemands faisant partie du collectif de VG Media.

Les médias de presse en ligne français ou d\’autres pays voudront-ils emboîter le pas aux médias allemands et prendre le risque d\’engager un bras de fer avec Google ?

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO.