Google va-t-il faire de la place à ses concurrents sur ses pages de résultats ?


Et ce, après que

Alternatives\ » des liens de ses concurrents tels que Pagesjaunes, Michelin ou encore Yelp.

Exemple de page de résultats de recherche de restaurant avant et après accord :

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Recherche de restaurant Avant. Source : Commission Européenne.

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Recherche de restaurant Après Accord.

S\’il s\’agit d\’une recherche de produits de consommation à acheter, Google affichera ses propres liens \ »Shopping\ » dans un encadré labellisé \ »Annonces\ » et, à côté, il affichera un autre encart labellisé \ »Alternatives\ » en proposant des liens de produits (avec les prix) de concurrents tels que Kelkoo, Shopzilla…

Exemple de page de résultats de recherche de produits avant et après accord :

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Recherche de produits Avant.

(Cliquez sur l\’image pour l\’agrandir)

Recherche de produits Après Accord.

M. Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la politique de concurrence, a déclaré:

\ »Ma mission est de protéger la concurrence au bénéfice des consommateurs, pas de protéger les entreprises concurrentes. Ma conviction est que la nouvelle proposition obtenue de Google au terme de négociations longues et difficiles est de nature à répondre aux préoccupations de la Commission.

Sans empêcher Google d’améliorer ses propres services, cette proposition offre aux utilisateurs un véritable choix entre des services concurrents présentés de manière comparable; c\’est ensuite à eux de choisir la meilleure option.

Ainsi, aussi bien Google que ses concurrents seront en mesure d’innover et d’améliorer leur offre et incités à le faire. La transformation de cette proposition en une obligation juridiquement contraignante pour Google permettrait de rétablir rapidement des conditions de saine concurrence et assurerait leur préservation pour les années à venir. 
Sans empêcher Google d’améliorer ses propres services, cette proposition offre aux utilisateurs un véritable choix entre des services concurrents présentés de manière comparable; c\’est ensuite à eux de choisir la meilleure option.

Ainsi, aussi bien Google que ses concurrents seront en mesure d’innover et d’améliorer leur offre et incités à le faire. La transformation de cette proposition en une obligation juridiquement contraignante pour Google permettrait de rétablir rapidement des conditions de saine concurrence et assurerait leur préservation pour les années à venir.\ » 

Selon la Commission Européenne, Google avait déjà fait d’importantes concessions pour remédier à d’autres problèmes soulevés par la Commission:

  • Google offrira aux fournisseurs de contenu la possibilité, s’ils le souhaitent, de refuser l’utilisation de leur contenu dans les services de recherche spécialisés de Google, et ce sans être pénalisés par Google;
  • Google supprimera les exigences d’exclusivité dans ses contrats avec les éditeurs pour ce qui concerne la publicité liée aux recherches; et
  • Google supprimera les restrictions à la possibilité de mener des campagnes de publicité liée aux recherches sur des plateformes idoines concurrentes.

Cet engagement de Google ne concerne ni les liens organiques, ni les liens Adwords sur lesquels Google ne souhaitaient pas discuter mais pour lesquels il devra afficher le label \ »Annonces\ » bien visible.

Ce qu\’il faut bien retenir de ce projet d\’accord, c\’est qu\’il va être soumis aux plaignants dont son rival qui vont en prendre connaissance afin transmettre si nécessaire leurs objections.

Pour l\’instant, c\’est l\’Union Européenne qui semble être très satisfaite et convaincue d\’avoir obtenu de nombreuses concessions de la part de Google. Beaucoup plus que ses concurrents n\’ont obtenu aux Etats-Unis.

Tout porte donc à croire que l\’Union Européenne est prête à accepter définitivement les engagements de Google. Ce qui devrait lui éviter la condamnation à payer 5 milliards de dollars pour abus de position dominante.

Au moins, il y aura la possibilité de diversifier vos stratégies de visibilité sur les pages de résultats de Google en étant présent sur d\’autres plateformes alternatives qui seront proposées par Google.

Voici maintenant comment bien référencer son site sur Google en 2014.

Auteur : Noel NGUESSAN

Je suis Noel Nguessan, fondateur du site Arobasenet.com qui existe depuis 2007 et a aujourd'hui plus de 6.800 articles. Pour ma part, j'ai intégré le monde de l'internet en 1997 en qualité de créateur de site internet, avant de devenir développeur web et multimédia au début de l'année 2000, avant de basculer naturellement vers le SEO en tant que Consultant.